Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2019 3 23 /10 /octobre /2019 13:24
Carhaix - ADP: le Parti communiste souhaite que la ville s'oppose à sa privatisation
ADP. Le PC souhaite que la ville s’oppose à la privatisation
Le Télégramme, 23 octobre
 
Plus de 270 parlementaires d’opinions diverses ont adopté le principe d’organisation d’un référendum sur la propriété d’Aéroports de Paris. Pour que ce référendum ait lieu, il faut que 10 % des électrices et des électeurs, soit 4,7 millions en fassent la demande. Cette consultation sera close le 12 mars 2020.
 
Dans un communiqué, la section locale du Parti communiste souligne « qu’il revient aux citoyens de se mobiliser. C’est la condition pour obtenir la tenue d’un référendum pour dire oui ou non à la privatisation d’ADP. Les cessions d’actifs publics sont un point saillant des politiques néolibérales. Dernièrement, le gouvernement a annoncé la vente de la Française des Jeux. ADP, ce sont les aéroports de Roissy, d’Orly, le Bourget, ils sont aux services de tous les Français. Ils représentent 80 % du trafic en France et même 90 % du fret », rappelle Pierre-Yves Thomas, porte-parole du PCF. Les communistes de Carhaix souhaitent, que sur cette question, « le conseil municipal de Carhaix adopte un vœu demandant l’arrêt de la privatisation. Avec cette posture, la municipalité mettrait également à la disposition des Carhaisiens et Carhaisiennes toutes facilités pour participer à ce référendum citoyen ».

Le PCF indique qu’il est possible de voter sur le site www.referendum.interieur.gouv.fr ou en mairie de Carhaix. À l’accueil, il faut demander le formulaire. Se munir de sa carte d’identité.

Référendum sur ADP : Tous concernés !

Plus de 270 parlementaires d’opinions diverses ont adopté le principe d’organisation d’un référendum sur la propriété d’Aéroports de Paris. Pour que ce référendum ait lieu, il faut que 10% des électrices et des électeurs, soit 4,7 millions en fassent la demande. Cette consultation sera close le 12 mars 2020.

Il revient aux citoyen(ne)s de se mobiliser. C’est la condition pour obtenir la tenue d’un référendum pour dire oui ou non à la privatisation d’ADP.

Les cessions d’actifs publics sont un point saillant des politiques néolibérales. Dernièrement le gouvernement a annoncé la vente de la Française des Jeux.

ADP ce sont les aéroports de Roissy, d’Orly, le Bourget, ils sont aux services de tous les Français. Il représente 80% du trafic en France et même 90% du fret.

A la mi-juin un meeting s’est tenu. Y ont participé, Républicains, socialistes, communistes, insoumis, des syndicalistes montrant ainsi que sur cette question, il y a un intérêt national qui dépasse les clivages politiques.

Les communistes de Carhaix souhaitent, que sur cette question, le conseil municipal de Carhaix adopte un vœu demandant l’arrêt de la privatisation. Avec cette posture la municipalité mettrait également à la disposition des Carhaisiens et Carhaisiennes toutes facilités pour participer à ce référendum citoyen.

Cette demande pourrait être soutenue par d’autres composantes politiques ou syndicales.

Comment voter : sur le site www.referendum.interieur.gouv.fr ou en Mairie de Carhaix. A l’accueil il faut demander le formulaire. Se munir de sa carte d’identité.

 

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2019 3 23 /10 /octobre /2019 06:46
Fête de l'Humanité Bretagne - 30 novembre et 1er décembre, avec Fabien Roussel le dimanche, un car partira de Plestin, Lanmeur et Morlaix en passant par Huelgoat: réservez votre place!

Samedi 30 novembre et dimanche 1er décembre : Fête de l’Humanité Bretagne au Parc des Expositions du Pays de Lorient.

Le PCF Finistère y tiendra son traditionnel restaurant : toutes les bonnes volontés sont les bienvenues

Un car sera affrété pour se rendre à la Fête le dimanche 1er décembre.

Horaires aller : Plestin les Grèves (7 h 30 - Place) ; Lanmeur (8 h - Place) ; Morlaix (8 h 30 – Parking Géant côté garage Citroën) ; Huelgoat (9 h 15 – A côte Hôtel du Lac) – 10 h 45 ou 11 h (Lanester – Parc des expositions)

- Participation pour le car par personne : 12 €

- Contact pour s’inscrire :

Section Lanmeur : Michel TUDO (06 83 24 83 90) ; Muriel GRIMARDIAS (06 89 32 21 70)

Section Morlaix : Daniel RAVASIO (06 62 74 75 27) ; Ismaël DUPONT (06 20 90 10 52).

Les vignettes donnant le droit à l'entrée de la fête sont disponibles auprès de la section : 17€ pour les 2 jours ; 12 € pour la journée (gratuit – 18 ans).

Elle permet de financer la location du Parc des expositions, la fête étant entièrement organisées par des militant•es bénévoles. 

 

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2019 1 21 /10 /octobre /2019 11:16
Ouest France Brest - 19 octobre 2019

Ouest France Brest - 19 octobre 2019

Ouest France Brest - 19 octobre 2019

Brest. 150 militants rassemblés pour dire non à « la guerre d’Erdogan »

La Ligue des Droits de l’homme a rassemblé à Brest (Finistère) ce samedi 19 octobre, 150 militants venus manifester leur solidarité avec le peuple kurde, rempart contre Daech durant des années et aujourd’hui victime de l’agression turque.

« Jamais dans les récentes années les démocraties ne se sont trouvées confrontées à ce cas de figure catastrophique d’un membre clef de l’OTAN agressant un peuple libre, proteste Olivier Cuzon, de la Ligue des Droits de l’homme (LDH). Les Kurdes de Syrie, qui furent durant des années, avec les Peshmergas du Kurdistan irakien, les résistants les plus déterminés contre Daech son, depuis le 9 octobres, victimes du président turc Erdogan, qui a lancé son offensive contre le Kurdistan syrien. Et il l’a fait avec l’assentiment de Donald Trump qui avait pris soin d’annoncer, quelques heures plus tôt, qu’il donnait son feu vert à l’opération qui entamait le retrait de ses 2 000 forces spéciales. »

La LDH, soutenue par le Parti communiste, l’UDB et Europe écologie les verts, rappelle que la Turquie a été, durant les années de lutte contre Daech, « le passeur en chef des milliers de djihadistes ralliant la Califat ».

« Nous rendrons-nous complices de ce lâchage sans précédent d’un peuple ami et en lutte pour notre liberté ? », interroge Olivier Cuzon. La LDH demande aux autorités françaises d’agir maintenant pour arrêter cela.

 
Le Télégramme  - 19 octobre2019
Le Télégramme  - 19 octobre 2019

Le Télégramme - 19 octobre 2019

 
Le Télégramme  - 19 octobre2019

Kurdistan occidental. « Il faut arrêter l’engrenage »

 

Le rassemblement pro-kurde a eu lieu ce samedi, place de la Liberté, à Brest. (Le Télégramme/Thierry Dilasser) Une centaine de militants, d’élus ou de simples citoyens, s’est rassemblée ce samedi devant les marches de la mairie, place de la Liberté, pour dénoncer l’offensive lancée par le président Erdogan et la Turquie contre les Kurdes, le 9 octobre. « Il est temps de faire quelque chose », a simplement expliqué Olivier Cuzon, de la Ligue des droits de l’Homme qui avait appelé à la mobilisation. Soutenue par le PCF et la France Insoumise dans sa démarche, la LDH a ainsi réclamé aux autorités françaises d’agir pour « arrêter l’engrenage. Maintenant ! ». Et de soutenir pleinement les Kurdes syriens, ce « peuple ami » et l’un des plus déterminé face à Daech.
 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Communiqué du Collectif pour la paix au Moyen-Orient

 

Le Collectif pour la paix au Moyen-Orient s'associe à l'appel de la Ligue des Droits de l'Homme à se rassembler Samedi 19 octobre 2019 à 14h30 Place de la Liberté à Brest, en solidarité avec le peuple Kurde, victime de l'agression de l'État turc au Rojava.

Erdogan, qui vient de perdre les municipales, choisit la guerre pour retrouver une légitimité, il s'attaque ainsi à une expérience démocratique originale dans la région (multi-confessionnalisme, autonomie des nationalités, avancées de droits des femmes …).

Nous exigeons l'arrêt immédiat de l'opération militaire Turque, un embargo total sur les armes en direction de la Turquie, des sanctions économiques contre le régime d'Erdogan.

Enfin, nous demandons que l'ONU intervienne pour imposer une force d'interposition entre la Turquie et la Syrie.

Organisations signataires :

Université Européenne de la Paix (UEP)

Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre (4ACG)

Association France Palestine Solidarité (AFPS)

Les Amitiés Kurdes de Bretagne

Ensemble !

Europe Écologie Les verts (EELV)

Parti Communiste Français (PCF)

Union Démocratique Bretonne (UDB)

Union syndicale SOLIDAIRES.

Brest. 150 militants rassemblés pour dire non à la guerre d’Erdogan
Brest. 150 militants rassemblés pour dire non à la guerre d’Erdogan

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2019 1 21 /10 /octobre /2019 10:29
Campagne contre la privatisation d'Aéroports de Paris - Stand pour un référendum sur ADP à Brest le samedi 19 octobre
Campagne contre la privatisation d'Aéroports de Paris - Stand pour un référendum sur ADP à Brest le samedi 19 octobre
Campagne contre la privatisation d'Aéroports de Paris - Stand pour un référendum sur ADP à Brest le samedi 19 octobre
Campagne contre la privatisation d'Aéroports de Paris - Stand pour un référendum sur ADP à Brest le samedi 19 octobre
Notre Collectif ADP a tenu un stand Place de la Liberté à Brest samedi 19 octobre de 14h à 17h avec un barnum, 2 ordinateurs ..., plus d'une vingtaine de personnes ont pu remplir sur place leur demande de référendum sur le site gouvernemental. Plusieurs centaines de tracts ont été diffusés, beaucoup de discutions et une visibilité indispensable vu le silence assourdissant des médias sur ce référendum.
 
Dimanche matin aux Marché de St Louis, de nombreux.ses camarades ont distribué le tract ADP de 9h30 à 13h, là encore beaucoup de discussions et un bon accueil.
 
Merci aux organisations qui ont envoyé du monde à ces deux initiatives, à reproduire. 4 camarades du PCF ont été présents toute l'après-midi sur le stand unitaire.
 
Photos Jean-Yves Cabon du PS

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2019 1 21 /10 /octobre /2019 08:44
Irène Frachon au débat de la fête de l'Huma Paris le 11 septembre 2016 sur l'espace PCF Bretagne sur le médicament avec Christiane Caro, Fabien Cohen

Irène Frachon au débat de la fête de l'Huma Paris le 11 septembre 2016 sur l'espace PCF Bretagne sur le médicament avec Christiane Caro, Fabien Cohen

Irène Frachon au débat de la fête de l'Huma Paris le 11 septembre 2016 sur l'espace PCF Bretagne sur le médicament avec Christiane Caro, Fabien Cohen

Irène Frachon au débat de la fête de l'Huma Paris le 11 septembre 2016 sur l'espace PCF Bretagne sur le médicament avec Christiane Caro, Fabien Cohen

 Irène Frachon : « J’ai échappé de peu à la tromperie de Servier »
Jeudi, 17 Octobre, 2019
Alexandre Fache

Procès. Appelée à témoigner, mercredi, au procès du Mediator, la lanceuse d’alerte Irène Frachon a raconté son combat pour révéler un scandale sanitaire qui n’aurait jamais dû exister.

Les douze ans de combat d’Irène Frachon contre le Mediator du groupe Servier, depuis la première victime identifiée dans son service de pneumologie de l’hôpital de Brest, en 2007, jusqu’au mégaprocès qui se tient depuis le 23 septembre, et pour au moins six mois, au palais de justice de Paris, annonçait une audience fleuve, mercredi, à l’occasion du témoignage de la lanceuse d’alerte. Le moins que l’on puisse dire est qu’on n’a pas été déçu. Pas moins de trois heures se sont ainsi écoulées avant que la présidente, Sylvie Daunis, n’accorde une première pause, dans cette audience démarrée un peu après 13 h 30, devant une salle comble. Trois heures pendant lesquelles Irène Frachon est revenue méthodiquement sur sa découverte d’un scandale sanitaire parmi les plus retentissants que la France ait connus… et ses difficultés à le faire émerger, du fait du « déni inébranlable de Servier » et de l’attentisme coupable de l’Agence du médicament.
À l’audience, la pneumologue avait beaucoup de choses à dire

Pantalon beige et veste marron, la pneumologue est arrivée dans la salle 2.01 du palais de justice de Paris avec une petite valise à roulettes et une clé USB pour projeter des documents. « Je vais vous raconter comment je me suis inquiétée de la toxicité du Mediator et comment, en obtenant ou pas des documents, j’ai eu la confirmation de cette toxicité », a-t-elle résumé, en prévenant que son exposé serait sans doute « plus technique et plus complet » que celui couché par écrit dans son livre, publié en 2010, Mediator 150 mg, Combien de morts ? Technique, c’est sûr, son témoignage l’aura été, quand, à coups de schémas et de tableaux projetés sur l’écran de la salle – barbares pour le commun des mortels –, la pneumologue tentera d’expliquer les mécanismes d’action destructeurs des dérivés de la fenfluramine, dont deux furent retirés du marché (Isoméride et Pondéral) en 1997 en France, quand un troisième, le Mediator, allait poursuivre douze ans de plus sa carrière mortelle.

« Ça va, je ne vais pas trop vite ? » s’inquiétera à plusieurs reprises Irène Frachon en regardant la présidente, Sylvie Daunis. « Je vous préviendrai », répondra la magistrate une première fois, avant, deux heures plus tard, d’avouer : « Euh, non là ça ne va plus, on n’arrive plus à noter. » C’est que la pneumologue, dont l’histoire a été adaptée à l’écran en 2016 dans la Fille de Brest, mais aussi au théâtre dans la pièce Mon cœur, mise en scène en 2017, avait beaucoup, beaucoup de choses à dire. Après un petit exposé sur sa vision de la médecine, l’intérêt de la pharmacovigilance et ce qu’est une hypertension artérielle pulmonaire (HTAP), cette maladie rare devenue sa spécialité, Irène Frachon a raconté les prémices de sa salutaire découverte. « En 1990, j’arrive dans le service de pneumologie de l’hôpital Antoine-Béclère, LA référence en France pour les HTAP. J’ai été très frappée de voir l’inquiétude qui régnait dans ce service. » Les médecins voient arriver des cas de plus en plus nombreux de jeunes femmes touchées par cette maladie. Une véritable épidémie. Un article est publié en 1993, sans conséquence. « Servier ne veut rien entendre. Et les autorités de santé sont pétrifiées », constate Irène Frachon. Ça ne sera pas la dernière fois.

Et quand le groupe Servier ne veut rien entendre, il a des moyens bien à lui de le faire savoir, a aussi rappelé mercredi la lanceuse d’alerte. « Ses menaces étaient incroyables », a-t-elle raconté, citant les cas de ce journaliste du Parisien, Éric Giacometti, ou d’une juriste belge, soutiens de victimes de ces produits, qui ont reçu « des photos de leurs enfants devant leur école ». « Après ça, la juriste belge a complètement disparu du dossier », note Irène Frachon, qui évoque aussi les pratiques de « harcèlement » du groupe, de « falsification » des traductions de la littérature médicale ou, plus largement, de « pressions » sur l’ensemble de la chaîne de pharmacovigilance.
« Aujourd’hui, je suis comme les victimes, inconsolable »

Suffisamment pour exonérer l’Agence du médicament (Afssaps à l’époque), elle aussi au banc des accusés dans ce procès ? Certes pas. « La première fois que j’ai été reçue là-bas, en juin 2009, après mes alertes, on m’a dit de “faire court”, se souvient Irène Frachon. J’ai quand même suggéré qu’il fallait envisager le retrait du Mediator. On m’a dit : “Mais madame, on ne retire pas comme ça un médicament !” »

Cinq mois plus tard, la pneumologue obtiendra pourtant l’interdiction du produit de Servier, abattant un à un les obstacles mis sur sa route par le laboratoire et son allié alors au garde à vous, l’Agence du médicament. « La puissance de ce laboratoire faisait qu’il ne fallait pas trop y toucher », tente d’expliquer aujourd’hui la pneumologue, qui rappellera aussi, à l’audience, que « dénoncer ce scandale (l’avait) marginalisée de manière majeure dans le monde médical ».

Pressée par le tribunal d’en terminer avec sa déclaration liminaire, Irène Frachon a conclu, hier, par ces mots inquiets : « J’ai échappé de très peu à la tromperie de Servier. Ça me fait froid dans le dos de voir à quoi cela a tenu, à très peu de choses. Aujourd’hui, je suis comme les victimes, inconsolable. Des victimes qui ne pourront pas parler ici parce que Servier a acheté leur silence, en conditionnant les indemnisations à ce silence. J’espère que ce procès tardif sera utile pour protéger les patients face à la firme Servier. »
Alexandre Fache

Lire aussi:

Irène Frachon: Servier était plus puissant que l’Agence du médicament (Rozenn Le Saint, Médiapart, 22 septembre 2019)

Irène Frachon - 17 octobre 2019: J'ai échappé de peu à la tromperie de Servier (Alexandre Fache, L'Humanité, 17 octobre 2019)

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2019 1 21 /10 /octobre /2019 07:42
Municipales. La « liste de gauche » officialise

Il y a quelques jours, Matthieu Guillemot, élu d’« Une vraie gauche pour Carhaix », indiquait dans nos colonnes que « des pourparlers étaient d’actualité en vue de la constitution d’une liste de gauche » aux élections municipales de mars 2020 à Carhaix. Ce dimanche, un communiqué officialise la candidature de cette liste. « Soutenue par le Nouveau parti anticapitaliste, le Parti communiste, la Parti socialiste et la France insoumise dans un premier temps, cette liste de gauche a pour ambition de doter Carhaix et la communauté de communes d’élus à l’écoute des populations », est-il écrit.

« Dans un respect mutuel et sans hégémonie de l’une des composantes », cette liste se veut « ouverte à tous ceux et toutes celles qui ont à cœur les valeurs de gauche » avec l’objectif de gérer la commune « dans un souci social et écologique ». Elle entend par ailleurs œuvrer « avec l’ensemble des associations et être un interlocuteur soucieux d’un dialogue franc et respectueux ».

La liste, dont le nom sera dévoilé ultérieurement, indique qu’elle présentera les grandes lignes de son programme, dans les prochaines semaines et promet qu’elle « aura à cœur de gérer dans l’intérêt de toutes et de tous ».

Au moins deux autres listes seront en lice aux élections municipales de mars 2020 : celle du maire sortant Christian Troadec et la liste « Un temps d’avance pour Carhaix-Plouguer » menée par Jérôme Yvinec.


Contact
carhaixment.a.gauche@orange.fr

Élection municipale de 2020.

Communiqué

La presse s’en est fait l’écho. En mars 2020 une liste de gauche était envisagée. C’est chose faite.

Soutenue par le NPA, le PCF, le PS et la F.I, dans un premier temps, cette liste a pour ambition de doter Carhaix-Plouguer et la communauté de communes d’élus à l’écoute des populations.

Dans un respect mutuel et sans hégémonie d’une des composantes, cette liste se veut ouverte à tous ceux et toutes celles qui ont à cœur les valeurs de gauche.

L’objectif étant de gérer la commune dans un souci social et écologique. Cette liste de gauche entend œuvrer avec l’ensemble des associations et d’être un interlocuteur soucieux d’un dialogue franc et respectueux.

Dans les prochaines semaines, cette liste dévoilera les grandes lignes de son programme. Avec une pratique démocratique, cette liste aura à cœur de gérer dans l’intérêt de toutes et de tous.

Contact : carhaixment.a.gauche@orange.fr

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 13:43
Devoir de mémoire: commémoration des fusillés de Châteaubriant, communistes et cégétistes, ce 20 octobre
Devoir de mémoire: commémoration des fusillés de Châteaubriant, communistes et cégétistes, ce 20 octobre

On oublie pas :

Le 22 octobre 1941, dans la carrière de Châteaubriant, 27 résistants tombaient sous les balles des pelotons d’exécution hitlériens.
Les 27 de Châteaubriant étaient des élus, des militants communistes, des dirigeants de la CGT.

Le plus jeune, le lycéen Guy Môquet, avait 17 ans. Ils avaient été arrêtés par la police française et choisis par le ministre de l’Intérieur de Pétain, le sinistre Pucheu, sur demande des autorités locales de la collaboration avec l’ennemi.

Parmi ces martyrs, deux montargois tombèrent sous les balles nazies, tous deux militants communistes, résistants : Raymond Laforge, instituteur à l’école Pasteur pédagogue du mouvement Freynet à Montargis et Raymond Tellier, élu d’Amilly artisan imprimeur rue du Loing à Montargis.

L’hommage que nous leur rendons, chaque année, rappelle le sens de l’engagement et du sacrifice qui fût le leur et celui de tous leurs camarades de la Résistance.

Un car partait du Finistère, de Concarneau, ce matin.

Nous n'oublierons jamais! : le 22 octobre 1941, à Châteaubriant, 27 otages choisis par Vichy pour être fusillés par l'armée allemande parce qu'ils étaient communistes et cégétiste

"A propos d'une ignominie: être dignes des 27": Pierre Le Rose rend hommage à Pierre Guéguin et Marc Bourhis, fusillés de Chateaubriant concarnois (L'Unité, journal communiste de Concarneau, novembre-décembre 1979)

Devoir de mémoire: commémoration des fusillés de Châteaubriant

Dimanche 20 Octobre 2019 aura lieu la commémoration de Châteaubriant.

Il y a 78 ans, le 22 octobre 1941, 50 résistants sont fusillés par l’armée allemande sur ordre du Führer Adolf Hitler, en représailles de la mort du Feldkommandant de Nantes, Karl Hotz, tué deux jours plutôt par des résistants français. Ce jour-là, à Châteaubriant, ce sont 27 résistants que l’armée allemande fusille.

 

Parmi eux, le célèbre Guy Moquet, âgé seulement de 17 ans, Jean Grandel, Maire de Gennevilliers, ou encore Jean-Pierre Timbaud, grand responsable de la CGT… L'écho de leur assassinat dépassa les frontières françaises, allant jusqu'à provoquer des réactions auprès de Churchill et Roosevelt. Ce jour-là, avec ce massacre, les nazis et le gouvernement français pensaient faire taire toute résistance, mais ce fut le contraire, beaucoup décidèrent de franchir le pas et entrèrent en résistance.

Cette cérémonie, organisée depuis la libération, rassemble des témoins de la seconde guerre mondiale, mais aussi des actrices et acteurs de la mémoire venu·e·s de toute la France.

 

A l'heure où le Parlement Européen adopte un texte mettant sur le même plan nazisme et communisme, rendant illégale "l'apologie du communisme", à l'heure où certain.e.s récupèrent l'histoire de la résistance pour justifier leur théorie nauséabonde, ou encore pour expliquer l'abandon de leurs alliés d'autrefois à l'ennemi... à l'heure où tout repère idéologique se perd, il est primordial que les communistes ne désertent pas le terrain mémoriel : c’est l'histoire de la France, mais c’est aussi notre histoire.

En effet, l'Amicale de Châteaubriant-Voves-Rouillé-Aincourt a été créée par le MJCF, le PCF et la CGT. Depuis sa création, elle n'a cessé de faire vivre les valeurs de la résistance, et la mémoire de celles et ceux qui ont combattu, trop souvent au péril de leur vie, pour un idéal de société, que nous défendons encore aujourd'hui.

Se souvenir ce n'est pas ressasser le passé, c'est construire une société plus juste, en sachant d'où l'on vient. Car comme le disait Karl Marx "celui qui ne connait pas l'histoire est condamné à la revivre".

Devoir de mémoire: commémoration des fusillés de Châteaubriant, communistes et cégétistes, ce 20 octobre
Devoir de mémoire: commémoration des fusillés de Châteaubriant, communistes et cégétistes, ce 20 octobre

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 13:05
Jeudi 31 octobre - Quel avenir pour la Palestine? - Leïla Shahid et Claude Léostic à la fac Ségalen de Brest à 18h30

Invitation de l'AFPS de Brest

Après le Festival du Livre de Bretagne de Carhaix, LEILA SHAHID restera pour quelque jours en Finistère. Celles et ceux qui n'auront pas pu l'écouter  (ce qui est toujours passionnant !) à Carhaix, pourront se rattraper le JEUDI 31 OCTOBRE à BREST où, elle est invitée par les Groupes AFPS de Brest et Morlaix pour une "conversation publique" sur l'avenir de la Palestine. Un échange qui se fera à la fois avec le public et notre amie CLAUDE LEOSTIC, présidente de l'AFPS de Brest. Un rendez-vous à ne surtout pas manquer pour lequel nous organiserons un covoiturage à partir de Morlaix.

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2019 4 17 /10 /octobre /2019 19:05
Ian Brossat dans le Finistère le vendredi 8 novembre pour une présentation de son dernier livre sur Airbnb à Douarnenez de 17h à 19h et une réunion publique à Quimper le soir aux Halles
Ian Brossat dans le Finistère le vendredi 8 novembre pour une présentation de son dernier livre sur Airbnb à Douarnenez de 17h à 19h et une réunion publique à Quimper le soir aux Halles

Ian Brossat, tête de liste du PCF aux dernières élections européennes, maire adjoint au logement à Paris, porte-parole du PCF, président de l'ANECR et auteur de plusieurs livres, dont le dernier "airbnb la ville ubérisée" aux éditions "la ville brûle" sera présent dans le sud-Finistère à Douarnenez le vendredi 8 novembre de 17h à 19h à l'invitation du café-librairie L'ivraie de Douarnenez pour une présentation-débat de son livre sur les dégâts des plateformes de location de vacances pour particuliers sur les prix des logements à Paris et dans les métropoles et plus généralement pour parler de son combat pour une grande ville accessible aux classes populaires et moyennes. 

A partir de 20h, Ian Brossat participera à une réunion publique à Quimper aux Halles sur l'enjeu des élections municipales avec d'autres candidats aux municipales du PCF dans le Finistère.

 

Ian Brossat dans le Finistère le vendredi 8 novembre pour une présentation de son dernier livre sur Airbnb à Douarnenez de 17h à 19h et une réunion publique à Quimper le soir aux Halles

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2019 4 17 /10 /octobre /2019 18:35
PCF Section Pays de Morlaix
 
La section du Pays de Morlaix du PCF se joint à l'appel à se rassembler comme samedi dernier, samedi 19 octobre à 12h au Kiosque place des Otages devant la Mairie de Morlaix.
 
Un rassemblement a également lieu place de la liberté à BREST à 14h30 le samedi 19 octobre soutenu par le PCF pays de Brest par cet appel.

Pour que vive le Rojava: Stop Erdogan!

La situation du Rojava est catastrophique. Les combats ont atteint un niveau de brutalité exceptionnel comme en témoignent le nombre de victimes civils et militaires et l'exode des 160 000 déplacés dont 70 000 enfants annoncés par l'ONU. Le Rojava pacifiste, féministe, démocratique et progressiste agonise entraînant dans sa chute une nouvelle phase de violence en Syrie, au Moyen-Orient mais aussi dans le monde.

Les Etats-Unis de D. Trump parachèvent depuis le 13 octobre leur désengagement, livrant les populations et les combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS) au feu de l'armée turque et à la sauvagerie de ses supplétifs djihadistes. Des villageois sont exécutés froidement alors qu'une dirigeante kurde a subi le martyr avant de succomber. Certains djihadistes sont parvenus à s'enfuir des camps de rétention sous contrôle kurde et s'engagent déjà aux côtés d'Ankara ou rejoignent les cellules de Daesh.

Face à cette situation, les FDS et le commandement des YPG ont dû faire appel, sous les auspices de la Russie, au régime syrien qui a dépêché l'envoi de contingents à la frontière turque.

Pour les Kurdes, contraints et forcés, l'objectif de cet accord est d'empêcher la transformation du Rojava en djihadistan et "de sauver la vie de millions de Kurdes. Il s'agit d'un compromis douloureux mais entre le compromis et le génocide du peuple kurde nous choisissons la vie".

Bachar al-Assad se frotte les mains et capitalise ainsi l'affaiblissement des Kurdes qu'il qualifiait voici peu de "traîtres". Le tyran de son peuple entend briser l'expérience d'autonomie démocratique en rétablissant sa féroce autorité dont les Kurdes ont déjà payé un lourd tribut.

L'engrenage guerrier s'amplifie et peut dégénérer à tout instant.

Si les protestations internationales d'ampleur sont à souligner, elles demeureront inefficaces si elles en restent là. R.T. Erdogan continuera à avoir les mains libres. Il faut donc tout faire pour stopper cette offensive criminelle en tenant compte du rapport de force mouvant pour imposer un cessez-le-feu, l'arrêt des combats et le départ de la Turquie du sol syrien.

Notre mobilisation doit répondre avant tout aux demandes des Kurdes exprimées par Ilham Ahmed, co-présidente du Conseil démocratique syrien. Pour elle "seule l'ONU peut empêcher que notre précieux projet de démocratie ne soit réduit en poussière" (The Independant, 11 octobre 2019).

Les Kurdes exigent l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne sachant que, pour l'instant, seuls les Etats-Unis, qui ont les trahis, sont en capacité de l'imposer alors qu'ils sont sur le retrait.

La France et l'Union européenne doivent poursuivre leur aide aux Kurdes mais aussi:

  • retourner devant le Conseil de Sécurité de l'ONU pour faire reconnaître le rôle des Kurdes dans la lutte contre Daesh et entériner l'autonomie démocratique en les plaçant sous protection internationale.
  • établir un dialogue avec la Russie dans la perspective d'une paix durable dans laquelle les droits des Kurdes seront préservés.
  • frapper la Turquie par des sanctions radicales et cela commence par un véritable embargo sur les armes, y compris celles dont les commandes sont déjà enregistrées, et l'inscrire dans la durée. Tous les contrats et accords de coopération doivent être rompus.
  • geler les avoirs personnels d'Erdogan.
  • avec le HCR protéger les réfugiés qui fuient les combats en aidant les pays d'accueil (Liban, Irak) et leur garantir un accueil digne en Europe s'ils le souhaitent.

La situation appelle à une grande responsabilité. La No Fly Zone oui mais en aucun cas un engagement militaire qui ne ferait qu'ajouter la guerre à la guerre. L'urgence est de rassembler les pays qui expriment leur opposition à l'intervention turque mais aussi avec la Russie.

Le désastre actuel réside également dans les capitulations successives de la France et des pays de l'Union européenne face à l'arrogance et à la dictature de R.T. Erdogan. Externaliser et confier le sort des migrants à la Turquie a justifié toutes les bassesses et les turpitudes. Personne n'ignorait la volonté de R.T. Erdogan de "dé-kurdifier" l'est de l'Euphrate et de procéder à un nettoyage ethnique comme cela a été le cas à Afrin. Comment prétendre méconnaître le mépris de la justice, du droit, des institutions et la destruction de la démocratie quand des milliers de démocrates croupissent dans les prisons turques dont le leader kurde S. Demirtas? Comment donner du crédit au président R.T. Erdogan honni par une frange croissante de sa population et sanctionné par les urnes?

Il est temps qu'un vaste débat s'ouvre dans le pays et au Parlement sur la politique internationale et de défense de la France, mais aussi sur son rôle et sa place au sein de l'OTAN. Que fait la France au sein du Commandement intégré de cette organisation?

Le Parti communiste français (PCF) ne ménagera pas ses efforts de solidarité avec le peuple kurde, avec la population de Rojava. Il est à leurs côtés, indéfectiblement, pour mettre un terme à la guerre, épargner les souffrances des populations, imposer leurs droits légitimes, l'intégrité souveraine d'une Syrie démocratisée.

Pour que vive le Rojava: Stop Erdogan! - le PCF Pays de Morlaix se joint à l'appel à se rassembler au kiosque à Morlaix samedi 19 octobre à 12h

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011