Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 août 2020 5 21 /08 /août /2020 06:26
Déclaration de la Fédération du Finistère: Pollution de l'Aulne (20 août 2020)

Déclaration de la Fédération du Finistère: Pollution de l'Aulne
 

L'eau du robinet n'est plus bonne à consommer dans cinquante communes du département.

L'usine d'eau potable de Coatigrac'h, à Châteaulin a relevé une concentration élevée en ammoniaque

Des résidus de méthanisation provenant de la centrale de production de biométhane de Châteaulin, exploitée par le groupe Vol-V, sont à origine de cette pollution qui touche des milliers de foyers.

La préfecture du Finistère a pris un arrêté pour restreindre l'usage de l'eau dans 50 communes dont celle de Chateaulin, Crozon, une large partie du Pays Bigouden notamment.

Les communes impactées et leurs habitants se voient dans l'obligation de se procurer pour les besoins alimentaires de l'eau en bouteille.On imagine sans peine le coût de ces achats imprévus pour les familles te les collectivités territoriales.

L'enquête diligentée permettra d'établir certainement les responsabilités dans cet invraisemblable accident

Mais dès à présent la société en charge de la centrale de méthanisation doit s’engager à prendre en charge les dépenses des particuliers et des collectivités locales liées à la pollution dont les équipements qu'elle gère sont à l’origine.

Brest le 20 août 2020.

Partager cet article

Repost0
19 août 2020 3 19 /08 /août /2020 18:21
 Ils étaient plus d’une soixantaine, ce mardi, à attendre à l’extérieur de la préfecture du Finistère à Quimper, l’ouverture du service d’accueil des étrangers. (Le Télégramme/Lannig Stervinou)

Ils étaient plus d’une soixantaine, ce mardi, à attendre à l’extérieur de la préfecture du Finistère à Quimper, l’ouverture du service d’accueil des étrangers. (Le Télégramme/Lannig Stervinou)

En raison de la crise sanitaire, le service d’accueil des étrangers de la préfecture du Finistère à Quimper n’est ouvert qu’une après-midi par semaine. La conséquence ? Des files d’attente monstrueuses dans des conditions inhumaines.

« Chaque mardi c’est la honte. Tout Quimper parle de nous. Le touriste qui passe, il regarde et se dit : mais c’est quoi ça ? Même à Paris, ils sont plus organisés que ça. J’espère qu’ils vont vite trouver une solution ». Mohamed, Guilviniste d’origine tunisienne, comme tous ceux qui attendent d’être reçus par le service d’accueil des étrangers de la préfecture du Finistère, est désespéré. Pour avoir une chance d’entrer, certains étaient là dès 6 heures du matin, pour une ouverture à 13 h 30. Ils patientent sous le soleil qui brûle les peaux et les averses qui détrempent les habits. Dominique Brunel, président de la Ligue des Droits de l’Homme à Quimper, discute avec chacun, tente de rassurer et s’insurge. « On ne peut pas accepter ça ! », dit-il. Ce mardi, ils étaient une soixantaine, les précédents, près de cent. Hommes, femmes, enfants, jeunes, vieux, toutes couleurs de peaux et toutes origines.

 Faire attendre des familles dans ces conditions est indigne, inacceptable et révèle une organisation inadéquate.

Le premier rendez-vous

Le service d’accueil des étrangers exige, dans le cadre de la procédure, et pour pouvoir avoir un premier rendez-vous, afin d’examiner la future demande de titre de séjour, que le demandeur se présente au guichet pour obtenir ledit premier rendez-vous. Auparavant, ce service de la préfecture était ouvert tous les jours, du lundi au vendredi, les matins et les après-midi. En raison de la Covid-19, l’accueil se fait dorénavant uniquement les mardis après-midi. « Faire attendre des familles dans ces conditions est indigne, inacceptable et révèle une organisation inadéquate », s’indigne Dominique Brunel. Dans un courrier en date du 17 août, adressé à Pascal Lelarge, encore préfet du Finistère jusqu’à la fin du mois, il demande « de mettre les moyens qu’il convient pour que ces personnes puissent être reçues rapidement et dans des conditions humaines dignes ».

Un parcours du combattant

Mais ce passage obligé n’est qu’une étape dans un véritable parcours du combattant, comme en témoigne Mohamed, qui vit en France depuis onze ans, est marié à une Française et père d’un enfant de dix mois malade du cœur. « Je paie mes impôts, je travaille en CDI. Depuis le 22 avril 2019, date à laquelle j’ai présenté un dossier de renouvellement de carte de séjour, il ne se passe rien. Aujourd’hui, mon récépissé a expiré. Je passe mon temps à contacter la préfecture et personne ne répond. C’est mon jour de repos et je suis venu pour avoir des nouvelles. Je peux vous citer au moins dix personnes de mon entourage dans le même cas que moi ».

Partager cet article

Repost0
19 août 2020 3 19 /08 /août /2020 07:16
Mathilde Maillard fait partie des nouveaux visages du Parti communiste promus aux responsabilités au seind e la majorité Cuillandre. (Le Télégramme/Jean-Luc Padellec)

Mathilde Maillard fait partie des nouveaux visages du Parti communiste promus aux responsabilités au seind e la majorité Cuillandre. (Le Télégramme/Jean-Luc Padellec)

Belle interview de notre camarade Mathilde Maillard, médecin et militante communiste de 29 ans, benjamine de l'exécutif municipal et des adjoints brestois (le plus jeune élu du conseil municipal, Taran Marec, est aussi communiste à Brest), chargée de la politique du bien-vieillir et de l'inclusion des personnes en situation de handicap, dans le Télégramme d'aujourd'hui. Mathilde Maillard est une des 7 élus communistes à Brest avec Eric Guellec, responsable communiste et adjoint, Jacqueline Héré, maire de quartier à Bellevue, Jean-Michel Le Lorc'h, vice-président de l'agglomération, Taran Marec, Sandra Le Roux, Anne-Catherine Cleuziou.

Il y avait déjà une une présentation de Mathilde Maillard dans Ouest-France et Côté Brest en juillet:

Brest, nouveaux élus : Mathilde Maillard, médecin, est désormais adjointe au maire (Côté Brest, 15 juillet 2020)

Municipales : présentation des élu.e.s du groupe communiste et citoyen de Brest - Paroles communistes

Nouveaux élus à Brest: Mathilde Maillard (adjointe PCF), benjamine de l'exécutif municipal, aux petits soins pour les aînés (Le Télégramme, Jean-Luc Padellec, 17 août 2020,

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2020 4 23 /07 /juillet /2020 10:13
Jacqueline Héré, Mathilde Maillard, Jean-Michel Le Lorc'h, Eric Guellec, Anne-Catherine Cleuziou, Sandra Le Roux, Taran Marec - 7 élus communistes à Brest

Jacqueline Héré, Mathilde Maillard, Jean-Michel Le Lorc'h, Eric Guellec, Anne-Catherine Cleuziou, Sandra Le Roux, Taran Marec - 7 élus communistes à Brest

Intervention du groupe des élu.e.s communistes

Par Eric Guellec, responsable du groupe des élus communistes brestois

Conseil Municipal du 17 juillet 2020 

Permettez-moi, car nous n’avons pas eu l’occasion de le faire lors du précédent conseil, de vous féliciter au nom des communistes brestois et brestoises, Monsieur le Maire, pour votre élection.

Mesdames, Messieurs,

Chers Collègues, nous avons vécu ces deux tours de scrutin dans un contexte particulier. La crise sanitaire de Covid-19 que nous traversons a bouleversé nos vies et le fonctionnement de nos sociétés. Et risque de les bouleverser durablement. Le second tour des élections municipales a dû être reporté. Il a ensuite fallu faire campagne différemment. Innover dans la manière de diffuser les propositions, de convaincre, d’échanger avec la population. C’est ce que notre liste s’est attachée à faire avec dignité, le regard tourné vers l'avenir, vers le progrès social et écologique, quand d’autres choisissaient d’utiliser des moyens parfois détestables sur la forme, en se donnant des objectifs sur le fond que nous ne partageons pas. A l’issue de ces deux tours de scrutin, c’est une majorité de gauche et écologiste, renouvelée et élargie dans ses composantes, qui l’a emporté et va avoir la responsabilité de la gestion de notre belle cité durant les six prochaines années. A ce titre, nous assurons les Brestois et les Brestoises que cette victoire, nous la mettrons au service de toutes et tous, sans exclusive.

Agir dans le sens de l’intérêt général, répondre aux besoins de la population, dans la perspective d’une société plus juste, plus humaine, plus fraternelle. C’est ce qui nous anime depuis toujours et c’est ainsi que nous allons continuer à conduire l’action publique ces six prochaines années. Nous nous appuyons sur un long travail déjà mené pour Brest sur un projet municipal que nous avons construit avec la population. Un projet qui prend à bras le corps les défis qui nous sont posés pour aujourd’hui, bien sûr, mais également pour demain. Durant cette nouvelle mandature, notre équipe aura à cœur de mettre en œuvre, de traduire en actes, le projet que nous avons porté pendant la campagne. C’est là notre conception de l’action publique, tenir ses engagements. Les 7 élus communistes membres de la majorité s’y attelleront avec rigueur et exigence, profondément attachés à l’esprit d’équipe. Esprit d'équipe qui, s'il ne garantit pas la réussite, en est la condition sine qua non dans la durée. Ces élections municipales 2020 se sont donc déroulées dans un contexte totalement inédit. Et les signaux envoyés sont clairs.

- Ces élections ont montré que face aux difficultés de leur vie quotidienne, beaucoup de nos concitoyens ont sanctionné sévèrement la politique d’Emmanuel Macron. C’est un échec lourd pour toutes celles et ceux qui espéraient conquérir une multitude de villes avec l’étiquette de la république en marche. C’est un premier coup d’arrêt électoral pour le Président des riches.

- Ces élections ont également montré, mes chers collègues, que l’abstention s'est révélée très forte partout en France, notamment dans les quartiers populaires. Et l’explication d’un tel niveau d’abstention dépasse la question conjoncturelle de la crise sanitaire que nous traversons. Elle est aussi le signe d’un sentiment de rupture éprouvé sur l'ensemble du territoire national par une partie de la population. Ce message de nos concitoyens, il nous faut l’entendre, le prendre en compte et y répondre, même si, bien évidemment, les solutions ne sont pas que locales, loin s'en faut. 

- Enfin, ces élections municipales 2020 ont montré que là où les forces de gauche et écologistes se sont unies et ont donc travaillé ensemble à un projet, social, écologique et démocratique, un projet en phase avec les besoins des populations, elles ont bien souvent emporté la victoire ! C’est le cas ici à Brest, mais aussi à Quimper, à Rennes, à Nantes, etc. Dans une période où la crise sanitaire a accentué les situations de précarité chez beaucoup, les services publics doivent être le pivot de la sortie de crise, buts et moyens d'un mode efficace de développement écologique et social. Investir dans le service public local, dans le bien public, est plus que jamais notre priorité. Ce mandat sera l’occasion pour notre majorité de continuer à développer des politiques sociales toujours plus ambitieuses dans toute la ville, dans tous les quartiers :

- Il nous faudra ainsi poursuivre le travail mené notamment par notre camarade Claude Bellec, élue communiste sortante que nous saluons et remercions pour son engagement depuis 2008, dans le domaine du renforcement des solidarités. 

- L’évolution de la tarification sociale de l’eau et le développement d’un réseau d’épiceries solidaires accessibles au plus grand nombre constitueront de nouvelles étapes importantes de nos politiques sociales, pour un Brest toujours plus solidaire.

- Par ailleurs, la crise sanitaire met en lumière, de façon aveuglante, les enjeux de santé et les grandes difficultés que connaît l’hôpital public depuis de nombreuses années. Les fortes inquiétudes qui pèsent sur notre service public hospitalier, dont le CHU représente le pilier ici à Brest, nous conduisent à exiger que tout soit mis en œuvre pour que notre centre hospitalier dispose des moyens adaptés aux enjeux de santé et d’accès aux soins. La priorité doit être donnée à l’humain au-delà des logiques purement budgétaires et comptables. Au niveau de la ville, nous serons vigilants à ce que le travail concernant la création d’une mutuelle santé communale soit rapidement enclenché et à ce que de nouvelles solutions d’accès aux soins puissent voir le jour. 

- Enfin, l’enjeu des solidarités ne saurait se penser sans une ambition toujours réaffirmée pour la vie associative brestoise et la promotion de l’éducation populaire dans les quartiers. Le soutien à la vie associative est le terreau de la solidarité et de la cohésion sociale. Renforcer les dynamiques collectives dans les quartiers, pour la construction de nouvelles solidarités, pour l’émancipation de chacune et chacun. Soyez assuré, et j’en terminerai là mon propos, que les communistes apporteront toute leur énergie au seul service qui vaille, le service à la population. Avec pour objectif, le seul objectif qui vaille, la construction d'une société meilleure. Monsieur le Maire, je vous remercie.

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 06:27
Le jour où Enzo de Gregorio adhère au PCF - 21 juillet 2020, Morlaix (photo Ismaël Dupont)

Le jour où Enzo de Gregorio adhère au PCF - 21 juillet 2020, Morlaix (photo Ismaël Dupont)

🔔Info🔔
 
Un nouvel adhérent de choc pour le PCF Morlaix et Finistère:
Enzo De Gregorio 17 ans. Bienvenue au parti communiste, le parti de la fraternité humaine et de la lutte pour l'égalité des droits!
" Il y a quelques semaines, je quittais mon engagement lycéen non sans une pointe d’émotion. Mais j’avais déjà en tête mon futur engagement.
C’est maintenant chose faite, dans un parti centenaire, qui ce bat au quotidien pour les français et les jeunes.
Je suis fier et heureux de rejoindre ce jour la grande famille du PCF."
Enzo de Gregorio, 21 juillet 2020 

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 06:10
Mathilde Maillard, nouvelle adjointe communiste à Brest, photo Ouest-France - 15 juillet 2020

Mathilde Maillard, nouvelle adjointe communiste à Brest, photo Ouest-France - 15 juillet 2020

Brest. Qui est Mathilde Maillard, nouvelle adjointe au maire ?

Qui sont les nouveaux adjoints. Elle sera notamment en charge de la politique du bien vieillir, et de l’inclusion des personnes en situation de handicap, au sein du nouveau conseil municipal de Brest (Finistère).

Mickaël Louédec, Ouest-France, 15 juillet 2020

Mathilde Maillard, 29 ans, médecin, adjointe au maire communiste a Brest au bien vieillir et a l'inclusion du handicap. Son interview dans Ouest-France: "J’ai 29 ans, je suis membre du PCF et je vis à Brest depuis mon enfance. J’ai fait une grande partie de ma scolarité à Kerichen. Aujourd’hui, je suis médecin généraliste et j’habite toujours Kerichen. J’ai aussi exercé pendant cinq mois à l’hôpital de Landerneau. Je suis militante depuis plusieurs années, et j’ai adhéré au Parti Communiste Français en 2018. Je milite pour une société plus juste, plus solidaire, plus humaine. J’ai retrouvé ces valeurs-là dans le PCF, avec cette volonté d’apporter des réponses concrètes et réalistes aux populations".

Trois questions à Mathilde Maillard, nouvelle adjointe au maire de Brest.

Pouvez-vous vous présenter ?

J’ai 29 ans, je suis membre du PCF et je vis à Brest depuis mon enfance. J’ai fait une grande partie de ma scolarité à Kerichen. Aujourd’hui, je suis médecin généraliste et j’habite toujours Kerichen. J’ai aussi exercé pendant cinq mois à l’hôpital de Landerneau. Je suis militante depuis plusieurs années, et j’ai adhéré au Parti Communiste Français en 2018. Je milite pour une société plus juste, plus solidaire, plus humaine. J’ai retrouvé ces valeurs-là dans le PCF, avec cette volonté d’apporter des réponses concrètes et réalistes aux populations.

Quelle sera votre action au sein de la municipalité ?

Je suis adjointe, en charge de la politique du bien vieillir, et de l’inclusion des personnes en situation de handicap. L’idée est de favoriser l’autonomie des personnes, via l’adaptation des logements, l’accessibilité des transports, l’accès à la culture, au sport, au numérique… Il y a aussi l’accompagnement dans la dépendance. Il faut améliorer les conditions d’accueil dans les Ehpad municipaux et soutenir le maintien à domicile.

Comment voyez-vous Brest en 2026 ?

Brest s’est construite comme une ville solidaire. On va renforcer cette dynamique pour les prochaines années. Avec l’allongement de la durée de vie, ce sont quatre générations qui vont vivre ensemble ! Cela va renforcer notre cadre de vie !

 

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 06:09
 Iris Bouchonnet, adjointe à la jeunesse, à la vie étudiante et aux politiques temporelles à la Ville de Rennes et militante au MJCF35. Photo Ville de Rennes

Iris Bouchonnet, adjointe à la jeunesse, à la vie étudiante et aux politiques temporelles à la Ville de Rennes et militante au MJCF35. Photo Ville de Rennes

Comme à Morlaix ( Eugène Davillers Caradec, 22 ans, conseiller municipal délégué à l'urbanisme), Brest (Taran Marec, 21 ans, conseiller délégué à la Vitalité de la langue bretonne, charte Ya d'ar brezhoneg, enseignement et signalétiques bilingues ; et Mathilde Maillard, 29 ans, adjointe au bien vieillir et a l'inclusion du handicap , Saint Thegonnec Loc-Eguiner (Corentin Derrien, 18 ans, conseiller municipal en charge du patrimoine et de l'environnement), le/la plus jeune élu(e) au conseil municipal de Rennes est communiste: Iris Bouchonnet, 22 ans, dont voici le portrait dans Ouest-France du jour, 22 juillet.

cf:

Parole à Eugène Davillers Caradec, 22 ans, candidat de Morlaix Ensemble, possible futur élu de Morlaix le 28 juin

Parole à Corentin Derrien, 18 ans, nouveau conseiller municipal de Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec

Brest, nouveaux élus : Mathilde Maillard, médecin, est désormais adjointe au maire (Côté Brest, 15 juillet 2020)

Le parti communiste, avec ses 100 ans d'histoire, son intégrité morale et son esprit de lutte, est une organisation en plein renouvellement militant et qui a l'audace de donner des responsabilités aux jeunes.

L'Avant Garde
, journal des jeunes communistes, publie un entretien avec notre camarade Iris Bouchonnet, adjointe à la jeunesse, à la vie étudiante et aux politiques temporelles à la Ville de Rennes et militante au MJCF35.
Elle y revient sur son parcours et ses engagements de communiste, qu'elle compte mettre en actes au cours de ce mandat.
 

Entretien avec Iris Bouchonnet, jeune élue rennaise

Avant-Garde, 14 juillet 2020 - Journal du Mouvement des Jeunes communistes (MJCF)

Au terme des élections municipales, Avant Garde est allé à la rencontre de plusieurs jeunes élus communistes pour les interroger sur leur engagement d’élus. Iris Bouchonnet, 23 ans, chargée d’accompagnement dans une coopérative, et nouvellement élue à Rennes a accepté de nous répondre. 

Peux-tu revenir sur ton parcours scolaire, professionnel et militant ?

A défaut d’avoir une idée précise de ce que je voulais faire après mon BAC, j’ai fait un DUT de commerce à Tours. Ne me retrouvant pas dans les valeurs capitalistes, et ayant une sensibilité aux idées humanistes, sociales, solidaires et écologiques, je me suis engagée à la JC37 (jeunes communistes d’Indre et Loire) afin de m’investir dans les luttes sociales en militant, me former davantage, développer mon sens critique etc. J’ai ensuite déménagé à Rennes pour me diriger vers un master en Economie Sociale et Solidaire. J’ai parallèlement poursuivi le militantisme à la JC35 (Ille et Vilaine), ainsi que divers engagements associatifs. Actuellement je travaille dans une coopérative comme chargée d’accompagnement.

Pourquoi as-tu accepté d’être candidate pour le PCF aux élections municipales de Rennes ?

Les militant.e.s du PCF ont travaillé sur un programme pour les élections municipales, très cohérent, engagé, inclusif et représentatif de toutes les valeurs que nous portons. Je me suis pleinement retrouvée dans ces propositions. De plus, je suis très attachée à la ville de Rennes et à ses dynamiques politiques et culturelles. J’ai accepté d’être candidate afin de porter nos valeurs et idées communistes et la voix des camarades au sein de la gouvernance de la Ville de Rennes.

Quels objectifs te fixes-tu pour réussir ton mandat ?

Nous sommes force de propositions économiques, sociales et écologiques, l’objectif principal de ce mandat est de tenir nos engagements, pour une assurer la cohérence entre nos paroles et nos actions. Mener une politique hors sol n’a aucun intérêt, le second point que je tiens à respecter est de rester à l’écoute des camarades et plus globalement, des Rennais et Rennaises.

Tu as hérité de la délégation à la jeunesse, quels sont les chantiers que tu souhaites mener pour les jeunes de Rennes ?

J’ai en effet été élue déléguée à la jeunesse et à la vie étudiante. Il s’agit d’un enjeu important car 48% des Rennais et Rennaises ont moins de 30 ans. Les impératifs sont d’assurer une accessibilité aux vacances, loisirs, à la culture, s’assurer de la place de l’éducation populaire dans les politiques éducatives, mais également de lutter contre la précarité. Pour citer quelques engagements ; dès la fin de l’année 2020 nous baisserons les tarifs des transports de 25% pour les moins de 26 ans, dans la perspective d’une gratuité en 2024. Nous lutterons pour garantir le droit aux vacances pour tou.te.s, notamment via une aide aux vacances familiales et l’organisation de mini séjours municipaux.

Sur quels autres enjeux te montreras-tu particulièrement attentives ?

J’ai également une délégation sur la politique des temps qui permettra la réorganisation des horaires des institutions, notamment des établissements d’enseignement supérieur, pour éviter les heures d’affluence dans les transports par exemple et donc faciliter la vie des Rennais et des Rennaises.

De façon transversale, je m’engage à faire de mon mieux pour porter nos valeurs et défendre les droits pour lesquels nous nous battons au quotidien et depuis des années.

 

Ouest-France, 22 juillet 2020

Ouest-France, 22 juillet 2020

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 05:45
Le service national universel, un outil contre-productif: Christine Prunaud, sénatrice communiste des Côtes d'Armor, 17 juillet 2020

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2020 7 19 /07 /juillet /2020 13:53
Rassemblement au Menez Hom 2015

Rassemblement au Menez Hom 2015

Pour le désarmement nucléaire, le jeudi 6 août 2020 au Menez-Hom, 75 ans après les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki.
 
Le PCF s'associe à l'appel du CIAN et du Mouvement de la Paix pour participer nombreux aux rassemblements le jeudi 6 août, pour dire non aux armes nucléaires, en cette date anniversaire des 75 ans des bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki.
 
Rendez-vous:
 
- à 10h, au départ du Faou de la caravane pour la paix et d'un cortège de voitures de militants pacifistes à partir du quai Quélen
 
- à 11h, port du Fret sur la presqu'île de Crozon
 
- à 12h, à Crozon avec les jeûneurs
 
- à 13h30, pique-nique à Sainte Marie du Menez Hom
 
- à 15h30, Montée au Menez Hom
 
Merci d'être nombreux à vous associer à cet évènement important dans notre combat pour sensibiliser autour du péril mortel de la prolifération et du renforcement de l'armement nucléaire et sur la nécessité de ratifier le traité d'interdiction des armes nucléaires.

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2020 6 18 /07 /juillet /2020 12:27

Conseil communautaire du 16 juillet 2020: les 3 nouveaux élus communautaires adhérents du Parti communiste à Morlaix Communauté (sur 51) : Ismaël Dupont, Valérie Scattolin, Roger Héré, vice-président au Transport et Mobilités.

Ces 3 élus communautaires représentent aussi 19 élus municipaux communistes et apparentés sur le territoire de Morlaix-Communauté depuis les élections municipales de mars et juin 2020.

Dans l'ensemble du territoire de Morlaix-Communauté, ce seront donc en tout 19 élus communistes et sympathisants qui travailleront pour les intérêts des citoyens: 8 à Plouigneau (6 adhérents et 2 sympathisants, avec notamment Roger Héré et Christophe Boudrot, adjoints, Daniel Duval, adjoint, Mariane Gauthier Destable, Julie Hamon, Patrick Béguivin, Annick Le Guern,) un adjoint à Guimaëc (Jéremy Lainé), un conseiller municipal à Saint-Thégonnec-Loc-Eguiner, le plus jeune élu de la région, Corentin Derrien, 8 élus à Morlaix (5 adhérents, et 3 sympathisants):  Ismaël Dupont, Valérie Scattolin, Fréderic L'aminot, adjoints, Marie-Françoise Madec Jacob, Maéla Burlot, Eugène Davillers Caradec, Elise Kérebel,Patrick Gambache, conseillers délégués; Martine Carn, élue d'opposition à Plougonven 

Parmi ces élus, 15 d'entre eux sont des nouveaux élus!

On avait pas vu ça depuis longtemps.

Photos Jean-Luc Le Calvez

Roger Héré - Conseil communautaire du 16 juillet 2020 - Photo Jean-Luc Le Calvez

Roger Héré - Conseil communautaire du 16 juillet 2020 - Photo Jean-Luc Le Calvez

Valérie Scattolin - Conseil communautaire du 16 juillet 2020 - Photo Jean-Luc Le Calvez

Valérie Scattolin - Conseil communautaire du 16 juillet 2020 - Photo Jean-Luc Le Calvez

Ismaël Dupont - Conseil communautaire du 16 juillet 2020 - Photo Jean-Luc Le Calvez

Ismaël Dupont - Conseil communautaire du 16 juillet 2020 - Photo Jean-Luc Le Calvez

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011