Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 12:52

   

ASSEMBLEE PLENIERE DU CONSEIL GENERAL DU MORBIHAN

4 et 5 décembre 2012

 

Intervention de M. Gérard Perron

Conseiller Général PCF-Front de Gauche du Morbihan

Maire d’Hennebont

GRARD--1.PNG 

 

Objet : Voeu sur Notre Dame des Landes

 

C’est la première fois que vous nous proposez de débattre sur ce dossier en dehors du vote de la subvention au Syndicat Mixte pour la construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes.

Il aurait été intéressant qu’un véritable débat s’engage sur un tel projet consommateur d’espaces naturels et de terres agricoles et concernant un « aéroport à vocation internationale, capable d’accueillir des appareils gros porteurs, aux portes de la Bretagne et situé entre Nantes et Rennes avec un atout sur le développement économique du Grand Ouest et du Morbihan en particulier ».

En dehors de quelques instances régionales composées certes d’experts et d’élus éclairés, comment a-t-on associé les populations concernées, les différents acteurs économiques, notamment ceux qui gèrent les différents aéroports de Bretagne ?

Je pourrai ici énumérer les nombreux arguments avancés par tous ceux qui luttent contre ce projet inutile, coûteux, destructeur de zones humides et de terres agricoles précieuses et contraire à nos orientations pourtant si généreuses de développement durable. Je me contenterai de rappeler que le Morbihan dispose sur son territoire d’un aéroport qui pourrait, si on s’en donnait les moyens, devenir lui aussi un aéroport à vocation internationale, je veux parler de l’aéroport de Lorient Bretagne Sud de Lann Bihoué. Vous me répondrez qu’il est militaire et qu’il est simplement

prêté à la Chambre de Commerce pour des lignes régulières civiles. Exact mais la Bretagne dispose de 2 aéroports militaires, est-ce bien une nécessité ? Voilà une question qui aurait pu être prise en compte dans un débat démocratique sur l’aménagement du territoire breton !

La construction de Notre Dame des Landes signifierait la fin de l’aéroport de Lann Bihoué mais aussi celui de Quimper voire de St-Jacques à Rennes, avec aussi sans doute une mise en difficulté de celui de Brest Guipavas qui vient d’être modernisé.

Alors vous me dites, ce projet existe depuis longtemps, que les terrains sont acquis depuis 1974 et qu’il est reconnu d’Utilité Publique.

Cela me rappelle un autre projet auquel je tiens particulièrement qui lui aussi existe depuis longtemps, que les terrains sont acquis, que l’Utilité Publique existe et pourtant vous avez accepté dans notre Session de juin de reprendre l’étude de ce projet de désenclavement d’Inzinzac-Lochrist pour obtenir une solution moins coûteuse, moinsconsommatrice et moins destructrice d’espaces naturels.

Vous allez me répondre que nous ne sommes pas au même niveau et que les projets n’ont pas la même importance. Certes mais tout le monde reconnait aujourd’hui que nous ne pourrons continuer à « consommer » les terres agricoles au même rythme que ce qui pouvait se faire en 1974.

Enfin, j’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer ici sur les Partenariats Publics Privés et toutes les craintes que l’on peut avoir sur ce type de contrat qui a pour seul avantage d’éviter aux collectivités publiques de mobiliser des emprunts pour assurer le financement d’équipements publics utiles à nos populations mais qui a aussi les inconvénients de laisser à ces collectivités les pertes et déficits et par contre de privatiser les bénéfices au profit d’actionnaires de ces grands groupes internationaux comme le groupe Vinci qui a obtenu le marché de construction et de gestion de Notre Dame des Landes et de gestion des aéroports actuels de Nantes Atlantique et de St-Nazaire.

Alors vous comprendrez que je ne peux suivre nos collègues qui sont les rédacteurs de ce voeu même si leurs cantons pourraient en tirer quelques avantages.

 

Gérard PERRON

Conseiller Général PCF-FdG du 56

source: http://pcf-morbihan.over-blog.com/1-index.htm

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 08:18

Communiqué paru dans le Ouest France hier, 14 décembre:

 

Le Parti communiste français, par la voix d'Eric Le Bour, appelle à manifester samedi à Brest: "Il n'est plus possible que dans ce pays des couples n'aient pas des droits semblables. Droits au mariage, à l'adoption, ou encore à la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes. Partout dans le pays, des manifestations sont organisées ce week-end pour soutenir ces revendications. Le Parti communiste, le Front de Gauche en sont partie prenante. Au niveau départemental, le collectif LGBT du PCF Fier-e-s et Révolutionnaires soutient l'action de l'inter LGBTH".

La Fédération du Parti communiste du Finistère soutient "les revbendications exprimées par les associations diverses qui militent pour les mêmes droits pour toutes et tous et vous demande de venir nombreux au rassemblement de samedi 15 décembre à 14h, place de la Liberté à Brest".

 

logo

 

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 08:11

 

http://brest.letelegramme.com/local/finistere-nord/brest/ville/deportes-homosexuels-l-exposition-aura-bien-lieu-14-12-2012-1942484.php

 

Brest (29)

Déportés homosexuels. L'exposition aura bien lieu

 

Le Télégramme-14 décembre 2012

 

 

jean-Yves-Leven.jpg

 

Après quelques péripéties, la ville de Brest accueillera bien une exposition des «oublié-es de la mémoire» consacrée aux déportés homosexuels dans les camps nazis.

L'affaire aura traîné en longueur, charriant son lot d'aigreurs, avant qu'elle n'avance enfin brusquement hier après-midi. En février, Jean-Yves Leven, animateur de «Fier-es et Révolutionnaires» (collectif gay et lesbien du PCF), avait contacté la municipalité de Brest à propos d'un projet d'exposition traitant des déportés pour motif d'homosexualité dans les camps nazis. L'exposition, unique en son genre, est l'oeuvre de l'association «Oublié-es de la mémoire» qui milite pour la perpétuation dusouvenir de cette catégorie particulière de victimes des déportations de la Seconde Guerre mondiale. «Nous tenions à ce que cette exposition soit officiellement accueillie dans la deuxième ville bretonne, expliquait, hier en début d'après-midi, Jean-Yves Leven, et qu'elle soit mise en place dans le hall de l'hôtel de ville, voire une mairie de quartier ou une bibliothèque».

«Blocage»

En raison des scrutins du printemps, l'accord de la ville n'avait été obtenu que durant l'été pour une organisation envisagée du 17 au 22septembre. «Malheureusement, poursuivait le militant, l'adjoint auxanciens combattants
Marc Coatanéa nous a fait savoir, fin août, qu'il serait indisponible pour le vernissage le 22septembre. Et depuis, il nous est impossible de le joindre, que ce soit par mail, par téléphone... Visiblement, il y a là un blocage incompréhensible». Et Jean-Yves Leven d'émettre quelques hypothèses comme celle de «craintes de la municipalité d'assister à cette occasion à une offensive de la part de ceux qui sont hostiles à l'égalité des droits. Une telle exposition est pourtant importante au moment où se déverse chaque jour un flot de haine homophobe de la part de ceux qui tentent de mettre en échec le combat de l'égalité des droits pour tous les couples (1)».



Déblocage?

Contacté peu après,
Marc Coatanéa niait tout blocage: «Je ne comprends pas ce qui se passe. Je n'ai pas trouvé le temps de rappeler Jean-Yves Leven mais je suis favorable à cette exposition. Les choses traînent et je ne sais pas pourquoi...». Quelques heures plus tard, le même Marc Coatanéa précisait que «tout était déjà réglé, mais on avait oublié de me prévenir! L'expo se tiendra du 26avril au12mai à la salle La Baraque, à la mairie de quartier de Bellevue!». Avis plus mitigé de la part de Jean-Yves Leven, qui s'étonne tout demême qu'il ait «suffi d'un coup defil du Télégramme pour que tout se débloque, avec cette proposition de dates que nous n'avions jamais évoquée... L'exposition sera présentée à Hennebont début 2013 et sans doute ensuite à Brest, mais ça n'explique pas pourquoi il a été impossible de joindre Marc Coatanéa ouson secrétariat pendant si longtemps... Ce n'est pas sérieux».

(1) Le collectif «Fier-es et Révolutionnaires» appelle, lui aussi, à participer à la manifestation de demain à 14h sur la place de la Liberté, en faveur dumariage pour tous.

 

Patrice Le Berre

 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 18:48

 

Les évènements autour du projet d’aérodrome de Notre Dame des Landes suscitent à juste titre un débat animé au sein des partis, des associations et plus largement de la population.

Les méthodes policières du gouvernement, la brutalité de l’intervention des « forces de l’ordre » sont très largement sinon unanimement condamnées. Dans ce domaine aussi le véhicule du changement est en panne sèche.

 

Sur le fond du problème par contre les avis sont partagés dans le parti et nombre de militants sont dans l’expectative. C’est normal car ce problème, pas plus que la politique énergétique en Bretagne n’a fait l’objet d’aucune réflexion, d’aucun débat impliquant l’ensemble des communistes de la Fédération du Finistère. Dès lors il n’est ni étonnant, ni dramatique que nous n’ayons pas tous la même opinion sur le sujet et il nous faut respecter les différents points de vue et surtout ceux qui les expriment.

 

Nous avons vocation à être un parti de gouvernement.

 

Dès lors notre position ne saurait être justifiée par un argument d’autorité s’appuyant sur le choix d’une direction ou des élus communistes dans les deux régions concernées…surtout quand ils sont justifiés par des trocs de financement d’infrastructures par les conseils régionaux.

 

Mais elle ne saurait non plus consister à la reprise pure et simple sans examen de positions prises par des partis, des élus, des associations, des citoyens aussi impliqués, déterminés et respectables soient ils.

 

Au vu de l’émotion qui se développe dans la population, de la complexité des problèmes et des conséquences, un passage en force n’est pas acceptable.

 

Les personnes, organisées ou non, qui se sont engagées dans le combat de Notre Dame des Landes ont bien évidemment leurs motivations et leurs priorités qu’il nous faut respecter. Mais il nous appartient, en tant que parti , d’essayer de prendre en compte l’ensemble de la problématique pour dégager des réponses justes et pertinentes

 

Sans que cela soit exhaustif

  • Le fonctionnement de l’aéroport actuel est-il satisfaisant pour les usagers, pour la population nantaise ? Y a-t-il des solutions sur place ?

 

  • Quelles sont les conséquences ( positives ou négatives ) du projet en terme écologique, économique, agricole, humain , …?

 

  • Dans le contexte actuel…et futur, le projet est-il utile, souhaitable, nécessaire, contradictoire, opposé à la mise en œuvre d’une politique qui mette l’humain au centre de tous les choix ?

 

  • Dans la société que nous voulons, y a-t-il une place pour des transports aériens en perpétuelle croissance ?

 

  • Si nous considérons que le droit de se déplacer est un droit fondamental est-il logique de confier à un groupe privé non seulement la construction mais aussi l’exploitation pendant 55 ans du nouvel aéroport ?

 

Au lieu de s’arc-bouter sur le respect de la décision prise (quand, par qui, avec quel éclairage, … ?) et de la chose jugée, c’est ce débat démocratique que le gouvernement et les collectivités devraient se sentir obligés d’ouvrir et de mener jusqu’à son terme. Ensuite une décision pourra être prise…. et acceptée par tous.

 

Mais cela ne nous exonère pas de notre responsabilité de mener aussi ce débat, sans tabou et sans œillères au sein de parti.

 

Nous sommes contre la délégation de pouvoir dans la société. Appliquons-nous à nous même ce principe.

 

Alain DAVID

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 08:16

  LGBT--collectif-Fiers-et-revolutionnaires-du-PCF.jpg

 

 

 

Pont L’Abbé le 20/11/2012

à

Objet : lettre ouverte

Monsieur Marc COATANEA

Adjoint au Maire

Chargé des Anciens Combattants

Hotel de Ville-29200- BREST

 

Monsieur l’Adjoint au Maire,

Cher Camarade Marc Coatanéa,

 

Le Collectif LGBT Fier-es et révolutionnaires du Parti Communiste Français a sollicité officiellement en février 2012, la municipalité de Brest pour un projet d’exposition.

 

Cette exposition exceptionnelle et rare, un seul exemplaire existe en France, traite de la déportation pour motif d’homosexualité (une « légende » avait dit le sinistre et négationniste ex-député UMP Vanneste). Cette exposition appartient à la très sérieuse association « les oubli é-es de la mémoire ».

 

Lors d’une audience début février de cette année vous m’avez fait part de votre accord de principe. Très officiellement le Collectif LGBT Fier-e-s et Révolutionnaires du PCF s’est donc adressé par courrier au Maire de Brest le 26 février 2012. Dans cette lettre nous soulignons l’intérêt pour la Ville de Brest de cette exposition et nous demandons, en cas de confirmation de votre accord de principe, la détermination d’un lieu et d’une date .

 

Pour cause d’élections, de réunions, de et de…etc. etc… la confirmation de l’accord de principe et la détermination d’un lieu et d’une date sont reportés à diverses reprises Nous tombons d’accord par téléphone durant l’été pour les dates du 17 au 28 septembre ; avec en point d’orgue le samedi 22 septembre pour le vernissage de l’exposition en présence du Président de l’association des « Oublié-e-s de la mémoire Jean-Luc SCHWAB. Par courrier du 3 août adressé au Maire de Brest nous confirmons notre demande pour les dates du 17 au 22 septembre.

 

Par deux mails successifs, de votre secrétariat et de vous-même (en date respectivement des 28 et 29 août) vous nous informez de votre indisponibilité pour la date de vernissage du samedi 22 septembre.

 

Après maints et maints coups de téléphone et mails aux divers secrétariats ad hoc, après maints et maints sms, messages sur votre répondeur et mails depuis la fin septembre rien-plus rien-impossible de vous joindre, impossible de joindre votre secrétariat.

 

Depuis lors tous nos mails, coups de téléphones etc… restent sans réponse.

 

Cela fait maintenant près d’un an que ce projet d’exposition a été soumis à la Ville de Brest . Le moins que l’on puisse dire est qu’il s’avère impossible de le mener à son terme, pour des raisons qui nous échappent.

 

Chaque jour dans la Presse, les médias, les réseaux sociaux, un flot de haine homophobe, lesbophobe et transphobe est déversé pour tenter de tenir en échec le combat de l’égalité des droits pour tous les couples. Cette exposition participe à l’action pour l’égalité.

 

Malgré l’accord de principe de l’Adjoint au Maire de Brest chargé des Anciens Combattants et malgré l’accord de principe du Secrétaire national du Parti Socialiste pour les questions de sociétés il s’avère impossible d’organiser à Brest l’exposition montrant que les nazis, avec la complicité de la police française, déportaient pour motif d’homosexualité .

 

La mémoire de Pierre SEEL déporté, qui a assisté à l’exécution de son amour dans la cour du camp de Schirmeck, nu un sceau sur la tête et dévoré par une meute de chiens bergers allemands affamés, la mémoire de Rudolf BRZAZDA et de tant d’autres ne sera pas honorée à Brest et c’est bien dommage.

 

La Ville de Brest, dans un moment fort, citoyen et mémoriel s’en serait retrouvée grandie.

 

Notre Collectif aujourd’hui jette l’éponge et prépare cette exposition dans une autre ville de Bretagne pour début 2013.

 

Recevez, cher Camarade Marc Coatanéa, l’expression de notre profonde amertume.

 

 

Pour le Collectif du PCF Fier-es et Révolutionnaires

 

Son animateur en Bretagne :

 

Jean Yves LEVEN.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 12:21

C'était hier la grande manifestation nationale (et même internationale) pour interrompre le projet d'aéroport à Notre-Dame des Landes et condamner la répression policière visant à expulser les habitants de la Zone d'Activité Différée, autrement appelée la ZAD, Zone à défendre.  40 000 manifestants sont venus soutenir les résistants à la construction de l'aéroport et à l'expulsion de cette partie du bocage nantais: ce fut un incontestable succès. L'opposition à ce projet défendu bec et ongle par Ayrault et Hollande grandit, cristallisant les mécontentements et les envies d'en découdre. Cela paraît même un peu irrationnel quoique compréhensible de voir comment le refus de l'aéroport mobilise bien plus efficacement certaines personnes qui partagent nos valeurs et nos préoccupations sociales et de remise en cause du capitalisme que le refus de l'austérité, du TSCG, aux conséquences pourtant bien plus importantes et dramatiques.

C'est sans doute que cela apparaît comme un combat gagnable, qui symbolise pour un certain nombre de gens, de jeunes notamment, mais pas seulement, le refus du système que perpétuent sans état d'âme les socialistes au pouvoir: délégation de pouvoir; puissance des multinationales; productivisme pour aller chercher la croissance à tout prix, sans se soucier de la terre, de l'avenir, et des inégalités; désir de passer à la postérité en betonnant; fascination pour la vitesse; désir de mise en concurrence généralisée des territoires et d'intégration toujours plus avancée dans la mondialisation capitaliste; indifférence à la petite agriculture, aux alternatives locales au système dominant de vie, de production, d'échanges, de consommation.    

En Bretagne, en Loire-Atlantique et en Vendée, la mobilisation populaire contre ce projet d'infrastructure de grande dimension coûteux pour le contribuable, l'environnement et le maintien des terres agricoles, est extrêmement importante, à la hauteur de la révolte suscitée chez beaucoup de simples citoyens par la mise au service d'un appareil répressif impressionnant pour déloger des militants écologistes, altermondialistes, libertaires et anti-capitalistes soutenus par des paysans et une partie de la population locale de toute opinion politique afin de faire échec au défrichage anticipé des terres par la Société Aéroports du Grand Ouest (Vinci).

 

A Morlaix, un car de 65 personnes et de nombreuses voitures particulières sont partis pour réoccuper le temps d'une journée la ZAD de Notre-Dame des Landes et dire non à l'Ayraultport. Parmi ces opposants à l'aéroport de Notre-Dame des Landes, il y a plusieurs sympathisants et militants du Front de Gauche qui, comme Jean-Luc Mélenchon, comme les directions nationales de toutes les organisations qui composent le Front de Gauche, sauf celle du Parti Communiste, considèrent que ce projet, symbole de logique capitalistes et productivistes à combattre, est inutile, nuisible, insensé, gaspilleur, pour reprendre l'argumentaire d'un tract contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes cosigné par la FASE, la Gauche anticapitaliste, le Parti de Gauche, les Alternatifs.

 

Un projet inutile car une modification de l'aéroport actuel de Nantes, très bien noté par l'aviation civile (classé catégorie A, ne demandant pas d'attention particulière) et loin de la saturation en vols (il ne fonctionnerait qu'au tiers de ses possibilités), est possible pour résoudre les problèmes tels que le survol permanent de la ville de Nantes. 

Dans le projet présenté par Vinci, les deux pistes du nouvel aéroport auraient la même longueur (2900 mètres) que celle, unique de l'aéroport actuel, ce qui ne permettrait pas à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes de revendiquer le statut de grand aéroport international.

L'aérogare prévu à Notre-Dame des Landes est conçu pour accueillir environ 4 millions de passagers par an, celui de l'aéroport Nantes-Atlantique peut en accueillir tout autant, et accueille réellement 3,3 millions de personnes en mouvement par an (décolage ou atterrisage), contre 17 millions/an par exemple à San Diego qui dispose d'une piste d'importance égale. 

Les arguments de Jean-Marc Ayrault et des défenseurs du projet (Auxiette, le Drian, les élus PS, UDB, PCF de Nantes) pour soutenir le transfert de l'aéroport sont, outre le soutien à la croissance économique de la région et le développement de l'emploi, la réduction des risques impliqués dans le passage à basse altitude d'avions au-dessus de l'agglomération nantaise et la réduction des nuisances sonores. 

Sur le site du Collectif Morlaix doit dire Non à Notre-Dame des-Landes (nddl.morlaix.overblog.com) on énumère quelques faits qui relativisent la portée de ces arguments.

Selon un groupe de pilotes opposé à Notre-Dame-des-Landes, il existe un système de guidage très perfectionné qui permettrait aux avions de ne pas survoler Nantes avant d'atterrir à Nantes Atlantique. Le coût de cet outillage, connu depuis longtemps et dont on aurait fait la proposition d'équiper l'aéroport de Nantes Atlantique, n'est que de 10 millions d'euros, 40 fois moins que le coût du nouvel aéroport et cependant, pour l'instant, on ne s'est pas donné les moyens d'en doter Nantes-Atlantique. Comment l'expliquer si on est tant attaché à la sécurité et à la réduction des nuisances sonores?

Par ailleurs, ces nuisances sonores sont, je le dis d'expérience, ayant habité deux ans à Nantes, très réduites au centre-ville de Nantes, plus fortes au sud de Nantes probablement, mais la collectivité a investi dans des aides à l'insonorisation des logements, comme le remarquait le week-end dernier une conseillère régionale Front de Gauche opposée à Notre-Dame-des-Landes sur le journal de 13h de France Inter

Alors que l'agglomération nantaise se développe dans toutes les directions, l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne se trouve qu'à quelques kilomètres au nord-ouest de Nantes, ce qui veut dire aussi que les problèmes de circulation routière autour et à l'entrée de Nantes, déjà considérables, seront amplifiés de ce côté. L'économie des communes de la périphérie sud de Nantes et celle de la Vendée pourrait également souffrir de ce transfert.

 

Il semble que les vraies motivations du transfert de l'aéroport, sans même évoquer la théorie du complot affirmant que les élus se sont mis au service de la multinationale Vinci (qui a reçu la concession de l'aéroport en juillet 2010), sont d'ordre économique et tendent à la volonté de métropolisation de Nantes pour en faire une capitale économique, débordant éventuellement sur Rennes grâce à l'aéroport et une ligne à grande vitesse Nantes-Rennes, une capitale économique insérée dans la mondialisation et jouant sa partition dans la mise en concurrence des territoires. Les milieux d'affaires de l'Ouest sont semble t-il majoritairement pour la construction de cet aéroport. Pourtant, avec les lignes TGV Paris-Brest, Paris-Quimper via Nantes et Rennes, et le réseau de voies rapides, on ne peut plus dire que la Bretagne est enclavée, et ces lignes TGV ont également été conçues pour relier rapidement aux aéroports parisiens de dimension internationale.

 

Une partie du problème est, me semble t-il, que les élus des Régions Pays de Loire et Bretagne se sont engagés dans des promesses de travaux et de partenariats publics-privés qui, à leur sens, vont apporter du boulot un certain temps, planifications de dépenses, maîtrises d'oeuvre et concessions qui rendent difficiles les reculades, d'autant que

les sociétés ont pu obtenir des contrats en échange d'autre chose (services à la population, etc...).

Il se pourrait aussi que la mairie de Nantes,et les promoteurs projettent de récupérer les terrains de l'aéroport de Nantes Atlantique pour construire de nouveaux logements dans une agglomération qui a déjà connu une croissance extrêmement forte ces 10 dernières années, avec des prix de l'immobilier atteignant des sommets.  

 

Est-il raisonnable de construire cet aéroport, même s'il générait un certain temps des centaines d'emplois nouveaux voire durablement un développement économique et urbain encore plus important de Nantes, avec ce que l'on sait de l'accentuation des déséquilibres entre des grandes villes intégrées dans l'économie capitaliste mondialisée et les campagnes, ce que l'on sait de l'ampleur de la diminution des terres agricoles (l'équivalent d'un département dévoré par la construction et l'urbanisation tous les 7 ans en ce moment), ce que l'on sait de l'érosion de la biodiversité dont les zones humides sont un conservatoire, ce que l'on sait surtout des actuelles et prochaines flambées du pétrole (lors du débat public sur l'aéroport de 2002, le baril de pétrole plafonnait à entre 30 et 40 dollars, il monte aujourd'hui à 125 dollars)  et de la gravité du réchauffement climatique accéléré dû à l'émission de gaz à effet de serre, dont les avions sont d'énormes consommateurs? A mon avis, non, évidemment.  

 

Le Grenelle de l'environnement en 2007 avait d'ailleurs établi l'objectif sage et minimum de ne pas augmenter la capacité aéroportuaire de la France: Notre-Dame-des-Landes serait le 146ème aéroport en France, quand l'Allemagne en dispose du tiers et le Royaume-Uni du quart. Est-ce que le modèle des vacances en voyage organisé à 150 ou 200 euros la semaine en Tunisie, au Maroc et en Turquie, que porte la croyance en une augmentation continue du nombre d'usagers des compagnies aériennes et des aéroports de province, est viable? Je ne le crois, car, indépendemment même du coût des voyages qui risque d'augmenter, même avec les compagnies low-costs sacrifiant la sécurité, le confort, les salaires et les droits sociaux des personnels, c'est un mode de voyage introduisant un rapport factice à l'exotisme qui contribue à saccager l'environnement, les relations sociales, et à introduire trop de dépendance vis à vis du tourisme dans les pays du sud. La civilisation du loisir, un grand progrès, d'ailleurs menacé par l'érosion du pouvoir d'achat due à la crise et la reconquête progressive de leur toute puissance sur les hommes par le patronat et la finance, doit se construire sur d'autres bases que celle de la consommation hédoniste privée de sens humain. 

Pour les communications internes à la France, il m'apparaît de loin préférable de développer le réseau ferroviaire et de le rendre moins onéreux pour qu'il soit vraiment accessible à tous comme devrait l'être un service public utile écologiquement, de réfléchir aussi au développement plus important du transport collectif routier, plutôt que de chercher toujours la plus grande vitesse et le raccourcissement des effets des distances pour les besoins du monde économique, en investissant à chaque fois des millions d'argent public du contribuable pour des bénéfices qui sont souvent récupérés essentiellement par une minorité aisée.  

 

"C'est un projet nuisible, dit pour résumer, le tract cité des organisations du Front de Gauche, et je m'accorde avec son argument, parce ce qu'il va bétonner plus de 2000 hectares de terres préservées et nourricières, à quelques kilomètres de Nantes. Les surfaces agricoles disparaissent à grande vitesse dans notre pays; les zones humides sont de précieuses réserves de biodiversité; le déclin à terme des vols de courte et moyenne distance est une conséquence du pic de production du pétrole et des impératifs de la lutte contre l'effet de serre. Un tel projet est inconcevable en pleine crise écologique".

  

C'est un projet "insensé, poursuit le texte avec des mots excessifs, parce que, au niveau de l'emploi, il ne ferait que déplacer des populations, augmentant le déséquilibre Nord Loire/ Sud Loire, et détruirait tout un réseau d'emplois liés à l'agriculture (au moins 600). Quant aux emplois liés à la construction, si tant est qu'ils puissent être locaux, ils seraient plus avantageusement créés en construisant des logements, des collèges ou autres structures de santé répondant à des besoins réels et urgents de la population."

  

C'est un projet "gaspilleur" disent ces opposants du Front de Gauche, car "en pleine période de restriction budgétaire et de mise en place de l'austérité institutionnelle par le vote inique du TSCG, le PS s'acharne à vouloir construire cet aéroport, qui ne servira qu'à engraisser le groupe Vinci...".  

En réalité, les investissements des collectivités locales (115 millions) et de l'Etat (130 millions), donc du contribuable, ne semblent pas si importants comparés à l'ampleur de l'infrastructure, le groupe Vinci prenant dans le plan de financement les 2/3 des travaux à sa charge, mais c'est aussi ce qui pose problème, car Vinci ne vient pas là pour rien. Il voudrait faire du fric avec cet aéroport et le fera grâce à l'argent investi par le citoyen. On connaît la chanson: socialisation des investissements et des pertes, privatisations des profits. Vinci nous la joue chaque jour sur les autoroutes que la multinationale a en concession. Par ailleurs, si les travaux coûtent plus cher que prévu, ce sera probablement encore la collectivité qui mettra la main à la poche? Et n'y avaient-il pas d'autres priorités pour l'Etat et les collectivités que cet investissement dans cette infrastructure non indispensable? Par exemple, rénover, moderniser, maintenir les hôpitaux, les écoles. Réaménager les prisons pour les rendre plus humaines. Développer le transport en commun de proximité. Construire des logements sociaux. Soutenir un vrai droit à la compensation de la perte d'autonomie et du handicap pour tous.  

 

Nous n'avons pas assez approfondi le débat (seulement amorcé) à la dernière AG du Front de Gauche Morlaix pour prendre une position commune et savoir s'il fallait le faire. C'est donc en mon nom personnel que je m'exprime.

 

Néanmoins, je sais qu'à l'intérieur du PCF, malgré la position des élus communistes de Nantes et de Loire-Atlantique (non unanime au Conseil Régional des pays de Loire apparemment) pour l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, plusieurs camarades sont également dubitatifs, sceptiques, voire franchement opposés à ce projet, sans pour autant dire que les arguments sont univoques, ni soupçonner la bonne foi et le souci de l'intérêt général de ceux qui sont pour. Sans non plus partager la fibre "anti-Etat" et "anti-infrastructure près de chez soi" ni les rapprochements un peu faciles avec le combat du Larzac et de Plogoff, rapprochements qui ne peuvent tenir lieu d'argument, de certains opposants au projet.

 

Il y a 15 jours, le Front de Gauche du Morbihan a pris position contre le projet avec des mots qui me paraissent justes, hormis les doutes sur le caractère démocratique de la décision de construire l'aéroport (je ne parle pas de la concession à Vinci), car les élus ont porté ce projet depuis longtemps dans leur programme, et ont été réélus confortablement (pas pour cette seule raison évidemment), Notre-Dame-des-Landes ne suscitant sans doute pas une opposition majoritaire ou farouche dans la région de Nantes. Voici la déclaration partiellement retranscrite par le Ouest-France le samedi 3 novembre:

 

" Le Front de Gauche du Morbihan "condamne sans réserve la brutalité exercée à l'encontre des opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Rien ne peut justifier cette urgence et cette brutalité, d'autant que des recours  suspensifs sont encore en cours d'instruction. Nous apportons notre soutien aux habitants expulsés et réaffirmons notre exigence d'un nouvel examen de ce projet inutile et imposé qui va contribuer à accentuer encore l'austérité pour la population".   

 

Les PCF du Morbihan, de Vendée et de Maine et Loire ont également pris position contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes tout comme très récemment la section PCF de Quimper-Fouesnant-Briec.

 

Je vous propose à ce titre d'aller voir leurs arguments sur leurs sites:

 

http://pcfvendee.elunet.fr/

 

http://pcf.quimpercornouaille.over-blog.org/article-notre-dame-des-landes-declaration-de-la-section-pcf-briec-fouesnant-quimper-112472025.html

 

 Voici aussi également d'autres accès aux arguments contre l'aéroport de Notre-Dame des Landes (communiqués par notre camarade du Front de Gauche Franck Simonnet) pour ceux qui veulent s'informer sur le sujet:
- l'argumentaire de l'ACIPA: http://acipa.free.fr/Savoir/savoir.htm
- l'étude réalisée par les élus opposés à l'aéroport: http://aeroportnddl.fr/articles.php?lng=fr&pg=422
- les émissions Là-bas si j'y suis consacrées au sujet: http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2590
http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2591

 

Ismaël Dupont.   

 

          

   

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 15:34

Affiche-26-sept-2012-Format-A4-coul-pour-mail.jpg

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 18:39
L'Association France Palestine Solidarité reçoit à Brest le 26 septembre Salah Hamouri.
Ce jeune homme, étudiant franco-palestinien, vient de passer sept longues années dans les prisons israéliennes, condamné par un tribunal militaire pour de supposées intentions hostiles à l'encontre d'un rabbin d'extrême-droite. AUCUNE preuve n'a jamais été produite, malgré tous les efforts des militaires israéliens.
Les associations de défense des droits des Palestiniens, le PCF et le journal l'Humanité n'ont cessé d'alerter sur cette injustice et de réclamer sa libération quand la plupart des médias ne s'intéressait qu'à Gilad Shalit, le soldat retenu prisonnier et otage par le Hamas dans la bande de Gaza.  
Salah-Hamouri.jpg
 
Enfin libéré en décembre dernier, Salah Hamouri, à l'invitation de l'AFPS, fait une tournée en France, afin de témoigner.
Il sera dans la salle des conférences de la mairie de Brest le mercredi 26 septembre pour une soirée d'une grande importance politique et humaine, débutant à 18h pour la projection de films, de la restauration et se poursuivant à 20h par une conférence. Il s'agit de droits humains et de droit international, valeurs que nous défendons ensemble.



Partager cet article
Repost0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 16:48

Le 1 er août 2012, le tribunal de commerce de Quimper a décidé d’autoriser la mise en

liquidation du « pôle frais » du Groupe volailler Doux, ainsi que le maintien de la période

d’observation jusqu’au 9 octobre pour les autres sociétés du Groupe.

Rien de justifie la liquidation du « pôle frais ».Celui-ci est fortement imbriqué dans les autres

activités. Il ne suffit pas d’affirmer qu’il n’est pas rentable, il faut le démontrer. Comment peut-on affirmer que le « pôle frais n’a pas d’avenir alors que la France importe 40% des volailles qu’elle consomme ? C’est aberrant.

Rien ne justifie que le Procureur de la République, représentant de l’intérêt général, n’ait pas

fait appel de la décision du tribunal de commerce du 1 er août décidant cette liquidation. Cet Appel suspensif, contrairement à celui des représentants du personnel, aurait gelé le saccage de l’outil de production et permis la recherche une solution de reprise globale.

L’urgence aujourd’hui c’est d’obtenir de repousser la date envisagée pour l’arrêt de l’activité

du « pôle frais » et laisser une chance à la filière avicole et à ses salariés, laisser une chance à unesolution industrielle de reprise globale.

 

Les communistes ne laisseront pas casser l’industrie agro-alimentaire bretonne. Ils seront présents massivement devant le tribunal de commerce de Quimper mercredi 5 septembre 2012 -13 heures avec les salariés de Doux, les éleveurs et la population concernés.

 

Signé:  

La section PCF du Pays de Morlaix –Daniel RAVASIO

La Section PCF du Pays Fouesnantais-Denise BLANCHE

La Section PCF du Pays bigouden-Robert Le CLOAREC

La Section PCF de Rosporden-Annick LERAT-LAZARO

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 06:17

Vous pouvez retrouver la dernière vidéo mise en ligne sur le site de la section de Douarnenez du Parti communiste français, concernant le passage du bateau "Estelle" du projet, Un bateau pour Gaza.

La vidéo sur le site : http://douarnenez.pcf.fr/27499
Le lien direct si certain-e-s souhaiteraient publier cette vidéo son blog ou site : http://www.dailymotion.com/video/xsyttk_un-bateau-pour-gaza-l-estelle-de-passage-a-douarnenez
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011