Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2019 6 23 /11 /novembre /2019 07:00
Municipale 2020 - Conférence de presse du Parti communiste à Brest - 20 novembre 2019  (site de la section du Parti Communiste de Brest)

https://pcfbrest.fr

Les élections municipales approchent.

Comme nous nous y étions engagés au mois de juillet dernier, nous avons souhaité vous rencontrer de nouveau en ce mois de novembre afin de réaliser un point sur notre démarche politique du moment et vous faire part de la manière dont le Parti Communiste Français, ses élu.e.s, ses militant.e.s, entendent s’engager en vue de ces élections municipales.

1 Un bilan positif de la majorité sortante.

Les communistes sont fiers du bilan de la majorité actuelle.  Nos deux collectivités sont bien gérées. En quelques années, notre ville et notre agglomération ont changé de visage. Les réalisations collectives, menées par une majorité diverse rassemblée autour d’un programme et de valeurs partagés, ont bénéficié à l’ensemble des Brestoises et des Brestois, à tous les habitants de la métropole.

Que cela soit dans le domaine des solidarités. Nous pensons notamment aux opérations de renouvellement urbain lancées à Bellevue et à Recouvrance, à la progression des tarifications sociales dans différents domaines afin de rendre le service public toujours plus accessible (cantines scolaires, temps d’activités périscolaire, transports), au soutien accru de la collectivité en direction d’un réseau social de proximité et des structures associatives partenaires.

Dans le domaine de l’écologie, aussi. De longue date à Brest, nous avons décidé de conjuguer social et écologie car ce sont les citoyen.ne.s les plus en difficulté qui ont à subir en premier les conséquences de la crise climatique. Cela s’est traduit par des mesures concrètes pour les habitant.e.s : le développement d’un réseau de transports en commun durable de haut de niveau de service, la promotion d’une alimentation saine, accessible à tous (60% bio dans les cantines scolaires de la ville), l’attribution d’aides financières aux habitants pour la rénovation thermique de leur logement (dispositif TINERGIE), la rénovation énergétique des écoles publiques, des bâtiments publics, du parc social de Brest Métropole Habitat.

Les grands projets, enfin. Nous pensons notamment aux Ateliers des Capucins qui sont devenus dès leurs premiers mois d’ouverture un lieu de brassage social et culturel fort. Il y a un véritable engouement autour de cet équipement. La médiathèque bat des records de fréquentation, les manifestations publiques qui y sont organisées (Village Climat Déclic le week-end dernier) rencontrent un public toujours plus large. Cette appropriation populaire rapide vient confirmer notre volontarisme pour ce projet il y a maintenant plusieurs années.

2 La démarche des communistes en vue des élections municipales.

Ces 30 dernières années, les communistes ont toujours répondu présent.e.s pour améliorer la vie et le quotidien des Brestoises et des Brestois. Dans leur mandat, les élu.e.s communistes ont été des points d’appui précieux pour les luttes progressistes et ont grandement contribué à faire évoluer notre territoire dans un sens de justice et de progrès social.

S’engager pour sa commune et ses habitant.e.s fait partie de l’ADN de notre organisation politique.

3 Nos propositions.

En vue des prochaines élections municipales, nous avons donc travaillé depuis le mois de mai dernier à la formulation de propositions ayant vocation à intégrer un programme d’union.

C’est l’objet du document que nous vous remettons aujourd’hui.

Nous avons identifié 7 grands enjeux à relever, sur lesquels nos concitoyens attendent des décisions fortes. Nous formulons au sein de ces 7 projets des propositions nouvelles, d’autres qui sont la continuité de ce que nous avons déjà commencé à mettre en œuvre ces dernières années.

Sans être exhaustif, je vous en cite quelques-unes.

  • Créer un centre municipal de santé municipal.
  • Elargir les tarifications sociales et les logiques de gratuité. Notamment avec la mise en place d’une tarification sociale et écologique de l’eau pour tous les habitants (gratuité des premiers mètres cubes, chèque eau pour les familles nombreuses, refonte de la grille tarifaire pour la rendre plus solidaire et plus progressive). Egalement avec la mise en place de mesures d’extension de gratuité dans les transports publics collectifs qui doit nous permettre de répondre à la fois au défi social et au défi écologique.
  • Augmenter le soutien de la ville aux équipements de quartier et programmer un important plan de rénovation de leur bâti.
  • Développer l’utilisation du budget participatif par les habitants des quartiers populaires.
  • Intégrer des représentants d’usagers dans toutes les régies et les sociétés publiques locales.
  • Organiser une réunion publique annuelle avec la population de présentation de l’état d’avancement des engagements de mandat et de présentation du rapport d’orientations budgétaires,
  • Créer un conseil municipal jeune.
  • Taxer les logements vacants depuis plus de deux ans.
  • Mettre en place un plan d’agriculture urbaine de proximité sur le foncier disponible du quartier de Bellevue.

Continuer à faire de Brest un territoire de bien-vivre ensemble, c’est également permettre aux habitants d’y mener pleinement et librement leurs projets personnels, familiaux, professionnels.

Cela nécessite :

  • D’agir sur la tranquillité publique. Nous proposons une série de mesure visant à renforcer les moyens et les dispositifs de médiation et de prévention sur l’espace public et dans les transports.
  • D’améliorer le cadre de vie des habitants. Nous proposons la végétalisation de la place de Strasbourg, la création de promenades piétonnes en front de mer (Moulin Blanc, Maison Blanche, Port de commerce),  la poursuite des projets de renouvellement urbain de Bellevue et Recouvrance sur les mêmes méthodes de participation et d’implication des habitants.
  • De lutter contre toutes les discriminations, notamment celles liées au genre, et de travailler à ce que chacun.e puissent trouver sa place dans la ville : conception des espaces publics, accompagnement des femmes victimes de violences, soutien aux lieux d’accueil, installation de distributeurs de protection hygiénique sur l’espace public, etc.

Si cette liste de propositions n’est pas exhaustive – vous avez maintenant accès au document (lui-même non exhaustif car il a encore vocation à s’enrichir) – ces propositions regroupées au sein de 7 projets nous semblent être une base utile de discussion pour créer une dynamique collective de rassemblement des forces de gauche et écologistes dans notre ville.

Elles nous semblent être une contribution juste et pertinente pour bâtir collectivement un projet politique partagé ambitieux pour notre ville lors des élections municipales des 15 et 22 mars prochains.

4 Les rencontres avec de potentiels partenaires pour construire l’union.

Nous sommes donc actuellement dans une phase de dialogue avec différentes formations de gauche afin de traduire de manière concrète cette volonté d’union.

A travers ses rencontres, notre priorité est d’échanger, de dialoguer en vue de constituer une liste d’union la plus large possible dans laquelle ces propositions seraient prises en compte.

Nous échangeons avec tous ceux qui partagent nos valeurs.

Face aux mauvais coups de LREM, c’est en se réunissant qu’on peut faire de belles choses et être porteurs de réponses concrètes et efficaces aux attentes des habitants.

En mettant ces propositions sur la table, nous espérons maintenant pouvoir avancer vite dans la construction d’un programme partagé qui lie progrès social, progrès écologique et progrès démocratique.

Nous ne nous résignons pas à la division qu’on a malheureusement pu constater lors des dernières élections européennes desquelles la gauche est sortie très fragilisée.

Nous ne nous y résignons pas d’autant plus que nous constatons que nous sommes très souvent rassemblés sur le terrain, dans les luttes, dans les différentes mobilisations du quotidien, toute l’année : soutien aux personnels EHPAD et des structures de l’aide à domicile, bataille contre la privatisation d’Aéroports de Paris, marche contre les violences faites aux femmes, mobilisation contre la réforme des retraites, etc.

 

5 Les candidats communistes potentiels.

Après un appel à candidature, nous disposons d’une liste d’une vingtaine de candidats communistes potentiels dont une partie est prêt à exercer des responsabilités. Cette liste de candidats potentiels sont à l’image de notre Parti : intergénérationnel, diversifié, très implanté dans la vie associative, syndicale, sportive et autres, de notre ville.

Nous soumettrons cette liste au vote des adhérents le mois prochain. Adhérents qui seront par ailleurs appelés à décider de l’orientation que prendra notre formation politique lors de ces élections afin de faire avancer au mieux les idées de justice et de progrès social qui nous animent.

Construire et faire gagner des politiques locales progressistes, ambitieuses, qui placent l’humain et la planète au premier rang, voilà notre ambition pour Brest, sa métropole et leurs habitant-e-s.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2019 7 17 /11 /novembre /2019 13:00
Rouge Finistère n°5 à sortir pour la fête de l'Humanité Bretagne le 30 novembre - Une interview exclusive de Fabien Roussel: l'homme de Béthune

"L'homme de Béthune", Fabien Roussel en invité vedette du cinquième numéro de Rouge Finistère, le journal de la fédération PCF du Finistère, qui sortira dans 10 jours, sous la direction graphique de l'atelier Caradec.

Avec une très belle interview décalée de nos amis et camarades Ernest Gahan et Adèle Ajonc.

Fabien Roussel sera à Lorient dans le cadre de la fête de l'Huma Bretagne le dimanche 1er décembre pour le meeting et un débat sur la gauche.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2019 3 13 /11 /novembre /2019 13:24
PCF Finistère: Jeudi 14 novembre, toutes et tous ensemble, pour le droit à la santé, pour l’humain d’abord ! Mobilisons-nous, professionnels de santé, citoyens usagers, toute la population !
Jeudi 14 novembre, toutes et tous ensemble, pour le droit à la santé, pour l’humain d’abord !
Mobilisons-nous, professionnels de santé, citoyens usagers, toute la population !

Communiqué de la fédération PCF du Finistère - 13 novembre 2019

 Les soignants et médecins des Urgences, soutenus en cela par une large majorité de la population, ne cessent de réclamer des effectifs, des lits et une reconnaissance professionnelle par une augmentation de salaires : pleinement conscients que leurs mauvaises conditions de travail, le manque criant de personnels sont synonymes de dégradation des conditions d’accueil et de prises en charge des patients, ils ne veulent plus travailler dans ces conditions indignes pour eux-mêmes et les personnes dont ils/elles ont la responsabilité, au risque de les mettre en danger. Dans les EHPAD, la psychiatrie, les maternités, les personnels de santé n'en peuvent plus et les usagers sont lésés par la fragilisation des services publics et des financements de la santé.

La situation de notre système de santé et particulièrement de nos hôpitaux publics est dramatique.

Dramatique pour les soignants et les patients en souffrance, pour l’accès aux soins de plus en plus remis en cause par les inégalités sociales et territoriales.

Notre département aussi est durement touché: fermetures de services, de lits, accès aux urgences et au Smur qui n’est plus assuré 24h sur 24 dans la continuité de notre territoire, délais d’attente insupportables pour les patients dans les couloirs,allongement sans fin de la durée de prise de rendez-vous avec un spécialiste, il y a en Bretagne 20 % de moins de médecins spécialistes que la moyenne française, et c’est pire dans le Finistère, médicaments « en rupture de stock ». Et le vieillissement de la population n’est pas pris en compte et encore moins anticipé.

Mais le nouveau directeur de l’ARS Bretagne nous chante « Tout va très bien Mme la marquise »: les Bretons sont « de bons élèves » , ils ne consomment « que 4, 8 % des dépenses de santé » du pays alors qu’ils comptent pour 5 % dans la population française. Le fait que nos hôpitaux soient sous-financés, que les données de santé ne soient pas bonnes, que la mortalité prématurée soit supérieure en Bretagne de 16 % à celle du pays ne lui pose pas de problème de conscience.

Le financement, c’est le nœud du problème. Et c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase : le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, voté sans état d’âme par tous les députés finistériens LREM non seulement n’apportera aucune amélioration mais ne va même pas maintenir le statu quo puisque Macron et sa majorité vont encore prendre 4 milliards d’euros au détriment de notre protection sociale dont 1 milliard à l’hôpital public !

Alors que depuis des mois le mouvement dans les hôpitaux s’enracinent dans nombre de services d’urgence, et d’autres, après les EHPAD et les hôpitaux psychiatriques, au cours de ces deux dernières années, le gouvernement entend donner « le coup de grâce » au service public hospitalier avec le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2020, que les députés LREM du département ont voté sans sourciller. Le gouvernement continue de rogner sur la santé. 4,2 milliards sont "économisés" sur les dépenses de santé cette année. 900 millions d'économies supplémentaires sont demandés à l'hôpital public, déjà exsangue. Le budget de la Sécurité Sociale est de plus en plus intégré au budget de l'Etat. 

Les recettes de la Sécu sont amputés par 4,7 milliards d'euros d'exonérations de cotisations en plus cette année.

Alors qu’il faudrait au contraire mettre en œuvre comme le proposent les communistes un grand plan d’urgence pour l’hôpital public, arrêter les fermetures de lits et de services, créer 100 000 emplois à l’hôpital maintenant, 300 000 sur 3 ans dans les Ehpad, ouvrir des centres de santé publics, aller vers la prise en charge à 100 % par la Sécu de tous les soins prescrits, mettre en place une réelle démocratie sanitaire.

Des solutions existent pour financer ces mesures comme la suppression de l’allègement CICE de cotisations patronales (24 milliards d’euros), des autres allègements de cotisations (11 milliards), la suppression de la taxe sur les salaires prélevée sur les hôpitaux (4 milliards).

Ce jeudi 14 novembre une journée de mobilisation sans précédent va se dérouler dans tout le pays associant salarié-es, médecins, citoyen-nes pour exiger des moyens pour notre santé.

Les communistes y prendront toute leur part:

- la section du Pays de Brest du PCF soutient le rassemblement syndical qui aura lieu ce jeudi 14 novembre à 10 h 30 Place de la Liberté  à Brest et appelle  les professionnels de santé, les citoyens usagers, et toute la population à y participer.

- La section du pays de Cornouaille du PCF apporte son total soutien à l’action des personnels hospitaliers de Quimper et de Cornouaille qui vont se regrouper à 14h45 à Quimper devant l’entrée du CHIC pour marcher ensuite en direction de l’antenne finistérienne de l’ARS Bretagne venelle de Kergos.

Elle appelle à participer nombreux au rassemblement qui aura lieu ce même jeudi à 18h place St Corentin à Quimper à l’initiative d’un très large collectif de mouvements associatifs, syndicaux, politiques, dont le parti communiste, de Quimper et de Cornouaille, pour des moyens à la hauteur des besoins de santé, pour des soins accessibles à tous.

- La section du pays de Morlaix du PCF appelle à soutenir le rassemblement des personnels de l'hôpital en debrayage à 14h au bâtiment administratif de l'hôpital à Morlaix, direction Rond Point Saint Fiacre 

PCF Finistère: Jeudi 14 novembre, toutes et tous ensemble, pour le droit à la santé, pour l’humain d’abord ! Mobilisons-nous, professionnels de santé, citoyens usagers, toute la population !
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2019 3 13 /11 /novembre /2019 12:30
Une très belle réunion publique avec Ian Brossat ce vendredi 8 novembre 2019 à Quimper aux Halles St François

Premières photos d'Eugène Caradec Davilliers et de Ismaël Dupont de la réunion publique de Ian Brossat, porte-parole du PCF, candidat communiste aux dernières européennes, adjoint au logement à la mairie de Paris et président de l'ANECR (association nationale des élus communistes et républicains, qui regroupe 7000 élus dont 600 maires) à Quimper ce vendredi 8 novembre, sur l'enjeu des élections municipales, mais beaucoup d'autres thèmes connexes ont été abordé aussi par Ian Brossat, et les personnes qui l'accompagnaient à la tribune, Yvonne Rainero, Glenn Le Saoût, Ismaël Dupont, comme par les participants, Françoise Guéguen, syndicaliste CGT, qui est intervenue sur la réforme chômage, Martine Carn, présidente de comité de défense de l'hôpital du pays de Morlaix, sur la crise vécue par les usagers et salariés de l'hôpital, Jean-Marc Clery, responsable de la FSU Bretagne, sur la réforme territoriale et les contours flous d'un nouvel acte de la décentralisation, Bernard Jasserand, sur la privatisation de l'énergie, etc : la réforme de Macron contre les droits des chômeurs, la réforme des retraites, le climat de banalisation du racisme et de l'islamophobie pour faire diversion a la question sociale, la dégradation des services publics, notamment a l'hôpital, les propositions communistes phare dans ces élections municipales.

90 personnes étaient présentes pour cette très belle réunion publique avec un Ian Brossat super brillant et limpide comme à son habitude!

Ian Brossat avait auparavant échangé de la problématique d'Air bnb, du logement et de la ville pour tous à Douarnenez avec une centaine de personnes à la librairie L'Ivraie à Douarnenez. 

Une très belle réunion publique avec Ian Brossat ce vendredi 8 novembre 2019 à Quimper aux Halles St François
Une très belle réunion publique avec Ian Brossat ce vendredi 8 novembre 2019 à Quimper aux Halles St François
Une très belle réunion publique avec Ian Brossat ce vendredi 8 novembre 2019 à Quimper aux Halles St François
Une très belle réunion publique avec Ian Brossat ce vendredi 8 novembre 2019 à Quimper aux Halles St François
Une très belle réunion publique avec Ian Brossat ce vendredi 8 novembre 2019 à Quimper aux Halles St François
Une très belle réunion publique avec Ian Brossat ce vendredi 8 novembre 2019 à Quimper aux Halles St François
Une très belle réunion publique avec Ian Brossat ce vendredi 8 novembre 2019 à Quimper aux Halles St François
Une très belle réunion publique avec Ian Brossat ce vendredi 8 novembre 2019 à Quimper aux Halles St François
Une très belle réunion publique avec Ian Brossat ce vendredi 8 novembre 2019 à Quimper aux Halles St François
Une très belle réunion publique avec Ian Brossat ce vendredi 8 novembre 2019 à Quimper aux Halles St François
Une très belle réunion publique avec Ian Brossat ce vendredi 8 novembre 2019 à Quimper aux Halles St François
Une très belle réunion publique avec Ian Brossat ce vendredi 8 novembre 2019 à Quimper aux Halles St François

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2019 1 11 /11 /novembre /2019 12:25

Un rassemblement soutenu par les Jeunes Communistes du Finistère est prévu au CLOUS de Brest à 17h le mardi 12 novembre 2 avenue Victor Le Gorgeu.

Mardi 12 Novembre, disons stop à la précarité étudiante ! (PCF)
 
Mardi 12 Novembre, disons stop à la précarité étudiante ! (PCF)
 
Suite à la tentative d’un étudiant lyonnais de 22 ans de mettre fin à ses jours en s’immolant par le feu, le PCF prend pleinement part à l'appel à la mobilisation et aux rassemblements de soutien organisés
dans toute la France ce mardi 12 novembre devant les CROUS. C'est avec la rage au ventre que nous apprenons son geste désespéré, entraîné par le refus du CROUS de renouveler sa bourse. Actuellement
entre la vie et la mort, le PCF lui apporte son soutien et souhaite son rétablissement au plus vite, pour qu'il continue sa bataille pour la justice sociale.
 
Les responsables sont, sans difficulté, nommés : les politiques antisociales du gouvernement d’Emmanuel Macron, de ce gouvernement des riches. Depuis le début du quinquennat, les étudiants doivent faire face
à la baisse des APL, la hausse des factures d’électricité, d’eau de gaz, les réductions drastiques des budgets à n'en plus finir, alors que les bourses stagnent et que le coût des études ne cesse d'augmenter. Qui
plus est, de nombreux étudiants sont contraints de se salarier pour subvenir à leurs besoins, ce qui met en péril la réussite de leurs études. Cet étudiant est une énième victime de la précarité et de la
paupérisation des étudiants qui s’est aggravée sous le quinquennat d’Emmanuel Macron. Tous les ans, des étudiants sombrent dans la précarité. En commettant l’irréparable, il veut mettre fin à ce silence
qui les tue aussi sûrement que la faim.
 
Nous partageons sans concessions son appel à se battre contre la montée du fascisme et le libéralisme qui nous divisent et nous précarisent.
Le PCF exige des mesures concrètes d’urgence : une augmentation en nombre et en montant des bourses avec un financement par des cotisations patronales, la construction de 100 000 nouveaux logements étudiants publics par an, la rénovation des logements existants et la nationalisation des résidences étudiantes privées, ainsi qu’un réinvestissement massif dans l’enseignement supérieur public à hauteur
de plusieurs milliards d’euros par an. Pour reprendre ses mots, la lutte doit continuer pour en finir avec la précarité étudiante. Plus que jamais, nous continuerons à nous battre pour l'effectivité de la
gratuité des études, pour un enseignement supérieur public qui permette la réussite de tous et toutes et qui fasse avancer la société toute entière
 
Parti communiste français,
 
Paris, le 11 novembre 2019.
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2019 1 11 /11 /novembre /2019 08:59
Article Le Télégramme, 11 novembre 2019: André Le Roux et Thierry Trimaille du PCF Pays Bigouden et Pont L'Abbé sur la photo

Article Le Télégramme, 11 novembre 2019: André Le Roux et Thierry Trimaille du PCF Pays Bigouden et Pont L'Abbé sur la photo

COMMUNIQUE DE PRESSE - MUNICIPALES 2020

« Les partis et organisations de Gauche du Pays bigouden se sont réunis le 6 novembre à l’invitation du PCF bigouden, afin de réfléchir à un large rassemblement unitaire sur un projet commun porteur des valeurs d’émancipation sociale, écologique et politique dans le cadre des élections municipales de mars 2020.

Plusieurs thèmes ont été abordés, dont les engagements de Gauche à porter dans le projet municipal, une attention particulière et renforcée aux actions des communautés de communes vers qui de nouvelles compétences sont transférées et le rassemblement de nos forces basé sur un partage des informations et des expériences des différentes listes de Gauche dans les communes du Pays bigouden.

Concernant les communautés de communes et particulièrement la CCPBS, une initiative interviendra rapidement pour s’opposer au fait de concéder une nouvelle fois au privé la gestion du service d’eau potable. Nous demandons qu’aucune décision ne soit prise avant l’élection du futur Conseil Communautaire en mars prochain.

L'importance de la préservation de la ressource eau – ce bien commun – et la maîtrise des tarifs imposent qu'aucune décision ne soit prise dans la précipitation. Un véritable débat public sur le choix de la délégation du service public de l’eau et de l’assainissement à des entreprises privées ou à une régie publique, doit être organisé. Pour notre part, nous défendrons notre position en faveur d’une régie publique et citoyenne de l’eau en Pays Bigouden.

 

La prochaine réunion a été fixée au jeudi 21 novembre à 18 heures.

Organisations et partis présents : PCF bigouden, Nouvelle Donne, Front de Gauche Pays Bigouden, FI Pays Bigouden, PS bigouden et Génération.s Ouest Cornouaille. Une invitation à nous rejoindre est transmise à EELV.

 

Pont-l’Abbé, le 10 novembre 2019 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 11:00
Ian Brossat a évoqué les règles et sanctions mises en place à Paris. (Rodolphe Pochet)

Ian Brossat a évoqué les règles et sanctions mises en place à Paris. (Rodolphe Pochet)

Invité par le collectif « Droit à la ville DZ », Ian Brossat, adjoint communiste chargé du logement à Paris, était ce vendredi à la librairie L’Ivraie, pleine à craquer. Il est venu évoquer son combat depuis 2014 contre la plateforme Airbnb, décrit dans le livre « Airbnb ou la ville ubérisée ». Selon lui, les locations d’appartement entier via Airbnb ont d’énormes impacts sur certains quartiers, « qui ne sont plus habités mais seulement visités ». Sans parler de la pénurie de logements et la baisse du nombre d’habitants qui est liée. Même si « les réalités parisiennes ne sont pas celles d’autres territoires », Ian Brossat a échangé avec la salle sur le cas douarneniste. Et dénoncer la force du lobbying d’Airbnb au niveau européen, contre toute législation freinant son développement.
 
Partager cet article
Repost0
5 novembre 2019 2 05 /11 /novembre /2019 16:04
Parti communiste. Ian Brossat le 8 novembre à Douarnenez et Quimper
(Photo DR)

Ian Brossat, porte-parole du Parti communiste, tête de liste du PCF aux dernières élections européennes, maire adjoint au logement à Paris, sera présent à Douarnenez (29), le vendredi 8 novembre, de 17 h à 19 h, à l’invitation du café-librairie L’ivraie, pour une présentation-débat de son livre « Airbnb la ville ubérisée », sur les conséquences des plateformes de location de vacances pour particuliers sur les prix des logements à Paris et dans les métropoles. À 20 h, il participera à une réunion publique à Quimper, aux halles Saint-François, sur l’enjeu des élections municipales avec d’autres candidats aux municipales du PCF dans le Finistère.

https://www.letelegramme.fr/finistere/douarnenez/parti-communiste-ian-brossat-le-8-novembre-a-douarnenez-et-quimper-04-11-2019-12425175.php

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2019 7 03 /11 /novembre /2019 19:52
Vendredi 8 novembre à 20h - Ian Brossat, porte-parole du PCF - à Quimper, Halles St François: les municipales et leurs enjeux

Ian Brossat, tête de liste du PCF aux dernières élections européennes, maire adjoint au logement à Paris, porte-parole du PCF, président de l'ANECR et auteur de plusieurs livres, dont le dernier "airbnb la ville ubérisée" aux éditions "la ville brûle" sera présent dans le sud-Finistère à Douarnenez le vendredi 8 novembre de 17h à 19h à l'invitation du café-librairie L'ivraie de Douarnenez pour une présentation-débat de son livre sur les dégâts des plateformes de location de vacances pour particuliers sur les prix des logements à Paris et dans les métropoles et plus généralement pour parler de son combat pour une grande ville accessible aux classes populaires et moyennes. 

A 20h, Ian Brossat participera à une réunion publique à Quimper aux Halles Saint François, salle n°1  sur l'enjeu des élections municipales avec d'autres candidats aux municipales du PCF dans le Finistère.

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2019 6 02 /11 /novembre /2019 15:26
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018

Leïla Shahid avec Claude Léostic et François Rippe de l'AFPS pour sa conférence à deux voix avec Claude Léostic à Brest, fac Ségalen, jeudi 31 octobre 2019, devant 140 personnes.

J'étais jeudi soir à Brest pour l'invitation de Leïla Shahid en conversation avec Claude Léostic, ancienne présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine, par l'AFPS, la LDH, l'université européenne de la paix, et les Amis du Monde Diplomatique. C'était un merveilleux moment malgré la brutalité de la situation palestinienne et mondiale tant, avec son expérience, sa lucidité, son courage, son humour, son indépendance d'esprit, Leïla Shahid, une femme admirable à tout point de vue, sait trouver les mots pour espérer et lutter, avec notamment une confiance vis à vis de la jeunesse qui, en Palestine, au Liban, en Egypte, en Algérie, au Soudan, comme en Syrie il y a quelques années, entre en révolution contre les cadres éculés du vieux monde marqué par le confessionnalisme, la dictature, la corruption et les compromissions.

Paroles de Leïla Shahid:

"L'histoire des peuples n'est pas linéaire, il y a des hauts, des bas, des cycles, des retours de résistance et d'insurrection, surtout quand la cause est juste, que l'injustice est flagrante. Je ne suis pas pessimiste. La population palestinienne n'existe que par la résistance à l'occupation depuis 70 ans. En Algérie, au Liban, au Soudan, au Chili aujourd'hui, comme il y a quelques années en Egypte et en Syrie, en Tunisie, les jeunesses montrent qu'elles sont prêtes à sortir des schémas du passé et à s'unir pour s'inventer un autre avenir... En politique, il n'y a jamais de fatalité... Partout, la révolution redevient à l'ordre du jour dans ce monde livré au chaos, où il n'y a plus de règles du jeu".

"700 000 palestiniens sont passés par la case prison, il y a toujours aujourd'hui 7 000 prisonniers politiques"

" Il faut garder le contact avec la gauche anti-colonialiste israélienne. Ce sont nos amis. L'existence de cette gauche en Israël, même affaiblie, est importante pour nous, dans une société qui devient de plus en plus raciste"

Photos et commentaire Ismaël Dupont

 

Compte rendu de l'AFPS pays de Morlaix par François Rippe

LEÏLA SHAHID et CLAUDE LEOSTIC en CONVERSATION PUBLIQUE A BREST SUR L'AVENIR DE LA PALESTINE...

Une soirée organisée par l'Afps de Brest et du Pays de Morlaix avec la LDH, les Amis du Monde Diplomatique et l'Université Européenne de la Paix.

Plus de 140 personnes ont fait le déplacement à la fac Segalen pour écouter et participer au débat provoqué pas les questions de Claude Léostic, Présidente de l'AFPS de Brest, auxquelles Leïla Shahid a pris grand soin de répondre avec précision et pédagogie comme à son habitude.

Dans le contexte actuel des fortes mobilisations populaires qui font descendre des millions de personnes, en particulier les jeunes, dans les rues de Santiago, de Hong Kong, d'Alger, du Soudan, en Irak ou au Liban que Leïla Shahid connait bien, elle insiste pour que la situation de la Palestine occupée soit abordée aussi dans ce contexte. Elle nous invite à une évaluation la plus précise possible des rapports de forces internationaux en jeu dans cette période. Elle reste persuadée que ce qu’on appelle « le conflit » demeure au centre des équilibres bousculés du Proche-Orient. Même si, l’aggravation de la situation du peuple palestinien face à la répression et à la colonisation israélienne ne fait pas toujours la une des médias internationaux.

Partant de la situation libanaise, la question des réfugiés palestiniens est l’occasion pour Leïla Shahid de rappeler combien le droit au retour reste une revendication majeure pour eux. Bien que les différences d’accueil dans les différents pays voisins de la Palestine soient fortes. Entre la Jordanie qui offre une nationalité et une égalité des droits à près de 2 millions de Palestiniens et le Liban, où l’accès à plus de 70 métiers leur demeure interdit et où les conditions de vie se sont terriblement dégradées.

Concernant la Palestine dans sa globalité, l’ancienne ambassadrice souligne qu’une certaine « candeur » a conduit les dirigeants palestiniens à entretenir l’illusion après l’assassinat de Rabin que les accords d’Oslo pouvaient être appliqués si les Palestiniens respectaient coûte que coûte leur part d’engagements. Alors même qu’en face aucun dirigeant israélien n’a eu le moindre désir de faire la même chose. Bien au contraire ! Et de reprocher au Président Abbas son manque de pugnacité face aux chantage permanent de l’occupant et aux pressions internationales (notamment européennes). Alors que l’heure est à revendiquer plus que jamais les droits légitimes du peuple Palestinien et qu’ils devraient être respectés et défendus par les instances internationales…

A partir des questions du public, le débat s’est poursuivi pendant plus d’une heure pour aborder les actions possibles de solidarité (BDS, missions de solidarité, interpellation des élu-e-s à tous les échelons, lutte contre l’amalgame antisionisme/antisémitisme…).

En lançant les invitations à cette initiative, nous disions "A coup sûr, une soirée à ne pas louper pour les ami-e-s de la Palestine", nous avons pu mesurer dans les échanges de sortie de la salle combien nous avions raison... 
 
François Rippe Afps Pays de Morlaix
 
 
 

Leïla Shahid, déléguée générale de l’Autorité palestinienne en France, de 1994 à 2005, puis ambassadrice de la Palestine auprès de l’Union européenne, de 2005 à 2015, était à Brest, ce jeudi soir. À 70 ans, elle se passionne pour l’évolution du monde, au-delà de la cause palestinienne.

Où en est la cause palestinienne ? Elle semble ne jamais vraiment avancer…
« Avec les accords d’Oslo en 1993, nous avons eu l’illusion, la candeur pathétique de croire que tous les dirigeants israéliens étaient comme Yitzhak Rabin. Après sa mort, en 1995, tous ont tout fait pour détruire ces accords. Nous aurions dû avoir un État en 1999, il y a vingt ans déjà ! La situation a empiré… On continue à nous mettre à la porte. Le Hamas (mouvement islamiste palestinien, ndlr) a gagné les élections palestiniennes mais cela n’a pas été reconnu. C’était une erreur : cela en a fait des héros »

Vous êtes née et vous vivez au Liban, dont le Premier ministre a démissionné, il y a quelques jours…

« C’est une première victoire pour les manifestants. Si, demain, le Hezbollah tue des gens comme à Bagdad, peut-être que ce sera fini… Mais quelque chose se passe. Avec les réseaux sociaux, on a vu des gens comme sortir de terre. Un million le premier week-end, puis deux le week-end dernier, dans un pays de quatre millions d’habitants ! A Khartoum (Soudan), les gens ont gagné, mais aussi à Hong Kong, face à la grande puissance chinoise ! Il y a le Chili et d’autres… Il y a dix ans, on nous disait que les jeunes ne s’intéressaient plus à la politique et on s’est trompés. Cela fait tache d’huile avec internet. Ces jeunes, je les adore. Ils ne sont pas nationalistes comme leurs parents. Moi-même, je suis aujourd’hui citoyenne du monde ».

Cela vous fait-il penser au printemps arabe ?
« Oui mais c’était uniquement les pays arabes. C’était le premier chapitre du livre. Là, c’est le deuxième, un mouvement tectonique, plus universel ».

Comme en 1989, en Chine, en Europe de l’Est, puis à Berlin où le mur est tombé ?
« Il y a des moments clés où l’Histoire ne nous demande pas la permission. On est suspendu : je ne rate rien, je ne lis plus de roman… Le nombre fait la force, c’est le seul moyen, par exemple, face à la Chine ! Durant la Guerre froide, qui osait se lever ? Il y avait deux super puissances. Les pays non alignés n’avaient pas de moyens militaires importants. La chute du Mur de Berlin et l’arrivée de Bush fils, et surtout Trump, ont chamboulé le monde. On nous promettait un nouvel ordre mondial mais c’est le désordre. Le monde a perdu la boussole : le meilleur allié de Trump semble être la Russie. Saoudiens et Israéliens semblent s’allier contre l’Iran, le Qatar contre l’Arabie Saoudite… »

Et la Palestine, dans tout cela ? Elle qui s’estimait victime dans l’équilibre précédent doit-elle espérer dans ce déséquilibre ?

« C’est un moment très intéressant et c’est porteur d’espoir. Elle doit revendiquer ses droits, rappeler aux États et aux opinions que nous n’avons jamais eu ce qu’on nous a promis. Dire : coucou, on est là ! »
 
Le Télégramme du 31 octobre 2019
 
 
 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011