Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2022 1 07 /11 /novembre /2022 18:17
Une nouvelle gare à Rennes, pour quoi faire? - Résumé de l'intervention de Yannick Tizon - Débat Transport-Mobilités en Bretagne initié par le PCF à Morlaix le 8 octobre
Une nouvelle gare à Rennes, pour quoi faire? - Résumé de l'intervention de Yannick Tizon - Débat Transport-Mobilités en Bretagne initié par le PCF à Morlaix le 8 octobre

Résumé d’intervention Y. Tizon, Morlaix, le 8 octobre 2022

Une nouvelle gare à Rennes, pourquoi faire ?

En premier lieu, il est important de préciser que le projet d’une deuxième gare Rennes ne peut être analysé ni compris comme un sujet nouveau en réponse à un engouement ferroviaire de plus en plus tendance alors que les actes doivent prendre le pas des paroles et annonces bienfaisantes.

Ainsi, cette idée ferroviaire n’est pas réfléchie pour faire plaisir et se faire plaisir mais construit sur des réalités de tout ordre pour les enjeux convergents de demain.

C’est un projet qui date de plus de dix ans avec une base qui a muri depuis au grès de réflexions, renforcée dans le temps par les évidences de mobilité qui s’imposent en Bretagne.

Celles-ci sont de deux ordres, le transport des voyageurs et celui des matières.

Pour construire un plan ferroviaire dans notre région comme ailleurs, la situation exige de l’entreprendre non pas à partir d’ambitions légitimes parsemées dans les territoires et agglomérations puisque nous avons trouvé depuis longtemps les meilleures solutions à partir d’un système ferroviaire dont l’optimum s’atteint que si l’on admette et comprends qu’il doit être intégré.

Le rail n’est rien sans la roue et inversement.

Quand on réfléchit circulation ferroviaire, il faut parler « infrastructure » et penser un réseau qui ne doit jamais être saturé pour amortir les évolutions de transports qualitativement et quantitativement.

L’indépendance d’un réseau limite les ambitions de son utilisation, la concurrence le vide.

A partir de ces données essentielles, la limite d’une stratégie de développement ferroviaire que celle de son financement et d’un équilibre de satisfaction.

Il faut accompagner les dépenses et les entreprendre avec des objectifs clairs pour arriver au résultat escompté par une efficacité qui n’est pas uniquement observer budgétairement.

C’est pourquoi, pour ne pas brider le débat et s’enfermer dans un rapport financier afin de rester concentré sur l’obligation de réfléchir à d’autres infrastructures et gares ferroviaire, il est important dans ce temps le débat d’aujourd’hui de réfléchir à revoir et réviser l’organisation de la mobilité puisque l’avenir de planète nous y contraint.

Commençons par un état rapide de la situation.

Pour peu que l’on s’y intéresse vraiment, la marque péninsulaire de la Bretagne réduit considérablement les solutions ferroviaires d’aujourd’hui. La gare de Rennes est le point principal d’entrée et de sortie de notre région, un point obligé.

Mais le temps et les décisions ont rajouté à cette contrainte une nouvelle notion et organisation de ce territoire au grès d’une régionalisation du transport collectif de masse.

A l’expansion des trains du quotidiens, c’est greffé l’arrivée du TGV à pleine vitesse sur une étoile ferroviaire de plus en plus sollicité par la mise en œuvre d’une Nouvelle Economie Géographique, la NEG, idée de Paul Krugman qui a obtenu le prix Nobel économique en 2008.

Idée reprise par Balladur et Attali dans leurs rapports sur la gestion de l’administration et la rationalisation économique, la carte des régions a été révisée par ces prismes politiques pour déplacer le rôle de l’Etat et centraliser les activités et décisions au sein d’agglomérations démesurées.

Ainsi, Rennes est devenue métropole et sa gare multimodale et toutes les deux sont aujourd’hui en recherche de solutions contre la saturation quand bien même l’envie d’expansion persiste.

De la sorte , plus le ferroviaire bloque la mobilité au sein de la métropole, plus il freine le débit des trains pour le reste de la région sans oublier celles de nos voisins.

Cela génère une véritable opposition de fond entre la régionalisation et la métropolisation jusqu’à transformer cette dernière dans un rôle confiscatoire par un mécanisme monopolisant le développement de toute une région, au moins sur le plan des mobilités.

Pendant que certains réfléchissent à une deuxième rocade routière, du côté de la SNCF, la modernisation de la gare de Rennes a été pensée pour améliorer la gestion des circulations sur ce point dur. Limitée par l’empreinte dans un espace remodelé, aux deux récents quais il est prévu de mettre en œuvre une nouvelle technologie d’exploitation pour recevoir deux trains sur une même voie (2TVM).

Quand dans le même temps la nouvelle ligne de métro augmente l’offre de transport collectif, indéniablement de nouveaux flux de voyageurs vont pouvoir lâcher leur volant pour une carte Korrigo par l’attrait de ce point de connexion de transport collectif.

Au-delà de se féliciter d’avance de ce succès pour l’environnement, le potentiel de gonflement du flux dans l’espace multimodal de la gare de Rennes annonce déjà une nouvelle étape de saturation d’autant plus que le besoin de mobilité par habitant va croitre au grès d’une augmentation de la population en Bretagne elle aussi attendue. Une liaison ferroviaire nouvelle entre la Métropole de Nantes et celle de Rennes achève le besoin de repenser l’étoile ferrée de Rennes.

L’ancrage d’une saturation de la gare de Rennes ne peut persister en un point d’étranglement pour toute une région qui est irriguée de matières majoritairement par la route.

Comment croire d’ailleurs à la faisabilité du plan du Président Farrandou en Bretagne d’un « fois deux » de trains fret dans ces conditions ? Depuis l’ouverture de la Ligne Nouvelle entre Le Mans et Rennes, la ligne dite classique a été rendu libre de sillons TGV, offrant un véritable corridor ferroviaire fret, pour autant, aucune augmentation de trafic n’a été mesurée par cette énième particularité bretonne. 

Si au passage, une des caractéristiques bretonnes appelle plutôt à « diviser par deux » le nombre de camion, le besoin d’augmenter les solutions ferroviaires de l’étoile de Rennes est une réelle évidence à tel point que l’étude géographique du réseau définit la possibilité d’un contournement. Vue d’avion, les voies dessinent un cercle qui ne demandent qu’à être achevé puisqu’entre la ligne de Saint Malo et celle vers Vitré, 10 kilomètres séparent ses deux axes.

Contourner Rennes permet des solutions de soulagement de trafic et offre la place pour une deuxième gare et pourquoi pas d’en faire nouveau point multimodal, relier au métro dans le périmètre du projet ViaSilva.

Mais cela permet aussi de donner des ambitions aux autres projets de développement d’une région où les ports ne sont pas reliés aux rails. Il ne faut pas avoir la faiblesse de penser qu’en faisant sauter le bouchon de Rennes, la réouverture de la ligne Morlaix Roscoff par exemple rend possible la relation directe avec le Marché d’Intérêt National de Rungis. L’étoile ferroviaire de Rennes et son contournement c’est aussi une réponse qui permet la construction d’une nouvelle ligne vers Fougères puis la Normandie tout comme que l’embranchement ferroviaire de plusieurs usines en bretagne, au centre pour seul exemple.

Mieux embrancher les villes, c’est se doter de moyens ferroviaires pour les activités industrielle et plus largement toutes les activités économiques bretonnes et d’échange commerciaux d’aujourd’hui et de demain.

Par des déplacements durables ou tout au moins plus respectueux de l’environnement c’est aussi limiter les impacts négatifs de la métropolisation en combattant la désertification de nos territoires.

C’est une réponse à un aménagement du territoire qui participe à mieux vivre et mieux travailler au pays, ce qui nous concerne toutes et tous.

C’est pourquoi, pour une véritable efficacité et partage du processus cela doit se décider collectivement avec tous les acteurs économiques et politiques pour construire un nouveau plan ferroviaire breton. Et pourquoi pas commencer le travail par une conférence régionale. Celui-ci doit être ordonné pour que chaque projet ait la lisibilité de sa faisabilité et de sa mise en œuvre.

Chacun doit y trouver son compte et avoir la vision du temps à venir.

L’avenir nous appartient collectivement.

Yannick Tizon

 

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2022 5 04 /11 /novembre /2022 17:12
Conseil Départemental - Lors de la séance plénière du 24 Octobre, Ismaël Dupont est intervenu sur le besoin d'AESH en Finistère
Séance Plénière Conseil Départemental du mois d'Octobre - Besoins d'AESH en Finistère
Lors de la séance plénière du 24 Octobre, Ismaël Dupont est intervenu sur le besoin d'AESH en Finistère
Il a insisté notamment sur :
✅ un manque d'AESH dans les établissements scolaires du Finistère qui ne permet pas de garantir une école réellement inclusive
✅ la faible reconnaissance des AESH par l'Etat, tant sur la rémunération, sur la formation que sur leur statut
✅ le besoin d'interpellation par le Conseil Départemental auprès de l'Etat sur la situation en Finistère
Liste des interventions du groupe Finistère et Solidaires lors des séances du 20 et 24 Octobre ici : https://www.youtube.com/playlist...
Partager cet article
Repost0
4 novembre 2022 5 04 /11 /novembre /2022 11:13
AG du PCF Finistère du 9 juillet 2022 à Pont-de-Buis les Quimerc'h

AG du PCF Finistère du 9 juillet 2022 à Pont-de-Buis les Quimerc'h

AG départementale du PCF Finistère le samedi 12 novembre 2022 à la MPT de Quimerc'h (Pont-de-Buis les Quimerc'h)
AG départementale du PCF Finistère le samedi 12 novembre 2022 à la MPT de Quimerc'h (Pont-de-Buis les Quimerc'h)
 
La prochaine Assemblée Générale des communistes finistériens aura lieu le samedi 12 novembre 2022 à la MPT du village de Quimerc'h (commune de Pont-de-Buis les Quimerc'h de 9h à 16h30) en présence d'Igor Zamichéi, responsable à la Vie du Parti du PCF
 
Déroulé de cette AG départementale du PCF Finistère:
 
9h à 9h15: accueil des camarades (café-gâteaux)
 
9h15-9h45:  Mots d'introduction d'Igor Zamichéi et d'Ismaël Dupont
bilan d'activité 2022, de la fête de l'Humanité Bretagne des 22-23 octobre, préparation venue de Fabien Roussel dans le Finistère du 5 décembre suivi d'un bref échange, présentation des échanges à venir
 
10h-12h30: Premier temps de préparation du Congrès Départemental du PCF Finistère de mars 2023.
 
10h-11h: "ruches" par petits groupes de 15 personnes environ (au moins 4 groupes) permettant de faire circuler la parole sur le fonctionnement du Parti (fédération, sections) le diagnostic, les pistes d'amélioration, les propositions
 
11h-11h45: restitution des "ruches" par des rapporteurs désignés par les "ruches"
 
11h45-12h15: débat général à partir de ces restitutions.
 
12h15-12h30: propos de conclusion par le représentant de la direction nationale Igor Zamichéi, responsable à la Vie du Parti du PCF
 
12h30-13h: apéritif
 
13h-14h: repas sur place (traiteur St Antoine).
 
14h30-16h30: Moment culturel et d'éducation populaire du PCF FINISTÈRE
 
Présentation à partir d'un diaporama et de commentaires de tableaux du parcours original et incroyable dans l'histoire de l'art au 20e siècle et des artistes de l'exposition "Libres comme l'art" présenté au siège du Parti Communiste Français, place du Colonel Fabien, par Renaud Faroux, historien d'art, critique, commissaire de l'exposition "Libres comme l'art", co-auteur du Catalogue de l'exposition "Libres comme l'art" et tout récemment du livre de référence "Le Pop Art en Europe", accompagné de Eric Morin, le scénographe de l'exposition "Libres comme l'art" place du Colonel Fabien et de nombreuses expositions de l'espace des Capucins à Landerneau.

Une magnifique exposition "libres comme l'art" au siège du PCF Place du Colonel Fabien: 100 ans d'histoire entre les artistes et le PCF

 
Il est possible de faire venir des sympathisants et des adhérents d'autres fédérations au moment culturel public de l'après-midi.
 
Inscriptions pour la journée:
 
 
AG départementale du PCF Finistère le samedi 12 novembre 2022 à la MPT de Quimerc'h (Pont-de-Buis les Quimerc'h)
AG départementale du PCF Finistère le samedi 12 novembre 2022 à la MPT de Quimerc'h (Pont-de-Buis les Quimerc'h)
Partager cet article
Repost0
4 novembre 2022 5 04 /11 /novembre /2022 10:34
Les militants communistes du pays de Morlaix distribueront un tract sur l'énergie et pour annoncer la venue de Fabien Roussel dans un mois le 5 novembre sur le marché de Morlaix et le 6 novembre sur le marché de Saint-Martin-des-Champs
Les militants communistes du pays de Morlaix distribueront un tract sur l'énergie et pour annoncer la venue de Fabien Roussel dans un mois le 5 novembre sur le marché de Morlaix et le 6 novembre sur le marché de Saint-Martin-des-Champs

Le samedi 5 novembre sur le marché de Morlaix et le dimanche 6 novembre sur le marché de Saint-Martin-des-Champs, les militants communistes du pays de Morlaix distribueront un tract sur l'énergie et pour annoncer la venue de Fabien Roussel dans un mois, le lundi 5 décembre à 19h au Roudour de Saint-Martin-des-Champs.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2022 5 04 /11 /novembre /2022 10:16
Communiqué du PCF Carhaix-Huelgoat et du PCF Finistère - Soyons solidaires de l’accueil des réfugiés, à Callac comme ailleurs

Communiqué du PCF Carhaix-Huelgoat et du PCF Finistère

Soyons solidaires de l’accueil des réfugiés, à Callac comme ailleurs

Une nouvelle fois les partis xénophobes font montre de haine et affichent leur discours du rejet de l’autre. C’est sur la peur et le mensonge qu’ils agissent. La Bretagne a des valeurs antifascistes, elle a toujours été ouverte aux autres et solidaire. Ces partis fascistes ne sont en rien les défenseurs des plus humbles, ils sont contre l’augmentation du smic, ne défendent pas les services publics, ainsi que l’égalité des droits pour toutes et tous. L’histoire nous enseigne que la monté des fascismes n’augure rien de bon pour les peuples. Ne laissons pas l’histoire bégayer, ne laissons pas la haine occuper la rue. Soyons solidaires de l’accueil, à Callac comme ailleurs, des réfugiés qui sont toujours et avant tout des victimes.

Le  samedi 5 novembre à Callac soyons nombreuses et nombreux à dire non à ceux qui instrumentalisent le projet « horizon » par la peur et la désinformation. Rendez-vous près du plan d’eau, espace Kan an Dour à Callac à partir de 12h.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2022 5 04 /11 /novembre /2022 08:16
La candidature du port de Roscoff pour intégrer le réseau transeuropéen de transport n’a pas abouti. Le Parti communiste français demande au ministre des Transports de retourner plaider sa cause auprès de la Commission européenne. | ARCHIVES VINCENT MOUCHEL/ OUEST-FRANCE

La candidature du port de Roscoff pour intégrer le réseau transeuropéen de transport n’a pas abouti. Le Parti communiste français demande au ministre des Transports de retourner plaider sa cause auprès de la Commission européenne. | ARCHIVES VINCENT MOUCHEL/ OUEST-FRANCE

Photo Port de Roscoff -  Ouest-France, 3 novembre 2022

​Le port de Roscoff (Finistère) n’a pas été retenu dans le réseau central européen de transport, le 20 octobre 2022. Le Parti communiste français demande au ministre délégué chargé des Transports, Clément Beaune, aille insister auprès de la Commission européenne pour la faire changer d’avis.

Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, a annoncé que le port de Roscoff n’avait pas été retenu dans le réseau central européen, le 20 octobre 2022. « Il n’en satisferait pas les critères », détaille le Parti communiste français du Finistère, dans un communiqué.

Ce dernier rappelle cependant que le port roscovite a une place de stratégie depuis le Brexit : « Il devient la première porte d’entrée de l’Irlande vers l’Union européenne. »

Une candidature justifiée

Aussi, « l’activité portuaire importante déployée à Roscoff, le potentiel agroéconomique du territoire et l’intensité du transport voyageurs maritimes, dans laquelle elle se situe, justifient son inscription dans le réseau de transport transeuropéen ».

Si Roscoff est maintenu dans le réseau global, cela ne suffit pas pour, le PCF. Le parti demande à Clément Beaune « d’insister auprès de la Commission européenne afin que le port de Roscoff soit associé au port de Brest, et inscrit au réseau central RTE-T ».

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2022 5 04 /11 /novembre /2022 07:23
Rassemblement de solidarité avec le peuple ukrainien et pour la Paix le 5 mars dernier à Brest place de la liberté (photo Eug)

Rassemblement de solidarité avec le peuple ukrainien et pour la Paix le 5 mars dernier à Brest place de la liberté (photo Eug)

Communiqué du PCF - Rassemblement de solidarité avec l'Ukraine du 12 novembre à Brest, place de la Liberté à 14h30

Le 24 février Vladimir Poutine ordonnait l’invasion illégale de l’Ukraine par l’armée russe, violant le droit international et l’intégrité d’un État souverain. Il déclenchait un conflit d’une ampleur inédite depuis 1945, qui appelle notre solidarité auprès du peuple ukrainien.

Illégale, et terriblement meurtrière, cette guerre ne connaît depuis février que l’escalade. Elle menace aujourd’hui la sécurité internationale.

Cette guerre c’est à ce jour selon le HCR, 8 millions d’Ukrainiens réfugiés à l’extérieur de l’Ukraine, des millions de déplacés intérieurs, plus de 15 000 victimes civiles, tuées ou blessées, ce sont des dizaines de milliers de morts au combat, ukrainiens et russes, ce sont des crimes de guerre. Et c’est la répression des dissidents et des conscrits en fuite. La jeunesse des deux pays est chaque jour fauchée dans les combats.

Le PCF condamne fermement les choix guerriers de Vladimir Poutine. Il exprime à nouveau sa solidarité avec les peuples russe et ukrainien emmenés dans la guerre et avec tous ceux qui s’y opposent courageusement en Russie et en Ukraine. Il réaffirme son attachement à la souveraineté du peuple ukrainien.

La guerre, c’est l’embrasement possible à tout instant en Moldavie, en Géorgie, et déjà à l’œuvre en Arménie avec l’attaque azérie. Ce sont tous les points de tension du globe ravivés, le spectre d’un nouveau conflit mondial, le retour de la menace de l’annihilation nucléaire.

Moscou réinterprète dangereusement la grammaire de sa dissuasion. Et la surenchère peut mener, de manière irresponsable, à l’éventualité d’un conflit nucléaire. Ces faits alarmants devraient d’ailleurs inviter à relancer, de la manière la plus vigoureuse qui soit, les discussions sur le désarmement multilatéral et un régime mondial d’interdiction des armes nucléaires.

La guerre entre la Russie et l’Ukraine, et derrière elle les forces de l’Otan, est un terrible engrenage dont nous aurons, nous le savons, beaucoup de mal à sortir.

Plus que jamais, le choix est clair : soit se laisser entrainer par l’engrenage guerrier et continuer d’ajouter de la guerre à la guerre ; soit avoir le courage de faire une proposition diplomatique pour rouvrir le chemin d’un cessez-le-feu et de la paix. Refusons toute surenchère belliciste des États-Unis et de l'OTAN. C’est par le respect des principes de la charte des Nations unies, ainsi que de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et des préoccupations de sécurité de tous les peuples qu’il sera possible de le faire. Cela nécessitera une conférence européenne pour la paix et la sécurité collective avec l'ensemble des États. La France peut porter une telle offre politique, aux côtés des autres États qui se sont exprimés déjà dans ce sens.

Les communistes appellent toutes les forces de la paix à se mobiliser. Il est urgent d’agir !

Tous et toutes ensemble le samedi 12 novembre 2022 à 14 h 30 place de la Liberté à Brest mobilisons nous pour la paix.

Communiqué du PCF - Rassemblement de solidarité avec l'Ukraine du 12 novembre à Brest, place de la Liberté à 14h30: mobilisons-nous pour la paix.
Partager cet article
Repost0
1 novembre 2022 2 01 /11 /novembre /2022 08:54
Photo Pierre-Yvon Boisnard, manif logement à Morlaix 29 10 2022 - cortège de tête du défilé avec les JC 22 et 29

Photo Pierre-Yvon Boisnard, manif logement à Morlaix 29 10 2022 - cortège de tête du défilé avec les JC 22 et 29

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif logement à Morlaix 29 10 2022 - cortège de tête du défilé avec les JC 22 et 29

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif logement à Morlaix 29 10 2022 - cortège de tête du défilé avec les JC 22 et 29

Photo Ismaël Dupont, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Ismaël Dupont, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Ismaël Dupont, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Ismaël Dupont, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Ismaël Dupont, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Ismaël Dupont, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Ismaël Dupont, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Ismaël Dupont, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Ismaël Dupont, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Ismaël Dupont, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Jean-Luc Le Calvez: discours de Marc Corbel pour l'intersyndicale, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Jean-Luc Le Calvez: discours de Marc Corbel pour l'intersyndicale, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Jean-Luc Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022 - André Paulus et Michel Lespagnol, camarades du PCF

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022 - André Paulus et Michel Lespagnol, camarades du PCF

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022 - Marie-Françoise Madec et Martine Carn, camarades élues du PCF à Morlaix et Plougouven

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022 - Marie-Françoise Madec et Martine Carn, camarades élues du PCF à Morlaix et Plougouven

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022 - Valérie Scattolin, adjointe communiste à la ville de Morlaix

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022 - Valérie Scattolin, adjointe communiste à la ville de Morlaix

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022 - discours de Catherine Tréanton, adjointe aux affaires sociales à Morlaix et vice-présidente à Morlaix Communauté

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022 - discours de Catherine Tréanton, adjointe aux affaires sociales à Morlaix et vice-présidente à Morlaix Communauté

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Pierre-Yvon Boisnard, 29 10 2022, manif logement à Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard, 29 10 2022, manif logement à Morlaix

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022 - Discours de Fabris Cadou en breton et de Catherine Milin en français pour le collectif unitaire pour le logement et sa quinzaine d'organisations dont le PCF

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022 - Discours de Fabris Cadou en breton et de Catherine Milin en français pour le collectif unitaire pour le logement et sa quinzaine d'organisations dont le PCF

Photo Pierre-Yvon Boisnard, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo Pierre-Yvon Boisnard, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022 - la conseillère régionale communiste Gladys Grelaud était présente

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022 - la conseillère régionale communiste Gladys Grelaud était présente

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

Photo JL Le Calvez, manif logement à Morlaix, 29 10 2022

300 personnes se sont mobilisées ce 29 octobre à Morlaix, dont de nombreux camarades de la JC et du PCF, pour défendre le droit au logement pour tous dans les rues de Morlaix, après les manifestations du 10 septembre à Lannion et Douarnenez.

Samedi 29 octobre - 14h-16h - Manif pour le logement à Morlaix - Reportage photo
Samedi 29 octobre - 14h-16h - Manif pour le logement à Morlaix - Reportage photo

Diaporama vidéo de Pierre-Yvon Boisnard

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2022 2 01 /11 /novembre /2022 08:48
12 novembre, 14h30, place de la Liberté à Brest, rassemblement départemental de soutien au peuple ukrainien à l'appel de 27 organisations dont le PCF Finistère

Soutien à la résistance du peuple Ukrainien

Mobilisation

à l'appel de 27 organisations Finistériennes (dont le PCF)

12 Novembre 2022 à 14h30

Brest

Place de la Liberté

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2022 2 01 /11 /novembre /2022 08:36
Hillion: Mort de Jean-René Auffray : les algues vertes devant la justice (L'Humanité, Alexandra Chaignon, 27 octobre 2022)
Mort de Jean-René Auffray : les algues vertes devant la justice

 

Jeudi 27 Octobre 2022, L'Humanité

Pollution. Le tribunal administratif de Rennes examine ce jeudi 27 octobre l’affaire de Jean-René Auffray, joggeur mort en 2016 dans une vasière de la baie de Saint-Brieuc. Sa famille attend que des mesures à la hauteur des enjeux soient prises.

Pour Yann Auffray, sa mère et ses sœurs, c’est une « étape ». Ce jeudi 27 octobre, le tribunal administratif de Rennes (Ille-et-Vilaine) doit se pencher sur le décès de leur défunt père et mari : le 8 septembre 2016, Jean-René Auffray, 50 ans, sportif confirmé qui faisait un jogging dans l’estuaire du Gouessant, à Hillion, près de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), est retrouvé mort dans une vasière.

Assez rapidement, une possible intoxication au sulfure d’hydrogène (H2S) – un gaz très toxique émanant des algues vertes (ulves) en décomposition – est suspectée. Mais l’affaire est classée sans suite.

En juin 2019, la famille décide de porter l’affaire devant les tribunaux « pour carence fautive des autorités publiques que sont la mairie d’Hillion, la communauté d’agglomération de Saint-Brieuc et la préfecture ». L’objectif : « voir reconnaître la faute commise par les autorités publiques et faire indemniser la famille pour le préjudice subi suite au décès de leur proche », précise Me François Lafforgue, l’avocat de la famille.

Un « danger qui ne se repère pas visuellement »

L’un des enjeux de cette audience portera notamment sur l’établissement ou non d’un lien entre le décès de Jean-René Auffray et les ulves. Un lien que ses proches n’avaient eux-mêmes « pas fait immédiatement ». « Mon père n’a pas été retrouvé dans un tas d’algues », admet Yann Auffray. Mais, comme le souligne Annie Le Guilloux, coprésidente de l’association Halte aux marées vertes, c’est un « danger qui ne se repère pas visuellement ».

Me Lafforgue pense d’ailleurs que ce « lien de causalité » peut être établi par le tribunal : « Du côté des adversaires, ils avancent le fait que l’autopsie a été réalisée dix-neuf jours après le décès et que, en l’absence de prise de sang immédiate, on ne peut pas avoir de certitude médicale sur l’intoxication par hydrogène. De notre côté, nous nous fondons sur un faisceau de présomptions qui permettent de faire ce lien : c’est au même endroit que des sangliers et des ragondins étaient morts en 2016. Les résultats des analyses toxicologiques laissaient peu de doutes sur l’origine de leur mort. Et deux chiens étaient déjà morts au même endroit en 2008. Les analyses menées quelques jours après le décès de Jean-René Auffray ont également révélé un taux extrêmement important de gaz, 1 000 ppm (parties par million – NDLR), une dose mortelle. Ces éléments nous permettent de dire que le gaz est susceptible d’être la cause de son décès, sachant que l’autopsie a permis d’écarter les causes de type malformation cardiaque. »

Une toxicité mise en cause depuis 2009

« Il faut que les responsabilités soient établies et reconnues, et que des mesures de fond à la hauteur des enjeux soient enfin prises afin que cesse ce fléau qui empoisonne nos côtes », attend l’association Halte aux marées vertes, qui sera présente ce jeudi au tribunal pour soutenir la famille Auffray. La toxicité des ulves en décomposition est en effet mise en cause depuis longtemps par les associations environnementales en Bretagne. « Ce n’est pas la première affaire » dans les Côtes-d’Armor, résume Annie Le Guilloux, évoquant entre autres la mort de Thierry Morfoisse, un transporteur d’algues décédé en 2009 à Binic.

« Malgré toutes les alertes lancées, notamment depuis la mort en 2011 de 36 sangliers au même endroit, jusqu’en 2016, aucune mesure n’a été prise par les autorités pour interdire l’accès de cette zone connue pour être dangereuse, où des niveaux d’hydrogène sulfuré extrêmement élevés avaient pourtant été relevés sous contrôle d’huissier », déplore la militante. À ses yeux, les mesures prises depuis dans l’estuaire du Gouessant – des pieux barrant symboliquement la zone, accompagnés de panneaux explicatifs – sont insuffisantes.

Surtout, le problème des ulves, qui contraint pourtant des collectivités à fermer des plages ponctuellement, mais à intervalles réguliers, n’est pas pris à la racine. Cette dernière est pourtant connue depuis cinquante ans : l’agriculture et les élevages intensifs bretons, qui rejettent massivement des nitrates dans les sols et les cours d’eau via les effluents (déjections animales).

Résultat, les eaux bretonnes se retrouvent saturées de nutriments dont les algues se nourrissent, notamment d’azote, directement issu des nitrates. Leur concentration dans les rivières est ainsi passée de moins de 5 mg/l dans les années 1960 à plus de 50 mg/l en moyenne dans les années 1990. Une prolifération d’algues vertes « à plus de 90 % d’origine agricole », selon un rapport de la Cour des comptes de 2021. Et si, entre 1990 et 2014, la concentration de nitrates a quasiment été réduite de moitié, selon ce même rapport, les taux stagnent, voire augmentent légèrement depuis.

L’inaction des pouvoirs publics confirmée six fois par les tribunaux

C’est le signe d’un laisser-faire, vivement dénoncé par les associations mais aussi de nombreuses institutions : « Arrivés au 7e cycle, l’inefficacité des plans d’action nitrates successifs est manifeste, comme celle de chacun des plans d’action régionaux, mais rien ne semble fait pour y remédier », assénait ainsi l’Autorité environnementale, en juillet 2021. « On en est au 3e plan algues vertes et au 7e plan d’action nitrates. Sauf qu’il n’est toujours pas question de remettre en cause l’élevage intensif. Ces plans ne comportent rien de nouveau, si ce n’est des mesurettes recyclées », renchérit Annie Le Guilloux.

Dans son combat, l’association Halte aux marées vertes précise bien qu’elle n’est pas là pour « incriminer les agriculteurs ». « Ils sont pris en otage par les lobbies agro­alimentaires, qui tiennent l’amont et l’aval. Les agriculteurs se retrouvent ubérisés : propriétaires de leur outil de production, sans en maîtriser les usages, contraints à une course permanente à l’endettement », analyse la militante. Les proches de Jean-René Auffray ne disent pas autre chose. Yann, ses sœurs et sa mère préviennent : ils ne sont pas « dans l’optique de chercher des coupables », et encore moins de « cibler » les agriculteurs. « Il faut bien comprendre que ce ne sont pas les agriculteurs qu’on attaque. Derrière ce modèle, il y a des hommes qui n’ont plus le contrôle de leur outil de production. Il y a là de la misère sociale, économique, humaine, écologique. »

Mais, malgré les drames, le déni persiste. L’« inaction fautive » a pourtant été reconnue à plusieurs reprises par les juridictions publiques. « L’absence de prise de mesures pour lutter efficacement contre la prolifération des algues vertes dans cette zone a été confirmée par la cour administrative d’appel de Nantes à cinq reprises et par le tribunal de Rennes en 2018 », rappelle ainsi Me Lafforgue. « On remet systématiquement en cause le moindre accident. On est toujours en train de cultiver le doute sur le lien entre les algues, l’hydrogène sulfuré et les accidents, regrette Annie Le Guilloux. Le 14 octobre, au conseil régional, on a encore entendu la droite dire qu’il fallait s’occuper des stations d’épuration pour diminuer le problème des algues vertes, mais toutes seraient aux normes que ça ne changerait rien au phénomène ! »

Un protocole d’intervention médicale finalement mis en place en 2022

La militante rappelle qu’il a fallu attendre 2021 pour que soient installés en Bretagne 12 capteurs mesurant les taux d’hydrogène sulfuré. Et septembre 2022 pour la mise en place d’un protocole spécifique d’intervention en cas de suspicion d’intoxication, afin d’identifier les causes d’une mort suspecte ou d’un malaise (prélèvements à faire, quand et où les envoyer).

« Mais cela ne signifie pas que la situation est sous contrôle. Ce n’est pas parce qu’il y a une surveillance qu’il faut se résigner à vivre avec les algues vertes. Il faut se donner les moyens de les combattre à la racine », insiste la coprésidente de l’association, qui ne manque pas de rappeler que « toutes les avancées obtenues dans ce dossier l’ont été grâce au combat militant ».

« Nous voulons agir et non pas réagir », confie Yann Auffray, pour qui cette procédure s’apparente à une « démarche citoyenne ». « La procédure ne fera pas revenir mon père. Mais des algues vertes, il y en aura toujours, même si on les ramasse. Nous voulons que l’État soit confronté à ses responsabilités et qu’il agisse, qu’il s’attaque aux sources du problème afin de protéger les citoyens. »

 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011