Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2019 7 13 /01 /janvier /2019 10:18
Faites partie du Comité de soutien finistérien à la liste conduite par Ian Brossat aux élections européennes du 26 mai 2019!

Pour faire partie du comité de soutien finistérien à la liste aux Européennes du 26 mai 2019 du PCF conduite par Ian Brossat, envoyez-moi un mail ou un SMS en m'indiquant vos noms prénoms, situation professionnelle (ou étudiant ou retraité), engagement (associatif, syndical, commune), commune.

Rendez-vous à tous les Finistériens qui veulent que les idées humanistes de progrès, anti-austéritaires, anti-libérales, soient représentées au sein du Parlement européen à la

Rencontre-débat avec Ian Brossat et d'autres candidats communistes aux Elections Européennes au Relecq-Kerhuon

Le Vendredi 1er février

à la maison municipale des Associations Germain Bournot à 20h.

Auparavant, à partir de 17h30 ce vendredi 1er février, Ian Brossat rencontrera des acteurs de l'économie maritime, de la pêche et de la construction navale.


Nous comptons sur vous pour défendre vos intérêts au Parlement Européen, contre l'Europe du capital et de l'évasion fiscale et de la politique inféodée aux intérêts des multinationales, pour la défense des services publics et des solidarités!
 

Pour faire partie du comité de soutien (la liste des soutiens finistériens sera rendue publique), mon contact: dupont.ismael@yahoo.fr / 06 20 90 10 52

Ismaël Dupont

Faites partie du Comité de soutien finistérien à la liste conduite par Ian Brossat aux élections européennes du 26 mai 2019!
Faites partie du Comité de soutien finistérien à la liste conduite par Ian Brossat aux élections européennes du 26 mai 2019!
Partager cet article
Repost0
13 janvier 2019 7 13 /01 /janvier /2019 09:48
Courant d'ère, d'Hervé Hamon (Le Télégramme, 13 janvier 2019): la bête humaine!

La haine, l’injure, le fanatisme sont particulièrement détestables en démocratie. Et j’ai bien peur que nous soyons parvenus là-dessus à une sorte de point de non-retour, à une exaspération qui ne sait ou ne veut trouver ses démineurs. Les coups de poing et les gaz lacrymogènes n’y peuvent mais. Et les débats où les « lignes rouges » sont tracées d’avance risquent fort, je le crains, de n’apaiser personne.

Cela me donne envie de jeter un coup d’œil en arrière, et de noter combien l’aversion contre la « populace », contre la « canaille », est une constante de nos élites cultivées, aversion qui nourrit ce qu’elle dénonce. J’en veux pour témoin l’excellent livre de Paul Lidsky « Les écrivains contre la Commune » (La Découverte) qui vient d’être opportunément réédité.

Nous sommes en 1871, nous avons capitulé devant les Prussiens, et Paris s’est soulevé, Paris s’est voulu « Commune » (il y aura 30 000 fusillés). Hormis Vallès, Rimbaud, Verlaine, Villiers de l’Isle Adam, tous les écrivains, je dis bien tous, appellent à la répression contre les hordes ouvrières. Une exception cependant : Victor Hugo, qui n’approuve pas les insurgés, tant s’en faut, plaide, depuis l’étranger, pour la modération et l’amnistie.

Mais les autres ! Alphonse Daudet : « Paris était au pouvoir des nègres… » Flaubert : « Le peuple est un éternel mineur. Je hais la démocratie. L’instruction obligatoire et gratuite n’y fera rien qu’augmenter le nombre des imbéciles… » Zola : « Le bain de sang était peut-être une horrible nécessité pour calmer certaines de ses fièvres… » George Sand, naguère quarante-huitarde, qualifie les émeutiers « d’ânes bâtés » ou « de coquins de bas étage » : « La foule qui les suit est en partie dupe et folle, en partie ignoble et malfaisante… » Feydeau : « Ce n’est plus la barbarie qui nous menace, ce n’est plus la sauvagerie qui nous envahit, c’est la bestialité pure et simple… » Anatole France évoque « le crime et la démence ».

Au centre de la mire, les femmes qui, telle Louise Michel, ont bataillé, écrit, imaginé de nouvelles règles. Aucune épithète ne leur est épargnée, on les qualifie de « pétroleuses » (« mot hideux que n’avait pas prévu le dictionnaire », selon Flaubert). Et puis l’animal sauvage que devient la foule menaçante, une « hyène » selon Théophile Gautier.

Les mots qui tuent viennent d’abord des sommets. Méfions-nous.

Hervé Hamon, Le Télégramme, 13 janvier 2019
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2019 5 11 /01 /janvier /2019 16:45
L’Irlande en révolutions - Olivier COQUELIN invité du PCF Pays Bigouden samedi 12 janvier 2019, Pont L'Abbé, 10h30

Olivier Coquelin présentera et dédicacera son ouvrage

samedi 12 janvier 2019 à partir de 10 h 30

Maison du PCF 9 square de la Madeleine

à Pont-l’Abbé

 

Olivier COQUELIN vient de publier un nouvel ouvrage : « L’Irlande en révolutions – Entre nationalismes et conservatismes: une histoire politique et sociale (18e-20e siècles) ».(Editions SYLLEPSE)

 

Pour comprendre les particularités de l’Irlande contemporaine, l’auteur nous invite à un voyage dans une histoire des revendications émancipatrices du peuple irlandais.

La partition de l’île d’Irlande, qui perdure à ce jour, fut l’une des conséquences de la Révolution de 1916-1923. Inachevée, la rupture avec l’ordre ancien contribua surtout à renforcer le pouvoir des forces conservatrices, à l’œuvre des deux côtés de la frontière.

Pareil phénomène oblige à s’interroger sur la nature même des mouvements politiques (révolutionnaires comme constitutionnels) et sociaux (agraires comme ouvriers) irlandais qui se réclamèrent du nationalisme, à partir du siècle des Lumières.

Dans quelle mesure se faisaient-ils les partisans de desseins progressistes dans la perspective d’une Irlande indépendante, autonome ou maintenue dans le giron britannique ?

 

Olivier Coquelin est enseignant à l'Université de Caen et membre associé du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC) et du Groupe de recherche en études irlandaises (GREI).

Il a codirigé (avec Patrick Galliou et Thierry Robin), Political Ideology in Ireland : From the Enlightenment to the Present (Cambridge Scholars Publishing, Newcastle, 2009).

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2019 5 11 /01 /janvier /2019 16:38
Signez la pétition lancée par le PCF Finistère contre la disparition de la poste à La Forêt-Fouesnant, pétition lancée par les copains du PCF Fouesnant. Faites la tourner autour de vous!
 
ci joint le lien vers la pétition contre la fermeture de la poste à la forêt-fouesnant.
On peut le diffuser sur les réseaux.

Je demande à ce que la poste reste à la Forêt-Fouesnant, dans les conditions actuelles,de localisation, de fonctionnement et d'ouverture ; ainsi que les services de « La Banque Postale ».
Je demande l'abandon du projet de supprimer ce service public dans cette commune, pour le bien des habitants et des commerçants locaux.

La destruction des services public continue, et nous touche directement. La poste abandonne ses services dans la commune. Elle entend conclure un partenariat avec la mairie pour conserver, à moindre frais, un service minimum. La mairie semble se satisfaire de cette proposition et cherche donc à installer le remplacement du service public par la mise en place de nouveaux locaux, une permanence réduite aux demi-journées, et un salariat municipale à mi-temps. Félicitations !!!!

Le service public disparaît, les locaux actuels restent inoccupés, les salariés restent le problème de la poste et les forêstois (ses) mettent la main au porte-monnaie. Ainsi supprime-t-on un service public, des salariés, et les activités pour les faire peser sur le privé (nous). La poste soutiendra ce transfert en versant ce qui représentait le loyer (env. 1000€) tous les mois et une partie des frais de délocalisation. La banque postale disparaît de la commune et il faudra aller voir ailleurs pour parler « sous ».

La population vieillissante, les habitants non véhiculés, verront disparaître la banque postale si nous ne luttons pas contre, surtout qu'aucune solution collective n'est proposée par la commune sur les déplacements intercommunaux.

Nous vous appelons à résister pour empêcher la disparition de ce dernier service public dans notre commune !!!

Signez la pétition du PCF Finistère contre la fermeture de la Poste à La Forêt-Fouesnant
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2019 5 11 /01 /janvier /2019 16:35
 La section du Pays de Brest du PCF  se félicite des mobilisations prévues ce samedi  : marche pour le climat , action des gilets jaunes pour la justice sociale. Qu’elle s’exprime en gilets jaunes, en stylos rouges , en robes noires, en blouses blanches, dans les entreprises ou sur les ronds-points, la colère qui s’exprime est aussi la nôtre et nous avons été, tout au long de l’année 2018, aux côtés des retraités, des blouses blanches de la santé, des cheminots, des lycéens, des agriculteurs, des robes noires de la justice, des salarié·es qui défendent leur emploi, de ceux et celles qui se battent pour le service public de l’énergie, des transports, de la santé... Pour le capitalisme, mondialisé et financiarisé, la nature à un prix dont il doit tirer un bénéfice immédiat. Avec son productivisme allié au consumérisme il accélère la crise climatique à laquelle il confronte les peuples.
 
57,4 milliards d’euros ont été dépensés en dividendes et rachats d’actions, l’année dernière, par les 40 plus grandes sociétés cotées en Bourse en France, établissant un nouveau record absolu. Les salariés et l’investissement sont les grands perdants de ces choix financiers.
 
5 milliards d’euros de CICE versés aux grandes entreprises françaises, dont celles du CAC 40 qui affichent des dividendes records. C’est un gâchis immense d’argent public !
 
Depuis 2012, le PDG de Renault Carlos Ghosn n'est plus résident fiscal en France mais à Amsterdam. Il serait intéressant de savoir où résident fiscalement les PDG des entreprises du CAC40 et celles dont l’état est actionnaire ! Le gouvernement est en train de taxer à la source les ménages, pourquoi ce ne serait pas possible pour ces multinationales?
 
Face à ces scandales le PCF  appelle le gouvernement et le Président de la République à changer le cap de leur politique. Il appelle nos concitoyen.ne.s à manifester pacifiquement en ce sens. Il condamne la volonté de vouloir   casser un mouvement en criminalisant celles et ceux qui résistent.  Les élu.e.s et militant.e.s communistes seront mobilisé.e.s pour faire valoir la nécessité de vraies mesures en faveur du pouvoir d'achat. 
 
Aux côtés des citoyen.ne.s mobilisé.e.s, les communistes sont déterminé.e.s à faire progresser les mesures suivantes :
 
- Hausse du Smic de 200€ net et augmentation des pensions de retraites
 
- Ouverture des négociations salariales dans le public comme dans le privé
 
- Rétablissement de l'impôt sur la fortune
 
- L'application de l'égalité salariale femmes/hommes 
 
Aujourd'hui, les gilets jaunes, stylos rouges,robes noires, blouses blanches, cols bleus, marcheurs pour le climat portent un espoir pour le pays. Leur mouvement est celui de la dignité.
 
 
 
PCF Section du Pays de Brest
5 rue Henri Moreau 29200 Brest
Tramway : station St Martin
Tel 02 98 43 47 78
@ : pcf_brest@yahoo.fr
Communiqué de la section PCF de BREST: Qu’elle s’exprime en gilets jaunes, en stylos rouges , en robes noires, en blouses blanches, dans les entreprises ou sur les ronds-points, la colère qui s’exprime est aussi la nôtre
Partager cet article
Repost0
9 janvier 2019 3 09 /01 /janvier /2019 13:35

Voilà un grand débat national qui n'a pas pris une ride, malheureusement !

Eric Bocquet, sénateur communiste, et son frère Alain Bocquet, député communiste, à Quimper, pour une conférence sur l'évasion fiscale le 5 avril 2017.

Lumineux d'intelligence et de pédagogie!

Lutte contre l'évasion fiscale, 5 avril à Quimper: une centaine de personnes à la réunion publique de Eric et Alain Bocquet aux Halles Saint François à Quimper pour une intervention extrêmement forte sur la finance et les paradis fiscaux

 

  • le dossier consacré par la revue Projet à l'évasion fiscale, avec des contributions d'Éric Bocquet, de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, et de bien d'autres, économistes, juristes, sociologues....

lire en ligne

        

 

Conférence des Frères Bocquet, Eric et Alain, à Quimper contre l'évasion fiscale - 5 avril 2017: SANS DOMICILE FISC
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2019 1 07 /01 /janvier /2019 08:04
Une année de résistance!  Voeux de la fédération PCF du Finistère - Invitation aux voeux du PCF, le 19 janvier, au Relecq-Kerhuon, avec la pièce de théâtre Bonsoir m'amour
Une année de résistance!  Voeux de la fédération PCF du Finistère - Invitation aux voeux du PCF, le 19 janvier, au Relecq-Kerhuon, avec la pièce de théâtre Bonsoir m'amour

Du théâtre et une pièce pacifiste sur la Grande Guerre

pour les

Voeux de la fédération PCF du Finistère le 19 janvier 2019

à l'Auditorium du Relecq-Kerhuon, 16h30-19h

Accueil à partir et discours des vœux à partir de 16h30

Puis à 17h représentation de "Bonsoir m'amour", la pièce musicale et chantée du Théâtre de la Corniche (Antoine Asnar, Jerôme André, Claude Bonnard) sur la Grande Guerre, déjà programmée le 11 novembre 2018 par le PCF à St Martin des Champs pour le centenaire de l'armistice

Apéritif convivial à 18h30 après le spectacle.

Après-midi ouverte aux adhérents, sympathisants du PCF comme à toute personne qui souhaiterait voir le spectacle "Bonsoir m'amour".

Résumé de Bonsoir m'amour – du Théâtre de la Corniche (Morlaix, avec pour comédiens Claude Bonnard, Jerôme André, Antoine Asnar)

« 1925, le 11 novembre, dans un bar à Morlaix. A la fin de la commémoration de l'armistice, le bar a programmé une évocation de la grande guerre en chansons. Pour animer la soirée on retrouvera un musicien ambulant et le petit fils du cabaretier. Le premier a été sur le front et a surmonté les horreurs de la guerre grâce à la musique, le jeune, lui, aurait aimé avoir l'âge de combattre surtout depuis la mort de son père en 1917. Ça discute, ça s'apostrophe, ça évoque la mémoire des amis disparus, les faits d'armes du maréchal Foch, le voisin de Ploujean, ou des planqués de l'arrière, plus occupés à faire des affaires qu'à remonter le moral des troupes. Ça chante les refrains de l'époque qui traduisent bien l'évolution des états d'esprits, de la fleur au fusil des premières semaines au découragement ressenti devant l'interminable mitraille. Le tout devant la philosophie du patron qui, lui, a connu celle de 70 et le siège de Paris par les Prussiens, et qui a donné à son bistrot le nom d'une chanson à succès du début du siècle « Bonsoir m'amour » dont l'air avait été utilisé par les auteurs anonymes de la chanson de Craonne alors encore interdite! »

Une année de résistance!  Voeux de la fédération PCF du Finistère - Invitation aux voeux du PCF, le 19 janvier, au Relecq-Kerhuon, avec la pièce de théâtre Bonsoir m'amour

BONNE ANNÉE 2019 ! Une année de résistance!

Je vous souhaite au nom de la fédération du PCF du Finistère une heureuse année, nourrie de passions, de rencontres et de bonheurs à vivre et partager. Je te souhaite aussi à toi et à tes proches une bonne santé, car c'est l'essentiel !
Tous ensemble, il nous faudra trouver de l'inventivité, de l'audace et de la force pour ne pas se décourager face au rouleau compresseur des forces de l'argent qui diffusent l'égoïsme, la ringardisation des valeurs de solidarité, de partage, de progrès et de construction collective, et la haine de l'autre.
Les temps que nous vivons, même s'il y a aussi des nouvelles utopies, des luttes et des espoirs qui prennent corps, sont extrêmement brutaux et dangereux avec la crise écologique et le dérèglement climatique, la montée des inégalités et de la pauvreté liées à la rapacité du capitalisme financier, la montée de l'autoritarisme néo-libéral qui méprise les besoins des peuples comme du racisme et du néo-fascisme.
Ce qui s'est passé dernièrement au Brésil, aux États-Unis ou en Italie, après l'Autriche, la Pologne, la Hongrie, l'Allemagne … et la France, où le l'extrême-droite se maintient à un très haut niveau, doit nous mettre en garde et nous impose des responsabilités.
Notamment celle d'ouvrir un chemin de rassemblement, d'espoir et de reconquête d'un chemin de progrès pour notre peuple.
Cela n'a rien d'évident mais nous y sommes contraints si nous ne voulons pas (re) plonger nous-mêmes dans des aventures historiques calamiteuses.
De notre effort à toutes et tous peut naître un nouveau monde de la solidarité collective, de développement humain dans le respect de notre planète, et de démocratie réel, les grands absents du discours et des pratiques d'Emmanuel Macron.
Ils ont l'argent, nous avons le nombre.
Mais le nombre ne peut pas compter s'il n'est pas animé d'une valeur commune. C'est parce qu'elle germe dans la révolte qu'ils ont peur.
Le mouvement des Gilets Jaunes, contradictoire, avec des dimensions qui peuvent paraître inquiétantes ou insuffisantes mais qui traduisent aussi une crise sociale et politique profonde, a eu le mérite d'exister, de fragiliser le pouvoir réactionnaire de Macron et sa politique au service des puissances d'argent, et d'ouvrir un espace d'expression publique pour des tas de gens qui n'avaient pas la parole, et pour les revendications sociales et démocratiques des classes populaires.
Ses développements futurs ne sont pas écrits d'avance, ni forcément univoques, et il nous faudra peser, comme le font nos parlementaires et élus avec nos propositions fortes, pour que les revendications populaires en termes de justice fiscale, de pouvoir d'achat, de rénovation de notre démocratie, puissent trouver des débouchés en tordant le bras du méprisant de la République, Emmanuel Macron, mais aussi pour empêcher des sensibilités réactionnaires, démagogiques ou pire, de tirer le meilleur parti de ce mouvement populaire.

Il nous faudra mettre les bouchées double pour empêcher Macron et son gouvernement au service du capital de détruire la Sécurité Sociale, le système de retraite par répartition, le statut des fonctionnaires, car ce homme lige du MEDEF est prêt à tout pour passer en force!

La situation de notre société et du monde impose de renforcer l'audience du Parti communiste, qui dans sa longue histoire a souvent su tenir les deux bouts d'une critique marxiste radicale du capitalisme avec l'ambition et le projet de le combattre et de le dépasser, et d'une volonté d'obtenir des conquêtes immédiates, ou de résister avec d'autres, dans l'intérêt de la population, pour construire et conserver notre République sociale et des institutions d'égalité, de solidarité, que nous avons nous-mêmes contribué à construire.

Le parti communiste sort d'une longue phase de Congrès rassemblé et prêt à travailler avec notre nouveau secrétaire national Fabien Roussel pour retrouver plus d'influence. Son utilité au service des luttes, des travailleurs, de la défense des services publics et des solidarités n'est plus à prouver. Il apporte aussi sa pierre pour les combats en faveur de la justice sociale, de la paix, de la démocratie, du féminisme, du combat anti-raciste et de l'écologie.

Chaque adhérent peut y apporter sa part, notamment dans le travail d'écoute et de discussion, et d'argumentation pour faire voter en faveur de notre liste présentée aux Européennes du 26 mai prochain, conduite par Ian Brossat.

Nous t'encourageons d'ores et déjà à noter la date du vendredi 1er février dans ton agenda car Ian Brossat fera une réunion publique à la Maison des Syndicats à Brest à 20h où il nous faudra réunir un grand nombre de militants et de sympathisants.

Toutes celles et tous ceux qui veulent lutter et militer avec nous, et renforcer les idées communistes et d'émancipation sont les bienvenus à nos côtés.

Face à ce monde qui dévie et cette montée des injustices les plus scandaleuses, prenez parti!

Fraternellement,

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère

Une année de résistance!  Voeux de la fédération PCF du Finistère - Invitation aux voeux du PCF, le 19 janvier, au Relecq-Kerhuon, avec la pièce de théâtre Bonsoir m'amour
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2019 4 03 /01 /janvier /2019 10:08
André Le Mercier (photo Ouest-France)

André Le Mercier (photo Ouest-France)

André Le Mercier écrivait pour la revue "Bretagne Ile de France". Militant progressiste, il a longtemps été adhérent du PCF. Il a animé la revue "Brud Nevez". Nous saluons la mémoire de ce militant de la langue bretonne.
 
Langue bretonne. André Le Mercier est décédé

L’un des pionniers de l’enseignement du breton est décédé lundi 31 décembre, à Brest. Il avait aussi composé un dictionnaire français - breton et breton - français.

Il était « un acteur majeur du monde bretonnant », résume Fanch Broudic. André Le Mercier, également connu comme Andreo Merser est décédé à Brest lundi 31 décembre 2019, à l’âge de 95 ans. Originaire de Saint-Quay-Perros (Côtes-d’Armor), il avait fait ses études secondaires à Brest, avant de devenir instituteur en 1944.

Après diverses affectations, il rejoint l’école publique de Glomel (Côtes-d’Armor). « Il est l’un des tout premiers instituteurs à vouloir tirer parti des nouvelles dispositions de la loi Deixonne en faveur de l’enseignement du breton, insiste Fanch Broudic. C’est là qu’il entreprend d’initier ses élèves à l’étude de la langue dans laquelle la plupart d’entre eux sont alors capables de s’exprimer. »

 

L’un des pionniers de l’enseignement du breton est décédé lundi 31 décembre, à Brest. Il avait aussi composé un dictionnaire français - breton et breton - français.

Il était « un acteur majeur du monde bretonnant », résume Fanch Broudic. André Le Mercier, également connu comme Andreo Merser est décédé à Brest lundi 31 décembre 2019, à l’âge de 95 ans. Originaire de Saint-Quay-Perros (Côtes-d’Armor), il avait fait ses études secondaires à Brest, avant de devenir instituteur en 1944.

 

Après diverses affectations, il rejoint l’école publique de Glomel (Côtes-d’Armor). « Il est l’un des tout premiers instituteurs à vouloir tirer parti des nouvelles dispositions de la loi Deixonne en faveur de l’enseignement du breton, insiste Fanch Broudic. C’est là qu’il entreprend d’initier ses élèves à l’étude de la langue dans laquelle la plupart d’entre eux sont alors capables de s’exprimer. »

Il a présidé Emgleo Breiz

La création d’un journal scolaire bilingue puis d’une troupe de théâtre en breton viennent consacrer son engagement en faveur de l’enseignement du breton. Enfin nommé à Brest, il devient conseiller pédagogique de breton pour toute l’académie de Rennes de 1976 à 1978.

Également militant associatif, André Le Mercier est aussi, avant la création de Diwan, de ceux qui ont organisé e"Skol ar Merher à Brest, au début des années 1970 : une expérience d’école du mercredi en breton. Président de la fédération "Emgleo Breiz" pendant de 1987 à 2002, il devient à ce moment l’un des principaux éditeurs de langue bretonne et va jusqu’à mettre en place un atelier d’imprimerie associatif.

Auteur d’un dictionnaire breton - français

« Très attaché à l’école publique et laïque, Andreo Merser a toujours été un pédagogue impliqué », explique Fanch Broudic. Il est ainsi l’auteur de plusieurs ouvrages dont une grammaire du breton, des recueils de chansons et de comptines pour les écoles et surtout "Ar geriadur", un dictionnaire breton français et français breton.

Un moment de recueillement à son intention est prévu vendredi 4 janvier, à 10 h 30, au centre funéraire du Vern, à Brest.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2018 7 30 /12 /décembre /2018 09:34
"Bonsoir m'amour" (photo Jean-Marc Nayet, été 2018)

"Bonsoir m'amour" (photo Jean-Marc Nayet, été 2018)

"Bonsoir m'amour" au Relecq-Kerhuon le samedi 19 janvier 2019, 17h.

A l'occasion des vœux de la fédération PCF du Finistère

accueil à partir et discours des vœux à partir de 16h30, à l'auditorium du Relecq Kerhuon

nous vous invitons à une représentation de "Bonsoir m'amour", la pièce musicale et chantée du Théâtre de la Corniche sur la Grande Guerre, déjà programmée par le PCF à St Martin des Champs pour le centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918.

Discours de vœux à 16h30.
Apéritif convivial à 18h30 après le spectacle.

Après-midi ouverte aux adhérents, sympathisants du PCF comme à toute personne qui souhaiterait voir le spectacle "Bonsoir m'amour".

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2018 4 27 /12 /décembre /2018 15:12
José Kervision, ici en 2016, lors d’une réunion de la Fnaca de Guilvinec-Treffiagat. Il occupait le poste de trésorier. (Photo d’archives) Le Télégramme

José Kervision, ici en 2016, lors d’une réunion de la Fnaca de Guilvinec-Treffiagat. Il occupait le poste de trésorier. (Photo d’archives) Le Télégramme

Nous avons appris le décès de José Kervision à l’âge de 83 ans. Le Treffiagatois (né au Guilvinec) a joué un rôle actif dans la vie syndicale locale en tant que secrétaire de la CGT du Pays bigouden à partir de 1968. Il occupera ces responsabilités pendant une quinzaine d’années. Il faisait partie du collectif de rédaction du Travailleur Bigouden, journal mensuel du PC bigouden qui a paru jusqu’en 1997. Il occupait également des fonctions de trésorier au sein de la Fnaca de Guilvinec-Treffiagat.

Sa première carte syndicale en 1955

De 1951 à 1955, pendant les grandes vacances scolaires, ce fils de marin-pêcheur pratiquait la pêche au chalut sur le navire « Les Travailleurs » et la sardine à la bolinche sur le « Miss Cavell ». En 1955, ses études terminées, il rentre aux usines Batignolles de Nantes comme technicien en chaudronnerie. Il demande alors sa première carte syndicale. En 1957, il quitte ce poste pour entrer aux P.T.T comme contrôleur des installations électromécaniques. José Kervision est appelé sous les drapeaux en janvier 1958 à Épinal. Le Bigouden est mobilisé d’avril à décembre 1959 en Algérie. En 1968, il devient inspecteur au centre des câbles sous-marins de Penmarc’h. Avant, il avait intégré le Centre National des Télécommunications à Lannion en 1962 puis celui de Roc Tredudon près de Commana en 1965.

***

José KERVISION, qui vient de disparaître, est le frère de Jean KERVISION.
José n'était plus membre du Parti communiste depuis plusieurs décennies, suite à un différend local. Son frère a Jean KERVISION a été secrétaire de la section, un des fondateurs du TRAVAILLEUR BIGOUDEN. Il est toujours - bien entendu - membre du Parti ainsi que son épouse Marianne.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011