Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2022 3 02 /02 /février /2022 06:43
(Photo Le Télégramme/Jean-Luc Padellec) - sur la photo, des représentants de la gauche brestoise, dont 4 camarades du PCF: Enzo de Gregorio, représentant de la JC 29, Erwan Rivoalan, Jean-Paul Cam, Eugénie Cazaux.

(Photo Le Télégramme/Jean-Luc Padellec) - sur la photo, des représentants de la gauche brestoise, dont 4 camarades du PCF: Enzo de Gregorio, représentant de la JC 29, Erwan Rivoalan, Jean-Paul Cam, Eugénie Cazaux.

À Brest, la gauche unie fustige « l’instrumentalisation » de la candidate du RN
 
Le Télégramme/Jean-Luc Padellec - 1er février 2022
 
Ce mardi soir, des partis de gauche ont affiché un front uni après le passage à Brest de la candidate du Rassemblement national. Avec un message sans équivoque : « Marine Le Pen n’est pas la bienvenue à Brest ».
Si l’union de la gauche reste impossible pour l’élection présidentielle, la venue de Marine Le Pen, ce mardi à Brest, aura au moins permis de rassembler plusieurs partis de cette gauche composite dont les querelles intestines désespèrent parfois son propre électorat.
 
« Ce qui nous réunit aujourd’hui dépasse de loin ce qui peut nous diviser parfois », a d’ailleurs convenu Yann Guével, le secrétaire des sections brestoises du PS. Autrement dit par Glen Dissaux, d’Europe Écologie Les Verts : « Le refus de l’extrême droite reste et restera toujours un marqueur indépassable de la gauche ».
 
A Brest, Marine Le Pen a présenté son programme de lutte contre l'insécurité
Autour de la table du Vauban, partageant le même dégoût, étaient représentés le Parti socialiste, le PCF, La France Insoumise, les Radicaux de gauche, Europe Écologie Les Verts, Brest nouvelle citoyenneté, l’UDB et le Parti ouvrier indépendant démocratique (POID). Deux autres partis, le PRG et Génération.s, s’étaient excusés.
« Récupération grossière »
Chacun, avec ses mots, a dénoncé « la récupération grossière d’événements qui ont eu lieu à Brest », et la stigmatisation d’un quartier et des habitants. « Le Pen n’a pas de projet sur la sécurité, si ce n’est la répression. Elle est venue ici pour monter dans les sondages », a développé Christine Migot pour les Radicaux de gauche.
Même impression de dégoût exprimé par Jean-Paul Cam (PCF), pour qui le seul projet de Marine Le Pen, « c’est la casse sociale, des services publics et des HLM ». « La provocation de Marine Le Pen, qui n’a rencontré personne dans Pontanézen, n’a servi à rien », a résumé Pierre-Yves Cadalen, de La France Insoumise, en affirmant que les quartiers populaires ont surtout besoin de services publics, d’accompagnement social et d’emplois. Dans un langage plus fleuri, Patrick Appéré (BNC) a appelé la représentante du RN à « aller faire de la fumée ailleurs avec ses puanteurs ».
 
Partager cet article
Repost0
1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 11:11
Brest - commémoration du 60e anniversaire du massacre de Charonne le 8 février 2022 rue Daniel Féry, 17h30, à l'invitation du PCF
Brest - commémoration du 60e anniversaire du massacre de Charonne le 8 février 2022 rue Daniel Féry, 17h30, à l'invitation du PCF
Brest: commémoration du massacre de Charonne
 
Le 8 février 1962, une manifestation pour la paix en Algérie est sauvagement réprimée par la police. Cette journée qui restera dans les mémoires comme le « massacre du métro Charonne » fera 9 morts et plus de 250 blessés.
 
Le 7 février 1962, l’OAS fait exploser dix charges de plastic à Paris. Sont visés des intellectuels, des journalistes et des élus communistes engagés en faveur de la paix. On relève plusieurs blessés graves. Les organisations syndicales CGT, CFTC, FEN et UNEF appellent alors à un rassemblement à Bastille dès le lendemain contre les « tueurs fascistes » de l’OAS et pour « imposer la paix en Algérie ». Le PCF, le PSU (Parti Socialiste Unifié) et le Mouvement de la paix se joignent à l’appel. Ils sont rejoints par les organisations de jeunes le MJCF, UEC, UJFF (Union des Jeunes Filles de France, organisation féminine du MJCF) et JSU (Jeunesse Socialiste Unifié).
 
La police, dirigée par le préfet Maurice Papon, a reçu l’ordre de ne tolérer aucun rassemblement et de « faire preuve d’énergie » contre les manifestants.
 
Le bilan de ces violences policières est lourd. On dénombre 8 morts et plus de 250 blessés. Parmi les blessés, Maurice Pochard, 48 ans, décèdera le 20 avril des suites de ses blessures. Le bilan final est donc de 9 morts, tous adhérents à la CGT dont 8 étaient également membres du PCF.
 
Au niveau national  la mémoire de ce drame est notamment entretenu par le « Comité vérité et justice pour Charonne » mis en place par la CGT et le PCF.
 
A l'occasion du soixantième anniversaire de ce massacre il nous parait important de commémorer ce massacre. Aussi nous vous proposons de vous associer à un dépôt de gerbe qui aura lieu le 8 février à17h 30 à l'entrée de la rue Daniel Féry (du nom de la plus jeune des victimes qui avait 15 ans ) face à l'ancien LIDL de St Pierre
 
Brest - commémoration du 60e anniversaire du massacre de Charonne le 8 février 2022 rue Daniel Féry, 17h30, à l'invitation du PCF
Partager cet article
Repost0
1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 07:55
La section du Pays de Brest PCF apporte son soutien au rassemblement pour l’hôpital qui aura lieu le mardi 1er février, 10h30 Place de liberté à Brest
La section du Pays de Brest PCF apporte son soutien au rassemblement pour l’hôpital qui aura lieu le mardi 1er février, 10h30 Place de liberté à Brest
 
La ligne rouge est franchie au CHRU Brest-Carhaix, l’intersyndicale CGT, CFDT, SUD appelle à une mobilisation pour l’ensemble du personnel du CHRU Brest-Carhaix .
Pour les communistes l’égalité d’accès au soin pour tous ne doit pas être sacrifiée sur l’hôtel de l’austérité économique car la Santé et l’Action sociale ne sont pas des marchandises !
Alors que le coronavirus a bouleversé la situation sanitaire cette situation de crise exacerbe un contexte que nous connaissions bien avant la crise : celui des inégalités profondes qui traversent notre pays en matière de droit et d’accès aux soins. Ces inégalités sont le résultat de politiques anciennes et constantes de casse et de privatisation de l’appareil sanitaire français. Face à ce constat, le PCF se bat pour remettre sur pied cet édifice social, qui est un enjeu de société majeur comme la crise du Covid nous l’a démontré.
Les communistes brestois soutiennent les propositions de leur candidat Fabien Roussel
-100 000 emplois seront créés dans tous les métiers : infirmier·e·s, aides-soignant·e·s, auxiliaires de vie, aides à domicile. Tou·te·s les contractuel·le·s seront titularisé·e·s
.-Pour aider au maintien en poste des personnels ou faciliter les recrutements nécessaires, les équipes soignantes seront reconstituées, avec des conditions de travail améliorées, le respect de l’éthique professionnelle, une collaboration au sein des services et des instances représentatives dotées d’un pouvoir de décision.
-Les privatisations des hôpitaux publics seront arrêtées, de même que tous les projets en cours de restructuration des établissements de santé. Un moratoire réunira élu·e·s, professionnel·le·s et leurs représentant·e·s, y compris pour les établissements et structures relevant de la psychiatrie.
 
Attention, nouvelle adresse mail de la section : pcf.sectionbrest@gmail.com
 
Partager cet article
Repost0
1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 07:08
100 ans d'histoire du PCF - Conférence-débat avec l'écrivain Georges Cadiou sur Marcel Cachin à Quimper le mardi 8 février

INVITATION

 Bien connaître le passé

pour comprendre le présent

et préparer l’avenir.

 

- La section du pays de Quimper du PCF,

- Le comité des Jours Heureux de Quimper et sa région,

 

ont le plaisir de vous inviter à une rencontre-débat autour du livre de notre ami Georges Cadiou sur la vie de Marcel Cachin :

 

Mardi 8 février à partir de 17H30

salle N° 1 Halles Saint-François à Quimper.

 

Marcel Cachin, breton né à Paimpol en 1869 et décédé en 1958 a été l’un des principaux artisans de la création du Parti Communiste Français en décembre 1920. Membre de sa direction nationale pendant près d’un demi-siècle, député, sénateur, militant anticolonialiste, défenseur des langues et des cultures régionales, il fut l’auteur de la première proposition de loi, en 1947, en faveur du breton. Directeur du journal l’Humanité, ami de Jean Jaurès, Hô Chi Minh, il rencontra Lénine plusieurs fois. Avec Marcel Cachin c’est 50 ans de l’histoire de France et des communistes qui seront abordés lors de cette rencontre, 50 ans de combats populaires, de passions, de confiance, d’espoir en l’émancipation humaine.

 

Georges Cadiou dialoguera avec nous, répondra à toutes les questions et signera son livre à l’issue de ce débat.

 

Vous pouvez inviter vos amis à vous accompagner ils seront les bienvenus.

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 07:03
Valère Staraselski à Brest

Valère Staraselski à Brest

Conférence sur le communisme et les 100 ans du PCF avec Valère Staraselski à Brest le mercredi 9 février 2021

L'écrivain, journaliste, essayiste, Valère Staraselski fera une conférence le mercredi 9 février de 18 30 à 20 h 30 Salle Tessier rue Colonel Fonferrier à Brest, à l'invitation des Amis de l'Huma, et de la section du Pays de Brest du PCF , sur 100 ans d'histoire communiste afin de présenter le livre qu'il a dirigé avec Guillaume Roubaud Quashie pour le centenaire du PCF: "100 ans de parti communiste français" (Le Cherche-Midi, 2020, 25€).

Partager cet article
Repost0
1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 06:59
Venue de la candidate d'extrême-droite Marine Le Pen à Pontanezen (Brest) mardi - Communiqué de la section PCF de Brest
Nous venons d'apprendre que la la candidate d'extrême droite Marine Le Pen vient à Brest ce mardi . Elle vient pour créer de la tension et stigmatiser les habitants du quartier de Pontanezen .Nous ne pouvons pas l'accepter.
 
Nous sommes solidaires des habitants de Ponta qui ont vécu difficilement ces violences et notamment des jeunes du quartier qui mènent des actions pour transformer leur quartier.
Ce n'est pas l'appel à la haine qui permettra de résoudre les problèmes mais des mesures concrètes et sociales.
 
Pour les communistes le gouvernement doit répondre dans l'urgence et de manière durable aux besoins en personnel du commissariat ainsi que dans la justice abandonnée par les ministres successifs.
 
En effet il est inacceptable que les habitantes et habitants des quartiers populaires ne puissent vivre en sécurité. La tranquillité publique est un droit fondamental comme celui de bien se nourrir, de bien se loger.
 
C'est pourquoi les communistes brestois soutiennent la proposition de Fabien Roussel de recruter de 30 000 policiers de proximité. pour retisser un lien de confiance avec les habitants, avec la jeunesse.
 
Une réorganisation des missions est indispensable afin de ne plus détourner les agents de leurs missions essentielles de gardiens de la tranquillité publique et de la sécurité des citoyens, tout comme la dotation en matériels permettant l’accomplissement de ces missions.
La protection des policiers et des gendarmes est une nécessité, et les auteurs d’actes visant des fonctionnaires de nos forces de sécurité, comme pour toutes les personnes dépositaires d’une charge publique, doivent être sanctionnés pénalement. Un effort particulier s’impose au profit de la formation, initiale (qui est trop réduite) et continue (en renforçant l’offre et en élargissant le nombre de bénéficiaires).
 
La lutte contre tous les trafics implique enfin un contrôle plus strict et plus sévères des frontières et des flux financiers en impliquant les services douaniers, Tracfin et les banques. Nous proposons de revenir sur les 10 000 postes supprimés par le gouvernement ces 4 dernières années dans les services fiscaux et aux douanes et d’en créer 10 000 supplémentaires à Bercy et au ministère de la justice pour augmenter ces contrôles et poursuivre les délinquants en cols blancs.
 
Pour les communistes il y a plus que jamais besoin de politique de solidarité, de justice sociale, d’insertion sociale et professionnelle, de logements dignes, d’éducation populaire et de culture, de santé, de transports, de loisirs...C’est sur un terreau de disparition des services publics que se développent les trafics et la loi des bandes, le développement d’une économie parallèle, des trafics de stupéfiants et aussi du crime.
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2022 7 30 /01 /janvier /2022 19:06
Conseil départemental du Finistère - 27 janvier - Intervention d'Ismaël Dupont sur la politique vis-à-vis des personnes âgées
Conseil départemental du Finistère - 27 janvier - Intervention d'Ismaël Dupont sur la politique vis-à-vis des personnes âgées
"Je ne suis pas certain que vous serviez vos convictions en parlant comme vous l'avez fait 18 minutes" (Première réaction du président de droite du Conseil Départemental du Finistère, Maël de Calan, à mon intervention sur la question du manque d'humanité de la prise en charge des personnes âgées en perte d'autonomie).
Une intervention allant de la minute 2:28: 33 à la minute 2:39:19, soit exactement 10 minutes 48 secondes, tout cela est vérifiable sur la vidéo du Conseil Départemental (voir le lien)
Loin des 18 minutes prétendues de mon discours selon Maël de Calan. Qui lui a bien dû parler + 4 H sur ce Conseil départemental!!!
Maël de Calan m'avait déjà coupé pour me déstabiliser soi-disant à 13 minutes, en réalité à 8 minutes de mon intervention (2:36:53).
 
De la minute 2:28 à la minute 2:39 sur la vidéo du Conseil Départemental
Puis de la minute 2:46/ 2:47 / attaques de Maël de Calan qui déforme mes propos) à la minute... 2:49: "Vous aimez faire la police Monsieur De Calan!"
 
Conseil départemental du Finistère du 27 janvier 2022 - intervention sur la politique vis-à-vis des personnes âgées.

Conseil départemental à Quimper, 27 janvier - Je suis intervenu sur la politique Personnes âgées du département du Finistère et plus généralement les enjeux du vieillissement, d'un accompagnement digne et humain des personnes âgées en perte d'autonomie dans les EHPAD et les services d'aide à domicile, avec des personnels travaillant dans de bonnes conditions, correctement formés et rémunérés. Et un vrai service public du droit à l'autonomie financé par la sécurité sociale solidaire, en dénonçant l'âgisme prégnant dans notre société, l'enterrement de la loi Grand âge par Macron et son gouvernement en septembre, la marchandisation en cours du secteur de la fin de vie, avec à la clef des scandales comme celui des maisons de retraite Orpéa, et l'absence de prospective dans ce domaine et de volonté d'investissement dans les EHPAD que l'on sent dans le discours de la majorité départementale, basé davantage sur l'ouverture au développement des résidences Seniors. Je transmettrai un compte rendu plus détaillé de mon intervention plus tard. Elle a donné lieu à une confrontation vive avec le président de Calan.

Contrairement à ce qu'a affirmé Maël de Calan, je n'ai pas parlé 18 minutes mais 11 minutes! Chrono en main... de 2:28 à 2:36 sur la vidéo du Conseil Départemental en direct. 11 minutes pour parler des anciens sur + de 9h de débat!!! C'est trop pour eux sans doute. Propos diffamatoires de Maël de Calan parlant avec mépris de logorrhée pour tenter de discréditer mon intervention repris sans vérification par le journaliste de Ouest-France, Christian Gouérou, le lendemain.

Ismaël Dupont

Extrait de l'article du Ouest-France le lendemain:

« On n’est pas à Cuba »

Ismaël Dupont (PCF) et Maël de Calan n’évitent pas le clash. L’élu de Morlaix a pris la parole sur le grand âge qui doit sortir du marché. Quelle est la place de cette question dans vos projets ? Nous avons besoin d’un fort investissement. En 2050, il y aura 20 000 Finistériens* de 75 ans en plus…Sa prise de parole dure 18 minutes. Le président l’incite à faire court quand Ismaël Dupont redemande le micro. En deux mots s’il vous plaît, on n’est pas à Cuba !lance Maël de Calan. Vous aimez faire la police ​réplique le communiste. Il s’agit de la police de l’assemblée, et elle incombe au présidentreprend le président de Calan. On est parti pour sept années de mandat, ponctuées d’échanges bien musclés.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/finistere-la-droite-veut-mettre-en-place-une-culture-du-resultat-8fa836ac-7f40-11ec-96e3-ea5d06e35318

* J'ai en réalité parlé de 200 000 Finistériens de + 75 ans en 2050

 

 

Conseil départemental du Finistère - 27 janvier - Intervention d'Ismaël Dupont sur la politique vis-à-vis des personnes âgées
  Ici les 3 élu.e.s communistes du groupe d'opposition d'union de la gauche Finistere et Solidaires (22 elu.e.s) avec Jacqueline Here, Isabelle Maugeais et Ismaël Dupont

Ici les 3 élu.e.s communistes du groupe d'opposition d'union de la gauche Finistere et Solidaires (22 elu.e.s) avec Jacqueline Here, Isabelle Maugeais et Ismaël Dupont

Cher-e-s collègues,

Monsieur de Calan, Madame Le Hir, se sont appuyé sur la fable de la Cigale et de la Fourmi pour imager leur propos tout à l'heure. Il y a aussi d'autres formules de sagesse chez La Fontaine, dont on célèbre les 400 ans de la naissance.

Par exemple "De quoi vous sert votre vitesse" dans "Le lièvre et la tortue".

Mais aussi cette fable moins connue, "Le vieillard et les trois jeunes hommes":

"Un octogénaire plantait.

Passe encore de bâtir, mais planter à cet âge!

Disaient trois jouvenceaux, enfants du voisinage;

Assurément il radotait.."

Et plus loin: "Je puis enfin compter l'Aurore

Plus d'une fois sur vos tombeaux".

Tout cela nous amène à soulever la question de la politique départementale vis-à-vis des personnes âgées, une partie de la population vient souvent invisibilisée, laissée de côté, voire stigmatisée: l'époque est à la culture de l'âgisme, qui la société privilégie aux valeurs de solidarité et à la valorisation de l'expérience le culte de la vitesse, de la force, de la jeunesse, de la nouveauté, de la santé, de la performance, voire de la beauté.  

Je voudrais parler en ce jour de débat budgétaire de la question de la perte d'autonomie, du droit à l'autonomie et de la manière dont nous, élus départementaux, avec une politique personnes âgées qui représente 1/8e du budget de fonctionnement de la collectivité, nous pouvons agir pour améliorer dès aujourd'hui les conditions d'accompagnement et de prise en charge des personnes âgées dépendantes, et pour répondre demain aux défis colossaux auxquels nous expose le vieillissement de la population finistérienne, et les besoins de services publics et de réponses de qualité de haut niveau liées à cet enjeu.

Cette question est mise en lumière:

-d'abord, depuis des années, par les cris d'alarme répétés des familles, des résidents, des personnels des EHPAD et des structures d'aide à domicile par rapport aux conditions de vie, au manque de personnels, aux ratios dégradés de taux d'encadrement entre le personnel et les résidents, ou encore à la qualité de l'augmentation.

- par les difficultés de financement du secteur de l'aide à domicile, la précarité des personnels des SAAD (17% des aides à domicile vivent sous le seuil de pauvreté, 90% sont des femmes à temps partiel).

- la situation extrêmement tendue dans les EHPAD, et également dans les structures du secteur médico-social, dans ces temps de crise sanitaire. Difficultés de recrutement, arrêt maladie, stress, pénibilité, s'associant à la souffrance des résidents, leur isolement croissant, avec des personnes en fin de vie cloîtrés dans leur chambre, privés de leur proche, leur survie organique ayant pour prix la négation de leur vie relationnelle, une mise à l'écart accrue.

- l'enterrement de première classe de la loi grand âge en septembre dernier, véritable bras d'honneur aux interpellations des professionnels, des familles, des défenseurs des usagers depuis des années. 400 millions d'euros débloqués en 2022 alors qu'il faudrait plusieurs milliards d'euros par an. 10 000 soignants dans les EHPAD promis ces 5 prochaines années alors qu'un rapport remis au ministre de la santé préconisait la création de 80 000 emplois.

- Et là, dessus, hier, le scandale Orpéa, avec la publication de l'enquête des "Fossoyeurs", le livre de Victor Castenet sur la maltraitance dont souffrent les personnes âgées hébergées dans les EHPAD. Orpéa, un groupe privé exemplaire des dérives et des périls de la marchandisation du grand âge et de la fin de vie, avec des pratiques qui font froid dans le dos pour augmenter la rentabilité: politique de réduction des coûts, état d'hygiène désastreux, maltraitance, répression syndicale.  Tout cela nous amène à affirmer avec force: le grand âge doit sortir du marché, notamment si on veut des Ehpad humains!

Quelle est la place de ces questions dans la prospective budgétaire du Conseil Départemental?

Dans ses projets? Dans le redéploiement des moyens nouveaux donnés par le surcroît de droits de mutation perçus. L'enjeu du vieillissement, de la perte d'autonomie est un enjeu d'une urgence humaine aiguë aujourd'hui pour les personnels - des personnels des Ehpad et du médico-social fuient ces structures car ils sont débordés, épuisés, dans le contexte du Covid, avec des effets pervers, boule de neige: sous-effectif, pénibilité accrue, plus de départs, plus de difficulté à recruter.

C'est aussi un fort besoin d'investissement pour l'avenir compte tenu de l'évolution démographique à prévoir sur notre département.

On parle de 200 000 Finistériens de + 75 ans en 2050 contre 99 000 aujourd'hui.

Quelles réponses peut-on apporter d'ici 10 ou 15 ans à Jean-Michel, agriculteur à Locmaria-Berrien qui touchera une petite retraite, et ne pourras pas se loger dans une résidence Seniors ou un EHPAD à plus de 1600 ou 1800 euros par mois. Et encore moins sa femme Aline qui a encore moins de retraite que son mari.

A l'instar du gouvernement de la LREM, économie oblige, la majorité départementale semble considérer que la priorité est le maintien à domicile, au domicile habituel des personnes âgées,  ou bien dans des habitats dits « intermédiaires », des habitats collectifs adaptés.

La priorité est dit-elle de retarder par de la prévention et une offre de services l’entrée dans la dépendance.

- des résidences seniors/ résidences autonomie/ résidences services, s’adressant à des personnes de + 70/75 ans. Fuite en avant de l’offre mais on ne sait pas quels sont les besoins au juste, d’autant que les prix sont élevés. Des résidences qui peuvent attirer les investisseurs, en raison de dispositifs de défiscalisation, mais répondent-elles vraiment aux besoins et aux moyens du plus grand nombre des personnes âgées.

Le vieillissement accroît encore les effets des inégalités.

Il y a aussi des possibilités d’habitat inclusif, coopératif, qui permettent de choisir avec qui on veut vivre, avec qui on veut vieillir. Avec un enjeu fort autour de l’accessibilité à tous les revenus, du support d’habitat social ou au moins accessible de ces logements.

Le maintien à domicile est c’est bien vrai le choix privilégié par les retraités. Mais quels dispositifs pour financer un maintien à domicile de qualité, lutter contre l’isolement, et compris celui des aidants familiaux, leur permettre de souffler (maisons de répit, dispositifs de remplacement pour la garde pour souffler).

Il va y avoir 4 fois de personnes en France de + 85 ans d’ici 2050. Et parallèlement à ça, on réduit le nombre de places en EHPAD publics. Comment faire si on a pas un vrai service public de l’autonomie avec des personnel payés, formés correctement ?

Sur 16 millions de retraités, 2,2 millions ont 85 ans ou +. Cet âge est la moyenne d’accès aux EHPAD. Dans le Finistère on compte 172 maisons de retraite, dont 139 EHPAD.

548 000 de ces + 85 ans entreront en EHPAD pendant 3 ans et demi en moyenne. Les résidents en EHPAD cumulent en moyenne 8 pathologies. 9/10 présentent des affections neuro-psychatriques acquises pendant leur activité. Aucun gouvernement n’en a tiré la conséquence que ces dépenses relèvent bien de l’assurance maladie. Le financement péréenne du Droit à l’autonomie, et de la prise en charge de la perte d’autonomie, devrait à notre sens dépendre de la Sécurité Sociale.

Il faut s'intéresser à la qualité de vie dans les EHPAD, à la qualité de vie dans les cantous, où l'on supprime bien souvent des personnels retirant ainsi des espaces de vie sociale importants pour le quotidien des aînés.

Dans le cadre de la loi de Finances de la Sécurité Sociale 2022, le gouvernement refuse de mettre un budget conséquent pour que les personnes âgées puissent vivre dans le respect et la dignité dans les EHPAD, pour alléger les souffrances des personnels et de nombreuses personnes âgées en EHPAD.

Le schéma pour les Personnes âgées « Bien vieillir » est arrivé à échéance en 2020: la question de l’évaluation et de la construction du nouveau schéma ne sont pas mentionnés dans la délibération.

Quelle méthode d’élaboration est-elle prévue ? Il y aura t-il un maintien de la dimension participative : pour nous, il est essentiel d’associer les Personnes âgées, leurs aidants, les associations, les professionnels. Ils sont en demande d’être associés aux travaux, il est essentiel de pouvoir débattre avec sur des enjeux de société aussi importants: les Finistériens âgés, leurs aidants, ont besoin que nous prenions le  temps d’évaluation, de projection et de débat sur la réponse à apporter aux besoins. 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2022 3 26 /01 /janvier /2022 06:42
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 14:20
La fédération du PCF du Finistère appelle les salariés , les retraités les demandeurs d'emploi et les jeunes à participer massivement aux mobilisations du jeudi 27 janvier
La fédération du PCF du Finistère appelle les salariés , les retraités les demandeurs d'emploi et les jeunes à participer massivement aux mobilisations qui auront lieu jeudi 27 janvier à l'appel des organisations syndicales.
 
La mobilisation paie, dans l'éducation Jean-Michel Blanquer a été forcé de faire des annonces qui vont dans le bon sens mais sont très largement insuffisantes. La situation reste intenable dans les écoles, les collèges, les lycées et les lieux d’enseignement supérieur.
De premières victoires ont aussi été obtenues dans les entreprises, notamment dans quelques grands groupes. Mais si, dans certains secteurs et entreprises, des mobilisations et des négociations ont permis d’obtenir des revalorisations de salaires, trop souvent encore les négociations sont au point mort ou les propositions des employeurs loin du compte. Il faut accélérer pour amplifier cette bataille pour l’augmentation des salaires
Personne ne peut ignorer le contexte social et économique, les augmentations des produits de première nécessité, de l’énergie comme de l’alimentation et, finalement, du coût de la vie pour toutes et tous, jeunes, actifs, demandeurs d’emploi et retraités.
Personne n’ignore que seuls les salaires, les pensions et les aides et allocations continuent de stagner ou même de baisser au regard de l’inflation, de décrocher par rapport aux qualifications, dans le privé comme dans le public.
 
Les communistes proposent:
 
- Pour le pouvoir d’achat et le pouvoir de vivre : bloquer les prix alimentaires, de l’eau, de l’énergie, des télécoms ; instituer une TVA à taux zéro sur les produits de première nécessité ; baisser de 20 % la facture d’électricité domestique en révisant les taxes (CSPE et TVA) ; geler les loyers et les prêts immobiliers ; interdire les expulsions locatives ; accorder une prime de 300 euros à toute personne vivant au-dessous du seuil de pauvreté ; prolonger les droits des chômeurs jusqu’à la fin de 2020 et supprimer définitivement la réforme de l’assurance chômage.
 
- Pour les retraités : revaloriser les pensions. Aucune ne doit se situer en dessous du seuil de pauvreté, la retraite minimum doit correspondre au smic pour toute carrière complète.
Les communistes sont déterminés à rassembler le plus largement pour que ces propositions soient entendues et mises en œuvre tout de suite par le gouvernement, jusqu'à lors plus prompt à faire d'immenses cadeaux fiscaux aux plus riches et aux grandes multinationales qu'à satisfaire les attentes populaires.
Plus durablement, c'est à une nouvelle politique qu'il va falloir s'atteler, qui permette à chacun de vivre dignement de son travail, aux jeunes d'accéder à des emplois stables, aux populations de disposer partout de services publics de qualité, au pays de se doter, de nouveau, d'une industrie assurant notre souveraineté et répondant aux besoins de la société.
Elle implique de réorienter radicalement les richesses vers la satisfaction des besoins des femmes, des hommes, des jeunes plutôt que de toujours gaver les plus riches et les marchés financiers, et de confier de vrais pouvoirs de décision aux citoyens et au monde du travail.
 
La fédération du PCF du Finistère appelle à manifester à 11 h ce 27 janvier: 
Brest Place de la Liberté
Morlaix Place des otages
Quimper Place de la Résistance
Carhaix Maison des syndicats
Quimperlé place des écoles
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 07:00
Suite aux violences à Brest Pontanezen  Les communistes brestois et métropolitains et les élu.e.s du PCF apportent leurs soutiens aux personnels de Bibus, aux fonctionnaires de police et aux pompiers ainsi qu'à un élu menacé de mort,  après l'agression et les violences à Pontanezen.
Suite aux violences à Brest Pontanezen
 
Les communistes brestois et métropolitains et les élu.e.s du PCF apportent leurs soutiens aux personnels de Bibus, aux fonctionnaires de police et aux pompiers ainsi qu'à Yohann Nedelec, élu menacé de mort,  après l'agression et les violences à Pontanezen.
 
Le gouvernement doit répondre dans l'urgence aux besoins en personnel du commissariat  ainsi que dans la justice abandonnée par les ministres successifs.
 
Pour les communistes il est inacceptable que les habitantes et habitants des quartiers populaires ne puissent vivre en sécurité.  La tranquillité publique est un droit fondamental comme celui de bien se nourrir, de bien se loger.
 
Les communistes brestois soutiennent la proposition de Fabien  Roussel de recruter de 30 000 policiers de proximité. pour retisser un lien de confiance avec les habitants, avec la jeunesse. Une réorganisation des missions est indispensable afin de ne plus détourner les agents de leurs missions essentielles de gardiens de la tranquillité publique et de la sécurité des citoyens, tout comme la dotation en matériels permettant l’accomplissement de ces missions. La protection des policiers et des gendarmes est une nécessité, et les auteurs d’actes visant des fonctionnaires de nos forces de sécurité, comme pour toutes les personnes dépositaires d’une charge publique, doivent être sanctionnés pénalement. Un effort particulier s’impose au profit de la formation, initiale (qui est trop réduite) et continue (en renforçant l’offre et en élargissant le nombre de bénéficiaires).
 
La lutte contre tous les trafics implique enfin un contrôle plus strict et plus sévères des frontières et des flux financiers en impliquant les services douaniers, Tracfin et les banques. Nous proposons de revenir sur les 10 000 postes supprimés par le gouvernement ces 4 dernières années dans les services fiscaux et aux douanes et d’en créer 10 000 supplémentaires à Bercy et au ministère de la justice pour augmenter ces contrôles et poursuivre les délinquants en cols blancs.
 
Pour les communistes il y a plus que jamais besoin de politique de solidarité, de justice sociale, d’insertion sociale et professionnelle, de logements dignes, d’éducation populaire et de culture, de santé, de transports, de loisirs...C’est sur un terreau de disparition des services publics que se développent les trafics et la loi des bandes, le développement d’une économie parallèle, des trafics de stupéfiants et aussi du crime.
 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011