Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 17:02

 

Communiqué de presse du PCF Finistère et du PCF Pays de Morlaix

Présentées chaque fois comme des solutions d’améliorations, les réformes successives de la SNCF n’ont fait que détruire l’efficacité d’une entreprise intégrée et le maillage de proximité du système ferroviaire. Cela s’est traduit par la réduction de services aux usagers et la suppression de moyens. Au gré de ces transformations, la SNCF est devenue un groupe financier qui brade son patrimoine dans des opérations financières en France comme à l’étranger. La fermeture de la ligne Morlaix Roscoff en 2018 est la conséquence d’abandon d’infrastructures du réseau ferré national.

Depuis le 3 juin 2018, la ligne ferroviaire Morlaix-Roscoff est fermé à la circulation des trains. Cette fermeture, intervenue après les intempéries survenue dans la région morlaisienne au mois de juin 2018 n’est pas une fatalité.

L’abandon de la ligne n’est pas dû à la malchance des pluies orageuses et de l’inondation de juin 2018. L’arrêt d’exploitation était déjà programmé pour janvier 2019. L’absence d’entretien a conduit à une limitation de vitesse associée avec des horaires aberrants rendant la ligne peu attractive puis à la programmation de son abandon.

En effet, pour le parti communiste, cette ligne est importante pour la vie des citoyens entre Morlaix et Roscoff au quotidien mais aussi pour le tourisme et la vie économique du territoire.

Sans parler du contre-sens écologique constitué par la fermeture de cette ligne, en effet, si des car TER ont été mis en place depuis la gare de Morlaix jusqu’à la gare de Roscoff, nous savons très bien qu’un car pollue plus qu’un train en circulation. La lutte contre le réchauffement climatique doit pourtant être une priorité.

Sans parler du fret ferroviaire qui pourrait-être mis en place avec l’arrivée récente de la nouvelle de la plateforme de la SICA à Saint-Pol de Léon et du transport de fret fait par la Britanny Ferries avec une arrivée au port du Bloscon à Roscoff. Des trains en circulation, c’est donc moins de camions sur nos routes mais aussi moins de voitures en circulation entre Morlaix et Roscoff.

Il est donc primordial que l’Etat, la région et la SNCF travaillent ensemble pour rouvrir cette ligne vitale pour le territoire de la région de Morlaix. Nous demandons une table ronde réunissant les différents acteurs concernés par la ligne Morlaix Roscoff et un complément d’étude socio-économique intégrant le fret afin que le port de Roscoff puisse bénéficier de l’inscription du port de Brest Roscoff dans le RTE-T (Réseau trans-européen de transport).

Le PCF est engagé dans un travail avec ses élu.e.s, notamment régionaux, pour recenser les besoins en terme de défense et de relance du transport ferroviaire de proximité en Bretagne, avec les syndicats de cheminots, les collectifs d’usagers.

Nous appelons donc la population à se joindre au rassemblement qui aura lieu ce samedi 22 janvier à partir de 11h à la gare de Roscoff pour que la ligne Morlaix-Roscoff vive. Notre conseillère régionale communiste Gladys Grelaud s’exprimera à l’occasion de ce rassemblement.

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2022 6 15 /01 /janvier /2022 17:56
Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - crédit photo Eug

Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - crédit photo Eug

Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - photo Enzo de Gregorio

Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - photo Enzo de Gregorio

Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - crédit photo Eug

Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - crédit photo Eug

Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - crédit photo Eug

Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - crédit photo Eug

Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - photo Enzo de Gregorio

Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - photo Enzo de Gregorio

Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - photo Enzo de Gregorio

Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - photo Enzo de Gregorio

Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - photo Enzo de Gregorio

Manif éducation nationale à Brest, 13 janvier 2022 - photo Enzo de Gregorio

Nous étions nombreux·ses à manifester ce jeudi 13 janvier, aux côtés des personnels de l'éducation nationale, afin de revendiquer une politique cohérente de protection et de prévention à la hauteur des enjeux sanitaires, scolaires et sociaux. 

+ de 2000 manifestants à Brest, et + 800 à Quimper

✊ #Greve13janvier

La fédération du Finistère apportait son soutien au mouvement des enseignants.

Elle appelait les personnels de l'éducation, les parents d'élèves et les lycéens et étudiants à manifester jeudi 13 janvier à 14h, à Brest (place de la Liberté) et à Quimper (place de la Résistance).

Pour faire entendre leur colère et obtenir une politique cohérente de protection et de prévention à la hauteur des enjeux sanitaires, scolaires et sociaux.

En effet de la maternelle au lycée, la situation est vite devenue explosive depuis la rentrée pour les élèves, les familles et les personnels. Une réalité que le ministre de l’Éducation Nationale a de plus en plus de mal à masquer. Encore moins avec son énième protocole publié le 6 janvier au soir. 

L’épuisement et l’exaspération de toute la communauté éducative atteignent un niveau inédit .

Alors que le coronavirus a bouleversé la situation sanitaire cette situation de crise exacerbe un contexte que nous connaissions bien avant  .

La lutte contre les inégalités sociales de réussite scolaire, pour la démocratisation de l’accès aux savoirs sont au cœur des propositions du Parti Communiste Français.
Depuis de nombreuses années, on a privé nos enfants de temps d’école, transférant aux familles, aux communes une partie des enseignements et de ce qui doit être fait à l’école.

Pour cela il faut transformer les pratiques. Il ne s’agit pas seulement d’augmenter le temps scolaire, mais de donner du temps aux équipes pour lutter contre les inégalités sociales de réussite scolaire.
L’argent existe, il faut le prendre sur les revenus du Capital, l’évasion fiscale qui coûte à notre pays plus de 120 milliards d’Euros.

Les communistes proposent :
- Un plan national pour rouvrir des écoles et des collèges sur tout le territoire et réduire le temps passé dans les transports, rénover, équiper, construire là où c’est nécessaire ;
-Des effectifs réduits dans les classes : pas plus de 20 à 25 par classe en fonction du niveau ;
-Un fond national pour garantir la gratuité de tout ce qui est nécessaire à la réussite scolaire.
Plus d’école, c'est nécessairement plus d'enseignants  90 000 RECRUTEMENTS TOUT DE SUITE!

- Plus d’école, ce n’est pas plus d’heures pour les enseignants : au contraire, ils ont besoin de temps pour travailler en équipe, se former, réfléchir à leur pratique… : plus de maîtres que de classes en primaire ; un temps de concertation inclus dans le service pour tous les personnels.

- Rattrapage des salaires (+30% et dégel du point d’indice)
- Mise en place de dispositifs de pré recrutement aux niveaux Bac et Bac+2, sous statut de la fonction publique, pour une entrée progressive et sereine dans le métier.

Manif éducation nationale à Quimper, 13 janvier 2022 - photos Yvonne Rainero, PCF Quimper

Manif éducation nationale à Quimper, 13 janvier 2022 - photos Yvonne Rainero, PCF Quimper

Manif éducation nationale à Quimper, 13 janvier 2022 - photos Yvonne Rainero, PCF Quimper

Manif éducation nationale à Quimper, 13 janvier 2022 - photos Yvonne Rainero, PCF Quimper

Manif éducation nationale à Quimper, 13 janvier 2022 - photos Yvonne Rainero, PCF Quimper

Manif éducation nationale à Quimper, 13 janvier 2022 - photos Yvonne Rainero, PCF Quimper

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2022 6 15 /01 /janvier /2022 15:57
AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis ce samedi 15 janvier 2022
AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis ce samedi 15 janvier 2022

AG de rentrée 2022 des communistes finistériens à Pont-de-Buis -

Ce samedi 15 janvier 2022 au matin, les représentants des 18 sections finistériennes du Parti communiste et des 865 adhérents du PCF Finistère (40 nouveaux adhérents en 2021 en dehors des mutations) étaient réunis à Pont-de-Buis, salle François Mitterrand, de 9h30 à 12h45, pour échanger sur la situation politique et sociale, s'organiser pour la campagne présidentielle de Fabien Roussel et les élections législatives qui viendront après. Merci à tous les camarades qui vont le déplacement!

Une AG des secrétaires et représentants de fédération avait lieu au même moment à Colonel Fabien à Paris où nous représentait Enzo de Gregorio.

Un bon débat de 3 heures jusqu'à 12h45 avec un peu plus de 40 camarades, suivi par un repas fraternel au restaurant Le Marléa juste à côté de la salle François Mitterrand pour ceux qui le souhaitaient.

Toutes et tous mobilisé.e.s pour la campagne de notre candidat aux présidentielles Fabien Roussel, le succès des nouvelles formules de l'humanité, et la préparation des législatives!

Dans le Finistère, 400 personnes sont d'ores et déjà inscrits sur le Comité de Soutien à Fabien Roussel ce 15 janvier après-midi. Objectif d'étape rempli! Prochaine échéance: 1000 soutiens au 10 avril, 50 supplémentaires par semaine, grâce au porte-à-porte dans les circonscriptions du Finistère avec le programme des Jours Heureux, la lettre aux Françaises et Français de Fabien Roussel, nos documents thématiques présentant les différents volets de notre projet. 

Le 24 janvier prochain Fabien Roussel présentera le programme complet de notre candidature, présenté sous la forme d'un livret à 2 euros.
Et le 6 février prochain, au lendemain de notre Conseil national, nous aurons le premier grand meeting national de l’année, au Parc Chanot à Marseille.

Le 17 mars, Léon Déffontaines, le secrétaire de la JC et un des 5 porte-paroles de Fabien Roussel, sera dans le Finistère, à Brest, à la fac Ségalen, pour une réunion publique sur les attentes de la jeunesse dans cette campagne présidentielle.

Au mois de février ou de mars, Ian Brossat, le directeur de campagne de Fabien Roussel, devrait venir dans le Finistère pour un meeting départemental.

Pour s'inscrire sur le comité de soutien finistérien: dupont.ismael@yahoo.fr

Photos de nos camarades Daniel et Eugénie.

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (Photo Eug)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

AG des communistes finistériens à Pont-de-Buis le 15 janvier 2022 (photo Daniel Laporte)

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2022 5 14 /01 /janvier /2022 06:42
13 janvier - Débat sur le désarmement nucléaire à BREST, maison des syndicats, avec le CIAN 29 et l'ICAN, le PCF, EELV, FI, le NPA
13 janvier - Débat sur le désarmement nucléaire à BREST, maison des syndicats, avec le CIAN 29 et l'ICAN, le PCF, EELV, FI, le NPA
13 janvier - Débat sur le désarmement nucléaire à BREST, maison des syndicats, avec le CIAN 29 et l'ICAN, le PCF, EELV, FI, le NPA
13 janvier - Débat sur le désarmement nucléaire à BREST, maison des syndicats, avec le CIAN 29 et l'ICAN, le PCF, EELV, FI, le NPA
13 janvier - Débat sur le désarmement nucléaire à BREST, maison des syndicats, avec le CIAN 29 et l'ICAN, le PCF, EELV, FI, le NPA

En débat sur le désarmement nucléaire à l'invitation du CIAN 29, en clôture d'une belle semaine de mobilisation pour le désarmement nucléaire, après le pique-nique festif du midi face au Conseil des Ministres Européens réuni aux Capucins, pique-nique qui a rassemblé une centaine de personnes. Le débat était animé par le porte-parole de l'ICAN France Jean-Marie Collin avec Pierre-Yves Cadalen (FI), Ronan Pichon (EELV), Gérard Mas (NPA) et Ismaël Dupont qui, du fait de l'indisponibilité finalement du député communiste Jean-Paul Lecoq, initialement prévu, mais venu dimanche 9 janvier à la manif et au débat du Mouvement de la Paix, représentait le PCF et son candidat aux présidentielles Fabien Roussel sur cette soirée organisée en même temps qu'un rassemblement des ministres européens de la défense et des affaires étrangères à la mairie de Brest.

Merci à Enzo de Gregorio et Claude Léostic pour les photos.

Un compte rendu plus développé suivra.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 12:53
Rassemblement du 8 mars 2018 à la gare de Châteaulin contre les fermetures de guichet pour le transport ferroviaire de proximité

Rassemblement du 8 mars 2018 à la gare de Châteaulin contre les fermetures de guichet pour le transport ferroviaire de proximité

Rassemblement du 8 mars 2018 à la gare de Châteaulin contre les fermetures de guichet pour le transport ferroviaire de proximité

Rassemblement du 8 mars 2018 à la gare de Châteaulin contre les fermetures de guichet pour le transport ferroviaire de proximité

Conférence régionale PCF, Brest le 8 janvier 2022.

Intervention sur le ferroviaire et les mobilités de Gilbert Sinquin

Objectivement, surtout comparativement à d’autres régions françaises, la Région Bretagne a eu depuis 20 ans une approche favorable au ferroviaire, au TER, mais aussi au TGV. Les gares TER ont été rénovées, le matériel ferroviaire renouvelé et modernisé, des investissements massifs ont été fait comme dans la LGV ( le prolongement de la ligne TGV de Rennes au Mans), des travaux sur les voies, pour augmenter les vitesses de circulations et la sécurité.
Les résultats sont bon et la SNCF a encore affiché d’excellents résultats en 2019, comme les années précédentes en ce qui concerne le TER Bretagne.
Le trafic et la fréquentation des trains a augmenté sur certains axes jusqu’à saturation parfois, comme maintenant en gare de Rennes à certaines heures.

La Région Bretagne a renouvelé la convention TER 2019 - 2028 avec la SNCF, sans mise en concurrence, ce qui une marque de confiance.
Ce tableau n’est cependant pas parfait et bien des points se sont dégradés sur le terrain surtout depuis 3 - 4 ans, pour ce qui concerne le service public délivré par la SNCF, ce qui est aussi de la responsabilité ou du pouvoir du Conseil Régional de Bretagne, au moins indirectement pour le TER.

Quelques exemples du recul du service public et de perte du lien social:

-Politique de déshumanisation de plus en plus forte dans les gares.
-Suppression massive de guichets et d'espaces de vente sur le territoire breton, comme ailleurs. Diminutions d’horaires d’ouvertures des quelques guichets restant encore ouverts, entraînant des queues d’attentes inadmissibles, la colère des voyageurs et des répercutions sur les conditions de travail et la santé des cheminots restants en poste.

De plus en plus, les voyageurs n’ont plus de choix et sont renvoyés à leurs dépends vers Internet ou des automates dans les gares, parfois uniquement utilisables par carte bancaire ou, parfois ne rendant pas la monnaie. Il s’agit là
d’une rupture d’égalité d’accès au train. Ce n’est pas normal. Par exemple dans le centre Finistère, si on veut acheter un billet dans un guichet (TER, TGV, Inter-cité, abonnements ou renseignements...) il faut d’abord se renseigner sur les horaires d’ouvertures et se déplacer en gare de Quimper ou Landerneau ( à 60 km A/R minimum, sans compter le temps de trajet et l‘impact carbone) ou alors, il faut utiliser Internet avec le manque de conseils, d’informations et le risque le plus souvent de payer son billet plus cher dans le maquis des multiples tarifs. Encore faut-il avoir accès à Internet et savoir l’utiliser, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

 

De moins en moins de cheminots sur les quais. Les voyageurs laissés sans informations avec des risques d’accidents parfois, comme à Rennes ou un
voyageur était resté accroché à un train au départ.

De plus en plus trains sans contrôleurs, comme sur la ligne Quimper-Brest avec en conséquence des incivilités, des questions de sécurité pour les voyageurs et les mécaniciens ainsi qu’une baisse de la fréquentation, alors que cette ligne a été rénovée pour près de 80 millions d‘euros.
Des horaires inadaptés, des rabattements qui ne sont pas organisés et des correspondances qui ne peuvent plus se faire, ainsi que des TER qui ne
s’arrêtent plus dans toutes les gares. On peut comprendre qu’un TGV ne
s’arrête pas dans toutes les gares, mais pas un TER.

Des réglementations et des tarifs différents entre billet TER et TGV interdisant
d’accéder à l’un avec le billet de l’autre et des correspondances de l’un vers
l’autre qui ne se font plus systématiquement en cas de retard.
Aucun accès PMR dans aucune gare TER dans tout le centre Bretagne.
Depuis l’été dernier, le paiement et l’obligation de réserver uniquement par
Internet le transport d’un vélo dans un TER si l’on n’est pas abonné sur la
ligne.
Ces reculs du service public ont fait l’objet de multiples protestations,
réclamations, lettres ou courriels auprès de la SNCF et du Conseil Régional,
de pétitions, de manifestations de cheminots et d’usagés ( à Quimper,
Châteaulin, Brest, Morlaix, Rosporden, Hennebont, Pontivy...). Des élus ont
été interpellés, soit directement, soit par écrit. Des vœux votés en conseil
municipal et communautaire à Châteaulin pour le maintien du guichet de la
gare avec l’agent polyvalent. Une entrevue le 05 01 2018 avec la Ministre des
Transports Elisabeth BORNE lors son passage en gare de Châteaulin et une
réunion avec son Chef de cabinet, le Sous Préfet de Châteaulin et le
Directeur régional de la SNCF, M Beaucaire.
Rien n’a changé et ça continue de se dégrader.
Cette politique découle des réformes de la SNCF successives, de l’éclatement en plusieurs sociétés, séparées en différentes activités, cloisonnées, de plus en plus filialisées pour la mise en concurrence.
Dirigées comme le privé, suivant les modes de gestion capitaliste, les décideurs éloignés à Rennes ou à Paris n’ont que faire des conséquences de leurs décision sur le terrain, sinon que d’atteindre leurs objectifs de réductions des coûts, à commencer par la masse salariale et les coûts des services au détriment des cheminots et des populations.
Les activités ou services sont désormais gérés en centres de profits devant tous être rentables économiquement, quoiqu‘il en coûte.
A une lettre le 17 février 2018, de la part des sections PCF 29 de la 6ème
circonscription du Finistère (centre Finistère), Gérard LAHELLEC répondait
que le Conseil Régional ne demandait pas à la SNCF de faire œuvre de zèle
pour supprimer des emplois et des guichets mais leur demandait de se mettre
mieux en capacité de commercialiser les titres régionaux. Il ne poussait pas
non plus la SNCF à optimiser ses résultats en réduisant les comptes d
écharge mais en développant la fréquentation des trains.

Il observait que la SNCF avait dégagé 15 M€ de bénéfice en Bretagne (en 2
ans), ce qui tendait à prouver qu'elle était en mesure de mettre en œuvre un
certain nombre d'adaptations et, qu’au demeurant, il informait qu‘il n’entendait
nullement m'immiscer dans des gestions qui appartiennent en propre à
l'opérateur et qu’il ne souhaitait pas que la région soit tenue pour responsable
de décisions ne relevant pas de ses prérogatives.
Rien ne change jusqu’à présent et, cela continue à se dégrader encore
récemment avec des suppressions de postes et de guichets à Hennebont,
Quimper, Brest et Rennes...ainsi que des réductions d’horaires au motif cette
fois de la période COVID.
Que pouvons nous faire ?
Retenir les argumentaires et appliquer les propositions positives de Loïg
Chesnais -Girard dans sa réponse le 14 juin 2021, à une association
d’usagés, dans son programme pour la prochain mandature. (celle-ci) (Voir la
lettre en annexe)
Vérifier le contenu de la convention TER, les moyens possibles, car, la Région Bretagne, en temps que donneur d’ordre et financeur devrait être beaucoup plus exigeante envers la Direction de la SNCF et imposer un cahier des charges très ferme en ce qui concerne l’emploi et les services publics dédiés auprès des bretonnes et des bretons. Imposer des pénalités dissuasives en cas de manquement ou du non respect de la convention contractualisée car, il y a un véritable mépris de la Direction de
la SNCF envers les populations, les élus et le personnel cheminot.
La Région Bretagne, les bretonnes et les bretons, sont abusés car la SNCF dégage des marges à leurs détriments chaque année (mise à part cette période COVID). Marges qu’elle réinvestit ailleurs, parfois via des filiales sur d’autres marchés ouverts à la concurrence en France, dans d’autres Régions où à l’étranger.
D’ailleurs, si les compagnies privées reviennent dans les chemins de fer, c’est qu’elles y trouvent de bien meilleurs conditions d’exploitation en étant assurées de faire du profit ou d’équilibrer leurs charges dans le pire des cas, grâce aux subventions.
Il faut impérativement que ces subventions via les conventions soient conditionnées.
Il nous faut impérativement renverser la vapeur et mettre un coup de barre à
gauche.
Si nous parvenions à réorienter cette politique dans le bon sens au service des bretonnes et des bretons, cela serait à mettre à notre crédit.
Si nous n’y parvenions pas, ce serait à désespérer pour la population qui ne voit plus de différence entre une gestion de droite et une gestion de gauche,
ce qui entraîne des réactions de rejets du politique et la montée de l’abstention à toutes les élections.
Il nous faut ré-humaniser les gares et les trains, avoir au moins un guichet d’ouvert dans chaque gare du 1er au dernier train.
Offrir les prestations les plus élémentaires comme des toilettes dans les gares (ex Châteaulin ) et, des accès avec prestations PMR dans des gares en centre Bretagne.


Ré-ouvrir des lignes comme Morlaix-Roscoff et les électrifier comme Quimper
- Landerneau ce qui aurait l’avantage d’augmenter les vitesses de circulations
et de réduire l’impacte carbone, tout en réduisant également les coûts
d’exploitations par l’uniformisation du matériel moteur. Cela pourrait être fait
dans le cadre du grand projet Ligne Nouvelles Ouest Bretagne Pays de Loire
(LNOBPL).

Des liaisons modernisées pourraient se faire de Brest à Nantes via Quimper, sachant que la gare de Rennes est déjà saturée. Les métropoles de Bretagne ainsi reliée par le nord ou le sud, ce qui est un des objectifs du projet.
Satisfaire les demandes des usagés avec des horaires, des arrêts et des dessertes adaptées à leurs besoins.
Réduir l’impact carbone et augmenter la fréquentation des trains en supprimant les cars Breizh-Go directs qui circulent entre Quimper et Brest, par la voie express RN 165, en doublon et concurrence avec les TER, presque aux mêmes horaires.

( ex: du lundi au vendredi, de Quimper, un car direct pour Brest au départ à
16h40 et un TER desservant toutes les gares, au départ à 16h57; heure
théorique d’arrivée du car à Brest à 18h00 et le train arrive à 18h23. )

Ces autocars en doublon pourraient être affectés sur des trajets scolaires comme à Pont de Buis (par ex), où il y a de la demande non satisfaite.
Ne pas oublier le FRET que la SNCF a abandonné qui pourrait être développé par une politique volontariste. (ex récent, la suppression encore d’un dernier train de FRET à Rosporden Coat-Conq). Constat que les besoins sont toujours existant mais qu’il n’y a pratiquement plus de trains, ni d’effectifs dédiés à cette activité en Bretagne où, il ne reste plus que 15 agents, tous services confondus pour assurer le fonctionnement. Avec les ports de Brest et Roscoff récemment retenu dans un grand projet européen des ports en eau profonde des moyens devraient également exister.

Gare de Châteaulin, suppression des guichets SNCF, ligne Quimper-Brest - Lettre des communistes finistériens et de la 6e circonscription du Finistère à Gérard Lahellec, vice-président transports de la région Bretagne

16 juin 2021 - Gare de Morlaix, manifestation pour la ligne Morlaix-Roscoff et la défense des lignes ferroviaires de proximité (photos Jean-Luc Le Calvez)

16 juin 2021 - Gare de Morlaix, manifestation pour la ligne Morlaix-Roscoff et la défense des lignes ferroviaires de proximité (photos Jean-Luc Le Calvez)

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 19:45

UNE HONTE DANS LA RUE

Vendredi 7 Janvier 2022, le Conseil Départemental a annoncé la fin de prise en charge, et par conséquent la mise à la rue, de 5 jeunes mineurs étrangers.

Ces jeunes sont logés et accompagnés depuis quelques semaines ou quelques mois par le département afin d'évaluer leur minorité.

D'un jour à l'autre, ils se retrouvent à la rue en plein mois de Janvier, voyant leur projet de scolarité et d’intégration s'effondrer. L'un d'eux devait commencer un CAP la semaine à venir. 

Cette fin de prise en charge est demandée par le procureur de Quimper. Doute sur la minorité, déclaration de majorité faite en Espagne afin de continuer leur parcours, refus de se présenter pour des tests osseux... Quelle que soit la raison invoquée par le procureur, ces jeunes n'auront pas la chance de se défendre devant la justice. Le décision est irrévocable : d'ici quelques jours ils seront livrés à eux-même.

La trêve hivernale n'arrête ni le procureur ni le département qui décide d'appliquer cette décision, renonçant à la protection de ces jeunes.

Nous dénonçons avec force ces décisions indignes et demandons au conseil départemental la mise à l’abri de ces jeunes jusqu’à leur recours afin que justice s'applique. Nous ne pouvons nous résigner à accepter des mises à la rue, qui plus est en période de trêve hivernale.

Rejoignez nous Mercredi 12 Janvier à 13h00 devant le Conseil Départemental

 
Les premiers signataires :
-Le Temps Partagé
-LDH
-Droit d'Asil
-100 pour un toit Cornouaille
 
Le PCF Quimper et Finistère est également signataire de cet appel à manifester.
 
 
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 14:54
Communiqué de soutien de la fédération du Finistère du PCF au mouvement de grève et de manifestation dans l'éducation nationale du 13 janvier 2022

La fédération du Finistère apporte son soutien au mouvement des enseignants.

Elle appelle les personnels de l'éducation, les parents d'élèves et les lycéens et étudiants à manifester jeudi 13 janvier à 14h, à Brest (place de la Liberté) et à Quimper (place de la Résistance).

Pour faire entendre leur colère et obtenir une politique cohérente de protection et de prévention à la hauteur des enjeux sanitaires, scolaires et sociaux.

En effet de la maternelle au lycée, la situation est vite devenue explosive depuis la rentrée pour les élèves, les familles et les personnels. Une réalité que le ministre de l’Éducation Nationale a de plus en plus de mal à masquer. Encore moins avec son énième protocole publié le 6 janvier au soir. 

L’épuisement et l’exaspération de toute la communauté éducative atteignent un niveau inédit .

Alors que le coronavirus a bouleversé la situation sanitaire cette situation de crise exacerbe un contexte que nous connaissions bien avant  .

La lutte contre les inégalités sociales de réussite scolaire, pour la démocratisation de l’accès aux savoirs sont au cœur des propositions du Parti Communiste Français.
Depuis de nombreuses années, on a privé nos enfants de temps d’école, transférant aux familles, aux communes une partie des enseignements et de ce qui doit être fait à l’école.

Pour cela il faut transformer les pratiques. Il ne s’agit pas seulement d’augmenter le temps scolaire, mais de donner du temps aux équipes pour lutter contre les inégalités sociales de réussite scolaire.
L’argent existe, il faut le prendre sur les revenus du Capital, l’évasion fiscale qui coûte à notre pays plus de 120 milliards d’Euros.

Les communistes proposent :
- Un plan national pour rouvrir des écoles et des collèges sur tout le territoire et réduire le temps passé dans les transports, rénover, équiper, construire là où c’est nécessaire ;
-Des effectifs réduits dans les classes : pas plus de 20 à 25 par classe en fonction du niveau ;
-Un fond national pour garantir la gratuité de tout ce qui est nécessaire à la réussite scolaire.
Plus d’école, c'est nécessairement plus d'enseignants  90 000 RECRUTEMENTS TOUT DE SUITE!

- Plus d’école, ce n’est pas plus d’heures pour les enseignants : au contraire, ils ont besoin de temps pour travailler en équipe, se former, réfléchir à leur pratique… : plus de maîtres que de classes en primaire ; un temps de concertation inclus dans le service pour tous les personnels.

- Rattrapage des salaires (+30% et dégel du point d’indice)
- Mise en place de dispositifs de pré recrutement aux niveaux Bac et Bac+2, sous statut de la fonction publique, pour une entrée progressive et sereine dans le métier.

Communiqué de soutien de la fédération du Finistère du PCF au mouvement de grève et de manifestation dans l'éducation nationale du 13 janvier 2022
Communiqué de soutien de la fédération du Finistère du PCF au mouvement de grève et de manifestation dans l'éducation nationale du 13 janvier 2022
Communiqué de soutien de la fédération du Finistère du PCF au mouvement de grève et de manifestation dans l'éducation nationale du 13 janvier 2022
Communiqué de soutien de la fédération du Finistère du PCF au mouvement de grève et de manifestation dans l'éducation nationale du 13 janvier 2022
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 14:48
Jeudi 13 novembre: deux nouvelles initiatives pour le désarmement nucléaire à Brest à l'invitation du CIAN 29

Communiqué du CIAN29

Dans le cadre de son contre sommet européen, le Collectif Finistérien pour l'Abolition des Armes Nucléaires organise jeudi 13 janvier deux évènements :

  • un pique nique pour le désarmement nucléaire et la paix de 12h à 14h
  • Rendez-vous au square de Bazeilles sur le boulevard Jean Moulin
  •   un débat public de 18h à 20h/20h30 à la maison des syndicats sur le thème:

Désarmement nucléaire et programmes de Défense et de Paix

Les représentants des candidats à l'élection présidentielle portés par des partis politiques qui se sont clairement engagés pour le désarmement nucléaire (EELV, LFI, NPA, PCF) y présenteront les programmes de leurs candidats en ces domaines*

* Pierre-Yves Cadalen pour FI, Gérard Mas pour le NPA, Ismaël Dupont pour le PCF ont déjà annoncé leurs présences à ce débat

 

Jeudi 13 novembre: deux nouvelles initiatives pour le désarmement nucléaire à Brest à l'invitation du CIAN 29
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 06:39
Mardi 11 janvier, 10h30 à Brest et à Quimper - soutien à la manifestation des personnels de Santé et de l'Action Sociale (Communiqué du PCF)
Mardi 11 janvier, d'importantes manifestations auront lieu dans toute la France et dans le Finistère pour la Santé, l'hôpital public, les exclus du Segur, avec les personnels de santé et du médico-social, et des citoyens et usagers qui les soutiennent. C'est à Brest et à Quimper à 10h30.
 
Un co-voiturage est organisé par le Comité de défense du centre hospitalier du pays de Morlaix depuis Morlaix à 9h15 sur le parking de Géant devant le garage Citroën.
 
Soyons mobilisés!
 
La Coordination Nationale de tous les comités de défense des Hôpitaux Publics l'exprime:
 
" « Quoi qu’il en coûte », avait dit le Président de la République à l’hôpital de Mulhouse en 2020 ! La Covid est toujours là, mais les promesses n’ont été qu’un feu de paille et c’est encore avec plus de détermination que le gouvernement met en place la stratégie Ma Santé 2022 : moins d’hôpitaux publics pour plus d’ambulatoire, ou, but moins avoué encore, pour plus de privé !
A propos des urgences, le gouvernement a trouvé la solution : faire payer un forfait excluant ceux qui ne peuvent pas faire l’avance !
Épuisés, désabusés par une gestion comptable faisant fi de l’humain, les soignants désertent en nombre !
La catastrophe sanitaire est au rendez vous avec des retards de prises en charge malgré le dévouement des soignants.
Le maintien des brevets empêche de protéger la santé de tous et de limiter l’apparition de variants".
 
La fédération PCF du Finistère apporte son soutien plein et entier aux rassemblements de Brest et de Quimper ce mardi 11 février et appelle ses adhérents et sympathisants à y participer.
 
Celui de Brest aura lieu place de la Liberté mardi 11 janvier à partir de 10 h30 pour une manifestation dans le cadre de la journée nationale d'action des personnels de la Santé et de l'Action Sociale.
 
Pour les communistes l'égalité d'accès au soin pour tous ne doit pas être sacrifiée sur l’hôtel de l’austérité économique car la Santé et l'Action sociale ne sont pas des marchandises ! ils exigent l'égalité de traitement sur les salaires pour que cesse de toute urgence cette discrimination envers les exclus du Ségur.
 
Alors que le coronavirus a bouleversé la situation sanitaire cette situation de crise exacerbe un contexte que nous connaissions bien avant la crise : celui des inégalités profondes qui traversent notre pays en matière de droit et d’accès aux soins. Ces inégalités sont le résultat de politiques anciennes et constantes de casse et de privatisation de l’appareil sanitaire français. Face à ce constat, le PCF se bat pour remettre sur pied cet édifice social, qui est un enjeu de société majeur comme la crise du Covid nous l’a démontré.
 
Il formule les 13 propositions suivantes:
 
- Création d’un pôle public qui gérait la production et la distribution de médicament, financé par la taxation de 1% sur le chiffre d’affaires des entreprises pharmaceutiques.
- Création de 100 000 postes à l’hôpital public.
- Abrogation immédiate des lois de libéralisation de l’hôpital public (tarification à l’acte, loi Bachelot…)
- Construction d’un hôpital public de proximité à moins de 30 minutes de chaque bassin de vie, disposant d’une maternité, d’un service d’urgence et de chirurgie.
- Création d’un service public du grand âge, avec le recrutement de 100 000 aides soignants et la réquisition des EHPAD du groupe Korian. Doublé d’un ratio d’encadrement : 1 soignant pour 1 résident, et une revalorisation de leur salaire selon un coefficient d’utilité sociale.
- Suppression des franchises médicales, des participations forfaitaires, encadrement des dépassements honoraires et généralisation du tiers payant.
- Lutte contre les déserts médicaux : dans les zones denses un médecin ne doit s’installer que pour remplacer un départ.
- Levée des brevets des vaccins pour le Covid-19.
- Création d’une loi cadre sur la psychiatrie incluant un moratoire sur la fermeture des CMP(P), des ouvertures de lits et de structures psychiatriques ainsi que le recrutement massif et formation de personnel qualifié.
- Contrôle sanitaire accru des dispositifs médicaux par la création d’un observatoire citoyen.
- Publication annuelle des aides publiques par les entreprises pharmaceutiques et réquisitions d’une partie des laboratoires privés du médicament.
- Recrutement de 100 000 aides à domicile par an et création d’un véritable statut du proche aidant.
- Déconjugalisation de l’Allocation Adultes Handicapé
 
Et à Quimper, voici le communiqué des élus communistes du pays de Quimper tel qu'il est repris dans le Télégramme:
 
Santé : à Quimper, le PCF appelle à la mobilisation ce mardi
 
Après la CGT, les élus communistes du pays de Quimper appellent à la mobilisation pour soutenir l’hôpital public, ce mardi 11 janvier 2022, devant les urgences de l’hôpital de Quimper.
 
« Des personnels, épuisés, en souffrance dans l’exercice du métier qu’ils ont choisi, et dont le travail n’est pas reconnu comme il le devrait ».
« Urgence pour l’hôpital public ». Ce dimanche 9 janvier 2022, le PCF et les élus communistes du pays de Quimper appellent à la mobilisation, ce mardi 11 janvier, afin de soutenir l’hôpital de Quimper.
« Souffrances des personnels »
« Des décennies de choix politiques dictés par la finance ont soumis nos hôpitaux publics et notre système de soins à des impératifs de profit à court terme, voulant faire de la santé une marchandise au détriment de l’accès aux soins de la population, devenu un véritable parcours d’obstacles, plus encore pour les plus fragiles, au détriment aussi des personnels, épuisés, en souffrance dans l’exercice du métier qu’ils ont choisi, et dont le travail n’est pas reconnu comme il le devrait », indiquent-ils dans un communiqué.
Et d’ajouter : « Si notre système de santé ne s’est pas écroulé face à la pandémie, c’est grâce à leur engagement au service de la population, grâce aussi à la Sécurité sociale. […] Mais les souffrances des personnels, à l’hôpital, dans les Ehpad, dans le médico-social atteignent un degré insupportable, entraînant arrêts de travail, départs, ce qui aggrave encore la situation. Insupportables aussi les inégalités d’accès aux soins, les souffrances des usagers. Il y a urgence pour l’hôpital public et la santé ! »
Mardi 11 janvier, 10h30 à Brest et à Quimper - soutien à la manifestation des personnels de Santé et de l'Action Sociale (Communiqué du PCF)
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 18:46
Photo JM Clery, FSU

Photo JM Clery, FSU

Photo JM Clery, FSU

Photo JM Clery, FSU

Photo JM Clery, FSU

Photo JM Clery, FSU

 Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - crédit Eug - Prise de parole de Roland Nivet

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - crédit Eug - Prise de parole de Roland Nivet

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - Crédit Photo Eug - prise de parole du délégué flamand d'une grande association pour la Paix

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - Crédit Photo Eug - prise de parole du délégué flamand d'une grande association pour la Paix

 Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - crédit Eug

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - crédit Eug

 Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - crédit Eug - Anne-Marie Alayse et Claude Bellec, pour le PCF Brest

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - crédit Eug - Anne-Marie Alayse et Claude Bellec, pour le PCF Brest

 Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - crédit Eug

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - crédit Eug

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - Crédit Photo Eug

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - Crédit Photo Eug

Prise de parole de Jean-Marie Collin pour l'ICAN France (ici aux côtés de Roland de Penanros du CIAN 29 et de l'Université européenne de la Paix et de Roland Nivet, du Mouvement de la Paix)

Prise de parole de Jean-Marie Collin pour l'ICAN France (ici aux côtés de Roland de Penanros du CIAN 29 et de l'Université européenne de la Paix et de Roland Nivet, du Mouvement de la Paix)

Belle mobilisation pour la Paix et le désarmement nucléaire à Brest ce dimanche 9 janvier
Belle mobilisation pour la Paix et le désarmement nucléaire à Brest ce dimanche 9 janvier
Belle mobilisation pour la Paix et le désarmement nucléaire à Brest ce dimanche 9 janvier
Belle mobilisation pour la Paix et le désarmement nucléaire à Brest ce dimanche 9 janvier
Belle mobilisation pour la Paix et le désarmement nucléaire à Brest ce dimanche 9 janvier
Belle mobilisation pour la Paix et le désarmement nucléaire à Brest ce dimanche 9 janvier
Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - Crédit Photo Eug

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - Crédit Photo Eug

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - Crédit Photo Eug

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - Crédit Photo Eug

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - Crédit Photo Eug

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - Crédit Photo Eug

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - Avec Jean-Paul Le Coq - Crédit Photo Eug

Manifestation de Brest, 9 janvier 2022 - Avec Jean-Paul Le Coq - Crédit Photo Eug

Yvonne Rainero et Jean-Paul Lecoq, 9 janvier 2022 à Brest

Yvonne Rainero et Jean-Paul Lecoq, 9 janvier 2022 à Brest

Jean-Paul Lecoq - Photo de Yvonne Rainero, 9 janvier 2022 à Brest

Jean-Paul Lecoq - Photo de Yvonne Rainero, 9 janvier 2022 à Brest

Photo de Yvonne Rainero, 9 janvier 2022 à Brest

Photo de Yvonne Rainero, 9 janvier 2022 à Brest

Manifestation 9 janvier 2022 à Brest - Photo Yvonne Rainero

Manifestation 9 janvier 2022 à Brest - Photo Yvonne Rainero

La conseillère régionale communiste Gladys Grelaud était présente dans la manifestation au côté des adhérents du PCF de Bretagne, et de Philippe Jumeau, porte-parole du Comité régional PCF Bretagne

La conseillère régionale communiste Gladys Grelaud était présente dans la manifestation au côté des adhérents du PCF de Bretagne, et de Philippe Jumeau, porte-parole du Comité régional PCF Bretagne

Manifestation 9 janvier 2022 à Brest - Photo Yvonne Rainero

Manifestation 9 janvier 2022 à Brest - Photo Yvonne Rainero

Manifestation 9 janvier 2022 à Brest - Photo Yvonne Rainero

Manifestation 9 janvier 2022 à Brest - Photo Yvonne Rainero

Belle mobilisation pour la Paix et le désarmement nucléaire à Brest ce dimanche 9 janvier
Belle mobilisation pour la Paix et le désarmement nucléaire à Brest ce dimanche 9 janvier
Belle mobilisation pour la Paix et le désarmement nucléaire à Brest ce dimanche 9 janvier
Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Belle mobilisation pour la Paix et le désarmement nucléaire à Brest ce dimanche 9 janvier
Belle mobilisation pour la Paix et le désarmement nucléaire à Brest ce dimanche 9 janvier
Photo de Maryse Rousseau, 9 janvier 2022 à Brest

Photo de Maryse Rousseau, 9 janvier 2022 à Brest

Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Photo Yvonne Rainero - Manif 9 janvier 2022

Belle mobilisation pour la Paix et le désarmement nucléaire à Brest ce dimanche 9 janvier

Alors que les 54 ministres européens de la Défense et des Affaires étrangères sont attendus à Brest du 12 au 14 janvier, un collectif d'organisations pour la Paix et le désarmement nucléaire organisait un contre-sommet, avec un premier moment organisé hier par le CIAN 29 (Quatre heures pour le désarmement nucléaire, à la fac Segalen de Brest), une manifestation ce dimanche dans la ville dont la rade abrite le cœur de la dissuasion nucléaire française, et un nouveau temps de mobilisation jeudi 13 janvier.

Dans la manif de Brest du 9 janvier pour la Paix, le désarmement nucléaire, pour une autre politique européenne à l'occasion du Sommet des Ministres des affaires étrangères et de la défense européens réunis à Brest du 12 au 14 janvier pour le début de la présidence française de l'Union et sur invitation d'Emmanuel Macron.

Plus de 700 participants à cette manifestation réussie, avec de très bonnes prises de parole à l'entame, Roland de Penanros pour le CIAN 29, Roland Nivet pour le Mouvement de la Paix, Alain Rouy pour le Bureau International de la Paix, les délégués flamands et portugais des associations pacifistes internationales, Jean-Marie Collin, porte-parole d'ICAN France qui mène la bataille pour la ratification du Traité d'interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) et un long défilé jusqu'à la Penfeld, avec la pluie qui a commencé à battre le pavé et les crânes rue de Siam, chère à Prévert, et sur le Pont de Recouvrance.

Les communistes étaient très présents dans cette manifestation avec des camarades venus de tout le Finistère, du Morbihan, des Côtes d'Armor, d'Ille-et-Vilaine, de Loire-Atlantique (merci et bravo à eux!), le député communiste rapporteur sur la question de l'armement nucléaire et membre de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée Nationale Jean-Paul Lecoq, mais aussi beaucoup de militants de la CGT, de la FSU, de Solidaires, des militants pacifistes bien sûr (mouvement de la paix, université européenne de la paix, bureau international de la paix, ICAN, mouvement pour une alternative non-violente, associations de paix internationales), des camarades de partis et mouvements de gauche (France Insoumise, NPA, EELV, UDB, PRCF), l'AFPS, les membres du CIAN 29.

Nous avons voulu saluer à notre façon par ce rassemblement pacifiste le sommet des ministres européens de la Défense et des Affaires étrangères qui va se tenir cette semaine à Brest.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011