Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2018 2 07 /08 /août /2018 04:58
Carte de déléguée à une conférence nationale du PCF de Pierre Le Rose

Carte de déléguée à une conférence nationale du PCF de Pierre Le Rose

Introduction

Marie-Pierre Le Rose et sa sœur ont fait don à l'hiver 2015-2016 à la fédération du Parti Communiste du Finistère des archives de leur père, ancien résistant et ancien secrétaire départemental du Parti Communiste du Finistère, puis adjoint au maire à Concarneau.

C'est une joie et un honneur pour nous depuis deux ans de pouvoir explorer ce passé de militant, ses documents issus de la Résistance, du CNR, ses lectures communistes, ses rapports, et à travers cela, de restituer une époque passionnante et inspirante de notre histoire.

Pierre Le Rose est le fils de Théophile Le Rose, né à Concarneau le 11 février 1900, qui était lui-même un militant communiste. Engagé à 18 ans, Théophile Le Rose était au dépôt de Brest au moment des événements faisant suite aux révoltes de la Mer Noire. Il était ami avec Théo Le Coz qui sera plus tard directeur de La Bretagne ouvrière, paysanne et maritime.

Voilier, Théophile succéda à son père à la tête de la voilerie artisanale et familiale employant cinq ouvriers. Pierre Le Rose est l'un de ses deux fils, qui naît le 10 février 1923 à Concarneau.

Théophile participe au mouvement populaire qui se développe après février 1934. Il adhère au Parti Communiste en 1935 et est présent dans les différentes activités du Front Populaire (campagne électorale de 1934 où Pierre Guéguin entre au Conseil Général, de 1935 avec l'élection aux municipales de la liste de front commun, de 1936 avec la victoire aux législatives). Il participe au soutien à l'Espagne Républicaine (accueil des réfugiés, organisation des Brigades Internationales). Il organise la manifestation départementale du Front Populaire le 7 juin 1936 à Concarneau, prépare la première fête de la Bretagne du Parti Communiste à Concarneau en août 1936 avec Marcel Cachin, réceptionne et achemine Jacques Duclos en novembre 1937. Théophile Le Rose développe aussi des relations étroites avec Alain Signor, élu au Comité Central au Congrès d'Arles en 1937. Il décède après la fête de l'Humanité de Garches, le 8 juillet 1938.

Son fils, Pierre Le Rose, commence à s'intéresser à la vie politique à partir des événements de 1934 et de 1936, de la construction du Front Populaire. Il participe aux manifestations comme enfant, lit "l'Huma" à laquelle son père est abonné. Il vend des Bonnets Phrygiens, insignes du Front Populaire, à la manifestation du 7 juin 1936: Pierre a alors 13 ans. Son père décède quand Pierre atteint sa quinzième année. En 1940, à dix-sept ans, il quitte l'école pour prendre la direction de la Voilerie qu'avait conservée sa mère au décès de Théophile. Il conserve un contact avec le Parti, désormais clandestin après les accords germano-soviétiques, et il a connaissance des premiers tracts du Parti Communiste, alors plus que jamais persécuté: l'appel du 10 juillet 1940 notamment.

Au printemps 1943, avec une équipe de jeunes amis, il constitue les premiers groupes de FTP de la région de Concarneau. Parallèlement, en liaison avec Alphonse Duot, secrétaire de la section clandestine du Parti à Concarneau (reconstituée à la suite des arrestations de 1942), il organise les groupes de la J.C, le Front National et plus tard les F.U.J.P et le Front Patriotique de la Jeunesse. Il rédige et confectionne des tracts, des journaux écrits à la main ("L'étincelle", organe du Parti et des J.C, "l'Insurrectionnel", bulletin du Front National). Il participe aux diverses actions des FTP, à la propagande du Parti et des Jeunesses Communistes, au recrutement. Au Printemps 1944, Pierre Le Rose participe à la création du Comité Local de Libération dont il devient le Secrétaire. Désigné par ses camarades de la Libération (le 15 août 1944 à Quimper, Concarneau n'est pas encore libérée), il devient membre du Comité Départemental de Libération pour représenter les "Forces Unies de la Jeunesse Patriotique". Il contribue dans ce cadre à la mise en place des délégations spéciales en remplacement des institutions de Vichy et à la réintégration des Conseils Municipaux dissous en 1939 par Daladier: Concarneau, Guilvinec, Léchiagat, etc.

Il devient membre actif du Front National (l'organe unitaire de la Résistance créé par les Communistes pour fédérer largement la résistance intérieure) pour lequel il fait ses premiers meetings (Douarnenez, avec Albert Trévidic), à Concarneau aux rassemblements des J.C dont il est membre du Bureau Régional. Pierre le Rose est coopté au Comité Régional du Parti Communiste mi-décembre 1944. Il prend la parole au Congrès du Front National présidé par Joliot-Curie en janvier 1945. Il est élu aux Etats généraux de la Renaissance Française le 14 juillet 1945. Pierre Le Rose était dans la délégation du Finistère au Congrès des JC constitutif de l'U.J.R.F début avril 1945.

En mai 1946, Pierre Le Rose est élu au secrétariat fédéral du Parti Communiste (dont Marie Lambert, première députée femme du Finistère à la Libération, devint première secrétaire).

Il restera à cette fonction sous la direction de Daniel Trellu (1949-1952) et sera élu secrétaire fédéral en février 1953.

En mars 1956, Pierre Le Rose devient permanent d'Ouest Matin à l'agence de Brest et il fait son retour à Concarneau la même année. Il est secrétaire de la section de Concarneau entre 1957 et 1968. Des raisons de santé ne lui permettront pas de militer pendant quelques années et il quittera le Comité fédéral en 1968, pour y revenir en 1970 lors de la division du PCF finistérien en deux fédérations. Il sera élu trésorier fédéral en 1979.

Pierre Le Rose, infatigable militant, s'est aussi investi à la présidence des parents d'élèves du lycée dans le cadre de la FCPE, à l'ANACR, il a été secrétaire du Comité du souvenir de Châteaubriant, secrétaire du comité de jumelage de Concarneau dans lequel il s'est beaucoup investi pour développer, par-delà les souvenirs douloureux de la guerre, la fraternité franco-allemande. En 1977, il devient conseiller municipal de Concarneau et responsable du groupe communiste de 1977 à 1983.

Nous commençons à lire et transcrire cet été les compte rendus de réunions de sections, de cellules, de comité de rédaction "d'Ouest-Matin", de comités fédéraux de Pierre Le Rose, alors secrétaire départemental du Parti Communiste, en 1955-1956, dans un contexte de guerre d'Algérie, de réorientation par rapport à l'héritage de Staline suite au XXe congrès, d'effort constant pour renforcer l'audience du parti communiste dans les masses et pour réaliser les conditions d'un rassemblement populaire à gauche. 

On y découvre un PCF fort dans le Finistère (2533 adhérents, 2 sièges de députés, le 2e parti en nombre de voix aux élections législatives de début 1956), avec une implantation dans les quartiers, les entreprises. Un Parti qui est relativement serein, avec de forts consensus, sans beaucoup de débats idéologiques et politiques contradictoires, même si parfois on voit des doutes, des désaccords et des contradictions affleurer, mais avec un effort qui est dirigée surtout vers l'action, l'organisation, la "propagande" et l'explication auprès du grand public, et une très forte préoccupation pour les problèmes sociaux quotidiens de la population. Le Parti est organisé en cellules, plus ou moins active, il s'appuie sur une presse importante, y compris avec une dimension départementale et régionale (Ouest-Matin), et un travail collectif considérable, même si comme aujourd'hui, des problèmes d'organisation existent. Il est amusant de découvrir dans ces carnets le fonctionnement du Parti et son quotidien, il y a plus de 60 ans, avec des différences importantes de contexte mais aussi beaucoup de similitudes avec les préoccupations et discours actuels des adhérents du Parti Communiste.       

Pierre Le Rose, un homme multicarte... Voyage dans l'histoire

La Résistance et les communistes à Concarneau (à partir des notes et archives de Pierre Le Rose)

Contribution à l'histoire de la libération de Concarneau - par Alphonse Duot, ancien responsable du Front National de lutte pour la Libération et l'indépendance de la France, adjoint au commandement de la 7ème Compagnie F.T.P.F: un document exceptionnel des archives Pierre Le Rose

L'audience du Parti Communiste à la libération dans le Finistère

 

Témoignage de Piero Rainero, ancien dirigeant départemental du PCF Finistère:

"Je viens de lire avec intérêt et avec émotion les carnets de Pierre le Rose. Intérêt car on y retrouve la précision et la rigueur de Pierre dans les relevés de notes des réunions auxquelles il participait comme dans sa responsabilité de trésorier fédéral qu'il a exercée auprès de moi pendant plus de 15 ans. Intérêt aussi car il s'agit là d'un témoignage de première main sur la vie collective des communistes dans leurs organisations, sur leurs actions, leur volonté constante d'être toujours au plus près du monde du travail, leur engagement au service de la paix, de la justice, de la défense des libertés. Emotion car j'y retrouve les noms de beaucoup de camarades que j'ai connus personnellement, avec lesquels j'ai milité, et qui sont aujourd'hui disparus mais leur mémoire revit au travers de la publication de toutes ces notes... Guy Ducoloné pendant plusieurs mois venait très souvent dans le département pour y apporter une "aide politique". Il faut dire qu'en ces temps-là la vie militante n'était pas ce qu'elle est aujourd'hui. La fédé était à Brest, il n'y a pas toujours eu de voiture pour les "permanents" et les voitures personnelles étaient rares. Les déplacements se faisaient en train, en autocar, en mobylette et à vélo. Se rendre depuis Brest à Plogoff, à Penmarch, à Concarneau, à Roscoff, à Lanmeur, à Huelgoat, Carhaix, Chateauneuf du Faou par exemple, et en convoyant tracts et affiches,  était une petite expédition. Pierre me disait une fois que  pour une réunion de 2 heures à Plogoff, ou à Quimperlé où il y avait alors des sections importantes, il fallait un jour et demi de trajet et rester dormir chez un copain. Cela m'amène aussi à rappeler que les salaires de ces camarades "permanents" étaient versés quand on le pouvait et parfois......il n'y en avait pas. Ayant eu à m'occuper dans les années 70 des liquidations de retraites de plusieurs d'entre eux j'ai pu constater la gravité de certaines situations, et pas seulement en Bretagne. Car c'était une réalité nationale, avec Gaston Plissonnier du secrétariat national une commission fut mise en place pour régler au mieux ces situations délicates et je crois que dans la plupart des cas nous y sommes parvenus".

***

Notes de Pierre Le Rose, dirigeant du Parti Communiste dans le Finistère

Cahier "Visites 13.10.1955/ 09.10.1957"

Bureau de section de Brest le 13 octobre 1955.

Pierre le Rose note que le bureau de section a été convoqué « au hasard », des non-membres sont convoqués, des membres de le sont pas. Il regrette qu'il n'y ait pas à la section de membre du « bureau de section ».

Berthou dit :

« Notre presse touche 10 % de la population. Or le double nous fait confiance. Les communistes ont un réseau de correspondants dans l'entreprise, à l'arsenal. Mais il manque à cette presse une chronique sportive. Une enquête sur la situation du logement à Brest est prévue ».

On examine les ventes de l'Huma cellule brestoise par cellule brestoise, CDH par CDH : cellule Polygone, cellule Ropars, cellule Departout, cellule Dimitrov, cellule Moreau : les titres vendus sont « L'Huma » quotidienne, « L'Humanité Dimanche », « France Nouvelle », « Ouest-Matin », « Regards » : la presse communiste est pléthorique.

Dans une cellule comme la cellule Dimitrov, on compte 12 à 13 vendeurs, pour 90 Huma à vendre. Parfois, des sympathisants aident à la vente de l'Huma. Les communistes qui vendent sont souvent connus et reconnus dans leurs quartiers, on sait qu'ils défendent les gens : beaucoup de gens ont de la sympathie pour eux (propos de Prigent, qui fait quant à lui des ventes à la Criée). La situation de CDH isolés ou malades pose problème : on les recense. On recense aussi l'argent non-rentré pour des ventes de calendriers et d'almanachs.

R. Riou remarque qu'à peine 1 communiste sur 10 prend l'Huma quotidienne.

Pierre Le Rose fixe comme objectif une vente de 1900 HD.

« Ouest-Matin » traite aussi des affaires judiciaires et essaie de sortir des informations qui ne sont pas dans les autres journaux. Pour l'enquête sur le logement, on utilise des réunions de co-locataires, les connaissances de militants qui travaillent avec et pour les mal-logés avec qui le PCF organise des réunions. La section convoque aussi des réunions de femmes, des réunions de jeunes communistes.

Un militant (Pierre Cauzien, le personnage central d'"Un homme est mort", la BD de Kris et Davodeau, grièvement blessé le 17 avril 1950, le jour où les gendarmes ont tué Edouard Mazé) s'interroge sur le lien de concurrence ou de complémentarité à établir entre « Ouest-Matin » et « Le Télégramme » : « On plafonne. Les travailleurs n'ont pas besoin de savoir ce qui se passe sur leur chantier. Beaucoup de lecteurs d' « Ouest-Matin » prennent « Le Télégramme ». Ouest-Matin n'intéresse que par intermittence. Ne pas faire d'article pour l'arsenal le samedi. Le journal des militants est lus par 90 ouvriers (de l'arsenal), donc ils ont besoin de lui, mais ne l'achètent pas. Meyniel avance que c'est « parce qu'ils ont peur de dire qu'ils ont « Ouest-Matin ».

 

Le 18 octobre, réunion de section de Quimper, cellule Croizat.

8 des 12 adhérents de la cellule sont présents, dont 5 femmes.

Un rapport introductif de M. Mahieux évoque la situation internationale, la lutte pour la paix, le conflit colonial en Afrique du Nord pour la défense des intérêts capitalistes. Mais aussi des problèmes sociaux d'actualité et touchant le quotidien des gens : les salaires, le mode de remboursement par la Sécurité Sociale pour les maladies, la gestion de la Sécurité Sociale, du Comité d'Entreprise et de la Caisse paritaire, la cellule communiste est perçue comme un moyen d'asseoir un discours fort et entendu sur la gestion de la caisse de Sécurité Sociale. Dans la réunion de cellule, on parle salaires, primes, convention collective, productivité des salariés, intérêt des allocataires, organisation des conseils de l'U.N.C.A.F.

On sort de la réunion avec la décision de sortir un journal de cellule, une campagne sur les salaires, d'aider à la préparation de la conférence régionale CGT (en lien avec la future conférence nationale) et de faire signer une pétition pour la Conférence de Genève sur la Paix.

Le lendemain, 19 octobre 1955, Pierre Le Rose est à nouveau à Brest pour une assemblée des secrétaires de cellules, où l'on parle de « la nécessité de développer notre propagande dans les masses » : « exposer nos arguments face aux mouvements revendicatifs (mal logés), sur l'Afrique du Nord, sur la Paix (Conférence de Genève) ». Trois cellules brestoises ont leurs journaux, dont Stalingrad et Dimitrov.

Les cellules brestoises sont Dimitrov, Marcel Cachin, Jean Jaurès, Langevin, Stalingrad, celle des Cheminots, Departout, de Bortoli, Kérigonan, Péri-Rannou-Port de commerce, Bergot, Maurice Boucher. Kérusan, Jules Lesven, Henri Martin, Sécurité Sociale, Croizat, Bassin 4.

Leur représentation aux réunions de section d'octobre 55 :

Berthelot à la cellule Henri Moreau, résistant communiste fusillé au Mont Valérien.

Le Saux à la cellule Departout.

Prigent à la cellule Bergot.

Nédelec à la cellule Stalingrad

Le Mallet à la cellule Langevin

Paul Le Gall à la cellule Kerusan

A. Rouet à la cellule Jean Jaurès

Berthou à la cellule Kerigonan

Gabriel Paul à la cellule Ropars

Pierre Cauzien à la cellule Marcel Cachin

P. Menès à la cellule Peri-Rannou

Menès à la cellule Henri Martin

Merrien à la cellule Bassin 4

Renée Riou à la cellule Sécurité Sociale

Tanguy à la cellule Croizat

D'autres noms sont difficilement lisibles, ou non connus pour les Cheminots, E.G.F, Dimitrov, M. Boucher.

Aux réunions de secrétariat de section et de comité de section de Brest les 24 et 28 octobre, on prépare le meeting avec Marcel Servin, ancien directeur de cabinet de Thorez et député de Haute-Saône, pour la lutte pour la Paix au Sélect. Des comités Paix animés par le PCF doivent être remis en place à l'Arsenal, St Marc, à Kerinou, Rive Droite, mais Pierre Le Rose regrette que cela n'ait pas été assez préparé. Il est question d'un effort de persuasion et de rassemblement à faire auprès des travailleurs socialistes. Les Socialistes de la Rive Droite ont refusé la rencontre proposée par la cellule communiste. On affirme la volonté d'assurer la succès de la liste CGT aux élections à la Sécurité Sociale.

Berthou regrette que la cellule des Cheminots brestois soit « complètement morte, sans vie ».

Le 10 novembre 1955 Pierre Le Rose est à Quimper pour la réunion du Comité de Section, présidée par une femme apparemment, Renée Delord, alors qu'à Brest, c'était Renée Riou qui présidait la réunion du comité de section.

A cette réunion quimpéroise sont présent Perchec, Renée Delord, J. Le Berre, Le Page, Plouhinec, Pédel, Guivarc'h, Guillemet, L. Tyruen. On regrette le nombre d'absents et d'excusés. Pédel fait le rapport et entrevoit la possibilité de l'union des forces de gauche et de l'unité PS-PCF pour changer de politique. On se propose aussi de s'adresser par lettre au Parti Socialiste à cette intention. Mais aussi de s'adresser aux radicaux et aux mouvements laïques. De participer à des comités de patronage, pour viser toujours plus loin le rassemblement. On propose de distribuer l'Avant-Garde, le journal du MJCF, aux jeunes chrétiens et de faire un travail spécifique en leur direction.

On propose le développement des porte-à-portes, des réunions de quartiers, dans les usines, chez les particuliers. On demande qu'il y ait une distribution plus méthodique et rationnelle du matériel de la fédération auprès des cellules.

A Quimper des cellules existent à Locmaria, Eau-blanche, à l'Ecole Normale, on peut de reconstituer celle route de Douarnenez, et route de Pont L'Abbé, de s'adresser aux couches agricoles du canton en abordant les problèmes paysans et en visant les cultivateurs aussi bien que les ouvriers agricoles. La section à un journal, « le Travailleur quimpérois », et une fête, la « Fête du Travailleur quimpérois ». On s'interroge sur les moyens de redynamiser les cellules qui ne fonctionnent pas, sur les jours les plus appropriés pour se réunir afin de toucher les actifs. On met en avant l'importance du porte-à-porte « car les réunions des dernières élections n'attiraient pas les foules » (Plouhinec).

Le 13 novembre 1955, une « assemblée d'études », de réflexion sur les problèmes sociaux auxquels est confrontée la population est organisée à Quimper.

Signor y évoque la question des salaires, des impôts, des allocations familiales, de la politique de guerre, rappelant que la lutte pour la Paix était le problème décisif, et met aussi en avant la nécessaire recherche de l'unité pour la défense des intérêts populaires.

Jacob met en avant le problème de la propriété de la terre, de la nécessité que la terre revienne à ceux qui la travaillent, et de l'école laïque.

Larnicol évoque le problème de la pêche et de la crise sardinière.

Gabriel Paul parle des prochaines élections et de la « bataille pour notre liste ».

Le 24 novembre, Pierre Le Rose participe à une réunion du Comité du Parti à l'Arsenal et en fait aussi un compte rendu très détaillé avec les interventions des uns et des autres : Beuzen, Prigent, Le Nédélec, Kermoal, Merrien, B. Manach, Berthelot, Ducoloné. Plusieurs cellules existent à l'arsenal (Henri Martin, Bassin 4, J. Lesven, Camphin, Artillerie, Pyro), mais leur animation n'est pas toujours simple (ouvriers dispersés, militants qui militent aussi dans leurs quartiers). Une seule cellule fonctionne bien, dut A. Merrien, la cellule Marcel Cachin. La diffusion de « Ouest-Matin » apparaît faible à l'Arsenal mais la CGT est en tête, ce qui traduit de la sympathie pour l'organisation qui est combattue par la presse (« Le Télégramme ») que les ouvriers lisent.

Le 26 novembre 1955, Pierre Le Rose est à Quimper pour un comité de rédaction de Ouest-Matin animé par Perchec avec comme autres présents A. Lequellec, Pédel, Larzul, JF Hamon, R. Delord, Guivarch. Perchec déclare qu' « un journal est un meeting », qu'on doit « y trouver les aspirations de toute la population », s'intéresser par exemple aux problèmes des travailleurs des faïenceries et des biscuiteries, avoir des chroniques régulières d'entreprises, être attentif aux revendications des gens dans les quartiers, « montrer la possibilité du changement de politique » et « dénoncer les élus réactionnaires ». Les faiblesses de « Ouest-Matin » apparaissent comme étant l'information générale et le sport. On part sur l'idée de se constituer un réseau d'informateurs, en réunissant la cellule communiste de la céramique, en travaillant avec les syndicats (Friant), notamment des conserves (Saupiquet), mais aussi du Bâtiment, des employés. Essayer de se documenter, de faire parler les gens. On prépare une réunion pour les correspondants et informateurs du journal le 3 décembre.

Le 13 décembre 1955, Pierre Le Rose assiste à la réunion de la section de Landerneau qui a elle aussi plusieurs cellules – Marcel Cachin (Plouédern), Sampaix (centre-ville), Paul Langevin, Barbuse (Garenne) et organise des réunions spécifiques pour les femmes adhérentes et sympathisantes et « les vieux », en plus des réunions de cellule et de section auxquels ceux-ci assistent. Lors de cette réunion, on observe l'attente des travailleurs dans le Léon d'un nouveau Front Populaire et on regrette que la SFIO n'ait pas répondu à la lettre d'invitation à la discussion du Parti. Louis Le Roux doit participer à une réunion électorale à la Roche-Maurice et l'on prévoit les collages avec moto et bidons de colle.

Le 13 janvier 1956, le comité de section du PCF à Brest analyse les résultats des élections législatives. Le PCF est dans deuxième position et garde ses 2 sièges de députés dans le Finistère mais perd un peu de terrain par rapport à la SFIO. A Brest, il perd 4,6 % par rapport aux élections précédentes. On observe que la confusion des relations PCF-SFIO n'aide pas : « le pays veut un front républicain, un gouvernement de front populaire » (J. Le Saux). Le PCF essaie de travailler les conditions de cette unité de la gauche à partir de la base, dans les quartiers, les entreprises, comme à l'Arsenal. On fait le décompte des adhérents qui ont repris leur carte : 379 à la section de Brest.

Beuzen pousse un coup de gueule : « On ne commence pas sur le plan de l'optimisme. Ce qu'on demande, c'est une politique de gauche. On ne va pas pleurnicher sur des voix ! Comment mener cette bataille pour un Front Populaire, voilà l'important. A l'Arsenal, on distribue des tracts tous les jours, mais on n'arrive pas à réunir tous les cadres du Parti ». D'autres camarades (Ducoloué) remarquent que les scores du Parti ne sont pas mauvais et que la gauche a les moyens d'avoir une majorité parlementaire, que les citoyens ont senti que des « forces de changement existaient ». On regrette néanmoins l'abstention de 28 % qui touche de nombreux travailleurs. On observe qu'il n'a manqué que 171 voix pour finir premiers à Brest. On observe des progrès là où les cellules travaillent bien (St Marc, 4 Moulins), de reculs là où elles ont peu d'activité (St Pierre, Lambézellec): « le parti n'est pas un Parti comme les autres » (Ducoloné). On parle de 16 nouvelles adhésions à Brest début janvier 1956, de 137 000 F collectés à la Souscription. L'année précédente (1955) c'était 94 adhésions qui avaient été enregistrées à Brest.

Lors d'une réunion du comité de section de Brest en mars 56, on parle dans la nécessité de réimplanter le Parti dans les entreprises : E.G.F, P.T.T, Monoprix. Pierre Le Rose insiste pour lui-même dans la marge sur la nécessité de faire des compte rendus de mandats pour nos élus.

Le 10 mars 56, Pierre Le Rose est à Locquirec, où l'on a placé 36 cartes, et où le vote pour le parti s'appuie sur 56 familles et 92 sympathisants. Les comptes sont précis. Un jeune, Pierre Prigent, anime le parti à Locquirec. 7 Huma-Dimanche y sont diffusés par Paris et on y compte 20 abonnés à « La Terre ».

Le 24 mars 56, c'est le comité de rédaction de « Ouest-Matin » à Douarnenez. La chronique locale est confiée à Cornec, la rubrique sportive à « Mazéas frère » (sic), sympathisant. On se pose la question de l'animation de la rubrique de Morlaix. On propose que l'animateur du comité de rédaction du journal, Perchec, vienne un jour par semaine à Douarnenez pour assurer la liaison. On suggère une enquête sur les rues de Douarnenez, de travailler avec la police et la gendarmerie pour les faits divers, de faire jouer tout un réseau d'informateurs du parti dans les activités professionnelles. On regrette que trois articles d'un camarade de Pouldavid (Jaffrin) ne soient jamais parus.

Le 28 mars 1956, c'est le bureau fédéral. La discussion est introduite par un rapport de Louis Le Roux posant un certains nombres de problèmes politiques du moment :

De fortes inquiétudes sur l'Algérie, le besoin d'explications et la difficulté d'en donner aussi au vu des hésitations du gouvernement. Le Parti a pris la parole à l'arsenal devant 60 ouvriers, dont 40 jeunes, sur le sujet. Le Parti va chercher à développer le comité « Paix en Algérie » en faisant des réunions dans les quartiers. On remarque que les socialistes sont très divisés sur la question algérienne, que certains sont pour quitter le gouvernement. Louis Le Roux parle d'apathie de la CGT sur la question de l'Algérie. Louis Le Roux évoque aussi, pour ce qui est de l'activité interne du PCF, « la nécessité de faire connaître les travaux du 20e congrès » : « il y a une bataille idéologique à mener. Des camarades des cellules ne comprennent pas. Les analyses erronées de Staline restent. Il faut étudier les ouvrages de manière approfondie ».

Le Parti Communiste Français en Finistère, en mars 1956, représente aux dires de Louis Le Roux lors de ce comité fédéral 2 533 adhérents, dont 696 nouveaux. 540 adhérents de 55 n'ont pas repris leurs cartes en 56.

On discute la position du Parti sur les pouvoirs spéciaux en Algérie et les contradictions du positionnement pour la Paix même si on ne met pas en discussion la nécessité de lutter pour la Paix. La question algérienne complique la volonté affirmée par le XXe Congrès et les participants de la réunion de chercher le rassemblement le plus large possible, et l'unité avec les socialistes. On parle de la préoccupation vive des jeunes, des travailleurs, des femmes par rapport à la violence en Algérie et à la mobilisation des appelés, de savoir si on peut parler de « nationalité algérienne », avancer le mot d'ordre d'un « cessez-le-feu ». On regrette que l'UD CGT n'agisse pas sur la question algérienne.

Quelques jours plus tard, Pierre Le Rose est en réunion avec 7 secrétaires de cellule de la section de Morlaix : Bideau (cellule Barbuse), Cueff (Pouliet), Guivarc'h (La Madeleine), ? (illisible) (hôpital), ? (illisible) (EGF), ? (illisible) (cheminots). ? (illisible) (Ville-Neuve), ? (illisible) (Tabacs). La discussion s'engage sur « Ouest-Matin » :

Voici les notes de Pierre Le Rose

« 1. le journal ne doit pas être strictement politique.

2. Pourquoi ne tient-on pas compte du travail du correspondant.

3. Comment augmenter les ventes sans rubrique locale ».

On propose que Jean Nédélec fasse un compte rendu du 20e congrès le samedi 14 avril 1956 à la maison du peuple.

A l'ordre du jour du Bureau Fédéral du 11 avril 56, Jean Nédélec développe sur la question du désarmement, le Conseil Mondial de la Paix, l'organisation du mouvement de la Paix.

1920-2017: le beau parcours de notre camarade Jean Nédelec, militant de l'enseignement laïque et du Parti Communiste

Le Télégramme, 4 avril 2017: disparition de Jean Nédelec, grande figure du militantisme

Le bureau Fédéral du 18 avril 56 examine comment aboutir au cessez-le-feu en Algérie. Louis Le Roux dans son rapport précise que la politique du Parti n'est pas toujours comprise: à Quimperlé, Fouesnant, Quimper. Le Parti organise des réunions importantes sur le thème de la paix en Algérie, sur les dangers de Poujade (sur les listes duquel Le Pen ne tarderait pas à se présenter). Des comités jeunes sont créés à Benodet, Penmarc'h. On parle de la demande d'aide d'une des cellules (!!!) de Berrien pour organiser une manifestation. On évoque des difficultés dans le Parti par rapport au vote pour Guy Mollet et l'unité avec les socialistes qui mènent une politique de guerre en Algérie, un besoin d'explication sur la question algérienne, le fait national algérien (qui peut se heurter à l'esprit colonialiste). Participent à la discussion de ce comité fédéral: au moins Louis Le Roux, P.Jaouen, Menès, Tanguy, Ducoloné, J. Nédelec. 

C'est Marie Le Manchec qui préside le Comité Fédéral du 27 janvier 1957. Souvent, les réunions sont présidées par des femmes. Paul Le Gall se charge du rapport, abordant la situation en Hongrie et en Pologne, parlant d'un "renforcement de l'unité du camp du socialisme", parlant de la lutte pour les salaires et les droits des locataires HLM, de la lutte pour la Paix en Algérie, des négociations avec le FLN, l'intervention de l'ONU. Il recense 19 sections dans le Parti Communiste en Finistère, et 60 cellules, 60 adhésions depuis début janvier, liées aussi à la position du Parti Communiste pour la paix en Algérie: 30 à Brest, 4 à Bénodet, 4 à Carhaix, 5 à Morlaix, 6 à Scrignac... 12 sections n'ont pas fait remonter leurs adhésions. 31 cellules ont fait remonter leurs effectifs. 

Larnicol (Finistère Sud) évoque à ce comité fédéral du 27 janvier Guy Mollet, "l'associé impitoyable du capitalisme". Interviennent aussi M. Le Goff, Jean Nédélec, Larnicol, Ducoloué, Louis Le Roux, Laot, Echardour, Marie Le Manchec, Gabriel Paul, Paul Le Gall, qui présente un rapport sur "le problème des femmes", avec une forte coloration sociale sur les travailleuses de la conserve, des magasins, l'impact de la guerre d'Algérie sur les femmes. Le Parti revendique pour les femmes à ce moment là le 13e mois d'allocation familiale et l'allocation dès le premier enfant. 200 femmes sont inscrites à Brest à l'Union des Femmes Françaises, émanant du PCF. Un rendez-vous pour les jeunes filles communistes est prévu à Quimper le 24 février 1957. 

Louise Tymen intervient pour considérer que "le comité fédéral s'intéresse peu au problème des femmes". Marie Le Manchec considère qu'il y a deux problèmes sérieux à prendre en compte dans la période: le racisme, et la situation des femmes. Ce sont là des tâches impérieuses du PCF: 740 femmes à Brest attendent du travail. Pour autant, les femmes sont souvent plus rétives aux idées communistes. Jean Nédélec considère même que "les femmes ne comprennent pas combien elles sont exploitées". Guy Ducoloné expose la position du PCF par rapport à la guerre d'Algérie - "il faut en finir!"- les faux-semblants des discours de Guy Mollet et conclut en disant: "on ne ménage pas les dirigeants socialistes". Un meeting pour la paix en Algérie est prévu dans la semaine à Brest. On parle d'un devoir de grève vis-à-vis des Algériens, d'efforts à faire et de lutte pour qu'ils ne soient pas victimes de répression. On juge que sur la question de la paix en Algérie, "le parti se conduit bien". 

Le 15 février 1957, Pierre Le Rose participe à la réunion du comité de section de Concarneau. On parle de l'organisation d'un meeting aux Halles 15 jours après. Les 8 cellules de Concarneau sont Jean Jaurès (20 adhérents), Lanriec (15 adhérents), Fabien (18 adhérents), Karl Marx (17 adhérents), A. Le Lay ( 5 adhérents), Beuzec (14 adhérents), Lin, La Boissière, soit un nombre d'adhérents à Concarneau au total de 99. La section de Concarneau entend organiser une semaine Paix en Algérie avec tracts, pétition, brochures nationales du PCF,  meeting aux Halles. 

Au comité fédéral du 24 février 56, on revient sur les résultats des candidats communistes aux élections municipales à Carhaix. Paul Le Gall introduisant en disant que "pour la population, les réalisations municipales sont essentielles. Même si le fonctionnement d'une municipalité et le rôle d'élu renferme en eux des "sources d'opportunisme". Pour le PCF, il convient de placer les élections municipales dans leur cadre propre, c'est une occasion de "faire pénétrer nos mots d'ordre", d'élargir, d'où l'importance du choix des candidats, de servir la cause des travailleurs. A Carhaix, en 57, le PCF progresse en nombre de voix (1410) par rapport aux élections de 53 (1338), tout particulièrement à Plouguer (120 voix gagnées). Entre les deux tours, on parle de développer la nécessité du Front unique à gauche. 

Au bureau fédéral, des responsables de propagandes thématiques sont nommés: Gabriel Paul à l'Arsenal, Pierre le Rose auprès des Marins, Pierre Jaouen de Berrien, décédé en 2016 à l'âge de 92 ans, auprès des paysans, secrétaire de la section de Huelgoat et de la cellule de Berrien.     

Hommage à Pierre Jaouen, militant du Parti Communiste de Berrien, décédé à 92 ans, dont les obsèques ont lieu ce 9 mars 2016 à Carhaix

A la réunion de section de Concarneau du 26 février 1956 à laquelle assiste Pierre Le Rose, puisque c'est d'abord sa ville et sa section (17 présents sur 99 adhérents), J. Dantec s'exprime pour dire que sur l'Algérie, "les communistes n'ont pas tous les arguments", qu'il faut aller "visiter les cellules". Il y a aussi des difficultés à faire connaître notre position en matière municipale: rappeler que les HLM sont dus à l'action des communistes, il faut les mettre à la portée des travailleurs. J. Dantec se plaint que les conseils sont préparés trop vite. A Concarneau, les communistes sont très majoritaires chez les dockers, les communaux, les marins. Mais on n'y vend que 33 Huma en vente militante.       

Au Comité fédéral du 24 mars 1957, organisé en deux séances, s'expriment après le rapport de Paul Le Gall: Jo Laot, Marie Le Manchec, Louis Le Roux, Gabriel Paul, Echardour, JD Larnicol, M. Le Goff, R. Riou, P. Le Rose, H. Ménès, Ch. Gourmelon. Paul Le Gaul évoque des critiques internes par rapport aux insuffisances de fonctionnement de la fédération: pas de lutte dans les masses, des cellules qui ne vivent pas, ne s'expriment pas, même si d'autres sont très actives, la nécessité de développer les journaux de cellule, de bien préparer les ventes de masse de l'Huma. Echardour considère que le Parti n'a pas assez proposé et travaillé pour la jeunesse depuis le Congrès, qu'il faut poser le problème de l'Unité du Parti. Jean-Désiré Larnicol, ancien résistant, secrétaire de la section du Guilvinec, ancien conseiller général (de 1945 à 1949), trésorier fédéral (https://www.gastonballiot.fr/le-pays-bigouden-dans-la-guerre-2/le-pays-bigouden-dans-la-guerre/jd-larnicol-j-lebrun/) parle des Marins-Pêcheurs, de la nécessité pour le Parti d'être présent au Comité d'Action Laïque. 

Louis Le Roux parle du flou des objectifs du Marché Commun, du rôle que l'Allemagne y joue, du problème de la défense des libertés, au regard duquel Poujade n'est pas l'aspect essentiel. Il évoque 2900 adhérents pour le PCF en Finistère en 1956 et 1878 reprises de cartes fin mars 1957. Un différentiel inquiétant qui invite "à s'interroger sur les causes": 

- élections de 56

- la Hongrie

- pas d'esprit de suite à la direction fédérale

La presse communiste est jugée par le rapport de Louis Le Roux insuffisamment lue. L'objectif qu'il fixe est de gagner 1000 lecteurs à l'Huma-Dimanche et de la publicité. On parle ensuite salaires et revenus dans l'agriculture, la métallurgie et le bâtiment, la conserve, chez les marins-pêcheurs.   

Le 5 juillet 1957, Pierre le Rose participe à sa réunion de cellule Karl Marx à Concarneau. On s'y plaint d'un relatif échec du meeting pour la Paix en Algérie: "on travaille mais ça n'avance pas. On distribue des tracts mais il y a personne aux meetings". Un intervenant déplore le racisme ordinaire contre "les bicots". Un intervenant avance que les gens ne sont sensibles à la guerre d'Algérie que quand un proche y participe. 

A la conférence de la section de Concarneau le 11 mai 1957, on remarque que malgré les événements de Hongrie, la section a gagné 5 adhérents. On parle néanmoins d'un "grand désordre" d'organisation dans le Parti, d'une difficulté à mobiliser les adhérents dans les réunions de cellule. On parle de développer les syndicats CGT dans les entreprises, face aux progrès de la CFTC, de travail plus soutenu à accomplir vis-à-vis du monde rural et agricole. Des soldats en Algérie ont écrit à la fédération du PCF, nous dit-on.   

Une conférence fédérale a lieu le 18 mai 1957, présidée par Auguste Le Guillou.

Paul Le Gall présente le rapport fédéral: la bataille contre l'armement atomique, pour la paix en Algérie, en posant la question, aiguë à ce moment dans le parti, du rapport avec les socialistes compte tenu de leur politique répressive et guerrière en Algérie (à la section  de Rosporden, on ne veut plus de politique unitaire, Paul Le Gall pense qu'il est possible dans ce département de faire changer les socialistes d'attitude), la lutte contre Speidel, le marché commun, la situation de la classe ouvrière dans le Finistère, le rapport au militantisme syndical des communistes, l'expression du Parti ("Si le Parti ne s'exprime pas, nous n'avançons pas"), le lien avec les ouvriers agricoles et les paysans, les marins, l'activité des cellules. On parle d'un effort particulier à déployer dans les cellules rurales du Finistère dans des zones où l'on sent l'influence de la CFTC  et des "dorgéristes" (populistes de droite). Paul Le Gall annonce 2 300 adhérents en mai 57 et trouve cela insuffisant. Le but est d'atteindre les 3 000 en déployant de gros efforts en direction de la jeunesse. Des Brestois ont contribué ainsi à créer une UJCF (Jeunes communistes) et une UJRF (Union de la Jeunesse républicaine de France), organismes émanant du PCF, au Guilvinec. L'Union des Femmes Françaises, également liée au PCF, compte elle plusieurs groupes actifs dans le département, travaillant aussi avec des femmes non adhérentes. A l'UJFF, il y a 70 adhérentes, avec des antennes à Brest, Quimper, au Guilvinec et à Concarneau, à comparer aux centaines de jocistes.  Le travail des instituteurs au SNI est mis en avant, comme la belle participation à la fête de la section de Quimper, sous le signe de la lutte contre le fascisme, et les bons contacts avec les socialistes dans les organisations laïques. 

Dans son rapport introductif, Paul Le Gall parle de 18 municipalités à direction communiste dans le Finistère. Le Finistère se place sinon en 12e position pour le placement de l'Humanité Dimanche, même si Ouest-Matin a disparu. Si les militants et CDH du Finistère parviennent à intégrer les 10 premiers fédérations, ils pourront envoyer un camarade en URSS! 

Jean Prigent de Brest intervient sur le problème du logement à Brest: 18 000 logements sinistrés, 12 000 en reconstruction, une fédération de locataires qui devient plus active. 

Caudan, de Morlaix revendique 80 adhérents à Morlaix, regroupés en 10 cellules, dont 3 d'entreprises et précise qu'"il existe des cellules qui marchent" mais que le travail se fait plus sur des initiatives personnelles que sur une organisation vraiment collective. 

Louis Le Roux, nouveau secrétaire fédéral, propose la liste des délégués pour la commission de candidatures (F. Echardour, F. Tanguy, A. Lozach, Y. Gourlay, J. Pédel, Droal) , pour la commission résolution (P. Le Rose, A. Damard, H. Ménès, C. Gourmelon), et pour la commission mandats (Gabriel Paul, L. Monfort, A. Nédélec, L. Le Gall)     

Nicole Le Goff de Brest intervient sur l'organisation des femmes dans le parti.   

Jean-Claude Corre de Brest regrette que la fédération vieillisse et n'ait pas tout mis en oeuvre pour tenter d'attirer des jeunes militants. Les membres du parti, selon lui, ne connaissent pas assez la jeunesse, manquent de confiance dans les jeunes, du moins certains camarades. 

JF Hamon de Quimper intervient sur l'action du Parti vis-à-vis des instituteurs, à partir notamment de la revue "L'Ecole et la Nation", dont la diffusion est passée de 60 à 90-95 (sur 3000 instituteurs, dont plus de 190 au Parti dans le département: Pierre Le Rose dément ces chiffres en marge). Au moins 20 des lecteurs de la revue ne sont pas au parti. A instituteur sur 10 environ vote pour les listes communistes dans le Finistère, selon JF Hamon. 13 normaliens et normaliennes sont abonnés à la revue communiste sur l'école.       

Pédel (Quimper) met en avant une moyenne d'âge de 43 ans à la conférence de section de Quimper. La jeunesse est présente. De nouvelles femmes ont intégré le comité de section. 

D'autres camarades interviennent: M. Le Manchec de Brest, Jean Nédelec, de Brest, Hervé Bernard, de Douarnenez, Le Duff de Brest, Pierre Cauzien de Brest (la lutte des techniciens de l'Arsenal), Carguilo de Brest, un camarade de St Pol de Léon (C de Moine?)

 

Le lendemain, la conférence fédérale reprend, et la discussion s'engage sur l'impôt, les cours du poisson et la situation des marins. L'après-midi, c'est le grand résistant Daniel Trellu qui préside la séance de la conférence du Parti Communiste du Finistère. 

Daniel Trellu (1919-1998): instituteur, responsable de la résistance communiste bretonne, militant, poète bretonnant

 On procède aux amendements sur les résolutions.

La commission des mandats fait son rapport.  

29 sections sur 31 sont présentes (Kerhuon et Motreff abstents), avec 191 délégués à cette conférence fédérale dont les délégués présentent une moyenne d'âge de 38 ans. 70 de ces délégués sont ouvriers, 5 marins-pêcheurs, 16 employés, 24 instituteurs, 7 artisans, 6 paysans, 7 ménagères, 1 cadre, 19 travailleurs de l'Etat, et 18 fonctionnaires. 

Les candidats sortants du comité fédéral qui se représentent sont: 

Joseph Brivoal, Pierre Cauzien , Jerôme Coutellec, François Echardour, Arsène Gourant(?), Charles Gourmelon, René Guillamet, Pierre Jaouen, Joseph Laot, Jean-Désiré Larnicol, Paul Le Gall, Michel Le Goff, René Le Moal, Pierre Le Rose, Louis Le Roux, Jean Nédélec, Gabriel Paul, Alphonse Penven, Henri Plochinec, Renée Riou, François Tanguy, Daniel Trellu, Henri Ménès, Albert Guirec, Cosquer, Camille Diougout(?), Anna Damard, Ferdinand Le Goff, Marie Le Manchec, Jean Le Saux, André Lozac'h, Albert Merrien, Louis Monfort, Jean Pédel, Louis Le Quilliec, Louise Tymen, Pierre Salaün. 

Ne sont pas représentés: Joseph Beuzen, Thomas Damard, Jean Hémon, François Tournevache, Le Moal, Bodéré Guillaume. 

Sont intégrés au comité fédéral: José Corre de Brest, Jean Droal de Quimperlé, Geneviève Jolivet de Quimper, Paul Guéguin, de Brest, Jeanne Le Goff, de Brest, Jean Prigent, de Brest, Henri Roudaut, de Landerneau, Julien Faou de Lesconil. 

Cette liste de 46 membres présentés pour le comité fédéral est élue à l'unanimité. 

Le discours de clôture de Michel Vaudel dénonce l'usage généralisé de la torture en Algérie, l'attitude du gouvernement socialiste de Mollet vis-à-vis de l'Algérie. Il plaide pour "la liquidation du système colonial". On constate que, malgré l'intensité des attaques dont il est l'objet, le parti communiste reste un acteur important, écouté, que sa stratégie d'union de la gauche ne le dessert pas, bien au contraire, car elle correspond à des attentes populaires. L'objection de l'unité d'action avec les socialistes est réaffirmé, comme celui d'avoir un parti d'action, et de renforcer la démocratie dans le parti en travaillant au lien avec la jeunesse.       

Carte d'adhérent de Pierre Le Rose en 53

Carte d'adhérent de Pierre Le Rose en 53

Partager cet article
Repost0
6 août 2018 1 06 /08 /août /2018 06:58
Contre les valets du capital, votez communiste!
Contre les valets du capital, votez communiste!
Contre les valets du capital, votez communiste!
Partager cet article
Repost0
6 août 2018 1 06 /08 /août /2018 06:50
Décès d'Arséne Tchakarian, militant communiste, dernier survivant du groupe Manouchian des FTP MOI : hommage de Pierre Laurent et de L'Humanité

Arsène Tchakarian, survivant du « groupe Manouchian", vient de nous quitter à l'age de 102 ans. Immense respect, énorme émotion et gratitude éternelle. Nous qui restons, soyons dignes d'Arsène et de celles et ceux qui n'ont jamais courbé l'échine dans le combat pour la liberté, la démocratie, la justice sociale et la grande fraternité humaine.

Aujourd'hui, dans le Télégramme, un paragraphe convenable sur Arsène Tchakarian, sans doute inspiré par une dépêche AFP. Curieusement, on n'indique pas que ce courageux résistant était communiste et l'est resté toute sa longue vie...  Comme le poète et chef de la résistance parisienne FTP MOI, le communiste Missak Manouchian, Arsène Tchakarian est un rescapé du génocide arménien, né en Turquie en 1916.    

Arsène Tchakarian

Arsène Tchakarian

Décès d'Arséne Tchakarian, militant communiste, dernier survivant du groupe Manouchian des FTP MOI : hommage de Pierre Laurent et de L'Humanité

 

DÉCÈS D'ARSÈNE TCHAKARIAN : RÉACTION DE PIERRE LAURENT
Dimanche, 5 Août, 2018
C'est avec une très grande émotion et tristesse que j'apprends le décès d'Arsene Tchakarian. Il était le dernier survivant du groupe Manouchian  et des FTP Moi. Après l'arrestation de Manouchian il rejoint le maquis  du Loiret et participe à la libération de Montargis. Résistant de la  première heure Arsène a participé à tous les combats progressistes de ce siècle avec son parti, le parti communiste français. Issu d'une famille arménienne qui a du fuir le génocide, il n'a eu de cesse d'agir pour la reconnaissance du génocide et les droits du peuple arménien. Modeste et humble, c'est pourtant un grand homme qui nous quitte aujourd'hui que le  parti communiste est fier d'avoir compté dans ses rangs.
 
Pierre Laurent, secrétaire national du PCF
 
 
Arsène Tchakarian au carré des fusillés du cimetière d’Ivry pour rendre hommage à nos camarades de l’affiche rouge membres des FTP-MOI fusillés par les nazis le 21 février 1944, devant la stèle de Missak Manouchian dirigeant du groupe, avec Pierre Laurent Secrétaire national du PCF et Philippe Bouyssou Maire d’Ivry en 2016 (photo Fabienne Lefebvre)

Arsène Tchakarian au carré des fusillés du cimetière d’Ivry pour rendre hommage à nos camarades de l’affiche rouge membres des FTP-MOI fusillés par les nazis le 21 février 1944, devant la stèle de Missak Manouchian dirigeant du groupe, avec Pierre Laurent Secrétaire national du PCF et Philippe Bouyssou Maire d’Ivry en 2016 (photo Fabienne Lefebvre)

ARSÈNE TCHAKARIAN, LE SURVIVANT TÉMOIN
Dimanche, 5 Août, 2018

Il était le dernier survivant du "groupe Manouchian" qui avait résisté à l'occupant nazi. Le résistant Arsène Tchakarian est décédé à l'âge de 101 ans, samedi 4 août, à Vitry. Après la Libération, il a passé sa vie à chercher et écrire sur la période la plus forte de son existence. Nous vous proposons de relire son portrait, publié dans l'Humanité en 2014.

C'est un modeste pavillon de banlieue, dans une rue calme de Vitry-sur-Seine. En y arrivant, on se demande si les personnes qui vivent dans les maisons attenantes savent qu'ils ont pour voisin un véritable héros. Un homme qui est le dernier en vie d'un groupe célébré par Aragon, chanté par Ferré. Une petite grille s'ouvre sur le jardin. Quand on sonne, on est gêné d'imaginer la pénibilité pour un homme de quatre-vingt-dix-sept ans de parvenir jusqu'au portail pour nous ouvrir. Mais quand apparaît Arsène Tchakarian, c'est un homme parfaitement alerte que nous découvrons. Pas tout jeune, non, mais sans difficulté il nous fait passer à l'arrière de la maison par un petit jardin parfaitement entretenu. « C'est très agréable l'été », nous confie-t-il. À l'arrière de la maison, dans une extension remplie par les plantes vertes, Arsène Tchakarian nous reçoit dans son bureau qui tient tout autant du musée de la Résistance : affiches et documents exposés sur des étagères aux côtés de classeurs remplis d'archives. C'est toute la vie du résistant qui se trouve dans cette pièce, comme nous le comprendrons vite.
 
« Je suis entièrement dans cette histoire de l Affiche rouge », attaque d'entrée Arsène Tchakarian, avant même que l?on ait eu le temps de lui poser une seule question. On comprend d'ailleurs très vite que nous n'aurons pas beaucoup l'occasion de l'interroger : l'homme a passé sa vie d'après-guerre à écrire ce qu'il a vécu et chercher ce qu'il ignorait encore, ce qui lui donne encore aujourd'hui une vision claire et construite de l'histoire qui, quand il la raconte, ne souffre pas beaucoup les sorties de routes. Il déroule les faits comme ils se sont produits, n'hésitant que deux ou trois fois quand un nom lui échappe. « Je commence à perdre mes mots », s'excuse-t-il. On aurait envie de lui répondre qu'à son âge, on craignait bien pire.
 
« Manouchian, je l'ai rencontré par l'aide à l'Arménie, se souvient Arsène Tchakarian. Il collectait du lait Nestlé, de la farine et du sucre pour envoyer aux enfants arméniens qui subissaient la famine en 1933 ou 1934. » L'Arménie était alors soviétique. « C'est Manouchian qui m'a amené avenue Mathurin-Moreau. » Dans cette rue débouchant sur la place du Colonel-Fabien, à l'endroit ou se dresse aujourd'hui le siège du PCF, se tenaient à l'époque des baraques en bois. Celles des MOI, la «main-d'œuvre immigrée » : des organisations communistes par nationalité (arménienne, juive polonaise, juive roumaine, italienne ) qui permettaient à des étrangers, qui auraient été immédiatement expulsés s'ils étaient pris avec une carte du PCF, de militer.
 
Quand éclate la guerre en 1939, Tchakarian, tout comme Manouchian, est mobilisé. Après la défaite française, revenant à Paris, Arsène a un choc :  « Je trouve une ville vide. On n'y voit que des chars et des camions allemands sur les Champs-Élysées. Les gens tremblent, les rideaux sont fermés, tout le monde est parti. » Les deux amis, qui ne digèrent pas la capitulation, commencent à agir : « À cette époque, notre résistance, c'était de diffuser des tracts et parler un peu de politique. Mais voilà qu'un jour de 1942 Manouchian vient à l'atelier de tailleur dans lequel je travaillais et me dit : Il y en a marre des tracts. Maintenant il faut combattre avec les armes. » « Missak, répond Tchakarian, comment faire ? Nous n'avons pas d'armes.»
 
Au mois de mars 1943, Manouchian revient à l'atelier et amène Tchakarian sur le pont Henri-IV. Sur le quatrième balconnet du pont attend un jeune homme de dix-neuf ans qui se fait appeler Michel. « Je ne le savais pas encore mais c'était Marcel Rayman », raconte Arsène. Rayman demande son nom à Arsène qui lui répond « Charles ». « Je savais que nous n'avions pas le droit de donner notre vraie identité ni de connaître celle des autres », explique-t-il. Ce n'est qu'après la disparition du groupe Manouchian d''ailleurs qu'il connaîtra les vraies identités de ses camarades.
 
Ensemble, les trois s'en vont pour leur premier coup d'éclat à Levallois-Perret. « Michel (Marcel Rayman, donc), nous montre un petit hôtel, ordinaire, duquel sortent une vingtaine de feldgendarmes. Nous nous étions dispersés sur la place. On faisait semblant d'admirer les beaux soldats allemands. Nous étions en fait en repérage pour notre première action. »
 
Tchakarian raconte : « La veille de l'action, Marcel Rayman me dit :  Toi Charles, tu seras à environ quinze mètres. Au moment où ils partiront, tu jetteras la grenade bien au milieu. Je réfléchis un peu. Sur le front, on tue des Allemands, mais comme artilleur, je ne vois que l'obus partir. Là ils seront bien face à moi. Marcel explique que Georges (le pseudo de Missak, NDLR) aura un pistolet, qu'il serait à environ vingt mètres de moi. »
 
« Le mercredi 17 mars, nous arrivons sur place. Alors que je suis en train de me préparer à environ trente mètres de l'hôtel, Manouchian court vers moi. Il me dit : "File la grenade". Je lui demande pourquoi. Il me dit que l'on n'a qu'un pistolet au lieu de deux, que ce sera Marcel qui l'aura. Il voulait absolument jeter la grenade lui-même. Ils commencent à marcher. Je vois Manouchian se mettre à courir. Avec son imperméable qui vole derrière lui, on dirait un oiseau. Il jette la grenade pile au milieu. Cinq ou six secondes après c'est l'explosion. Je vois un adjudant qui commence à se lever. Il avait un pistolet assez long. Il repère Manouchian qui s'enfuit. Il commence à le poursuivre. Il fait à peine dix pas que Marcel Rayman, coincé dans un coin de rue, l'abat.»
 
En face du vieil homme, on est pris d'un léger vertige : lui, calmement, raconte ce que l'on voit parfois sur les écrans ou que l'on lit dans les livres. Mais ces mains posées devant lui sur la table ont lancé les grenades dont il parle. Ces jambes, sur lesquelles il se redresse pour fouiller dans ses cartons à la recherche d'un document pour appuyer ses propos ont couru pour fuir les nazis. Et ces yeux ? Il est clair qu'au moment ou Arsène Tchakarian nous parle, du fond de sa mémoire, il visualise nettement la scène.
 
« D'où venaient nos armes ? Le Parti communiste ne pouvait pas nous en donner, il n'en avait pas. C'est donc qu'il existait autre chose. Il y avait une organisation quelque part qui nous avait trouvé des armes et était en train de nous organiser. On ne savait pas du tout de quoi il s'agissait.»
 
Les armes parachutées venaient en fait de Londres. Jean Moulin, qui avait uni la Résistance, avait su convaincre de Gaulle qu'il n'était pas risqué d'armer des communistes.
 
Des actions de résistance, des « attentats », il y en aura bien d'autres. Comme le premier attentat d'envergure confié à Arsène : l'attaque à la grenade d'un autocar rempli d'officiers allemands.
 
Quand le groupe sera arrêté, Arsène Tchakarian s'en sortira grâce à un ancien camarade de régiment avec qui il avait combattu au début de la guerre. Policier et hostile à l'Occupation, ce dernier l'a fait cacher dans un appartement de la préfecture de Paris, proche de Notre-Dame, avant d'organiser son départ pour le sud-ouest. Devenu officier, il continuera à agir dans la Résistance jusqu'à la Libération.
 
Mais après 1945, il ne tourne pas la page. Dès lors sa vie sera consacrée à écrire l'histoire qu'il vient de traverser. Nommé historien au Comité national du souvenir des fusillés du Mont-Valérien, il profitera de ce statut lui ouvrant de nombreuses portes pour aller chercher partout des éléments. En Allemagne, il suivra la piste de l'aumônier des prisons pendant l'Occupation Franz Stock, alias l'Archange des prisons. Un prêtre humaniste dont il cherchera le journal.
 
Arsène Tchakarian ne craindra jamais la polémique, comme avec l'avocat Serge Klarsfeld qu'il accusera de minorer le nombre des fusillés du Mont-Valérien. Ou encore dans son dernier ouvrage, quand il livre sa version de la chute du groupe Manouchian, accusant l'un de ses membres de trahison.
 
Quand nous quittons Arsène Tchakarian, quatre heures plus tard, l'heure du déjeuner est passée depuis longtemps, sans même qu'il s'en rende compte. Nous lui demandons s'il reste encore des choses à découvrir sur la période de la Résistance et sur le groupe Manouchian. Il nous désigne un carton d'archives : « Tous les éléments du prochain livre sont là.»
 
"Les commandos de l'Affiche rouge" d'Arsène Tchakarian

"Les commandos de l'Affiche rouge" d'Arsène Tchakarian

Partager cet article
Repost0
6 août 2018 1 06 /08 /août /2018 05:00
14 juillet 2018 - hommage au courage et au sacrifice des jeunes résistants du maquis de Kernabat à Scaër: discours de Yoann Daniel pour l'ANACR
14 juillet 2018 - hommage au courage et au sacrifice des jeunes résistants du maquis de Kernabat à Scaër: discours de Yoann Daniel pour l'ANACR

Le discours de Yoann  Daniel prononcé lors de la cérémonie d'hommage pour les 18 tombés au Maquis de Kernabat, à Scaër.

Allocution de l'ANACR 14 juillet 2018 - Kernabat

Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs les anciens résistants, descendants de résistants,
Mesdames et Messieurs les portes-drapeaux,
Mesdames et Messieurs, amis fidèles de la résistance et du devoir de mémoire,

« Rentrez et racontez, pour que l'on sache, et que cela ne puisse plus se reproduire ». Ces mots relayés dans les camps de concentration et rapportés par Simone Veil sont un puissant remède contre l'oubli. Ils ont été écrit avec le sang des victimes de la barbarie nazie, ont traversé la mort et le temps. Ils nous sont transmis intacts et leur message est plus que jamais d'actualité. Ce sont ces mots qui nous rassemblent une nouvelle fois aussi nombreux, ce samedi 14 juillet 2018, à Kernabat et à Quillien. Parce que dans le souvenir et l'hommage que nous rendons aux 18 courageux jeunes hommes, résistants et patriotes, tombés sur ces champs, nous sommes à l'image celle qui vient d'entrer au Panthéon et qui repose aux côtés des résistantes Germaine Tillon et Geneviève De Gaulle-Anthonioz : des passeurs, des gardiens de la mémoire.

C'est notre devoir face à l'Histoire car rien n'est jamais acquis : des révisionnistes gavés d'idéologies malsaines réécrivent les faits et les revendiquent publiquement ; mille périls secouent le Monde laissant des champs de ruines et jetant des populations sur les routes de l'exode, dépourvus de tout, presque privé d'humanité ; et dans notre Europe en paix se réveillent lentement mais sûrement quelques volcans aux odeurs de souffre et aux relents puants de nationalismes exacerbés. Ce sont sur les cendres de nos illusions, de nos oublis, de nos renoncements que prospèrent les fascismes de toutes sortes. Pour les fanatiques, les violents, les avides de pouvoir et d'argent, chacune de nos failles est une opportunité pour frapper. Il faut être courageux comme l'étaient ces hommes devant lesquels nous nous trouvons pour nous y opposer.

C'est le message que nous nous devons de transmettre, comme celui de Maurice Druon, co-auteur du Chant des Partisans : « N'oublie pas qu'ils avaient ton âge, ceux qui tombèrent pour que tu naisses libre ». La résistance n'est pas un banal épisode de l'histoire, elle n'est pas et ne sera pas la page d'un livre que l'on tourne.
« Le verbe résister doit toujours se conjuguer au présent », disait Lucie Aubrac. Rescapée, combattante, confiante en l'avenir et en la capacité des Hommes à faire face, Simone Veil ajoutait:

« Les jeunes générations nous surprennent parfois en ce qu'elles diffèrent de nous. Nous les avons nous-même élevées de façon différente de celle dont nous l'avons été. Mais cette jeunesse est courageuse, capable d'enthousiasme et de sacrifices comme les autres. Sachons lui faire confiance pour conserver à la vie sa valeur suprême ». C'est ainsi, qu'aujourd'hui à Kernabat, nous confions à nos enfants représentés par le conseil municipal des jeunes de Scaër, la tâche de mettre un visage sur les stèles des 18 héros qui versèrent leur sang pour notre liberté. Nous les remercions de prendre part à cette initiative, qui n'en doutons pas, souligne avec humanisme l'importance de toute vie et la douleur du sacrifice.

Aussi, il nous faut rappeler en quelques lignes les faits qui se sont déroulés ici, il y a 74 ans précisément.
Ici, Radio Londres : « Les Français parlent aux Français ! Message personnel : Le Vent souffle dans les blés ». Ce message est capté le 14 juillet 1944, vers 11 h 00, au PC installé à Guerveur. Il annonce un second parachutage de vivres et matériels pour le soir même sur le terrain « Pêche » à Miné Kervir. Le vent souffle dans les blés pour les maquisards de Scaër, Tourc'h, Coray, Rosporden et communes alentours portant en lui les premières effluves des combats de la libération ! Le pays est encore occupé mais la tempête gronde : les résistants s'apprêtent à célébrer la Fête Nationale par défiance et fierté, comme un premier geste de réappropriation, par solidarité aussi avec les prisonniers et déportés, pour la liberté et la lutte contre l'oppression. Cette Fête Nationale sera le symbole du combat qui les rassemble par delà leurs différences politiques, religieuses et sociales. Ils sont tous unis contre le nazisme et la collaboration, prêt à mourir, mais on l'oublie trop souvent : certainement animés par une fantastique envie de vivre… de vivre libres. « Ce qui donne un sens à la vie, donne un sens à la mort » écrira à ce sujet Antoine de Saint-Exupéry avant de disparaître lui aussi, en héros.

Les maquisards sont soutenus par les femmes dont on ne peut sous-estimer l'importance dans les réseaux de résistance, aidés par les agriculteurs du coin pour le transport de matériel... mais démasqués par l'occupant allemand. Plus de 200 personnes sont mobilisés pour l'opération. Le balisage du terrain est en place et au début de la nuit du 15 juillet, vers 0 h 30, plus de 16 tonnes sont larguées à l'endroit indiqué puis acheminées vers le lieu de stockage à Kernabat. La mission est accomplie mais un millier de soldats allemands, dès l'aurore, ratissent les environ de Coadry. La bataille de Kernabat-Quillien est lancée avec un rapport de force que même le courage le plus absolu ne peut inverser. 18 jeunes hommes, âgés de 19 à 32 ans, dont nous égrainons les noms dans l'appel aux morts, sur lesquels nous mettons aujourd'hui un visage, dans les pas desquels nous marchons sur le chemin de la mémoire, seront tués, parfois dans d'atroces circonstances. La violence des nazis, tels des chiens acculés au mur et sentant la débâcle, est sans limite.
Non, leur sacrifice ne fut pas vain. La bataille qui mena à leur perte est la conséquence d'actes courageux et désintéressés réprimés dans le sang. Il s'inscrit dans un ensemble qui ne laissa aucun répit à l'occupant et qui fini par le faire reculer.
Non, célébrer leur sacrifice chaque année n'est pas vain. C'est sain. C'est vital. Et le détail des faits que nous venons de rapporter doit être raconté pour que notre passé, aussi douloureux soit-il, nous permette de bâtir un meilleur avenir, pour qu'aucun sacrifice ne soit plus jamais nécessaire. C'est pourquoi nous devons nous rassembler toujours plus nombreux, ici, chaque année. C'est pourquoi, ce que nous faisons, est chaque fois plus indispensable que l'année précédente.
Que la mémoire des résistants et de la résistance nous enseigne la vigilance, la détermination, la volonté de paix et de fraternité pour continuer à avancer vers les idéaux de liberté et de démocratie de nos glorieux aînés. C'est le sens de notre message.

Je vous remercie pour votre attention et votre présence nombreuse à cette commémoration.

Partager cet article
Repost0
4 août 2018 6 04 /08 /août /2018 07:30

Juin 1936. La semaine tombe à 40 heures. Les maîtres des Forges tonnent contre ce qu’ils baptisent « la loi de fainéantise sociale» : «Nos entreprises sont perdues. Comment relever le pays si nos ouvriers habitués à la tache et fiers de l’accomplir travaillent deux fois moins ? La France va à sa ruine. Et tous pâtiront de ce luxe de paresse !» La chanson contre la réduction du temps de travail est une vielle rengaine. Au fil des siècles, les archives déclinent les mêmes arguments. 

Nous sommes en 1848. La journée de travail du textile lyonnais vient de passer de 14 à 12 heures. Pour la chambre patronale, c’est la catastrophe. Elle adresse au préfet une supplique pour dénoncer la dangerosité et l’amoralisme de la nouvelle loi : « Nous attirons votre attention sur les graves conséquences qu’auraient à subir nos industries au cas où la loi venait à être appliquée. Vous le savez, la main d’œuvre ici est exigeante et hors de prix. Avec 14 heures, nous tenions à peine.12 heures précipiteraient les faillites. Le travail, dans nos entreprises, a toujours commencé à 4 h du matin, repos d’un quart d’heure à midi, repos final à 18 h. Les filles employées s’y livrent sans que leur santé n’ait jamais été altérée et sans qu’elles se plaignent de leur sort par ailleurs envieux quand on songe à tous les « sans travail » qui écument les rues. Ici, la main d’œuvre est plus coûteuse qu’à l’étranger. Si nous maintenions le même salaire pour la journée réduite à 12 heures, la partie ne serait plus tenable. Nous serions dans l’obligation de fermer nos manufactures et de les transporter là où l’ouvrière est la moins dispendieuse. Et puis, que l’on ne se trompe pas, l’ouvrière ramenée à 12 heures, continuerait à se lever à l’aurore pour n’arriver à la manufacture qu’à la minute obligatoire, plus disposée à se reposer des occupations auxquelles elles auraient vaqué dehors qu’à attaquer avec ferveur le travail de nos fabriques. Redevenue plus tôt libre le soir, elle n’en profiterait pas dans l’intérêt de son sommeil. Il y aurait à craindre pour la moralité de celles qui se verraient affranchies de toute surveillance pendant deux longues heures de la soirée. » Le texte est éloquent. On entendra la même remarque pour réprouver la loi qui interdit aux enfants le travail dans les mines : « Loi qui porte atteinte au droit du travail et à la liberté individuelle » 
 

1919. La loi des 8 heures suscite les mêmes réactions. Voici ce qu’écrit un entrepreneur : « On en veut à ceux qui font la richesse du pays. Il est sûr que nos industries péricliteront, et puis que feront nos ouvriers de tout ce temps vacant ? Désœuvrement, fréquentation plus assidue des estaminets. Décidément la morale n’est plus du côté du gouvernement. Faudra-t-il bientôt que nous transportions nos industries dans les colonies? »
 

Un dernier exemple. 12 novembre 1938. Par une série décrets, baptisés « décrets misère », le gouvernement Daladier supprime les conquis du Front Populaire. Entre autres la semaine de quarante heures. L’argument mérite citation : « Cette loi de paresse et de trahison nationale est la cause de tous les maux de notre économie. Elle va précipiter la chute de la France. On ne peut pas avoir une classe ouvrière avec une « semaine de deux dimanches » et un patronat qui s’étrangle pour faire vivre le pays ! ». 
Deux ans plus tard, reprenant les mêmes arguments, Pétain balayera les dernières lois sociales et les syndicats qui en étaient à l’origine…

Michel Etievent

Auteur du livre "Ambroize CROIZAT ou l'invention sociale"

Acteur et Hôte du Film "La Sociale" de Gilles PERRET

 

Partager cet article
Repost0
3 août 2018 5 03 /08 /août /2018 06:52
Jean-Marie Le Pen pendant la guerre d'Algérie (photo publiée par le Figaro dans un article sur le passé algérien de Le Pen)

Jean-Marie Le Pen pendant la guerre d'Algérie (photo publiée par le Figaro dans un article sur le passé algérien de Le Pen)

Lu sur le site:  1996 - 2018 Histoire coloniale et postcoloniale 

Jean-Marie Le Pen n’a cessé de justifier l’utilisation de la torture et il a déclaré à plusieurs reprises y avoir eu personnellement recours [1]. Depuis une dizaine d’années, la justice donne raison à ceux qui ont dénoncé les actes de torture commis par Jean-Marie Le Pen, en les relaxant de poursuites en diffamation. La plus haute juridiction française, la Cour de cassation, a ainsi confirmé, en novembre 2000, un arrêt de la Cour d’appel de Rouen en faveur de Michel Rocard. La Cour a d’ailleurs estimé qu’en accusant à la télévision Jean-Marie Le Pen d’avoir torturé, l’ancien premier ministre « avait poursuivi un but légitime en portant cette information à la connaissance des téléspectateurs » [2].

Quelques mois plus tard, en juin 2001, la Cour de cassation confirmait un arrêt de la Cour d’appel de Paris en faveur de Pierre Vidal-Naquet.
Nous reprenons ci-dessous le témoignage de Me Roland Rappaport, conseil de Pierre Vidal-Naquet, publié en Une du Monde, le 26 juin 2001 [3].

Jean-Marie Le Pen, un tortionnaire
[Témoignage de Me Roland Rappaport, Le Monde, le 26 juin 2002]

À entendre Jean-Marie Le Pen, soutenir qu’il a pratiqué la torture pendant la guerre d’Algérie relèverait d’une manipulation constituant un véritable appel au meurtre. Puisqu’il pense pouvoir spéculer sur l’oubli ou l’ignorance de nos concitoyens, il faut une nouvelle fois reprendre le dossier. Alors que M. Le Pen sert comme lieutenant en Algérie, de fin 1956 à avril 1957, les pouvoirs publics, avec à leur tête Guy Mollet, n’ont rien entrepris pour que cessent des méthodes de répression qui ont déjà fait l’objet de divers enquêtes et rapports. Au contraire, elles se développent et s’aggravent.

Le procureur général Reliquet, chef du parquet d’Alger d’octobre 1956 à octobre 1958, en a témoigné au cours de l’instruction sur le cas de l’une des victimes trop nombreuses de la torture, le mathématicien Maurice Audin, qui succomba sous « la question » en juin 1957. Il rappelle que, par arrêté du 7 janvier 1957, les autorités avaient décidé de remettre les pouvoirs de police à l’autorité militaire, c’est-à-dire à la 10e division de parachutistes commandée par le général Massu.

Une telle situation n’avait pas laissé totalement indifférente l’opinion publique en France. L’émotion qui s’exprimait de divers côtés avait conduit le gouvernement Mollet à la création d’une commission permanente de sauvegarde des droits et libertés individuels placée sous la présidence de Maurice Garçon, avocat unanimement respecté. Son rapport fut remis le 12 décembre 1957. Il confirme lui aussi l’existence « des sévices exercés de sang-froid tant par les services de police que par les organes militaires ».

Le lieutenant Le Pen servait dans le 1er régiment étranger de parachutistes, l’un des régiments composant la 10e division. M. Le Pen avait pu, au mois de mars 1957, entendre le sermon de l’aumônier de la division, le Révérend Père Delarue, justifiant l’emploi de la torture.

Il avait aussi pu lire une note du général Massu se référant à ce sermon pour l’approuver et prendre connaissance d’une note du colonel Trinquier pour qui aussi « faire souffrir n’est pas "torturer" – quelle que soit l’acuité, la dureté de la douleur – pour autant qu’on n’a pas le choix, pour autant que cette douleur est proportionnée au but que l’on doit atteindre »

Le lieutenant Le Pen adhérait pleinement à ces conceptions. Il l’a confirmé publiquement à son retour à Paris, en mai 1957, au cours d’un dîner-débat des Amis du droit sur la justice en Algérie où il s’était rendu en compagnie de l’officier Demarquet, qui était alors son ami. Pierre-Henri Simon en a fait le récit (Le Monde du 30 mai 1957).

Alors que le débat tournait autour des questions : « Y a-t-il ou non des tortures en Algérie, les sévices y sont-ils l’exception ou la règle ? », M. Le Pen a pris la parole, en se présentant comme « officier de renseignement des parachutistes, responsable des opérations dans une célèbre maison du boulevard Garibaldi à Alger redoutée des terroristes algériens ». (Il est beaucoup plus vague aujourd’hui dès qu’il est question de ses fonctions à l’époque.) « Ecoutez-nous si vous voulez comme des accusés, mais en vous souvenant que nous avons fait ce que vous nous avez demandé de faire : une guerre dure qui exige des moyens durs. Nous avons reçu une mission de police et nous l’avons accomplie, selon un impératif d’efficacité qui exige des moyens illégaux... S’il faut user de violences pour découvrir un nid de bombes, s’il faut torturer un homme pour en sauver cent, la torture est inévitable, et donc, dans les conditions anormales où l’on nous demande d’agir, elle est juste. »

Le 12 juin 1957, M. Le Pen prenait la parole à l’Assemblée nationale. Il rappelait : « J’étais à Alger officier des renseignements de la 10e division aéroportée et, comme tel, je dois être aux yeux d’un certain nombre de nos collègues ce qui pourrait être le mélange d’un officier SS et d’un agent de la Gestapo », et répétait : « Aucune pitié n’est imaginable pour des criminels de cet ordre. »

En 1984, Le Canard enchaîné et Libération publient un dossier rappelant que M. Le Pen, qui a désormais des ambitions présidentielles, avait pratiqué la torture. Il se prétend diffamé et saisit les tribunaux. Au cours de l’audience qui l’oppose au Canard, il déclare : « L’armée française a fait ce qu’elle avait à faire, j’ai fait moi ce que j’avais à faire... Je n’ai jamais reçu la mission de procéder à des interrogatoires, mais si cela m’avait été demandé je l’aurais fait.  » Le tribunal considère que « le lieutenant Le Pen ne saurait à la fois approuver la conduite de ceux qui ont commis les actes qui lui sont imputés et affirmer que cette imputation le déshonore ». Il perd son procès. [4]

Mais la cour d’appel, elle, estime que M. Le Pen « s’est depuis 1957 borné à approuver l’utilisation passée de la torture à Alger, considérée à l’époque par certains comme nécessaire à la lutte contre le FLN et à la défense des innocents. Mais il n’a jamais revendiqué (c’est moi qui souligne) le fait d’avoir personnellement pratiqué la torture, ce qui est bien différent, s’agissant dans le premier cas d’une opinion ancienne, contestable sans doute, mais libre et, dans le second, du passage de la simple opinion aux actes concrets et à des actes horribles tombant à l’époque sous le coup de la loi pénale. » Le 15 janvier 1986, Le Canard et Libération sont condamnés.

Ainsi donc, ces juges acceptent d’admettre que la torture, c’est épouvantable, mais pour eux il serait permis, dans certaines circonstances, d’en approuver l’usage, sans avoir à en répondre. Et ceux qui proclament qu’il ne peut y avoir d’exception, que la torture est un crime, qu’elle ne doit jamais être tolérée, sont jugés coupables à l’égard de M. Le Pen qui se serait contenté d’approuver qu’elle soit infligée. Il est permis de penser que ces juges, eux aussi, considéraient que l’on peut comprendre, voire accepter, la torture dans certaines circonstances. Ce qui importe, c’est de ne pas se salir les mains personnellement, ou, en tout cas, de ne pas s’en faire gloire en la revendiquant.

Le 7 novembre 1989, la Cour de cassation approuvait cette décision. Selon elle et contrairement à ce qu’avaient pensé les premiers juges, il ne pouvait être question de tenir compte dans le jugement des conceptions personnelles de M. Le Pen au regard de la torture.

Nous voici le 2 février 1992 au cours de l’émission télévisée « 7/7 » ; Michel Rocard est face à M. Le Pen et dit : « Il est ensuite allé en Algérie, il a torturé. » Son adversaire, fort de ses succès précédents, le poursuit. Le 17 octobre 1993, la 17e chambre du tribunal de Paris lui donne raison. Mais, cette fois, la cour d’appel de Paris souligne que M. Le Pen n’a jamais démenti ses déclarations de 1957 et 1962 et qu’il s’est gardé de préciser ce qu’il entend par torture. Elle s’appuie aussi sur des témoignages et, le 22 juin 1994, donne raison à M. Rocard.

L’un des témoignages mérite tout particulièrement d’être cité : celui de Paul Teitgen. Ancien résistant, torturé, déporté à Dachau, il a occupé les fonctions de secrétaire général, chargé de la police générale à la préfecture d’Alger, du 13 août 1956 au 12 septembre 1957, date à laquelle il a décidé de démissionner après avoir constaté son impuissance face au développement de la torture. Il s’en est expliqué dans une note au président de la Commission de sauvegarde des droits et libertés individuels, où il s’indignait : « Nous n’en sommes plus à ce que le 11 mars 1957 le général Massu qualifiait lui-même de "bavures". Nous sommes bel et bien engagés dans la voie d’une systématisation de la torture, que l’on ne craint plus de justifier. »

Mais la Cour de cassation ne désarma pas. Le 4 janvier 1996, elle censurait la décision favorable à M. Rocard en lui reprochant d’avoir manqué de prudence et d’objectivité.

Ce fut à la cour d’appel de Rouen qu’il incomba de se pencher à nouveau sur le dossier. Elle décida de résister : « Ces faits de torture en Algérie sont aujourd’hui une vérité historique que nul ne met en doute sauf pour ceux qui les estiment justifiés à estimer que le terme torture, considéré comme péjoratif, ne doit pas être utilisé. »

Elle s’appuie à son tour sur les déclarations passées de M. Le Pen pour conclure : « Non seulement il a dit en son temps avoir torturé mais il a affirmé, comme le général Massu, que la torture était un mal nécessaire de la guerre d’Algérie, avant de ne plus employer le mot torture et ne plus désirer qu’on l’emploie. » (Arrêt du 17 février 1997.)

M. Le Pen ne lâcha pas prise. Il se tourna à nouveau vers la Cour de cassation, qui par deux fois (1989 et 1996) avait ratifié des jugements qui lui étaient favorables.

Avant qu’elle ne procède à l’examen de son recours, il se choisit une nouvelle cible, mon client Pierre Vidal-Naquet. Celui-ci est depuis toujours au premier rang de ceux qui partout dénoncent la torture, d’où qu’elle vienne, en quelque lieu et en quelques circonstances qu’elle se produise. Il avait, à plusieurs reprises, rappelé les particularités de l’activité de M. Le Pen pendant la guerre d’Algérie. Dans Face à la raison d’Etat (1989), il s’était montré précis en le qualifiant de tortionnaire, mais M. Le Pen n’avait pas réagi. Il saisit l’occasion de la parution du second tome des mémoires de M. Vidal-Naquet (1998), pour aller une nouvelle fois au tribunal [5]

 

Mais le vent de l’histoire avait commencé à souffler ; le 13 septembre 1999, le tribunal donnait raison à M. Vidal-Naquet. Parmi les pièces produites, le tribunal a été particulièrement intéressé par une déclaration de M. Demarquet au Monde le 16 octobre 1985. Il a confirmé ses déclarations de 1957 en précisant : « Il est absolument évident que Le Pen a fait partie lui-même des équipes qui torturaient personnellement. C’est comme ça, nous l’avons même dit publiquement le 27 mai 1957. » Le tribunal a souligné que « si Le Pen, qui estimait sa cause légitime, n’a jamais voulu reconnaître le terme de “torture”, retenu par ses adversaires, pour qualifier certains de ses actes pendant la guerre d’Algérie, il a lui-même admis en 1957 et 1962, à une époque où l’opinion publique était moins choquée par de telles révélations, avoir "usé de la violence" avoir "torturé parce qu’il fallait le faire, avoir utilisé personnellement des méthodes de contrainte pour faire parler les poseurs de bombes"  ». Le tribunal a aussi retenu que « ce point n’est toujours pas contesté en 1999 à l’audience », rappelé que « ces méthodes de contrainte ont consisté à infliger à l’ennemi de graves sévices », et jugé que M. Vidal-Naquet avait de bonnes raisons de qualifier de tortionnaire M. Le Pen. [6]

Personne ne pouvait imaginer que ce dernier s’inclinerait ; la Cour de Paris dut à nouveau traiter de la question. Dans son arrêt prononcé le 28 juin 2000, à propos de l’appellation « tortionnaire » qui chagrine tant M. Le Pen, elle a donné raison à M. Vidal-Naquet, en se référant à la convention internationale contre la torture, dont il ressort, a-t-elle rappelé, que « l’instigation, voire le consentement tacite de l’agent de la fonction publique à l’acte par lequel la douleur et la souffrance sont infligées est qualifiable de torture ».

Le recours formé par M. Le Pen contre la décision de la Cour de Rouen qui n’avait pas voulu, à propos de M. Rocard, se ranger derrière la Cour de cassation, fut examiné par cette dernière, réunie en assemblée générale, en novembre 2000. L’avocat général Roger Lucas présenta ses conclusions ; dès lors que M. Le Pen s’exprime sur la torture et que cela lui est reproché, il y a dans son propos, dit ce magistrat, « une prise de position sur un choix de vie, de comportement en société ». Il donna raison à M. Rocard, estimant qu’il ne serait pas admissible « alors que la lutte pour les droits de l’homme, le respect de sa dignité sous toutes ses formes, mobilisent toutes les énergies, que les prises de position sur ce point d’un homme public soient plus ou moins occultées devant l’opinion nationale, par lui (Le Pen) peut-être, certainement pas par ses adversaires ».

La Cour de cassation récidiva quelques mois plus tard en faveur de M. Vidal-Naquet. Il a donc fallu attendre près de quarante ans, le temps de l’histoire, a-t-on lu à propos de Klaus Barbie, Paul Touvier, Maurice Papon, pour que, du côté de la justice, ce qui devait être dit le soit.

M. Le Pen reste figé dans la même position. Il vient de décider d’engager un nouveau procès, cette fois contre Le Monde, qui est revenu le 4 juin sur son activité et les tortures pendant la guerre d’Algérie en publiant de nouveaux témoignages et en rappelant les décisions prononcées en faveur de M. Rocard et de M. Vidal-Naquet. Depuis quarante ans, il persiste et signe. Il se refuse obstinément à condamner la torture. Nos concitoyens qui lui accordent leurs suffrages comme ceux qui lui témoignent une certaine sympathie ne savent sans doute pas suffisamment qu’ils s’expriment en faveur d’un homme dont la justice de notre pays a jugé définitivement qu’il peut légitimement être déclaré tortionnaire.

Roland Rappaport

[1Voir cet article du Monde du 8 avril 2004, ainsi que cet extrait du Canard enchaîné.

[3Des témoignages d’Algériens qui ont été torturés par Le Pen sont regroupés sur cette page qui reprend des extraits du livre Torturés par Le Pen de Hamid Bousselham.

[4Au cours du procès qui s’est déroulé en 1985 à la suite d’un article du Canard Enchaîné, au moins trois témoins (MM. Khelifa, Louli et Korichi) ont attesté de la présence de M. Le Pen au cours des séances de tortures qu’ils ont subies et le fait qu’il donnait des ordres.

[5Dans son livre de mémoires intitulé Mémoire 2 : le trouble et la lumière 1995-1998, Pierre Vidal-Naquet évoque « Jean-Marie Le Pen, qui faisait alors ses débuts de parlementaire, en attendant de faire en Algérie ses débuts de tortionnaire » (page 27) et «  les activités tortionnaires de Jean-Marie Le Pen, député du quartier Latin » (page 132). Jean-Marie Le Pen l’a alors poursuivi pour diffamation publique envers agent de l’autorité publique, considérant que ces textes lui imputaient des activités de tortionnaire alors qu’il occupait les fonctions d’officier parachutiste.

[6Au cours de ce procès le rapport du Commissaire Gilles, daté du 1er avril 1957, ayant pour objet les sévices infligés par le lieutenant Le Pen à un détenu dénommé Abdenour Yahiaoui, a été évoqué

Partager cet article
Repost0
3 août 2018 5 03 /08 /août /2018 05:48

Étudier à travers le livre de Jean A. Chérassece que furent les objectifs de la Commune nous conduit aussi à penser les changements à promouvoir dans le pays pour en finir avec ce capitalisme prédateur en ce XXIème siècle. Photo : AFP

En cette année 2018 qui nous fait commémorer le bicentenaire de la naissance de Karl Marx et les cinquante ans de la grève générale de 1968 en France, Jean A. Chérasse, cinéaste documentariste et agrégé d’histoire, vient de sortir un livre de plus de 500 pages qui raconte, jour à après jour, ce que fut la Commune de Paris du 18 mars au 28 mai 1871 (1).

« Née dans la fête, noyée dans le sang, la Commune de Paris a surgi telle une fleur du cerisier de Jean-Baptiste Clément, à la fin d’un hiver effroyable rendu difficilement supportable par les rigueurs d’un siège, mais elle reste, par sa fulgurance, une page extraordinaire de l’histoire de France », nous dit l’auteur dans son avant propos.

Alors que les manifestations du 1er mai vont mettre dans la rue des centaines de milliers de travailleurs et de retraités mécontents de la politique du président des très riches et de son gouvernement, un livre vient de sortir et nous informe de manière détaillée sur la Commune de Paris. A la lecture des documents d’époque publiés dans cet ouvrage, on est frappé par le niveau élevé des revendications, mais aussi par la pertinence des arguments mis en avant pour les défendre, sans oublier la beauté des textes avec une qualité d’écriture qui impressionne le lecteur près d’un siècle-et-demi plus tard. Les journaux des communards étaient vendus à la criée. Parmi eux, figurait le Cri du Peuple, dans lequel Jean-Baptiste Clément écrivait en ce dixième jour de la Commune pour évoquer la fuite de d’Adolphe Thiers à Versailles : 

« C’est le plus grand jour de la République (…) Ce matin, c’est l’heure de la fraternité, c’est l’apothéose de la grande République(…) Il n’y aura parmi nous ni vainqueurs ni vaincus, il n’y aura plus qu’un grand peuple confondu dans un même sentiment :celui d’une régénération ».

Le lendemain, Charles Beslay, élu du cinquième arrondissement et doyen des « Communeux », lui-même âgé de 76 ans, déclarait dans un discours consacré à la relance de l’économie dans la  capitale :

 « la commune que nous fondons sera la commune modèle. Qui dit travail dit ordre, économie, honnêteté, contrôle sévère et ce n’est pas  dans la Commune républicaine  que Paris trouvera des fraudes de 400 millions!».

« Ce que tentent nos héroïques camarades de Paris »

Evoquant les premiers pas de la Commune le 12 avril 1971, Karl Marx écrivat à son ami Kigelmann : 

« La révolution en France doit avant tout tenter non pas de faire passer la machine bureaucratique et militaire  en d’autres mains- ce qui s’est produit  toujours jusqu’à maintenant- mais la briser. Là est précisément la condition préalable de toute révolution vraiment populaire sur le continent. C’est aussi ce que tentent nos héroïques camarades à Paris».

Mais les versaillais préparent l’offensive militaire ce qui conduisent Pierre Denis à lancer cette mise en garde dans le Cri du Peuple dès le 23 avril :

« Le véritable danger n’est pas dans l’implacable ressentiment du gouvernement et de l’assemblée, ni dans l’armement qui se produit à Versailles. Le danger est ici, dans le Conseil communal, s’il ne sait pas, prendre les mesures de défense rapides, sûres, à la fois intelligentes, sages et fermes;  il est dans l’organisation même de la défense, et il est surtout dans les illusions que pourrait faire naître une fausse conciliation… ».

Au fil des pages de ce livre ont voit en effet monter la puissance militaire des Versaillais qui ont réussi à conserver des sites stratégiques comme le Mont Valérien sur les hauteurs de Suresnes, d’où il est possible de tirer au canon sur Paris. Progressivement, les troupes de Thiers investissent la banlieue ouest de Paris et les obus font de plus en plus de dégâts dans la capitale où des enfants d’une dizaine d’années vont, au risque de leur vie, récupérer des éclats d’obus dans les rues afin de récupérer quelques sous en les vendant à des marchands de ferraille.

A chaque fois qu’ils prennent de nouvelles positions, les Versaillais achèvent les blessés et même les infirmières présentes pour les soigner comme en  témoigne le commandant Noro dans un courrier au communard Charles Delescluze. Après la victoire des Versaillais, les massacres vont se poursuivre avec notamment 400 personnes fusillées à la prison de Mazas et 1907 exécutions à la Roquette en une seule journée.

Donner une place centrale à l’éducation de tous les enfants

La chute de la Commune de Paris fut donc particulièrement douloureuse. Toutefois, ce que l’on retient avant tout du livre de Jean A. c’est la qualité du projet politique des communards. Ils se battaient pour une société de justice et d’égalité, y compris entre les hommes et les femmes. Ils voulaient la bâtir dans le pays tout entier comme le montre un texte adressé  aux paysans. Ils considéraient qu’il fallait pour cela donner une place centrale à l’éducation de tous les enfants.

Alors que l’actuel président de la République et son gouvernement n’ont que la précarité du plus grand nombre à nous proposer comme projet afin de donner toujours plus aux «les premiers de cordées » tels que les voit Emmanuel Macron, étudier à travers ce livre ce que furent les objectifs de la Commune nous conduit aussi à penser les changements à promouvoir dans le pays pour en finir avec ce capitalisme prédateur en ce XXIème siècle qui, de surcroît  accélère le réchauffement  climatique.

(1) Les 72 immortelles, la fraternité sans rivages, une éphéméride des grand rêve fracassé des Communeux, de Jean A. Chérasse, dessins d’Eloi Valat ; les éditions du Croquant, 560 pages, 24€

 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2018 1 30 /07 /juillet /2018 05:40
Partager cet article
Repost0
29 juillet 2018 7 29 /07 /juillet /2018 05:11

 

En Amérique centrale le « communisme » n’a pas été, dans les années 1920, le fruit d’interventions de l’Internationale et de ses agents.

Le « communisme » ne se décrète, ne s’exporte, ni se proclame. En Amérique, ses racines sont d’abord « idiosyncratiques », endogènes, comme l’essentiel du marxisme des années 1920-début des années 1930, porté par des penseurs de haut vol, « originaux », critiques, créatifs, « indépendants », comme Mariategui, Mella, Recabarren, nous l’avons déjà abordé. Au fil des luttes, ils adhèreront peu à peu à l’Internationale Communiste (IC). Ce n’est que plus tard que l’IC imposera ses concepts, ses codes, son fonctionnement... La « soviétisation » de la plupart des partis communistes d’Amérique du sud et centrale les a conduits à l’importation de modèles « étrangers », inadaptés aux réalités locales, étroits, dogmatiques. C’est ainsi par exemple qu’à l’exception de Mariategui, les communistes andins sous-estimeront, voire ignoreront, les problématiques indigénistes, les traditions communautaires, la propriété collective des « ayllus », des « marca »...

A l’époque pré-colombienne, les populations indiennes se constituèrent en communautés de paysans, d’artisans... La communauté attribuait à chaque famille un terrain. Ces pratiques (collectivistes ?) développent un sentiment d’exploitation, de possession, certes, mais communautaire, de la terre. Les Espagnols détruisirent ces communautés « subversives » et concentrèrent la terre en immenses « haciendas » privées, aux mains des créoles. En 1880, une loi interdit même de faire paître les troupeaux sur les terres en friche et en finit avec les « terres communales ». Malgré les tensions avec la métropole, les structures d’exploitation restent en place et se consolident. Les créoles s’emparent du nouvel Etat ; l’oligarchie du café l’accapare. Les caféiers ont besoin des meilleures terres. La crise sans fond des années 1920 provoque de nombreux soulèvements paysans... Au Salvador, tout dépend du café.

Dans ces années 1920, les peuples revendiquent aussi une République centre-américaine... La répression des classes dominantes ensanglante le pays.

Farabundo Marti, arrêté à plusieurs reprises, libéré par la pression populaire, contribue à la création d’organisations révolutionnaires dans plusieurs pays d’Amérique centrale. Il fait ses études à l’Université de San Salvador. Au Guatemala, il fonde le parti socialiste centre-américain.

En 1929, Farabundo rejoint Sandino au Nicaragua et devient un temps son secrétaire particulier. En 1929, au premier congrès syndical des travailleurs, les militants latino-américains décident de former la Confédération syndicale latino-américaine... A la fin de décembre 1929, la violente crise économique provoque l’effondrement du prix du café . Les campagnes se révoltent. La famine gagne... Le 30 mars 1930, Farabundo Marti et une poignée de lutteurs créent le parti communiste d’El Salvador. Farabundo se démultiplie, toujours devant.

En 1931, le parti travailliste pactise, quant à lui, avec le général Maximiliano Hernandez. Insupportable trahison... s’allier avec Maximiliano Hernandez Martinez, le futur bourreau !! Anticommunisme quand tu nous tiens... En mars l’explosion se prépare... Maximiliano s’impose comme « vice » puis comme « président ». Ses appuis civils sont « réformistes »... Les travaillistes cautionneront ainsi, bien qu’ils s’en défendent, 30 ans de dictature militaire féroce. Le PCS mène une lutte au plus haut point difficile et décide de se présenter aux élections de 1932.

Le PCS gagne de nombreuses localités... L’oligarchie « a les jetons » !

14 janvier, le PCS lance l’insurrection, la « grève générale insurrectionnelle ». Le 19 janvier, Farabundo Marti est détenu. Et livré à la « justice militaire ».

Le  22 janvier l’insurrection se propage . Des dizaines de milliers de paysans, de sans terre, armés de machettes, attaquent les « haciendas ». Le peuple prend le pouvoir, crée des milices. Les Etats-Unis fournissent à leurs marionnettes, Maximiliano, l’église, l’armée, et aux « 14 familles » de l’oligarchie, des mitrailleuses « modernes » Thompson dernier cri. Machettes contre mitrailleuses. La répression touche au génocide. L’armée oblige les prisonniers à creuser leurs fosses communes... A l’étranger, on parle aussi de « génocide », mais la solidarité reste sur le papier. Les photos, corps entassés, portent comme légendes : « bolchéviques morts». 30.000 militants du PCS, paysans, sympathisants... Pas l’ombre d’un char soviétique !

30.000 morts. Victimes de la répression impitoyable des possédants !!! soit 4% de la population anéantie ! Ah qu’ils ont la mémoire sélective nos paladins du « monde libre » !!

Le premier mars 1932, Marti, considéré comme le chef « communiste » de l’insurrection, (condamné à mort par un tribunal de traîtres), est fusillé. Pour tenter de sauver ses camarades, « il prend tout sur lui ».

La « soviétisation », les schémas de classe rigides, n’empêchent pas les militants de mener au Salvador, au Guatemala... des luttes populaires, paysannes, héroïques... Il est temps de sortir de l’oubli quasi général ces grandes figures communistes, révolutionnaires. La plupart seront fusillées, assassinées, torturées jusqu’à ce que mort s’en suive.

Hors du petit monde des latino-américanistes, qui connaît AGUSTIN FARABUNDO MARTI, fondateur et leader du parti communiste d’El Salvador ? Un héros, et pas de pacotille. Le terme a été si galvaudé...

En 1980 naîtra, de l’unité de quatre organisations révolutionnaires, dont le PCS, le Front Farabundo Marti de Libération Nationale, victorieux aux élections générales de 2009 et 2014.

Communistes, nous sommes héritiers de cette histoire. La faire vivre, cela s’appelle l’Internationalisme. Un « gros mot », plus que jamais d’actualité.

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2018 1 09 /07 /juillet /2018 10:32
Sur fond de péril rouge et de réunification de la droite, la réintégration et la réhabilitation des collaborateurs et des hommes de Vichy
Sur fond de péril rouge et de réunification de la droite, la réintégration et la réhabilitation des collaborateurs et des hommes de Vichy

En 1940, le régime de Vichy avait rallié une grande partie de la droite politique et des Français de droite, mais aussi des radicaux, et, beaucoup plus minoritaires, quelques socialistes. Gilles Richard écrit dans son Histoire des droites en France: "Il y eut à Vichy quelques socialistes et syndicalistes (René Belin, ancien secrétaire général adjoint de la CGT, fut ministre du Travail jusqu'en 1942), davantage de radicaux, notamment parmi les hauts fonctionnaires, comme René Bousquet ou Maurice Papon. Mais les hommes issus des partis de droite furent toujours de loin les plus nombreux autour de Philippe Pétain" (Perrin, 2017 - p.245).

Beaucoup d'historiens, contre la thèse d'un fascisme français de l'historien israélien Zeev Sternhell, accréditée par la nature de certains mouvements ultras de la Collaboration, nationaux-socialistes, parfois venus de la gauche (Doriot, Déat), considèrent au contraire que le régime de Vichy était moins l'expression d'un fascisme français que la prise de pouvoir des droites conservatrices, catholiques, réactionnaires, nationalistes, hostiles au Front Populaire (Azéma, Paxton, Gilles Richard, François Broche et Jean-François Muracciole). Ce qui n'empêche nullement que des fascistes de toute obédience aient été présents et actifs au sein du régime de Vichy.   

600 000 Français ont été victimes de la Seconde Guerre Mondiale, un tiers est tombé les armes à la main, le reste a disparu dans les bombardements, les massacres, en déportation, ou victime des combats internes, en France ou dans l'Empire. "Le régime de Vichy et les collaborationnistes, écrit Henry Roussi dans le premier chapitre ("la névrose") de son grand livre sur la mémoire de la Collaboration, Le syndrome de Vichy. De 1944 à nos jours "sont directement responsables de la condamnation de 135 000 personnes, de l'internement de 70 000 suspects (dont de nombreux réfugiés politiques d'Europe centrale), de la révocation de 35 000 fonctionnaires. Victimes des lois d'exclusion, 60 000 francs-maçons ont été fichés, 6 000 ont été inquiétés, et 549 (sur 989) morts en déportation. De même, l'administration française et les partis à la solde des Allemands, chacun à leur manière, ont contribué à la déportation de 76 000 juifs français et étrangers, dont moins de 3% a survécu. Les mêmes ont œuvré à l'envoi en Allemagne de 650 000 travailleurs au titre du STO et ont mené une lutte sans répit à la Résistance et aux opposants en général".

La résistance a tué quant à elle environ 10 000 personnes en dehors des instances judiciaires, dont une bonne moitié environ avant le 6 juin 1944, donc en pleine occupation. Quant à l'épuration judiciaire, "sur les 160 287 dossiers examinés par les tribunaux militaires, les cours de justice et les tribunaux civils, 45% ont abouti a un non-lieu ou à un acquittement, 25% à la dégradation nationale et à la perte des droits civiques, 24% à des peines de prison, dont un tiers aux travaux forcés temporaires ou à perpétuité. Enfin, 7037 personnes ont été condamnés à mort, et 767 seulement exécutés. De même, l'épuration professionnelle, sans être très poussée ni équitable suivant les secteurs, a touché plus de 150 cadres et chefs d'entreprise, dont certains d'envergure, ou encore 700 fonctionnaires dans l'enseignement, pour ne citer que deux exemples" (Henry Rousso). La plupart des fonctionnaires qui ont exécuté les ordres (parfois criminels, comme pour l'arrestation des Juifs) de Vichy, même haut-gradés, restent en place.  

40 000 personnes sont emprisonnées à l'issue de leur procès pour des faits et des crimes de collaboration dans un premier temps. 100 000 personnes sont passés par la case prison pour attendre leur jugement prononçant la confiscation de leurs biens, leur licenciement, voire leur condamnation à mort.      

Les nostalgiques de la collaboration  ont été jusqu'à prétendre qu'il y aurait eu 100 000 ou 120 000 exécutions sommaires à la libération, c'est en réalité autour de 4500 (Robert Paxton, La France de Vichy - 1940-1944), ou 8000 à 10 000 (Henry Rousso). La violence des images des femmes tondues (peut-être 20 000 selon Fabrice Virgili) ne doit pas occulter la réalité d'une épuration relativement modérée. 

Et l'épuration a été relativement modérée, sélective, au grand damne d'ailleurs des communistes qui réclamaient plus d'intransigeance pour purifier le corps social des fascistes et des sympathisants nazis et faire justice aux résistants sacrifiés, pour sanctionner aussi les élites sociales et économiques qui, par haine du Front Populaire, ont trahi et tendu les bras à Pétain et Hitler.    

En revanche, "le sort des intellectuels et chefs de parti résolument fascistes dans un Paris occupé est tranché sans appel. Placés au beau milieu du podium, ils ont dit des mots qui vont les condamner une fois la Libération venue. La chance aidant, certains trouvent refuge à l'étranger: Déat, dans un monastère italien, Céline, au Danemark, Drieu la Rochelle préféra se suicider. Robert Brasillach, Georges Suarez, Jean Luchaire sont fusillés. Doriot est tué sur une route allemande en 1945 quand un avion mitraille sa voiture. Darnand est exécuté le 10 octobre 1945. Les tribunaux infligent des peines très sévères aux miliciens, cadres ou hommes de troupe, dont on sait à l'évidence qu'ils ont combattu la Résistance" (Robert O. Paxton, La France de Vichy). 

Laval qui avait voulu fuir par l'Espagne franquiste, mais qui avait été renvoyé en Allemagne, où les Américains l'avaient livré aux Français, est fusillé le 15 octobre 1945 après sa condamnation à mort par la Haute Cour de Justice.       

Marcel Déat, ancien socialiste passé au camp de la collaboration radicale, finira lui sa vie dans un couvent de Turin en 1955, fidle à ses vieilles convictions antisémites et fascistes. 

Pétain est lui jugé par André Mornet, ancien commissaire du gouvernement dans les procès de trahison de la Grande Guerre, qui a requis la peine de mort devant la Haute Cour contre Pétain alors qu'il s'était porté volontaire pour faire partie du tribunal de Riom trois ans plus tôt et qu'il avait fait partie de la Commission de révision des naturalisations mises en place par Vichy, un moyen de déchoir de leur nationalité des réfugiés d'Europe de l'est, et surtout des Juifs, prélude à leur arrestation, leur internement, leur déportation.   

En 1944, la victoire des Alliés et de la Résistance, jointe aux horreurs de la guerre, de la Collaboration, et à l'extrême brutalité des alliés de ce régime, l'Allemagne nazie, décrédibilise en grande partie la droite et ce régime aux yeux des Français.  La droite traditionnelle, non gaulliste et résistante, est totalement déconsidérée. 302 députés et sénateurs sont d'ailleurs touchés par des mesures d'inéligibilité consécutives au vote des pleins pouvoirs à Pétain ou à la participation au régime: 163 d'entre eux appartenaient au centre et à la droite parlementaire de 1936, 79 viennent de la famille radicale, et 52 de la SFIO. 

François Broche et Jean-François Muracciole écrivent dans Histoire de la collaboration (1940-1945) - édité en 2017 chez Tallandier: 

" L'entreprise de réhabilitation du régime de Vichy, du maréchal Pétain et de la Collaboration est engagée dès la Libération. " En 1945, Henri de Kerillis, homme de droite proche de Georges Mandel et de Paul Reynaud avant guerre, farouchement anti-communiste et ne supportant pas leur présence au gouvernement écrit un De Gaulle dictateur

A partir de 1947, les communistes sont exclus du gouvernement par Ramadier car ils refusent de justifier l'austérité salariale et les grèves ouvrières réprimées. La coalition des trois grands partis de la Libération - MRP (centre catholique), socialiste, communiste - vole en éclat. En 1951, c'est aux tours des socialistes d'être éjectés du gouvernement sur le problème de la guerre scolaire et de leur refus des subventions publiques aux écoles privées catholiques. 

Comme après le Front Populaire, dans un contexte de guerre froide, le péril rouge remet en selle la droite la plus réactionnaire, d'autant que le début de la guerre d'Indochine va pouvoir rapprocher les nationalistes, au nom de la défense de l'Empire et de l'anti-communisme, qui ont accepté la collaboration et ceux qui défendaient la résistance. 

Henry Rousso, dans Le syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours rappelle que en 1947, l'expression d'une extrême-droite nostalgique qui relève la tête après l'épuration est à nouveau possible:

"En 1947, ce courant prend un relatif essor avec la sortie du premier numéro des Ecrits de Paris, de René Malliavin, et la réapparition d'un organe permanent et autorisé de l'Action Française, Aspects de la France. En 1951, le même Malliavin fonde Rivarol, en hommage au contre-révolutionnaire qui combattait la Terreur comme lui et ses amis combattent l'épuration. On y retrouve quelques belles plumes du Paris occupé, Alfred Fabre-Luce et Marcel Jouhandeau, et de jeunes talents prometteurs comme François Brigneau, futur éditorialiste de Minute".

 "Se forge cette année-là un nouveau concept, très prisé de la droite: "le résistantialisme", écrit avec un et non un c , comme dans résistancialisme. La différence est fondamentale. Dans le premier cas, la connotation péjorative désigne les résistants, particulièrement les fanfarons de la dernière heure (du moins est-ce le prétexte invoqué). Il laisse ainsi intact la Résistance, dont la définition se fait de plus en plus lâche. En attaquant les hommes, la droite néo-vichyste tente de récupérer un symbole toujours positif dans l'opinion, tout en dénonçant l'action néfaste des épurateurs. 

L'extrême-droite nostalgique essaye de salir la résistance par la prétendue violence arbitraire de l'épuration, ainsi le chanoine Desgranges, député du Morbihan, qui fonde la confrérie, filiale de l'ordre Notre-Dame de la Merci, aux fins de soulager le sort des victimes de la nouvelle "Terreur". En 1948, il fait paraître un pamphlet, best-seller de référence: les Crimes masqués du résistantialisme : 

"Le "résistantialisme" est à la Résistance ce que le cléricalisme est à la religion, le libéralisme à la libertén et, comme dirait Sartre, la nausée à la vie. C'est l'exploitation d'une épopée sublime par le gang tripartite à direction communiste" 

(cité par Henry Rousso, Le syndrome de Vichy, de 1944 à nos jours)   

" En 1946, rappelle Henry Rousso, le chanoine Desgranges a participé à la création de l'Association des représentants du peuple de la IIIe République. Elle regroupe maires et députés déclarés inéligibles, dont quelques résistants (élus aux municipales d'octobre 1945, après la levée de leur inéligibilité) et surtout d'anciennes personnalités de l'Etat français défunt, comme Paul Faure et Pierre-Etienne Flandrin. En mars 1948, l'association organise un "Banquet des mille", en souvenir des banquets de 1848. On y défend l'idée d'amnistie, on fait l'apologie du "maquisard probe et sincère", des ministres de Vichy qui "signaient des traités secrets avec l'Angleterre" et on condamne les collaborateurs et faux résistants criminels. Le plus étrange est que cette association, tout en oeuvrant pour la réhabilitation des épurés politiques, se réclame d'abord de la IIIe République. Pour elle, Vichy n'a été qu'une simple émanation du vote parlementaire du 10 juillet 1940, et c'est aux députés, sénateurs et maires de la IIIe que s'en prend, selon eux, le nouveau régime, par le biais de l'inéligibilité. Beaucoup se retrouvent en 1948 au sein du Centre national des indépendants", - le CNRI qui deviendra CNIP en février 1951, et où se fond l'UDI de Raymond Marcellin (Giscard sera élu député du CNIP en 1956).   

Au tournant des années 50, le colonel Remy, proche compagnon du général de Gaulle, entend réhabiliter des figures de la droite vichyste et défendre la réhabilitation des anciens collaborateurs, soi-disant des Résistants discrets, en secret, comme Pétain.

"Né le 6 août 1904 à Vannes, homme d'affaire et réalisateur de cinéma, Gilbert Renaud, dit Remy, est comme on dit "une grande figure de la Résistance". Ses sympathies pour l'Action Française ne l'empêchent pas de refuser l'armistice et de s'engager dès juillet 1940 dans les services secrets de la France Libre dirigés par le colonel Dewavrin, futur colonel Passy, autre figure légendaire. Fondateur du réseau Confrérie Notre-Dame, il prend l'initiative d'une rencontre avec les FTP et convoie jusqu'à Londre, en janvier 1943, Fernand Grenier, représentant du parti communiste. (...) Très proche du général de Gaulle, il participe en avril 1947 à la fondation du RPF, devient membre de son comité exécutif.." ( Henry Rousso). 

C'est en 1949 que Remy va se rapprocher d'anciennes figures pétainistes comme l'amiral Auphan, proche de Weygand, ancien secrétaire d'Etat à la Marine de Vichy. En 1950, Remy dénonce publiquement avec le chanoine Desgranges les "crimes" de la Libération, les tribunaux d'exception. Il défend l'idée d'une attitude complémentaire de Pétain - la résistance discrète de l'intérieur- par rapport à celle de de Gaulle. La fameuse thèse du "bouclier" (Pétain) et de "l'épée" (de Gaulle) que développera Robert Aron dans son Histoire de Vichy. 

Remy finira membre du Front National de Jean-Marie Le Pen. 

Le 9 novembre 1950, lors de la discussion sur le projet de loi d'amnistie, les députés Louis Terrenoire et Edmond Michelet déposent un amendement demandant la libération de Pétain. Il est repoussé par 466 voix contre 98 mais la motion des élus MRP ralliés au RPF a recueilli le soutien d'une bonne partie des élus de droite. Même au sein du RPF fondé par de Gaulle s'expriment à cette époque des sympathies pro-pétainistes. 

L'offense pour l'oubli et l'amnistie commence en 1948 et est portée par la droite, les démocrates-chrétiens du MRP, qui ont recyclé plusieurs élus et notables qui n'étaient pas hostiles à Vichy, et le RPF.  "Les partisans de l'amnistie avancent cinq grands arguments: la clémence, la réparation des injustices de l'épuration, la réconciliation des Français, la nature politique de certains délits commis sous l'Occupation, et enfin l'exemple donné par l'Allemagne et l'Italie, déjà sur la voie de la réconciliation nationale" (Henry Rousso). En Allemagne et en Italie, ce sont les Américains et la droite, la mafia et l'Eglise en Italie, remis en selle contre la Résistance communiste par les Américains, qui encouragent à réintégrer les anciens fascistes pour contenir la menace communiste.

"En face, les communistes, violemment hostiles à toute forme d'amnistie, dénoncent pêle-mêle la renaissance d'un néo-fascisme, l'Allemagne avec la volonté d'absoudre les collaborateurs. Quant aux socialistes, ils acceptent le principe de la grâce mais pointent un doigt menaçant en direction des manifestations de réhabilitation. Minoritaire au Parlement, la gauche ne peut empêcher la promulgation de la loi d'amnistie aux auteurs de faits ayant entraîné l'indignité nationale et une peine de prison inférieure à 15 ans. Elle prévoit également des mesures individuelles pour les incorporés de force, les mineurs de moins de 21 ans et ceux dont la peine est presque purgée. Large dans son principe, elle ne concerne ni les crimes graves, ni les décisions de la Haute Cour, supprimée l'année précédente en même temps que les cours de justice.

C'est une première atteinte sérieuse, non plus à l'idéologie de la Résistance, déjà moribonde cinq ans après la fin de la guerre, mais à sa mémoire. Grâce à cette loi, des fascistes notoires, des nostalgiques de Vichy, peuvent non seulement refaire surface, on l'a vu, mais retrouver leurs prérogatives publiques et surtout se faire élire, sans avoir, comme Antoine Pinay, à passer devant les jurys d'honneur. Grâce à elle aussi, les prisons de l'épuration peuvent commencer à se vider".  

 (Henry Rousso).           

En juin 1951, la liste UNIR (Union des indépendants républicains) obtient 288 089 voix. Elle a été fondée par Jacques Isorni, l'avocat de Pétain. La liste obtient trois élus qui se réclament de la pensée du maréchal, auquel il faut ajouter Jacques Le Roy Ladurie, ancien ministre de l'agriculture du gouvernement Laval, élu sur une autre liste d'indépendants. 

Un mois après, le 23 juillet 1951, le maréchal Pétain meurt à 95 ans à l'île d'Yeu. Dès 1948 s'était constitué un comité d'honneur pour sa libération, présidé par Louis Madelin. Le 6 novembre 1951 est fondée l'Association (loi 1901) pour défendre la mémoire du maréchal Pétain, jamais interdite et toujours active de nos jours. L'ADMP compte à sa tête plusieurs généraux et amiraux (Huntziger, Auphan, Lacaille, Héring), des anciens ministres de Vichy (Jean Borotra, Georges Lamirand, François Lehideux) et le colonel Remy, caution pour rallier les "pétaino-gaullistes".   

Forte du premier succès de la loi d'amnistie, "la droite pousse plus loin son avantage. Un second débat s'ouvre en juillet 1952, cette fois pour m'amnistie totale. Le mot d'ordre d'"unité nationale", l'union sacrée contre les communistes prédominent dans son argumentaire. D'autant que le danger extérieur n'est plus allemand, mais soviétique". "La seconde loi d'amnistie est votée le 24 juillet 1953 par 394 voix contre 212". (Henry Rousso)  

Au total, l'effectif des 40 000 personnes emprisonnées pour faits de collaboration en 1945 a évolué comme suit: 

1945    40 000

1948 (décembre)    13 000 (loi d'amnistie de 1947)

1949 (octobre)   8000

1951 (janvier)     4000

1952              1570 (loi d'amnistie de 1951) 

En 1952, dans une retentissante Lettre aux Directeurs de la Résistance, Jean Paulhan, qui avait couvert et protégé Aragon pendant la guerre,éminence grise des éditions Gallimard et membre du Comité National des Ecrivains affirme que "Maurras, Brasillach ni Pétain n'ont jamais été jugés", que 400 000 Français ont été victimes de l'épuration "au mépris du Droit et de la Justice" et qu'entre 1940 et 1944, le "gouvernement légal de la France était à Vichy".   

Dans l'épilogue de leur Histoire de la collaboration, François Broche et Jean-François Muracciole écrivent: en  1953, "le combat pour la réhabilitation de Vichy est en bonne voie: l'anticommunisme de guerre froide et les conflits de la décolonisation brouillent les clivages de la guerre; les collaborateurs sont maintenant aministiés (1953); le RPF et de Gaulle sont de plus en plus hors jeu; l'édition vichyste et néovichyste est florissante (Nouvelles Editions Latines, Self, L'Elan, Editions du conquistador, France-Empire, A l'Enseigne du Cheval Ailé)". Plon, éditeur du général de Gaulle, publie aussi des anciens ministres de Vichy comme Yves Bouthillier.   

Le 12 janvier 1953, devant le tribunal de Bordeaux, c'est le procès des 21 rescapés de la division Das Reich responsables du massacre des 642 habitants d'Oradour-sur-Glane. Parmi 14 français alsaciens, des "malgré-nous", qui ont fini déserteurs de la SS, intégrant pour certains des FFI ou FFL. Le verdict tombe en février: 2 condamnations à mort pour les gradés, des peines de prison et de travaux forcés pour les Allemands et les Français. A la suite de ce procès, le président du Conseil René Mayer fait mettre en discussion un projet de loi d'amnistie pour les incorporés de force. Le projet de loi réunit 300 voix contre 228: les communistes, une majorité de socialistes, un tiers des radicaux votent contre. Le 21 février 1953, les Alsaciens sont libérés.        

En 1953, c'est le Tito limousin, Georges Guingouin, communiste jusque quelques mois plus tôt (mais solidaire de Marty et Tillon, et démissionnaire), ancien chef des FFI de Limoges, qui est mis au banc des accusés pour l'exécution en août 44 d'une quarantaine de personnes par le tribunal militaire de Limoges.  

Robert Paxton rappelle que René Coty, président de la République en 1953, a voté "oui" en juillet 1940 pour les pleins pouvoirs à Pétain. La même année, deux personnalités du régime de Pétain entrent dans un gouvernement de la IV e République: André Boutemy, ancien préfet, a le portefeuille de la santé, et Camille Laurent, responsable de la Corporation Paysanne, celui de l'Agriculture.    

A la veille de 58, l'homme politique préféré des français est Antoine Pinay, ancien combattant de 14-18, adhérent des Poilus de la Loire, qui haïssait le Front populaire, vénérait le maréchal, et avait été nommé au Conseil national en 1941. Il ne se révolta contre Vichy qu'à l'occasion de la réforme des Conseils Départementaux prévoyant la nomination plus que l'élection des représentants locaux.   

En 1958, l'écrivain collaborationniste Paul Morand se présente à l'Académie Française. Jules Romains écrit dans l'Aurore: c'est "la revanche de la Collaboration sur une France qui avait eu le tort de se refuser à l'ennemi avant de la chasser et sur une élite intellectuelle qui avait préféré l'hostilité au pouvoir, les risques de la Résistance ou l'exil à la faveur de l'occupant".  Il est barré par la polémique sur son passé d'écrivain de la Milice mais il entrera sous la coupole en 1968. 

1958 va être un tournant: le retour du général de Gaulle au pouvoir et les péripéties de la guerre en Algérie vont donner un nouvel élan à la réhabilitation de Vichy, car au renforcement de l'extrême-droite lié au refus du processus conduisant à la fin de la guerre d'Algérie et à l'indépendance algérienne. Les résistants George Bidault et Jacques Soustelle, partisans de l'Algérie Française, comme le colonel Remy 10 ans plus tôt, se mettent à réhabiliter Pétain. Mabire écrit avec beaucoup de complaisance l'épopée tragique des SS français de la "Division Charlemagne". Des publications d'extrême-droite - Minute, Crapouillot, Le Spectacle du Monde, Valeurs actuelles - recrutent des journalistes collaborationnistes comme Lucien Rebatet. Dans le même temps des écrivains qui furent proches de la Collaboration s'expriment violemment contre de Gaulle et pour l'Algérie Française: Jean Anouilh, Marcel Aymé, Michel Déon, Alfred Fabre-Luce, Jacques Laurent, Paul Morand, Roger Nimier (François Broche et Jean-François Muracciole). Radio Courtoisie dirigée par Jean Ferré puis par Henry de Lesquen, membre du Club de l'Horloge, va bientôt porter cette réunification de la droite nationaliste et réactionnaire et la réhabilitation de Vichy.    

Trois cas sont exemplaires de cette amnésie progressive et de cette réhabilitation des hommes de Vichy:

- le préfet René Bousquet, haut-fonctionnaire parrainé par un radical-socialiste, organisateur de la rafle du Vélodrome d'hiver de juillet 42 et de celles d'août 42 en zone sud, puis de la rafle de Marseille en janvier 1943, proche de Mitterrand après-guerre, passé entre les mailles de l'épuration, et entreprenant à partir des années 50 une florissante carrière d'homme d'affaire et d'influence, qui n'est inculpé qu'en 1991 pour crime contre l'Humanité grâce à la plainte de Serge Klarsfeld et de la Ligue des Droits de l'Homme et est assassiné en 1993 avant son procès. 

- Paul Touvier, chef régional de la Milice de Lyon, responsable de l'assassinat de Victor Bash, fondateur de la Ligue des Droits de l'homme, et des sept Juifs de Rilleux-la-Pape, deux fois condamné à mort par contumace après la guerre, caché et protégé par des hommes d'église, qui collabore avec Jacques Brel sous une fausse identité, est gracié par le président Pompidou (1971) avant d'être condamné à la réclusion perpétuelle par la cour d'assises de Versailles en 1994.  

- Maurice Papon, secrétaire général de la Gironde sous l'Occupation, responsable de la déportation des Juifs de Bordeaux, qui redevient secrétaire général de la préfecture de police de Paris, préfet régional en Algérie, organisateur d'une répression féroce contre les partisans de l'indépendance (en Algérie et à Paris, Charonne, les manifestants algériens jetés dans la Seine à Paris), puis député de 68 à 78, et ministre de Raymond Barre entre 1978 et 1981. Maurice Papon a été condamné à 10 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de Bordeaux en 1998 pour complicité de crime contre l'Humanité.  

Notes de lecture et synthèse par Ismaël Dupont - 9 juillet 2018 

Sur fond de péril rouge et de réunification de la droite, la réintégration et la réhabilitation des collaborateurs et des hommes de Vichy
Sur fond de péril rouge et de réunification de la droite, la réintégration et la réhabilitation des collaborateurs et des hommes de Vichy
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011