Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 08:58
Grande manifestation pour la Paix - Toutes et tous à Brest le dimanche 9 janvier 2022 (Mouvement de la Paix)
Grande manifestation pour la Paix - Toutes et tous à Brest le dimanche 9 janvier 2022 (Mouvement de la Paix)
Partager cet article
Repost0
27 décembre 2021 1 27 /12 /décembre /2021 07:08
Qui était le communiste Marcel Cachin? - Interview de Georges Cadiou biographe de Marcel Cachin par Christian Gouérou - Ouest-France, 26 décembre 2021

Bel interview de Georges Cadiou dans le Ouest-France, par Christian Gouerou, pour présenter sa biographie de Marcel Cachin, fondateur breton du parti communiste français.

Georges Cadiou était venu nous en parler à la fête de l'humanité Bretagne de Lanester fin novembre et aux mardis de l'éducation populaire du PCF pays de Morlaix en décembre.

Une biographie très intéressante dont on ne peut que recommander vivement la lecture.

Qui était le communiste Marcel Cachin? - Interview de Georges Cadiou biographe de Marcel Cachin par Christian Gouérou - Ouest-France, 26 décembre 2021
Qui était le communiste Marcel Cachin? - Interview de Georges Cadiou biographe de Marcel Cachin par Christian Gouérou - Ouest-France, 26 décembre 2021
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 07:59
Appel du collectif Bretagne-Ouest  du Mouvement de la Paix à manifester à Brest le Dimanche 9 Janvier 2022 à 14h à partir de la place de la liberté

Appel du collectif Bretagne-Ouest  du Mouvement de la Paix à manifester à Brest le Dimanche 9 Janvier 2022 à 14h à partir de la place de la liberté l’occasion du sommet à Brest des 12, 13 et 14 janvier 2022 des 27 ministres de la défense et 27 ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne (UE) sur  les questions de la défense et de la sécurité.

 

Le PCF soutient l'appel du collectif, du mouvement de la Paix, du CIAN 29. 

 

Durant ce sommet seront vraisemblablement abordés, d’après les premières informations publiques, les dossiers suivants :

·        Le projet européen de « Boussole stratégique » examiné lors du dernier conseil des ministres de l’union européenne

·        La création d’une force de réaction rapide/force de projection extérieure de l’UE

·        L’augmentation des budgets militaires nationaux comme le demande l’OTAN

·        L’augmentation du Fonds Européen de Défense

·        La mise en place d’une présence militaire maritime dans la région indopacifique

·        La mise en œuvre d’un nouveau système aérien SCAF pour 80 milliards d’euros au minimum.

·        Le développement et le renforcement de Frontex

 

Toutes ces orientations seront définies, dans le respect des traités européens, et donc en complémentarité avec les orientations stratégiques de l’OTAN comme le prévoit l’article 42 du Traité de Lisbonne.

 

Nous nous mobiliserons ce jour-là « Pour une Europe agissant vraiment pour la Paix, le climat, le désarmement nucléaire, la justice sociale, les droits humains, et un accueil digne des migrants »

 

Nous demanderons à l’UE : de mettre fin aux logiques de guerre et de militarisation de l’UE et de revenir aux logiques ayant prévalu lors de la conférence d’Helsinki de 1975 ; d’agir en faveur du Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires entré en vigueur le 22 janvier 2021 et de mettre fin à la subordination de l’UE à l’Otan (23 Etats de l’UE sont membres de l’Otan) .

Des départs en car sont prévus depuis Angers et Rennes.

 

 
LE MOUVEMENT DE LA PAIX
comité de Rennes
13, Square de Galicie
35200 RENNES
Tel/fax : 02 99 51 24 03
06.85.02.87.14
 
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 07:45
Communiqué du PCF Carhaix-Huelgoat : L’annonce de l’ARS est brutale et inacceptable ! Toutes et tous dans la rue le 23 décembre 2021 de 11h30 à 12h30. Notre hôpital est en danger !

Communiqué du PCF Carhaix-Huelgoat, 20 décembre 2021:

L’annonce de l’ARS est brutale et inacceptable ! Pas de médecin anesthésiste les 24 et 25 décembre 2021 sur le site de Carhaix. Cette décision met en péril notre hôpital. L’ARS fait fi de la décision du 25 juin 2008 et met la population du pays COB en danger. L’agence décrète le plan blanc sur directive du gouvernement. Il est inadmissible que l’agence n’est pas prévue en amont la recherche d’un anesthésiste pour cette période.

C’est pourquoi la section PCF de Carhaix-Huelgoat appelle la population à se mobiliser au côté des personnels de l’hôpital.

Toutes et tous dans la rue le 23 décembre 2021 de 11h30 à 12h30. Notre hôpital est en danger !

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2021 2 07 /12 /décembre /2021 06:38
Eric Guellec, adjoint communiste aux Anciens Combattants à Brest, rend hommage au Mont Valérien aux 11 fusillés brestois du groupe de résistance Elie

ll y a 80 ans, en décembre 1941, Onze brestois étaient fusillés au Mémorial du Mont-Valérien pour actes de #Résistance. Ce jour, la ville de Brest leur rend hommage par la présence d'Éric Guellec qui a déposé une gerbe de fleurs, là où leurs vies se sont achevées. 🇫🇷

Pour en savoir plus sur le groupe Élie et la cérémonie à Brest du vendredi 10 décembre 2021: https://www.resistance-brest.net/evenement13.html

Gildas Priol

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2021 7 05 /12 /décembre /2021 08:39
Appel du mouvement de la Paix pour une grande mobilisation à Brest le 9 janvier 2022

Les 12, 13 et 14 janvier 2022 les 24 ministres de la défense et 24 ministres des affaires étrangères de l’Union européenne (UE) tiendront un sommet à Brest sur les questions de la défense et de la sécurité.  


Durant ce sommet seront vraisemblablement abordés, d’après les premières informations publiques, les dossiers suivants :


Le projet européen de « Boussole stratégique » examiné lors du dernier conseil des ministres de l’union européenne, la création d’une force de projection extérieure de l’UE, l’augmentation des budgets militaires nationaux comme le demande l’OTAN, l’augmentation du Fonds Européen de Défense, la mise en place d’une présence militaire maritime dans la région indopacifique, a mise en œuvre d’un nouveau système aérien SCAF pour 80 milliards d’euros au minimum., les questions migratoires , les relations entre l'UE et l'Afrique.


Toutes ces orientations seront définies, dans le respect des traités européens, et donc en complémentarité avec les orientations stratégiques de Washington et de l’OTAN (cette organisation militaire quasi illégale au regard du droit international et qui a conduit à mettre à feu et à sang une bonne partie de la planète).


Avec d’autres organisations de Paix, le Mouvement de la Paix appelle à faire du Dimanche 9 janvier 2022 un grand moment de mobilisation pour une Europe agissant pour :


« La Paix, le climat, le désarmement nucléaire, la justice sociale et les droits humains, un accueil digne des migrants »


 objectifs:

- Une Europe de Paix et l’arrêt de la militarisation de l’UE
- Des moyens pour lutter contre le réchauffement climatique et pour protéger la vie sur la planète.
- La diminution des dépenses militaires et la satisfaction des besoins sociaux (éducation, hôpitaux, climat, transports publics, salaires etc..)
- L’élimination des armes nucléaires à travers la mise en œuvre du Traité d’interdiction des armes nucléaires entré en vigueur le 22 janvier 2021.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2021 7 05 /12 /décembre /2021 07:52
samedi 4 décembre 2021- le Parti communiste rend hommage à Tintin, Célestin Perrigault, résistant à Huelgoat et grand militant pendant 80 ans, pour ses 100 ans
samedi 4 décembre 2021- le Parti communiste rend hommage à Tintin, Célestin Perrigault, résistant à Huelgoat et grand militant pendant 80 ans, pour ses 100 ans
samedi 4 décembre 2021- le Parti communiste rend hommage à Tintin, Célestin Perrigault, résistant à Huelgoat et grand militant pendant 80 ans, pour ses 100 ans
samedi 4 décembre 2021- le Parti communiste rend hommage à Tintin, Célestin Perrigault, résistant à Huelgoat et grand militant pendant 80 ans, pour ses 100 ans
samedi 4 décembre 2021- le Parti communiste rend hommage à Tintin, Célestin Perrigault, résistant à Huelgoat et grand militant pendant 80 ans, pour ses 100 ans
samedi 4 décembre 2021- le Parti communiste rend hommage à Tintin, Célestin Perrigault, résistant à Huelgoat et grand militant pendant 80 ans, pour ses 100 ans
samedi 4 décembre 2021- le Parti communiste rend hommage à Tintin, Célestin Perrigault, résistant à Huelgoat et grand militant pendant 80 ans, pour ses 100 ans
samedi 4 décembre 2021- le Parti communiste rend hommage à Tintin, Célestin Perrigault, résistant à Huelgoat et grand militant pendant 80 ans, pour ses 100 ans
samedi 4 décembre 2021- le Parti communiste rend hommage à Tintin, Célestin Perrigault, résistant à Huelgoat et grand militant pendant 80 ans, pour ses 100 ans
samedi 4 décembre 2021- le Parti communiste rend hommage à Tintin, Célestin Perrigault, résistant à Huelgoat et grand militant pendant 80 ans, pour ses 100 ans

Par Ismaël Dupont, le 5 décembre 2021

Nous avons vécu de très beaux moments ce samedi après-midi, 4 décembre à Treverien et à Combourg pour fêter les 100 ans de Tintin, Célestin Perrigault, au côté des camarades du PCF d'Ille-et-Vilaine, Yannick Nadesan, Daniel Collet, Françoise Collet, Marc, Jeannie, Michel, etc, et une vingtaine de camarades du secteur de Combourg. En présence du maire de Treverien et du Conseiller départemental du canton qui s'est lui aussi exprimé.

J'étais venu apporter l'hommage et l'amitié des camarades du Finistère à Tintin qui s'est engagé au PCF et dans la Résistance dans le centre-Finistère, et qui a été élu à Plouyé avant de devenir journaliste.

Ce centenaire toujours jeune en esprit, plein d'intelligence, d'humour, de malice qu'est Célestin, peignait et exposait encore ses tableaux de paysage vibrants d'émotion il y a quelques mois et participe sans difficulté aux discussions, y apportant son expérience et son analyse politique aiguë. Yannick Nadesan, responsable du groupe communiste à Rennes et à Rennes-Métropole, l'a exprimé dans son discours.  

On ne peut qu'être admiratif devant ce militant d'exception qui s'est engagé au parti communiste a Huelgoat en 1942, sous l'influence de Guillaume Lozac'h, menuisier, ami du docteur Jacq, revenu de l'internement à Châteaubriant quand le docteur Jacq, lui, a été fusillé à l'étang de la Blisière le 14 décembre 1941.

FERNAND JACQ médecin et élu au Huelgoat, militant communiste et résistant, fusillé à Châteaubriant le 15 décembre 1941 (archives départementales du Finistère)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 5/ Fernand Jacq (1908-1941)

Célestin Perrigault s'est engagé ensuite d'abord comme instituteur de Locmaria Berrien dans le réseau de résistance FTP de Berrien, participant à des parachutages, des échanges d'information, des transmissions d'ordres de la résistance communiste, d'armes, et échappant à une rafle a Morlaix (suite à l'exécution de la maîtresse du commandant allemand de la place, un SS furieux et violent, Keller).

En 40, le jeune normalien originaire du nord de l'Ille et Vilaine (Monfort-sur-Meu, où il fut orphelin de mère et de père très tôt), exclu de l'école normale de Rennes pour indiscipline (il préférait les dessins satiriques et les blagues aux études: il se fait remarquer d'ailleurs pour ses caricatures de Hitler et Göring avant-guerre), s'est rendu dans le Finistère pour rejoindre l'Angleterre et continuer le combat, mais les bateaux étaient déjà bloqués a Plouescat quand il est arrivé, depuis Quimper, avec sa bicyclette.

Repassant par Huelgoat en vélo, il décide de s'y installer, une amie rennaise lui ayant dit le plus grand bien de la région.

Il est amoureux de Huelgoat dont il devient le populaire gardien de but de l'équipe de foot et se fiance et marie avec une jeune de Huelgoat, Yvonne Dual, avant de s'engager au PCF et en résistance chez les FTP.

Il obtient la croix de guerre à la liberation et devient élu communiste a Plouyé avant de revenir à Rennes pour y devenir journaliste pour le journal communiste breton Ouest-Matin où il écrit sous son nom et plusieurs pseudonymes, puis de nouveau instituteur et militant, puis dirigeant départemental du syndicat des instituteurs. 

C'est une grande chance d'avoir pu connaître et honorer à l'occasion d'une chaleureuse fête d'anniversaire avec les camarades d'Ille-et-Vilaine que nous remercions de leur invitation ce grand témoin des combats de la résistance et des jours heureux.

Daniel Collet lui a d'ailleurs lu une très belle lettre d'amitié de Fabien Roussel, le candidat des Jours Heureux.

PERRIGAULT Célestin, René, Marcel, dit « Tintin »
 
Né le 17 novembre 1921 à La Chapelle-Chaussée (Ille-et-Vilaine) ; instituteur ; militant syndicaliste, secrétaire de la section départementale du SNI d’Ille-et-Vilaine (1963-1972) ; militant communiste, conseiller municipal de Plouyé (Finistère).
Sa mère mourut peu après sa naissance. Son père, ferblantier-zingueur-quincailler, d’opinions radicales-socialistes, se remaria vers 1925 et décéda en 1934. Célestin Perrigault (parfois écrit Périgaux ou Perrignault) reçut les premiers sacrements catholiques. Élevé par sa mère adoptive, interne au cours complémentaire de Montfort-sur-Meu, il entra à l’École normale d’instituteurs de Rennes en 1938. En février 1940, il fut sanctionné pour des raisons disciplinaires et déplacé à l’ENI de Quimper (Finistère) où il termina sa scolarité. Titulaire du brevet supérieur, après son stage de janvier 1941 à juillet 1941 à Huelgoat dans les monts d’Arrée, il fut nommé instituteur à Locmaria-Berrien, commune voisine.
Dans cette région du centre Bretagne, la Résistance communiste fut très forte. En 1943, il adhéra au Parti communiste clandestin et s’engagea dans la Résistance dans le détachement FTPF « Docteur Jacq », du nom du dirigeant communiste finistérien fusillé à Châteaubriant. Au moment de l’insurrection, en juillet et août 1944, il fit partie du maquis de Berrien. Après la libération d’Huelgoat, il devint lieutenant FFI engagé volontaire pour la durée de la guerre. Il reçut la croix de guerre 1939-1945.
Il se maria religieusement en décembre 1942 à Huelgoat (Finistère) avec Yvonne Dual, née le 3 septembre 1925 à Berrien, fille d’un agent-cantonnier des Ponts et Chaussée, résistante, puis militante de diverses organisations, dont l’Union des femmes françaises (trésorière départementale). Membre du Parti communiste français à la Libération, elle ne reprit pas sa carte au début des années 1970 et réadhéra en 1976. Elle décéda le 13 juillet 2013 à Combourg (Ille-et-Vilaine). Le couple eut trois filles qui ne reçurent aucun sacrement religieux.
Affecté comme officier des sports en mai 1945 à Quimper, démobilisé en septembre 1945, Perrigault reprit son poste à Locmaria-Berrien puis à la rentrée suivante, en septembre 1946, il obtint sa mutation à Plouyé.
Il adhéra à la fin de 1943 à Locmaria-Berrien au PCF et aux Jeunesses communistes l’année suivante. Membre du comité de la fédération de l’Union de la jeunesse républicaine de France de 1945 à 1947, il fut secrétaire de la cellule communiste et membre du comité de la section communiste de Locmaria-Huelgoat. Élu conseiller municipal de Plouyé en 1947, il démissionna deux ans plus tard en raison de son départ pour Rennes. Au printemps 1947, détaché aux œuvres post et périscolaires dans la circonscription de Châteaulin, chargé de l’organisation du cinéma éducateur et à ce titre, il circula dans les écoles de la partie centrale du Finistère.
A la suite de difficultés familiales (décès d’un enfant, maladie de son épouse), en septembre 1948, Célestin Perrigault, en congé pour convenances personnelles, fit partie de la rédaction du quotidien progressiste Ouest-Matin qui rayonnait sur les départements de l’Ouest, Loire-Atlantique comprise. Il apprit sur le tas son nouveau métier de journaliste à Rennes et suivit l’école centrale de journalistes communistes pendant trois mois de 1949. Il fréquenta entre autres Jacques Brière, Marcel Carrasso et René Huguen. Il couvrit de 1948 à 1952 la rubrique sociale suivant les conflits ouvriers de Saint-Nazaire et de Brest. Les difficultés du journal nécessitèrent un redéploiement de la rédaction ; aussi reprit-il en septembre 1952, un poste dans l’enseignement en Ille-et-Vilaine à Guignen. Il fut nommé ensuite à Noyal-sur-Seiche, puis à Rennes. Il suivit alors l’école centrale pour les instituteurs communistes en 1953 à Suresnes.
Il s’engagea immédiatement dans la vie syndicale. Élu au conseil syndical de la section départementale du SNI, il siégea dans la minorité avec le responsable du groupe ex-cégétiste Roger Gomet. Le changement de majorité s’effectua en décembre 1961 au moment du renouvellement du conseil syndical. Le rapport de forces s’inversa. La tendance UID emmenée par Robert Le Foulgoc perdit un siège et devint minoritaire (12 sièges contre 13). Célestin Perrigault, succédant à Roger Gomet en décembre 1963, dirigea la section pendant une décennie. En 1972, en tête de la liste qui l’emporta, réélu secrétaire, il démissionna peu après et proposa Louis Chartrain pour lui succéder. Il fut entre 1956 et 1966 membre du Comité départemental d’action laïque.
Perrigault, lors du congrès national du SNI, le 8 juillet 1959, dans la séance consacrée aux « conditions de la rémunération ouvrière », critiqua les analyses d’Henri Baude qui contribuaient, selon lui, à cristalliser les tendances plutôt que de rechercher l’unité d’action. Lors de la réunion du conseil national du SNI, le 23 décembre 1960, il intervint après le rapport de Clément Durand sur le certificat d’aptitude pédagogique des maîtres privés. Il lut le vœu de sa section souhaitant que des représentants des syndicats puissent participer aux commissions chargées de faire passer ce CAP.
Au congrès du SNI à Lille, le 5 juillet 1964, dans la discussion du rapport moral, il estima que le SNI devait privilégier les actions revendicatives. Le 12 juillet 1965, dans la discussion du rapport moral, il souhaita une amélioration des rapports entre la direction nationale et les sections départementales. La même année, pour l’élection du bureau national du SNI en décembre, il figurait sur la liste « Pour un SNI toujours plus uni, toujours plus fort » conduite par Alfred Sorel. Devenu PEGC, il fut le responsable académique du SNI-PEGC pour les questions du personnel des CEG de 1972 à 1976.
Pendant cette période, il siégea comme délégué du personnel à la Commission administrative paritaire départementale, au Comité technique paritaire départemental. Après la mise en place du corps des PEGC, il œuvra pour qu’une structure régionale se mette en place. Il dirigea la commission administrative des PEGC qui se transforma ensuite en conseil académique au sein duquel on trouvait Hervé Cadiou (Finistère), Christian Le Verge (Côtes-du-Nord) et Loïc Champagnat(Morbihan). Il laissa la direction de ce conseil académique « Unité et Action » homogène à Jacques Martin en 1976.
En 1972, il quitta ses responsabilités syndicales et s’engagea dans une carrière de direction comme le faisaient souvent les responsables syndicaux du SNI enseignant en collège. En effet, au début des années 1960, il avait repris ses études. En 1962, reçu au CAPCEG, il devint professeur de français au collège public de Janzé. Nommé en 1972 sous-directeur faisant fonction de principal au collège de Janzé, il devint en 1976 principal du collège de Bégard dans les Côtes-du-Nord où il termina sa carrière professionnelle. Il fut élu immédiatement à la commission consultative spéciale des directeurs de CEG et des sous-directeurs de CES au titre du SNI avec Yves Thomas, principal du collège de Plestin-les-grèves et ancien membre du bureau national du SNI (Ecole Emancipée). En 1979 il prit sa retraite en Ille-et-Vilaine aux Iffs puis à Tinténiac depuis 2003.
Perrigault fut aussi entre 1956 et 1966 membre du comité directeur départemental des amicales laïques dans le cadre de la Fédération des œuvres laïques, membre du comité directeur du cercle Paul-Bert de Rennes et militant du Mouvement de la Paix.
Perrigault, secrétaire de la cellule des instituteurs communistes à Rennes au milieu des années 1970, fut membre du comité de la fédération communiste de 1968 à 1971. Responsable départemental du Mouvement de la Paix, membre du comité départemental de France-URSS, il était aussi secrétaire départemental de France-République démocratique allemande. Il fut candidat au Conseil général dans le canton de Bécherel en 1956, en 1961 et en 1985, il figura sur la liste « d’union démocratique » aux élections municipales de Rennes en 1965.
Après son départ à la retraite toujours militant du PCF, il devint membre du conseil d’administration de la section départementale de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale jusque dans les années 1990. Il continuait à militer aussi au Mouvement de la Paix, à France-URSS et France-RDA, à l’Association républicaine des anciens combattants et à l’Association nationale des anciens combattants résistants.
Perrigault, retraité, resta adhérent du SNI puis du SNUIPP. A Tinténiac, il écrivit pour sa famille ses souvenirs en trois volumes « Au fil des notes », « La fronde et la sten », « Propos en l’air », collabora au bulletin intercommunal Le Lavoir. Il reprit la peinture et ses œuvres peintes furent exposées au Centre culturel en avril 2013.
Partager cet article
Repost0
3 décembre 2021 5 03 /12 /décembre /2021 06:29

Célestin Perrigault est un militant PCF de la section de Combourg qui a eu 100 ans le 17 novembre 2021, l'âge du Parti communiste

Le 4 décembre, le PCF organise une réception à la salle des fêtes de Trévérien suivi d’un repas à Combourg.

Article du Ouest-France: Le COMMUNISME ça conserve - bon anniversaire Célestin !

Article du Ouest-France: Le COMMUNISME ça conserve - bon anniversaire Célestin !

PERRIGAULT Célestin, René, Marcel, dit « Tintin »

Né le 17 novembre 1921 à La Chapelle-Chaussée (Ille-et-Vilaine) ; instituteur ; militant syndicaliste, secrétaire de la section départementale du SNI d’Ille-et-Vilaine (1963-1972) ; militant communiste, conseiller municipal de Plouyé (Finistère).

Sa mère mourut peu après sa naissance. Son père, ferblantier-zingueur-quincailler, d’opinions radicales-socialistes, se remaria vers 1925 et décéda en 1934. Célestin Perrigault (parfois écrit Périgaux ou Perrignault) reçut les premiers sacrements catholiques. Élevé par sa mère adoptive, interne au cours complémentaire de Montfort-sur-Meu, il entra à l’École normale d’instituteurs de Rennes en 1938. En février 1940, il fut sanctionné pour des raisons disciplinaires et déplacé à l’ENI de Quimper (Finistère) où il termina sa scolarité. Titulaire du brevet supérieur, après son stage de janvier 1941 à juillet 1941 à Huelgoat dans les monts d’Arrée, il fut nommé instituteur à Locmaria-Berrien, commune voisine.

Dans cette région du centre Bretagne, la Résistance communiste fut très forte. En 1943, il adhéra au Parti communiste clandestin et s’engagea dans la Résistance dans le détachement FTPF « Docteur Jacq », du nom du dirigeant communiste finistérien fusillé à Châteaubriant. Au moment de l’insurrection, en juillet et août 1944, il fit partie du maquis de Berrien. Après la libération d’Huelgoat, il devint lieutenant FFI engagé volontaire pour la durée de la guerre. Il reçut la croix de guerre 1939-1945.

Il se maria religieusement en décembre 1942 à Huelgoat (Finistère) avec Yvonne Dual, née le 3 septembre 1925 à Berrien, fille d’un agent-cantonnier des Ponts et Chaussée, résistante, puis militante de diverses organisations, dont l’Union des femmes françaises (trésorière départementale). Membre du Parti communiste français à la Libération, elle ne reprit pas sa carte au début des années 1970 et réadhéra en 1976. Elle décéda le 13 juillet 2013 à Combourg (Ille-et-Vilaine). Le couple eut trois filles qui ne reçurent aucun sacrement religieux.

Affecté comme officier des sports en mai 1945 à Quimper, démobilisé en septembre 1945, Perrigault reprit son poste à Locmaria-Berrien puis à la rentrée suivante, en septembre 1946, il obtint sa mutation à Plouyé.

Il adhéra à la fin de 1943 à Locmaria-Berrien au PCF et aux Jeunesses communistes l’année suivante. Membre du comité de la fédération de l’Union de la jeunesse républicaine de France de 1945 à 1947, il fut secrétaire de la cellule communiste et membre du comité de la section communiste de Locmaria-Huelgoat. Élu conseiller municipal de Plouyé en 1947, il démissionna deux ans plus tard en raison de son départ pour Rennes. Au printemps 1947, détaché aux œuvres post et périscolaires dans la circonscription de Châteaulin, chargé de l’organisation du cinéma éducateur et à ce titre, il circula dans les écoles de la partie centrale du Finistère.

A la suite de difficultés familiales (décès d’un enfant, maladie de son épouse), en septembre 1948, Célestin Perrigault, en congé pour convenances personnelles, fit partie de la rédaction du quotidien progressiste Ouest-Matin qui rayonnait sur les départements de l’Ouest, Loire-Atlantique comprise. Il apprit sur le tas son nouveau métier de journaliste à Rennes et suivit l’école centrale de journalistes communistes pendant trois mois de 1949. Il fréquenta entre autres Jacques Brière, Marcel Carrasso et René Huguen. Il couvrit de 1948 à 1952 la rubrique sociale suivant les conflits ouvriers de Saint-Nazaire et de Brest. Les difficultés du journal nécessitèrent un redéploiement de la rédaction ; aussi reprit-il en septembre 1952, un poste dans l’enseignement en Ille-et-Vilaine à Guignen. Il fut nommé ensuite à Noyal-sur-Seiche, puis à Rennes. Il suivit alors l’école centrale pour les instituteurs communistes en 1953 à Suresnes.

Il s’engagea immédiatement dans la vie syndicale. Élu au conseil syndical de la section départementale du SNI, il siégea dans la minorité avec le responsable du groupe ex-cégétiste Roger Gomet. Le changement de majorité s’effectua en décembre 1961 au moment du renouvellement du conseil syndical. Le rapport de forces s’inversa. La tendance UID emmenée par Robert Le Foulgoc perdit un siège et devint minoritaire (12 sièges contre 13). Célestin Perrigault, succédant à Roger Gomet en décembre 1963, dirigea la section pendant une décennie. En 1972, en tête de la liste qui l’emporta, réélu secrétaire, il démissionna peu après et proposa Louis Chartrain pour lui succéder. Il fut entre 1956 et 1966 membre du Comité départemental d’action laïque.

Perrigault, lors du congrès national du SNI, le 8 juillet 1959, dans la séance consacrée aux « conditions de la rémunération ouvrière », critiqua les analyses d’Henri Baude qui contribuaient, selon lui, à cristalliser les tendances plutôt que de rechercher l’unité d’action. Lors de la réunion du conseil national du SNI, le 23 décembre 1960, il intervint après le rapport de Clément Durand sur le certificat d’aptitude pédagogique des maîtres privés. Il lut le vœu de sa section souhaitant que des représentants des syndicats puissent participer aux commissions chargées de faire passer ce CAP.

Au congrès du SNI à Lille, le 5 juillet 1964, dans la discussion du rapport moral, il estima que le SNI devait privilégier les actions revendicatives. Le 12 juillet 1965, dans la discussion du rapport moral, il souhaita une amélioration des rapports entre la direction nationale et les sections départementales. La même année, pour l’élection du bureau national du SNI en décembre, il figurait sur la liste « Pour un SNI toujours plus uni, toujours plus fort » conduite par Alfred Sorel. Devenu PEGC, il fut le responsable académique du SNI-PEGC pour les questions du personnel des CEG de 1972 à 1976.

Pendant cette période, il siégea comme délégué du personnel à la Commission administrative paritaire départementale, au Comité technique paritaire départemental. Après la mise en place du corps des PEGC, il œuvra pour qu’une structure régionale se mette en place. Il dirigea la commission administrative des PEGC qui se transforma ensuite en conseil académique au sein duquel on trouvait Hervé Cadiou (Finistère), Christian Le Verge (Côtes-du-Nord) et Loïc Champagnat(Morbihan). Il laissa la direction de ce conseil académique « Unité et Action » homogène à Jacques Martin en 1976.

En 1972, il quitta ses responsabilités syndicales et s’engagea dans une carrière de direction comme le faisaient souvent les responsables syndicaux du SNI enseignant en collège. En effet, au début des années 1960, il avait repris ses études. En 1962, reçu au CAPCEG, il devint professeur de français au collège public de Janzé. Nommé en 1972 sous-directeur faisant fonction de principal au collège de Janzé, il devint en 1976 principal du collège de Bégard dans les Côtes-du-Nord où il termina sa carrière professionnelle. Il fut élu immédiatement à la commission consultative spéciale des directeurs de CEG et des sous-directeurs de CES au titre du SNI avec Yves Thomas, principal du collège de Plestin-les-grèves et ancien membre du bureau national du SNI (Ecole Emancipée). En 1979 il prit sa retraite en Ille-et-Vilaine aux Iffs puis à Tinténiac depuis 2003.

Perrigault fut aussi entre 1956 et 1966 membre du comité directeur départemental des amicales laïques dans le cadre de la Fédération des œuvres laïques, membre du comité directeur du cercle Paul-Bert de Rennes et militant du Mouvement de la Paix.

Perrigault, secrétaire de la cellule des instituteurs communistes à Rennes au milieu des années 1970, fut membre du comité de la fédération communiste de 1968 à 1971. Responsable départemental du Mouvement de la Paix, membre du comité départemental de France-URSS, il était aussi secrétaire départemental de France-République démocratique allemande. Il fut candidat au Conseil général dans le canton de Bécherel en 1956, en 1961 et en 1985, il figura sur la liste « d’union démocratique » aux élections municipales de Rennes en 1965.

Après son départ à la retraite toujours militant du PCF, il devint membre du conseil d’administration de la section départementale de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale jusque dans les années 1990. Il continuait à militer aussi au Mouvement de la Paix, à France-URSS et France-RDA, à l’Association républicaine des anciens combattants et à l’Association nationale des anciens combattants résistants.

Perrigault, retraité, resta adhérent du SNI puis du SNUIPP. A Tinténiac, il écrivit pour sa famille ses souvenirs en trois volumes « Au fil des notes », « La fronde et la sten », « Propos en l’air », collabora au bulletin intercommunal Le Lavoir. Il reprit la peinture et ses œuvres peintes furent exposées au Centre culturel en avril 2013.


 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2021 2 30 /11 /novembre /2021 12:51
Droits des migrants, accès à la préfecture du Finistère, droit d'asile ,le PCF au côté des associations et citoyens solidaires Rassemblement demain à Brest devant la sous-préfecture mercredi 1er décembre à 13h30

Droits des migrants, accès à la préfecture du Finistère, droit d'asile ,le PCF au côté des associations et citoyens solidaires Rassemblement demain à Brest devant la sous-préfecture mercredi 1er décembre à 13 h 30  

La section du Pays de Brest du PCF et la fédération du Finistère du PCF soutiennent l'appel au rassemblement contre la dématérialisation des démarches imposée aux étrangers et pour un accueil en préfecture leur permettant un accès aux droits.
À l’initiative de la Coordination Bretagne-Pays de la Loire-Normandie Solidaire des personnes immigrées, plusieurs associations du Finistère (100 pour un toit, Digemer, Attac, Solidarité Iroise, LDH…) appellent à se rassembler devant la sous-préfecture de Brest, le mercredi 1er décembre, à 13 h 30, pour manifester contre une nouvelle frontière infranchissable .
Et plus généralement pour le droit de tous les usagers dans tous les services publics à un accueil humain, contre le tout internet facteur de discrimination et de non recours aux droits.
 
 
Attention, nouvelle adresse mail de la section : pcf.sectionbrest@gmail.com
Droits des migrants, accès à la préfecture du Finistère, droit d'asile ,le PCF au côté des associations et citoyens solidaires Rassemblement demain à Brest devant la sous-préfecture mercredi 1er décembre à 13h30
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2021 2 30 /11 /novembre /2021 08:08
Fête de l'humanité Bretagne 🔴
👉 Très forte affluence au meeting de la fête de l'humanité Bretagne. Des dizaines d'adhésions, des centaines de contacts réalisés tout au long du week-end. Des Bretons bien déterminés à relever le défi des jours heureux ✊
👉 Une fête réunissant les 4 fédérations de Bretagne du Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) 💪
👉 La dynamique est lancée, il reste 5 mois avant le premier tour des présidentielles, 5 mois pour ré-enchanter la politique et l'engagement politique. Allons convaincre celles et ceux qui n'y croient plus, que la politique peut parler de nous, de nos réalités et surtout qu'elle peut changer notre quotidien.
Meeting de la fête de l'Humanité Bretagne - discours de Léon Deffontaines, responsable de la JC et porte-parole de Fabien Roussel devant + 1000 personnes.
Voici quelques clichés souvenirs de cette magnifique Fête de L' Huma Bretagne des 27 et 28 novembre 2021.
Meeting devant + 1000 personnes : discours de Léon Deffontaines

Meeting devant + 1000 personnes : discours de Léon Deffontaines

Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Meeting devant + 1000 personnes : discours de Elsa Koerner, responsable JC 35 et cheffe de file du PCF 35 avec Yannick Nadesan pour les Législatives

Meeting devant + 1000 personnes : discours de Elsa Koerner, responsable JC 35 et cheffe de file du PCF 35 avec Yannick Nadesan pour les Législatives

Meeting devant + 1000 personnes : discours de Léon Deffontaines

Meeting devant + 1000 personnes : discours de Léon Deffontaines

Inauguration de la fête le dimanche par Catherine Quéric, conseillère départementale communiste de Lorient, et présidente de la fête, et Philippe Jumeau, secrétaire départemental du PCF Morbihan et porte-parole du comité régional PCF

Inauguration de la fête le dimanche par Catherine Quéric, conseillère départementale communiste de Lorient, et présidente de la fête, et Philippe Jumeau, secrétaire départemental du PCF Morbihan et porte-parole du comité régional PCF

Delphine Alexandre, vice-présidente communiste à la Région Bretagne et présidente du groupe communiste, entourée des camarades d'Ille-et-Vilaine

Delphine Alexandre, vice-présidente communiste à la Région Bretagne et présidente du groupe communiste, entourée des camarades d'Ille-et-Vilaine

Les copains du stand d'Ille-et-Vilaine

Les copains du stand d'Ille-et-Vilaine

Débat sur la Commune de Paris avec Christine Prunaud, ancienne sénatrice communiste des Côtes d'Armor, Ismaël Dupont, Christiane Caro, pour les Belles Rouges du PCF 22, et Hugo Rousselle, historien, auteur avec Dugudus du livre et de l'exposition "Nous, la Commune" (photo France Chapa)

Débat sur la Commune de Paris avec Christine Prunaud, ancienne sénatrice communiste des Côtes d'Armor, Ismaël Dupont, Christiane Caro, pour les Belles Rouges du PCF 22, et Hugo Rousselle, historien, auteur avec Dugudus du livre et de l'exposition "Nous, la Commune" (photo France Chapa)

Fête de l'huma Bretagne. Débat sur la Commune de Paris avec Hugo Rousselle, Christiane Caro, Christine Prunaud a l'occasion de la commémoration du 150 e anniversaire des 72 journées révolutionnaires. photo Herve Ricou

Fête de l'huma Bretagne. Débat sur la Commune de Paris avec Hugo Rousselle, Christiane Caro, Christine Prunaud a l'occasion de la commémoration du 150 e anniversaire des 72 journées révolutionnaires. photo Herve Ricou

 Hugo Rousselle, historien, auteur avec Dugudus du livre et de l'exposition "Nous, la Commune" (photo France Chapa)

Hugo Rousselle, historien, auteur avec Dugudus du livre et de l'exposition "Nous, la Commune" (photo France Chapa)

Débat sur la Commune de Paris avec Christine Prunaud, ancienne sénatrice communiste des Côtes d'Armor, Ismaël Dupont, Christiane Caro, pour les Belles Rouges du PCF 22, et Hugo Rousselle, historien, auteur avec Dugudus du livre et de l'exposition "Nous, la Commune" (photo France Chapa)

Débat sur la Commune de Paris avec Christine Prunaud, ancienne sénatrice communiste des Côtes d'Armor, Ismaël Dupont, Christiane Caro, pour les Belles Rouges du PCF 22, et Hugo Rousselle, historien, auteur avec Dugudus du livre et de l'exposition "Nous, la Commune" (photo France Chapa)

Tara, jeune étudiante en sociologie, adhère au PCF à la fête de l'Humanité Bretagne, et militera sur la section de Brest

Tara, jeune étudiante en sociologie, adhère au PCF à la fête de l'Humanité Bretagne, et militera sur la section de Brest

Tara et Amaury, nouveaux adhérents du PCF Finistère

Tara et Amaury, nouveaux adhérents du PCF Finistère

Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Débat de la JC - Jeanne Pechon, responsable de l'UEC, au micro

Débat de la JC - Jeanne Pechon, responsable de l'UEC, au micro

Débat de la JC - Elsa Koerner, coordinatrice JC 35, au micro

Débat de la JC - Elsa Koerner, coordinatrice JC 35, au micro

Un tres bon débat sur la Commune de 1871 a la fête de l'humanité Bretagne de Lanester samedi apres-midi, organisé par les Belles Rouges PCF 22, avec l'historien Hugo Rousselle, auteur du livre "Nous, la Commune" avec Dugudus (Locus Solus), Christiane Caro, Christine Prunaud - Les communistes remettent l'experience révolutionnaire de la Commune au centre, a l'occasion du 150e anniversaire de l'evenement. Ce débat était précédé a l'espace Livres par un autre sur la communarde finisterienne Nathalie Le Mel. Photo de Philippe Jumeau

Un tres bon débat sur la Commune de 1871 a la fête de l'humanité Bretagne de Lanester samedi apres-midi, organisé par les Belles Rouges PCF 22, avec l'historien Hugo Rousselle, auteur du livre "Nous, la Commune" avec Dugudus (Locus Solus), Christiane Caro, Christine Prunaud - Les communistes remettent l'experience révolutionnaire de la Commune au centre, a l'occasion du 150e anniversaire de l'evenement. Ce débat était précédé a l'espace Livres par un autre sur la communarde finisterienne Nathalie Le Mel. Photo de Philippe Jumeau

Mise en place du stand de la JC

Mise en place du stand de la JC

Le stand de la JC

Le stand de la JC

L'excellent concert de La Caravane passe le samedi soir

L'excellent concert de La Caravane passe le samedi soir

Photo Delphine Alexandre

Photo Delphine Alexandre

Concert de La Caravane Passe - Photo France Chapa

Concert de La Caravane Passe - Photo France Chapa

Concert de La Caravane Passe - Photo France Chapa

Concert de La Caravane Passe - Photo France Chapa

Concert de La Caravane Passe - Photo France Chapa

Concert de La Caravane Passe - Photo France Chapa

Concert de La Caravane Passe - Photo France Chapa

Concert de La Caravane Passe - Photo France Chapa

Concert de La Caravane Passe - Photo France Chapa

Concert de La Caravane Passe - Photo France Chapa

Concert de La Caravane Passe - Photo France Chapa

Concert de La Caravane Passe - Photo France Chapa

Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Débat sur les EHPAD de l'atelier citoyen santé Bretagne du PCF le dimanche matin

Débat sur les EHPAD de l'atelier citoyen santé Bretagne du PCF le dimanche matin

Débat sur les EHPAD de l'atelier citoyen santé Bretagne du PCF le dimanche matin

Débat sur les EHPAD de l'atelier citoyen santé Bretagne du PCF le dimanche matin

Débat sur les EHPAD de l'atelier citoyen santé Bretagne du PCF le dimanche matin

Débat sur les EHPAD de l'atelier citoyen santé Bretagne du PCF le dimanche matin

Débat sur les Algues Vertes avec Yannick Nadesan, Delphine Alexandre et Joël Gallais le dimanche après-midi

Débat sur les Algues Vertes avec Yannick Nadesan, Delphine Alexandre et Joël Gallais le dimanche après-midi

Débat sur les Algues Vertes avec Yannick Nadesan, Delphine Alexandre et Joël Gallais le dimanche après-midi

Débat sur les Algues Vertes avec Yannick Nadesan, Delphine Alexandre et Joël Gallais le dimanche après-midi

Causerie sur Marcel Cachin avec son biographe Georges Cadiou le dimanche après-midi

Causerie sur Marcel Cachin avec son biographe Georges Cadiou le dimanche après-midi

Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Roberte Saint-Jalmes avec Leon Deffontaines, le secrétaire national de la JC et porte-parole de Fabien Roussel, orateur du meeting

Roberte Saint-Jalmes avec Leon Deffontaines, le secrétaire national de la JC et porte-parole de Fabien Roussel, orateur du meeting

Fabien Tudo entre les deux secrétaires du PCF 29: Roberte Saint Jalmes, la secrétaire retraitée, et Marion Francès, la nouvelle secrétaire administrative du PCF Finistère

Fabien Tudo entre les deux secrétaires du PCF 29: Roberte Saint Jalmes, la secrétaire retraitée, et Marion Francès, la nouvelle secrétaire administrative du PCF Finistère

Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Fête de l'Humanité Bretagne 2021: premier retour en images
Miossec - Un très beau concert à la fête de l'Humanité Bretagne dimanche du chanteur brestois

Miossec - Un très beau concert à la fête de l'Humanité Bretagne dimanche du chanteur brestois

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011