Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 06:39
Manif pour la défense du lycée professionnel et maritime de Plouhinec 2 décembre

Manif pour la défense du lycée professionnel et maritime de Plouhinec 2 décembre

Manif pour la défense du lycée professionnel et maritime de Plouhinec 2 décembre

Manif pour la défense du lycée professionnel et maritime de Plouhinec 2 décembre

Fédération du Finistère

5, rue Henri Moreau

29200 Brest

 

Monsieur le Président

Conseil Régional de Bretagne

283 avenue du Général Patton

CS 21101

35711 Rennes cedex 7

 

Brest le 11 décembre 2017

 

Objet : avenir du lycée Jean Moulin Plouhinec

 

Monsieur le Président de la Région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard

 

Le Conseil Régional que vous présidez a fait de la maritimité une des pierres angulaires des politiques publiques.

Certains de vos services y sont dédiés et les vice-présidents en charge de ces questions multiplient les déclarations officielles, les chartes, les colloques, les journées thématiques.

Par ailleurs les milieux économiques autorisés se réjouissent du nouvel essor des industries de plaisance qui, nous dit on, ont un besoin urgent de salariés. Voila encore un beau sujet à vocation régionale.

Il n'est pas question d'ignorer un seul instant la promesse des énergies marines renouvelables, encore balbutiantes, empêtrées dans les logiques du profit immédiat, mais outils indispensables de la transition énergétique, qui elle aussi ouvre la voie à des compétences et des formations nouvelles intéressant le «cœur de métier» et les fonctions support

Enfin la pêche et les cultures marines ; identités fortes de nos territoires, filières de compétences particulières, porteuses d'emplois et de savoirs-faire, retiennent toutes les attentions. Leur maintien, leur renouvellement et leur développement sont intimement liés à la qualité et l'inventivité des filières de formations.

Tout un chacun se doit de soutenir l’économie bleue, secteur d'avenir.

Et vous, de votre côté vous vous apprêtez à fermer le lycée Jean Moulin à Plouhinec dont les sections s’intègrent largement aux besoins actuels de la filière maritime.

Curieuse logique.

Oui curieuse logique au moment même où nous avons besoin d'imaginer les formations de demain, où nous avons besoin de tout le monde, partout ; où l'accès concret, physique aux établissements est un des enjeux majeurs.

Curieuse logique aussi en terme d'aménagement et d'équilibre du territoire, de revitalisation des zones rurales, qui risque d'en dire long sur les préoccupations véritables de la Région et des services de l'Etat. Car...c'est au pied du mur que l'on voit le maçon !

Les personnels du lycée Jean Moulin se battent depuis longtemps pour le développement de leur établissement. Ils ont avancé des propositions depuis de nombreuses années sans qu'elles soient jamais examinées et encore moins prises en compte.

Vous qui faites du respect des acteurs du territoire un axe prioritaire de votre gestion ; vous seriez bien inspiré de les entendre et surtout des les écouter.

Il est donc impératif pour faciliter l'échange de points de vue de retirer de l'ordre du jour de la prochaine session du Conseil Régional la délibération actant la fermeture du lycée Jean Moulin.

Je vous prie de croire Monsieur le Président en mes sentiments les meilleurs.

Ismaël Dupont

Secrétaire départemental du Parti communiste français.

 

Copie aux Présidents de groupe au Conseil Régional

 

 

 

Fédération du Finistère du PCF - 5 rue Henri Moreau - 29 200 BREST

Fédération du Finistère du PCF - 5 rue Henri Moreau - 29 200 BREST

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2017 3 13 /12 /décembre /2017 12:55
Face à la répression des résistances syndicales et citoyennes, l'urgence de construire dès maintenant par une implication populaire importante et durable les bases d'une société post-capitaliste (déclaration du PCF Finistère, 13 décembre 2017)

Déclaration de la Fédération du PCF du Finistère...

Après la répression dont ont été victimes, parmi d'autres, les syndicalistes CGT qui ont tenté d'agir sur les relations sociales à Synutra Carhaix.  

Elles et ils se battent pour le progrès social, écologique et démocratique.

Le pouvoir n'a qu'une réponse: la répression. 

Pourquoi? 

Le système capitaliste mondialisé dans lequel nous vivons est aujourd'hui miné jusqu'à la moelle par des contradictions dont l'ampleur le rend incapable d'assurer l'avenir et même la survie de l'humanité. 

Pour perpétuer sa domination, ce système restreint désormais les droits humains. Les ordonnances travail qui donnent de nouvelles armes à l'exploitation capitaliste en sont un exemple.

Dès lors que des syndicalistes, des femmes et des hommes de progrès refusent toute régression, les valets du système sortent leur dernier recours: la répression. 

A l'heure du réchauffement climatique, à l'heure de la prolifération du terrorisme, à l'heure des trafics en tout genre, à l'heure du gangstérisme financier, qui est décidé à s'attaquer à ce système? Pas ses serviteurs zélés. Car les tenants du système, les tenants de cette classe savent que le statut quo est impossible. 

Une seule question demeure: Capitalisme ou dépassement de celui-ci?  

Pour les communistes et révolutionnaires, il nous faut réinventer dans les conditions d'aujourd'hui les transformations révolutionnaires dont la France mais aussi le monde ont besoin. 

Ces nouvelles révolutions qui toucheront le cœur du capital et s'attaqueront dans le même mouvement à la multitude de dimension de l'aliénation et de l'exploitation feront face à une lutte des classes internationale féroce. 

Tout changement qui commence par résister, agir, rassembler, imaginer, créer se heurte à tous les niveaux aux valets du capital qui s'arc-boutent sur leurs privilèges contre la majorité des peuples et de l'humanité.

Le monde est entré dans une instabilité très profonde. A nous femmes et hommes de progrès d'en faire émerger le meilleur.

La question du post-capitalisme est posée. 

Le capitalisme n'étendra plus les droits humains. Tous les jours, il tente désormais de les restreindre pour étendre sa domination. 

Nous, communistes, nous n'aurons de cesse de le combattre. 

Nous ne le dépasserons - pour une nouvelle logique de développement humain - que si la démocratisation, la diffusion et l'extension des pouvoirs dans les mains du plus grand nombre est continu. 

Que si se substitue une utilisation solidaire et partagée des immenses richesses créées aujourd'hui par le travail et les savoirs. 

L'émancipation sera désormais indissociablement sociale, féministe, démocratique, écologique et pacifique. 

Ces révolutions deviennent dès lors l'objet d'une bataille d'idées intense et renouvelée. 

Pour nous communistes tout processus révolutionnaire abouti ne sera qu'un développement ininterrompu de la démocratie dans tous les domaines.

Aussi dur sera le chemin, la démocratie, l'action; la maîtrise consciente du processus politique par le peuple n'est pas négociable. 

Face à la politique de force du gouvernement Macron et du Medef, de nouvelles formes de démocratie et d'appropriation sociale, participatives, coopératives, délibératives doivent étendre considérablement le champ actuel des pouvoirs populaires. 

Face aux défis gigantesques qui s'additionnent, il est temps qu'une implication populaire durable, et son seulement insurrectionnelle, pousse et prolonge dans tous les domaines, par la conquête citoyenne permanente, les processus révolutionnaires qui cheminent et se cherchent. 

Tel est le sens du soutien actif de la fédération du Finistère du PCF vis-à-vis de toutes celles et ceux qui défendent les droits humains et sociaux, agissent pour le progrès social et de l'humanité.  

La Fédération du Finistère du PCF - le 13 décembre 2017  

Face à la répression des résistances syndicales et citoyennes, l'urgence de construire dès maintenant par une implication populaire importante et durable les bases d'une société post-capitaliste (déclaration du PCF Finistère, 13 décembre 2017)

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2017 3 13 /12 /décembre /2017 07:04

C’est avec tristesse que les communistes brestois ont appris la disparition de l’écrivain brestois Jean-François Coatmeur. Auteur policier à l’écriture particulièrement riche mais aussi romancier humaniste il était toujours présent lors des grandes fêtes de l’Unité organisées par le Parti Communiste au parc de Penfeld.

Il avait su créer un lien particulièrement fort entre le public populaire de nos fêtes et la culture.

Le PCF salue la mémoire de Jean-François Coatmeur qui a porté bien haut l’image de Brest.

photo Ouest-France

photo Ouest-France

 

Né à Douarnenez (Pouldavid), Jean-François Coatmeur, l’écrivain aux 28 romans policiers, vivait depuis plus de 40 ans à Brest, ville inspiratrice. Où il vient de disparaître à l'âge de 92 ans. Comme Simenon, ce maître du suspense a donné au polar ses lettres de noblesse. Il considérait le genre comme « une tragédie à la sauce du temps ».

« C’est du Coatmeur. » Ses lecteurs, nombreux et fidèles, avaient l’habitude de commenter de cette efficace formule lapidaire chaque nouveau livre du romancier finistérien, qui vient de disparaître à l’âge de 92 ans.

L’une des plus grandes joies de Jean-François Coatmeur était, justement, « d’avoir des lecteurs partout, un public à la fois populaire et intellectuel, racontait l’écrivain, qui précisait aussi : Mais c’est Brest qui m’a fait écrivain. Moi qui trouvais la ville sinistre, qui ne pensais qu’à retourner dans le Finistère-Sud, c’est ici que j’ai trouvé mes premiers lecteurs. »

Brest, ville inspiratrice

Prof de lettres classiques muté à Brest, Coatmeur, originaire de Pouldavid (Dournenez) a fini par s’y faire : « Je ne peux pas vivre ailleurs qu’au bord de la mer, confiait-il. Même pendant ma période de détestation de Brest, j’adorais me promener sur le port de commerce, je rêvais devant les noms des bateaux. Ce n’est pas un hasard si mon livre le plus connu est Les Sirènes de minuit. Une ville comme Brest peut offrir d’extraordinaires décors… »

 

La Bretagne reste la toile de fond de ses romans et leurs protagonistes sont confrontés à la loi, à la société et, surtout, à leur conscience : « Je conçois le roman policier comme une tragédie à la sauce du temps. J’invente des drames qui se déroulent dans mon décor quotidien, je démontre que le pire est possible partout, même ici, disait Coatmeur. Mes personnages, souvent issus de milieux modestes, sont aux prises avec des problèmes éternels, des difficultés de couple, des dénis de justice, une recherche laborieuse de la vérité… Universelles, mes histoires pourraient aussi se passer ailleurs. »

Croyant et anti-clérical

Mais c’est à Brest que son imaginaire se met en branle. Son roman Narcose, par exemple, lui fut ainsi inspiré par une belle inconnue à l’air angoissé, entrevue à l’église Saint-Louis : « On peut être à la messe et avoir des pensées profanes, mais c’est arrivé une seule fois ! »racontait Coatmeur lui qui, après ses études secondaires au Petit Séminaire de Pont Croix, avait failli devenir prêtre. Il en était resté croyant, pratiquant et… anticlérical !

Rebelle anti-institutions

« Je suis un rebelle anti-institutions. Je n’aime pas beaucoup les médailles, les militaires, les ecclésiastiques. Je donne des coups de griffe aux bourgeois, à la société de l’argent », expliquait l’écrivain qui s’était, à plusieurs reprises, engagé auprès d’Amnesty International ou contre l’expulsion des sans-papiers : « Je ne vis pas sur une île déserte. Je réagis donc à ce que je crois être de l’injustice. Je remarque, qu’aujourd’hui, les hommes n’aiment pas côtoyer la misère… »

Fausses pistes, manipulations, tous ses romans sont des polars, des romans psychologiques noirs : « J’ai connu l’époque où le roman policier était assimilé au roman de gare, vite lu, vite abandonné dans le train. Dans mes livres, où la police joue un rôle très limité, j’ai voulu démontrer que l’on pouvait écrire des romans à suspense comme de véritables œuvres littéraires. Je les appelle des « romans de mystères ». Un genre littéraire maîtrisé pour « faire passer mes idées, mon regard sur le monde, mes critiques sur ses dérives… »

 

À l’exception de Des croix sur la mer (1 991) inspiré par un événement autobiographique : le 5 août 1944, le jeune Jean-François passa une demi-journée en otage, aligné contre un mur face aux mitraillettes, sous les yeux de sa famille. Cet épisode marqua l’adolescent d’un sceau indélébile.

La raison, peut-être, pour laquelle l’œuvre de Jean-François Coatmeur sera, sans cesse, traversée par une tension née du dérèglement du quotidien…

 

Auteur de 28 romans à suspense souvent adaptés au cinéma

Jean-François Coatmeur est l’auteur de 28 romans à suspense et de nombreuses nouvelles. Douze de ses romans sont publiés chez Denoël. Il publiait désormais chez Albin Michel dans la collection « Spécial suspense ». Grand Prix de la Littérature Policière en 1976 pour Les sirènes de minuit (Denoël, 1976), Prix Mystère de la Critique en 1981 pour La Bavure (Denoël, 1 980) et Prix du suspense 1990 et Grand Prix des écrivains de l’ouest pour La Danse des masques(Albin Michel, 1989).

Son dernier livre, Les noces macabres (Albin Michel, 2016) s’appuie sur une tragédie familiale dans l’atmosphère brestoise chère à l’auteur.

Coatmeur fut également Président du jury du prix du Goéland masqué, salon de littérature policière basé à Penmarc’h, de 2001 à 2014. Il était aussi Chevalier des Arts et des Lettres depuis 2004.

Trois adaptations de La Fiancée

Plusieurs livres de Coatmeur, comme Morte Fontaine et Le squale, ont été adaptés au cinéma et à la télévision. Sa nouvelle La fiancée a fait l’objet de trois adaptations différentes, dont l’une Brestoise, par Olivier Bourbeillon. Le roman La bavure a aussi été adapté, ainsi que Les sirènes de minuit avec Philippe Léotard, tourné à Brest.

La nuit rouge, en revanche, n’est pas sortie en salle car jugée de « qualité insuffisante » par l’auteur et l’éditeur. Sa « plus belle expérience de cinéma » reste Des croix sur la mer » avec Laurent Malet et Isabelle Renauld, film auquel il participa activement.

Frédérique Guiziou, Ouest-France

photo Ouest-France

photo Ouest-France

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 19:59
Plus d'une centaine de manifestants en gare de Châteaulin pour la réouverture de la ligne Brest-Quimper et l'inauguration de la ligne rénovée, à l'appel de la CGT
Plus d'une centaine de manifestants en gare de Châteaulin pour la réouverture de la ligne Brest-Quimper et l'inauguration de la ligne rénovée, à l'appel de la CGT
Plus d'une centaine de manifestants en gare de Châteaulin pour la réouverture de la ligne Brest-Quimper et l'inauguration de la ligne rénovée, à l'appel de la CGT
Plus d'une centaine de manifestants en gare de Châteaulin pour la réouverture de la ligne Brest-Quimper et l'inauguration de la ligne rénovée, à l'appel de la CGT
Plus d'une centaine de manifestants en gare de Châteaulin pour la réouverture de la ligne Brest-Quimper et l'inauguration de la ligne rénovée, à l'appel de la CGT
Plus d'une centaine de manifestants en gare de Châteaulin pour la réouverture de la ligne Brest-Quimper et l'inauguration de la ligne rénovée, à l'appel de la CGT
Plus d'une centaine de manifestants en gare de Châteaulin pour la réouverture de la ligne Brest-Quimper et l'inauguration de la ligne rénovée, à l'appel de la CGT
Plus d'une centaine de manifestants en gare de Châteaulin pour la réouverture de la ligne Brest-Quimper et l'inauguration de la ligne rénovée, à l'appel de la CGT
Plus d'une centaine de manifestants en gare de Châteaulin pour la réouverture de la ligne Brest-Quimper et l'inauguration de la ligne rénovée, à l'appel de la CGT
Plus d'une centaine de manifestants en gare de Châteaulin pour la réouverture de la ligne Brest-Quimper et l'inauguration de la ligne rénovée, à l'appel de la CGT
Plus d'une centaine de manifestants en gare de Châteaulin pour la réouverture de la ligne Brest-Quimper et l'inauguration de la ligne rénovée, à l'appel de la CGT

Un beau rassemblement cet après-midi à la gare de Châteaulin à l'appel de la CGT, avec une bonne centaine (120 probablement) de militants CGT, PCF, et aussi quelques simples citoyens, militants de l'UDB, d'Ensemble, en même temps que l'inauguration de la ligne rénovée Quimper-Brest en présence des officiels qui n'ont pas tenu à échanger avec les manifestants, se réfugiant dans la tente officielle avec les petits fours. Vive le dialogue social! 

Ismaël Dupont

Communiqué du PCF

Appel au rassemblement syndical et d'usagers le dimanche 10 décembre en gare de Châteaulin à 14h à l'occasion de l'inauguration de la ligne rénovée Quimper-Brest

La Fédération du Parti Communiste Français du Finistère appelle ses militants et les citoyens à participer nombreux au rassemblement organisé par la CGT en gare de Châteaulin à 14h dimanche 10 décembre 2017, à l'occasion de l'inauguration officielle à 14h30 par les élus et les officiels de la ligne rénovée entre Quimper et Brest. On parle de la présence possible d'Elisabeth Borne, ministre des transports d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe. 

En effet, la disparition programmée du guichet de vente en gare de Châteaulin est parfaitement inacceptable. On parle d'un transfert vers l'office du tourisme de la présence humaine pour vendre des billets, et cela simplement pendant les mois d'été! Avec le passage de 6 à 9 trains par jour, l'agent chargé du guichet n'aura plus le temps pour assurer la vente au guichet. Il faut des embauches, de nouveaux emplois! Tout à l'inverse, la politique de la SNCF et de réduire les emplois pour viser la rentabilité maximale. 

A Quimper la lutte a payé puisque la direction de la SNCF a accepté après un mois de lutte de retirer (provisoirement) son projet de fermeture des guichets en gare le dimanche et le midi et de fermeture de trois guichets sur cinq. 

Dans les gares comme dans les trains et aux guichets de vente, pour assurer la sécurité, la sûreté, l'accueil et l'information des voyageurs, la présence humaine est indispensable. 

Nous sommes également inquiets du report des travaux sur la ligne Quimper-Landerneau qui pourrait permettre de réduire le temps de parcours de la ligne Quimper-Brest à 59 mn au lieu de 1h14. 

Plus généralement, c'est l'ouverture à la concurrence des TER, portée par les politiques libérales de casse des services publics, l'Etat et la Commission Européenne, qui fait planer un risque énorme sur l'abandon de lignes jugées peu rentables alors que l'accès à la mobilité des citoyens, l'aménagement du territoire, la lutte contre le réchauffement climatique exigeraient le développement des TER, des Trains d'équilibre du territoire, du fret ferroviaire que l'on est en train d'abandonner aujourd'hui. 

Pour Châteaulin, avec les Cheminots et les usagers, nous demandons l'arrivée du premier train TER omnibus à Quimper en semaine à 7h30 afin de permettre aux salariés et aux scolaires d'embaucher à 8h, la réouverture des WC et toilettes publiques, et de la boîte à lettres postale.    

La Fédération du Parti Communiste Français du Finistère - le 9 décembre 2017  

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 08:27
Action syndicale à Synutra Carhaix: le PCF réagit contre une volonté des autorités de criminaliser l'action syndicale par intimidation préfectorale après la coupure d'électricité et de gaz à Synutra pour peser sur les négociations
Le Télégramme, Pages Régionales, 8 décembre 2017

Le Télégramme, Pages Régionales, 8 décembre 2017

Sur le fond, le comportement des forces de gendarmerie est inadmissible. Retenir presque quatre heures des militants CGT à l'UL CGT de Carhaix, c'est du jamais vu ici. La préfecture et les autorités politiques ont donné les ordres de mater avec fermeté l'action syndicale alors même que les relations sociales à Synutra sont extrêmement dégradées avec des alertes puissantes sur le harcèlement des salariés au travail. 
Le matériel dans le bus loué par la CGT a été saisi, mis sous scellé. Ça été dur de le récupérer. 

Communiqué du PCF Carhaix rédigé par Daniel Laporte et Pierre-Yves Thomas. 

La section PCF de Carhaix, s’indigne des méthodes employées jeudi dernier à l‘encontre des agents d’EDF, ENEDIS qui, dans le cadre d’un appel national, manifestaient à Carhaix.

Les articles de journaux sur « l’enfer » que vivent les salarié(e)s de Synutra, semblent déstabiliser une Direction dont le management est d’un autre âge. Prétextant une coupure de courant, elle à mobiliser Préfet, colonel de gendarmerie et la « cavalerie ».

Ce recours aux forces de l’ordre, retenant une quarantaine de militants dans les locaux de l’UL, est l’illustration de la criminalisation de l’action syndicale.

Loin de régler les problèmes en interne, Synutra préfère la matraque. Cette fuite en avant n’augure rien de bon et n’apaisera en rien le climat délétère qui règne dans cette usine.

Le Télégramme, 9 décembre

Au lendemain du face-à-face tendu entre des militants du syndicat CGT Mines-Energie et les forces de l'ordre, suite à une action ciblant Synutra - qui a porté plainte pour des coupures de gaz et d'électricité -, la section du Parti communiste de Carhaix s'indigne dans un communiqué des « méthodes employées à l'encontre des agents en grève sommés de décliner leur indentité ». « Cette attitude illustre la volonté de criminaliser l'action syndicale, le droit syndical et, avec les ordonnances Macron, les droits des salariés », dénonce la section du PCF, qui indique qu'elle restera vigilante « quant aux poursuites judiciaires qui pourraient être menées à l'encontre de salariés qui seraient ainsi pris en otage afin d'empêcher tout mouvement revendicatif ».

Ouest-France, 9 décembre

Action syndicale chez Synutra, le PCF réagit

Dans un communiqué, la section PCF de Carhaix dit "s'indigner des méthodes employées à l'encontre des agents des industries électriques et gazières en grève", lors de l'action menée chez Synutra dans le cadre d'un appel national. Le PCF estime que "par leur action, ils entendaient peser sur les négociations salariales en cours. Préfet, colonel de gendarmerie se sont immédiatement mobilisés, déployant une vingtaine de gendarmes en leur intimant l'ordre de relever l'identité de la quarantaine de militants CGT présents à la Maison des Syndicats". Pour le PCF, "cette attitude illustre cette volonté de criminaliser l'action syndicale, le droit syndical et, avec les ordonnances Macron, les droits des salariés". Le Parti Communiste indique qu'il sera "vigilant" quant aux suites de cette affaire.      

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 07:55
photo Alain Le Corre (CGT)

photo Alain Le Corre (CGT)

Les agents de la plateforme courrier de Brest Kergaradec ont initié hier soir un mouvement de grève illimité.

Depuis le le mercredi 6 décembre au soir, 22 h, une partie des agents de la plateforme industrielle de courrier (PIC) de Brest Kergaradec sont en grève, sur un préavis illimité déposé par la CGT.
Ils dénoncent notamment la disparition des équipes de nuit, des "tensons chroniques et des dysfonctionnements réguliers dans l'organisation". Selon le syndicat, ce matin, 85 % des 170 agents étaient en grève le jeudi 7 décembre. 
Après leurs collègues de Carhaix, Briec, ou encore du Gouesnou, il y a quelques semaines, c'est donc aux salariés de la plateforme de tri de se mettre en grève. 
Quelque chose ne tourne pas rond à la Poste, et cela ne date pas d'hier! 
 
 Philippe Poupon, représentant CGT à la plateforme industrielle de courrier (PIC): "Les conditions de travail se détériorent de jour en jour : dysfonctionnements dans l’organisation, précarité salariale, disparition des équipes de nuit ou encore absence de dialogue social… La coupe est pleine."

 

 

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2017 6 09 /12 /décembre /2017 09:19

Communiqué du PCF

Appel au rassemblement syndical et d'usagers le dimanche 10 décembre en gare de Châteaulin à 14h à l'occasion de l'inauguration de la ligne rénovée Quimper-Brest

La Fédération du Parti Communiste Français du Finistère appelle ses militants et les citoyens à participer nombreux au rassemblement organisé par la CGT en gare de Châteaulin à 14h dimanche 10 décembre 2017, à l'occasion de l'inauguration officielle à 14h30 par les élus et les officiels de la ligne rénovée entre Quimper et Brest. On parle de la présence possible d'Elisabeth Borne, ministre des transports d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe. 

En effet, la disparition programmée du guichet de vente en gare de Châteaulin est parfaitement inacceptable. On parle d'un transfert vers l'office du tourisme de la présence humaine pour vendre des billets, et cela simplement pendant les mois d'été! Avec le passage de 6 à 9 trains par jour, l'agent chargé du guichet n'aura plus le temps pour assurer la vente au guichet. Il faut des embauches, de nouveaux emplois! Tout à l'inverse, la politique de la SNCF et de réduire les emplois pour viser la rentabilité maximale. 

A Quimper la lutte a payé puisque la direction de la SNCF a accepté après un mois de lutte de retirer (provisoirement) son projet de fermeture des guichets en gare le dimanche et le midi et de fermeture de trois guichets sur cinq. 

Dans les gares comme dans les trains et aux guichets de vente, pour assurer la sécurité, la sûreté, l'accueil et l'information des voyageurs, la présence humaine est indispensable. 

Nous sommes également inquiets du report des travaux sur la ligne Quimper-Landerneau qui pourrait permettre de réduire le temps de parcours de la ligne Quimper-Brest à 59 mn au lieu de 1h14. 

Plus généralement, c'est l'ouverture à la concurrence des TER, portée par les politiques libérales de casse des services publics, l'Etat et la Commission Européenne, qui fait planer un risque énorme sur l'abandon de lignes jugées peu rentables alors que l'accès à la mobilité des citoyens, l'aménagement du territoire, la lutte contre le réchauffement climatique exigeraient le développement des TER, des Trains d'équilibre du territoire, du fret ferroviaire que l'on est en train d'abandonner aujourd'hui. 

Pour Châteaulin, avec les Cheminots et les usagers, nous demandons l'arrivée du premier train TER omnibus à Quimper en semaine à 7h30 afin de permettre aux salariés et aux scolaires d'embaucher à 8h, la réouverture des WC et toilettes publiques, et de la boîte à lettres postale.    

La Fédération du Parti Communiste Français du Finistère - le 9 décembre 2017  

 Fédération du Parti Communiste Français du Finistère - 5 rue Henri Moreau - 29200 BREST

Fédération du Parti Communiste Français du Finistère - 5 rue Henri Moreau - 29200 BREST

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2017 5 08 /12 /décembre /2017 20:52

Notre pays a toujours été une terre d’accueil

Atteinte aux droits des Etrangers -

 Par / 8 décembre 2017

Courrier au Ministre de l’Intérieur, Monsieur Gérard COLLOMB

Monsieur le Ministre,

Je suis sollicitée par divers.e.s représentant.e.s d’associations de solidarité, militant.e.s et citoyen.e.s, qui s’inquiètent des mesures récentes prises par le Gouvernement en matière de demande d’asile.

La publication d’une circulaire visant à intensifier les expulsions d’étrangers inquiètent les acteurs de terrain. En effet, le 16 octobre dernier, vous avez adressé un courrier visant à rappeler les objectifs et les priorités en matière de lutte contre l’immigration irrégulière, aux préfets et aux directeurs généraux de la police et de la gendarmerie. Cette missive leur demandait entre autres, d’user de « la plus grande fermeté ».

D’après un article de l’Humanité du 21 octobre dernier, « un mois plus tard, le nombre de personnes placées en centre de rétention administrative (CRA) avait vivement augmenté, tout comme les violations des droits constatées par les juges. » Si la lutte contre l’immigration irrégulière est une priorité de l’action gouvernementale et fait l’objet d’un suivi interministériel renforcé, il n’en demeure pas moins qu’il faille veiller à préserver les libertés individuelles et respecter la dignité humaine et les droits fondamentaux

De plus, cette circulaire a eu des effets immédiats sur les atteintes aux droits des étrangers. Depuis le 2 octobre, la Cimade remarque que 41 % des personnes enfermées ont été libérées par des juges qui ont constaté et sanctionné des pratiques administratives ou policières illégales. L’année dernière, sur la même période, le pourcentage de ces pratiques, illégales, n’était « que » de 30 %. 
Début 2018, nous examinerons un projet de loi immigration et asile pour « réformer en profondeur » une nouvelle fois le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (Ceseda). Dans ce contexte, le milieu associatif s’inquiète. D’autant plus qu’une proposition de loi (déposée par le groupe anciennement appelé « les constructifs ») examinée en Commission des lois le 29 novembre 2017, a pour objectif de permettre l’enfermement massif des personnes demandeuses d’asile sous procédure « Dublin », pratique censurée par la Cour de cassation. 
Notre pays a toujours été une terre d’accueil qui a su comprendre l’apport humain apporté par les réfugiés à notre pays, hier comme aujourd’hui. Ainsi en partant des difficultés rencontrées par les associations œuvrant en ce domaine, quelles améliorations à votre politique d’immigration pourriez-vous prendre afin de répondre au mieux, à notre exigence de solidarité et de respect des droits humains ?
Comptant sur votre bienveillance, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de toute ma considération.

Christine PRUNAUD
Sénatrice des Côtes d’Armor

Christine Prunaud Sénatrice des Côtes-d'Armor Membre de la commission des Affaires étrangères et de la Défense Elue le 28 septembre 2014

Christine Prunaud Sénatrice des Côtes-d'Armor Membre de la commission des Affaires étrangères et de la Défense Elue le 28 septembre 2014

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2017 5 08 /12 /décembre /2017 20:05
Gilbert Gléonec, permanent à l'Union départementale CGT Cheminots, et Gabriel André, secrétaire générale CGT Cheminot Quimper, espèrent obtenir le maintien de l'activité de vente et de conseil en gare de Châteaulin.

Gilbert Gléonec, permanent à l'Union départementale CGT Cheminots, et Gabriel André, secrétaire générale CGT Cheminot Quimper, espèrent obtenir le maintien de l'activité de vente et de conseil en gare de Châteaulin.

On y parle de 2 agents circulation sécurité et d'un agent temporaire (CDD 3 mois ) pour aider les voyageurs à acheter leur billet sur les bornes automatiques à Châteaulin !

 

Question bête: entre les 9 circulations, ( 3 en + ), pourquoi les 2 agents circulation ne pourraient ils pas vendre les billets au guichet comme auparavant ? On voit bien que cette organisation n'est qu'un prétexte, une politique générale de suppression des guichets et des services.

 

Le Télégramme, 8 décembre 2017: 

Il n'y aura pas que les officiels, dimanche, à Châteaulin, pour l'inauguration de la ligne rénovée entre Quimper et Brest. La CGT Cheminot a donné rendez-vous à ses membres et sympathisants, à 14 h, pour un rassemblement contre la disparition programmée du guichet de vente en gare de Châteaulin. « Lors de la rénovation de la gare, ils avaient supprimé les toilettes, maintenant que la ligne rouvre, c'est le guichetier qui va être supprimé », s'inquiète Gabriel André, secrétaire CGT Cheminots Quimper. Avec le passage de six à neuf trains par jour, l'agent de circulation qui s'occupait du guichet n'aura plus le temps pour cette dernière activité. La direction de la SNCF souhaite que la vente soit transférée à l'office de tourisme de la ville. Une proposition refusée d'emblée par la maire de Châteaulin, Gaëlle Nicolas, qui déposera un voeu contre ce transfert, au prochain conseil municipal, lundi. Contactée par la rédaction (Le Télégramme Châteaulin d'hier), elle souhaite que l'agent polyvalent soit maintenu, pas uniquement pour la vente mais aussi pour l'accueil des voyageurs. D'autant que l'office de tourisme n'est pas en mesure d'assurer la vente toute l'année puisqu'il n'ouvre qu'en juillet et août.

 

 « L'argument de la direction c'est de dire que les guichets sont obsolètes avec l'augmentation de la vente sur Internet. Mais il y a des tas de situations dans lesquelles la borne automatique ne peut remplacer l'humain : pour le changement de certains billets, le paiement par chèque vacances, la délivrance des cartes de réduction... Sans compter tous les gens qui n'ont pas de carte bancaire ou ne veulent pas d'Internet », poursuit le cheminot. Cette suppression ne devrait pas intervenir tout de suite puisqu'un agent va être recruté temporairement pour assurer le service, avant une éventuelle suppression définitive.

L'exemple quimpérois


Sur ce dossier, la CGT locale espère obtenir les mêmes résultats qu'à Quimper. En effet, il était prévu que le 1e r novembre dernier, le nombre de guichets diminue de cinq à trois, et que ceux-ci n'ouvrent plus le midi et le dimanche. Après un petit mois de contestation, la direction a finalement fait marche arrière. « Nous sommes satisfaits, nous avons obtenu le maintien de quatre guichets sur cinq, plus le maintien de l'ouverture le midi et le dimanche », explique Gilbert Gléonec, permanent à l'Union départementale de la CGT. Dimanche, un nouveau combat commence pour ceux qui ont toujours milité pour le maintien et la rénovation de la ligne Quimper-Brest, un temps menacée de fermeture définitive.

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2017 1 04 /12 /décembre /2017 16:51
Concert de Cali le 25 novembre

Concert de Cali le 25 novembre

Débat sur le communisme du 21e siècle avec Pierre Laurent, Laurent Etre, Louise, Erwan Rivoalan

Débat sur le communisme du 21e siècle avec Pierre Laurent, Laurent Etre, Louise, Erwan Rivoalan

Meeting de Pierre Laurent

Meeting de Pierre Laurent

La fête de l’Humanité Bretagne, un goût de communisme

« Pour la 26ème année, nous relevons le défi de la fête de l’Humanité Bretagne », déclarait à l’ouverture de la fête sa présidente Catherine Quéric, en remerciant chaleureusement « les 500 bâtisseurs qui depuis 6 mois ont permis que le fête soit et qu’elle soit belle ».

Une édition 2017 placée sous le signe de la révolution bolchévique d’octobre 1917, avec la reprise du visuel de Lili la Rouge dans l’affiche, mais aussi la diffusion de deux films qui ont marqué leur époque : le Cuirassée Potemkine et L’homme à la caméra.

Le cinéma a été un axe majeur de la fête avec la diffusion d’une dizaine de courts et moyens métrages et deux temps forts : un film sur les migrants et un film sur Salah Hamouri, suivis de débats avec des militants syndicalistes et associatifs.

Cinéma, marché solidaire, causeries à la librairie, huit expositions artistiques, produits locaux au fil des stands. La fête de l’Huma se nourrit de toute cette richesse culturelle. La fête, c’est aussi de grands débats, jusqu’à 300 personnes, où l’on parle solidarité internationale, services publics, perspective politique, communisme du XXIème siècle.

Le débat avait lieu aussi dans les allées,  entre militants communistes, Ensemble !, FI, M1717, et de toute une gauche en recherche de « coopération » pour reprendre le mot de Pierre Laurent. Le Secrétaire national du PCF tenait le meeting du dimanche devant 800 personnes, démontrant que le PCF reste une force tenace de résistance au Macronisme, une force militante, une force qui travaille au rassemblement de la gauche de transformation et remet le communisme à l’ordre du jour.

« L’Huma » c’est aussi les spectacles, et parmi les propositions 2017, le concert de Cali a fait événement. Cali était « chez lui » et a fait danser et pleurer 1000 afficionados pendant 2 heures et demi.

A la fin de la fête, fréquentée par 5 000 personnes sur les 2 jours, 230 Rouge Morbihan vendus, 22 adhésions au PCF recensées.

Serait-ce un signal ?

Joël Gallais , secrétaire départemental du PCF Morbihan 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011