Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 06:16

 

13 avril 2012-Meeting de soutien au candidat du Front de Gauche-Jean-Luc MELENCHON.

Déjà des absents...

 

Eric Le BOUR, secrétaire départemental du PCF29 et Maire-Adjoint PCF de Rosporden voudrait se rendre utile et prône pour les municipales 2014 « l’union de la gauche avec le PS » (cf. ouest-france du 12 et 13 octobre 2013) alors que Piero RAINERO, ancien secrétaire du PCF29 et  Maire-Adjoint PCF de Quimper se réjouit de la candidature de B. POIGNANT pour un 4ème mandat à la Mairie (cf. Télégramme 12 octobre 2013).

 
Les deux quotidiens titrent en une  sur Gad et son  millier d’emplois supprimés. Eric Le BOUR peut-il nous dire comment il s’est rendu utile, ou comment il va se rendre utile aux travailleurs de GAD et à leurs familles avec l’aide du  Parti Socialiste. Depuis Juin 2012 nous assistons à la mise à sac de la filière agro-alimentaire en Bretagne. Qu’a fait le gouvernement PS-EELV pour empêcher la suppression de milliers d’emplois ?
 
Eric Le BOUR prône « l’union de la gauche avec le PS » aux municipales parce que son « cap » ce serait «  l’intérêt de la population ». Eric Le BOUR peut-il nous expliquer comment il va convaincre (ou contraindre ?)  les socialistes à respecter leurs éventuels engagements municipaux alors qu’ils s’exonèrent de leurs engagements nationaux  par leur soumission aux  instructions et directives de l’Union européenne ?
 
Enfin Eric Le BOUR « prône l’union de la gauche avec le PS » aux municipales parce que son « but » serait de « battre la droite et l’extrême droite ». Il faut une bonne dose d’insouciance pour faire une telle déclaration la veille du dimanche où à Brignoles le PCF appelle à voter UMP et les électeurs  ont le choix entre le FN et l’UMP. Voilà le résultat des mésalliances et de l’enfumage des Le BOUR et consorts.
 
Comme l’a déclaré avec justesse Marie-George BUFFET «Voilà  l’urgence d’une alternative claire à gauche, face au danger, l’heure est moins à l’appel au front républicain sans contenu qu’à une mobilisation sans précédent sur les contenus d’une politique de gauche redonnant sens et efficacité à la politique dans la vie quotidienne de nos compatriotes »
 
N’est-ce pas la raison d’être du Front de Gauche y compris dans les municipalités ?
 
N’est-ce pas la consigne claire de Pierre LAURENT, secrétaire national du PCF pour les élections municipales: « Cherchons partout à unir le Front de Gauche et au-delà construire les rassemblements les plus larges possibles » (cf. Rapport introductif de P. LAURENT-Conseil National du PCF des 25 et 26 mai 2013).
 
Nous appelons les communistes du Finistère à ne pas déroger à cette consigne, c’est l’avenir de Front de Gauche qui est en jeu. Avec le Front de Gauche  un espoir et une force alternative sont nés. Avec nos partenaires et tous les citoyens qui ne renoncent pas, il nous appartient de les faire vivre et grandir.
 
Les premiers signataires….
Yves ABRAMOVICZ, Morlaix, Section PCF du Pays de Morlaix, 
Anne-Marie ALAYSE, Brest, Section PCF du Pays de Brest, 
Annie BERGOT, Morlaix, Section PCF du Pays de Morlaix,
André BERNARD, Fouesnant, conseiller municipal à Fouesnant, Section PCF Briec/ Fouesnant/Quimper,
Jacqueline BRAIRE, Le Guilvinec, Section PCF du Pays Bigouden,
Manuel COLINAS, Fouesnant, Section PCF de Briec/Fouesnant/Quimper,
Ismaël DUPONT, Morlaix, membre du secrétariat de la Section PCF du Pays de Morlaix, co-président du Front de Gauche du Pays de Morlaix,
Jeanne HENRY, Audierne, secrétaire de la Section PCF du Cap Sizun,
Nicole LABELLE, Morlaix, Section PCF du Pays de Morlaix,
Annick LAZARO, Rosporden, Section PCF du Pays de Rosporden,
Etienne Le BELLEC, Le Guilvinec, membre du bureau de la Section PCF du Pays Bigouden, co-président du Front de Gauche du Pays Bigouden,
Cédric Le BERR, Brest, Section PCF du Pays de Brest,
Jean-Luc Le CALVEZ, Morlaix, Section PCF du Pays de Morlaix,
Claude Le MOGUEN, Quimper, secrétaire de la Section PCF Briec/Fouesnant/Quimper,
Martine Le NOZERTH, Plozévet, secrétaire de la Section PCF de Plozévet,
Jean-Yves LEVEN, Loctudy, secrétaire de la Section PCF du Pays Bigouden,
Michel MAHO, Pleyber-Christ, Section PCF du Pays de Morlaix,
Daniel MANY, Quimper, Section PCF de Briec/Fouesnant/Quimper,  
François OUVRARD, Logonna-Daoulas, section PCF du Pays de Brest,
Jean-Louis PASCAL, Concarneau, secrétaire de la Section PCF de Concarneau-Trégunc,
Hubert PODER, Quimper, Section PCF de Briec/Fouesnant/Quimper,
Marie-Claire PODER, Quimper, secrétaire de la Cellule Etienne PERCHEC du PCF, membre du comité exécutif de la Section PCF de Briec/Fouesnant/Quimper,
Erwan RIVOALAN, Brest, Section PCF du Pays de Brest,
Loïc ROUSSAIN, Gouesnac’h, Section PCF de Briec/Fouesnant/Quimper,
Marcel TILLY, Saint-Yvi, secrétaire de la Section PCF du Pays de Rosporden,
Jean-Claude VILLAME, Crozon, Section PCF de Crozon.
 

Les militant-e-s du PCF qui souhaitent se joindre à cet appel peuvent contacter « Les communistes finistériens pour le Front de Gauche » à l'adresse courriel suivante:

lescommunistes29.fdg@gmail.com

 

et en précisant :

-nom et prénom,

-commune de résidence,
-téléphone et courriel,
-section

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 06:46

Notre-Dame-des-Landes. Les opposants ont rendez-vous samedi à Nantes 

null

 

Le Comité nantais contre le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, Copain 44, le collectif de l'université de Nantes contre l'aéroport et plusieurs autres associations et organisations opposées au projet organisent, samedi à 14 h, une manifestation place de Bretagne, à Nantes. Un an après les premières tentatives d'expulsion et alors que l'incertitude plane toujours sur la tenue des premiers travaux.

Pour ces organisations, il s'agit de célébrer « le premier anniversaire » de la mobilisation « contre les expulsions de l'automne 2012 » et de « l'opération ratée de démolition de la ZAD, baptisée "César" ».

Toujours là !
Un an après les premières tentatives d'expulsion des opposants à l'aéroport de
Notre-Dame-des-Landes le 16 octobre 2012, 200 opposants sont toujours installés sur place,dans près de 50 cabanes ou fermes qu'ils squattent, déterminés à affronter un nouvel hiver.

"C'est nos tripes, ils nous passeront dessus pour faire cet aéroport-là", souligne Christian, un agriculteur d'une commune voisine. "Je ne pense pas qu'ils soient capables de nous expulser, il y a trop de solidarité partout en France, même hors des frontières", estime pour sa part Jérôme, "paysan" d'une trentaine d'années venu s'installer il y a deux ans. 

Plusieurs chicanes entravent toujours une des routes traversant la zone mais les activités, en ce début d'automne, sont plus bucoliques que guerrières....

Un an de retard pour les travaux

Les travaux préparatoires - transfert d'espèces protégées, défrichage, diagnostic archéologique - qui devaient initialement se dérouler au cours de l'automne 2012 et de l'hiver 2013, ont pris un an de retard.  "Les travaux, aujourd'hui, ce n'est pas d'actualité tant qu'on n'a pas eu les arrêtés loi sur l'eau ou espèces protégées", indique-t-on à la préfecture de Loire-Atlantique, qui se refuse à avancer une date.

"Si les porteurs du projet ne veulent pas reperdre une année dans la préparation des travaux, ils sont obligés de commencer le déplacement des espèces protégées dans le mois qui vient", au risque selon lui de rouvrir les hostilités, estime pour sa part Julien Durand, de
l'Acipa, la principale association d'opposants.

Une éventualité à laquelle ne veut pas croire le maire sans étiquette de la commune, Jean-Paul Naud, opposé lui aussi au projet: "J'imagine mal aujourd'hui l'État français recourir à la force juste avant les élections municipales". Mais pour Jacques Auxiette, président PS du conseil régional des Pays de la Loire et du Syndicat mixte aéroportuaire, "après le temps de la concertation, de l'amélioration du projet, on en est au temps des travaux. Cette question-là doit être réglée avant les élections municipales: ce dossier n'a que trop traîné".

 

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/morbihan/nantes-manifestation-samedi-des-opposants-au-projet-de-notre-dame-des-landes-15-10-2013-2268239.php

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 06:29

réunion publique agro guerlesquin 1

Xavier Compain au micro avec Olivier Le Bras, Patrick Le Goas (FO GAD), Corinne Nicole (CGT Tilly) et Ismaël Dupont au débat agro-alimentaire du PCF du pays de Morlaix à Guerlesquin en juin dernier...quand nous lancions un cri d'alarme qui n'a guère été entendu par les décideurs.     

 

 

Bretagne/Agroalimentaire : « Les réponses gouvernementales ne sont pas à la hauteur »

Doux, GAD, Tilly-Sabco, Marine Harvest… 900 emplois supprimés hier en Bretagne, plus de 5 000 menacés en 2013. Chaque jour l’horizon des salariés et producteurs liés au destin des groupes agroalimentaires s’assombrit d’avantage. Aux côtés de la Bretagne, aucune région n’est épargnée par le dépeçage de l’emploi. Au nom des seuls signaux du marché, les entreprises se livrent au cœur de la crise à la plus farouche concurrence, du coût du travail et des cours agricoles les plus bas !

Seuls les actionnaires s’engraissent alors que des milliers de salariés sont jetés à leur sort.

Les réponses gouvernementales issues de la rencontre interministérielle ne sont pas à la hauteur des mobilisations et exigences salariales quant au maintien de l’emploi et de l’outil de travail.

Les 15 millions d’euros annoncés par le premier ministre doivent cependant y être consacrés. Fondamentalement le pacte d’avenir pour la Bretagne doit rompre avec les logiques de la concurrence libre et non faussée.

Le PCF devant l’urgence demande un moratoire sur les plans de licenciements, une large concertation de tous les acteurs, la mobilisation de fonds notamment au travers de la banque publique d’investissement.

Il n’y a pas de fatalité aux politiques d’austérité et de chômage de masse.

Le PCF propose d’engager la bataille de la ré-industrialisation agroalimentaire.

Des politiques publiques agricoles et alimentaires qui, en France comme en Europe, garantissent notre souveraineté alimentaire, s’engagent en faveur d’une alimentation de qualité, saine et accessible à tous, soient assises sur des filières de productions relocalisées.L’avenir de l’agroalimentaire, d’une nouvelle ambition agricole passe par la juste rémunération des travailleurs, salariés et paysans.

Sans attendre, les communistes sont porteurs de propositions de loi en faveur de la répartition des marges entre producteurs, transformateurs et distributeurs.

Déterminée à conquérir des issues durables, une délégation du Parti communiste français sollicite un rendez-vous avec le Premier Ministre.

 

PCF Front de Gauche

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 18:59

  

Amplifier la mobilisation pour l’emploi, l’industrie, les territoires.

 

La situation dans les secteurs industriels de la Bretagne ne cesse de s’aggraver. C’est quasi quotidiennement

qu’une annonce de suppressions d’emplois vient se rajouter aux précédentes.

Pour autant, les pouvoirs publics peinent à trouver des solutions pour éviter le pire.

Depuis plus d’un an, les organisations syndicales, dont la Cgt, ne cessent d’alerter le gouvernement,le Président de la République, sur l’aggravation des filières qui sont supposées être les pans del’économie bretonne.

Le 10 juillet 2012, La Cgt s’est exprimée, devant le Medef de la région à Brest, sur la catastropheéconomique et sociale, prévisible à l’époque, réelle aujourd’hui.

Le 9 octobre, une manifestation était organisée à Rennes pour mobiliser les salariés sur les enjeux del’industrie.

La riposte s’organise dans les entreprises, telles que Psa, Alcatel, Doux, Marine harvest, Tilly, Gad,Boutet Nicolas, ...

Devant l’absence de réponse, les salariés sont de plus en plus exaspérés de ne voir rien venir endehors du licenciement.

La Cgt ne peut pas se satisfaire de la méthode du gouvernement qui consiste à toujours reporter les échéances en laissant à chaque fois des salariés en dehors des entreprises.

Chez Doux, 28 salariés sur les plus de 1 000 licenciés en 2012 ont retrouvé un emploi en CDI !!!!

Cette politique, qui consiste à attendre que les salariés soient licenciés pour que l’Etat les prennent en charge, est une aberration qui déresponsabilise les employeurs.

Les chefs d’entreprises sont à pointer du doigt dans la situation. La recherche du profit permanent, par l’aggravation des conditions de travail, la baisse du coût du travail, et la chasse à l’argent public, ne

peut conduire qu’à une impasse.

Leur attitude aujourd’hui, qui consiste à s’organiser à partir de la lutte des salariés est honteuse, car ils profitent bien des salariés en détresse pour exiger toujours plus d’allègement, tant sur les taxes que sur les cotisations sociales.

N’en ayant jamais assez, il est pour le moins surprenant que dans des sites qui sont maintenus, ils font appel à de la main d’oeuvre étrangère, comme chez Gad à Josselin, où 160 roumains travaillent actuellement. Pour les employeurs, la concurrence entre les salariés, est un moyen d’augmenter les profits. En témoignent également le niveau des salaires de nos voisins allemands.

La Bretagne n’est pas une zone franche, bien au contraire, elle a du potentiel à la condition que les intérêts qui priment dans les stratégies d’entreprises ne soient pas uniquement l’argent.

Il est une évidence, les salariés et les entrepreneurs, éleveurs, agriculteurs,… ne sont pas dans le même bateau, même s'il y a beaucoup d’inégalités chez les employeurs. Les plus gros ont aussi de l’appétit pour leurs congénères plus petits.

 

Les grandes surfaces, les dirigeants des grands groupes, n’ont rien à faire dans une lutte pour le maintien de l’emploi, puisque ce sont eux qui décident de licencier. La Cgt va poursuivre son action pour faire valoir ses propositions, dans les filières et les entreprises.

Ces propositions visent à redonner du sens aux activités économiques pour répondre aux besoins des

populations de manière durable.

La mobilisation doit se poursuivre, avec une implication plus importante des salariés, celles et ceux qui sont dans la tourmente, et plus largement celles et ceux qui constituent le monde du travail.

La Cgt va proposer, aux organisations syndicales, aux salariés, retraités, demandeurs d’emploi, des temps forts de mobilisation sur la région dans la période qui s’ouvre pour que l’emploi soit au coeur des luttes à venir et pour que la Bretagne, reste sur l’ensemble de son territoire, une terre où chacun peut vivre et travailler avec une industrie diversifiée, tournée vers l’avenir, mais ancrée sur ses savoirs faires et ses compétences.

 

Le Secrétaire du Comité Régional



Thierry Gourlay

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 18:55

" Lors de la réunion qu'elle même avait tenue à Carhaix le 14 juin 2013, l'Alliance Front de Gauche du Pays de Châteauneuf et du Poher s'était résolument opposée au démantèlement de l'agro-alimentaire dans le Finistère,
et avait souligné que d'autres voies étaient possibles pour préserver les emplois autour d'une agriculture bretonne indispensable à notre territoire, préserver la souveraineté alimentaire tout en améliorant les conditions de travail des salariés, réorienter si nécessaire l'activité de manière à répondre aux besoins sociaux en matière de santé publique, de qualité de l'alimentation, de préservation de l'environnement.
L'Alliance Front de Gauche exprime donc son plein soutien à l'initiative du Maire de Carhaix de créer un Comité de soutien pour le maintien de l'emploi à Marine Harvest et dans le Poher. Elle appelle la population dans son ensemble à rejoindre cette initiative, et à prendre part à la réunion publique organisée ce vendredi 18 octobre à 18 heures à l'espace Glenmor de Carhaix. "

 

bandeau Front De Gauche



Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:13

 

AGRICULTURE

 

   

GROUPE DES ÉLUS COMMUNISTES

 

Le feu en Bretagne? Mais pour quelle politique?

 

Réflexion de Gérard Lahellec sur la situation de l'agroalimentaire en Bretagne

15 octobre 2013

 

Ecotaxe : réadapter le dispositif et clarifier l'affectation de ses ressources

 

En 2009, sous le gouvernement Sarkozy-Fillon, la loi Borloo instaurait l'écotaxe. Il y eut certes quelques agitations, mais des promesses furent faites et on se contenta de peu; on se contenta d'une exonération de la RN164 et d'une baisse de 40% du taux appliqué en infrarégional. En réalité, tel le régulateur à boules de la machine à vapeur qui fut inventé pour éviter l'explosion, le monde économique accepta! Point de toxin, ni de sirènes à incendie à l'époque! Point de banderoles, ni autres autocollants à une époque pas si lointaine pourtant!

Vint le moment de la mise en oeuvre du dispositif «écotaxe» sous le gouvernement de gauche. L'exécutif du Conseil régional se mobilisa, interpella le ministre et les parlementaires bretons et ne ménagea pas ses efforts pour obtenir une prise en compte de la spécificité bretonne. Une des propositions de la Région fut de faire passer le taux de réduction de 40% concédé sous la droite à 50%! Sur cette proposition, l'exécutif régional s'est trouvé seul, peu soutenu par certains acteurs patronaux qui craignaient qu'une telle disposition remette en cause la loi et ses grands équilibres! Contre toute attente, le dispositif fut finalement retenu et nous valut tout de même, il y a peu de temps, l'expression d'une reconnaissance pour le bon travail qui avait été fait. Rappelons aussi, que c'est sur la base d'un travail important de conviction que nous avons arraché l'exonération de l'écotaxe pour la collecte de lait et quelques autres mesures encore.

Mais fondamentalement, c'est vrai, ceci ne modifie pas le sens d'une loi dont le grand défaut est de taxer le secteur de production, que le transport ait été ou non, soumis lui même à l'écotaxe. Autrement dit, tous les chargeurs pourront payer même lorsque le transporteur ne paie pas de taxe à l'État.

C'est insuffisant et insatisfaisant? Sûrement. Le dispositif envisagé est pénalisant et alors de deux choses l'une : soit on le retire, soit on l'aménage. Le Conseil régional n'ayant pas pour vocation de se substituer aux débats parlementaires, il ne lui appartient pas de statuer sur le maintien ou non d'un dispositif adopté par le Parlement. Mais des dispositions immédiates doivent être prises notamment pour exonérer de cette taxe en pré et en post acheminement les camions que l'on met sur les trains ou les navires. Il faut aussi clarifier la manière dont seront affectées les ressources de l'État pour financer les grandes infrastructures régionales (routes, ferroviaires, portuaires). Il faut enfin, à minima, clarifier le dispositif et le rendre totalement transparent.

Mais aujourd'hui, les portiques sont devenus l'exutoire autour duquel se

rassemblent tous les mécontentements de manière totalement indifférenciée. Malheureusement, ce ne sont pas les portiques qui sont responsables de la crise dramatique que traversent nos filières de l'agro-alimentaire.

 

 

Crise dans l'agroalimentaire : nécessité de réorganiser les filières en posant le principe du « juste prix »

Bref, ce qui arrive à GAD illustre le déclin de la filière. Ce dont la filière a besoin, c'est d'une stratégie de long terme avec des prix rémunérateurs pour les producteurs. Certes, depuis 2004, les groupements de producteurs ont opéré des rapprochements ; mais, du côté de l'abattage-découpe, la surcapacité industrielle s'est accrue et désormais le dumping social orchestré par l'Allemagne attire les industriels de l'agroalimentaire français et met en péril la filière porcine française dans son ensemble. Après certains pays du nord de l'Europe qui ont fait le choix de concentrer leur activité industrielle par l'acquisition d'abattoirs allemands, ce sont désormais plusieurs centaines de camions qui quittent chaque jour notre pays pour emmener les porcs se faire découper outre-Rhin.

Dans cet emballement de la concurrence mondialisée, on s'achemine vers une concentration inédite des unités de production agroalimentaires. Sur les 180 abattoirs environ que compte la France, seulement 10 d'entre eux produisent plus d'un million de tonnes par an. L'Allemagne, le Danemark et l'Espagne qui sont les plus grands producteurs d'Europe ont déjà affaibli toute la filière française en raison de leurs abattoirs géants. Il est donc clair que dans un marché de plus en plus ultralibéralisé, symbole d'une mondialisation où la concurrence est terrible, le modèle productif breton paraît bien petit tandis que dans les zones de France, plus montagneuses et à plus faible densité, tel que le Massif Central par exemple, la production a aussi chuté d'un quart en dix ans.

A cette situation s'ajoute le fait qu'en France, les législations ont renforcé les pouvoirs de la grande distribution qui, en développant la compétitivité de ses propres abattoirs, met aussi la pression sur les prix des produits qu'elle achète. Ainsi, il y a eu la LME, loi dite de «modernisation de l'économie», qui a renforcé le plein pouvoir des centrales d'achats. Ce fut également une oeuvre du gouvernement Sarkozy Fillon, mise en application nous disait on, pour réduire les prix et donc pour améliorer la situation des consommateurs. Curieusement, le pouvoir d'achat des consommateurs ne s'est pas amélioré, mais instantanément la situation de l'économie bretonne s'est dégradée, au point d'obliger nos entreprises de production de l'agroalimentaire de la pointe bretonne à livrer 27 fois par semaine les centrales d'achat de la grande distribution, là où elles ne les livraient que 9 fois par semaine auparavant.

Le gâchis économique qui en résulte est supporté par le secteur de la production et, curieusement, on n'en parle plus aujourd'hui. On n'en parle plus aujourd'hui, comme on n'en a pas parlé quand la mesure se mettait en place. Pourtant, cette disposition est néfaste pour notre économie et aberrante du point de vue écologique, puisque contraire à l'optimisation et à la mutualisation des transports. Quand la LME fut mise en place, le feu fut allumé mais la substance ultra libérale de celle-ci allait bien à certains de ceux qui s'agitent aujourd'hui. On observera d'ailleurs que de cela, ils ne parlent plus; c'est tout simplement parce qu'ils l'ont acceptée!

Ce dont nous avons besoin, c'est d'un nouveau modèle socio-économique pour développer une économie de production, rémunératrice du travail, créatrice d'emplois et aménageuse des territoires.

Cela passe par une ambition publique nouvelle pour favoriser une nouvelle organisation des filières de production en posant d'emblée «le juste prix» de la rémunération des producteurs et des salariés, les ambitions de développement pour les territoires et l'exemplarité sociale.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:05

Extraction de sable en baie de Lannion. Les hôteliers écrivent à Montebourg

Dans un courrier adressé à Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif (1), le Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs, le Synhorcat, s'oppose au projet d'extraction de sable coquillier en baie de Lannion (2). Il demande à être associé aux réflexions du gouvernement.

"Notre organisation professionnelle souhaite attirer votre attention sur la situation alarmante dans laquelle risquent de se trouver nos adhérents de la baie de Lannion, de Perros-Guirec à Morlaix, en raison d'un projet d'exploitation minière", écrit Didier Chenet, président du syndicat.

"Une véritable menace pour notre secteur"
"Sur cette côte, le tourisme constitue, en effet, une ressource essentielle. Il fait vivre des milliers d'entreprises, dont une grande partie d'hôtels, cafés, bars et restaurants employant des milliers de salariés et encore plus lors de la saison touristique. Aussi, le projet d’
extraction de sable coquiller à proximité de cette côte constitue-t-il une véritable menace pour notre secteur. Il aurait inévitablement un impact environnemental catastrophique sur le littoral, sa faune, sa flore et, par voie de conséquence, sur l'attrait touristique de notre baie, son économie. Et pour cause, de nombreux touristes viennent à ce jour, de tous horizons, jouir d’une rare nature encore préservée (deux zones Natura 2000, des ZNIEFF) en raison des activités liées à la mer (pêche, plaisance, plongée, promenades…) ou au caractère sauvage des lieux (réserve naturelle des Sept-Îles)".

"Nos professionnels sur place s'appliquent chaque jour à défendre cette nature essentielle à leur activité, cette nature qui, dans le passé, a dû faire face au naufrage de l’Amoco Cadiz et qui, aujourd'hui, lutte contre la pollution liée aux algues vertes. Ils se battent pour promouvoir leur région, lui donner les moyens d'exister".

"Un plan social de grande ampleur" redouté
"Ces professionnels sont inquiets de ce projet, ils redoutent une baisse de leur activité qui, elle-même, entraînerait à très brève échéance une importante perte d’emplois, un plan social de grande ampleur ! Nous avons appris qu’une réunion des parties prenantes était prévue à la mi-octobre et apprécierions d’y participer pour exprimer notre position et y défendre la sauvegarde de nos adhérents".

 

1. Avec copie à Sylvia Pinel, ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme.
2. Projet porté par la Compagnie armoricaine de navigation (groupe Roullier).

 

Tous les articles du Télégramme sur le projet d'extraction de sable

 

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/cotesarmor/extraction-de-sable-en-baie-de-lannion-les-hoteliers-ecrivent-a-montebourg-15-10-2013-2269255.php

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 06:47

Communiqué de la Gauche Anticapitaliste 29, membre du Front de Gauche 29.

 

Suppression d'emplois à la pelle en Bretagne.

 Plusieurs centaines de salariéEs de l'agroalimentaire ont occupé ce matin l'aéroport de Brest avant d'entamer une opération escargot sur la nationale 12. Des milliers d'emplois ont été supprimés ces derniers mois : 1000 chez Doux, 900 chez Gad, notamment, avec la fermeture la semaine dernière de l'abattoir à Lampaul-Guimiliau dans le Finistère. 400 emplois sont menacés -CDI et intérimaires - chez Marine-Harvest, groupe norvégien qui a réalisé un bénéfice de plus de 120 millions d'euros en 2012.

Malgré ce résultat, la direction veut délocaliser les activités en Pologne pour augmenter les profits redistribués aux actionnaires. L'entreprise Tilly-Sabco menace , elle aussi, de réduire son personnel.

A chaque fois ce sont des salariéEs qui sont jetés à la rue, des familles sans solution d'avenir.

Le patronat est responsable de cette « hécatombe d'emplois » pour reprendre les termes d'une syndicaliste.

Il fait payer aux salariéEs tantôt une crise dont ils ne sont pas responsables, tantôt la recherche d'un profit maximum.

Les promesses du gouvernement de venir en aide à la filière agro-alimentaire et aux salariéEs licenciéEs sont pour l'instant restées lettre morte.

Alors que les licenciements chez Doux remontent maintenant à plusieurs mois, seuls 50 salariés sur 1000 ont obtenu un reclassement. Selon les syndicats, 8000 emplois sont menacés au total en comptant les emplois indirects.

Aussi, la seule solution pour ne pas mourir à petit feu c'est la mobilisation unitaire des salariéEs de tous les sites concernés. C'est pourquoi, la Gauche anticapitaliste, membre du Front de gauche, soutient la mobilisations en cours, et celles à venir, des salariéEs de l'agroalimentaire pour la défense de leur emploi.

Stop aux licenciements, aucun salariéE à Pôle emploi, maintien de l'intégralité de leurs droits sociaux.

 

Le 14 octobre 2013.

 

gauche-anticapitaliste.jpg

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 12:03
Brest. Manifestation des salariés de l’agroalimentaire, ce lundi, à l’aéroport
Économie dimanche 13 octobre 2013
Nadine Hourmant, samedi, lors de la manifestation contre les portiques ecotaxe, à Pont-de-Buis.

Nadine Hourmant, samedi, lors de la manifestation contre les portiques ecotaxe, à Pont-de-Buis. Ouest-France

Les syndicats CGT et FO agroalimentaire de chez Doux, de Gad et d’autres entreprises appellent à un rassemblement tôt, ce lundi matin, à l’aéroport de Brest (Finistère).

« Tous les salaries sont concernés, soutient Nadine Hourmant. On est tous dans le même bateau. » La syndicaliste fustige le discours du gouvernement après la chute de Gad, vendredi. « 87 personnes sur les 1 000 personnes licenciées chez Doux ont trouvé un emploi. Que le gouvernement arrête de nous dire n’importe quoi. Nous voulons du travail. Ils ont trouvé de l’argent pour les banques quand il fallait ! Et ils n’en trouvent pas pour l’agroalimentaire ? Nous n’avons aucune envie d’aller à Pôle emploi. Même si nos emplois sont difficiles, nous y tenons. Le boulot des élus politiques est bien d’accompagner, que l’argent aille pour moderniser l’outil et former les salariés. Et que nous puissions contrôler le parcours de cet argent. »

« Derrière Pôle emploi, le RSA »

Nadine Hourmant ajoute : « Derrière Pôle emploi, c’est le RSA… Je sais la détresse. Que les gens soient conscients de ce qui se passe. Il faut privilégier l’être humain. Qu’on arrête de nous jeter comme des mouchoirs. Et la ministre Marylise Lebranchu qui réagit le dernier jour pour Gad ! On ne peut pas digérer cela. »

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Brest.-Manifestation-des-salaries-de-l-agroalimentaire-ce-lundi-a-l-aeroport_40820-2238588_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 06:34

Alcatel-Lucent : « une catastrophe sociale et industrielle »

 

Même s'ils le pressentaient, les salariés d'Alcatel-Lucent ont subi un choc brutal avec l'annonce de 10 000 suppressions d'emplois dans le monde et plus de 900 en France. Cette saignée de l'emploi industriel dans l'équipementier franco-américain s'ajoute aux 5000 postes déjà supprimés en 2013.

C'est une catastrophe sociale et industrielle pour les salariés et les familles des sites de Toulouse et de Rennes qui vont fermer. D'autres sites sont menacés comme celui d'Orvault, en Loire-Atlantique. Pour économiser 1 milliard d'euros, le PDG de la multinationale a donc annoncé un plan de bataille pour réduire les coûts fixes, ce qui dans la bouche d'un capitaliste veut dire licenciements, fermetures d'entreprises.

Au nom de la rentabilité, la mâchoire des actionnaires d'Alcatel-Lucent va se refermer et broyer la vie des salariés qui ont travaillé, mis leurs savoirs et leurs compétences au service d'une firme technologique française, à forte valeur ajoutée. Pour preuve, l'action de la multinationale a réagi à la hausse immédiatement suite à l'annonce du dépeçage industriel des vautours financiers.

Le PCF apporte sa totale solidarité aux actions des salariés d'Alcatel-Lucent et de leurs organisations syndicales. Ce n'est pas au coût du travail qu'il faut s'attaquer mais au coût du capital, aux profits des actionnaires.

 

Eric Corbeaux, responsable aux luttes au PCF

 

PCF Front de Gauche

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011