Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 10:26
Communiqué du Front de Gauche du pays de Morlaix : les faux semblants d'une guerre néo-coloniale.
 
Le président Hollande décide sans consultation du Parlement de l'intervention militaire au Mali et l'annonce au travers d'une opération de communication digne des néo-conservateurs vantant la guerre au nom des droits de l'homme, de la paix, de la démocratie et de la lutte contre le terrorisme.   
Même si la barbarie des bandes armées qui sèment la terreur au Nord du Mali devrait inciter les Nations-Unies à agir pour protéger les populations civiles, l'armée française n'avait pas à être engagée seule en première ligne dans le soutien à un gouvernement malien qui n'a rien de démocratique, pas plus que ses prédécesseurs corrompus soutenus par la France parce qu'ils servaient nos intérêts économiques.  
C'est en effet en particulier la sécurisation de notre approvisionnement en uranium, nécessaire au fonctionnement de nos centrales nucléaires, bien plus que la défense des populations civiles maliennes, qui motive cette intervention militaire. Elle s'inscrit dans la trop vivante tradition des guerres néo-coloniales et des prétendues « guerres humanitaires ».
Nous nous sentons solidaires du peuple malien qui souffre depuis des mois mais nous ne voulons pas que la France se substitue aux forces armées de l'ONU et de l'Union Africaine alors que tout n'a pas été fait politiquement en amont pour empêcher le développement de cette violence islamiste dans le Sahara.
Rappelons que l'instabilité en Afrique est très largement due aux ventes d'armes et aux interventions militaires passées de l'Occident et qu'un gouvernement social-démocrate devrait faire autre chose, en pleine période de crise, que de consacrer le deuxième budget de l'Etat et 30 milliards d'euros par an à l'entretien des forces militaires, avant de les exercer dans des guerres aventureuses. 
 
front de Gauche Morlaix
 

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 11:37
Le collectif citoyen Front de Gauche du pays de Morlaix connaît une belle vitalité depuis le lancement de la campagne des législatives et des présidentielles en novembre 2011.
 
C'est pourquoi nous avons décidé lors des Assises du Front de Gauche Morlaix à Ploujean le samedi 13 octobre de créer une Association du Front de Gauche du Pays de Morlaix pour permettre:
- aux citoyens non organisés dans des partis politiques de pouvoir peser sur les décisions et les orientations, d'enrichir les débats internes, et de voir leur adhésion au Front de Gauche reconnue officiellement.
- de continuer à construire ensemble une culture politique nouvelle, riche de nos parcours divers et de nos différences, comme de nos objectifs communs de rénovation démocratique, de transformation sociale et écologique et de rupture avec le libéralisme économique et les logiques du capitalisme.
- de continuer à élargir le Front de Gauche, à favoriser son ancrage populaire, à rassembler autour de ses valeurs et de sa politique qui ont inspiré le programme "L'Humain d'abord".
- de favoriser le rassemblement et l'implication politique de toutes les personnes qui souhaitent agir dans/avec le Front de Gauche.
  
Le 19 décembre 2012, l'association a été créée par l'adoption de ces statuts valorisant la démocratie directe, l'implication et l'égalité de droits pour tous, les prises de décision sur la base de consensus.
 
Pour permettre la création officielle de l'association, nous avons élu pour un an deux co-présidents (Michèle Abramovicz et Ismaël Dupont), un trésorier (Christian Corre) et une trésorière-adjointe (Constance Adigard).  
 
Il est désormais possible de devenir membre du Front de Gauche du pays de Morlaix en versant une cotisation:
  • Une cotisation « tarif réduit » de 12 euros/ an (en cas de difficultés financières: étudiant, chômeur, précaire...)
  • Une cotisation "plancher" de 20 euros/ an
  • Un barème indicatif pour ceux qui veulent et peuvent donner plus: 30€/ an pour des revenus inférieurs à 1500€/mois, 40€ entre 1500 et 1800€, 50€ entre 1800 et 2100€, 60€ entre 2100 et 2400€...etc, et ainsi de suite: +10€ par tranche de 300€ net.
Si vous décidez de devenir adhérents de l'association du Front de Gauche du pays de Morlaix, vous pouvez envoyer votre chèque à l'ordre de l'"Association Front de Gauche du Pays de Morlaix" à deux adresses différentes:
 
Front de Gauche Morlaix (local du PCF)/ 2, petite rue de Callac/ 29600 Morlaix
ou chez notre trésorier: Christian Corre/ le Fumé/ 29600 Plourin les Morlaix
 
Vous pouvez aussi venir à la prochaine AG du Front de Gauche qui devrait avoir lieu le lundi 14 janvier à 18h (2, petite rue de Callac à Morlaix). Confirmation à venir.
    
Ordre du jour: tour de parole sur la situation politique nationale et le positionnement du Front de Gauche, réflexion sur les questions du logement et du transport dans le cadre de la préparation des municipales, point sur l'activité.
 
Bien sûr, il n'y a pas besoin d'être cotisant à l'association pour participer aux débats et aux activités du Front de Gauche (c'est un pré-requis uniquement en cas de vote en assemblée). Et à l'inverse, même si vous ne comptez pas vous investir très activement et régulièrement dans la vie du Front de Gauche Morlaix, la cotisation est une manière d'affirmer concrètement votre attachement à cette proposition politique de nouveau type qu'est le Front de Gauche, de le soutenir matériellement et moralement.
 
Très bonne année 2013 à tous.
 
Faisons en sorte qu'elle soit utile pour faire progresser les idées de transformation sociale et écologique, de rupture avec la tyrannie capitaliste et les oligarchies politiques et sociales.
 
femme front de gauche morlaix

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 08:22

     Statuts de l'association Front de Gauche du Pays de Morlaix

Statuts votés le mercredi 19 décembre 2012.

 

Article 1: Dénomination de l'association

Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901

et le décret du 16 août et qui a pour titre: « Front de Gauche du pays de Morlaix »

Sa durée est illimitée.

 

Article 2: Les buts.

Elle a pour objet de contribuer à enrichir, à exprimer et développer auprès des citoyens du pays de

Morlaix et des environs la politique et les valeurs du Front de Gauche: ces valeurs ont inspiré le

programme partagé « L'Humain d'abord ».

Elle favorise le rassemblement et l'implication politique de toutes les personnes qui se reconnaissent

et souhaitent agir dans/avec le Front de Gauche.

 

Article 3: Moyens d'action

L'association utilise et développe notamment les moyens d'action suivants:

publications

 

manifestations et rassemblements

 

réunions et rencontres publiques

 

initiatives conjointes avec des élu(e)s, des partis politiques, des organisations syndicales, des

associations, des collectifs de citoyens et citoyennes.

et tout autre moyen approprié.

 

Article 4: Siège

L'adresse du siège, mis à disposition par le PCF, est fixée 2, petite rue de Callac à Morlaix. Il pourra

être transféré par décision de l'Assemblée Générale.

 

Article 5: Les membres

L'adhésion à l'association est volontaire et tous les adhérents, qu'ils soient membres ou non d'une

organisation politique constituante, bénéficient des mêmes droits.

L'adhésion est effective par le paiement d'une cotisation dont le montant est fixé en AG

 

Article 6: Perte de la qualité de membre.

La perte de la qualité de membre est considérée comme effective en cas de non respect des statuts et

en particulier du non paiement de la cotisation.

 

Article 7: Comptabilité

La comptabilité est tenue sous la responsabilité du trésorier selon « le plan comptable des

Associations ».

Les ressources sont:

les cotisations 

 dons et legs

 initiatives diverses  

et tout autre moyen rentrant dans le cadre de la loi.

 

 

Article 8: Organisation interne de l'association

8.1: Toutes les décisions importantes d'orientation et de prise de position sont prises en

assemblées générales réunies autant de fois que de besoin. Les assemblées générales sont

ouvertes aux citoyens qui veulent participer à l'action du Front de Gauche sans pour autant être

adhérents de l'association. Ils peuvent participer aux débats mais n'ont pas le droit de vote le cas

échéant.

8.2 Un bureau ouvert à tous les adhérents volontaires met en oeuvre les décisions de l'assemblée

générale et examine les questions d'urgence.

8.3 La première des assemblées générales de l'année civile élit deux co-présidents et un trésorier

pour l'année.

8.4 Un règlement intérieur précisera les règles de fonctionnement non abordées dans les statuts

de l'association.

 

Article 9: Les réunions et les modalités de vote.

Le fonctionnement de l'association doit privilégier la démocratie directe.

Cela doit se traduire par une recherche permanente du consensus.

En cas d'absence persistante de consensus sur une question jugée majeure et urgente, un vote peut

être organisé. Dans ce cas, le vote se fait avec les adhérents présents selon la règle de la majorité

qualifiée des trois quart (des présents).

 

Article 10: Conseil d'administration.

Il est composé des deux co-présidents, du trésorier et du trésorier-adjoint.

Le bureau est habilité à mandaté l'un des deux co-présidents pour ester en justice.

 

Article 11: Assemblée Générale Extraordinaire.

Si besoin est, pour toute modification des statuts ou sur la demande des 2/3 des adhérents, une

assemblée générale extraordinaire est convoquée par le bureau.

 

Article 12: Dissolution

La dissolution ne peut être prononcée que par une assemblée générale extraordinaire. Cette

assemblée générale extraordinaire doit être convoquée un mois à l'avance au moins sur un ordre du

jour explicite avec un quorum fixé à la moitié des adhérents.

En cas de dissolution prononcée à la majorité des 2/3 des membres présents ou représentés (un seul

mandat autorisé par présent) en assemblée générale extraordinaire, un ou plusieurs liquidateurs sont

nommés par celle-ci. L'actif, s'il a lieu, est dévolu conformément à l'article 9 de la loi du 1er juillet

1901 et au décret du 16 août 1901. La dissolution doit faire l'objet d'une déclaration à la préfecture

ou à la sous-préfecture du siège social.

 

...........................................................................................................................................................................................................................

  

Modalités pour adhérer à l'association Front de Gauche du Pays de Morlaix.

 

Une cotisation « plancher » de 20 euros.

Une cotisation « tarif réduit » de 12 euros pour les gens ayant des difficultés financières.

 

Possibilité de cotiser davantage en suivant un barème indicatif:

• moins de 1500 €: 30 € de cotisation

de 1500 à 1800 €: 40 €

de 1800 à 2100 €: 50 €

de 2100 à 2400€. 60 €

et ainsi de suite, + 10€ par tranche de 300€ net.

 

Les cotisations sont à envoyer par chèque au Front de Gauche Morlaix/ 2, petite rue de Callac/  29600 Morlaix

 

 

front de Gauche Morlaix

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 08:00

 

Compte-rendu de la réunion du Front de Gauche Morlaix

Mercredi 19 décembre 2012

 

31 présents

 

I. Discussion, modification et vote des Statuts du Front de Gauche du Pays de Morlaix. Création de l'association.

 

Le projet de statut initial avait été rédigé le 10 décembre par un groupe de travail constitué de Babeth G, Christian C, Pierre LS, Ismaël D et Alain D, groupe de travail qui a suivi les orientations définies par l'AG Front de Gauche du 12 novembre 2012 et la réunion de bureau Fdg du 28 novembre.

Les articles 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 10, 11, ont été approuvés à l'unanimité après avoir été parfois légèrement modifiés pour être précisés par rapport au projet initial.

 

L'article 9 sur « les réunions et modalités de vote » a fait l'objet d'un débat approfondi, déjà amorcé lors de la précédente réunion de bureau du collectif Front de Gauche du 28 novembre.

Nous avons retenu suite à la proposition de Franck S que notre modèle de fonctionnement devait être la démocratie directe plutôt que la démocratie participative, expression plus ambiguë.

Il y a eu consensus entre nous sur l'intérêt de se fixer l'objectif de prendre nos décisions en AG et en bureau par consensus le plus souvent possible. Cela permet de prendre en compte le point de vue de chacun, d'avancer les uns vers les autres, de chercher à se convaincre, à prendre en compte le point de vue des autres, à nous enrichir les uns les autres en nous nourrissant de la réflexion d'autrui, de ne pas créer des logiques d'affrontement entre des « camps », de ne pas créer des « courants » visant à dominer sur les autres.

Patrick LN était partisan de rendre toujours opérant cet idéal régulateur du consensus, en votant le moins souvent possible, et si possible jamais, et en cas de nécessité, en retenant un seuil très haut pour la majorité qualifiée (80 à 90%). Elisabeth G, convaincue par la démonstration de Patrick Le Nan sur l'intérêt de la recherche de consensus pour inaugurer une nouvelle manière de faire de la politique spécifique aux collectifs citoyens du Front de Gauche, a proposé que chaque fois qu'il y aurait un désaccord qu'on ne parviendrait pas à surmonter sur le moment entre nous, on ajourne la prise de décision, jusqu'à ce que l'on puisse trouver un terrain d'entente. Décaler dans le temps la prise de décision permettrait de dépasser la compétition, d'éviter le bras de fer, d'avoir le temps d'échanger et d'aller vers la compréhension de l'autre, d'éviter de se grouper bloc par bloc. Dans la proposition de Babeth, qui n'a pas été inscrite dans les statuts pour se laisser des marges de manoeuvre mais que l'on pourra prendre en compte dans nos règles de fonctionnement, on aurait pu expliciter dans un compte-rendu la logique des positions en contradiction, présentées de manière synthétique ainsi que ce qui les oppose vraiment et ce qu'elle admette en commun, avant de chercher à surmonter ces oppositions et à trouver une solution de compromis les réunions suivantes. Arriver à comprendre ce sur quoi on diverge est un premier pas fait sur la voie du compromis.

Tout le monde a reconnu la valeur des arguments en faveur du consensus et admis que, n'étant pas un parti politique, nous pouvions nous dispenser de nous prononcer sur des questions ne faisant pas accord entre nous (comme le nucléaire) et laisser chacun à ses engagements personnels, associatifs ou partisans, ce qui n'empêche pas de pouvoir en débattre sans chercher forcément à prendre une position collective au terme du débat.

Néanmoins, certains ont fait valoir la nécessité de se prononcer parfois dans l'urgence et le besoin d'empêcher que l'opposition d'une très petite minorité à une proposition approuvée par la grande majorité des membres du Front de Gauche ne paralyse notre activité ou notre capacité à nous positionner publiquement sur des questions importantes, localement notamment. Certains ont fait valoir aussi que la règle du consensus, appliquée de manière stricte, pouvait donnait beaucoup de poids à des minorités de blocage et faire prendre l'ascendant à une minorité refusant l'action voulue par une majorité.

En tout cas, tous ont reconnu qu'il n'y avait pas de règle de vote idéale, parfaitement démocratique et sans inconvénients. Au final, il a été décidé de recourir au vote le moins souvent possible, uniquement quand il est urgent et incontournable de se déterminer malgré une absence de consensus.

 

En cas de vote, 6 personnes ont préféré que ça soit la règle de la majorité absolue simple qui prévale, 23 personnes qu'on retienne la règle de la majorité qualifiée.

3 personnes se sont prononcés alors plutôt pour la majorité des 2/3, 23 personnes pour la majorité des ¾, 1 personne pour un seuil plus élevé encore, 4 personnes se sont abstenues.

 

Il a été précisé qu'en cas de vote à l'assemblée générale, seuls les présents pourraient s'exprimer: on ne donne pas de procuration sauf pour l'assemblée générale extraordinaire (une par personne).

 

II. Élection des deux co-présidents, du trésorier et du trésorier adjoint.

 

Pour déposer les statuts de l'association en préfecture et ouvrir un compte, nous avions besoin de représentants officiels de l'association et d'un trésorier, sachant que le CA n'aura pas d'existence réelle et que les seuls instances de décision sont le bureau ouvert à tous et l'assemblée générale, l'association fonctionnant pour l'essentiel sur le principe de la démocratie directe.

 

Les co-présidents et le trésorier et trésorier adjoint sont élus chaque année.

 

Pour l'année 2012, les co-présidents sont Michèle Abramovicz et Ismaël Dupont, le trésorier est Christian Corre et la trésorière adjointe est Constance Adigard.

 

III. Débat sur le projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes.

 

Yann G a introduit le débat en présentant l'historique du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. En 1970, l'intention de créer une grande plate-forme de frêt et d'accueillir le Concorde. En 72, création de la Zone d'Aménagement Différée. Le gel des terres pour empêcher toute forme d'installation et de reprise des fermes par les héritiers. En 1985, on prévoit 5 millions de passagers du transport aérien transitant par Nantes à l'horizon 2010 alors qu'on est aujourd'hui à 3,2 millions de passagers sur l'aéroport de Nantes-Atlantique. Le projet a été réactivé en 2000 sur décision de Lionel Jospin, et on comprend pourquoi: il avait l'oreille plus attentive aux desiderata de messieurs Ayrault et Le Drian voulant laisser leur empreinte sur l'aménagement du territoire du grand Ouest et s'étant entendu pour créer une grande métropole économique connectée Nantes-Rennes. Les arguments en faveur du projet de nouvel aéroport de Notre-Dame des Landes ont évolué dans le temps: attirer des investisseurs, créer de l'activité économique, satisfaire les milieux d'affaires locaux en rendant les communications plus rapides avec le reste de l'Europe. Maintenant que la viabilité économique du site a été clairement mise en cause, on justifie la création de NDDL pour des raisons de sécurité (le survol de l'agglomération nantaise par les avions partant de Nantes Atlantique au sud de Nantes ou y arrivant) et de nuisances sonores, en se basant sur le postulat de l'augmentation indéfinie du trafic de voyageurs, qui rendrait les capacités d'accueil de Nantes-Atlantique insuffisantes à terme. Certains ont même le toupet de justifier le transfert pour des raisons environnementales. Or, on sait que tous les investissements n'ont pas été mis en œuvre pour rénover Nantes-Atlantique, diminuer le bruit et permettre que les avions survolent moins la ville, parce que d'emblée on se situait dans l'optique de la création d'un nouvel aéroport, création coûteuse qu'il fallait justifier. Malgré cela, Nantes-Atlantique est encore utilisé en-deça de ses capacités d'accueil (4 millions de passagers à niveau de confort et de sécurité constants, contre 3,2 millions accueillis chaque année aujourd'hui) et on sait que l'aéroport continuera à fonctionner au moins pour Airbus, ce qui limitera la capacité de l'agglomération nantaise à libérer des terrains pour bâtir de nouveaux logements. Depuis quelques années, on sait que c'est la multinationale Vinci, véritable pieuvre qui rackette déjà les usagers d'autoroute grâce au cadeau fait par l'État sous la droite, qui va hérité du fait d'un généreux partenariat public-privé de la gestion de l'aéroport. Deux des préfets qui ont présidé à la mise en route du projet d'aéroport et à ce partenariat public-privé sont aujourd'hui rétribués par Vinci, comme l'a révélé Médiapart. On est ici en plein conflit d'intérêts.

 

Tous les intervenants qui se sont ensuite exprimé ont fait part de leur souhait que ce projet d'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes soit abandonné par ce qu'il est jugé unanimement dans notre collectif Front de Gauche comme nuisible écologiquement, non prioritaire socialement, dangereux pour l'aménagement du territoire en Bretagne, et trop lié aux lobbies financiers privés.

 

Ismaël D a mis en avant le fait que dans un contexte d'augmentation continue sur le long terme du coût du carburant et surtout d'import très fort du transport aérien sur le réchauffement et le dérèglement climatique, parier sur une augmentation continue du trafic aérien, ce qui est le présupposé des promotteurs du projet NDDL, est une folie. On ne peut pas se dire favorable au développement durable, à la prise en compte sérieuse de la crise écologique, et favoriser un nouvel essor de l'aérien. Il faut au contraire pour faire face aux défi climatique supprimer les compagnies low-costs, taxer davantage le transport aérien, et développer considérablement en contrepartie le ferroviaire pour transporter les voyageurs et les marchandises à bas coût, sans miser simplement sur le TGV mais surtout sur les lignes de proximité et le train et le bus bon marché, vraiment démocratiques. On ne peut pas tout subordonner à la croissance économique, à la prospérité de quelques entreprises. Par ailleurs, il y a une autre dimension inquiétante dans ce projet de Notre-Dame-des-Landes, outre les partenariats publics-privés aventureux pour la collectivité et les deniers publics qui auraient pu être investis pour des projets socialement et écologiquement plus utiles, c'est la volonté de métropolisation, de création d'une grande métropole économique Nantes-Rennes marginalisant l'arrière-pays breton et entraînant à terme la suppression des aéroports de l'ouest breton. Veut-on de cet aménagement du territoire misant tout sur le développement non maîtrisée des grandes agglomérations au nom de la mise en concurrence des territoires dans un contexte d'économie globalisée plutôt que d'organiser l'égalité d'accès des territoires aux services essentiels?

 

Franck S a démontré que le projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes était néfaste au regard de plusieurs enjeux: 1. la réduction des gaz à effet de serre pour contrer le dérèglement climatique 2. la nécessité de conserver des zones humides pour la biodiversité et des terres agricoles pour relocaliser l'économie et la production agricole, développer des circuits courts: tous les 7 ans, c'est l'équivalent d'un département français en terres agricoles qui disparaît. La construction de l'aéroport reviendrait à rendre inutilisables 2000 hectares de terres. 3. ce projet n'a pas fait l'objet d'une véritable concertation démocratique à travers une consultation de la population digne de ce nom. Le fait que les responsables politiques qui portent ce projet aient été réélus n'est pas un argument car ils n'ont pas été élus sur ce projet précisément. 4. On donne les clefs du développement, de la gestion des infrastructures à Vinci plutôt que de développer d'authentiques services publics.

 

Christian C a mis en avant l'inutilité de ce projet coûteux car Nantes-Atlantique satisfait déjà les besoins existants dans des conditions tout à fait acceptables et il y a possibilité d'améliorer l'aéroport existant à moindre coût écologique et financier.

 

Alain R a montré que ce projet était typique d'une conception technocratique dépassée de l'aménagement du territoire, avec la croyance à des projets d'infrastructure miracles résolvant tous les problèmes d'aménagement du territoire pour le grand ouest. Les assemblées et les représentants élus ne sont bien souvent que des chambres d'écho de ces projets pharaoniques des aménageurs du territoire. Avec Notre-Dame des Landes, le développement économique s'arrête aux portes de la Bretagne. Que devient l'arrière-cour de la Bretagne? Ce qui est réservé au Morbihan, au Finistère, c'est le développement du tourisme. Le TGV est là pour le faciliter mais quid des gens qui vivent dans le centre et l'ouest de la Bretagne? Le port du Diben est symptomatique aussi d'une vision d'une développement de la Bretagne basée sur une activité à dominante touristique, et on n'envisage pas d'accueillir n'importe quels touristes, mais surtout les plus fortunés au bénéfice desquels se font les investissements publics. Sur ce projet de Notre-Dame des Landes, le déficit démocratique est complet: ces questions ne sont jamais venus à l'ordre du jour pour les régionales.

 

Nicole L a dénoncé une politique globale de déréglementation du transport aérien dont Notre-Dame des Landes et sa cession à Vinci sont les derniers développements. Il y a parallèlement un développement anarchique des compagnies low-costs sous prétexte de gagner en concurrence. Notre-Dame des Landes ne créera pas d'emplois: il y aura juste transfert des emplois. Son utilité, c'est de renforcer Vinci, un monstre qui s'infiltre partout. Il faut voir tout ce qui a déjà été privatisé dans les aéroports parisiens. Il y a là une manne financière que Vinci va pouvoir récupérer. Il y a une seule question que Nicole se pose: est-ce qu'on peut toujours envisager sereinement un abandon de l'aéroport de Notre-Dame des Landes si par contrat l'Etat devrait alors rembourser 11 millions d'euros par an à Vinci jusqu'en 2060?

 

Yann G a fait valoir qu'il y avait toujours un espoir de casser comme frauduleux le contrat signé entre l'Etat, les collectivités et Vinci.

 

Jean-Luc LC a rappelé que Gérard Perron, maire d'Hennebont et conseiller général, candidat du Front de Gauche aux Régionales, avait pris position contre l'aéroport de Notre-Dame des Landes en disant que d'autres aéroports comme celui de Lorient pourraient très bien se charger du frêt que l'on voulait organiser à partir de NDDL et que c'était un projet nuisible socialement et écologiquement, un nouveau coup dur pour l'agriculture paysanne.

 

Alain D a dit que pour lui, le fond du problème, c'est un problème d'aménagement du territoire. Une volonté de créer des grandes métropoles avec des arrières-pays sans vigueur propre. Un bipole Nantes-Rennes: le tout formant un seul ensemble comme dans les grandes villes américaines. C'est tout l'avenir du territoire qui est en train de se décider. Or, il n'y a jamais eu de débat sur ce choix de politique métropolitaine qui n'est pas assumé lors des élections. Ce projet participe d'un déni de démocratie. Ses dimensions écologiques et agricoles sont aussi à prendre en compte car les effets sont loin d'être positifs. Autre dimension: le coût faramineux de tout cela. Il faut se demander quelles dépenses ne seront pas faites dès lors en faveur de la population. Il est incroyable que des élus fassent le choix d'un partenariat public privé sur 55 ans d'exploitation: la responsabilité de ce blanc seing donné à une multinationale n'incombe pas qu'aux technocrates. A part Brest, tous les autres aéroports seront impactés en Bretagne par la création de NDDL et pas probablement beaucoup seront fermés. Tout l'avenir des ¾ du pays est remis en cause: tout se passera autour de ces grandes métropoles internationales qui pompent toutes les subventions, tous les investissements, une partie de plus en plus grande de la population. La question que nous devons nous poser, c'est quel type de société veut-on mettre en place à travers cela, au-delà de la simple question de l'utilité de ce nouvel aéroport? Dans cette affaire là, trop importante, un passage en force n'est pas acceptable. Il faut peser pour qu'il y ait un vrai débat, que toute la population soit concernée, qu'elle intègre ce débat. Il faut prendre en compte la globalité du problème.

 

Franck S a fait état de l'intérêt qu'il a ressenti à partager l'expérience des collectifs contre l'aéroport et de soutien aux zadistes. S'y retrouvent pleins de gens différents qui inaugurent des formes politiques et de lien social nouvelles, expérimentales, qui gardent ce qui rassemble et non ce qui oppose.

 

Yann G a rappelé que les bénéfices économiques de l'aéroport de Notre-Dame des Landes avaient été remis en cause par un collectif d'experts au service des élus sceptiques sur ce projet. C'est pourquoi aujourd'hui l'argument économique est mis au second plan par rapport aux problèmes de sécurité et de nuisance sonore, certainement surévalués.

 

Nous avons décidé d'apporter concrètement notre appui à ceux qui luttent contre le passage en force du projet par un communiqué dans la presse pour exprimer la position du Front de Gauche Morlaix, par un argumentaire publié sur internet, par une contribution de solidarité aux opposants à Notre-Dame des Landes, par le travail de ceux qui le souhaitent au sein de la coordination morlaisienne contre l'aéroport de Notre-Dame des Landes, par un article dans le premier numéro du journal du Front de Gauche qui devrait paraître à la rentrée.

Alain Rebours, Yann Guéméné et Franck Simonnet se chargent de la préparation de déclaration publique sur Notre-Dame des Landes.

 

 


Prochaine AG du Front de Gauche du pays de Morlaix (ouverte à tous les citoyens qui veulent travailler avec nous) : le mercredi 16 janvier à 18h, 2, Petite Rue de Callac à Morlaix.

 

A l'ordre du jour:

- tour de parole sur la situation politique

- débat sur l'enjeu du logement et des transports dans le cadre des élections municipales et de l'intercommunalité, débat introduit par Hervé P.

- Point sur notre activité (campagne pour la proportionnelle, contre l'austérité).

 

 

front de Gauche Morlaix

 

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 10:39

 

Cinq raisons d’être contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Par le collectif Front de gauche du Pays de Morlaix

 

1) C’est un projet anti-écologique

 

- Les 2000 hectares nécessaires à la réalisation entraîneront une imperméabilisation des sols, la destruction d'espaces naturels d'une rare qualité (bocages, prairies humides, haies, mares…), la destruction de nombreuses espèces animales…ce qui est contraire aux objectifs de préservation de la ressource en eau et d'arrêt de l'érosion de la biodiversité (repris dans la Stratégie Nationale pour la Biodiversité et le protocole de Nagoya signé par la France).  

- La perte de 2000 hectares, aujourd’hui de terres agricoles, va à l'encontre de la nécessaire relocalisation de l'agriculture dans un objectif de souveraineté alimentaire.

- Il encourage le développement du transport aérien, mode de déplacement polluant et énergivore, en totale contradiction avec les objectifs du protocole de Kyoto, signé par la France. Nous sommes au contraire conscients de la nécessité vitale de faire de la lutte contre le dérèglement climatique une priorité, à l'encontre de laquelle va le pari d'une augmentation continue du transport aérien.

 

2) C’est un projet dont l'intérêt économique est douteux 

 

-Le coût du projet est élevé, même quand on ne prend pas en compte tous les investissements connexes pour les amènagements périphériques (ligne TGV, routes...) qui le font monter à plus d'un milliard d'euros, financés autant par l’État que par les collectivités locales, au déficit d’autres priorités (le fret ferroviaire, le transport en commun de proximité et bon marché, le logement, la santé, le social).

- Il n’y aura pas de création d’emplois, si ce n’est des transferts d’emploi, en entraînant la fermeture d’autres aéroports de l’Ouest de la France. Et cela favorise la déréglementation des services aériens.

- Selon plusieurs études, ce projet serait déficitaire à terme, entraînant un financement public sur le long terme.

- Le contrat donné à Vinci pour la construction est encore une fois à l’avantage des profits privés, qui plus est d'une multinationale des plus néfastes pour la société, et n'est pas sans poser de problèmes de conflits d'intérêt.

 

3) Il est faux de dire que ce projet s'impose démocratiquement et qu'il a été approuvé par la population.

 

-La présentation du projet aux élus a été tendancieuse et la mise en place de ce projet n'a donné lieu à aucune consultation véritable de la population avec des débats publics dignes de ce nom.

- Les victoires électorales des élus qui soutenaient ce projet ne sont pas un argument suffisant pour dire qu'il est voulu par les citoyens car ceux-ci ne se sont pas exprimés sur cette question précisément.

- L’implantation de cet aéroport implique un aménagement du territoire qui va au-delà de la Loire-Atlantique et ces populations n'ont jamais été véritablement informées ou consultées alors que les élus engagent les finances publiques.

- L'opposition ce projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes se généralise dans le pays et à cet égard la violence verbale et physique exercée contre les opposants à l'aéroport pour les expulser de la zone afin que Vinci puisse commencer très vite à la bétonner et à créer une situation de non retour est fort peu démocratique et trahit la précarité de la position du gouvernement, qui sent que ce projet est très contesté.

 

4) C’est un projet qui implique un développement territorial non maîtrisé.

 

-Il entraine un étalement urbain inévitable, étendant l’agglomération nantaise vers le Nord, supprimant encore d’autres terres agricoles et milieux naturels.  

- On risque de voir apparaître un grand pôle urbain allant de Rennes à Nantes, métropole régionale, sans autre projet de développement régional.

- Les moyens régionaux sont tournés vers ce projet : financements, lignes de train, autres aéroports régionaux, liaisons tram-train, créations routières, etc. Et cela à défaut d’un développement harmonieux de l’ensemble du territoire breton.

 

5) Parce que nous avons une autre conception des services publics.

 

-Parce que des alternatives n’ont pas été étudiées et existent pourtant.

- Parce que notre pays a besoin de maitriser publiquement ses transports dans le cadre d'une planification écologique.

- Parce que l’aménagement d’un territoire doit se faire dans la durée au profit d’un développement durable de l’ensemble des territoires.

 

front de Gauche Morlaix

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 10:27

 

Communiqué du Front de Gauche du Pays de Morlaix: non à l'aéroport de Notre-Dame des Landes.

 

L’assemblée générale du collectif du Front de gauche du pays de Morlaix s’est prononcé contre le projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ce projet d’aéroport nous paraît inutile car l'aéroport de Nantes-Atlantique n'est pas exploité au maximum de ses capacités. Ce projet ne respecte pas l’idée d’un développement durable et respectueux de la nature. Ce projet est disproportionné et entraînera un développement du transport aérien polluant et énergivore. Quant à son économie, elle semble incertaine à la vue de l’ensemble des études effectuées. Un coût pour le moins non maîtrisé, voire non calculé réellement. Si nous prenons l’ensemble des investissements nécessaires, il apparaît que ce projet sera déficitaire à terme, entraînant un financement public sur le long terme. Et cela, alors que des pistes alternatives ne sont pas étudiées. Ce projet représente le pire de l’aménagement du territoire : concluant, à la faveur de probables conflits d'intérêt, un partenariat public-privé très avantageux pour une multinationale grossissant à la faveur de la dérèglementation néo-libérale des transports, il est centré sur la création d’un vaste ensemble urbain allant de Rennes à Nantes, laissant les autres territoires du grand Ouest en panne de développement. Nous ne pouvons que condamner ce projet qui impacte gravement, et sur la durée, les finances publiques et le développement de notre région. Nous n’avons pas la même conception de ce que pourrait être un service public des transports.

front de Gauche Morlaix

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 06:39
Le vendredi 7 décembre, tous les élus PS et Idées de l'opposition de gauche à Morlaix et des citoyens ont officialisé la création d'une coopérative citoyenne d'union de la gauche pour créer une liste et un projet aux municipales de mars 2014. Cette démarche est liée à deux principes qui peuvent être discutés: mise en second plan des partis et de leurs militants comme force de proposition politique, affirmation d'une signification essentiellement locale des municipales permettant l'association de toutes les bonnes volontés pouvant soutenir sur le plan national des politiques contradictoires, notamment sur le plan du rapport à l'austérité et au libéralisme. Or, pour nous l'élection municipale est aussi une élection politique, devant s'apprécier en fonction d'un contexte national, les marges de manoeuvre des collectivités locales étant notamment fortement altérées par la politique de rigueur et de fragilisation des services publics du gouvernement Ayrault et les conséquences sociales néfastes pour la population de son refus de remettre en cause le pouvoir du capital et les dogmes du libéralisme économique qui nous ont plongé dans la crise. Sans couper le dialogue ni préjuger de l'avenir, nous avons répondu à Idées que nous n'étions pas prêts aujourd'hui à nous engager à titre individuels dans une coopérative citoyenne qui serait soutenue par le Front de Gauche comme par le PS et EELV, car nous voulions, avant d'envisager toute stratégie d'alliance, discuter de nos objectifs et du contenu de notre projet pour les municipales avec les gens qui partagent nos valeurs et notre projet de transformation sociale, économique, écologique et démocratique de la société. Voici la réponse que nous leur avons envoyé la semaine dernière, adressée à Sylvie Béguin, l'élue municipale de Morlaix qui nous avait envoyé la proposition d'intégration dans la coopérative citoyenne:    
 
Nous avons discuté en réunion de bureau du collectif Front de Gauche le 29 novembre 2012 de votre proposition. Après débat, nous avons décidé de nous en tenir à la position arrêtée lors de la dernière assemblée générale.
Sans exclure un dialogue futur, nous ne sommes pas favorables à une rencontre rapide de l'AG du collectif Front de Gauche avec le groupe Idées au sujet des municipales, ni à une intégration prochaine des militants du Front de Gauche de Morlaix dans une coopérative citoyenne d'union de la gauche.  
Vous devez comprendre que les sympathisant-es et adhérent-es du Front de Gauche et, au delà, nombre de ses électeurs ne sont pas enclins dans le contexte de la politique gouvernementale menée actuellement par l'alliance PS/Europe Ecologie à rejoindre ses représentants locaux dans un tel collectif.  Et vous savez bien, que son appellation "citoyenne" ne permettra pas de faire l'impasse, auprès de l'électorat de gauche, sur nos divergences au sujet de cette politique, même au nom d'un "tout sauf Agnès Le Brun" dont l'utilité dans une élection à deux tours reste à prouver.
 Le Front de Gauche est déjà un rassemblement de plusieurs sensibilités que nous voulons développer et nous avons décidé de commencer à réfléchir à notre rythme et de manière autonome avec les militants et sympathisants se reconnaissant dans notre programme de transformation économique, sociale, démocratique et écologique de la société - "L'humain d'abord" - du contenu du projet et des pratiques que nous voulons porter lors des municipales de 2014.
C'est au vu des propositions locales et des objectifs que nous élaborerons avec les gens qui se reconnaissent dans notre projet global et nos valeurs que nous déciderons d'envisager des alliances s'il devait y avoir des convergences avec d'autres sensibilités ou groupes politiques et citoyens.
Pour nous, ces municipales n'ont pas simplement un enjeu local mais sont aussi un moment important pour créer un rapport de force dans le pays pour un vrai changement et une remise en cause des choix budgétaires gouvernementaux qui retirent des marges de manœuvre aux collectivités locales, aggravent la crise sociale, prolongent et légitiment en partie la politique libérale et austéritaire de la droite battue en 2012.  
 
Le Collectif citoyen du Front de Gauche Morlaix.   
 
front de Gauche Morlaix
 
 

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 16:34

La prochaine Assemblée Générale du Front de Gauche du pays de Morlaix aura lieu le mercredi 19 décembre à 18h au local du PCF, 2, petite rue de Callac.  

Ce sera l'assemblée constitutive de l'association Front de Gauche du pays de Morlaix.    

 
A l'ordre du jour:
 
- Débat et vote sur les statuts de l'association Front de Gauche du pays de Morlaix.
- Election pour un an des 2 co-présidents et du trésorier de l'association Front de Gauche du Pays de Morlaix.
- Débat sur Notre-Dame-des-Landes et les questions d'aménagement du territoire que ce projet d'aéroport, en particulier, soulève. L'introduction devrait au débat devrait être amenée par Yann Guéméné et Alain Rebours.
- Réflexion sur les municipales: comment lancer une dynamique du Front de Gauche et élaborer nos propositions à Morlaix et dans les communes de la circonscription?
- Point sur les activités en cours (campagne pour la proportionnelle).
A la fin de sa réunion, possibilité de verser sa cotisation à l'association pour l'année 2013.
femme front de gauche morlaix

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 19:51
COMMUNIQUE DU FRONT DE GAUCHE DU PAYS DE MORLAIX ENVOYE A LA PRESSE LE MARDI 27 NOVEMBRE.  
 
Depuis quelques années, les attaques contre l'Islam pris en bloc et les musulmans servent d'étendard et de faux-nez aux racistes et xénophobes de droite et d'extrême-droite qui n'acceptent pas qu'on puisse être reconnus Français de plein droit tout en ayant des parents ou grands-parents étrangers et brandissent des principes de laïcité qu'ils ont historiquement toujours combattu pour légitimer la haine et le rejet de l'autre.
La nation française fondée à la Révolution sur les valeurs républicaines du droit du sol, de l'égalité, de la fraternité, de la liberté et de la laïcité est diverse du fait de notre passé colonial et notre identité de terre d'accueil. Nos millions de concitoyens de confession musulmane doivent avoir la possibilité s'ils le désirent de pratiquer leur culte à égalité de droit avec les catholiques, les protestants, les juifs et les autres confessions représentées en France.
Certes, l’État et les collectivités locales n'ont pas à investir d'argent au service de quelque religion que ce soit et, au nom de la laïcité, ils doivent rester neutres vis à vis des religions.
Mais, c'est un fait incontestable que la religion catholique bénéficie de l'entretien des églises qui sont propriétés publiques et patrimoine historique et artistique de la nation tandis que, bien souvent, les musulmans pratiquants de France n'ont pas de lieux pour célébrer leur culte et se retrouver alors que l'Islam est la deuxième religion de France.
Ainsi, au nom de l'égalité des droits, les collectivités ne doivent rien faire pour décourager l'établissement de lieux de culte musulmans alors que ces concitoyens sont aujourd'hui discriminés d'une certaine manière dans l'accès à la pratique religieuse.
Les élus de la République doivent surtout prôner la tolérance et condamner sans ambiguïté toutes les tentatives de stigmatisation des minorités culturelles représentées sur le territoire, et cela particulièrement lorsque, comme aujourd'hui, la crise développe les ferments d'un retour de la peste brune.
A ce titre, le Front de Gauche du pays de Morlaix est choqué par l'absence de condamnation par Agnès Le Brun, maire de Morlaix, des lettres anonymes au racisme vénéneux adressées aux voisins de la possible future mosquée de Morlaix, située au 56, rue Gambetta. Dire que ces lettres contiennent des accusations fausses parce que la mairie ne favorise aucunement ce projet de mosquée dont elle ne s'occupe pas est une chose, ne pas dénoncer l'incitation à la haine raciale contenue dans ces lettres en est une autre!
Contrairement à ce qu'elle dit, il n'est pas possible de "rester neutre dans une telle affaire".  
Ne pas signifier que les musulmans de la région de Morlaix ont droit à un lieu de culte, ne pas dénoncer le poison de l'extrême-droite contenu dans ces lettres n'est pas innocent. 
Espérons seulement que Madame le maire n'emprunte pas les mauvaises habitudes de son ami Jean-François Copé qui en utilisant sans vergogne l'islamophobie ambiante à des fins politiques, finit par la renforcer.  
 
 
 
front de Gauche Morlaix
 
 

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 15:29
front de Gauche Morlaix
 
Le prochain bureau du collectif Front de Gauche (ouvert à tous) du pays de Morlaix aura lieu le jeudi 29 novembre à 18h au local du PCF, 2, petite rue de Callac (et non comme annoncé à l'AG le mercredi 28 novembre, date qui ne convenait pas à plusieurs personnes).
Ordre du jour provisoire:  
  • Avancer sur une proposition pour les statuts de l'association Front de Gauche du pays de Morlaix (question de l'organisation, de la cotisation) afin qu'ils puissent être votés lors de la prochaine AG (à partir d'un travail d'écriture collégial complémentaire si besoin).
  • Trouver un moyen de répartir les responsabilités pour les tâches concrètes et pouvoir relancer le maximum de sympathisants du FDG afin qu'ils participent à nos réunions et activités. 
  • Réflexion sur la démarche pour aller vers une dynamique et un projet du Front de Gauche pour les municipales.
  • Point info sur les mobilisations en cours (Palestine, Notre-Dame-des-Landes)
  • Quelle activité pour les semaines à venir? (publication et diffusion d'un trimestriel, tractages, réunions publiques)

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011