Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 10:01
Photo Taran Marec, élu communiste à Brest

Photo Taran Marec, élu communiste à Brest

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 09:58
Brest - les communistes présents avec les salariés d'EDF contre le projet Hercule (photos Enzo de Gregorio)
Brest - les communistes présents avec les salariés d'EDF contre le projet Hercule (photos Enzo de Gregorio)

Les communistes étaient présents à Brest au côté des salariés d'EDF contre le projet Hercule.

Contre le démantèlement d'EDF et le projet Hercule
Les communistes étaient aux cotés des salariés des industries électriques et gazières à Brest Keraudren le Jeudi 17 décembre (195 rue Ernestine de Trémaudan).
Le projet Hercule n'est que l'ultime étape d'un projet de libéralisation débuté dans les années 1990.
Le PDG d’EDF a pour mission de mettre en place une transformation de l’entreprise visant à accélérer le processus de privatisation et, au final, remplir les poches des actionnaires et faire grimper la facture pour l’usager.
Ainsi, l’État projetterait de scinder le groupe, avec d’un côté tous les moyens de production d’EDF détenus par l’État, et d’un autre tout le reste qui serait placé dans une autre structure dont le capital pourrait être ouvert au privé.
Si cette solution était choisie, ce serait bel et bien un schéma de démantèlement que le gouvernement serait en train de préparer.
Par ailleurs, cette désintégration réduirait EDF à devenir un simple fournisseur d’énergie électrique, ce qui serait la fin d’une part majeure de ses missions de service public car la totalité de la production nucléaire serait mise à la disposition du privé.
L’heure n’est certainement pas à un démantèlement du modèle EDF qui fait ses preuves depuis plus de 70 ans puisque la création d’EDF date d’avril 1946 au moment où la nationalisation a été présentée à l’Assemblée nationale par le ministre communiste Marcel PAUL. D’autant plus que la France a un rôle de premier plan dans le secteur de l’Energie, hautement stratégique pour l’économie et les usagers de notre pays et de toute l’Europe.
Le PCF agit en faveur d’une société basée sur la solidarité et la coopération. L’énergie est un bien commun, un droit fondamental qui doit être accessible à tous. Au regard des enjeux de progrès social et écologique, de souveraineté et d’indépendance de la France, de renouveau industriel, d’aménagement équilibré du territoire et d’égalité républicaine, nous sommes favorables à un mix énergétique diversifié, sous maîtrise publique.
Le PCF propose de créer un établissement public en charge de l’ensemble des énergies, dénommé France Énergie, rassemblant toutes les participations de l’État dans les entreprises du secteur et permettant à la Nation de reprendre progressivement le contrôle d’un secteur essentiel à son devenir et d’en organiser une maîtrise publique au service des usagers, particuliers comme acteurs économiques et industriels.
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2020 7 13 /12 /décembre /2020 08:47

Départementales-Régionales 2021 :

Face à la gravité des crises, le PCF agit pour un rassemblement large à gauche en 2021 autour de politiques de transformations sociales, solidaires, écologiques, démocratiques capable de battre les droites et l’extrême droite.


 

La crise sanitaire n’est pas derrière nous. La crise économique frappe à la porte des usines. La crise sociale bouscule les familles et brise des vies, et pendant ce temps la planète brûle et l’urgence climatique est omniprésente.

Près de 12 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. Les demandes d’aides alimentaires ont augmenté de 30 à 50 % ces derniers mois dans nos départements et régions. La politique du pouvoir nourrit cette crise sociale d’une ampleur inédite. Les conséquences sont gravissimes, en particulier pour les femmes davantage précarisées et pour la jeunesse du pays.

Et, alors que la crise sanitaire est grave, toujours pas d’engagements massifs pour l’hôpital, pour nos Ehpads. Le gouvernement n’a rien fait et ne fait rien face à l’épuisement des soignant.e.s et au manque de moyens.

Le capitalisme profite de la crise pour se restructurer et détruire les emplois de centaines de milliers d’hommes et de femmes. 700 plans de licenciements dits de « sauvegarde de l’emploi » ont été déposés au Ministère du travail depuis mars. C’est inacceptable !

Dans ce contexte totalement inédit, les communistes considèrent que les élections départementales et régionales à venir sont très importantes pour la vie quotidienne de nos concitoyen.ne.s.

Depuis 2015, la plus grande partie des départements et des régions sont à droite et l’extrême droite a augmenté son influence. La reconquête, le renforcement des majorités de gauche pour répondre aux besoins des populations et faire reculer la toute puissance du capital sont des exigences.

C’est la raison pour laquelle le PCF agit dans tous les territoires pour des rassemblements larges, respectueux de tous, capables de mettre en échec les représentants du pouvoir national, les droites et l’extrême droite. Il ne pourra y avoir de résistance, de reconquête, de victoire pour la gauche, sans l’apport décisif des communistes sur les projets régionaux et départementaux, sans des élu-e-s communistes plus nombreux qui porteront la voix des intérêts populaires, soutiendront les luttes et aideront à leur convergence sur des objectifs de changement de société.

La division que nous constatons à gauche va à l’encontre de l’intérêt général du peuple de France et peut conduire à l’échec de toutes les forces de gauche et écologistes.

Nous nous adressons aux femmes et aux hommes, aux forces, qui ont l’humain et la planète au cœur à agir pour le rassemblement pour une alternative aux choix libéraux et d’extrême-droite. Chacun.e doit prendre ses responsabilités, nous prenons les nôtres et alertons sur le danger de la division, sur le besoin de rassemblement de nos concitoyen.ne.s, des forces vives de nos territoires et de nos forces politiques. Poursuivons les discussions sur des projets partagés dans l’intérêt des populations et sur les conditions d’un rassemblement. Ensemble, rassemblés nous pouvons gagner un grand nombre de départements et de régions.

La montée du chômage, de la pauvreté et des périls économiques, la crise climatique appellent à des transformations radicales.

Nous voulons des régions et départements pleinement mobilisés, en tant qu’institutions politiques, pour de grandes batailles pour les droits sociaux et le climat, des régions qui ne se comportent pas en simples gestionnaires de fonds publics. Faisons de l'emploi, des services publics et de la solidarité les priorités et les leviers pour la transformation écologique.

  • Portons des choix économiques solidaires et de rupture avec l’austérité et toutes les politiques capitalistes qui non seulement empêchent les licenciements et pertes d’emplois mais impulsent d’autres logiques que la rentabilité financière. La proposition communiste d’une sécurité emploi-formation, de l’éradication du chômage, est d’autant plus d’actualité.

  • Exigeons immédiatement un moratoire généralisé sur les fermetures de services publics, de lits hospitaliers, d’hôpitaux, de lignes TER, de gares, de guichets, de lycées, de collège, et sur les licenciements avec l'exigence d'étudier des contre-projets des salariés.

  • Conservons le caractère national du réseau ferré et de l’opérateur historique SNCF, garants de l’égalité des territoires et de leurs habitant.e.s pour l’accès au ferroviaire. Nous voulons un grand service public national du rail. Soyons mobilisés pour conserver toutes nos lignes, et augmenter l’offre ferroviaire, pour préserver la présence humaine dans les gares et les trains, pour un grand plan national de développement du fret, pour la relance des trains de nuit. De même refusons le démantèlement du service public national de l’électricité, refusons sa régionalisation qui serait une antichambre de plus à la privatisation La précarité énergétique progresse au rythme du réchauffement climatique. Nous voulons un grand service public de l’énergie.

  • En matière de santé publique, où il convient d'impulser une démocratie sanitaire face à l’autoritarisme technocratique des ARS, des mesures essentielles doivent être prises, à commencer par des milliers d’embauches immédiates dans les hôpitaux et les EHPAD , mise à disposition des matériels, ouverture de lits.

Pour y parvenir, mettons en place de nouvelles institutions démocratiques, pour planifier les créations d'activités, emplois, formations à partir des besoins des territoires, pour s'attaquer vraiment au chômage en ouvrant des pistes de sécurisation des vies professionnelles par l’emploi et la mise en formation, pour faire reculer les pouvoirs de la finance et du grand patronat.

Organisons des conférences régionales sur l’emploi et la formation associant le monde du travail et les organisations syndicales en refusant les restructurations et leur lot de pertes d’emplois. Créons des fonds régionaux pour l’emploi et la formation. C'est ainsi que nous réussirons l’implantation de nouvelles industries et que nous développerons une agriculture paysanne tournant le dos aux fermes usines.

Nous voulons des collectivités territoriales dont les choix participent de la construction d’une République sociale et démocratique faisant vivre, dans la vie quotidienne de la population, la liberté, l’égalité, à commencer par l’égalité femmes-hommes, la laïcité, la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et toutes les discriminations, la fraternité et la solidarité internationale.

Nous voulons faire progresser la démocratie, la solidarité et l’égalité territoriale. Nous proposons de rétablir la compétence générale pour le département et la région. Nous exigeons des audits locaux indépendants suivis d'assises citoyennes pour élaborer collectivement des programmes de réimplantation des services publics. Nous demandons la compensation totale de l’ensemble des missions dont l’État s’est déchargé sur les départements.

Nous souhaitons confronter nos propositions avec l’ensemble des partis de gauche et écologiste sans exclusive, sans écarter ni privilégier quiconque, avec pour seul objectif de rassembler pour la mise en œuvre de politiques utiles à nos concitoyens.

Nous voulons débattre avec les organisations syndicales et associatives, les citoyens engagés dans de nombreux combats que nous partageons, prendre en compte leurs aspirations et construire les rapports de force politiques qui rendent leurs exigences incontournables.

Sur la base de projets partagés à la hauteur de ces aspirations et des défis de la période, rassemblons-nous dès le 1er tour partout où se sera possible. Les communistes porteront jusqu’au bout l’exigence de rassemblement. Ils alertent sur le danger de ne pas y arriver. Chacun est placé devant ses responsabilités et partout les communistes seront moteurs de rassemblement. Si la division au premier tour devait perdurer, la clarté doit être totale sur le second tour, sur le désistement pour le ou la candidat.e le ou la mieux placé à gauche ou la fusion avec la liste de gauche arrivée en tête.

Être utile à nos concitoyen.ne.s, les associer à l’élaboration des projets et aux dynamiques de rassemblements est un impératif. Avec eux nous voulons bousculer le paysage politique en profondeur, créer l’électrochoc nécessaire et faire bouger les lignes à gauche, tel est l’objectif du PCF pour répondre en 2021 aux attentes du monde du travail et de la création et faire face à l’urgence et à la gravité de la situation.

 

Paris, le 12.12.2020

 

Parti communiste français

Départementales-Régionales 2021 :  Face à la gravité des crises, le PCF agit pour un rassemblement large à gauche en 2021
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2020 7 13 /12 /décembre /2020 08:16
Acte IV de la mobilisation brestoise contre la Loi Sécurité Globale - les communistes à nouveau mobilisés ce 12 décembre 2020
Acte IV de la mobilisation brestoise contre la Loi Sécurité Globale - les communistes à nouveau mobilisés ce 12 décembre 2020
Acte IV de la mobilisation brestoise contre la Loi Sécurité Globale - les communistes à nouveau mobilisés ce 12 décembre 2020
Acte IV de la mobilisation brestoise contre la Loi Sécurité Globale - les communistes à nouveau mobilisés ce 12 décembre 2020

Acte IV de la mobilisation brestoise contre la Loi Sécurité Globale

La section PCF et les jeunes communistes du Pays de Brest étaient une nouvelle fois mobilisé·es contre les atteintes aux libertés et les dérives sécuritaires du gouvernement.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2020 6 12 /12 /décembre /2020 07:12
Une dynamique d’adhésions réelle dans le Finistère depuis trois ans - par Ismaël Dupont (Communistes et site national du PCF)
Une dynamique d’adhésions réelle dans le Finistère depuis trois ans
Malgré l’absence de fêtes de l’Huma Paris et Bretagne cette année et avec une activité militante qui n’a pas pu se déployer normalement pendant plusieurs mois en raison de la crise sanitaire, 29 adhésions au Parti communiste ont eu lieu depuis le 1er janvier 2020 dans le Finistère, les deux dernières il y a dix jours : Nicolas, 29 ans, ancien gendarme devenu menuisier, et Justine, 28 ans, étudiante ayant adhéré sur Brest à la manif contre la loi Sécurité globale.
Dans le même temps, plusieurs autres adhésions ont renforcé les rangs du MJCF dans notre département depuis trois ans, alors qu’on partait de loin. Des jeunes communistes qui commencent à apparaître en tant que tels avec fierté, culot et détermination dans les luttes et le militantisme de terrain, aux portes des lycées et des facs, à Brest et Morlaix notamment.
Le PCF compte donc à ce jour 870 adhérents dans le département, dont 575 environ à jour de cotisation. Une moyenne d’âge de 58 ans environ et une dynamique militante qui varie beaucoup selon les profils de nos 20 sections et les aires géographiques de notre vaste département. Pour mémoire, en 2019, 60 nouveaux adhérents ont rejoint le PCF dans le Finistère. En 2018, c’est 40 nouvelles adhésions qui avaient été réalisées. En trois ans, c’est donc près de 130 nouvelles adhésions. La preuve que le communisme a de l’avenir dans notre pays !
Parmi les 50 élus communistes que compte le PCF dans notre département du bout du monde (Penn-ar-Bed), plusieurs de ces nouveaux adhérents ont très vite pris des responsabilités à la suite des dernières élections municipales. Tels Corentin Derrien, 18 ans, plus jeune élu du Finistère, conseiller municipal à Saint-Thégonnec, étudiant à Sciences-Po Rennes ; Taran Marec, 21 ans, ancien élève du lycée bretonnant Diwan, conseiller délégué à la langue bretonne à Brest, et plus jeune élu à Brest ; Mathilde Maillard, 29 ans, médecin, adjointe en charge de la politique du bien vieillir, de l’inclusion des personnes en situation de handicap à Brest ; Sandra Le Roux, aide à domicile, 45 ans, ayant adhéré à la fête de l’Huma il y a deux ans, conseillère déléguée au développement du sport dans les quartiers à Brest ; ou encore Eugène Davillers Caradec, AESH, 22 ans, plus jeune élu à Morlaix, conseiller délégué en charge de l’urbanisme.
D’autres jeunes très prometteurs sont venus rejoindre les rangs des communistes dans le Finistère, dans le sillage de Glenn Le Saoût, candidat sur la liste des élections européennes conduite par Ian Brossat, ancien responsable d’un syndicat lycéen. Enzo de Gregorio, lui aussi militant et responsable d’un syndicat lycéen, mis en garde à vue pour un sit-in devant un supermarché au moment de la bataille contre la réforme des retraites de Macron. Ou Walden Gauthier, lycéen, qui, du haut de ses 16 ans, témoigne déjà d’une belle maturité politique : « Je suis attaché aux principes de base du communisme, ceux de la justice sociale et de l’internationalisme. Le monde de la finance dans lequel nous vivons manque cruellement d’humanité, et c’est d’ailleurs l’un des thèmes majeurs défendus par le PCF aujourd’hui derrière l’engageant slogan : « L’Humain d’abord ». Un combat on ne peut plus actuel, toujours en écho avec l’approche de Marx : l’unicité humaine dans l’égalité, l’identité humaine dans ses différences. Je me retrouve ainsi dans cette ouverture à la pluralité où résonnent notamment les luttes féministes et le combat contre le racisme, tout autant d’ailleurs que dans les actions de longue date du PCF en faveur de l’éducation et de la culture. J’ai décidé de m’engager auprès des JC en plein confinement pour prendre part à la reconstruction d’une France en crise. J’y vois l’opportunité historique d’un changement radical des mentalités, par la mise en lumière des véritables conséquences d’un gouvernement libéral sur des populations toujours plus menacées par le chômage et la misère. »
Le dynamisme de la commission féministe du PCF 29, les belles campagnes européennes et municipales, les multiples initiatives d’éducation populaire menées dans notre département ont aussi été des facteurs d’adhésions. Parmi celles des trois dernières années, de nombreux militants syndicaux, cadres de la FSU et de la CGT, notamment des cheminots. Continuons, fin 2020 et toute l’année 2021, en cette période de centenaire du Parti communiste français, à proposer l’adhésion autour de nous, c’est un enjeu essentiel pour l’avenir de notre parti et de notre société. C’est un enjeu essentiel pour garder la gauche debout et transformer la société en mettant notre communisme à l’offensive.
 
Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF, fédération du Finistère
Partager cet article
Repost0
6 décembre 2020 7 06 /12 /décembre /2020 20:30
Manifestation contre la loi sécurité globale à Brest le 4 décembre: 1000 manifestants encore pour demander le retrait de cette loi liberticide!
Manifestation contre la loi sécurité globale à Brest le 4 décembre: 1000 manifestants encore pour demander le retrait de cette loi liberticide!
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 18:36
 
Manifestons pour le droit au travail, à la protection sociale,
contre le chômage et la précarité !
Les organisations syndicales CGT, FSU, FO et SOLIDAIRES appellent à se mobiliser le 5 décembre pour :
• le droit au travail : toute personne a droit à un emploi de son choix ;
• des embauches immédiates dans le privé et le public pour répondre aux besoins ;
• des aides conditionnées à l’arrêt des licenciements, aux embauches, et au développement du droit à la formation ;
• une réduction du temps de travail à 32 heures pour travailler toutes et tous ;
• l’annulation définitive de la réforme assurance chômage ;
• l’ouverture de droits à toutes et tous, en commençant par une prolongation de tous les droits en cours et la suppression des seuils d’accès à la protection sociale.
 
SAMEDI 5 DÉCEMBRE 2020 -
Brest 11 H place de la Liberté, -
Quimper 11 H place de la Résistance
 
Avec les syndicats, les salariés, les privés d'emploi, les communistes se mobilisent !

 

Samedi 5 décembre, à 11h, manifestations à Brest et Quimper pour la journée nationale de mobilisation contre le chômage et la précarité
Samedi 5 décembre, à 11h, manifestations à Brest et Quimper pour la journée nationale de mobilisation contre le chômage et la précarité
La crise sanitaire et les choix du gouvernement conduisent à une explosion du chômage, de la précarité et de la pauvreté.
Rassemblements à l’appel de la CGT, FSU et Solidaires :
Samedi 5 décembre (dans le strict respect des mesures barrières):
- Brest - 11H - Place de la Liberté
- Quimper -11h - Place de la Résistance
La fédération PCF du Finistère soutient et appelle les citoyen.nes à y participer et à signer la pétition en ligne: https://www.pcf.fr/unis_contre_le_chomage_et_la_pauvrete...
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 18:27
Laurence Cohen, sénatrice PCF, interpelle le gouvernement pour que les femmes victimes de violences ne doivent s'aquittent plus des dettes de loyer de leur ancien conjoint!
La Fédération du PCF du Finistère avait interpellé Laurence Cohen, suite à une interpellation d'Erwan Rivoalan, en tant que sénatrice communiste à partir d'un exemple particulier de cette injustice à Brest. Notre parlementaire a pleinement relayé cette revendication au Sénat. Un grand merci et bravo à elle! Le combat reste à mener et poursuivre... 
 
Ma dernière question écrite à relire ⤵️
Mme Laurence Cohen interroge Mme la ministre déléguée auprès de la ministre de la transition écologique, chargée du logement, sur l'article 136 de la loi Logement, Aménagement et du numérique.
Cet article a constitué une avancée en mettant fin au principe de solidarité de dettes entre époux, partenaires liés par un pacte civil de solidarité (PACS) ou concubin, cotitulaires d'un bail, en cas de violences conjugales.
Cette exception permet aux femmes victimes de violences, qui quittent le domicile conjugal, de ne pas s'acquitter des dettes de loyer éventuelles de son ancien conjoint.
Deux ans après son adoption, elle souhaiterait disposer d'un bilan de l'application de cet article. En effet, les débats parlementaires avaient souligné que les conditions requises pour bénéficier de cette procédure étaient relativement contraignantes et induisaient des démarches de la part de la victime de ces violences, qu'elle n'était peut-être pas en mesure de faire.
De plus, l'obligation de joindre l'ordonnance de protection ou la condamnation pénale de l'époux violent, datant de moins de 6 mois, complexifie le dispositif, excluant de fait certaines femmes qui se retrouvent donc toujours dans cette situation de solidarité de dette entre époux.
Aussi, elle souhaiterait savoir, si le Gouvernement envisage une amélioration de cet article pour dépasser une rédaction initiale assez restrictive. Cela constituerait une réelle avancée pour les femmes victimes de violences et compléterait de manière pertinente notre arsenal juridique en la matière.
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 18:04
3 décembre 2020 - Le monde de la culture manifeste à Quimper à l'appel de la CGT (photos et commentaire Yvonne Rainero)
3 décembre 2020 - Le monde de la culture manifeste à Quimper à l'appel de la CGT (photos et commentaire Yvonne Rainero)
3 décembre 2020 - Le monde de la culture manifeste à Quimper à l'appel de la CGT (photos et commentaire Yvonne Rainero)
Jeudi 3 décembre plus de 80 comédiens, musiciens, chanteurs, organisateurs de spectacles..., répondant à l'appel des syndicats CGT de leur branche ont lancé à Quimper entre cathédrale et mairie un appel au secours concernant l'extrême précarité de leur situation et les lourdes incertitudes sur la survie de leurs professions, avec un gros point d'inquiétude, leur protection sociale qui n'est plus financée. Ils ont fait entendre aussi leur immense besoin de pouvoir exercer à nouveau leurs métiers, de retrouver le contact avec le public. La culture est le cœur battant de notre société, outil d'émancipation, de partage, facteur de lien social, source de plaisir. Et malgré la pluie froide et le vent cette manifestation colorée fut accompagnée de musique, de chant, avec bien sûr Bella Ciao et même de danse.
L'union locale CGT était représentée par Sandrine Allain, et l'union départementale par Anne-Véronique Roudaut et Gilbert Gléonec.
J'étais présente comme élue communiste de Quimper, et membre de la direction départementale du PCF qui avait apporté son soutien aux acteurs de la culture. Ils tiennent une place importante dans la vie et l'histoire du PCF qui en a compté et compte beaucoup dans ses rangs. PCF qui est aussi organisateur de spectacles culturels, notamment dans ses fêtes comme la fête de l'Huma ou celle de l'Huma Bretagne qui n'ont malheureusement pu avoir lieu cette année.
Yvonne Rainero
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2020 3 02 /12 /décembre /2020 19:20
Depuis le 1er janvier 2020, 28 nouvelles adhésions dans le Finistère pour le PCF - Adhérer au PCF, un choix porteur d'espoir pour l'avenir
Sans fête de l'Humanité Paris et sans fête de l'Huma Bretagne, et avec une activité militante qui n'a pas pu se déployer normalement, sur toute une partie de l'année, en raison de la crise sanitaire, nous en sommes tout de même depuis le 1er janvier 2020 à 28 adhésions au PCF dans le Finistère, les deux dernières annoncées ce week-end: Nicolas, 29 ans, menuisier et ancien gendarme (section de Morlaix) et Justine, 28 ans, étudiante (adhésion sur Brest à la manif contre la loi Sécurité globale).
 
Plusieurs autres adhésions ont été enregistrées par la JC.
 
Le PCF compte donc à ce jour 870 adhérents dans le Finistère.
 
Pour mémoire, en 2019, 60 nouveaux adhérents ont rejoint le PCF dans le Finistère et une dizaine de jeunes ont rejoint la JC dans notre département parallèlement.
 
En 2018, c'est 40 nouvelles adhésions qui avaient été réalisées dans le Finistère.
 
En 3 ans, c'est donc 128 nouvelles adhésions que nous avons enregistrées au Parti communiste dans le Finistère.
 
La preuve que le communisme a de l'avenir dans notre pays!
 
Continuons en cette année de notre centenaire du Parti communiste français, à proposer l'adhésion autour de nous, c'est un enjeu essentiel pour l'avenir de notre parti et de notre société.
 
 

Adhérer au PCF, le choix de l'Humain d'abord 

Les enjeux sont énormes: on le voit avec la casse de l'hôpital public, la domination des logiques de privatisation et de rentabilité financière sur le secteur du médicament, l'aide sélective aux entreprises pour les gros du CAC 40, le niveau d'absence de planification des mesures de prévention et de protection sur la crise du coronavirus, l'incurie de l’État pour sauver nos vies, après qu'il soit passé en force pour les durcir considérablement avec la réforme des retraites, de l'assurance chômage, du droit du travail.

Combattre Macron et les forces capitalistes qu'il représente, opposer une alternative à la progression des idées de l'extrême-droite et au rejet de la politique, exigent un parti communiste fort, plus fort, actif, plus actif, en prise avec les attentes de la population. 

Pour la deuxième année consécutive, selon la commission nationale des comptes de campagne et des comptes des partis politiques, le PCF est le premier parti de France en nombre d'adhérents cotisants.

Nous nous en réjouissons même si cela traduit plus l'effondrement militant des autres partis qu'une progression du nôtre en terme de nombre d'adhérents. En tout cas, nous ne reculons pas trop. Nos militants sont fidèles et de nouveaux adhérents arrivent, de tous les horizons, les âges, les milieux, prêts à s'investir. Dans le Finistère, nous comptons 870 adhérents, une vingtaine de sections, et 50 élus adhérents ou sympathisants.  

Nous avons un lien avec le monde syndical et le monde associatif, et nous essayons d'être présents au maximum de nos possibilités dans les luttes pour la défense des services publics, des salariés, des déshérités, tout en offrant des perspectives en terme de solutions de long terme pour construire des alternatives, en tenant aussi une ligne de rassemblement dans la diversité sur de la gauche sur des objectifs de progrès sociaux et démocratiques.

Notre parti va fêter ses cent ans à la fin de l'année, c'est un parti bien vivant et démocratique que beaucoup de jeunes rejoignent pour agir contre la domination capitaliste et patriarcale, contre le racisme et la xénophobie, pour le paix, parce que le communisme est la jeunesse du monde.

L'humain d'abord est inscrit dans notre culture politique à travers nos fêtes de la fraternité comme nos actions concrètes. Des initiatives rassembleuses et porteuses politiquement qui sont progressivement suspendues malheureusement pendant la crise du Covid-19.

Nous avons la culture du militantisme au quotidien et du débat et refusons aussi bien la politique opportuniste, les dérives présidentialistes de personnalisation et de délégation du pouvoir que les stratégies populistes qui cherchent à diviser plutôt qu'à rassembler le camp de ceux qui ont intérêt à un vrai changement de système pour combattre et dépasser le capitalisme.

Adhérer au PCF, c'est se rendre acteur pour changer la société. C'est convertir sa révolte et son refus en action collective, c'est rejoindre le camp des gens qui se mettent debout contre l'injustice !

C'est donner de la force aussi à nos parlementaires qui proposent des alternatives aux politiques néo-libérales, luttent contre elles d'arrache-pied, construire aussi des propositions concrètes, dans un très grand respect de la dignité de leur fonction et des citoyens, se faisant bien souvent les porte-voix des attentes des classes populaires, des organisations syndicales, des partisans de la paix et de la solidarité internationale, ce qui est aussi le cas de nos élus locaux. 

 
Depuis le 1er janvier 2020, 28 nouvelles adhésions dans le Finistère pour le PCF - Adhérer au PCF, un choix porteur d'espoir pour l'avenir
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011