Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 06:49

Communiqué de la Coordination Front de Gauche du Finistère

Finistère : Préserver et renforcer la prévention sociale des jeunes en difficultés

Action sociale ou anti-sociale ?

Action sociale ou casse sociale ?

Au moment où le gouvernement socialiste discoure sur l'importance de lutter contre la délinquance, de mettre l'accent sur l'éducation et la formation des jeunes, le Conseil Départemental du Finistère récemment élu décide de supprimer 146.000 euros de financements à trois centres de formation du département (EMS Don Bosco, CAFP Sauvegarde, CFAM Avel Mor). La répartition de cette coupe budgétaire n'est pas connue à l'heure actuelle.

Ces centres de formation accueillent des jeunes adolescents en danger, décrocheurs du système scolaire qui dépendent de la protection de l'enfance dans le cadre d'une prise en charge de jour encadrés par des professionnels qualifiés.

Le Conseil Départemental veut transférer le financement de ces établissements qui sont de sa compétence vers l'éducation nationale.

La prévention spécialisée est également attaquée avec la suppression de plusieurs centaines de milliers d'euros de financements publics. Des suppressions de postes sont déjà envisagées. Les associations Massé-Trévidy, Don Bosco et la Sauvegarde sont directement touchées . Cette coupe budgétaire se poursuivra ces prochaines années. Les CPOM (Contrats Pluri-Annuels d'Objectifs et de Moyens) signés dernièrement, sont déjà dénoncés par les financeurs publics.

Le 7 avril 2015, les personnels ont manifesté devant le conseil départemental pour signifier leur colère et leur volonté de poursuivre leurs missions. Une délégation a été reçue par la nouvelle présidente du Conseil Départemental qui est restée sur ses positions.

Le Front de Gauche du Finistère soutient les personnels de l'éducation spécialisée, demande des comptes aux élus socialistes. Nous refusons les politiques d'austérité pire que celles de la droite ultra-libérale et la casse du secteur social par les gouvernants actuels de l'Etat aux départements.

Une voie alternative existe pour améliorer et optimiser les moyens de l'éducation spécialisée et ce sans fermer des structures, supprimer des emplois, licencier des personnels.

Pour cela il faut travailler avec les associations, les représentants du personnel, les citoyens pour rechercher des solutions justes et équilibrées.

Sans consensus, le rapport de force, la mobilisation, la grève, le blocage des structures dans le rassemblement et l'unité seront les seules voies possibles.

Nous appelons tous les citoyens à soutenir les personnels pour préserver la prévention, l'éducation, l'encadrement, l'aide et la formation des jeunes en grandes difficultés.

Front de Gauche du Finistère, Jeudi 7 mai 2015

EMS: espace de médiation scolaire
CAFP: centre d'adaptation et de formation professionnelle
CFAM: centre de formation Avel Mor
CPOM: contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens.( budget accordé pour une période d'environ 5 ans)

Ci-dessous le lien vers une pétition de soutien au Service de Prévention de Brest - Don Bosco - victime des coupes d'austérité décidées par le Conseil Général

Pour le maintien des postes, soutenons leur lutte, signons et faisons connaître cette pétition.

Pour info, à Don Bosco, quelques 900 salarié-e-s, il y a un CPOM (Contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens) avec le Conseil Général du Finistère.

Le CG, profitant de la mise en place de la "Métropole" 'qui prendrait la gestion de la prévention) , vient de décider d'enlever, en rupture unilatérale de ce contrat, quelques 350 000 euros, ce qui équivaut à 6 ou 7 postes voire plus, qui seraient pris sur les 17 du service de prévention de Don Bosco.

Le Directeur Général de Don Bosco se présente aux Départementales sur une liste PS avec Marc Labbey tête de liste. Ceci expliquant sans doute cela, ce DG, contrairement à d'autres assos touchées aussi par l'austérité comme (la Sauvegarde...) ne conteste pas la coupe dans son budget.

Les salariés sont donc en lutte pour le maintien de tous les emplois.

Cela illustre à quelques semaines des Départementales la politique d'austérité du Gouvernement et de tous ses soutiens locaux au CG ou dans les municipalités.

https://www.change.org/p/conseil-g%C3%A9n%C3%A9ral-du-finist%C3%A8re-gouvernement-maintenir-le-financement-de-la-pr%C3%A9vention-sp%C3%A9cialis%C3%A9e-de-brest

Le Conseil Général supprime les moyens et les postes des associations engagées dans l'action sociale et la prévention jeunesse: réagissons!
Partager cet article
Repost0
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 19:46

Voici le courrier qui a été lu devant les élus concernés lors de la mobilisation des bibliothécaires brestois à l'occasion de la grève de la semaine passée:

Mesdames et Messieurs les élus,

Cette après-midi, toutes les bibliothèques de Brest sont fermées.

Cela prouve le grand mécontentement de l’ensemble des agents, et leur inquiétude pour le maintien de la qualité du service de lecture publique à l’échelle de la ville.

Ce mouvement social est intersyndical

Nous vous interpellons aujourd’hui sur les moyens humains et financiers mis à disposition pour réussir la réorganisation du réseau dans la perspective de l’ouverture de la Médiathèque des Capucins.

La méthode de concertation utilisée jusque-là (les groupes métiers, points d’étape…) n’a pas donné le sentiment aux agents d’être écoutés par les élus. Les agents sont pourtant les mieux placés pour se rendre compte des besoins sur le terrain.

Nous avons plusieurs fois fait remonter à notre direction ce qui nous semblait dangereux, inadapté, inconcevable… et tenons cette fois à vous l’exprimer directement. La presse et les publics seront également informés :

  • Nous nous opposons fermement au redéploiement des 5 ETP des quartiers vers les Capucins : cela mettrait en danger toutes les actions menées depuis des années en direction de divers publics : classes, crèches, adolescents, publics handicapés, publics éloignés, personnes âgées… Cela rendrait difficile le lien entre les bibliothèques de quartier et les Capucins.

  • Nous considérons que le nombre de postes prévus à ce jour pour la médiathèque des Capucins est largement insuffisant. Ce nouvel établissement, bibliothèque du XXIè siècle, doit offrir de nouveaux services : jeux de plateau, jeux vidéo, accentuation de l’offre numérique, collections particulièrement adaptées aux publics spécifiques…

  • Nous savons qu’avec la dernière proposition d’organigramme, la décision des élus d’ouvrir les dimanches n’est ni réaliste, ni réalisable. Le réseau est solidaire mais les récupérations des temps de travail impacteront trop lourdement les bibliothèques de quartiers, déjà fragilisées par la pénurie de postes.

Monsieur Coatanea nous a dit jeudi dernier que ce projet n’aurait pu être lancé aujourd’hui dans les contraintes budgétaires actuelles. Ce projet a été maintenu et la municipalité en fait une des grandes réalisations de son mandat. L’ensemble du personnel des bibliothèques de Brest s’y investit complètement. Cependant, il faut des moyens à la hauteur du projet : ce serait se moquer du public de proposer un bel écrin…vide.

Régulièrement, le réseau des bibliothèques de Brest est cité en exemple pour ses innovations, son organisation, son sens du service public, son taux d’emprunt. La politique d’austérité répercutée à l’échelle de la ville menace clairement cette réussite publique. Nous ne laisserons pas saper le travail de plusieurs années.

Suite aux événements de janvier, nos gouvernants n’ont cessé de réaffirmer l’importance de la culture et de l’éducation. Les bibliothèques sont un élément essentiel de cette ambition républicaine !

Les désarmer aujourd’hui serait irresponsable.

Nous vous demandons de trouver des solutions adaptées. Sans réponse satisfaisante de votre part d’ici le 7 mai, un nouveau préavis de grève sera déposé.

L’ensemble du personnel des bibliothèques de Brest, en AG le 28 avril 2015.

Intersyndicale : CGT, CFDT, FO, UNSA

Partager cet article
Repost0
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 11:38

Voici le lien d'une pétition que je vous propose de signer pour soutenir le combat des bibliothécaires afin de défendre un réseau brestois de bibliothèques publiques efficace et ouvert à tous et des moyens à la hauteur du projet de la grande médiathèque des Capucins !

Voici également des articles du Télégramme et de OF sur la lutte des bibliothécaires brestois.

Plus de 80% de grévistes pour exiger des moyens humains et financiers pour la nouvelle grande médiathèques des Capucins et le maintien de postes dans les bibliothèques de quartier.

Petit reportage sur la mobilisation à voir jusque mardi sur France 3 Iroise (à partir de 2'10" dans la vidéo du mardi 28 avril).


Erwan Rivoalan, bibliothécaire à Brest, membre du Bureau Exécutif du PCF Finistère.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 05:56

La CGT est un syndicat de lutte, de classe et de masse. Et c'est sur ces valeurs que le syndicat CGT Bigard lance un appel à la mobilisation. Nous vous donnons RDV le 23 juin au prud'homme de Quimper à partir de 12h00 pour soutenir notre camarade injustement licencié.

Rappel des faits :

Le 8 septembre un salarié est convoqué au bureau du DRH en vue d'une sanction.

Le 11 septembre le couperet tombe, Michel est licencié pour manquement important et inadmissible dans son travail.

Dossier monté de toutes pièces sûr de faux témoignages de 2 cadres travaillant dans l'entreprise. Le salarié aurait avoué avoir coupé plusieurs vannes de stérilisation à l’abattoir bœuf. Insensé. Le salarié n'a pas travaillé à ces postes ce jour là, n'avait pas le matériel pour couper les vannes, en 26 ans il n'a jamais eu d'avertissement ni même de remarque sur son travail.

La coupe est pleine, le patronat n'a plus de limite, dorénavant il rédige de faux témoignages pour faire des exemples. LE BUT : Asservir les salariés pour mieux les exploiter.

Nous voulons organiser un mouvement de masse et de classe le plus large possible donner une dimension syndicale et politique pour la défense de notre collègue, contre ce patronat voyou qui ne respecte ni l'ouvrier, ni le code du travail, ni les lois républicaines. La France sombre petit à petit dans la corruption, où l'argent est roi. Bigard se crée sa propre loi, celle du grand capital : ni foi, ni loi. En cette période faste pour le grand patronat il n'hésite plus à licencier pour inaptitude, alors qu'il a obligation de préserver la santé des salariés, d'adapter des postes pour maintenir celui-ci dans l'entreprise. Mais, non ! Au contraire ! L'exclusion, le chômage ils l'entretiennent. Comme disait Marx : entretenir la garde de réserve. C'est de là que le grand patronat puise sa ressource, sur le lit du racisme, du fascisme, de l'inégalité au droit, au travail. La fracture qui déchire notre monde vient de l'inégalité : 1% du patrimoine cumulé des plus riches dépasse celui des 99% restant. 67 personnes possèdent autant de richesse que trois milliards et demi d'êtres humains. Cela ne peut plus durer !

Venez nombreux, la classe ouvrière dit non à cette exploitation à outrance du salarié, du peuple.

Rien ne justifie de tels actes, les limites sont dépassées.

Exigeons la réintégration de notre collègue Michel Le Gouge.

Dans la lutte nous nous unirons. Par l'union nous vaincrons.

"Combattre l'injustice du patronat": intervention de Michel Le Goff le 1er mai à Quimperlé pour la réintégration de Michel Le Gouge à Bigard
Partager cet article
Repost0
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 04:58

L'ARGENT AUX ARMÉES, LE SOCIAL ATTENDRA...

Hollande vient d'allouer 3,8 milliards d'euros aux armées. Cette dépense, sur les quatre années à venir, s'ajoute aux 32 milliards d'euros de budget annuel dont est doté le ministère « de la Défense».

Dénonçons avec fermeté ces dépenses monstrueuses au regard du manque de crédits dans la santé et l'éducation. Entre autres !

Et..... à nouveau la honte, des Rafales vendus avec l'aide du ministre du business de la guerre Le Drian au bénéfice de Dassault.... Cette fois, c'est pour le "très progressiste" Qatar.....

(Un commentaire de Louis Aminot, Ensemble-Front de Gauche Brest)

Ouest-France, 30 avril 2015 - Une tournée de selfies pour François Hollande par Laurence Guilmo

Jeudi matin, à Brest, dans le Finistère, le président de la République a inauguré deux campus : au lycée Vauban et au centre de formation des apprentis, où il a développé ses mesures en faveur de l’apprentissage. Il s’est affiché simple et proche des jeunes, se laissant prendre en photo avec le sourire.

« Monsieur le Président ! Monsieur le Président ! » Il est midi passé, jeudi, à Brest. François Hollande vient d’achever son discours. Il ne lui reste plus beaucoup de temps. Très bientôt, il va reprendre l’avion. Et clore cette visite express de trois heures à Brest, durant laquelle il a inauguré deux campus. Mais monsieur le Président prend son temps. Il descend de l’estrade et salue les 150 apprentis présents.

Ces quelques classes sélectionnées ont la lourde charge de représenter les 2 100 apprentis du campus des métiers. Un établissement flambant neuf de la chambre de commerce et d’industrie de Brest qui propose 40 formations. « Ce sont les profs qui nous ont dit de venir. Ça me fait bizarre d’être là mais je suis fier », reconnaît Quentin, 18 ans, en bac pro mécanique, pas très habitué à être mis sur le devant de la scène. Très sagement, les élèves ont écouté les discours. Le téléphone à la main. Sur silencieux, pour ne pas sonner ! Mais en état de prendre des vidéos et de nombreuses photos. Sans modération.

« Il est où ? »

Pour les jeunes, mieux que la poignée de main traditionnelle, il y a désormais le selfie. Se prendre soi-même en photo avec son téléphone portable. Et se retrouver, immortalisé, aux côtés de son prestigieux invité. Dans la boîte, pour la postérité… et les réseaux sociaux. Les copains n’ont qu’à bien que se tenir. Trop la classe ! Le « swag » ! Traduisez : le « style ».

« Il est où ? » C’est vrai qu’il n’est pas très grand le président. Dans la forêt de bras et de téléphones, on voit finalement émerger son crâne brun un peu dégarni et ses lunettes noires. Son staff de sécurité laisse faire. C’est peut-être le fait d’avoir quatre enfants, mais François Hollande se plie sans grimace à l’exercice. À l’aise. Même si, à une question sur le sujet, il répond par un soupir, laissant à penser que ce n’est forcément pas sa tasse de thé. Mais il y met du plaisir.

« Coucou ! » « Par ici Monsieur le Président ! » François Hollande multiplie les selfies. Quand il rencontre un apprenti visiblement amateur de football, vu le maillot porté, il balance : « J’espère que Brest va remonter en ligue 1 ». Pas de chance. Le jeune homme, en rouge et noir, est supporter de l’équipe de Guingamp ! Le Président se montre bon joueur et reconnaît son erreur avec une blague. L’échange se termine dans le rire.

« On se sent valorisé »

Réputé mauvais communicant, François Hollande semble avoir fait quelques progrès dans ce domaine. « Allez-y ! Ayez confiance en l’avenir ! » lance-t-il aux jeunes qui se font prendre en photo à ses côtés. Le président fait mouche. Les jeunes sont ravis. « J’ai trouvé très bien son discours. C’était clair et accessible », commente Alicia, 22 ans, apprentie en BTS management des unités commerciales. « Il a bien compris que l’apprentissage, c’est de bac -3 à bac+ 3 », ajoute Thibault, 21 ans, dans la même formation. « Il a mis l’accent sur la jeunesse, sur les apprentis. C’est bien, on se sent valorisé. C’est motivant ! » sourit Lila, 22 ans.

Ces apprentis sont satisfaits des mesures annoncées par le Président : suppression des charges pour les très petites entreprises, simplification administration, développement d’internats. Mais, s’ils avaient pu le rencontrer plus longuement, ils lui auraient suggéré d’autres réformes…

Notamment concernant la rémunération, sujet sensible. Un apprenti, qui alterne études à l’école et travail en entreprise, perçoit un salaire équivalent à un pourcentage du Smic. Lequel dépend de l’âge et du niveau d’études. « Mais, dans une même classe, il y a des différences d’âges. Et il peut y avoir jusqu’à 200 € de différence ! »regrette Alicia. « Pourtant, nous avons les mêmes charges, de loyer et d’essence », précise Thibault. Ils souhaiteraient une harmonisation cette rémunération. D’autres voudraient aussi une augmentation de cette « paye » !

Autre demande : une aide pour les apprentis de plus de 23 ans. « Ils coûtent plus cher aux entreprises, qui hésitent à les recruter. »Charlotte, en 2e année de CAP coiffure, regrette de passer plus de temps à passer le balai qu’à coiffer des clientes. « Il faudrait que les enseignants passent davantage nous voir dans les entreprises. »

Le Président est parti. L’heure de regarder ses photos. Si certains sont ravis du résultat, d’autres regrettent : « Zut, elle est floue ! »Reste le souvenir de cette journée à nulle autre pareille. C’est bien aussi.

Hollande en tournée marketing à Brest

Hollande en tournée marketing à Brest

Le rassemblement des forces syndicales et politiques anti-austérité à l'occasion de la venue de François Hollande

Le rassemblement des forces syndicales et politiques anti-austérité à l'occasion de la venue de François Hollande

Partager cet article
Repost0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 08:49

Pour un 1er Mai de mobilisation contre l'austérité et la fuite en avant libérale

Le Parti Communiste du Finistère appelle à une large participation des Finistériens aux rassemblements syndicaux organisés dans le département dans la matinée du vendredi 1er Mai 2015:

Brest 11h00 - Quimper 10h30 - Morlaix 11h00 - Quimperlé 10h45 -

Douarnenez 11h00 - Pont l'Abbé 11h00 - Châteaulin 10h30 - Carhaix 10h30 -

L'enjeu est de taille : sans majorité à gauche et dans le pays, désavoués à chaque élection depuis 3 ans, Hollande et son gouvernement entendent poursuivre leur politique d'austérité, de cadeaux au patronat ( moins de fiscalité, moins de réglementation sociale, moins de protection des salariés), de remise en cause du droit du travail, des services publics et de la protection sociale, dans la droite ligne des préconisations du MEDEF et des dogmes ultra-libéraux et réactionnaires qui régissent actuellement l'Union Européenne.

L'activité économique est au point mort, le chômage, la précarité et les inégalités ne cessent de progresser. Pendant ce temps, les plus riches se goinfrent et les actionnaires touchent des dividendes indécents.

L'espoir d'un avenir meilleur pour notre société, à mille lieux de la montée en puissance des idées xénophobes et d'extrême-droite, ne pourra grandir que sur la base d'une intensification des luttes sociales et des mobilisations citoyennes pour imposer des solutions de solidarité, de progrès social, démocratique et écologique et de partage des richesses, au lieu de ce durcissement de la domination du capitalisme sur nos vies auquel nous assistons depuis des années.

En cette fête du premier mai, nous devons affirmer tout particulièrement notre détermination à soutenir les Grecs et le gouvernement Syrisa dans leur bras de fer avec l'Europe et les institutions de la finance.

Les Grecs ont montré la voie en ayant le courage d'engager l'épreuve de force avec l'Union Européenne et les institutions financières pour faire passer les besoins sociaux, les exigences de civilisation et l'humain avant les profits de quelques uns. Aujourd'hui, l'Union Européenne et de nombreux gouvernements européens voudraient étrangler financièrement le gouvernement Syrisa et de le mettre à genou pour que les peuples ne commencent pas à penser qu'on peut faire autrement que de se soumettre aux exigences du libéralisme et de la finance.

C'est une partie de l'avenir de l'Europe qui se joue aujourd'hui en Grèce.

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du Parti Communiste du Finistère

"Pour un 1er Mai de mobilisation contre l'austérité et la fuite en avant libérale" - communiqué du PCF Finistère
Partager cet article
Repost0
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 18:06

Une colère légitime. D'autres choix nécessaires.

Les fermetures de classes, la politique du chiffre frappent de nouveau nos écoles primaires et maternelles. Pas question de parler de projet d'école, de stabilité des équipes, de respect des engagements pris contre la désertification rurales : non, ce sont les chiffres qui guident la politique du ministère de l'éducation nationale. L’austérité à l'école, c'est plus de division, d'exclusion, de sélection, moins d'ambition pour tous. Les belles promesses de François Hollande sur la jeunesse durant sa campagne, ses déclarations sur l'esprit du 11 janvier, ont fait place à la réalité de ces mesures néfastes.

Des monts d'Arrée à Moëllan en passant par Douarnenez c'est la même colère. Toujours ce sentiment de n'être pas entendu, méprisé. Même surdité pour l'école que pour les hôpitaux, les postes, d'autres services publics......Même refus d'entendre les élus , les équipes pédagogiques, les parents. Même mépris envers les efforts faits par tous ces acteurs de terrain.

Pour assurer de bonnes conditions d'études et d'enseignement : des établissements à taille humaine, des classes à effectifs réduits ; des programmes et méthodes ambitieux pour des élèves considérés comme tous capables, on doit en donner les moyens à l'école . Pour cela plutôt que de choyer banquiers et actionnaires, on doit investir dans le service public d'éducation, pour former les individus, travailleurs et citoyens éclairés dont le pays a besoin.

La Fédération du Parti Communiste du Finistère soutient les actions entreprises contre ces fermetures et demande la révision de mesures injustes par l'attribution à notre département des postes nécessaires.

Pour la Fédération PCF du Finistère

Ismaël Dupont, secrétaire départemental.

Jean-Pierre Demaimay, membre du bureau exécutif.

Partager cet article
Repost0
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 06:17

Le Morlaisien Ismaël Dupont, 35 ans, a été élu ce samedi, à Plonéour-Lanvern (29), secrétaire départemental de la fédération du Finistère du Parti communiste à l’issu d’un congrès extraordinaire. Il succède au Rospordinois Éric Le Bour. En place depuis huit ans ce dernier n’aura donc pu poursuivre son action jusqu’au congrès de 2016.
Explications.

Différend politique
"On travaille depuis six mois à ce que les choses changent", lance Ismaël Dupont aux adhérents du Parti communiste réunis depuis le matin en assemblée générale extraordinaire.
Un changement de ligne vis-à-vis d’un gouvernement socialiste qui, selon lui, "se soumet" à la "dictature des milieux financiers". Le nouvel homme fort de la fédération du Finistère souhaite que le Parti communiste "incarne une alternative politique" et entend "élargir le Front de gauche".
Une démarche qui n’était pas celle d’Éric Le Bour. Partisan d’un rassemblement très large à gauche, ce dernier a été désavoué. "J’estime que malgré une différence de politique on peut travailler ensemble et être utile à faire avancer les choses", explique Éric Le Bour. "J’avais proposé qu’on travaille à un document collectivement et une direction remaniée regroupant les différentes tendances jusqu’au congrès ordinaire de 2016". Il n’a pas été entendu.

Relancer la fédération
Entré au PC en 2006, élu depuis les dernières élections municipales, Ismaël Dupont qui travaille comme documentaliste dans un collège souhaite "relancer la fédération" et notamment "renouer le dialogue entre les sections" qui pour beaucoup "somnolent". La fédération du Finistère compte aujourd’hui plus de 600 adhérents et 92 délégués. Quant aux chantiers qu’il souhaite mener de manière collective, ils sont nombreux. À commencer par les finances de la section. "Il va d’ailleurs mettre en place une conférence financière pour mettre à plat nos difficultés financières", explique-t-il. Le changement qu’il préconise passe aussi par la capacité de la fédération à faire des propositions. Les pistes de réflexions sont nombreuses. Elles concernent l’économie et les relations syndicat-entreprise, la santé, le maritime, la culture, recherche et l’enseignement. Pas question de traîner en route. Le premier conseil départemental se tient dans quatre jours à Pont-de-Buis.

Photo Télégramme du 12 avril 2015

Photo Télégramme du 12 avril 2015

Partager cet article
Repost0
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 06:08

Motion adoptée à l'unanimité des 80 délégués au Congrès Extraordinaire du PCF du Finistère à Plonéour-Lanvern le 11 avril 2015.

Dans le Finistère le Parti Communiste au cœur des luttes pour reconstruire une nouvelle force de gauche, une majorité alternative, citoyenne et populaire, pour sortir de l’austérité et pour un projet social, solidaire et écologique.

Notre pays va mal, notre région aussi, c'est un constat alarmant mais bien réel que chacun peut faire. Discréditée par un gouvernement et un président de la République élu en son nom, la gauche est en danger. Les élections l’ont une nouvelle fois confirmé: cette politique libérale, ou sociale-libérale, est mortifère, elle fait le jeu de l’extrême droite et de la droite.

En Bretagne, entre 2011 et 2012 : 11.000 foyers aux revenus fiscaux inférieurs à 20.000 euros sont devenus imposables. 30 % de ces foyers, les plus modestes ont payé l'impôt sur le revenu en 2012 contre 27,5 % l'année précédente. Leur effort fiscal : plus de 42 millions d'euros en un an.

Conséquences directes, une multitudes d'aides individuelles directement liées au niveau d'imposition ont été soit remise en cause soit sérieusement diminuées... Appauvrissant encore davantage les plus précaires. La part des habitants qui renoncent aux soins pour motif financier, atteint dans notre région un pourcentage de 25 à 30% voir supérieur pour certaines communes, l'on constate que les personnes ou catégories qui, n'étaient pas allées consulter un médecin depuis plus de 12 mois pour des motifs financiers sont en majorité, des précaires : chômeurs, familles monoparentales, personnes sans CMU (couverture maladie universelle) ni complémentaire santé. Les femmes sont, par ailleurs, plus nombreuses que les hommes à déclarer avoir renoncé à des soins. L’indispensable loi sur le vieillissement et la perte d’autonomie reste à construire : par le peu de moyens nouveaux qu’elle prévoit pour adapter la société aux personnes âgées dans toutes les dimensions de leur existence, la loi de Marisol Touraine est tragiquement en deça des enjeux. Adapter la société au vieillissement demande de financer la prise en charge de la perte d'autonomie dans le cadre de la sécurité sociale universelle en mettant à contribution les revenus financiers.

Conséquences économiques et sociales : Chômage, précarité, mal vivre... Nous n'allons pas comme certains constater les dégâts d'une politique et de droite prolongée par une austérité de « gauche » mais plutôt y voir la continuité de l'agression contre les plus démunis. la diminution des crédits sociaux et publics, le blocage des rémunérations du travail et des retraites, le maintien d’une fiscalité injuste et la casse de l’organisation territoriale du pays.

S'ajoute à tout cela le sentiment de n'être pas écoutés voire méprisés par un gouvernement sourd à ce qui monte du pays: défenseurs de l'hôpital de Douarnenez en butte à la volonté de casse de cet établissement par la Ministre , salariés de l'agro-alimentaire, parents d 'élèves se dressant contre les fermetures de classe et bien d'autres encore,tous sont exaspérés, en colère.

Pourtant ils et elles sont porteurs de propositions, de solutions, d'idées novatrices. Que ne les écoute-t-on pas!

Pendant ce temps le grand capital se gave, les groupes du CAC 40, n'ont jamais fait autant de profits.

En 2014, les profits des groupes du CAC 40 ont bondi de 40 %. Leurs actionnaires ont empoché le gros du gâteau. Des résultats obtenus contre l’emploi et les salaires. La reprise de l’économie, elle, reste en attente.

En 2014, les sociétés du CAC 40 ont dégagé 67,58 milliards d’euros de profit, soit une hausse de 39,4 % par rapport à 2013. Un formidable pactole dont l’essentiel est tombé dans l’escarcelle de leurs actionnaires, sous forme de dividendes ou de rachats d’actions : 56 milliards d’euros exactement, un montant proche du record de 2007

En moins d'un an quatre élections ont eut lieu, et à chaque fois le même désaveu, et la poursuite d'une même politique anti sociale, austéritaire.

Nous ne défendons pas une chapelle ou une boutique: pour nous, le parti communiste français n’est pas une fin en soi mais un outil au service de notre peuple pour changer l’ordre des choses et combattre les dégâts générés par la domination capitaliste.

Nous ne sommes pas la gauche de la gauche, mais bien le cœur de la gauche. Le Parti Communiste, composante essentielle, fondateur du Front de Gauche,travaille à son élargissement, les promesses venue de SYRIZA en Grèce, ou de PODEMOS en Espagne, montre qu'il est possible de constituer des forces qui s'opposent à l'austérité, à la précarité, qui luttent pour une société plus humaine, plus démocratique.

Nous voulons retisser les liens indispensables avec nos concitoyens, en apportant notre expérience, mais aussi être, à l'écoute et au plus près, dans les luttes et les moments difficiles que traversent les populations de notre département, et pas seulement en périodes électorales.

Pour cela nous avons besoin de vous :Femmes et Hommes, Militants ou sympathisants communistes qui à un moment vous êtes éloignés de nous, militants d'associations, syndicalistes, citoyens qui voulez que cela change votre place est parmi nous, avec nous: notre Parti vous est ouvert.

Ouvert vers toutes les forces populaires, militantes, associatives et citoyennes de notre département, concernées par la nécessaire et indispensable réaction face aux menaces qui sont devant nous.

Toutes les forces de progrès sont interpellées. L'heure est à la construction d'une nouvelle force de gauche, d’une majorité alternative, citoyenne et populaire, pour sortir de l’austérité et pour un projet social, solidaire et écologique.

Pour notre part nous sommes décidés à y travailler dans nos campagnes, dans nos villes, sur les lieux de travail. De notre engagement à tous et toutes dépend notre avenir. Chacun et chacune d'entre vous peut à sa façon y contribuer. Ouvrons ensemble « Les chantiers de l'Espoir »!

Dans le Finistère, le Parti Communiste au coeur des luttes pour reconstruire une nouvelle force de gauche, une majorité alternative, citoyenne et populaire pour sortir de l'austérité
Partager cet article
Repost0
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 07:15

SAMEDI 16 MAI

Fête communiste au NAUTILE à LA FORÊT-FOUESNANT

pour LES MENEUSES, sur le thème "Travail et luttes au féminin"

Ils vous proposent:

- Dès 15h: Exposition (photos-affiches-ouvrages divers).

- A 17h:Débat sur l'engagement militant à partir de témoignages (agro-alimentaire- défense des hôpitaux-parcours de vies-...).

Pouvait-t-on trouver meilleure animatrice que Françoise PENCALET-KERIVEL, historienne, militante douarneniste, dont le seul nom fleure bon la lutte?

Un hommage sera rendu à Jacqueline LE LOUET, militante syndicale et politique, par Marie-Andrée Bernard

- 19h: Restauration sur place

- 20h30: Concert ( 10 Euros à l'entrée-8 Euros en réservation).

" Le CHANT des SARDINIERES"

avec Marie-Aline LAGADIC et Klervi RIVIERE ( Prix de l'Académie Charles CROS)

Partenaires:

-Festival de photo du GUILVINEC.

- Librairie "La JOIE de LIRE" de SAINT-GUENOLE.

- Institut d'Histoire Sociale de la CGT.

Les billets sont, dès maintenant disponibles auprès des Communistes du Pays fouesnantais, au Nautile et à l'Office de Tourisme de La Forêt-Fouesnant.

Les Amis du PCF

Samedi 16 Mai, La Forêt-Fouesnant (au Nautile): "Les Meneuses", Travail et luttes au féminin
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011