Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2018 1 29 /10 /octobre /2018 06:59
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre

Excellent débat sur Parcoursup organisé lle lundi 22 octobre par le PCF , pour l'égalité d'accès à l'éducation et l'enseignement supérieur hier à la fac Ségalen de Brest avec Pierre Ouzoulias, sénateur communiste des Hauts-de-Seine, Lucien Richard, responsable organisation de la JC 35, Marie Dagnaud de la CGT educ'action, Olivier Cuzon, de Sud-Solidaires, et Jean-Marc Clery, porte parole de la FSU-Bretagne.

"Parcoursup, une "belle réussite", qui a éliminé des dizaines de milliers de bacheliers de l'enseignement supérieur (-7% d'inscrits en fac notamment), des jeunes issus des classes populaires, de lycées techniques et professionnels pour la plupart".

"La France consacre depuis 10 ans de moins en moins de moyens, rapportés au nombre d'étudiants qui augmente, à l'enseignement supérieur".

"Les algorithmes locaux des universités sont non communiqués, on ne sait pas sur quels critères ils travaillent, ni s'ils sont légaux"

"On va préparer la spécialisation des élèves en amont pour correspondre aux attendus des universités. Dès la fin 3ème, les élèves vont devoir avoir une idée des choix qu'ils vont devoir faire. On spécialise l'enseignement général et technologique, on despécialise l'enseignement professionnel en lui retirant une série de compétences générales. On cherche à ce que les élèves restent bien dans la bonne case. On a pas un gouvernement qui vise l'émancipation des gens".

"En Bretagne, 33 000 lycéens bacheliers passaient par la plateforme parcoursup. 8000 n'avaient aucune réponse au mois de juin, 950 savaient qu'ils étaient sans aucune proposition. C'est difficile de savoir combien de jeunes ont vu leurs vœux préférentiels satisfaits. 20% des élèves ont sans doute décroché de Parcoursup, se retrouvant sans orientation dans le supérieur, ou dans des écoles privées. En STAPS à Rennes, 200 dossiers ont été refusés, une centaine de dossiers ont été refusés en sciences de l'éducation.

"Les effectifs ont baissé pour la première fois de 7% à l'entrée à l'université. Pour ce qui est des STMG, un tiers d'entre eux ont abandonné parcoursup. En région parisienne, il y a une sélection incroyable sur critères sociaux que parcoursup accentue".

"Le tirage au sort a bien lieu en réalité dans certaines universités pour départager les candidats aux dossiers voisins".

"Il manque des places à l'université et en même temps il y a des filières qui ne font pas le plein mais on ne rentre pas les étudiants dans les filières comme des sardines dans des boîtes. Le service public d'éducation a vocation a fonctionné même si certaines classes sont à moitié vides".

"Parcoursup traduit une projet idéologique de la droite depuis longtemps: le refus de la démocratisation de l'enseignement. Il s'agit d'empêcher tous ceux qui ont le bac d'accéder à la filière de leur choix. Le Bac n'est plus le premier diplôme du supérieur".

"Les enfants d'ouvriers sont 12% en master, 4% en doctorat, actuellement. Parcoursup ne fait que renforcer ces discriminations. Cela conduit à l'auto-sélection, l'auto-censure. Et on localise le bac. Les notes de terminale n'ont pas la même valeur dans un lycée de centre-ville d'une grande ville et dans un petit lycée d'une petite ville".

"On oblige les jeunes à se déterminer beaucoup plus tôt sur leur orientation future alors qu'on liquide parallèlement des cohortes de conseillers d'orientation. Le summum c'est la lettre de motivation qui discrimine ceux qui sont à l'aise à l'écrit ou ont des aides familiales et les autres"

"On a pas anticipé le pic de natalité de l'an 2000 avec 35 000 naissances de plus. C'est soit un problème d'incompétence totale, soit un choix. Il aurait fallu augmenter de manière significative les moyens pour l'université. Aujourd'hui, on oblige les jeunes à cocher les cases par défaut, les bacheliers professionnels accédant à l'université sont passés de 25% à 15%. Avec parcoursup, ce n'est plus les humains qui dépendent des machines mais les êtres humains qui se transforment en machines devant s'auto-évaluer et se vendre. Parcoursup, c'est un projet idéologique des forces capitalistes et libérales qui renvoient au processus. Cela renvoie au processus de Bologne par lequel les décideurs européens ont voulu uniformiser le modèle compétitif et managérial à l'université"

"Blanquer ne cesse de faire des cadeaux au privé. Alors que 95% des enfants sont scolarisés en maternelle à 3 ans, Blanquer, en rentant la scolarisation obligatoire à 3 ans fait un énorme cadeau aux écoles privées car les mairies vont devoir financer l'enseignement confessionnel".

"Dans le débat d'orientation budgétaire, nous avons proposé d'affecter les 6,5 milliards de crédit impôt-recherche aux universités plutôt que cela serve à faire de l'optimisation fiscale ou autre. Pour embaucher des profs d'université, des maîtres de conférence, des responsables de TD, il faut des moyens. Est-ce légitime de mettre 6 milliards sur les prochaines années dans le programme M 51 de renouvellement des armes atomiques et des missiles atomiques alors qu'on aurait pu les mettre dans l'éducation, la jeunesse? Pour autant nous avons été le seul groupe a voté contre au Sénat" (Pierre Ouzoulias)

"Il faut réellement mettre des moyens en face des besoins. Je suis pour une nationalisation de l'enseignement privé, le refus de la collaboration des enseignants avec les réformes libérales de tri des élèves".

"En 2000, 18% des élèves de lycée poursuivaient leurs études. Aujourd'hui, c'est 36%. Entre 2008 et 2018 on a gagné plus de 500 000 étudiants. Le processus de démocratisation de l'enseignement est inéluctable, irréversible. Toute la question, c'est les moyens qu'on met pour l'accompagner. Depuis 10 ans, l'effort de la nation par étudiant a nettement diminué. Quels moyens sommes nous prêts à investir pour la formation de la jeunesse?"

"Aujourd'hui, depuis les accords Vatican-Kouchner il y a 10 ans dans le supérieur, qui autorise le privé à délivrer des diplômes, le privé est à l'offensive dans l'enseignement supérieurs, avec aussi des objectifs d'évangélisation assumés".

"On a des difficultés à mobiliser, et pourtant c'est la clef de tout. Pas de vraie victoire des batailles étudiantes depuis la lutte contre le CPE en 2005-2006"

"La non hiérarchisation des voeux produit un temps d'attente extrêmement long sur parcoursup et c'est un effet dissuasif voulu. L'attente fait partie du système: elle a concerné 20% des élèves du général, 50% des élèves sortant d'un bac pro. Parcoursup classe en fonction des milieux sociaux. Il ne faut pas confondre l'apparent amateurisme de l'algorithme et de la structure de parcoursup et le projet politique et la stratégie très calculés. Avec APB, tu pouvais avoir l'impression que tu choisissais ton école, ta filière; là c'est l'inverse, on te choisit et tu dois te vendre ".

Plusieurs lycéens et étudiants sont intervenus au court du débat:

- Regrettant la non hiérarchisation des vœux et les effets que ça induit.

- Pour mettre l'accent sur le discours centré sur l'humain, les valeurs, le quotidien partagé et l'épanouissement individuel à tenir auprès des jeunes, plutôt que sur les chiffres, les moyens, l'argent, si on veut les toucher et les mobiliser. On a aussi besoin qu'on nous présente un projet en positif plutôt qu'une simple critique de l'existant. ON NE SE BAT PAS POUR DE L'ARGENT MAIS POUR DES DROITS.

- Sur la situation de stress vécue par les jeunes en terminale, qui vont malades au lycée pour éviter que des absences les handicapent dans le cadre de Parcoursup.

- Sur la mise à distance psychologique par rapport à des choix d'orientation qu'opère parcoursup.

- Sur le scandale de la confidentialité des données dans les algorithmes locaux de parcoursup.

- Sur les difficultés pour les jeunes des catégories populaires qui se rajoutent avec parcoursup.

- Sur le droit à l'orientation pour se former intellectuellement et non pour réussir socialement par une filière de prestige. Il faut pouvoir faire des études dans lesquels on se reconnaît. Il faut casser les représentations négatives sur certaines formations.

- Il faut accompagner les jeunes dans l'enseignement supérieur, les former, leur parler.

- Sur les pertes d'heures et de moyens de profs dans les UV dans certaines filières comme la psycho.

- Sur le travail des étudiants et son impact pour la réussite dans les études.

- Sur le revenu d'autonomie étudiant à conquérir.

Des syndicalistes SNES-FSU, CGT de l'éducation privé, CGT  sont aussi intervenus dans la salles, où étaient présents des profs d'université.  

A l'issue de ce débat passionnant de 2h30 environ, avec une grande richesse d'interventions, 3 lycéens et étudiants ont demandé d'adhérer au PCF.

Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Construire un projet démocratique de droit à l'éducation pour tous à l'opposé de la logique politique de Parcoursup - excellent débat organisé par le PCF à Brest ce mardi 22 octobre
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2018 1 29 /10 /octobre /2018 06:00
Culture. Histoire. Réflexion: initiatives d'éducation populaire de la section du PCF pays de Morlaix: la Grande Guerre le 11 novembre, Aragon le 13 novembre, l'Algérie le 11 décembre, Martha Desrumaux, militante ouvrière, résistante déportée le 5 février

Nos activités d'éducation populaire, qui ont donné beaucoup de satisfaction l'année 2018, avec plusieurs centaines de personnes à avoir participé à nos conférences-débat à la section du PCF pays de Morlaix les mardis, reprennent. 

Après: 

en janvier 2018, le philosophe Jean-Michel Galano sur la philosophie de Karl Marx  
en mars 2018, Greg Oxley sur la Révolution Française
en avril 2018, l'écrivaine Maha Hassan sur la littérature, la révolution et la guerre en Syrie
en mai 2018, le journaliste Gérard Le Puill sur l'agriculture et le réchauffement climatique
en mai 2018 encore, l'ingénieur Yann Le Pollotec sur la révolution numérique
en juillet 2018, Marie-Noëlle Postic et Lucienne Nayet sur l'antisémitisme et son histoire
 
Nous aurons le plaisir d'accueillir: 
 
Pour nos Mardis de l'éducation populaire du PCF pays de Morlaix (2, petite rue de Callac à 18h), ouverts à toutes les personnes intéressées: 
 
- Le Mardi 13 novembre: l'essayiste, romancier et journaliste Valère Staraselski sur le thème: "Aragon, entre littérature et politique, la liaison délibérée". 
 
Valère Staraselski a écrit, avant la biographie très ambitieuse et passionnante de Pierre Juquin, un excellent "Aragon. La liaison délibérée". 
 
Valère Staraselki sera le lendemain à Brest à l'invitation de la section PCF de Brest pour évoquer la question de l'antisémitisme à partir des recherches accomplies pour l'écriture de son dernier livre: "Le Parlement des cigognes"
 
C'est aussi l'auteur de plusieurs romans: "Le Parlement des cigognes" (2017) sur la Shoah et la complicité de polonais dans l'extermination des juifs (prix Licra), "Sur les toits d'Innsbruck", "Une histoire française" (sur la France pré-révolutionnaire, en janvier 1789), "L'Adieu aux rois" (un roman qui se passe pendant la Révolution Française, en 1794), "Le Maître du Jardin. Dans les pas de La Fontaine", "Nuit d'hiver", "Un homme inutile", etc. 
Mais aussi d'un très beau texte sur la Fête de l'Humanité, Comme un Air de liberté (2005), de 1909-2009: un siècle de vie ouvrière avec Denis Cohen (Cherche-Midi), de Voyage à Assise. 
 

 

Culture. Histoire. Réflexion: initiatives d'éducation populaire de la section du PCF pays de Morlaix: la Grande Guerre le 11 novembre, Aragon le 13 novembre, l'Algérie le 11 décembre, Martha Desrumaux, militante ouvrière, résistante déportée le 5 février
Valère Staraselki à Dialogues Morlaix en 2017 (photo Jean-Luc Le Calvez)

Valère Staraselki à Dialogues Morlaix en 2017 (photo Jean-Luc Le Calvez)

Culture. Histoire. Réflexion: initiatives d'éducation populaire de la section du PCF pays de Morlaix: la Grande Guerre le 11 novembre, Aragon le 13 novembre, l'Algérie le 11 décembre, Martha Desrumaux, militante ouvrière, résistante déportée le 5 février

- Le Mardi 11 décembre: la sociologue et romancière Anne Guillou, auteur chez Skol Vreizh en 2018 de "Une embuscade dans les Aurès": 

La Guerre d'Algérie (1954-1961), blessures intimes  

Anne Guillou a aussi écrit plusieurs romans: "Noce maudite" (sur une condamnation à mort d'une criminelle de la région morlaisienne au XIXe siècle), "Dommage de guerre" (sur un viol commis par un soldat noir américain dans la région morlaisienne à la Libération), "Terre de promesses", "Fétiche". Ce fut aussi une grande artisane de l'éducation populaire sur le pays de Morlaix. 

Affecté au poste militaire de T’Kout dans les Aurès (Algérie) en 1960, le sous-lieutenant Raymond Messager, promotion « Terre d’Afrique » à Saint-Cyr-Coëtquidan, n’atteignit jamais sa destination.  Le 12 septembre 1960, une embuscade tendue par les rebelles l’arrêta net. Il avait 22 ans.  Anne Guillou-Riou, sa fiancée au moment du drame, revient aujourd’hui sur le parcours du jeune officier et sur les jours sombres de l’Algérie d’alors dans un récit autobiographique sur fond de guerre.  Liant les éléments sociologiques à la presse de l’époque, les travaux des historiens à l’expérience personnelle, l’auteur livre ici un ouvrage sensible fondé sur la mémoire, retraçant la lente maturation d’un être durement frappé à 20 ans.  L’ouvrage donne un éclairage particulier sur le conflit algérien que les appelés du contingent et les cadres militaires de l’époque ont préféré couvrir d’une chape de silence.

Affecté au poste militaire de T’Kout dans les Aurès (Algérie) en 1960, le sous-lieutenant Raymond Messager, promotion « Terre d’Afrique » à Saint-Cyr-Coëtquidan, n’atteignit jamais sa destination. Le 12 septembre 1960, une embuscade tendue par les rebelles l’arrêta net. Il avait 22 ans. Anne Guillou-Riou, sa fiancée au moment du drame, revient aujourd’hui sur le parcours du jeune officier et sur les jours sombres de l’Algérie d’alors dans un récit autobiographique sur fond de guerre. Liant les éléments sociologiques à la presse de l’époque, les travaux des historiens à l’expérience personnelle, l’auteur livre ici un ouvrage sensible fondé sur la mémoire, retraçant la lente maturation d’un être durement frappé à 20 ans. L’ouvrage donne un éclairage particulier sur le conflit algérien que les appelés du contingent et les cadres militaires de l’époque ont préféré couvrir d’une chape de silence.

Morlaix
Anne Guillou, l’écrivaine hantée par ses fantômes
Anne Guillou présente son ouvrage « Une embuscade dans les Aurès », paru chez Skol Vreizh. | PHOTO OUEST-FRANCE

 

Portrait

Elle vous accueille chaleureusement. Et vous jauge de son regard clair. Comme si elle voulait voir si son interlocutrice partage ses références. D’emblée, elle plante son regard bleu dans le vôtre. « C’est la première fois, depuis 60 ans, que je reviens sur une tragédie qui a bouleversé mon existence. »

Anne Guillou, écrivaine et romancière, sociologue et chercheuse reconnue pour ses travaux en sociologie rurale, vient de sortir un récit sur les jours sombres de l’Algérie.

En l’écoutant, on glisse inéluctablement vers le passé, celui d’un Finistère rural très éloigné de la plupart des tragédies qui agitaient le monde, marqué par ses destins brisés, par l’emprise de l’église, par le quotidien, qui suit son cours…

« Faite pour aimer »

Cette vie est alors la sienne. Celle d’une jeune fille « bonne en calcul mental, dictée et rédaction », qui quitte la ferme familiale de Kerougay, à Guiclan, pour le juvénat (institution destinée à former de jeunes religieuses) de Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine). « C’était le prix à payer pour espérer un autre avenir que celui de paysanne… Malgré ma bonne volonté, en fin de 4e, je ne suis pas qualifiée pour poursuivre. »

Anne reprend le fil de son parcours scolaire à Notre-Dame-du-Mur, à Morlaix. « À quinze, seize, dix-sept ans, je sens que je suis faite pour aimer… Mon père acceptera que je m’émancipe quand Raymond se fera connaître comme futur mari. »

Anne est alors institutrice à Landivisiau. Raymond Messager, fils de paysans de Guiclan, est un élève brillant. Il choisit la carrière militaire. Le parcours du jeune officier, formé à Saint-Cyr-Coëtquidan, ajoutait à la renommée de la famille « mais je me suis toujours demandée pourquoi il était allé vers ce métier ? »

Le 12 septembre 1960, le sous-lieutenant est affecté au poste militaire de T’kout dans les Aurès. « Mais il n’atteignit jamais sa destination, il est tombé dans une embuscade tendue par les rebelles.»

« J’avais 20 ans »

À Guiclan, c’est le choc. « Un chaos psychologique, seule avec ma douleur, je suis comme victime d’un dérèglement », se souvient Anne. Sa vie s’écroule. « J’avais 20 ans, qu’est ce que j’allais devenir ? »

En retraite depuis plusieurs années, elle a écrit plusieurs romans. Mais l’époque de ses vingt ans revient comme un boomerang. C’est en 2016, dans les Aurès, en Algérie, qu’elle renoue avec son passé qui l’a durement bouleversée, il y a près de 60 ans. Ce n’est plus la grande Histoire. Mais son histoire à elle.

Un récit autobiographique sensible où elle revit cette longue remontée vers la vie et la reprise de ses études à la Sorbonne, l’enseignement, la lutte joyeuse et confiante du mouvement féministe. Un ouvrage qui donne aussi un éclairage documenté sur le conflit algérien « que les appelés du contingent ont préféré couvrir d’une chape de silence ».

Une embuscade dans les Aurès, chez Skol Vreizh. 15 €.

Dédicaces : 21 juillet, de 10 h à 12 h, chez Dialogues, et de 13 h 30 à 18 h, au centre Leclerc ; 25 juillet, de 10 h à 12 h, maison de la presse à Landivisiau ; 28 juillet, de 10 h à 12 h, à Guiclan.

Anne Guillou, Une embuscade dans les Aurès - article de Didier Gourin dans Ouest-France

Anne Guillou, Une embuscade dans les Aurès - article de Didier Gourin dans Ouest-France

Et le mardi 5 février: l'historien Pierre Outteryck viendra nous parler de:

la belle figure de Martha Desrumaux, militante et dirigeante ouvrière, cégétiste et communiste, première femme députée de France, animatrice du Front Populaire, résistante et déportée

à l'occasion de la campagne nationale pour que pour la première fois un ou une communiste, et un ou une ouvrière, et ici singulièrement une ouvrière communiste, soit admis au Panthéon.   

Pierre Outteryck, historien, universitaire à Lille III, a écrit deux livres sur "Martha Desrumaux", il a aussi écrit sur "Jean-Pierre Timbaud, ouvrier et résistant", fusillé à Chateaubriant. 

Une exposition de 10 panneaux sur la vie et l'oeuvre de Martha Desrumaux sera présentée au local de la section PCF de Morlaix. 

 

Martha Desrumeaux: syndicaliste et communiste résistante et déportée. Pour que la classe ouvrière rentre au Panthéon!

 

Pierre Outteryck à la fête de l'Huma 2018

Pierre Outteryck à la fête de l'Huma 2018

Culture. Histoire. Réflexion: initiatives d'éducation populaire de la section du PCF pays de Morlaix: la Grande Guerre le 11 novembre, Aragon le 13 novembre, l'Algérie le 11 décembre, Martha Desrumaux, militante ouvrière, résistante déportée le 5 février
Culture. Histoire. Réflexion: initiatives d'éducation populaire de la section du PCF pays de Morlaix: la Grande Guerre le 11 novembre, Aragon le 13 novembre, l'Algérie le 11 décembre, Martha Desrumaux, militante ouvrière, résistante déportée le 5 février
Culture. Histoire. Réflexion: initiatives d'éducation populaire de la section du PCF pays de Morlaix: la Grande Guerre le 11 novembre, Aragon le 13 novembre, l'Algérie le 11 décembre, Martha Desrumaux, militante ouvrière, résistante déportée le 5 février
Culture. Histoire. Réflexion: initiatives d'éducation populaire de la section du PCF pays de Morlaix: la Grande Guerre le 11 novembre, Aragon le 13 novembre, l'Algérie le 11 décembre, Martha Desrumaux, militante ouvrière, résistante déportée le 5 février

L'historien et militant syndical Jean-Paul Sénéchal (Le Finistère du Front Populaire) et Pierre Barbancey, le journaliste grand reporter de l'Humanité spécialiste de la question israélo-palestinienne, de la question kurde et du Proche-Orient en général, seront aussi des invités de la section PCF du Pays de Morlaix en 2019. Les dates de leurs conférences débats seront communiquées ultérieurement.  

Enfin

Le Dimanche 11 novembre à 16h à la salle Gallouedec de St Martin des Champs

à l'occasion du Centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918 et de la fin de cette grande boucherie inutile que fut la Grande Guerre

(10 millions de morts au total - 1 350 000 Français qui en furent victimes). 

en hommage aux sacrifiés du nationalisme et du militarisme, en hommage aux combattants de la Paix

La section PCF du Pays de Morlaix invite le Théâtre de la Corniche, les comédiens Claude Bonnard, Jerôme André, Antoine Asnar

Pour une représentation du très beau, très émouvant, très drôle spectacle musical et chanté

"Bonsoir m'amour"

1923, dans un café à Morlaix, la ville du Maréchal Foch, trois hommes meurtris par la guerre des Tranchées, un chanteur, un grand-père et son petit-fils orphelin, François Le Coz, refont l'historique de cette guerre infâme. 

Spectacle public 

entrée libre, participation au chapeau

Suivi d'un pot convivial pour continuer à échanger 

 

 

Culture. Histoire. Réflexion: initiatives d'éducation populaire de la section du PCF pays de Morlaix: la Grande Guerre le 11 novembre, Aragon le 13 novembre, l'Algérie le 11 décembre, Martha Desrumaux, militante ouvrière, résistante déportée le 5 février
Culture. Histoire. Réflexion: initiatives d'éducation populaire de la section du PCF pays de Morlaix: la Grande Guerre le 11 novembre, Aragon le 13 novembre, l'Algérie le 11 décembre, Martha Desrumaux, militante ouvrière, résistante déportée le 5 février
Partager cet article
Repost0
28 octobre 2018 7 28 /10 /octobre /2018 13:34
Rassemblement contre la fermeture du Bureau de Poste de la Boissière à Morlaix le samedi 27 octobre (photos Jean-Luc Le Calvez)
Rassemblement contre la fermeture du Bureau de Poste de la Boissière à Morlaix le samedi 27 octobre (photos Jean-Luc Le Calvez)

Plusieurs camarades du PCF étaient présents hier au rassemblement à l'initiative de la CGT contre la fermeture du bureau de poste de La Boissière au centre commercial de Leclerc à Morlaix début novembre, fermeture scandaleuse que nous avons dénoncé lors d'une question orale au Conseil Municipal, par communiqué et dans une lettre au directeur de la Poste dans le Pays de Morlaix. 

La pétition pour le maintien du bureau de poste a recueilli 3000 signatures.

Article Ouest-France, 27 octobre 2018: 

Une trentaine de personnes se sont réunies une dernière fois, samedi 27 octobre, pour dire non à la fermeture du bureau de poste de La Boissière. | OUEST-FRANCE

Une trentaine de personnes se sont rassemblées, samedi 27 octobre, près du cinéma La Salamandre, pour s’opposer à la fermeture du bureau de poste de La Boissière, à Morlaix (Finistère). Elles répondaient à l’appel de la CGT FAPT du Finistère.

C’est la dernière fois qu’elles se mobilisent. Après près de six mois de lutte, une trentaine de personnes se sont rassemblées, samedi midi, pour rappeler leur opposition au bureau de poste du centre commercial Leclerc de la Boissière, à Morlaix (Finistère). "Une dernière mobilisation pour ça soit le moins triste possible", témoigne Fabrice Martinet, secrétaire général de la CGT FAPT (Fédération des activités postales et de télécommunications).

Une dernière mobilisation car le bureau de poste fermera définitivement ses portes le samedi 3 novembre. Pétitions, appels à la manifestation, mobilisation des élus, rien n’y aura fait. La confirmation de la fermeture du bureau de La Boissière est tombée fin septembre. L’automate qui permet d’affranchir les envois et la boîte aux lettres resteront toutefois dans la galerie.

Membre de la CGT FAPT, Roland Novelli se désole : "Il y avait plus d’activité ici que dans le centre-ville… Mais il n’y avait pas de place pour créer une agence bancaire ici." Le syndicaliste ne croit pas que l’activité du bureau de La Boissière se reporte sur le centre-ville. "Les gens iront plutôt à Saint-Martin-des-Champs", explique-t-il. Quant aux employés du bureau, ils rejoindront l’agence La Poste du centre-ville.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-un-dernier-rassemblement-contre-la-fermeture-du-bureau-de-poste-de-la-boissiere-6040328

 

A Morlaix, le 21 juin 2018

 

Au 

Chef d'établissement du secteur de Morlaix de la Poste 

15 rue de Brest

29600 Morlaix

 

 

Nous avons appris récemment la fermeture prévue pour l'automne 2018 du bureau de poste situé dans la galerie du centre Leclerc à Morlaix et nous restons stupéfaits face à cette décision que rien ne justifie selon nous.

 

En effet les organisations syndicales nous ont fait part de faits objectifs qui viennent contredire votre communication aux médias locaux concernant les activités du bureau.

 

Situé dans un quartier dense et populaire de Morlaix, ce bureau fait énormément d'opérations financières auprès des usagers (retraits, mandats internationaux western union, petits retraits impossible sur les automates) et ces activités ne cessent d'augmenter au vu des diminutions d'heures d'ouverture de bureaux dans les communes avoisinantes.

 

De plus, le taux dit de « Banque sociale » est de l'ordre de 13% pour ce bureau, ce qui est loin d'être négligeable (pour mémoire, le taux de Morlaix centre est à 18%). Sur le secteur de Morlaix, la Boissière est le bureau qui a le plus d'objets mis en instance après le passage du facteur et qui connaît la moins forte diminution de fréquentation.

 

Le chiffre d'affaire de l'automate d'affranchissement et de vente de timbres est l'un des plus important du secteur.

 

Le service de proximité et de conseil est inestimable dans ce bureau qui accueille une moyenne de 130 à 150 usagers /jours pour qui les 2 agents assurent avec compétence et une grande disponibilité toutes les opérations postales et financières : il faut voir la charge de travail et la file d'attente certains jours aux guichets jusque chez le marchand de journaux…

 

Tout ceci bien sûr est à rapporter aussi avec les heures d'ouverture du bureau de Morlaix qui sont bien plus importantes qu'à la Boissière.

 

Du point de vue statistique le bureau de la Boissière, avec ses 80 000 points, se situe largement au dessus de la cible (55 000 points) pour en faire un bureau partenariat ; c'est donc une décision éminemment politique qui prévaut pour fermer ce bureau important pour la vie sociale et quotidienne des habitants des quartiers populaires du plateau à Morlaix, et notamment pour les personnes âgées.

 

Nous aurions d'autres arguments à vous opposer, comme par exemple la situation géographique du bureau de Morlaix centre , la question de l'accessibilité des places de stationnement gratuites, etc.

 

Pour toutes ces raisons, de la même manière que nous avions fait voter à l'unanimité un voeu à Morlaix-Communauté en février 2017 pour le maintien des bureaux de poste de la Boissière à Morlaix, de Plouigneau, Plourin-les-Morlaix et Taulé, nous vous demandons aujourd'hui encore de renoncer à votre projet de fermeture, sauf à encore priver une partie de la population morlaisienne d'un service public utile et performant.

 

Nous avons malheureusement le sentiment aujourd'hui d'être confrontés à une stratégie de la Poste très agressive qui poursuit la privatisation du groupe devant conduire à l'ouverture de son capital. Tous les métiers vont de réorganisations en réorganisations avec des conséquences graves sur les missions de service public, la qualité de service, les conditions de travail. C'est pourquoi le groupe et la banque postale en particulier poursuivent le programme de démantèlement des bureaux de proximité, ce qui met en question leur pérennité même.

 

Malgré des résultats économiques au beau fixe - près d'1 milliard d 'euros de bénéfice - depuis 10 ans, ce sont près de 10 000 emplois qui disparaissent chaque année. Pour mémoire, en 2016, 8000 emplois ont été supprimés. Dans le même temps, en 2018 la hausse tarifaire moyenne est de 5% et la précarité suit le cours du timbre : augmentation de 13 % d 'emplois précaires et augmentation de 37 % d 'intérimaires.

 

Au nom de la défense du service public, nous nous opposons fermement à cette dérive de la financiarisation et de la gestion selon des seuls critères de rentabilité de La Poste.

 

Nos bureaux de poste sont nos biens communs. Nous vous demandons donc de revenir sur votre décision.

 

Dans l'attente de votre réponse, veuillez recevoir l'expression de nos sentiments respectueux.

 

Bien cordialement,

 

Ismaël Dupont, élu PCF de Morlaix et Morlaix Communauté

 

Daniel Ravasio, secrétaire de la section du PCF pays de Morlaix

 

 

Lire aussi: 

Communiqué de la FAPT CGT Finistère Nord - Non à la fermeture du bureau de poste de la Boissière à Morlaix! - Signez la pétition

Zéro fermeture de bureaux de poste dans le pays de Morlaix: voeu présenté au Conseil Communautaire du 13 février 2017 par Ismaël Dupont

Projet de fermeture du bureau de poste de la Boissière dans la zone commerciale du Leclerc : c'est le service public qu'on assassine!

 

Question orale au Conseil Municipal écrite par Ismaël Dupont, élue d'opposition communiste:

Pourquoi ne pas défendre le maintien du bureau de poste de la Boissière ?

Question Orale de l'Opposition pour le Conseil Municipal du jeudi 5 juillet 2018 à Morlaix présentée par Elisabeth Binaisse, Jean-Pierre Cloarec, Ismaël Dupont, Hervé Gouédard, Sarah Noll, Valérie Scattolin, Claire Thomas, Jean-Paul Vermot

Nous avons appris au mois de mai la fermeture prévue pour l'automne 2018 du bureau de poste de la Boissière situé dans la galerie du centre Leclerc à Morlaix et nous restons stupéfaits face à cette décision que rien ne justifie selon nous. En effet les organisations syndicales nous ont fait part de faits objectifs qui viennent contredire la communication du Directeur de la Poste sur le Pays de Morlaix aux médias locaux concernant les activités du bureau.

Situé dans un quartier dense et populaire de notre ville, ce bureau fait énormément d'opérations financières auprès des usagers (retraits, mandats internationaux western union, petits retraits impossible sur les automates) et ces activités ne cessent d'augmenter au vu des diminutions d'heures d'ouverture de bureaux dans les communes avoisinantes.

De plus, le taux dit de « Banque sociale » est de l'ordre de 13% pour ce bureau, ce qui est loin d'être négligeable (pour mémoire, le taux de Morlaix centre est à 18%). Sur le secteur de Morlaix, la Boissière est le bureau qui a le plus d'objets mis en instance après le passage du facteur et qui connaît la moins forte diminution de fréquentation.

Le chiffre d'affaire de l'automate d'affranchissement et de vente de timbres est l'un des plus important du secteur.

 Le service de proximité et de conseil est inestimable dans ce bureau qui accueille une moyenne de 130 à 150 usagers /jours pour qui les 2 agents assurent avec compétence et une grande disponibilité toutes les opérations postales et financières : il faut voir la charge de travail et la file d'attente certains jours aux guichets jusque chez le marchand de journaux…

La fermeture du bureau de Poste de la Boissière impactera fortement la vie sociale du quartier et la vie quotidienne de beaucoup d'habitants des quartiers du plateau à Morlaix, y compris les habitants de Ploujean, et notamment pour les personnes âgées. Cela les obligera à prendre leur véhicule ou le bus pour aller à la Poste.

Un relais commerçant de La Poste, s'il se substituait au bureau de Poste de plein exercice, n'offrirait pas les mêmes services bancaires aux usagers, n'ayant pas accès au compte des clients et ne pouvant effectuer des retraits supérieurs à 150 euros, ni dispenser les mêmes activités de conseil, en toute confidentialité.

Au mois de février 2017 au Conseil de Communauté de Morlaix-Communauté, un vœu avait été voté à l'unanimité pour le maintien de l'activité des bureaux de poste de la Boissière à Morlaix, de Plouigneau, Plourin-les-Morlaix et Taulé.

Face à la stratégie financière de la Poste et au choix du tout rentabilité, les élus en responsabilité doivent être fermes pour rappeler que cette entreprise à capitaux publics qui pendant qu'elle fait près d'un milliard de bénéfices supprime 10 000 emplois par an en moyenne depuis 10 ans, doit continuer un rôle d'aménagement du territoire et un rôle social d'intérêt général, dans la mesure où elle bénéficie des retombées en terme de clientèle de son statut et de ses obligations d'ancien service public.

C'est pourquoi nous souhaitons savoir, Madame Le Maire, pourquoi vous n'avez pas répondu au courrier du chef d'établissement du secteur de Morlaix de la Poste, qui vous annonçait la fermeture prochaine du bureau de poste de la Boissière ?

Pourquoi ce silence face à une décision hautement préjudiciable alors que vous aviez 3 mois pour manifester un refus de cette fermeture du bureau de Poste de La Boissière ?

Pourquoi n'y a t-il eu aucune réaction de votre part dans les médias, ou en soutien direct aux employés et usagers de ce bureau de Poste ?

Pour nous, le rôle d'un maire est de défendre les services publics locaux indispensables à la vie quotidienne des citoyens de sa commune, et, même s'il n'a pas tous les leviers, d'opposer une résistance forte aux stratégies de réduction de l'offre de service public.

 

Rassemblement contre la fermeture du Bureau de Poste de la Boissière à Morlaix le samedi 27 octobre (photos Jean-Luc Le Calvez)
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2018 5 19 /10 /octobre /2018 04:46
photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

Discours de Marie-Hélène Le Guen pour la CGT retraités - photo Jean-Luc Le Calvez

Discours de Marie-Hélène Le Guen pour la CGT retraités - photo Jean-Luc Le Calvez

Rassemblement des retraités du 18 octobre 2018 à Morlaix - photo Jean-Luc Le Calvez

Rassemblement des retraités du 18 octobre 2018 à Morlaix - photo Jean-Luc Le Calvez

Rassemblement des retraités du 18 octobre 2018 à Morlaix - photo Jean-Luc Le Calvez

Rassemblement des retraités du 18 octobre 2018 à Morlaix - photo Jean-Luc Le Calvez

rassemblement du 18 octobre - photo Pierre-Yvon Boisnard

rassemblement du 18 octobre - photo Pierre-Yvon Boisnard

rassemblement du 18 octobre - photo Pierre-Yvon Boisnard

rassemblement du 18 octobre - photo Pierre-Yvon Boisnard

rassemblement du 18 octobre - photo Pierre-Yvon Boisnard

rassemblement du 18 octobre - photo Pierre-Yvon Boisnard

rassemblement du 18 octobre - photo Pierre-Yvon Boisnard

rassemblement du 18 octobre - photo Pierre-Yvon Boisnard

rassemblement du 18 octobre - photo Pierre-Yvon Boisnard

rassemblement du 18 octobre - photo Pierre-Yvon Boisnard

rassemblement du 18 octobre - photo Pierre-Yvon Boisnard

rassemblement du 18 octobre - photo Pierre-Yvon Boisnard

250 personnes ont manifesté à Morlaix hier pour la défense des retraités face aux matraquages du pouvoir Macron. 

Les communistes étaient présents nombreux. 

Voici le communiqué de la section PCF qui a été repris partiellement par le Ouest-France hier: 

COMMUNIQUE DE LA SECTION PCF DU PAYS DE MORLAIX

SOUTIEN AU RASSEMBLEMENT DES RETRAITÉ-ES JEUDI 18 OCTOBRE 10H30 À MORLAIX DEVANT LA PERMANENCE DE LA DEPUTEE EN MARCHE SANDRINE LE FEUR
 
Retraités L’heure est à la mobilisation !
Gel des pensions alors que l’inflation pointe à la hausse, malus instauré sur les complémentaires, ponction supplémentaire de CSG qui a touché plus de 8 millions de retraités, baisse historique des aides au logement et menaces sérieuses sur la pension de réversion. Le très sérieux Observatoire français des conjonctures économiques chiffre la perte moyenne à 400 euros en 2020. Sans compter la dégradation des services publics, la baisse des allocations logement, le renoncement aux soins devant l'ampleur des reste à charge, le coût des EHPAD. 
Elle est loin la promesse du candidat d’En Marche de « maintenir » le pouvoir d’achat des retraités. Les retraités y sont devenus une variable d’ajustement au profit des cadeaux aux vrais nantis. Ce n'est pas l'argent qui va aux retraité-es qui manque aux salariés, c'est bien celui qui va aux dividendes financiers! La France caracole en tête des pays où la part des richesses accaparée par les actionnaires est la plus élevée. Entre le remboursement du CICE pour 2018 et la baisse des cotisations patronales pour 2019, ce sont déjà plus de 40 milliards de cadeaux aux grandes entreprises. Sans aucun bénéfice sur l'emploi. 
Quant au projet de réforme systémique des retraites le risque de baisse des pensions pour toutes et tous est réel.Les mécanismes de redistribution et de solidarité sont tous remis en cause, ce qui vise en premier lieu les plus fragilisés.
Cette perspective de régime unique conduirait aussi à la disparition des régimes des fonctionnaires et des régimes spéciaux et, en conséquence, à la remise en cause des statuts d’agents publics et de fonctionnaires. De même, les retraites complémentaires disparaîtraient.
C’est pourquoi la section du Pays de Morlaix du PCF soutient l’appel de l’intersyndicale des retraités à se rassembler le 18 octobre à 10H30 devant la permanence de Sandrine Le Feur place des Otages à Morlaix. 
Rassemblement des retraités en colère à Morlaix le jeudi 18 octobre - Photos Jean-Luc Le Calvez et Pierre-Yvon Boisnard
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2018 1 15 /10 /octobre /2018 18:41
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)
500 manifestants à Crozon pour l'interdiction des armes nucléaires ce dimanche 14 octobre (compte rendu Yvonne Rainero - photos Yvonne Rainero et Anne-Véronique Roudaut)

Ce dimanche, malgré les intempéries, la paix et le désarmement nucléaire ont fait converger au port du Fret dans la presqu'île de Crozon, en face de la base de sous-marins nucléaires de l'Ile Longue, plusieurs centaines de personnes (500 selon la télé régionale) venues du Finistère et de Bretagne, mais aussi de plus loin (Cholet) et parfois de très très loin, comme le journaliste d'Akahata, le grand journal du parti communiste japonais, en pointe dans le combat pacifiste. 
Manifestation pluvieuse et ventée, les rafales provoquant quelques coiffures spectaculaires, avec cirés, capes de pluie, parapluies...La météo bouscula un peu le déroulement du programme, mais les artistes présents et notamment la fanfare "A bout de souffle" de Douarnenez, habituée des mobilisations progressistes, s'employèrent à réchauffer l'atmosphère. 
Et la manifestation de l'après-midi se déroula sous de meilleurs auspices en direction de la base de sous-marins, dont un barrage de police interdisait l'accès, et retour.
Les participants répondaient à l'appel du collectif national "en marche pour la paix", large regroupement de mouvements politiques, associatifs, syndicaux, qui organisait 9 rassemblements dans toute la France, celui du Fret ayant évidemment une portée symbolique en raison de la proximité des sous-marins nucléaires et de leurs missiles. Roland Nivet, dirigeant national du Mouvement de la Paix et animateur du collectif, était présent au Fret.
Le sujet principal de cette mobilisation pacifiste était la ratification par la France du traité d'interdiction des armes nucléaires adopté par l'ONU en juillet 2017, qui faisait l'objet de l'un des 2 débats, l'autre portant sur la dénucléarisation du Moyen-Orient. 
Le PCF, fortement impliqué dans les combats pour la paix, était notamment représenté par Christine Prunaud, sénatrice communiste des Côtes d'Armor et membre de la commission sénatoriale des affaires étrangères et de la défense.
Parmi les mouvements présents, la CGT, avec son secrétaire régional Thierry Gourlay, sa secrétaire départementale, Anne-Véronique Roudaut, et Sandrine Allain, secrétaire de l'UL de Quimper, l'AFPS, avec Yves Jardin, l'ARAC, l'Université européenne de la Paix, ATTAC, ATD Quart Monde...
Des citoyen-nes pacifistes, solidaires des migrants, écologistes...
Deux interventions particulièrement émouvantes: celle de Michel Cibot, au nom de l'Association des maires pour la paix, qui nous lut un message de son président, le maire d'Hiroshima, et celle d'une pacifiste japonaise qui transmit une lettre d'une survivante des irradiés d'Hiroshima.
En l'écoutant, je pensais à ces deux survivants d'Hiroshima qui étaient venus à l'initiative du Mouvement de la Paix témoigner à Quimper en 2015, 70 ans après le lâcher des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki.
Ces Hibakusha, très âgés aujourd'hui, disparaissent les uns après les autres. Écoutons-les tant qu'il est encore temps!

Yvonne Rainero, secrétaire de section du PCF Quimper 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2018 5 12 /10 /octobre /2018 16:51
Des news du PCF Finistère - 12 Octobre 2018
Site Internet: http://pcf29.org/
 
Page Facebook: Parti Communiste Français du Finistère: 
 
 
Lettre d'information du PCF 29 - 12 octobre 2018 
 
 
Par une lettre d'actualité, nous informons des activités de et dans la Fédération du PCF Finistère, sans épuiser évidemment la riche activité des sections.  
 
Présents nombreux dans la manifestation inter-professionnelle et intersyndicale du mardi 9 octobre, nos militants le seront encore dans la manifestation intersyndicale du 18 octobre . Notre présence dans les luttes, cela a été aussi la participation aux manifestations de solidarité pour l'Aquarius et l'accueil des migrants le samedi 6 octobre, notre participation à la Marche pour le climat le 13 octobre et à la journée d'action contre l'armement nucléaire et pour l'interdiction des armes atomiques le dimanche 14 octobre à Crozon devant l'Ie Longue. 
 
Nous avons vécu auparavant une très belle fête de l'Humanité où 75 personnes sont montés à Paris pour s'occuper du stand du Finistère. 500 000 personnes ont participé à cette fête de l'Humanité extraordinaire. La recette du stand a permis d'équilibrer pour la première fois depuis 2012 notre présence sur la fête!    
 
Le 1er et 2 décembre, nous préparons la fête de l'Humanité Bretagne à Lorient où le PCF Finistère aura aussi un stand et organise un débat sur la situation des Kurdes en Syrie et en Turquie, avec Hazal Karakus et Sengul Karaka du mouvement international des Femmes Kurdes, et probablement Christine Prunaud, sénatrice communiste emprisonnée en Turquie, et Pascal Torre, responsable PCF en charge du suivi du secteur Moyen-Orient. 
 
Le lundi 22 octobre à la fac de Brest, nous faisons venir le sénateur communiste Pierre Ouzoulias, le porte-parole de la FSU Bretagne Jean-Marc Clery, Olivier Cuzon de Sud éducation, Marie Dagnaud de la CGT Educ'action et Lucien Reichard de la JC pour un débat sur Parcoursup et les inégalités d'accès à l'enseignement supérieur, débat organisé par le PCF et la JC. 
 
Le mercredi 24 octobre, au local du PCF du Relecq-Kerhuon, réunion de la fête de l'Huma Bretagne à 14h30, réunion-bilan de la fête de l'Huma Paris à 17h, et repas fraternel des bénévoles de la fête de l'Huma à 19h
 
Plusieurs de nos sections organisent aussi des sessions d'éducation populaire durables et régulières 
 
Comme les Mardis de l'éducation populaire à Morlaix: 
 
Le 13 novembre avec l'écrivain Valère Staraselki sur Aragon, le 11 décembre avec l'écrivaine Anne Guillou sur la guerre d'Algérie, le 5 février avec l'historien Pierre Outteryck sur la militante Martha Desrumaux, dirigeante du Front Populaire, résistante, déportée, Jean-Paul Sénéchal sur le Front Populaire, Pierre Barbancey sur Israël-Palestine, les Kurdes. 
 
Valère Staraselski sera l'invité de la section PCF de Brest le 14 novembre à 18h pour nous parler de la thématique de son dernier livre, Le Parlement des Cigognes (Prix Licra): l'antisémitisme.  
 
Comme les Jeudis Rouge à Quimperlé 
 
Les communistes de la 8e circonscription organisent à partir de la rentrée 2018 des conférences-débat d'éducation populaire à la salle Coat Kaer les jeudi:  
 
Le Jeudi 25 octobre:  Pierre Crépel: "les mots glissants, vocabulaire et politique"
Conférence Suivie de deux soirées avec Bernard Vasseur professeur de philosophie, ancien directeur du Centre de recherche et de création Elsa Triolet, Louis Aragon. autour de "Avec Marx, penser et agir aujourd'hui". (à paraitre pour la Fête de l'Huma editions PCF 93.)
 
Jeudi 29 novembre: "Penser et agir en matérialiste". Jeudi 20 décembre: "Penser et agir en dialecticien".
 
Nous distribuons aussi en ce moment notre journal Rouge Finistère, notre trimestriel gratuit tiré à 30 000 exemplaires, dans tout le département. 
 
Et distribuons 15 000 tracts pour des plans d'urgence dans les hôpitaux et les EHPAD avec une signature d'une pétition régionale. 
 
Pour la préparation des élections municipales, notre cap est l'unité de la gauche sur la base de contenus programmatiques qui servent l'intérêt de la population, d'un refus des politiques libérales et d'austérité qui fragilisent les communes, les services publics, les solidarités, et de l'expérimentation de nouvelles politiques d'égalité et de transition écologique.
 
Nous nous donnons pour objectif de gagner des élus (35 élus communistes ou sympathisants actuellement dans le département) et des communes à gauche, de conserver la majorité dans les municipalités de gauche où nous sommes présents.  
 
Notre parti sur le département du Finistère, malgré des résultats difficiles aux élections législatives et régionales dernières, est en dynamique et garde un vrai potentiel d'attraction pour des gens qui veulent apporter leur pierre à une gauche qui lutte et propose contre l'hégémonie capitaliste : depuis janvier 2018, nous avons fait 40 adhésions, dont pas mal mal de jeunes.  
 
Le 6 octobre dernier, nous avons dépouillé le vote des adhérents du PCF pour la base commune de discussion du congrès dans la fédération, vote des adhérents cotisants à jour sur 3 jours dans nos 18 sections, précédés de semaines de débat. 
 
Voici les résultats:  
 
63% de participation 
 
Projet de base commune présenté par le Conseil national du PCF: « Le communisme est la question du XXIe siècle » (texte soutenu par Pierre Laurent) : 56,3%
Texte alternatif n°1: « Se réinventer ou disparaître! Pour un printemps du communisme »: (7,5%)
Texte alternatif n°2 (texte soutenu par André Chassaigne) « Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle »:  (29,6%)
Texte alternatif n°3: « Reconstruire le parti de classe. Priorité au rassemblement dans les luttes »: (6,5%)
 
Désormais nos 850 adhérents (dont 520 à jours de cotisation depuis au moins 3 mois, ce qui fait de nous la 26e fédération de France du PCF en nombre de cotisants et la première de Bretagne) vont avoir jusqu'au 10 novembre pour travailler et amender dans les réunions de section le texte choisi comme base commune au niveau national. Avec une exigence: celle de l'unité et de l'efficacité du PCF, au service des luttes, des citoyens et de la mise en mouvement populaire.  
 
La base commune de discussion retenue pour le Congrès national du PCF à Ivry-sur-Seine le 23,24,25 novembre: "Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle" (42% sur le plan national contre 38% au texte soutenu par le Conseil National:  « Le communisme est la question du XXIe siècle »)
 
Les 4, 5 et 6 octobre, 49 218 communistes à jour de leurs cotisations et ayant adhéré au PCF il y a plus de trois mois, devaient choisir le texte de base commune de discussion pour le 38e congrès. 

30 833 de ces électrices et électeurs inscrit·e·s ont voté, soit 62,65 % des inscrit·e·s. Cette participation montre la vitalité militante et démocratique du PCF. 
 
Notre congrès départemental aura lieu le samedi 10 novembre à Plonéour-Lanvern près de Pont L'Abbé dans le pays Bigouden, toute la journée, avec débat sur notre congrès national, sur notre activité départementale, et élection de la direction départementale. Entre 70 et 80 adhérents communistes du Finistère devraient y participer.   
 
Le dimanche 11 novembre, nous organiserons dans plusieurs localités des commémorations communistes et pacifistes du centenaire de la fin de la Grande Guerre avec notamment une représentation du spectacle du Théâtre de la Corniche, "Bonsoir m'amour" à St Martin des Champs (Salle Gallouedec).   
 
Il est aussi prévu au mois de novembre probablement une venue de Ian Brossat, notre chef de file des Européennes, dans le Finistère. Notre campagne des Européennes commence dès maintenant.  
 
Le samedi 8 décembre à la MPT de Logonna Quimerc'h le PCF Finistère organise une AG départementale avec un repas de réflexion sur les Municipales dans le département et les Européennes, avec Anne Sabourin, dirigeante nationale en charge du secteur Europe et du PGE.  
 
 
Ismaël Dupont 
 
Secrétaire départemental du PCF Finistère. 
Des news du PCF Finistère - 12 Octobre 2018
Anne Sabourin, représente du PCF sur les questions européennes au sein du PGE

Anne Sabourin, représente du PCF sur les questions européennes au sein du PGE

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2018 3 10 /10 /octobre /2018 19:39
Un plan d'urgence pour les EHPAD - le PCF lance une campagne nationale
Un plan d'urgence pour les EHPAD - le PCF lance une campagne nationale

Des milliers de tracts serviront de supports aux rencontres avec les patients, familles, personnels dans les semaines à venir dans le Finistère, en appui d'une pétition régionale et nationale. 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 13:23
photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo d'un militant CGT hôpital de Morlaix

photo d'un militant CGT hôpital de Morlaix

photo d'un militant CGT hôpital de Morlaix

photo d'un militant CGT hôpital de Morlaix

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

Marie-Hélène Le Guen a prononcé le discours de l'intersyndicale des retraités - photo Ismaël Dupont

Marie-Hélène Le Guen a prononcé le discours de l'intersyndicale des retraités - photo Ismaël Dupont

600 manifestants pour résister à la politique de Macron et promouvoir une politique d'égalité et de progrès, de défense des retraités et salariés, un mardi 9 octobre de combat à Morlaix, dans tout le Finistère et en France
600 manifestants pour résister à la politique de Macron et promouvoir une politique d'égalité et de progrès, de défense des retraités et salariés, un mardi 9 octobre de combat à Morlaix, dans tout le Finistère et en France
600 manifestants pour résister à la politique de Macron et promouvoir une politique d'égalité et de progrès, de défense des retraités et salariés, un mardi 9 octobre de combat à Morlaix, dans tout le Finistère et en France
photo Johan Laurent militant CGT

photo Johan Laurent militant CGT

photo Johan Laurent militant CGT

photo Johan Laurent militant CGT

photo Johan Laurent militant CGT

photo Johan Laurent militant CGT

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

600 manifestants pour résister à la politique de Macron et promouvoir une politique d'égalité et de progrès, de défense des retraités et salariés, un mardi 9 octobre de combat à Morlaix, dans tout le Finistère et en France
600 manifestants pour résister à la politique de Macron et promouvoir une politique d'égalité et de progrès, de défense des retraités et salariés, un mardi 9 octobre de combat à Morlaix, dans tout le Finistère et en France
photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

600 manifestants pour résister à la politique de Macron et promouvoir une politique d'égalité et de progrès, de défense des retraités et salariés, un mardi 9 octobre de combat à Morlaix, dans tout le Finistère et en France
photo Marc Corbel

photo Marc Corbel

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

Un peu plus de 600 personnes ce matin à la manifestation à l'appel des organisations syndicales de salariés CGT, FO, SOLIDAIRES et retraités CGT, FO, FSU et de partis politiques comme le PCF, FI, Générations, EELV, NPA (..., etc) présents dans la manif, pour de nouvelles politiques sociales, contre la politique profondément inégalitaire et pro-finance de Macron qui s'attaque au pouvoir d'achat des retraités et salariés, aux services publics, à la protection sociale et aux Retraites.    

Le PCF était bien visible avec sa table, la vente des numéros spéciaux de l'Humanité, des livres d'Olivier Dartigolles (Macron, entreprise de démolition), Patrick Le Hyaric, Gérard Le Puill, nos autocollants et notre journal départemental Rouge Finistère de l'automne. Une soixantaine de camarades étaient présents dans le cortège. On ne lâche rien!

Une mobilisation réussie, même s'il y aurait pu et dû y avoir plus d'actifs grévistes. 

Et 2000 à Brest. 1500 à Quimper. 350 à Quimperlé. 80 à Douarnenez. 

En Bretagne: 1500 à Lorient. 1000 à Saint-Brieuc. 2500 personnes ont manifesté à Rennes. 600 à Vannes.

En France: 3000 à Nice. 50 000 à Paris. 40 000 à Marseille. 

Rendez-vous pour la prochaine mobilisation le 18 octobre! 

Morlaix. 600 personnes dans la rue contre la politique de Macron

 

Brest. 2 000 manifestants contre la politique sociale du gouvernement
Brest, photo Anne-Véronique Roudaut (CGT)

Brest, photo Anne-Véronique Roudaut (CGT)

Brest, photo Anne-Véronique Roudaut (CGT)

Brest, photo Anne-Véronique Roudaut (CGT)

Mobilisation du 9 octobre à Quimper - photo Roberte Saint Jalme

Mobilisation du 9 octobre à Quimper - photo Roberte Saint Jalme

9 octobre à Quimper. Retour de la permanence de la députée. Photo Roberte Saint Jalme

9 octobre à Quimper. Retour de la permanence de la députée. Photo Roberte Saint Jalme

Quimper. 9 octobre. Photo Roberte Saint Jalme

Quimper. 9 octobre. Photo Roberte Saint Jalme

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 06:14
Le 9 octobre, mobilisons-nous! Une réforme des retraites pour vivre dignement, c'est possible! (PCF)
Le 9 octobre, mobilisons-nous! Une réforme des retraites pour vivre dignement, c'est possible! (PCF)
Partager cet article
Repost0
7 octobre 2018 7 07 /10 /octobre /2018 09:53
photos Ismaël Dupont

photos Ismaël Dupont

Pour les écoles publiques morlaisiennes, pour l'école Gambetta, mobilisés le vendredi 5 octobre pour le rassemblement de soutien devant l'école
Pour les écoles publiques morlaisiennes, pour l'école Gambetta, mobilisés le vendredi 5 octobre pour le rassemblement de soutien devant l'école
Pour les écoles publiques morlaisiennes, pour l'école Gambetta, mobilisés le vendredi 5 octobre pour le rassemblement de soutien devant l'école
Pour les écoles publiques morlaisiennes, pour l'école Gambetta, mobilisés le vendredi 5 octobre pour le rassemblement de soutien devant l'école

Nous étions avec les parents d'élève de l'école Gambetta à Morlaix, une des 4 écoles publiques morlaisiennes qui a vu un poste et une classe supprimés à la rentrée. La mobilisation des parents, ici avec un discours du très dynamique et rassembleur Sébastien Portier, des personnels, des citoyens et des élus (Jean-Paul Vermot conseiller départemental, Agnès Le Brun maire, Gwenegan Bui conseiller régional, Jean-Luc Fichet sénateur, étaient présents, avec moi, élu communiste à la commission Enseignement-Culture, François Plassart, ancien adjoint communiste à l'enseignement à Morlaix, DDEN, Manu Audigou, un camarade ancien responsable de l'APE de J Jaurès, Michèle Bourven, ancien pilier des animations dans l'école Gambetta ... et bien d'autres enseignants d'autres écoles, citoyens, militants FI, parents d'élèves), a payé en partie puisque l'inspection académique a consenti à "abandonner" deux quarts de poste grâce au rapport de force engagé et à la pugnacité des parents. Deux quarts de poste pour faire face à un CE2-CM1-CM2 à 34 élèves qui intègre des ULIS, beaucoup d'enfants d'origine étrangère, et une maternelle qui risque de compter plus de 30 élèves après janvier.

Sébastien Portier pour les parents de l'APE de Gambetta a souligné l'absence de Sandrine Le Feur, députée En Marche, qui a contre-sens total de ses responsabilités de députée et d'élue devant défendre les services publics dans sa circonscription, a justifié avec des propos dignes de la plus parfaite méthode Coué les 4 fermetures de classes dans les écoles publiques morlaisiennes et n'a pas donné suite ni réponse aux sollicitations des parents d'élèves. C'est honteux.

Cette députée, c'est mon avis, est vraiment nulle, quasi inexistante et peu compétente!

Mais Macron et Ferrand ont besoin d'un tel personnel politique pour mener leur petite politique autoritaire et ultra-libérale pépère. 

Auparavant, en Conseil Municipal, conseil municipal de septembre où est intervenu Sébastien Portier pour l'APE de Gambetta après Valérie Scattolin pour l'intersyndicale de Hop! , j'avais fait approuver un vœu à l'unanimité des élus, voeu retravaillé avec Agnès Le Brun pour qu'il soit consensuel et efficace, afin d'exiger la réouverture des classes, notamment à Gambetta et à Emile Cloarec. 

Ismaël Dupont

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011