Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2021 6 30 /01 /janvier /2021 07:00
La section PCF de Brest appelle à se rassembler devant la fac Ségalen dimanche 31 janvier à 14h pour dire non à l'intolérance de la Manif pour tous et de Alliance Vita

Dimanche 31 janvier les franges les plus réactionnaires de la société française s’apprêtent à sortir dans la rue. Les organisations animatrices du mouvement sont toujours les mêmes et en particulier Alliance Vita et la manif pour tous. Ce sont des mobilisations pour le maintien (voir le renforcement) des inégalités de genre et d'orientation sexuelle. Au contraire nous continuerons à nous battre pour l'égalité de toutes et tous et sommes solidaires des associations LGBTQI.Les messages discriminatoires et les discours haineux de La Manif pour Tous, d'Alliance Vita et de Marchons enfants n'ont leur place ni à Brest, ni ailleurs.Le PCF avec les organisations syndicales réunies au sein de Visa 29 et d'autres forces de gauche appelle les Finistérien-ne-s à affirmer haut et fort leur refus de l'expression de l'intolérance et de la discrimination dans les rues de Brest . Retrouvons-nous à 14 h ce dimanche 31 janvier sur le parvis de la Fac Victor Segalen à Brest.

Section PCF de BREST

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2021 7 24 /01 /janvier /2021 17:23
De la maternelle à l’université, pas de génération sacrifiée ! -  Rassemblons-nous le 26 janvier pour l'éducation- communiqué PCF Brest

De la maternelle à l’université, pas de génération sacrifiée !

La crise sanitaire démontre combien nous avons besoin de services publics d’éducation nationale, d’enseignement supérieur et de recherche pour affronter les défis de l’avenir. Et pourtant, le gouvernement fait tout pour les affaiblir!

Blanquer, Vidal et le gouvernement sont irresponsables ! Depuis presque un an que nous vivons au rythme de la crise sanitaire, ils auraient eu le temps de prendre des mesures pour garantir l’éducation de toutes et tous dans des conditions sereines. En mars dernier, le PCF proposait déjà un plan d’urgence. Mais Mrs Macron, Blanquer et Vidal ont choisi la politique de l’autruche.

Le gouvernement profite de la crise sanitaire pour en finir avec l’ambition d’une école commune à toutes et tous, et pour généraliser la concurrence. Des établissements proposent un enseignement à mi-temps pour protéger les élèves et les familles. D’autres ne veulent pas renoncer à terminer les programmes et prennent le risque de maintenir des effectifs complets. À l’université, les étudiant-e-s subissent un enseignement dégradé, à distance. Mais les élèves des classes préparatoires ont cours comme si de rien n’était! L’absence de cadre national  accroît les inégalités.

Pendant que les personnels tiennent à bout de bras un système éducatif au bord de l’explosion, leurs ministres en profitent pour imposer de nouvelles réformes...

...Avec la loi de programmation de la Recherche qui augmente la précarité, au moment où nous constatons que notre pays a besoin de pouvoir compter sur ses enseignants et ses chercheurs, et donc de leur garantir la stabilité grâce au statut de fonctionnaire ! 

...Ou M Blanquer qui s’attaque à l’éducation prioritaire : sa réforme renonce à l’ambition d’égalité sur tout le territoire et accroît encore la concurrence entre les établissements. Ne laissons pas faire ces irresponsables. Il est urgent de reprendre la main sur notre éducation, nos métiers, notre avenir ! 

L’autoritarisme de Blanquer et Vidal conduisent l’éducation nationale et l’université dans le mur. Avec leurs politiques, c’est toute une génération qui va être sacrifiée. Il est urgent d’agir !

La section du Pays de Brest du Parti Communiste Français appelle les jeunes, les personnels de l'éducation nationale et les parents d'élèves à se joindre au rassemblement syndical le 26 janvier à 11 h place de la Liberté
à BREST 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2021 7 24 /01 /janvier /2021 11:42
Soutien du PCF Pays de Quimperlé à une famille d'origine congolaise - Rassemblement lundi 25 janvier à 16h
 
AUCUNE FAMILLE A LA RUE , NI AUJORD'HUI NI DEMAIN
PCF PAYS DE QUIMPERLE

 

Une famille de sept personnes, originaire du Congo composée du père et de ses six enfants, dont deux filles de 19 et 17 ans et quatre garçons de 15, 13, 11 et 10 ans risque de se retrouver à la rue prochainement.

Cette famille a quitté la république démocratique du Congo fuyant la répression politique. On est sans nouvelles de la mère arrêtée à son domicile.

Arrivée en France en 2017, la famille obtient le statut de demandeur d’asile, valable jusqu'au 12 février 2021. Elle est donc en situation parfaitement régulière.

 En janvier 2018, elle intègre le Centre d’accueil de demandeurs d’asile à Quimperlé.

Brutalement en décembre 2020, l'administration lui retire le droit d'asile et lui signifie.tout aussi brutalement qu'elle doit rendre les clés du logement qu'elle occupe.. La famille devra donc quitter son logement et se retrouvera à la rue, sans ressource, sans possibilité de travailler.

Bel exemple d'humanité !

Signalons que la famille a entamé les démarches en Préfecture du Finistère pour renouveler sa carte de séjour. Mais en raison du COVID les services préfectoraux  sont inaccessibles et injoignables.

Il n'est pas impossible que le virus ait bon dos en l'espèce.

L'association Cent pour un toit qui accompagne cette famille appelle à un rassemblement de soutien le lundi 25 janvier à 16h devant le collège Jules Ferry, où est scolarisé un des garçons.

Les Communistes du Pays de Quimperlé s'associent pleinement à cette initiative et appellent toutes et tous à y participer.

Quimperlé le 24 janvier 2021

Rendez-vous pour un rassemblement devant le collège Jules Ferry demain lundi 25 Janvier à 16h.

 

 

 

APPEL SOLIDAIRE

Un père de famille avec six enfants scolarisés doit sortir du CADA de Quimperlé (
Centre d'accueil de demandeurs d'asile) ce 1er février 2021.
Rien ne peut justifier, qu'encore en 2021, des enfants, des personnes soient mis.es à la rue.
Nous ne pouvons SEULS les accompagner dans leur recherche d'un hébergement et d'un accompagnement administratif.
Nous devons nous unir pour empêcher toute personne de vivre dehors, d'être expulsée, et de ne pas avoir accès à ses droits.

Il est URGENT, et nécessaire que nous, citoyen.nes, collectifs, associations locales, élu.e.s,
nous nous organisions autour d'actions concrètes afin d'empêcher cette sortie "sèche" et mettre l'État devant ses responsabilités.

Nous vous demandons de vous associer pour que chacun et chacune dans son rôle de citoyen.nes, d'élu.e.s, d'associations, imposent le respect de nos valeurs de fraternité et s'opposent aux expulsions en toute saison mais d'autant plus en plein hiver !

Rendez-vous pour un rassemblement devant le collège Jules Ferry le lundi 25 Janvier à 16h.


La solidarité n'est pas un délit

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2021 7 24 /01 /janvier /2021 08:44
Brest, 23 janvier 2021 - Mobilisation pour la ratification française du Traité international interdisant les armes nucléaires après l'entrée en vigueur du TIAN voté par 122 pays
Brest, 23 janvier 2021 - Mobilisation pour la ratification française du Traité international interdisant les armes nucléaires après l'entrée en vigueur du TIAN voté par 122 pays
Brest, 23 janvier 2021 - Mobilisation pour la ratification française du Traité international interdisant les armes nucléaires après l'entrée en vigueur du TIAN voté par 122 pays
Brest, 23 janvier 2021 - Mobilisation pour la ratification française du Traité international interdisant les armes nucléaires après l'entrée en vigueur du TIAN voté par 122 pays
Brest, 23 janvier 2021 - Mobilisation pour la ratification française du Traité international interdisant les armes nucléaires après l'entrée en vigueur du TIAN voté par 122 pays
Brest, 23 janvier 2021 - Mobilisation pour la ratification française du Traité international interdisant les armes nucléaires après l'entrée en vigueur du TIAN voté par 122 pays
Brest, 23 janvier 2021 - Mobilisation pour la ratification française du Traité international interdisant les armes nucléaires après l'entrée en vigueur du TIAN voté par 122 pays
Brest, 23 janvier 2021 - Mobilisation pour la ratification française du Traité international interdisant les armes nucléaires après l'entrée en vigueur du TIAN voté par 122 pays
Brest, 23 janvier 2021 - Mobilisation pour la ratification française du Traité international interdisant les armes nucléaires après l'entrée en vigueur du TIAN voté par 122 pays

23 janvier, 15h-16h30: Belle mobilisation à Brest pour une ratification française du traité international d'interdiction des armes nucléaires adopté à l'ONU.

Les militants communistes étaient présents au côté d'autres militants du Comité d'interdiction des armes nucléaires du Finistère (dont nous faisons partie), du Mouvement de la Paix, de l'université européenne de la paix, de l'AFPS, de l'UDB, de FI, Ensemble, de Sud, de la Ligue des Droits de l'Homme, etc.

Un beau défilé depuis la place de la Liberté jusqu'au Château et au Musée de la Marine en passant par la rue de Siam avec 150 à 200 personnes environ. 

Photos Ismaël Dupont

***

 

Publié le 23 janvier 2021 - Le Télégramme
À Brest, des centaines de manifestants contre la prolifération des armes nucléaires

Quelques centaines de personnes se sont mobilisées, samedi, place de la Liberté à Brest, pour que la France signe le traité d’interdiction des armes nucléaires, qui vient d’entrer en vigueur.

Mobilisation à Brest, le 23 janvier, pour que la France signe le traité d’interdiction des armes nucléaires (Le Télégramme/Thierry Dilasser)

En 2017, l’Assemblée générale de l’ONU votait le traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN), avec l’appui de 122 pays (81 signataires, et 51 l’ayant ratifié). Après le bannissement des armes biologiques et chimiques, l’entrée en vigueur du TIAN, ce 22 janvier, « constitue un fantastique espoir pour prohiber les armes de destruction massive », annoncent les membres du Collectif pour l’interdiction des armes nucléaires (CIAN) du Finistère (qui regroupe une dizaine d’associations et d’organisations syndicales ou politiques). « Mais les pays possédant l’arme nucléaire (États-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Israël, Pakistan, Inde et Israël) freinent des quatre fers pour que le TIAN ne soit pas mis en œuvre », dénonce Rolland de Penanros, de l’Université européenne de la paix, membre du collectif.

« L’entrée en vigueur du TIAN doit désormais conduire la France à faire le choix de le signer et de le ratifier. Paris devrait être à l’initiative sur le plan international afin d’établir un processus de sortie », estime quant à elle la fédération du Finistère du Parti communiste français (PCF), autre membre du CIAN 29. Seuls trois pays de l’Union européenne ont signé le traité de l’ONU (Malte, Irlande, Autriche).

"Mobilisés cette après-midi pour que la France signe le traité d’interdiction des armes nucléaires. Il est grand temps que la France rejoigne les pays signataires, l’utilisation d’une telle arme peut à elle seule tuer une part majeure de la population humaine !" (Enzo de Gregorio, MJCF 29)

"Mobilisés cette après-midi pour que la France signe le traité d’interdiction des armes nucléaires. Il est grand temps que la France rejoigne les pays signataires, l’utilisation d’une telle arme peut à elle seule tuer une part majeure de la population humaine !" (Enzo de Gregorio, MJCF 29)

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 16:43
Mobilisation à Carhaix pour le traité d'interdiction des armes nucléaires le 22 janvier 2021

Mobilisation à Carhaix pour le traité d'interdiction des armes nucléaires le 22 janvier 2021

Rouge Finistère: http://pcf29.org/

En 2017, l’Assemblée générale de l’ONU votait, avec l’appui de 122 États, le traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Après le bannissement des armes biologiques et chimiques, l’entrée en vigueur du TIAN, le 22 janvier 2021, constitue un fantastique espoir de prohibition totale des armes de destruction massive.

Cependant la mise en œuvre effective du TIAN fait l’objet de l’obstruction des pays possédant l’arme nucléaire (États-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Israël, Pakistan, Inde et Israël).

Alors que la préservation de la planète est au cœur de tous les débats, que l’insécurité plonge des pans entiers de l’humanité dans la misère et que les violences guerrières s’accroissent, le rôle des opinions publiques sera déterminant pour mobiliser les ressources en faveur du développement humain et de la paix.

L’entrée en vigueur du TIAN doit désormais conduire la France à le signer et à le ratifier.

Paris devrait prendre une initiative internationale visant à organiser une procédure multilatérale de destruction des arsenaux nucléaires .

Ce faisant, le gouvernement de la France respecterait la volonté des Français(es) qui sont à 76 % favorables à ce que la France s’engage dans le processus de désarmement nucléaire et à 68 % favorables à la ratification du TIAN par la France selon un sondage Ifop/La Croix/Planète Paix.

Un premier signe serait de geler la modernisation de notre parc d’armes nucléaires.

Ce gel de la modernisation de notre arsenal serait en conformité avec la signature par notre Pays du Traité de Non prolifération des Armes Nucléaires et dégagerait sur 15 ans 100 milliards d’euros qui pourraient être affectés à la santé, les hôpitaux publics, l’éducation, la transition écologique pour ne prendre que ces exemples

Les Communistes du Pays de Quimperlé s’associent sans réserve à le démarche du Mouvement de la Paix et vous appelle faire délibérer votre Conseil Municipal pour demander, par l’intermédiaire d’un vœu adressé au Préfet du Finistère, au Gouvernement de signer et de ratifier le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires.

Nous nous permettons de joindre à ce courriel une proposition de vœu présentée par le Mouvement de la Paix.

Certains de votre attachement à la Paix et à la sécurité, nous espérons que cette initiative retiendra votre attention et celle de votre Conseil Municipal.

Nos nous tenons à votre disposition et vous prions de croire en nos sentiments les meilleurs.

Les Communistes du Pays de Quimperlé

Courrier adressé au Conseil Municipal : Tian courrier aux maires PDF

Proposition de Vœu du Conseil Municipal au format Word : Propostion de Voeu TIAN ODT

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2021 5 22 /01 /janvier /2021 17:26
La fédération PCF Finistère, les sections de Carhaix et de Brest du PCF appellent à participer nombreux au rassemblement pour le désarmement nucléaire vendredi 22 à 11h à Carhaix et samedi 23 janvier à 15h à Brest

Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) est un Traité International des Nations Unies visant à interdire les armes nucléaires dans le monde.
Il renforce l’article VI du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires relatif à la clause de désarmement.
Les États parties au TIAN s'interdisent la mise au point, l'essai, la production, le stockage, le transfert, l'utilisation et la menace de l'utilisation d'armes nucléaires, en raison des conséquences humanitaires catastrophiques qu’entraînerait leur utilisation.
Sa ratification par un cinquantième État en octobre 2020 entraîne son entrée en vigueur le 22 janvier 2021.
Sa valeur est d'ordre symbolique, car la mise en œuvre du TIAN fait l’objet d’une obstruction des pays possédant l’arme nucléaire (États-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne,  Pakistan, Inde et Israël).
Mais ses promoteurs en attendent un impact sur l'opinion et le renforcement partout dans le monde de l'idée que l'arme nucléaire est hors-la-loi.
L’entrée en vigueur du TIAN doit désormais conduire la France à faire le choix de le signer et de le ratifier.
Le 22 janvier 2021 à 11h, devant la Mairie, un rassemblement est organisé à Carhaix. La section PCF de Carhaix-Huelgoat soutient et s’y associe. Nous appelons de faire cette initiative un moment fort pour dire non à l’arme nucléaire.  

 

La fédération PCF Finistère, les sections de Carhaix et de Brest du PCF appellent à participer nombreux au rassemblement pour le désarmement nucléaire vendredi 22 à 11h à Carhaix et samedi 23 janvier à 15h à Brest

Entrée en vigueur du Traité d'interdiction des armes nucléaires (TIAN): Rendons hors la loi l'arme nucléaire

En 2017, l’Assemblée générale de l’ONU votait, avec l’appui de 122 États, le traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Après le bannissement des armes biologiques et chimiques, l’entrée en vigueur du TIAN, le 22 janvier 2021, constitue un fantastique espoir pour prohiber les armes de destruction massive.

Cependant la mise en œuvre du TIAN fait l’objet d’une obstruction des pays possédant l’arme nucléaire (États-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Israël, Pakistan, Inde et Israël).

Alors que la préservation de la planète est au cœur de tous les débats, que l’insécurité humaine plonge des pans entiers de l’humanité dans la misère et que les violences guerrières s’accroissent, le rôle des opinions publiques sera déterminant pour mobiliser les ressources en faveur du développement humain et de la paix.

L’entrée en vigueur du TIAN doit désormais conduire la France à faire le choix de le signer et de le ratifier. Paris devrait être à l’initiative sur le plan international afin d’établir un processus de sortie. Un premier signe serait de geler la modernisation du parc des armes nucléaires.

La fédération du Finistère du Parti communiste français (PCF) appelle à se joindre à l’initiative de  plusieurs organisations pacifistes, sociales, syndicales et politiques afin de rendre hors la loi les armes nucléaires :

RASSEMBLEMENTS  vendredi  22 janvier devant la mairie de Carhaix à 11H et samedi 23 janvier à 15 h Place de la Liberté à Brest
Les communistes, par leur forte mobilisation, auront à cœur de faire de ce rassemblement un succès.
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2021 3 20 /01 /janvier /2021 06:45
Photo Le Télégramme - 20 janvier 2021

Photo Le Télégramme - 20 janvier 2021

Le Télégramme, 20 janvier 2021

Pour préserver la pêche artisanale, après un accord post-Brexit qui risque de reporter l’effort de pêche au large de nos côtes, la section du PCF du Pays bigouden a créé un collectif afin de sensibiliser et alerter les élus sur ces questions.
Si l’accord post-Brexit a permis d’éviter le pire, il n’en reste pas moins qu’il laisse présager un avenir pour le moins incertain concernant la filière pêche et notamment la pêche artisanale du Pays bigouden. C’est le constat dressé par la section du PCF du Pays bigouden, qui a historiquement un fort encrage sur le terrain maritime et veut mettre à profit cette période de transition post-Brexit de cinq ans pour anticiper ces nouveaux défis.
« Le Brexit va entraîner de lourds déséquilibres »
« Dans cet accord, il y a un certain nombre de dispositions qui ne sont pas clairement exposées. Le Brexit va entraîner de lourds déséquilibres au niveau européen. Des armements et pêcheurs étrangers vont débouler sur les zones de pêche des bateaux du Pays bigouden », met en avant André Le Roux, cosecrétaire de la section du PCF. Et de craindre ainsi un déséquilibre accru entre la pêche industrielle et la pêche artisanale.
« Les bateaux sont vieillissants et énergivores. L’Europe, l’État, la Région doivent s’investir pour moderniser la flottille »
Les élus communistes s’inquiètent aussi d’un plan d’accompagnement mis en place par la ministre de la Mer, Annick Girardin « qui semble limité à des aides forfaitaires pouvant aller jusqu’à 30 000 € ainsi qu’à un dispositif de sortie de flotte pour les navires dépendants des eaux britanniques qui souhaiteraient arrêter leur activité ».
Dessiner un avenir à la pêche côtière
« La pêche côtière a de l’avenir. La ressource est là et les mesures prises ont permis le renouvellement de certaines espèces mais les bateaux sont vieillissants et énergivores. L’Europe, l’État, la Région doivent s’investir pour moderniser la flottille », argumente, par ailleurs, André Le Roux. Ils demandent ainsi qu’un plan de soutien digne de ce nom soit élaboré en concertation avec tous les acteurs de la filière pêche et qu’il soit l’objet d’un débat parlementaire comme le réclame le député Sébastien Jumel (groupe de la gauche démocrate et républicaine), président de la mission d’information sur la pêche. Et de s’attacher à défendre certaines propositions pour rediscuter des règles d’attribution des quotas de pêche « trop souvent captés par des grands groupes à capitaux européens, faciliter les installations en incitant par exemple les banques à faire des prêts à taux zéro, encourager la pêche vertueuse sur le plan environnemental… »
Les communistes du Pays bigouden qui n’ont pu organiser les fêtes du travailleur de la mer, cet été, au Guilvinec, à Lesconil et à Loctudy, souhaitent débattre de ces questions en organisant des réunions publiques dès que les conditions sanitaires le permettront et ont ouvert la page Facebook « Défense de la pêche artisanale ».

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 19:21
Mardi 19 janvier 2021 - Une très belle manifestation pour la régularisation des sans-papiers à Morlaix
Mardi 19 janvier 2021 - Une très belle manifestation pour la régularisation des sans-papiers à Morlaix
Photo Christophe Boudrot - 19 janvier 2021 - Morlaix

Photo Christophe Boudrot - 19 janvier 2021 - Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Discours de Marc Corbel, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Discours de Marc Corbel, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Christophe Boudrot - 19 janvier 2021 - Morlaix

Photo Christophe Boudrot - 19 janvier 2021 - Morlaix

Photo Christophe Boudrot - 19 janvier 2021 - Morlaix

Photo Christophe Boudrot - 19 janvier 2021 - Morlaix

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Discours de Marc Corbel, secrétaire de l'UL CGT et initiateur de la manifestation avec l'UD CGT 29 et l'UL CGT de MorlaixPhoto Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Discours de Marc Corbel, secrétaire de l'UL CGT et initiateur de la manifestation avec l'UD CGT 29 et l'UL CGT de MorlaixPhoto Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Ismaël Dupont - Manifestation du 19 janvier pour la régularisation des sans-papiers

Photo Ismaël Dupont - Manifestation du 19 janvier pour la régularisation des sans-papiers

Photo Pierre-Yvon Boisnard, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Pierre-Yvon Boisnard, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021, Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021, Morlaix

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif pour la régularisation des sans-papiers, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photo Daniel Laporte - Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

 Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Manif pour la régularisation des sans papiers - Morlaix, 19 janvier 2021

Photos Daniel Laporte, Pierre-Yvon Boisnard, Jean-Luc Le Calvez, Christophe Boudrot, Ismaël Dupont

 

Manifestation du mardi 19 Janvier 2021, 11h à 13h, pour la régularisation des sans papiers à Morlaix:

Une belle manif ce midi à Morlaix organisée suite au travail de la CGT contre l'exploitation des travailleurs immigrés sans papiers dans l'agro-alimentaire et l'élevage dans le nord-Finistère. Plus de 300 manifestants, avec des camarades de tout le Finistère. Bravo à la CGT, à tous les bénévoles des associations d'aide aux migrants et réfugiés, familles et personnes accueillantes, et à ces travailleurs sans-papiers qui se mobilisent pour leur droit au travail et a la dignité. Il est urgent de les régulariser et de donner le droit au travail aux immigrés vivant en France.

Morlaix Mardi 19 janvier 2021 300 personnes rassemblées en soutien aux sans-papiers

Le 19 janvier à Morlaix, unis pour la régularisation des sans-papiers, une politique de protection des droits et d'accueil des migrants.  Nous voulons une France hospitalière et fraternelle dans une Europe solidaire

La section du Pays de Morlaix du PCF, la fédération du Finistère du Parti communiste, et le MJCF 29 appellent les citoyens finistériens et du pays de Morlaix à participer très nombreux à la manifestation départementale initiée par la CGT à Morlaix et réunissant aujourd'hui une grande variété de collectifs et d'organisations associatives, syndicales, politiques, le mardi 19 janvier de 11h à 13h pour la régularisation des sans-papiers et un droit au travail pour les migrants et réfugiés qui leur permettra d'échapper à l'insécurité sociale durable et de ne pas tomber à la merci d'employeurs peu scrupuleux.

Le PCF milite pour une loi de régularisation globale des sans-papiers. Cela s’est déjà fait en 1981, où 131 000 étrangers sans papiers ont été régularisés ; ou en 1997, avec 80000 régularisations. On estime aujourd’hui le nombre de sans-papiers à 300000 ou 400000. Il s’agit pour l’essentiel de déboutés du droit d’asile. Ces personnes travaillent dans des secteurs très différents, comme le BTP, l’aide à la personne, la santé, la restauration, l’hôtellerie, le nettoyage. Leur situation les rend très vulnérables.C’est le produit d’une politique qui précarise volontairement les travailleurs, en les mettant dans l’impossibilité de faire respecter leurs droits. Des centaines de milliers de travailleurs privés de droit au travail et livrés au travail illégal et exploité, cela rejaillit sur l’ensemble des salariés, dont la condition est tirée vers le bas par ce dumping social. C’est la surexploitation du monde du travail qui est organisée.

Nous voulons que la France cesse de collaborer et d'initier une politique européenne inhumaine et antidémocratique qui prive de droits les migrants, les met à la merci des trafics humains, des violences policières, amène des milliers d'entre eux à mourir sur les chemins de l'exil, ou à vivre sans abri ni domicile fixe, ni accès aux droits pendant des années.

Le nombre de migrants accueillis par la France ces 3 dernières années dans le cadre du droit d'asile ne représente que 0,1% de la population française. On est loin de l'immigration-invasion. Il faut réouvrir des voies d'immigration légale qui permettent aux réfugiés de se mettre à l'abri sans risquer leur vie et leur dignité, il faut abolir l'inique règlement de Dublin qui fait porter l'essentiel de l'effort d'intégration des migrants sur les premiers pays européens d'accueil, ceux du Sud, et impose des OQTF automatiques à la plupart des demandeurs d'asile qui arrivent en France.

Il faut réellement respecter les droits de l'homme et les droits de l'enfant pour les migrants : droit au logement garanti, aux soins, à la protection juridique.

Vis-à-vis des jeunes, le PCF demande l’interdiction des tests osseux pour l’évaluation de la minorité qui n’a aucun fondement scientifique. En cas d’impossibilité de preuve d’état civil, la présomption de minorité doit prévaloir sans réévaluation. Tout mineur doit être accueilli sans condition dans un lieu d’hébergement dès son arrivée, accompagné par un travailleur social de l’ASE pour élaborer avec lui un parcours scolaire, d’insertion socioprofessionnelle, y compris pendant le recours qui suit l’évaluation. Tout mineur entré dans ce cursus de mise à l’abri obligatoire et entrant dans un parcours d’accueil doit obligatoirement disposer d’un titre de séjour à sa majorité pour lui permettre le choix de sa vie future. 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2021 7 17 /01 /janvier /2021 08:10
Le 19 janvier à Morlaix, unis pour la régularisation des sans-papiers, une politique de protection des droits et d'accueil des migrants.  Nous voulons une France hospitalière et fraternelle dans une Europe solidaire

COMMUNIQUE DE PRESSE 15 janvier 2021

 

Le 19 janvier à Morlaix, unis pour la régularisation des sans-papiers, une politique de protection des droits et d'accueil des migrants.  Nous voulons une France hospitalière et fraternelle dans une Europe solidaire

La section du Pays de Morlaix du PCF, la fédération du Finistère du Parti communiste, et le MJCF 29 appellent les citoyens finistériens et du pays de Morlaix à participer très nombreux à la manifestation départementale initiée par la CGT à Morlaix et réunissant aujourd'hui une grande variété de collectifs et d'organisations associatives, syndicales, politiques, le mardi 19 janvier de 11h à 13h pour la régularisation des sans-papiers et un droit au travail pour les migrants et réfugiés qui leur permettra d'échapper à l'insécurité sociale durable et de ne pas tomber à la merci d'employeurs peu scrupuleux.

Le PCF milite pour une loi de régularisation globale des sans-papiers. Cela s’est déjà fait en 1981, où 131 000 étrangers sans papiers ont été régularisés ; ou en 1997, avec 80000 régularisations. On estime aujourd’hui le nombre de sans-papiers à 300000 ou 400000. Il s’agit pour l’essentiel de déboutés du droit d’asile. Ces personnes travaillent dans des secteurs très différents, comme le BTP, l’aide à la personne, la santé, la restauration, l’hôtellerie, le nettoyage. Leur situation les rend très vulnérables.C’est le produit d’une politique qui précarise volontairement les travailleurs, en les mettant dans l’impossibilité de faire respecter leurs droits. Des centaines de milliers de travailleurs privés de droit au travail et livrés au travail illégal et exploité, cela rejaillit sur l’ensemble des salariés, dont la condition est tirée vers le bas par ce dumping social. C’est la surexploitation du monde du travail qui est organisée.

Nous voulons que la France cesse de collaborer et d'initier une politique européenne inhumaine et antidémocratique qui prive de droits les migrants, les met à la merci des trafics humains, des violences policières, amène des milliers d'entre eux à mourir sur les chemins de l'exil, ou à vivre sans abri ni domicile fixe, ni accès aux droits pendant des années.

Le nombre de migrants accueillis par la France ces 3 dernières années dans le cadre du droit d'asile ne représente que 0,1% de la population française. On est loin de l'immigration-invasion. Il faut réouvrir des voies d'immigration légale qui permettent aux réfugiés de se mettre à l'abri sans risquer leur vie et leur dignité, il faut abolir l'inique règlement de Dublin qui fait porter l'essentiel de l'effort d'intégration des migrants sur les premiers pays européens d'accueil, ceux du Sud, et impose des OQTF automatiques à la plupart des demandeurs d'asile qui arrivent en France.

Il faut réellement respecter les droits de l'homme et les droits de l'enfant pour les migrants : droit au logement garanti, aux soins, à la protection juridique.

Vis-à-vis des jeunes, le PCF demande l’interdiction des tests osseux pour l’évaluation de la minorité qui n’a aucun fondement scientifique. En cas d’impossibilité de preuve d’état civil, la présomption de minorité doit prévaloir sans réévaluation. Tout mineur doit être accueilli sans condition dans un lieu d’hébergement dès son arrivée, accompagné par un travailleur social de l’ASE pour élaborer avec lui un parcours scolaire, d’insertion socioprofessionnelle, y compris pendant le recours qui suit l’évaluation. Tout mineur entré dans ce cursus de mise à l’abri obligatoire et entrant dans un parcours d’accueil doit obligatoirement disposer d’un titre de séjour à sa majorité pour lui permettre le choix de sa vie future. 

 

Parti Communiste Français

Section de Morlaix

2 Petite Rue Callac 29600 MORLAIX – tel : 02 98 88 30 35

Mel : pcf-morlaix@wanadoo.fr                                  

Blog : http://le-chiffon-rouge-pcf-morlaix.over-blog.com/                          

 

 
Le 19 janvier à Morlaix, unis pour la régularisation des sans-papiers, une politique de protection des droits et d'accueil des migrants.  Nous voulons une France hospitalière et fraternelle dans une Europe solidaire
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2021 7 17 /01 /janvier /2021 08:09
Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Jeunes communistes de Brest

Photo Jeunes communistes de Brest

Photo de Taran Marec

Photo de Taran Marec

Photo Enzo de Gregorio

Photo Enzo de Gregorio

Photo Enzo de Gregorio

Photo Enzo de Gregorio

Photo Enzo de Gregorio

Photo Enzo de Gregorio

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Fichage, surveillance généralisée de la population, violences policières... Malgré la pluie, les jeunes communistes du Pays de Brest étaient une nouvelle fois mobilisé·es pour défendre nos libertés et exiger l'abandon de l'ensemble de ces textes liberticides ! ✊
#StopLoiSecuriteGlobale #ActeVI

Page des Jeunes communistes de Brest

Loi sécurité : « »Nous voulons des gardiens de la paix, pas des forces de l’ordre, c’est toute la différence »

La fédération du Finistère du PCF appelle à participer ce samedi 16 janvier à 15 h à la marche des libertés pour le retrait de la loi dite de « sécurité globale » à Brest Place de la Liberté

Devant le juge la parole de l’autorité publique a toujours plus de valeur que celle des citoyens. Cela a pu engendrer des formes d’impunité et des abus. Cette situation ne date pas des gilets jaunes même si elle a pu se dégrader depuis. Or la loi dite de « sécurité globale » limite considérablement le contrôle des forces de l’ordre par les médias et les citoyens. Sous couvert de leur protection il deviendrait impossible de les filmer. Les abus ne seront que facilités. Ces forces de l’ordre qui pourraient porter leurs armes y compris après leur service.

En serons-nous rassurés ? Le transfert des pouvoir régaliens à une police municipale voire privée, l’utilisation des drones de surveillance ubiquitaires, surfant sur l’émotion événements effroyables mais néanmoins tout à fait ponctuels, nous emmènent vers de graves dérives autoritaires.

Le problème est en fait mal posé. La police, absolument nécessaire, a elle aussi, besoin de moyens. Mais ni des moyens de guerre ni de mutilation.

Nous avons besoin d’une police de proximité présente et visible, avec des moyens humains renforcés, formés au service des citoyens pour la sécurité de toutes et tous dans le respect de notre belle devise : liberté, égalité, fraternité !

Loi sécurité : « »Nous voulons des gardiens de la paix, pas des forces de l’ordre, c’est toute la différence »

La fédération du Finistère du PCF appellait à participer ce samedi 16 janvier à 15 h à la marche des libertés pour le retrait de la loi dite de « sécurité globale » à Brest Place de la Liberté

Devant le juge la parole de l’autorité publique a toujours plus de valeur que celle des citoyens. Cela a pu engendrer des formes d’impunité et des abus. Cette situation ne date pas des gilets jaunes même si elle a pu se dégrader depuis. Or la loi dite de « sécurité globale » limite considérablement le contrôle des forces de l’ordre par les médias et les citoyens. Sous couvert de leur protection il deviendrait impossible de les filmer. Les abus ne seront que facilités. Ces forces de l’ordre qui pourraient porter leurs armes y compris après leur service.

En serons-nous rassurés ? Le transfert des pouvoir régaliens à une police municipale voire privée, l’utilisation des drones de surveillance ubiquitaires, surfant sur l’émotion événements effroyables mais néanmoins tout à fait ponctuels, nous emmènent vers de graves dérives autoritaires.

Le problème est en fait mal posé. La police, absolument nécessaire, a elle aussi, besoin de moyens. Mais ni des moyens de guerre ni de mutilation.

Nous avons besoin d’une police de proximité présente et visible, avec des moyens humains renforcés, formés au service des citoyens pour la sécurité de toutes et tous dans le respect de notre belle devise : liberté, égalité, fraternité !

Marche des libertés. Des dizaines de rassemblements partout en France pour « maintenir la pression »
Samedi 16 Janvier 2021 - L'Humanité

La mobilisation contre la proposition de loi sécurité globale continue : la trêve des confiseurs n’a pas eu raison de la détermination des manifestants qui étaient plusieurs milliers à Paris. Tous s’inquiètent de la dérive autoritaire d’un pouvoir qui multiplie les lois liberticides.

 

Fait devenu trop rare depuis quelques mois, voire années : samedi, une manifestation parisienne a pu atteindre, sans heurts, son point d’arrivée. En l’occurrence, la place de la Bastille pour une nouvelle «marche des libertés» partie de la place Félix Eboué (12e arrondissement). Sous une météo capricieuse, les bonnets, capuches et autres chapkas s’ajoutent aux masques sur les têtes de manifestants, dont certains retombent en enfance. Ici et là, des batailles de boules de neige s’improvisent, témoignant d’une ambiance festive, voire fêtarde puisque des enceintes crachent de la musique techno face à des teufeurs ravis de pouvoir danser sans être réprimés. Au total, ils sont plusieurs milliers à avoir répondu présents à l’appel de la coordination #StopLoiSécuritéGlobale, qui regroupe notamment syndicats de journalistes et associations de défense des libertés. Un rendez-vous suivi dans toute la France où des dizaines de rassemblements ont eu lieu, de Lille à Marseille en passant par Toulouse ou Nancy. Avec le même mot d’ordre partout : «maintenir la pression» sur un exécutif très offensif sur les libertés individuelles et collectives.

Proposition de loi sécurité globale, décrets autorisant le fichage pour des opinions politiques, projet de loi «séparatismes», contournement systématique du Parlement, prorogation de l’état d’urgence sanitaire : les coups de boutoir se multiplient, forçant les citoyens à réagir. Un contexte qui inquiète Emmanuel Poupard, premier secrétaire général du SNJ, bien emmitouflé dans sa parka et son écharpe: «Le gouvernement veut mettre la population et les journalistes au pas, et donc cadenasser la société pour limiter l’expression publique. Si on empêche les gens de contester, on n’est plus dans une démocratie. Il y a une atteinte générale aux libertés publiques en organisant une surveillance généralisée de la population. » Le journaliste David Dufresne sait que le combat sera long. « La proposition de loi sécurité globale ne sera discutée qu’en mars au Sénat mais continuer à manifester est une façon de garder les esprits aiguisés et de rester à l’affût face à un gouvernement très actif », explique le réalisateur du documentaire Un pays qui se tient sage.

«La France n’est pas capable d’appliquer sa propre devise»

Le principal point d’achoppement reste le fameux article 24 qui vise à empêcher les citoyens et les journalistes de filmer les policiers et les gendarmes pour contrôler leur action. Une disposition liberticide que les parlementaires macronistes ont promis de réécrire. Derrière une banderole demandant «Vérité et justice pour Gaye Camara», un homme noir de 26 ans tué lors d’une intervention policière il y a trois ans, Landry s’énerve que la Macronie veuille l’empêcher d’exercer son droit de vigie. «La répression policière s’abat dans nos quartiers depuis des années, explique-t-il. La vidéo est un moyen de faire pression, et parfois il ne suffit pas comme on l’a vu avec l’affaire Cédric Chouviat. Les policiers sont protégés et la France n’est pas capable d’appliquer sa propre devise : quand on commet un meurtre, nous, on va en prison. » Le jeune homme, visiblement ému, observe impuissant «une partie de la classe politique» discriminer les quartiers populaires «sans prendre la peine de connaître» ceux qui y habitent. «Mais quand on gagne une coupe du monde, là, ils sont contents», ironise-t-il.

Au moment où Landry termine sa phrase, la foule s’élance pour son parcours de 2,5 kilomètres sous la grisaille de janvier. Sur les côtés, en nombre, les CRS coulissent pour encadrer les manifestants, les empêchant parfois de quitter le rassemblement ou même de marcher sur les trottoirs plutôt qu’au milieu de la rue. Certains fonctionnaires ne portent pas non plus leur matricule d’identification, alors même que la loi les y oblige. Malgré l’impressionnant dispositif, le cortège reste bon enfant. « Bonne année ! Allez, soyez gentils cette fois », lance même une gilet jaune aux policiers qui ne décrochent pas un sourire. Quelques minutes plus tard, à l’angle de l’avenue Daumesnil et de la rue Montgallet, un cordon de CRS bloque la foule sans raison apparente. «La moitié de la manif et les camions sont bloqués illégalement par le préfet Lallement», tweete Arié Alimi, avocat et membre de la Ligue des droits de l’Homme. Sur Twitter toujours, le ministre de l’Intérieur félicite ses troupes qui ont «empêché la tenue d’une rave party à proximité de la manifestation». Il s’agissait seulement de quelques jeunes derrière un camion sono. Rien à voir, donc, avec la rave party du 31 décembre dernier à Lieuron (Ille-et-Vilaine).

«J’ai une trouille pas possible»

«C’est la technique classique du préfet Lallement soutenu par Macron : un dispositif policier absolument disproportionné. Tout pousse pour qu’il y ait des violences et des blessés. Nous prônons la désescalade plutôt que l’affrontement permanent », appelle la députée FI Mathilde Panot. Fort heureusement, aucun affrontement n’est à déplorer dans la capitale, bien que quelques échauffourées aient émaillé le rassemblement nantais et qu’à Lille, les policiers ont répliqué avec du gaz lacrymogène aux quelques boules de neige lancées par des participants.

Peu importe si la répression policière est devenue la norme, le gilet jaune Jean-Louis, ingénieur à la retraite, estime qu’il est de son « devoir de descendre dans la rue ». « Je suis plus qu’inquiet pour les libertés publiques : j’ai une trouille pas possible, confie-t-il. Quand on a perdu une liberté, on ne la retrouve plus jamais. » C’est pour éviter une nouvelle dérive autoritaire que ce moustachu, prêt à aller « jusqu’au bout », sera présent lors du prochain rassemblement prévu le 30 janvier. D’ici là, la coordination du mouvement sera reçue par les députés LaREM pour échanger sur la proposition de loi. Un rendez-vous qu’ils demandent depuis le 8 novembre.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011