Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2020 5 03 /04 /avril /2020 06:04
Article du Ouest-France pour annoncer la sortie il y a deux ans du livre de Jean-Paul Sénéchal

Article du Ouest-France pour annoncer la sortie il y a deux ans du livre de Jean-Paul Sénéchal

 Hommage à Jean-Paul Sénéchal, militant syndical et politique, historien, spécialiste du Front populaire, notamment dans le Finistère et en Bretagne
Mardi de l'éducation populaire avec Jean-Paul Sénéchal sur le Finistère du Front Populaire - 14 mai 2019 à Morlaix

Mardi de l'éducation populaire avec Jean-Paul Sénéchal sur le Finistère du Front Populaire - 14 mai 2019 à Morlaix

Nous avons eu la tristesse ce matin d'apprendre par un de ses amis et de ses camarades, André Garçon, le décès mercredi de Jean-Paul Sénéchal. 

Jean-Paul Sénéchal était un syndicaliste à Sud et militant révolutionnaire et anticapitaliste, il avait été des combats pour la défense de l'hôpital public, et actif au sein du comité de défense de l'hôpital de Concarneau.

Depuis quelques années, il s'était engagé pleinement dans sa passion de l'histoire, écrivant une thèse d'histoire contemporaine sur le Front Populaire dans notre région qu'il avait adaptée dans un ouvrage collectif d'abord à travers un article développé et très intéressant "Front contre blocs: luttes hégémoniques dans le Finistère au moment du front populaire " (C'était 1936. Le Front populaire vu de Bretagne, sous la direction d'Erwan Le Gall et François Prigent, éditions Goater, 2016), puis dans l'adaptation pour le grand public de sa thèse: Finistère du Front populaire. 1934-1938. Lutte pour l'hégémonie et logique de blocs, PUR, 2018.

Deux ouvrages qui ont permis de faire avancer la connaissance de l'histoire de la gauche, du mouvement ouvrier, et de la fin des années 1930 dans notre région.  

Jean-Paul Sénéchal était venu le 14 mai 2019 faire une conférence passionnante dans le cadre des Mardis de l'éducation populaire du PCF Morlaix. Nous lui avions été reconnaissants de son travail de passeur et de pédagogue talentueux sur l'histoire politique de notre région, un travail où, bien évidemment, ses valeurs militantes se retrouvaient aussi même si son point de vue était sérieux, distancié et objectif. 

Nous sommes peinés par sa disparition et voulons exprimer toute notre sympathie à sa famille et ses amis. 

Son action et sa personne laisseront une empreinte forte dans le département et le monde militant. 

Ismaël Dupont

Le Front Populaire dans le Finistère: C'était 1936, le Front Populaire vu de Bretagne

 

Finistère. Le militant syndicaliste Jean-Paul Sénéchal est décédé

Mardi de l'éducation populaire avec Jean-Paul Sénéchal sur le Finistère du Front Populaire - 14 mai 2019 à Morlaix

Partager cet article
Repost0
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 12:55
Communiqué du PCF Finistère, 2 avril - Violences intrafamiliales – Mise à l'abri des plus vulnérables : garantir la continuité du devoir de protection de l'Etat et des collectivités et de la solidarité pendant la crise du COVID-19

COMMUNIQUE DE PRESSE du PCF Finistère – 2 avril 2020

« Violences intrafamiliales – Mise à l'abri des plus vulnérables : garantir la continuité du devoir de protection de l'Etat et des collectivités et de la solidarité pendant la crise du COVID-19

Le PCF 29 demande que l'Etat, la préfecture, et les collectivités (département, communes, communautés de commune) se mobilisent pour garantir la réalité du droit à l'accueil d'urgence et la mise à l'abri des plus vulnérables dans ce contexte de crise sanitaire.

La crise du Covid-19 frappe durement l'ensemble du pays. Il revient aux services de l'Etat de veiller à ce qu'elle ne soit encore plus cruelle avec les personnes et les familles qui sont déjà en situation difficile (problèmes de violences et de conflits familiaux, enfance maltraitée, précarité et difficulté à se loger). Le nécessaire confinement augmente les risques de violences intrafamiliales. Il y a urgence à répondre concrètement à cette situation.

Alors qu'elle évoque elle-même la hausse des signalements annoncée par Monsieur Castaner, la ministre Marlène Schiappa ne semble pas prendre la mesure de la gravité de la situation !Elle installe une « mission » pour « mesurer la prévalence des violences conjugales » pendant le confinement. Ce n’est pas d’une énième commission Théodule dont les victimes ont besoin mais bien de mesures concrètes, financées ! Or, sur ce point les annonces sont très loin d'être à la hauteur de la situation. De nombreux enfants étaient suivis par l'ASE en lien avec leur scolarité, d'autres étaient visités dans leur famille ou devaient être placés dans des familles d’accueil car ils/elles étaient en danger. La mise en place du confinement complique cet accompagnement indispensable pour protéger l'enfance mise en œuvre par les conseils départementaux. Il faut néanmoins mettre les moyens nécessaires pour que ces enfants puissent continuer à être protégés. Afin de répondre à l'urgence, le PCF demande que toutes les femmes et enfants identifiés par les services sociaux, l'ASE et les associations soient mis à à l'abri et en sécurité par l’État.

L'hébergement d'urgence doit aussi être garanti pour tou.tes, et sur tous les secteurs du département, notamment pour les familles, les parents avec des enfants. Le Covid-19 qui fragilise un peu plus les plus précaires ne doit pas s'accompagner d'une fermeture des possibilités d'accueil pour l'hébergement d'urgence. Plus que jamais notre société et notre département ont besoin de solidarité.

Nous sommes inquiets sur l'annonce de la création de 20 000 nuitées d’hôtel au niveau national. La réponse n'est pas à la hauteur des nouveaux besoins, notamment pour les femmes victimes de violences. De plus, quelle sera la mise en œuvre effective ? A quelle échéance sachant qu'actuellement l'offre de logement d'urgence tend à se raréfier ? Rapide calcul : cela correspond à environ 300 nuitées par département. De quoi mettre à l’abri 2 femmes pendant 90 jours. Cela nous semble très insuffisant, d'autant que les dispositifs d'hébergement d'urgence étaient déjà sous tension et ne garantissaient que partiellement le droit d'avoir un toit et la protection des sans-abris, notamment pour les migrant.es et les réfugié.es

Fédération du Finistère du Parti communiste français,

Le 2 avril 2020

Partager cet article
Repost0
29 mars 2020 7 29 /03 /mars /2020 07:31

Lu sur le site: http://syndicollectif.fr

 

Deux syndicalistes (de CGT et de Solidaires) décrivent comment la production de masques en Bretagne a été délocalisée en 2018: course aux profits oblige! Le patron a même fait détruire les machines ! Plus bas, le bureau départemental de l’Union syndicale Solidaires des Côtes d’Armor dénonce  ce scandale et demande la relance de la production sous forme d’un établissement public ou d’une SCOOP. 

CAPITALISME HONEYWELL et PRODUCTION de MASQUES en Bretagne

L’entreprise de fabrication de masques HONEYWELL a d’abord commencé par réduire ses effectifs au fil des années à Plaintel (au sud de Saint Brieuc 22). En 2018 (et pas en 2020), ce groupe a licencié ses ouvrier.e.s (38 ) pour délocaliser en Tunisie afin de faire encore plus de profit à partir d’une main d’oeuvre moins chère !

Elle a fait de même pour une autre usine à Condé sur Noireau au profit de la Roumanie, pays ou l’on travaille le plus en Europe, en moyenne 2000 heures par an environ au lieu de 1600 environ en France (cf carte européenne du volume de travail salarié) .

Là ou le volume de travail imposé aux travailleurs et travailleuses est très élevé il devient très pénible et très excessif tout à la fois de bien travailler et de bien vivre . Il y a un cercle vicieux du travaillisme (soit faire travailler plus celles et ceux qui travaillent déjà 35 heures hebdomadaires). C’est pire encore si au travaillisme s’ajoutent les bas salaires . Avec ce cumul du négatif, on est alors dans une forte exploitation de la force de travail . Il y a alors besoin de syndicats dignes de ce nom pour s’y opposer, pour la réduire au maximum . Autrement dit, il va s’agir de lutter sur deux plans (à minima) : – travailler moins (RTT à moins 35 heures hebdo) et pour être payé à l’identique, (voir plus si sur-exploité avant) . Il y a, bien sûr, à être vigilant sur d’autres aspects.

Cette exploitation renforcée ne tombe pas du ciel ! On voit que les territoires à durée de travail supérieure (à la France) avec des salaires inférieurs sont vus comme des paradis extrêmement séduisants pour les exploiteurs capitalistes obsédés de gros profits à accumuler. La logique capitaliste mondialisée excuse et banalise cette forme d’immoralité . Et plus encore avec la financiarisation des entreprises et des économies. C’est toute une rationalité – dite néolibérale – qui est à contester !

A Plaintel, il y a eu cette même logique de profit capitaliste qui écrase toute autre considération, tant le souci des bonnes conditions de vie des ouvriers et ouvrières que le souci de mise à disposition assurée d’un bien-marchandise que l’on sait à forte valeur d’usage en mars 2020 mais qu’on aurait du conserver en 2018 comme bien nécessaire au service public de la santé.

Dans ce monde-là (capitalisme mondialisé et financiarisé), les salarié.e.s souffrent au travail car on y fait trop d’heures pour des salaires modestes et souffrent encore d’en sortir et d’être au chômage car ils-elles ne perçoivent, soit plus rien, soit très peu ! Cercle vicieux encore, dont on doit sortir ! Syndiquez-vous !

Reprenons l’activité à Plaintel – voire ci-dessous en fin de communiqué – avec une RTT à 32 heures et de bons salaires car ce serait alors une entreprise modèle au plan social et au plan du bien-marchandise produit.

Christian DELARUE (militant CGT – indecosa ) et Serge LE QUEAU (SUD SOLIDAIRES 22) sont militants à ATTAC France

http://amitie-entre-les-peuples.org/CAPITALISME-HONEYWELL-et-PRODUCTION-de-MASQUES-en-Bretagne

Que se cache-t-il derrière la fermeture de l’usine Honeywell de Plaintel ? Un scandale d’Etat !

Fin 2018 le groupe multinational américain Honeywell fermait son site de production industriel de Plaintel pour le délocaliser en Tunisie licenciant en même temps 38 salarié(es). Cette entreprise, créée il y a une cinquantaine d’années et qui compta jusqu’à 300 salarié(es) avant son rachat en 2010 par Honeywell, au groupe Spirian fabriquait des masques respiratoires jetables et des vêtements de protections sanitaires en quantité considérable. Sa production était de 200 millions de masques par an, soit près de 20 millions par mois, fabriqués sur des machines ultras-modernes pouvant produire chacune 4000 masques à l’heure.

Non contente de faire appel aux aides de l’Etat pour financer les huit plans sociaux que la multinationale Honeywell à mis en œuvre pour se débarrasser de ses salariés, Honeywell a pris la décision irresponsable en novembre 2018 de détruire ses huit machines en les faisant concasser par la déchetterie située sur la zone industrielle des Châtelet à Ploufragan.

Les sections syndicales Cgt et Cfdt de l’usine de Plaintel avaient à l’époque, lancé un cri d’alarme pour empêcher la fermeture du site et la destruction de leur outil de production. Elles avaient multiplié les actions et les démarches pour éviter le pire. Elles s’étaient même adressées au Président de la République Emmanuel Macron et au Ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Mais ces derniers ce sont contentés d’accuser réception de leurs courriers mais se sont bien gardés d’intervenir. Ils pensaient sans doute en bon libéraux, qu’une intervention de l’Etat ne servirait à rien, puisque que dans un monde mondialisé et heureux, la main invisible du marché finirait par montrer son efficience pour préserver l’intérêt général.

Aujourd’hui, le retour au réel est brutal et c’est avec stupeur que le pays tout entier découvre avec la catastrophe sanitaire du coronavirus qu’il ne possède pratiquement pas de stocks de masques, pourtant indispensables pour protéger les personnels soignants, l’entourage des malades et tous les salarié(es) obligé(es) de travailler pour éviter que le pays tout entier ne s’écroule. Pour l’union syndicale Solidaires des Côtes d’Armor, la fermeture de l’usine Honeywell de Plaintel et la destruction de ses outils de production, comme l’inaction des autorités publiques représentent un scandale qui doit être dénoncé. La chaine des responsabilités dans cette affaire doit aussi être mise en lumière. Les Dirigeants d’Honeywell et les autorités de l’Etat doivent aujourd’hui rendre des comptes au pays. D’ores et déjà Solidaires a demandé à plusieurs Parlementaires de la Région d’interpeller le Gouvernement sur ce scandale. Solidaires propose également que le site industriel de fabrication de masques de protection sanitaire de Plaintel soit récréé en urgence sous un statut d’Etablissement Public Industriel et Commercial (EPIC) ou sous la forme d’une Société Coopérative Ouvrière de Production (SCOOP). Le personnel compétent et disponible existe et ne demande que cela. De l’argent il y en a. La Banque Centrale Européenne vient de débloquer 750 milliards de liquidités. Que cet argent soit mis en priorité au service de l’urgence sanitaire et de l’intérêt général, plutôt que de laisser aux seules banques privées le privilège de le prêter ou pas.

Saint Brieuc le 26 mars 2020.
Le Bureau Départemental de Solidaires des Côtes d’Armor

https://solidaires.org/Que-se-cache-t-il-derriere-la-fermeture-de-l-usine-Honeywell-de-Plaintel-Un

Article Le Télégramme - Hervé Queillé - 28 mars 2020

Article Le Télégramme - Hervé Queillé - 28 mars 2020

Partager cet article
Repost0
28 mars 2020 6 28 /03 /mars /2020 07:09
La matrice d'une fresque internationaliste à Nantes: Soutien à toutes et tous. Solidarité internationale
Partager cet article
Repost0
25 mars 2020 3 25 /03 /mars /2020 13:20
Avec l'épidémie de coronavirus, nous sommes face à une situation inédite. Vous       trouverez ci-joint pour information mon dernier communiqué de presse à ce sujet.
 
L'occasion également de vous envoyer deux récents courriers adressés au Ministre     de la santé sur les manques de moyens de protection des professionnels de santé, des aides à domicile et des pompiers, et sur la situation spécifique des aiddes à domicile.


Christine PRUNAUD
Sénatrice des Côtes d'Armor

 
 
 
COMMUNIQUE DE PRESSE
 
Le Sénat a débattu ces derniers jours de la loi d'urgence sanitaire portant diverses dispositions de lutte contre le coronavirus.
 
Les Sénatrices et Sénateurs du Groupe CRCE se sont fortement mobilisés dans ces circonstances exceptionnelles pour rappeler leur exigence d'une réponse sanitaire adaptée à cette épidémie.
 
Les besoins sont immenses. Nous avons rappelé notre demande de financements supplémentaires pour les hôpitaux publics, les ehpad, les services d'aide à domicile en première ligne de la mobilisation face au virus.
 
Voilà des années que les personnels médicaux, paramédicaux, administratifs et techniques de la santé tirent la sonnette d’alarme sur les conséquences des politiques d’austérités menées par les gouvernements successifs.
 
Où sont les moyens d'urgence pour les hôpitaux et les personnels de santé ? Le Gouvernement annonce le déblocage de 2 milliards d'euros pour les hôpitaux. Mais il ne s'agit que d'un dégel de crédits. Nous demandions plutôt la restitution des 5 milliards d'euros confisqués à l’hôpital public lors du dernier budget.
 
Au-delà de la situation dans nos hôpitaux, nos craintes sur cette loi sont multiples : atteinte à la démocratie, aux rôle de contrôle du parlement et aux droits des salariés.
En effet, la loi prévoit dès à présent et pour une durée d'un an, des dérogations profondes sur le temps de travail, les congés payés ou le repos du dimanche. Je m'inquiète que ces dispositions puissent devenir pérennes.
 
Pour toutes ces raisons, le groupe communiste du Sénat a voté contre ce texte.
Je suis bien sûr aux côtés des malades, des familles, des salariés au travail bien souvent sans protection et du personnel hospitalier toujours debout avec des moyens si faibles !
 
 
 
Courrier à M. le Ministre de la santé
Copie à M. le Préfet des Côtes d'Armor
Mesures barrières contre le COVID-19 : l’appel à l’aide des soignants et autres professionnels en contact direct avec la population.
 
Fait à Lamballe le 25 mars 2020
N/Réf : CP/LT/2020-12
 
Monsieur le Ministre,
 
Vous avez affirmé ce samedi, vouloir effectuer une montée en charge de la production et de la distribution des masques de protection pour répondre à la consommation qui va s’accroître les jours à venir. Permettez moi de vous relater les besoins urgents de mon territoire par des exemples concrets.
 
Ce manque de masques de protection créé des tensions sur mon territoire. Par exemple, sur ma commune de résidence, le directeur de l’hôpital de proximité déplore du manque crucial de masques de protection pour le personnel soignant. Il n’y a pas de masques ou très peu dans nos EHPAD. Les résidents testés positifs sont gardés en EHPAD, certains ne peuvent pas manger seuls : les soignants accompagnants sont alors mis en danger.
 
Les infirmières libérales, les aides à domicile, les médecins de ville, les ambulanciers et les pompiers sont également concernés. Livrés à eux mêmes pour la logistique, il comptent aujourd’hui sur la solidarité des uns et des autres pour se fournir des moyens de protection adaptés. Si cette solidarité se révèle forte sur nos territoires, vous le savez cela ne suffit pas en nombre, ni en qualité, les masques « artisanaux » ne sont pas conformes pour faire barrière au virus.
 
En cette période extrême de crise sanitaire, le Gouvernement doit prendre la mesure des réalités de nos territoires, de nos hôpitaux de proximité, de nos services d’aide à domicile et de nos soignants libéraux. Les soignants dont vous saluez l’engagement, travaillent aujourd’hui en première ligne, la peur au ventre et bien souvent tombent malades.
Pouvez-vous nous assurer que ces professionnels qui sont dans l’obligation d’exercer et qui sont en contact direct avec la population, vont pouvoir bénéficier de protections pérennes ?
 
Espérant que vous saurez répondre avec bienveillance à leurs attentes fortes, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’assurance de mes sincères salutations.
 
Christine PRUNAUD
Sénatrice des Côtes d’Armor
 
Copie à Monsieur Thierry MOSIMANN, Préfet des Côtes d’Armor
 
 
Courrier à M. le Ministre de la Santé
Situation alarmante des aides à domicile
 
Fait à Lamballe le 25 mars 2020
N/Réf: CP/LT/2020-11
Monsieur le Ministre,
 
A juste titre nous tentons de répondre aux besoin urgents des soignants pour traverser cette crise sanitaire sans précédent. Je suis alertée par un autre corps de métier, tout aussi en contact avec des personnes susceptibles d’être infectées ou fragilisées. Il s’agit des aides à domicile.
 
Actuellement de nombreux services d’aide à domicile ont été recentrés sur les interventions pour les actes essentiels (repas, aide à la toilette ...). Cela permet aux aides à domicile de se concentrer sur les personnes les plus fragiles, mais aussi de se protéger et de protéger les personnes accompagnées. Les familles ne comprennent pas toujours que l’aide au ménage et aux courses soit relayée au second plan, il leur est également reproché de ne pas porter de masques de protection, qui sont en nombre insuffisants. Aujourd’hui, notre Préfet des Côtes d’Armor et la Région Bretagne vont réserver un stock de masques aux SAAD, SSIAD et SPASAD du Département, cela va répondre à l’urgence mais ne suffira pas dans le temps. Aussi, la notion de «gestes barrières» comme le conseille l’ARS aux aides à domicile, est difficilement applicable lors des soins et de la toilette. Comment se tenir à un mètre de distance lorsque l’on lave une personne?
 
Par ailleurs, les hôpitaux renvoient à domicile un certain nombre de patients atteints de diverses pathologies pour libérer des lits, ce qui induit davantage de soins à domicile, alors que des aides à domicile sont atteint.e.s par le Covid-19 ou sont en arrêt de travail pour diverses raisons. La crise que traverse le secteur de l’aide à domicile ne s’arrête pas, au contraire elle s’amplifie en cette période difficile. Certains intervenant.e.s exercent leur droit de retrait, mais la situation des personnes accompagnées est catastrophique.
 
Pour finir, comme dans d’autres Départements les aides à domiciles ont des difficultés à faire assurer les cours de l’éducation Nationale à leurs enfants ou les modes de garde en crèche pour leurs enfants en bas âge, souvent réservés aux soignants. Le domicile est le dernier rempart pour aider les plus fragiles et l’intervention des professionnel.le.s de l’aide à domicile est indispensable voir vitale en cette période de crise sanitaire. Au même titre que les soignants ils et elles méritent d’être considérés, aujourd’hui plus que jamais.
Espérant que vous saurez répondre avec bienveillance à leurs attentes pour faciliter leur travail au quotidien, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’assurance de mes sincères salutations.
 
Christine PRUNAUD
Sénatrice des Côtes d’Armor
 
 
 
Christine PRUNAUD
Sénatrice des Côtes d'Armor
COVID- 19: lettre de Christine Prunaud, sénatrice communiste des Côtes d'Armor, au ministre de la santé et au préfet pour la protection des aides à domicile, des professionnels de santé et des patients et usagers
Partager cet article
Repost0
19 mars 2020 4 19 /03 /mars /2020 11:18

Merci à Karo Berardan et Mikaël Theng pour leur très beau travail de présentation de ma conférence du 11 février sur Jean Jaurès pour les Mardis de l'éducation populaire du PCF Pays de Morlaix: Pourquoi ont-ils tué Jaurès? Une introduction à la vie, à l'action politique et à l’œuvre du grand tribun.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 11:47

Dans un contexte particulièrement inquiétant et dramatique, avec le maintien du second tour, incertain à l'heure qu'il est du fait de la crise sanitaire particulièrement sérieuse que nous vivons avec la progression du Coronavirus, le 1er tour des élections municipales dans le Finistère a livré certains enseignements, notamment sur les listes où le Parti Communiste était engagé.

A Brest, la liste du maire sortant François Cuillandre "Brest au cœur" dont le PCF (11 candidats sur la liste) est partie prenante avec le PS et BNC est en première position avec 26,57%, contre 18,8% à B. Malgorn (LR), 15,8% à R. Pichon (EELV-Génération-s), 12,5% à Marc Coatanea (LREM).

A Quimper, la droite sortante de Jollivet est en ballotage défavorable, puisque la liste d'Isabelle Assih soutenue par le PCF (5 candidats sur la liste) est en tête avec 32% (contre 30% au maire sortant).

Un excellent résultat pour la liste citoyenne de gauche d'Hugues Tupin à Douarnenez soutenue par le PCF: 44% contre 33% au centre-droit avec des sympathisants LREM et 22,8% au maire sortant LR. 

Un très bon résultat de premier tour pour la liste Morlaix Ensemble (Morlaisiens engagé-e-s, PS-PCF-Génération-s) à Morlaix: 37% contre 36% à la maire sortante Agnès Le Brun (ex LR), et ceci malgré deux listes à gauche. 

Au Relecq-Kerhuon, la liste PS-PCF de la majorité sortante est largement en tête avec 47% contre 27% à la LREM, 26% à EELV. Nous avons 12 candidats sur cette liste dont 8 en position éligible.

Nous aurions 8 élus PCF ou sympathisants à Rosporden-Kernevel sur la liste de Michel Loussouarn et Jacques Rannou, maire délégué PCF de Kernevel, qui fait 75% dans sa commune: victoire avec 72% au global.

A Plouigneau, nous nous félicitons de la très belle victoire de la liste d'union de la gauche PS-PCF sous la conduite de  Joëlle Huon et Roger Héré, élus d'opposition sortants, qui ont fait face à une campagne de très bas étage de la droite.

A Guimaëc, dans le pays de Morlaix toujours, nous aurons un élu dans la majorité (Jeremy Lainé), à St Thégonnec-Loc Eguiner aussi (Corentin Derrien, 18 ans). Nous aurons une jeune élue dans l'opposition à Sizun (Amélie Le Calvez). 

Nous aurons aussi deux élus dans la majorité à Briec dans le pays de Quimper.

Il y a eu aussi des déceptions du 1er tour pour le PCF dans le Finistère:

A Landerneau, la liste que nous soutenions avec 4 candidats sur cette liste "Landerneau pour tous" a fait 30% et nous n'aurons pas d'élu-e communiste.

A Carhaix, la liste d'union de la gauche face à Troadec et la droite n'a pu faire mieux que 18,5%. Pierre-Yves Thomas, secrétaire de section PCF, n°2 sur la liste, sera élu d'opposition.

Martine Carn, tête de liste communiste d'une liste citoyenne de gauche à Plougonven a fait avec sa liste 42% et sera élue d'opposition.

Christian Carduner, tête de liste communiste d'une liste d'union de la gauche à Scaër a fait avec sa liste 32% et sera élu d'opposition. 

A Loctudy, la liste que nous soutenions a fait 22%.

A Pont L'Abbé, la liste que nous soutenions, avec une tête de liste Génération.s, a fait 17,4%.

A Moëlan, la liste de gauche alternative où se présentaient des camarades a fait 16,8%

Quoiqu'il en soit, à l'issue de ces élections municipales, si les résultats du 1er tour ne tombent pas, il est grandement probable que le PCF compte entre 30 et 42 élus sur le département, selon les résultats du 2nd tour, sans compter les sympathisants, où nous nous réjouissons de manière générale de voir une gauche plutôt dans une situation de résistance et de reconquête. 

A l'échelle bretonne, nous nous réjouissons aussi des très bons résultats de nos camarades engagés sur des listes d'union à Saint-Brieuc, Rennes, Lorient, Lanester (élection de la liste d'union de la gauche soutenue par le PCF dès le premier tour).

Nous avons aussi la joie d'avoir un maire communiste qui administra une mairie pour la première fois depuis longtemps en Ille-et-Vilaine, à Pont-Péan, et d'avoir un maire PCF élu contre la droite dès le premier tour à Ploufragan dans les Côtes d'Armor avec 66% des voix, Remy Moulin, et à Callac (22).

Au plan national, 101 maires communistes ont été élus ou réélus dès le 1er tour (5 pertes et 9 conquêtes).

Ismaël Dupont

Premiers enseignements des municipales dans le Finistère
Partager cet article
Repost0
16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 06:55
Municipales - Douarnenez Terre Citoyenne en tête (Le Télegramme, 15 mars 2020)

La liste d’union de la gauche « Douarnenez, Terre Citoyenne » menée par Hugues Tupin est arrivée nettement en tête ce dimanche du premier tour des municipales, avec un score de 43,96 %. Elle devance la liste de Jocelyne Poitevin, ancien maire UMP qui réussit son retour avec 33 %. Le maire sortant François Cadic clôt la marche avec un petit 23 %, bien en deçà des ambitions de la liste divers-droite qu’il conduisait. Les trois listes peuvent se maintenir, et ni fusion ni désistement ne sont encore évoqués. La gauche a peu de réserves, au terme d’un vote marqué par une forte abstention (58 %).

Partager cet article
Repost0
11 mars 2020 3 11 /03 /mars /2020 15:20

Le Télégramme, Carhaix, 11 mars 2020

Le PCF juge « insultant » le tract de Christian Troadec
La section locale du Parti communiste français a souhaité réagir au tract publié il y a quelques jours par la liste du maire sortant.
La section Carhaix-Huelgoat du Parti communiste français a souhaité réagir, dans un communiqué fleuve, à la publication d’un tract distribué par la liste « Carhaix ville dynamique et solidaire ». Rappelons que ces « échos de campagne » publiés par la liste du maire sortant ont déjà fait l’objet, en début de semaine, d’un dépôt de plainte en diffamation par Jérôme Yvinec, candidat de la liste « Un temps d’avance pour Carhaix-Plouguer ». « Avec de tels écrits, Christian Troadec ne se grandit pas », estime la section locale du PCF.
Le PCF revient notamment sur les propos au sujet de son secrétaire de section, Pierre Yves Thomas, qu’il qualifie de « particulièrement insultants ». « Manier l’insulte comme il le fait à son encontre, en dit long sur le personnage. (…) Qu’il se rassure, le Parti communiste français le sait très bien : Staline est bien mort. Par contre, d’autres despotes ne le sont pas ». (…) En 20 ans, Carhaix a perdu 900 habitants et ses jeunes partent faute de travail, sans parler du centre-ville qui se vide. La ville se meurt et les statues n’empêchent pas le commerce de décliner (…) ».
En cette année du centenaire du PCF, la section locale du PCF rappelle aussi « que nombre de communistes ont beaucoup donné à la France et à la Bretagne », évoquant « le premier village résistant de France qui se trouve à quelques kilomètres de Carhaix ou Marcel Cachin qui fut, le premier, à l’Assemblée nationale, à déposer un texte de loi pour la reconnaissance des langues dites minoritaires, donc le breton ».

 

 

Le PCF juge insultant le tract de Christian Troadec (Le Télégramme)- Lettre ouverte de Pierre-Yves Thomas à M. Troadec
Partager cet article
Repost0
9 mars 2020 1 09 /03 /mars /2020 21:00
Municipales: le candidat de droite de Quimper, M. Jolivet, exige et obtient la récusation d'un journaliste pour le débat des Municipales sur Tébéo - réaction du Syndicat National des Journalistes
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011