Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2022 2 11 /10 /octobre /2022 07:33
Le train, un outil des jours heureux - Un service public utile et efficace pour les bretons et le climat - Article de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste de Bretagne, pour le journal du MNLE, "Naturellement" (juin 2022)
Le train, un outil des jours heureux - Un service public utile et efficace pour les bretons et le climat - Article de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste de Bretagne, pour le journal du MNLE, "Naturellement" (juin 2022)
Le train, un outil des jours heureux - Un service public utile et efficace pour les bretons et le climat - Article de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste de Bretagne, pour le journal du MNLE, "Naturellement" (juin 2022)
Partager cet article
Repost0
11 octobre 2022 2 11 /10 /octobre /2022 05:57
Photo Pierre-Yvon Boisnard, Débat mobilités transports du PCF Bretagne, 8 octobre 2022 à Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard, Débat mobilités transports du PCF Bretagne, 8 octobre 2022 à Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard, Débat mobilités transports du PCF Bretagne, 8 octobre 2022 à Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard, Débat mobilités transports du PCF Bretagne, 8 octobre 2022 à Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard, Débat mobilités transports du PCF Bretagne, 8 octobre 2022 à Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard, Débat mobilités transports du PCF Bretagne, 8 octobre 2022 à Morlaix

Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
Introduction de Philippe Jumeau, porte-parole régional PCF Bretagne, animateur du CRAC PCF BRETAGNE, et adjoint aux affaires sociales à Lanester, secrétaire départemental du PCF Morbihan (photo I Dupont)

Introduction de Philippe Jumeau, porte-parole régional PCF Bretagne, animateur du CRAC PCF BRETAGNE, et adjoint aux affaires sociales à Lanester, secrétaire départemental du PCF Morbihan (photo I Dupont)

Introduction de Philippe Jumeau, porte-parole régional PCF Bretagne, animateur du CRAC PCF BRETAGNE, et adjoint aux affaires sociales à Lanester, secrétaire départemental du PCF Morbihan (photo JL Le Calvez)

Introduction de Philippe Jumeau, porte-parole régional PCF Bretagne, animateur du CRAC PCF BRETAGNE, et adjoint aux affaires sociales à Lanester, secrétaire départemental du PCF Morbihan (photo JL Le Calvez)

Introduction de Philippe Jumeau, porte-parole régional PCF Bretagne, animateur du CRAC PCF BRETAGNE, et adjoint aux affaires sociales à Lanester, secrétaire départemental du PCF Morbihan (photo JL Le Calvez)

Introduction de Philippe Jumeau, porte-parole régional PCF Bretagne, animateur du CRAC PCF BRETAGNE, et adjoint aux affaires sociales à Lanester, secrétaire départemental du PCF Morbihan (photo JL Le Calvez)

Daniel Ravasio, au premier plan, secrétaire de section PCF du pays de Morlaix, et la salle à l'ouverture de notre journée Mobilités - Transports en Bretagne à l'Agora Café à Morlaix (photo Jean-Luc Le Calvez)

Daniel Ravasio, au premier plan, secrétaire de section PCF du pays de Morlaix, et la salle à l'ouverture de notre journée Mobilités - Transports en Bretagne à l'Agora Café à Morlaix (photo Jean-Luc Le Calvez)

Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, organisatrice du débat Mobilités-Transports avec le collectif régional Mobilités-Transports qu'elle anime avec notamment Gilbert Sinquin et Christian Beaumanoir (photo Jean-Luc Le Calvez)

Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, organisatrice du débat Mobilités-Transports avec le collectif régional Mobilités-Transports qu'elle anime avec notamment Gilbert Sinquin et Christian Beaumanoir (photo Jean-Luc Le Calvez)

Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, organisatrice du débat Mobilités-Transports avec le collectif régional Mobilités-Transports qu'elle anime avec notamment Gilbert Sinquin et Christian Beaumanoir (photo Jean-Luc Le Calvez)

Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, organisatrice du débat Mobilités-Transports avec le collectif régional Mobilités-Transports qu'elle anime avec notamment Gilbert Sinquin et Christian Beaumanoir (photo Jean-Luc Le Calvez)

Mot d'accueil d'Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère, adjoint au maire à Morlaix et conseiller départemental (Photo Jean-Luc Le Calvez)

Mot d'accueil d'Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère, adjoint au maire à Morlaix et conseiller départemental (Photo Jean-Luc Le Calvez)

Mot d'accueil d'Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère, adjoint au maire à Morlaix et conseiller départemental (Photo Jean-Luc Le Calvez)

Mot d'accueil d'Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère, adjoint au maire à Morlaix et conseiller départemental (Photo Jean-Luc Le Calvez)

Les camarades de la CGT de Morlaix, débat mobilités-transports du PCF (Photo Jean-Luc Le Calvez)

Les camarades de la CGT de Morlaix, débat mobilités-transports du PCF (Photo Jean-Luc Le Calvez)

Jean-Yves Burel de la CGT Marins, ancien salarié de la BAI et membre du CT de la Britanny Ferries ( (photo JL Le Calvez, Débat Mobilités-Transports en Bretagne, 8 octobre 2022 à l'Agora Café Morlaix)

Jean-Yves Burel de la CGT Marins, ancien salarié de la BAI et membre du CT de la Britanny Ferries ( (photo JL Le Calvez, Débat Mobilités-Transports en Bretagne, 8 octobre 2022 à l'Agora Café Morlaix)

Les camarades cheminots CGT Simon Brunet, Yannick Tison, entre autres (photo JL Le Calvez, Débat Mobilités-Transports en Bretagne, 8 octobre 2022 à l'Agora Café Morlaix)

Les camarades cheminots CGT Simon Brunet, Yannick Tison, entre autres (photo JL Le Calvez, Débat Mobilités-Transports en Bretagne, 8 octobre 2022 à l'Agora Café Morlaix)

Maxime Paul et Gérard Le Bricquer au 1er plan (PCF Brest) - photo Jean-Luc Le Calvez

Maxime Paul et Gérard Le Bricquer au 1er plan (PCF Brest) - photo Jean-Luc Le Calvez

4 camarades de la JC Morbihan avaient fait le déplacement pour le débat mobilités-transports en Bretagne, avec Alexandre Rault, leur secrétaire départemental

4 camarades de la JC Morbihan avaient fait le déplacement pour le débat mobilités-transports en Bretagne, avec Alexandre Rault, leur secrétaire départemental

Serge Puil  (photo JL Le Calvez, Débat Mobilités-Transports en Bretagne, 8 octobre 2022 à l'Agora Café Morlaix)

Serge Puil (photo JL Le Calvez, Débat Mobilités-Transports en Bretagne, 8 octobre 2022 à l'Agora Café Morlaix)

Mot d'accueil de Jean-Paul Vermot, maire de Morlaix, président de la Communauté d'agglomération de Morlaix, portant sur la gratuité totale du transport en commun au niveau de Morlaix-Communauté depuis septembre 2022 et sur la réouverture de la ligne Morlaix-Roscoff (photo Jean-Luc Le Calvez)

Mot d'accueil de Jean-Paul Vermot, maire de Morlaix, président de la Communauté d'agglomération de Morlaix, portant sur la gratuité totale du transport en commun au niveau de Morlaix-Communauté depuis septembre 2022 et sur la réouverture de la ligne Morlaix-Roscoff (photo Jean-Luc Le Calvez)

Mot d'accueil de Jean-Paul Vermot, maire de Morlaix, président de la Communauté d'agglomération de Morlaix, portant sur la gratuité totale du transport en commun au niveau de Morlaix-Communauté depuis septembre 2022 et sur la réouverture de la ligne Morlaix-Roscoff (photo Jean-Luc Le Calvez)

Mot d'accueil de Jean-Paul Vermot, maire de Morlaix, président de la Communauté d'agglomération de Morlaix, portant sur la gratuité totale du transport en commun au niveau de Morlaix-Communauté depuis septembre 2022 et sur la réouverture de la ligne Morlaix-Roscoff (photo Jean-Luc Le Calvez)

Jean-Paul Vermot, maire de Morlaix, et Patrick Gambache, animateur de la majorité à Morlaix, au premier plan (photo Jean-Luc Le Calvez, débat mobilités-transports à l'initiative du PCF, 8 octobre 2022)

Jean-Paul Vermot, maire de Morlaix, et Patrick Gambache, animateur de la majorité à Morlaix, au premier plan (photo Jean-Luc Le Calvez, débat mobilités-transports à l'initiative du PCF, 8 octobre 2022)

Cyril Dallois (membre de la CGT Cheminots Ille-et-Vilaine et du PCF)- Stéphanie GREVET Porte-parole de l’association des usagers de la Bretagne- Rolland Le Sauce - Roger Héré - 11h45 : Première table ronde : vers un droit à la mobilité pour tout.e.s en Bretagne  Bilan état du réseau ferroviaire

Cyril Dallois (membre de la CGT Cheminots Ille-et-Vilaine et du PCF)- Stéphanie GREVET Porte-parole de l’association des usagers de la Bretagne- Rolland Le Sauce - Roger Héré - 11h45 : Première table ronde : vers un droit à la mobilité pour tout.e.s en Bretagne Bilan état du réseau ferroviaire

Cyril Dallois  - Stephanie Grevet - 11h45 : Première table ronde : vers un droit à la mobilité pour tout.e.s en Bretagne  Bilan état du réseau ferroviaire

Cyril Dallois - Stephanie Grevet - 11h45 : Première table ronde : vers un droit à la mobilité pour tout.e.s en Bretagne Bilan état du réseau ferroviaire

Stéphanie GREVET Porte-parole de l’association des usagers de la Bretagne (photo Jean-Luc Le Calvez)

Stéphanie GREVET Porte-parole de l’association des usagers de la Bretagne (photo Jean-Luc Le Calvez)

Rolland Le Sauce PCF Morbihan, photo Jean-Luc Le Calvez: Le train du quotidien pour «  les cols blancs et les cols bleus »

Rolland Le Sauce PCF Morbihan, photo Jean-Luc Le Calvez: Le train du quotidien pour « les cols blancs et les cols bleus »

Roger Héré (photo Jean-Luc Le Calvez) - Intervention lors de la 1ère table ronde: Vers des transports publics locaux accessibles : la question de la Gratuité

Roger Héré (photo Jean-Luc Le Calvez) - Intervention lors de la 1ère table ronde: Vers des transports publics locaux accessibles : la question de la Gratuité

Stephanie Grevet Porte-parole de l’association des usagers de la Bretagne (photo Jean-Luc Le Calvez)

Stephanie Grevet Porte-parole de l’association des usagers de la Bretagne (photo Jean-Luc Le Calvez)

Rolland Le Sauce, photo JL Le Calvez, intervention dans le cadre de la 1ère table Ronde de la journée de travail mobilités transports en Bretagne

Rolland Le Sauce, photo JL Le Calvez, intervention dans le cadre de la 1ère table Ronde de la journée de travail mobilités transports en Bretagne

Gilbert Sinquin (ancien cheminots, PCF Finistère), animateur du collectif transport mobilités en Bretagne, avec Christian Beaumanoir et Gladys Grelaud, est intervenu à plusieurs reprises dans le débat (photo JL Le Calvez)

Gilbert Sinquin (ancien cheminots, PCF Finistère), animateur du collectif transport mobilités en Bretagne, avec Christian Beaumanoir et Gladys Grelaud, est intervenu à plusieurs reprises dans le débat (photo JL Le Calvez)

Pierre-Yves Thomas, élu communiste à Carhaix, est intervenu sur la question des mobilités en centre-Bretagne et centre-Finistère  (photo JL Le Calvez)

Pierre-Yves Thomas, élu communiste à Carhaix, est intervenu sur la question des mobilités en centre-Bretagne et centre-Finistère (photo JL Le Calvez)

Guy Jourden, président du Conseil de développement de Brest, militant CGT, est intervenu sur la question des ports et du ferroviaire dans le Finistère (photo JL Le Calvez)

Guy Jourden, président du Conseil de développement de Brest, militant CGT, est intervenu sur la question des ports et du ferroviaire dans le Finistère (photo JL Le Calvez)

Christian Beaumanoir, animateur du collectif Transports-Mobilités du PCF avec notamment Gilbert Sinquin et Gladys Grelaud dans le Finistère (photo JL Le Calvez)

Christian Beaumanoir, animateur du collectif Transports-Mobilités du PCF avec notamment Gilbert Sinquin et Gladys Grelaud dans le Finistère (photo JL Le Calvez)

Yannick Tison, de Fougères, militant de la CGT Cheminots et du PCF (photo JL Le Calvez)

Yannick Tison, de Fougères, militant de la CGT Cheminots et du PCF (photo JL Le Calvez)

Michel Beaupré, responsable local de l'UDB, très investi dans la lutte pour la réouverture de la ligne ferroviaire Morlaix-Roscoff

Michel Beaupré, responsable local de l'UDB, très investi dans la lutte pour la réouverture de la ligne ferroviaire Morlaix-Roscoff

Simon Brunet, CGT Cheminots 22, est intervenu sur la question des transports en centre-Bretagne (photo Jean-Luc Le Calvez)

Simon Brunet, CGT Cheminots 22, est intervenu sur la question des transports en centre-Bretagne (photo Jean-Luc Le Calvez)

Gaël Roblin, élu d'opposition de gauche à Guingamp (gauche indépendantiste) est intervenu sur la question de la gratuité du transport, notamment pendant les périodes de pollutions aux particules fines (Photo Jean-Luc Le Calvez, Agora Café à Morlaix, 8 octobre)

Gaël Roblin, élu d'opposition de gauche à Guingamp (gauche indépendantiste) est intervenu sur la question de la gratuité du transport, notamment pendant les périodes de pollutions aux particules fines (Photo Jean-Luc Le Calvez, Agora Café à Morlaix, 8 octobre)

Gaël Roblin, élu d'opposition de gauche à Guingamp (gauche indépendantiste) est intervenu sur la question de la gratuité du transport, notamment pendant les périodes de pollutions aux particules fines (Photo Jean-Luc Le Calvez, Agora Café à Morlaix, 8 octobre)

Gaël Roblin, élu d'opposition de gauche à Guingamp (gauche indépendantiste) est intervenu sur la question de la gratuité du transport, notamment pendant les périodes de pollutions aux particules fines (Photo Jean-Luc Le Calvez, Agora Café à Morlaix, 8 octobre)

Dominique Gontier, membre d'un collectif de défense du ferrioviaire et de l'exécutif départemental du PCF Finistère et régional, est intervenu plusieurs fois dans le débat (Photo Jean-Luc Le Calvez)

Dominique Gontier, membre d'un collectif de défense du ferrioviaire et de l'exécutif départemental du PCF Finistère et régional, est intervenu plusieurs fois dans le débat (Photo Jean-Luc Le Calvez)

Dominique Gontier, membre d'un collectif de défense du ferrioviaire et de l'exécutif départemental du PCF Finistère et régional, est intervenu plusieurs fois dans le débat (Photo Jean-Luc Le Calvez)

Dominique Gontier, membre d'un collectif de défense du ferrioviaire et de l'exécutif départemental du PCF Finistère et régional, est intervenu plusieurs fois dans le débat (Photo Jean-Luc Le Calvez)

Gérard Le Bricquer (PCF Brest, ancien cadre au ministère de l'environnement) est intervenu plusieurs fois dans le débat (photo JL Le Calvez)

Gérard Le Bricquer (PCF Brest, ancien cadre au ministère de l'environnement) est intervenu plusieurs fois dans le débat (photo JL Le Calvez)

Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
Rolland Le Sauce, ancien élu à Auray (PCF), membre du Conseil de développement du pays d'Auray, artisan de la bataille pour le Auray-Quiberon -1ère table ronde du matin -Le train du quotidien pour «  les cols blancs et les cols bleus » (photo I. Dupont)

Rolland Le Sauce, ancien élu à Auray (PCF), membre du Conseil de développement du pays d'Auray, artisan de la bataille pour le Auray-Quiberon -1ère table ronde du matin -Le train du quotidien pour « les cols blancs et les cols bleus » (photo I. Dupont)

Roger HERE Vice-président mobilité EPCI Morlaix - Première table ronde du matin: Vers des transports publics locaux accessibles : la question de la Gratuité (photo I Dupont)

Roger HERE Vice-président mobilité EPCI Morlaix - Première table ronde du matin: Vers des transports publics locaux accessibles : la question de la Gratuité (photo I Dupont)

Première table ronde du matin  (photo I Dupont)

Première table ronde du matin (photo I Dupont)

Première table ronde du matin (photo I Dupont)

Première table ronde du matin (photo I Dupont)

Première table ronde du matin (photo I Dupont)

Première table ronde du matin (photo I Dupont)

1ère table ronde du matin, débat mobilités-transports du PCF Bretagne à l'Agora Café, Morlaix, photo Pierre-Yvon Boisnard

1ère table ronde du matin, débat mobilités-transports du PCF Bretagne à l'Agora Café, Morlaix, photo Pierre-Yvon Boisnard

Débat Transports- Mobilités en Bretagne

Morlaix, samedi 8 octobre 2022

Une réunion publique de travail et de réflexion très productive à l'Agora Café, en face de la gare de Morlaix, à l'initiative du PCF Bretagne, de Gladys Grelaud, conseillère régionale, de Philippe Jumeau, porte-parole régional du PCF, et du collectif Transports-Mobilités régional, du PCF ce samedi 8 octobre toute la journée, avec de nombreux invités, qui ont répondu présents, camarades cheminots, de la CGT, représentants de collectifs de défense des lignes ferroviaires, et des élu.e.s et militants d'autres formations politiques: PS, Génération.S, FI, UDB, Gauche indépendantiste, avec des débats et des interventions de très grande qualité.

Cela va déboucher sur la production d'un projet des communistes bretons pour le développement du ferroviaire et des mobilités en Bretagne, avec un chiffrage et des pistes de financement, d'ici quelques semaines, ainsi que la création, décidée à l'occasion de cette réunion, d'un collectif unitaire pour la réouverture de la ligne ferroviaire Morlaix-Roscoff, à l'arrêt depuis 2018: avec une première réunion le mercredi 9 novembre à 19h au local du PCF Morlaix, 2 petite rue de Callac.

Photo Gaël Roblin, 8 octobre Morlaix - passerelle de la gare - Mobilisation pour annoncer la manif du 29 octobre sur le droit au logement pour tous à Morlaix, 14h

Photo Gaël Roblin, 8 octobre Morlaix - passerelle de la gare - Mobilisation pour annoncer la manif du 29 octobre sur le droit au logement pour tous à Morlaix, 14h

Photo Gaël Roblin, 8 octobre Morlaix - passerelle de la gare - Mobilisation pour annoncer la manif du 29 octobre sur le droit au logement pour tous à Morlaix, 14h

Photo Gaël Roblin, 8 octobre Morlaix - passerelle de la gare - Mobilisation pour annoncer la manif du 29 octobre sur le droit au logement pour tous à Morlaix, 14h

Photo Gaël Roblin, 8 octobre Morlaix - passerelle de la gare - Mobilisation pour annoncer la manif du 29 octobre sur le droit au logement pour tous à Morlaix, 14h

Photo Gaël Roblin, 8 octobre Morlaix - passerelle de la gare - Mobilisation pour annoncer la manif du 29 octobre sur le droit au logement pour tous à Morlaix, 14h

Moment de mobilisation collective et unitaire à Morlaix le samedi 8 octobre en marge de la journée régionale du PCF pour les transports, avec des militants du PCF, de la CGT, de l'UDB, de FI, de la Gauche indépendantiste, de Génération.s, des associations de défense des usagers du transport et des lignes ferroviaires, pour appeler symboliquement à une participation nombreuse à la manifestation pour le logement du 29 octobre 2022 à Morlaix, à 14h.


Une manif régionale qui porte notamment sur l'augmentation de la taxe sur les résidences secondaires en zones tendues dont Jacques Baudrier, présent sur la photo, et à nos travaux, en temps qu'animateur du collectif national Mobilités-Transports du Parti communiste, a contribué à obtenir la création avec Ian Brossat suite à un amendement communiste à l'Assemblée Nationale.

La liste actuelle des signataires de la manifestation pour le droit au logement organisée à Morlaix le 29 octobre: CGT Morlaix, Solidaires Morlaix, FSU Bretagne, PCF 29 et PCF Morlaix, Gauche Indépendantiste, UDB 29, EELV Morlaix, Génération.s Morlaix, Ensemble 29, NPA Morlaix, Morlaix Alternative Citoyenne, La Lanterne (Association d'aide aux femmes victimes de violences), Droit à la ville Douarnenez, Collectif St-Malo j'y vis j'y reste.

Photos Gaël Roblin, 8 octobre Morlaix - passerelle de la gare

Suite à la deuxième table ronde transports et mobilités du débat du PCF Bretagne à Morlaix, discours de clôture de Jacques Baudrier, adjoint PCF à Paris, animateur du collectif national Mobilités-Transports du PCF (photo Ismaël Dupont)

Suite à la deuxième table ronde transports et mobilités du débat du PCF Bretagne à Morlaix, discours de clôture de Jacques Baudrier, adjoint PCF à Paris, animateur du collectif national Mobilités-Transports du PCF (photo Ismaël Dupont)

Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
Cyril Dallois ( La ligne Morlaix – Roscoff) PCF Ile et Vilaine - Photo Jean-Luc Le Calvez

Cyril Dallois ( La ligne Morlaix – Roscoff) PCF Ile et Vilaine - Photo Jean-Luc Le Calvez

Jean-Yvon Ollivier, CGT Morlaix - Pour une réouverture de la ligne Morlaix-Roscoff- Photo Jean-Luc Le Calvez

Jean-Yvon Ollivier, CGT Morlaix - Pour une réouverture de la ligne Morlaix-Roscoff- Photo Jean-Luc Le Calvez

Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
Yannick Tison ((photo JL Le Calvez, débat régional Mobilités-Transports du 8 octobre 2022 à Morlaix)

Yannick Tison ((photo JL Le Calvez, débat régional Mobilités-Transports du 8 octobre 2022 à Morlaix)

Ronan Sinquin, élu à Quimper (photo JL Le Calvez, débat régional Mobilités-Transports du 8 octobre 2022 à Morlaix)

Ronan Sinquin, élu à Quimper (photo JL Le Calvez, débat régional Mobilités-Transports du 8 octobre 2022 à Morlaix)

Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
Intervention d'un membre de l'APMR sur la relance de la ligne Morlaix-Roscoff (photo JL Le Calvez)

Intervention d'un membre de l'APMR sur la relance de la ligne Morlaix-Roscoff (photo JL Le Calvez)

Loïc Le Gall est intervenu sur la relance de la ligne Morlaix-Roscoff (photo JL Le Calvez)

Loïc Le Gall est intervenu sur la relance de la ligne Morlaix-Roscoff (photo JL Le Calvez)

Simon Brunet (St Brieuc Collectif centre Bretagne en train) est intervenu sur la ligne Saint-Brieuc-Auray via Pontivy, Loudéac, et la question de la desserte ferroviaire du centre-Bretagne (Photo JL Le Calvez)

Simon Brunet (St Brieuc Collectif centre Bretagne en train) est intervenu sur la ligne Saint-Brieuc-Auray via Pontivy, Loudéac, et la question de la desserte ferroviaire du centre-Bretagne (Photo JL Le Calvez)

Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
Yannick Tison est intervenu sur le projet de seconde gare à Rennes et la logique de réorganisation des circulations ferroviaires en Bretagne que cette idée sous-tendait (Photo JL Le Calvez)

Yannick Tison est intervenu sur le projet de seconde gare à Rennes et la logique de réorganisation des circulations ferroviaires en Bretagne que cette idée sous-tendait (Photo JL Le Calvez)

Gabriel André est intervenu sur les insuffisances de la rénovation de la ligne ferroviaire Quimper-Brest qui sert en plus de variable d'ajustement pour faire fonctionner au mieux les autres trains bretons, avec des horaires et des correspondances inadaptées (photo JL Le Calvez)

Gabriel André est intervenu sur les insuffisances de la rénovation de la ligne ferroviaire Quimper-Brest qui sert en plus de variable d'ajustement pour faire fonctionner au mieux les autres trains bretons, avec des horaires et des correspondances inadaptées (photo JL Le Calvez)

Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
2e table ronde de l'après midi - Photo Jean-Luc Le Calvez

2e table ronde de l'après midi - Photo Jean-Luc Le Calvez

Jean-Christophe Hamon, cheminot, syndicaliste, et militant du PCF est intervenu sur la question de l'humanité des conditons d'accueil dans les trains, et de sécurité (présence aux guichets, contrôleurs dans les trains, sécurité des conducteurs, etc)

Jean-Christophe Hamon, cheminot, syndicaliste, et militant du PCF est intervenu sur la question de l'humanité des conditons d'accueil dans les trains, et de sécurité (présence aux guichets, contrôleurs dans les trains, sécurité des conducteurs, etc)

Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
Suite à la deuxième table ronde transports et mobilités du débat du PCF Bretagne à Morlaix, discours de clôture de Jacques Baudrier, adjoint PCF à Paris, animateur du collectif national Mobilités-Transports du PCF (photo Ismaël Dupont)

Suite à la deuxième table ronde transports et mobilités du débat du PCF Bretagne à Morlaix, discours de clôture de Jacques Baudrier, adjoint PCF à Paris, animateur du collectif national Mobilités-Transports du PCF (photo Ismaël Dupont)

Morlaix, Agora Café - Débat et journée de travail et de réflexion sur les transports et mobilités en Bretagne à l'initiative du PCF Bretagne: une initiative politique importante et réussie!
Suite à la deuxième table ronde transports et mobilités du débat du PCF Bretagne à Morlaix, discours de clôture de Jacques Baudrier, adjoint PCF à Paris, animateur du collectif national Mobilités-Transports du PCF (photo Jean-Luc Le Calvez)

Suite à la deuxième table ronde transports et mobilités du débat du PCF Bretagne à Morlaix, discours de clôture de Jacques Baudrier, adjoint PCF à Paris, animateur du collectif national Mobilités-Transports du PCF (photo Jean-Luc Le Calvez)

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2022 1 10 /10 /octobre /2022 18:10
Retenez la date -  lundi 5 décembre- Fabien Roussel en réunion publique dans le Pays de Morlaix, au Roudour de Saint-Martin-des-Champs
Retenez la date -  lundi 5 décembre- Fabien Roussel en réunion publique dans le Pays de Morlaix, au Roudour de Saint-Martin-des-Champs

Dans le cadre du Tour de France de Fabien Roussel - le secrétaire national du Parti communiste français sera les 5 et 6 décembre dans le Finistère.

Un forum avec Fabien Roussel où vous pourrez lui soumettre toutes vos préoccupations et lui poser vos questions est d'ores et déjà prévu au Roudour de Saint-Martin-des-Champs le lundi 5 décembre au soir.

 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2022 1 10 /10 /octobre /2022 17:19
Roland LE SAUCE (8 octobre 2022, Morlaix, photo Jean-Luc Le Calvez)

Roland LE SAUCE (8 octobre 2022, Morlaix, photo Jean-Luc Le Calvez)

Roland LE SAUCE (8 octobre 2022, Morlaix, photo Jean-Luc Le Calvez)

Roland LE SAUCE (8 octobre 2022, Morlaix, photo Jean-Luc Le Calvez)

Roland LE SAUCE avec Cyril Dallois, Stephanie Grevet, Roger Héré (débat 8 octobre 2022, Morlaix, Ismaël Dupont)

Roland LE SAUCE avec Cyril Dallois, Stephanie Grevet, Roger Héré (débat 8 octobre 2022, Morlaix, Ismaël Dupont)

Le PCF a un nouveau logo ! | PCF.frLe train du quotidien pour

les « cols blancs et/ou contre les cols bleus ».

 

(Roland LE SAUCE, intervention lors du premier débat de la matinée, Roland Le Sauce PCF Morbihan, photo Jean-Luc Le Calvez: Le train du quotidien pour « les cols blancs et les cols bleus »)

 

Tout un programme !

Les « cols blancs et les cols bleus »  ne sont que des termes du langage courant utilisés pour classifier les salariés, termes nés avec la grande entreprise, l’industrialisation, entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. L'expression « cols bleus » fait référence au bleu de travail porté par les ouvriers qui  exécutent un travail manuel, ce qui les distinguent de la chemise blanche arborée par les patrons et les employés de bureau, et les élites politiques et autres, regroupés par conséquent sous le terme de « cols blancs » dont le travail n’est pas considéré comme manuel. Et par extrapolation, les « cols blancs » vivent dans les quartiers chics, en pavillons, dans des villas et les « cols bleus » en banlieues dans des cités ouvrières, des cités HLM.

Ce qui n’est plus aussi vrai aujourd’hui, il faut bien le dire. Mais le choix de ces expressions n’a rien d’anodin si l’on se réfère aux évolutions passées, actuelles et à venir de la société bretonne, tant du point de vue de sa démographie que de ses espaces urbains et de ses espaces vécus.  Notre société est fractionnée, les uns et les autres s’opposent ; et selon l’adage « diviser pour mieux régner » prend ici tout son sens. On oppose la ville à la campagne, le rural adepte de la voiture donc pollueur à l’urbain usager de la mobilité douce donc vertueux, l’habitat collectif dégradé à l’habitat individuel harmonieux, le jeune actif au vieux retraité, le résident permanent au résident secondaire, le salarié au chômeur, le riche au pauvre, etc… comme d’autres le travail à l’assistanat.

Les politiques publiques y sont pour beaucoup mais l’aménagement du territoire breton, son urbanisation et son développement économique y contribuent tout autant, voire accentuent cette opposition et font naître ou renforce un sentiment d’abandon, de déclassement aux yeux de certains bretons.

Ce n’est faire injure à personne de dire que nous assistons à une fracture démographique, tant en nombre qu’en terme sociologique, non pas de l’Ouest par rapport à l’Est de la Bretagne mais plutôt du rural intérieur qui s’est autrefois vidé et qui peine à se remplir aujourd’hui, par rapport aux aires urbaines littorales, surtout au Sud, et orientales, principalement les aires urbaines rennaises et nantaises.

Ce n’est faire injure à personne de dire aussi qu’il y a plus de « cols blancs » dans les aires métropolitaines et périphériques (économie productive et innovante) que dans les autres territoires où se concentrent plus les « cols bleus » (économie résidentielle ou de production à forte main d’œuvre, exemple l’agroalimentaire).

Cet état de fait se mesure au regard des flots de circulation automobile qui s’écoulent, non plus comme la marée mais tout au long de la journée, sur les deux fois quatre voies entre Quimper et Rennes/Nantes par exemple, où s’étoffe le bâti, une urbanisation en villes « chapelets », où le foncier devient rare et cher. Et la présence du train n’a pas fait ralentir cet état de fait car il est, en longeant le littoral, principalement orienté vers Rennes où Nantes, vers la Région Parisienne voire au-delà, l’interconnexion européenne. On serait même tenté de dire que le TGV, le Bretagne Grande Vitesse a accéléré le phénomène en bouleversant le plan de transport TER de la Bretagne depuis 2017. Avec la crise du COVID 19 et l’explosion du numérique qui s’immisce partout et modifie les rapports humains et sociaux on peut craindre que cela s’amplifie, que cela génère plus de déplacement contrairement à ce que l’on pense.  Aussi aujourd’hui, avec le projet LNOBPL, doit-on faire le choix entre :

  • Les « cols blancs » contre les « cols bleus », c'est-à-dire favoriser la mobilité entre les pôles métropolitains et les aires urbaines majeures de Bretagne au détriment des déplacements quotidiens Domicile-Travail ou Domicile-Etudes, où 
  • Les « cols blancs » et les « cols bleus » c'est-à-dire considérer que le projet LNOBPL contribue, répond aux besoins d’amélioration, de développement des trains du quotidien, du TER et du TGV, donc de tous les usagers.

Je ne dis pas que les « cols blancs » sont uniquement des usagers du TGV, et les « cols bleus » ceux du TER car c’est faux. Ils sont l’un et l’autre et doivent le rester.  Il ne faut pas oublier aussi que les usagers du train en Bretagne ne sont pas que des salariés bretons, il y a les autres voyageurs (les salariés d’ailleurs, les étudiants, les scolaires, les retraités, les touristes, etc…). Puis il y a celles et ceux qui ne prennent pas le train car ils sont trop éloignés d’une gare, que celle-ci est fermée, qu’aucun train ne s’y arrête ou très peu, qu’aucun transport collectif existe pour le prendre, ou encore le prix du billet ou du stationnement ne le permet pas.

Mon propos n’est pas de mettre en opposition le TGV et le TER, l’un et l’autre se complète. Améliorer en service, en vitesse, en desserte l’un doit servir l’autre, mais rapprocher les métropoles, les principales aires urbaines entre elles et Paris ne doit pas conduire à un no man land ferroviaire territorial, à amener à une conurbation de l’est breton au détriment de l’ouest. Le TGV et le TER doivent donc participer à un aménagement équilibré du territoire avec des moyens de rabattements organisés et des correspondances compatibles. Et si une priorité doit être donnée, un choix est à faire, nous priorisons, choisissons le quotidien, le Domicile-Travail, le Domicile-Etude.

C’est là toute la difficulté avec LNOBPL : choisir le mieux pour certains ou le moindre mal pour d’autres, car les budgets alloués ne sont pas à la hauteur des défis climatiques et énergétiques à relever et des besoins des bretonnes et des bretons d’aujourd’hui et de demain. Les chiffres parlent d’eux mêmes : un Km de ligne nouvelle se chiffre entre 25 à 30 millions d’euros, un Km de modernisation d’une ligne existante de 2 à 3 millions d’euros. Et des lignes existantes à moderniser il y en a. Des exemples….

  • Auray – Quiberon
  • Morlaix - Roscoff

Mais il ne suffit pas de moderniser si à côté on dépèce la SNCF. La modernisation, le développement, l’exploitation du transport ferroviaire, économe en énergie, à l’impact carbone et environnemental réduit, indéniable atout de développement durable et écologique, doivent donc être menés par un seul opérateur de service public ferroviaire, la SNCF et non une filiale ou un opérateur privé.

Depuis des années les communistes, les élus communistes se battent âprement et obtiennent des résultats pour répondre aux attentes des usagers du train en Bretagne. Ils entendent poursuivre cet engagement avec toutes celles et ceux qui voient en le ferroviaire une des solutions pour décarboner très rapidement les moyens de transports voyageurs et aussi marchandises.

Morlaix, le 8 octobre 2022.

 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2022 1 10 /10 /octobre /2022 17:14
Pol Huellou - Un talent breton, par Yvon Huet - La Vie nouvelle, journal de la CGT Retraités

Dans le journal national de la CGT retraites "La Vie nouvelle", voici un très bel article sur un formidable artiste et musicien breton, Pol Huellou, un camarade, par Yvon Huet.

Pol Huellou est un formidable chanteur, flûtiste, instrumentiste, qui adopte a sa manière originale et puissante le répertoire de la musique populaire ou poétique irlandaise et écossaise. On ne se laisse pas d'écouter ses albums... Et notamment "The Lost agenda. Pol Huellou and Friends."

Voir aussi sur Le Chiffon Rouge:

"The lost agenda" de Pol Huellou: un très bel album à recommander chaleureusement!

Pol Huellou, musicien, chanteur et écrivain voyageur, amoureux de l'Irlande, nous raconte les ballades de son dernier album "The Lost Agenda"

Amitiés BRETAGNE-IRLANDE ! : Suite à l'après-midi de rencontre avec le Sinn Féin, soirée musicale à Roscoff, salle Mathurin Méheut (20h30-23h) - entrée libre - avec POL HUELLOU ET GILLES LE BIGOT, COVERFIELD (Gaël Abaléo, Kevin et Yvan Le Saint)

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2022 7 09 /10 /octobre /2022 11:56
Liberté pour Salah Hamouri: Vœu adopté à l'unanimité moins une abstention par le conseil municipal de Quimper le 6 octobre 2022
Liberté pour Salah Hamouri: Vœu adopté à l'unanimité moins une abstention par le conseil municipal de Quimper le 6 octobre 2022
LIBERTÉ POUR SALAH HAMOURI !
 
Vœu adopté à l'unanimité moins une abstention par le conseil municipal de Quimper le 6 octobre 2022 sur proposition des élus communistes Yvonne Rainero, Bernard Jasserand et Ronan Sinquin, avec le soutien de la majorité de gauche et écologiste.
 
Yvonne Rainero présenté ce vœu en séance en faisant part à mes collègues de la grève de la faim entamée en protestation par Salah Hamouri avec 30 "détenus administratifs" la semaine dernière et du danger qui pèse sur leurs vies.

 

****************************************
Notre compatriote Monsieur Salah Hamouri, avocat franco-palestinien de 37 ans spécialisé dans la défense des Droits Humains et travaillant pour l’ONG Adameer, ancien élève du collège catholique De la Salle des Frères des Écoles Chrétiennes de Jérusalem, demeurant dans cette ville où il est né d’une mère française professeure de français et d’un père palestinien restaurateur, est une nouvelle fois emprisonné en Israël depuis le 7 mars 2022 sans procès et sans que lui ait été notifié aucun motif d’inculpation.
Monsieur Salah Hamouri est marié, sa femme française et ses 2 enfants nés en France qui résident dans notre pays se voient interdire depuis janvier 2016 de le rejoindre à Jérusalem contrairement à toutes les conventions internationales.
Lui-même s’est vu retirer son droit acquis de naissance de résident permanent de Jérusalem Est et si cette décision est confirmée il est expulsable à tout moment.
L’internement « administratif » qui le frappe, hérité des pratiques coloniales du mandat britannique sur la Palestine au début du siècle dernier, est utilisé par les autorités israéliennes pour emprisonner arbitrairement par périodes allant jusqu’à 6 mois, renouvelables à l’infini, tout opposant à leur politique dans les territoires palestiniens.
Les autorités européennes et françaises ont exprimé à de multiples reprises leur vive préoccupation concernant un dispositif aussi contraire à tous les usages démocratiques.
La ville de Quimper a plusieurs fois témoigné son soutien à Monsieur Salah Hamouri.
Ainsi en septembre 2012 il avait été reçu en mairie par M. Piero Rainero adjoint au maire en charge des relations internationales, représentant le maire M. Bernard Poignant.
En février 2017 un vœu fut voté par le Conseil Municipal exigeant sa libération alors qu’il venait d’être emprisonné dans les mêmes conditions qu’aujourd’hui.
En décembre 2018, libéré grâce à la mobilisation nationale et européenne en sa faveur, il fut reçu à la mairie par le maire M. Ludovic Jolivet.
Les autorités françaises ont été amenées elles aussi à agir en faveur de notre compatriote.
Le Président Nicolas Sarkozy et le Ministre des Affaires étrangères M. Alain Juppé sont intervenus en leur temps auprès du gouvernement israélien pour obtenir sa libération.
Le Président Emmanuel Macron s’en est entretenu avec les autorités israéliennes et, son chef de cabinet, dans un courrier, a précisé que : « l’ensemble des services français sont mobilisés sur ce dossier. »
Les organisations de défense des Droits Humains, la Ligue des Droits de l’Homme, Amnesty International, l’ACAT (Association des Chrétiens contre la Torture), Caritas International, l’Union Juive Française pour la Paix, une Autre Voix Juive, le Syndicat des Avocats de France et bien d’autres ont demandé la libération de Monsieur Salah Hamouri.
De nombreuses personnalités sont intervenues dans ce sens comme MM. Michel Warschawski (historien israélien, fils de l’ancien Grand Rabbin de Strasbourg), Jean Ziegler (Vice-Président du comité consultatif des Droits de l’Homme de l’ONU), Rony Brauman (fondateur de Médecins sans Frontières), les cinéastes Ken Loach, Robert Guédiguian, l’acteur François Cluzet, M. Richard Falk (professeur de droit international aux USA), M. Dov Kénin député israélien à la Knesset, etc....
Le comité national de soutien en faveur de Salah Hamouri comporte des personnalités comme Mme Christiane Taubira, MM. Jack Lang, Jean Louis Bianco, Edgar Morin, Monseigneur Jacques Gaillot..…
Monsieur Jean-Jacques Urvoas ancien Garde des Sceaux est intervenu lui aussi en sa faveur ainsi qu’il l’a fait savoir par courrier.
Plus de cent élu-e-s du Finistère ont cosigné en novembre 2021 une lettre demandant le rétablissement de ses droits.
Le Conseil Municipal de Quimper, fidèle à sa tradition de défense des Droits de l’Homme à laquelle est attachée la population de notre ville, exige la libération de notre compatriote Monsieur Salah Hamouri et demande au gouvernement et au Président de la République d’agir avec la plus grande fermeté pour que soient levées toutes les mesures de privation de liberté dont il est victime.
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2022 7 09 /10 /octobre /2022 11:51
BERNARD JASSERAND MAIRE-ADJOINT PCF DE QUIMPER

BERNARD JASSERAND MAIRE-ADJOINT PCF DE QUIMPER

DÉCLARATION DE BERNARD JASSERAND MAIRE-ADJOINT PCF DE QUIMPER LORS DU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 OCTOBRE
 
Marché de l’énergie, l’immense gabegie.
Nous allons faire des efforts de sobriété énergétique, en essayant de préserver notre service public territorial, mais comment est-on passé en 25 ans d’une situation nationale d’autosuffisance de production d’électricité et de contrat gaz de longue durée stabilisés, à la situation énergétique d’aujourd’hui ?
Les directives européennes de l’énergie ont organisé la libéralisation du secteur dès le début des années 2000. Générant en France, en 2004 la transformation d’EDF en société anonyme avec l’ouverture de son capital en 2005.
En 2007 le marché de l’électricité a été ouvert à la concurrence pour les particuliers.
En 2010 la loi NOME a été adoptée avec l’Arenh (Accès régulé à l’électricité nucléaire historique), obligation faite à EDF de revendre 1/4 de sa production nucléaire à ces concurrents à un tarif très bas leur permettant de faire des profits. Avant la loi NOME et l’ouverture du marché au particulier le prix du KWh des Tarifs Régulés de Vente (TRV) reflétait le coût de production du transport et de la distribution ajoutée à l’amortissement des moyens de production, c’était l’Etat qui fixait les prix sur proposition d’EDF. Les taxes étaient composées de la TVA et de la TLE (taxe locale de l’électricité versée aux communes).
Aujourd’hui c’est la Commission de Régulation de l’Electricité (CRE) qui propose le montant des TRV à l’Etat et ce ne sont pas les coûts de production de transport et de distribution restés stables qui entraînent la flambée des prix, mais bien le cours de la bourse de l’électricité, la hausse des taxes et les marges des fournisseurs privés, qui font s’envoler les tarifs.
Autre aberration, le prix de l’électricité est fixé sur le prix du dernier MWh produit, très souvent avec du gaz, donc indexé sur son cours aujourd’hui au plus haut, alors qu’en France l’électricité est produite essentiellement avec du nucléaire et de l’hydraulique ?
Il est temps de faire le bilan de la dérèglementation du secteur de l’énergie.
La concurrence devait faire baisser les prix et de nouveaux moyens de productions devaient voir le jour…vous connaissez tous la réponse, une immense gabegie. La guerre en Ukraine n’explique pas tout, c’est la dérégulation et la libéralisation du secteur de l’énergie qui nous ont conduit à la catastrophe.
Si le gouvernement a pu parer à l’urgence pour les particuliers avec le bouclier tarifaire, les effets de ce dernier ne se feront pas sentir sur la durée. Les traders continuent de spéculer, les grandes sociétés énergétiques engrangent des bénéfices records. Les usagers, les entreprises et les collectivités locales sont dans la tourmente…
Chers collègues, je soutiendrai la motion de l’AMF29, mais je crois qu’il faut aller plus loin que la demande ponctuelle d’un bouclier tarifaire si l’on veut s’en sortir sur le long terme ; il faut sortir du marché européen de l’énergie agir avec nos voisins espagnols et portugais qui ont obtenu une dérogation de la commission européenne sur l’énergie.
Il faut en finir avec le racket organisé de l’Arenh (Accès régulé à l’électricité nucléaire historique), qui subventionne des acteurs alternatifs qui ne produisent rien et qui accumulent des profits. Les états européens doivent pouvoir organiser leur politique énergétique comme ils le souhaitent. Réformer le marché comme le propose la présidente de l’union européenne, ce serait le confirmer, les mêmes causes produiront les mêmes effets. Il ne doit plus être possible de spéculer sur des biens de première nécessité.
Regagnons ensemble notre maîtrise publique de l’énergie de l’électricité et du gaz, avec nos deux Epic EDF et GDF 100% publics, permettant aux collectivités locales, aux entreprises, aux usagers d’accéder à des tarifs régulés de vente calculés sur les coûts de production de transport et de distribution.
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2022 7 09 /10 /octobre /2022 11:48
Débat avec Monique Pinçon Charlot le vendredi 28 octobre à Penmarc'h - Kerity (Le Travailleur Bigouden - Blog PCF Pays Bigouden)

Samedi 22 et dimanche 23 Octobre la fête de l'Humanité Bretagne à Lorient-Lanester

voir le programme sur le blog du PCF Pays Bigouden:

https://pcbigouden.fr/fete-de-lhumanite-bretagne-a-lorient-22-et-23-octobre-2022/

Eric Bocquet (sénateur communiste) rapporteur de la commission d’enquête sur l’évasion fiscale annonce, après plusieurs mois de travail, les chiffres de 60 à 80 milliards par an, le coût minimum de l’évasion fiscale pour l’État Français.
En France c’est 3% du PIB (soit 2352 *3% = 70 millions d’euros).
Pour les pays européens l’évasion fiscale se situe à 1000 millions d’euros par an.
Non l’ultra riche n’est pas notre voisin, même si il roule en berline allemande !

Nous vous invitons à venir débattre avec Monique Pinçon Charlot
le vendredi 28 octobre à Kerity.

 

Monique et Michel Pinçon-Charlot, sociologues de la bourgeoisie, ont publié de nombreux travaux sur cette classe sociale prédatrice.

ainsi que le jeu de société Kapital

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2022 7 09 /10 /octobre /2022 09:01
Femmes d'Alep - Prochaines rencontres-dédicace avec Maha Hassan et Ismaël Dupont en octobre et novembre 2022

Depuis la sortie du livre "Femmes d'Alep" aux éditions Skol Vreizh fin mars 2022, nous avons déjà fait 25 rencontres et séances de dédicace pour présenter le livre, à Paris, Port-de-Bouc, Toulouse, Saint-Brieuc, Lannion, au Rheu, dans plusieurs librairies du Finistère. Nous serons heureux de vous retrouver ces prochains jours:

- Ce Dimanche 9 octobre, Librairie L'Autre Rive à Berrien, à 16h

- Le Mercredi 19 octobre, Librairie Gwalarn à Lannion, à 18h30

- Le Dimanche 23 octobre, à Lanester, parc des Expositions du Pays de Morlaix, pour la Fête de l'Humanité Bretagne avec une présentation à 16h15 et des dédicaces toute l'après-midi

- Le Samedi 29 octobre et le dimanche 30 octobre au salon du livre en Bretagne de Carhaix

- Le Dimanche 13 octobre au salon du livre de Plestin-les-Grèves

- Le Samedi 19 novembre à la librairie Les Passagers du Livre à Landerneau, à 10h30

Ismaël Dupont et Maha Hassan

 

Femmes d'Alep - Prochaines rencontres-dédicace avec Maha Hassan et Ismaël Dupont en octobre et novembre 2022
Femmes d'Alep - Prochaines rencontres-dédicace avec Maha Hassan et Ismaël Dupont en octobre et novembre 2022
Femmes d'Alep - Prochaines rencontres-dédicace avec Maha Hassan et Ismaël Dupont en octobre et novembre 2022
Le Télégramme - article de Sophie Guillerm

Le Télégramme - article de Sophie Guillerm

Journal du mouvement de la Paix - Planète Paix, article de Alain Rouy

Journal du mouvement de la Paix - Planète Paix, article de Alain Rouy

Dans la page culture nationale du Ouest-France: Ouest-France Gaëlle COLIN. Publié le 22/03/2022 - édition numérique/ fin avril (édition papier
Maha Hassan, syrienne réfugiée à Morlaix : « Je me suis exilée pour sauver mes histoires »
​Maha Hassan, autrice et journaliste syrienne réfugiée à Morlaix, dans le Finistère, publie son tout premier ouvrage en français. Il a été adapté par Ismaël Dupont, professeur documentaliste. Un récit bouleversant où chaque témoignage réel de femmes explique la mosaïque complexe que constitue la Syrie, jusqu’à son morcellement et sa réconciliation quasi-impossible actuelle. « Femmes d’Alep » sort ce mercredi 23 mars 2022, aux éditions Skol Vreizh. Un livre plus que nécessaire.
 
Maha Hassan écrit un ouvrage en français pour la première fois, grâce à l’aide d’Ismaël Dupont. Les premiers échanges autour de « Femmes d’Alep » ont eu lieu au Café de l’Aurore, à Morlaix. Le livre est publié le 23 mars 2022, à Skol Vreizh.
Maha Hassan écrit un ouvrage en français pour la première fois, grâce à l’aide d’Ismaël Dupont. Les premiers échanges autour de « Femmes d’Alep » ont eu lieu au Café de l’Aurore, à Morlaix. Le livre est publié le 23 mars 2022, à Skol Vreizh. | OUEST-FRANCE
 

L’histoire a commencé derrière la devanture rouge vif du Café de l’Aurore, à Morlaix (Finistère). C’était à l’automne 2017. Maha Hassan, réfugiée syrienne depuis 2004, vit ici et rencontre alors pour la deuxième fois Ismaël Dupont. Le professeur documentaliste, secrétaire départemental du Parti communiste français et pas encore élu premier adjoint à la Ville, connaît la Syrie d’un unique voyage en 2010, « six mois avant la révolution ».

À la fin de leur entrevue, leur relation se scelle autour d’une promesse : celle d’écrire ensemble le premier ouvrage en français de l’autrice et journaliste. Elle au récit, lui à l’adaptation en français. Langue qu’elle maîtrise très bien à l’oral, moins à l’écrit. « En arabe, j’ai une forme de censure qui me vient naturellement. En français, je m’en affranchis, décrit Maha Hassan. C’est comme une renaissance. Et puis, j’ai une dette envers ce pays qui m’accueille. Je me suis exilée pour sauver mes histoires. Je redonne à la France un bout. »

Des témoignages réels

Ce « bout » compile des morceaux de vies réels de femmes, remontant jusqu’au début des années 1900. Ils évoquent l’exil, la guerre et ses vies cabossées, le sentiment d’être l’étrangère dans son propre pays. Des témoignages puisés dans sa mémoire ou recueillis via WhatsApp, Facebook ou par téléphone. De quoi brosser un portrait complexe et crédible de la Syrie, de la mosaïque de langues et de cultures qui la composent. Et qui explique en partie la situation actuelle. « Elle n’aura pas pu l’écrire en arabe, nous n’aurions pas eu les témoignages éloquents autour du tabou sur la sexualité, l’identité ou l’islam », abonde Ismaël Dupont.

Les femmes, les plus effacées de l’histoire

La légèreté du quotidien relatée est souvent rattrapée par le tragique de la grande histoire, en passant par des recoins de vie intimes. Tout récit est présenté à la première personne. « Faire parler les femmes, c’était naturel : elles sont les créatrices et elles subissent le plus d’oppression. Et ce sont elles qui sont le plus silencieuses ou effacées de l’histoire », justifie la journaliste.
 

L’histoire a commencé derrière la devanture rouge vif du Café de l’Aurore, à Morlaix (Finistère). C’était à l’automne 2017. Maha Hassan, réfugiée syrienne depuis 2004, vit ici et rencontre alors pour la deuxième fois Ismaël Dupont. Le professeur documentaliste, secrétaire départemental du Parti communiste français et pas encore élu premier adjoint à la Ville, connaît la Syrie d’un unique voyage en 2010, « six mois avant la révolution ».

À la fin de leur entrevue, leur relation se scelle autour d’une promesse : celle d’écrire ensemble le premier ouvrage en français de l’autrice et journaliste. Elle au récit, lui à l’adaptation en français. Langue qu’elle maîtrise très bien à l’oral, moins à l’écrit. « En arabe, j’ai une forme de censure qui me vient naturellement. En français, je m’en affranchis, décrit Maha Hassan. C’est comme une renaissance. Et puis, j’ai une dette envers ce pays qui m’accueille. Je me suis exilée pour sauver mes histoires. Je redonne à la France un bout. »

Des témoignages réels

Ce « bout » compile des morceaux de vies réels de femmes, remontant jusqu’au début des années 1900. Ils évoquent l’exil, la guerre et ses vies cabossées, le sentiment d’être l’étrangère dans son propre pays. Des témoignages puisés dans sa mémoire ou recueillis via WhatsApp, Facebook ou par téléphone. De quoi brosser un portrait complexe et crédible de la Syrie, de la mosaïque de langues et de cultures qui la composent. Et qui explique en partie la situation actuelle. « Elle n’aura pas pu l’écrire en arabe, nous n’aurions pas eu les témoignages éloquents autour du tabou sur la sexualité, l’identité ou l’islam », abonde Ismaël Dupont.

Les femmes, les plus effacées de l’histoire

La légèreté du quotidien relatée est souvent rattrapée par le tragique de la grande histoire, en passant par des recoins de vie intimes. Tout récit est présenté à la première personne. « Faire parler les femmes, c’était naturel : elles sont les créatrices et elles subissent le plus d’oppression. Et ce sont elles qui sont le plus silencieuses ou effacées de l’histoire », justifie la journaliste.

Le point de départ, c’est Zeinab, l’arrière-grand-mère de Maha Hassan. Une Arménienne ayant fui le génocide et qui est adoptée par une famille musulmane qui part pour la Syrie. Puis celui d’Halima, sa grand-mère paternelle, qui ne parlait que kurde et vivait à Alep. Ou Amina, sa maman, bien qu’ayant épousé son cousin et ouvrier analphabète travaillant dans une usine de textile, parle arabe. Dans un entourage kurde. « Je parle aussi arabe. Les Syriens me prennent pour une Kurde et les Kurdes me prennent pour une Syrienne », dénonce l’autrice.

« Je ne sais pas qui je suis »

La seconde partie de l’ouvrage se concentre ensuite sur la jeunesse de Maha, celle qui boit de l’arak, qui vit une histoire d’amour avec un homme plus âgé, hors mariage et qui suit au loin la répression des Frères Musulmans, la dictature du général al-Assad, premier du nom. Les racines de la violence qui écrase et opprime les femmes sont également esquissées. Jusqu’à arriver aux questionnements profonds et bouleversants de l’autrice elle-même : « Je ne suis ni française, ni syrienne, ni kurde. Je me sens illégale et je ne sais pas qui je suis. »

Treize romans plus tard, elle a écrit en arabe et certains ont été traduits en italien et néerlandais. Mais la question est restée sans réponse.

 

Mercredi 23 mars 2022, la maison d’édition morlaisienne Skol Vreizh offre ces paroles inédites. Une libération nécessaire. « J’ai écrit ce livre grâce à Morlaix, la sécurité et la tranquillité que j’y ai trouvé. Et grâce à Ismaël aussi. »

Femmes d’Alep, éditions Skol Vreizh, 460 p. 22 €. Tirage à 2000 exemplaires. Possibilité de le commander sur le site www.skolvreizh.com

 

***

Récit Voix de femmes syriennes et douleur de l’exil
Publié le Jeudi 2 Juin 2022 - L'Humanité
Femmes d’Alep, de Maha Hassan, avec le concours d’Ismaël Dupont, éd. Skol Vreizh, 488 pages, 22 euros

« Oui, je bois de l’alcool, je mange du cochon, je suis kurde et mon père était communiste. » Ainsi parle Maha Hassan, kurde née à Alep, écrivaine et journaliste de langue arabe, exilée en France en 2004, réfugiée en Bretagne. Femmes d’Alep, adapté par Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF dans le Finistère et premier maire adjoint de Morlaix, nous plonge, via des voix de femmes, dans l’histoire moderne de la Syrie. C’est un ouvrage sur et par les femmes. Celles nées dans « cette société orientale tyrannique » qui témoignent de leurs expériences « dans ce monde définitivement perdu que fut la Syrie d’avant la révolution et de la guerre civile ». À ce propos, retenons par exemple le terrible récit de Shiraz Darwich et songeons à l’émancipation des femmes. Valère Staraselski

 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2022 7 09 /10 /octobre /2022 06:45
Tous à la manif pour le droit au logement pour toutes et tous le 29 octobre à Morlaix, 14h
Tous à la manif pour le droit au logement pour toutes et tous le 29 octobre à Morlaix, 14h

Moment de mobilisation collective et unitaire à Morlaix le samedi 8 octobre en marge de la journée régionale du PCF pour les transports, avec des militants du PCF, de la CGT, de l'UDB, de FI, de la Gauche indépendantiste, de Génération.s, des associations de défense des usagers du transport et des lignes ferroviaires, pour appeler symboliquement à une participation nombreuse à la manifestation pour le logement du 29 octobre 2022 à Morlaix, à 14h.


Une manif régionale qui porte notamment sur l'augmentation de la taxe sur les résidences secondaires en zones tendues dont Jacques Baudrier, présent sur la photo, et à nos travaux, en temps qu'animateur du collectif national Mobilités-Transports du Parti communiste, a contribué à obtenir la création avec Ian Brossat suite à un amendement communiste à l'Assemblée Nationale.

La liste actuelle des signataires de la manifestation pour le droit au logement organisée à Morlaix le 29 octobre: CGT Morlaix, Solidaires Morlaix, FSU Bretagne, PCF 29 et PCF Morlaix, Gauche Indépendantiste, UDB 29, EELV Morlaix, Génération.s Morlaix, Ensemble 29, NPA Morlaix, Morlaix Alternative Citoyenne, La Lanterne (Association d'aide aux femmes victimes de violences), Droit à la ville Douarnenez, Collectif St-Malo j'y vis j'y reste.

Photos Gaël Roblin, 8 octobre Morlaix - passerelle de la gare

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011