Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 09:14
Igor Zamichei, Xavier Compain et Philippe Jumeau

Igor Zamichei, Xavier Compain et Philippe Jumeau

Igor Zamichei et Philippe Jumeau, secrétaire de section de Lanester

Igor Zamichei et Philippe Jumeau, secrétaire de section de Lanester

Lanester, 25 février: 60 communistes bretons réunis pour analyser et comparer les Programmes présidentiels et législatifs des formations politiques
Lanester, 25 février: 60 communistes bretons réunis pour analyser et comparer les Programmes présidentiels et législatifs des formations politiques
Lanester, 25 février: 60 communistes bretons réunis pour analyser et comparer les Programmes présidentiels et législatifs des formations politiques

ça cogitait dur samedi à Lanester pour la journée régionale du PCF "Programmes 2017" avec à l'animation Igor Zamichei, secrétaire départemental de Paris, membre de l'exécutif national du PCF en charge du Projet, Xavier Compain, porte-parole régional du PCF, responsable national du secteur agriculture-pêche du Parti Communiste, et Philippe Jumeau, membre du secrétariat régional du PCF et secrétaire de section, à l'initiative de cette belle et nécessaire journée de réflexion. 

Partager cet article

Repost0
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 08:13

« En difficultés financières», une productrice de lait bretonne se donne la mort

Laurence Mauriaucourt
Vendredi, 24 Février, 2017
L'Humanite
Manifestation à Poitiers en 2013 organisée par l'Association des producteurs de lait indépendants (Apli) qui a rassemblé 400 productrices de lait venues faire part du malaise de la profession. Photo : AFP
Manifestation à Poitiers en 2013 organisée par l'Association des producteurs de lait indépendants (Apli) qui a rassemblé 400 productrices de lait venues faire part du malaise de la profession.

Une productrice de lait qui ne parvenait pas à surmonter les conséquences financières de la crise du lait, a été trouvée pendue dans sa salle de traite de sa ferme en Bretagne, selon la gendarmerie. 

"Une femme de 47 ans, mère de deux enfants, qui produisait du lait avec son mari et un associé dans un GAEC (Groupement agricole d'exploitation en commun, ndlr), à Plumieux (Côtes-d'Armor), a été retrouvée par ce dernier pendue à une poutre jeudi à 7h", a indiqué à l'AFP la gendarmerie des Côtes-d'Armor.

"En difficultés financières, elle a laissé un message disant qu'elle était désolée mais qu'elle ne supportait plus la situation", a précisé l'officier de permanence.

"Selon son mari, elle était fatiguée de devoir travailler beaucoup et de ne réussir simplement qu'à payer les factures", a-t-il ajouté.

Selon des chiffres de l'Insee publiés en décembre, le revenu moyen d'un chef d'exploitation agricole a diminué de 26,1% en 2016 par rapport à 2015. Les filières les plus touchées sont la production de céréales et celle de lait, qui a subi de plein fouet la concurrence européenne après l'abandon des quotas laitiers européens en 2015.

Les conditions de vie et de travail des paysans ne cessent de se dégrader. Les conséquences sont rudes : nombre de suicide multiplié par trois en 2016 et explosion des demandes de prime d’activité (dispositif qui a remplacé le RSA).

Ce nouveau suicide intervient tandis que le Salon de l’Agriculture s’ouvre à Paris. Les candidats à l’élection présidentielle ne manqueront pas de le visiter. Leurs projets en matière de production agricole et de revenus pour les paysans sont attendus. 

Partager cet article

Repost0
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 07:05
Igor Zamichei, un des responsables au projet du PCF, secrétaire de la fédération de Paris

Igor Zamichei, un des responsables au projet du PCF, secrétaire de la fédération de Paris

 
Samedi 25 février, de 10 h 00 à 17 h 00, aura lieu une journée d’étude du PCF Bretagne coordonnée par Philippe Jumeau, membre du secrétariat régional et secrétaire de section de Lanester, consacrée aux différents programmes des candidat-es à la présidentielle, en présence notamment d’Igor Zamichiei membre du CN en charge de ces questions, secrétaire de la fédération du Parti Communiste de Paris.
Xavier Compain précisera notre programme en matière agricole et l'intérêt des propositions de lois portées par nos parlementaires. 
Cette journée se déroulera dans la salle de la maison des associations de Lanester, 1 place Penvern. 
 
Réservations à prévoir pour le repas: dupont.ismael@yahoo.fr
Pour les adhérents Finistériens. 
 

Partager cet article

Repost0
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 06:06
Repas républicain du Pays Bigouden et du PCF dans la 7e circonscription le samedi 25 mars au Guilvinec: hommage à Croizat et à la Sécurité Sociale

 

REPAS REPUBLICAIN

Dans le cadre de la préparation des élections législatives, le collectif de campagne de la 7ème circonscription, organise un repas fraternel et républicain

samedi 25 février 2017 à partir de 12 h.

au Château de Kergoz au Guilvinec.

Cette initiative politique s'inscrit dans le cadre de la défense de la sécurité sociale, en rendant hommage à Ambroise Croizat son fondateur.

En présence de Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF du Finistère. 

Inscription auprès du trésorier de la Section Etienne Le Bellec (02 98 11 27 38) ou auprès d'un militant de votre connaissance qui transmettra.

MENU

Apéritif

Saumon mariné, pommes vertes et céleri

Confit de canard, échalotes et noisettes

Gratin dauphinois

Fromage et mesclun

Tarte Tatin

Café

Bordeaux blanc - Bordeaux rouge

Prix du repas est fixé à 25 euros

Repas républicain du Pays Bigouden et du PCF dans la 7e circonscription le samedi 25 mars au Guilvinec: hommage à Croizat et à la Sécurité Sociale

Partager cet article

Repost0
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 07:35

 

Publié le 23 Février 2017

égislatives. Benoît Dumont, secrétaire de l'Union Locale CGT, candidat de rassemblement de la gauche dans la circonscription de Lannion

Article du Télégramme: 

Benoît Dumont sera candidat aux élections législatives dans la circonscription de Lannion. Vingt-trois personnes, militants du Parti communiste et d'Ensemble, syndicalistes et représentants de mouvements associatifs, ont signé un appel à soutenir la candidature de celui qui est secrétaire de l'Union locale CGT. « Il incarne notre volonté de donner la priorité à " l'Humain d'abord " et de rassembler sur son nom jusqu'à devenir majoritaires, toutes les forces, de la gauche alternative, écologiques, syndicales et associatives qui refusent l'austérité », soulignent les signataires, qui appellent, dans le même temps, à soutenir Jean-Luc Mélenchon à l'élection présidentielle. « Les bas salaires, la pauvreté, le chômage et la précarité d'un côté, les actionnaires pour qui les dividendes s'envolent avec le soutien des gouvernements successifs de l'autre, c'est ça qui abîme la France et notre région », dénoncent-ils. « Par ailleurs, la droite et l'extrême droite préparent l'aggravation des reculs sociaux et la destruction des solidarités, s'attaquant ainsi à toutes les valeurs progressistes déjà mises à mal par la politique de Hollande-Valls et Macron. Il n'y a qu'un chemin pour sortir de l'impasse, c'est celui du progrès social, du partage des richesses, de la solidarité, celui de la mobilisation sociale unitaire de tous ceux qui subissent ces politiques ».
 

Article de L'Humanité Lannionnaise avec le texte de l'appel: 

Des syndicalistes connus de la CGT, de la FSU et de Sud, des membres du PCF et d'Ensemble appellent à soutenir une candidature de Benoit Dumont, secrétaire de l'UL CGT de Lannion et connu par ailleurs pour sont engagement dans le soutien à la candidature de JL Mélenchon et membre de la France Insoumise!

L'Humanité Lannionnaise appuie naturellement cette candidature!

 

Elections Présidentielle et Législatives 2017
Pourquoi nous soutenons la candidature de Jean-Luc
Mélenchon à l’élection Présidentielle et celle de Benoît DUMONT
à l’élection législative de la 5eme circonscription des Côtes d'Armor

 

Citoyens du Trégor, nous voulons, comme beaucoup d’entre vous, le progrès social, écologique et démocratique.
Les bas salaires, la pauvreté, le chômage et la précarité d’un côté, les
actionnaires pour qui les dividendes s’envolent avec le soutien des gouvernements successifs de l’autre, c’est ça qui abîme la France et notre région. Par ailleurs, la droite et l’extrême droite préparent l’aggravation des reculs sociaux et la destruction des solidarités, s’attaquant ainsi à toutes les valeurs progressistes déjà
mises à mal par la politique de Hollande-Valls et Macron.
Il n’y a qu’un chemin pour sortir de l’impasse, c’est celui du progrès social, du partage des richesses, de la solidarité, celui de la mobilisation sociale unitaire de tous ceux qui subissent ces politiques.
C’est dans cet esprit, avec la volonté de réussir un large rassemblement populaire majoritaire victorieux, que nous appelons à voter Jean-Luc Mélenchon dont le programme est celui qui traduit le mieux nos aspirations.
Mais tout ne sera pas joué le soir de l’élection Présidentielle.
Ce sont les élections législatives qui détermineront la majorité parlementaire et les politiques qui seront menées.
C’est pourquoi sur notre circonscription, dans le même esprit que pour l’élection présidentielle, nous soutenons la candidature de Benoît DUMONT militant syndical, intègre, reconnu, et apprécié : il est au coeur des luttes syndicales, sociales et sociétales, au coeur des batailles pour l’emploi, il combat le chômage et oeuvre activement pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des
salariés et de la population du Trégor. Il incarne notre volonté de donner la priorité à & «& l’Humain d’abord » et de
rassembler sur son nom jusqu'à devenir majoritaires, toutes les forces, de la gauche alternative, écologiques, syndicales et associatives qui refusent l’austérité.

Michel BLIN (syndicaliste et ENSEMBLE), Philippe CRIGNON (syndicaliste),
Christian CROCHEMORE (syndicaliste), Gérard DEJARDIN (syndicaliste), Daniel DUGUET
(PCF), Pascal FRANCHET (syndicaliste et ENSEMBLE), Odile GAILLARD (syndicaliste),
Roland GEFFROY (Maire honoraire), Christine HERVIO (PCF), Thomas HILLION (président
d’association d’anciens combattants et résistants), Jean Claude JORAND (militant associatif),
Hervé LE BARS (syndicaliste), Jean Pierre LECOQ (syndicaliste), Michel LE GAC (militant syndical et associatif), Pierre-Yves LE JEUNE (militant associatif),
Françoise LE LOARER (syndicaliste), Jean LE MAGOAROU (PCF), Jean Pierre MARTZOLF
(syndicaliste et ENSEMBLE), (René MAINGUY (PCF), Christian MEHEUST (syndicaliste),
Jean YVRANDE (militant d’une association de solidarité).

Partager cet article

Repost0
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 07:10
Conserverie à Quimperlé et Quéven: les ex-Minerve continuent le combat (Ouest-France, 22 février 2017)

Vincent THAËRON.

Ils ne lâcheront rien et iront jusqu’au bout du bout. Les ex-salariés de la conserverie Minerve, à Quimperlé et Quéven près de Lorient, ont décidé de continuer le combat, jusqu’au Conseil d’État. Pour obtenir réparation et laver leur honneur.

« On continue le combat. On va aller jusqu’au Conseil d’État. On sait que ce sera long et usant, un an sans doute. Ils veulent nous user, nous blaser, nous écœurer. Mais on a déjà tout perdu. Alors, aujourd’hui, on n’a plus rien à perdre. »

Il est à peine 15 h, samedi, au Mille-Club, à Kerjouanneau. En pénétrant par les larges vitres, le soleil commence doucement à chauffer la salle, mise gracieusement à disposition par la municipalité.

« Colère et amertume »

Dans la salle, une trentaine d’ex-salariés de Minerve de Quéven et Quimperlé. Ils se sont réunis pour faire le point, après la décision de la semaine dernière : la Cour d’appel du Tribunal administratif de Nantes les a déboutés, tout comme le Tribunal administratif de Rennes, auparavant.

Il leur restait donc deux possibilités : stop ou encore. « Ou on arrête tout, ou on va en Conseil d’État. » Tous ont voté à main levée, sans hésiter, pour la deuxième option. « Si nous avions gagné à Nantes, ce sont les autres qui auraient fait appel, de toute façon… Et on serait alors allé en Conseil d’État. »

Le PSE (Plan de sauvegarde de l’emploi) n’a pas été rejeté, comme les « Ex » en rêvaient, « pour le mettre à mal. Quand on pense que le ministère public, lui, nous avait suivis et nous avait donné raison. C’est à ne plus rien comprendre. »

Samedi après-midi, il y avait « de la colère et de l’amertume » chez les « Ex ». Et ce ne sont pas les quelques blagues, qui ont toutefois allégé l’atmosphère, qui y changeront quelque chose. « Vous savez, qu’on ait ou pas du travail aujourd’hui, on n’arrive pas à tourner la page. On sait qu’on ne retrouvera plus jamais notre boulot, notre travail. »

« Partir la tête haute »

Pourtant, le « carnet de commandes était plein. Il y avait des marchés. On a travaillé jusqu’au bout, jusqu’au dernier jour. On peut nous reprocher ce que l’on veut, mais on a laissé notre usine en état de marche. On a tout nettoyé jusqu’aux petites cuillères ».

 

Pointent aussi quelques regrets. « On aurait dû parler plus tôt. Mais on était bien, dans une entreprise familiale. Puis le loup est entré dans la bergerie. Il n’avait pas les mêmes intérêts que nous. Il a magouillé dans notre dos et nous a bouffés tout cru. Ça peut arriver tous les jours dans des petites boîtes comme les nôtres. »

La vente aux enchères de l’outil de production a été, il y a peu, un coup de plus porté à l’estomac. « La ligne marron va descendre dans le Sud et la ligne soja va être installée en Espagne. On le sait, ça. » C’est lâché avec dégoût et gravité. « Maintenant, tout ça c’est derrière nous. Il faut avancer. »

Avec un espoir, cependant : une affaire similaire à celle de Minerve est également devant le Conseil d’État. Si cette entreprise obtient gain de cause, cela pourrait faire jurisprudence. Et accélérer les choses. À suivre.

Mais peu importe le temps que tout cela prendra. « Aujourd’hui, on veut partir la tête haute. C’est tout. » Et c’est déjà beaucoup.

Partager cet article

Repost0
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 07:02
Vannes: Jean-Baptiste Goulard, fils à papa ou vrai bosseur? (Ouest-France, 22 février 2017)

Un article éloquent par lui-même de ...

Maël FABRE. Ouest-France

Jean-Baptiste Goulard a occupé des postes à responsabilité au côté de son père, François Goulard. En pleine tempête Fillon sur les emplois fictifs, « J-B » dit « n’avoir rien à cacher ».

Le débat

« Je n’ai rien à cacher, c’est pour ça que j’ai toujours parlé. »

Alors que François Fillon, candidat des Républicains à la présidentielle traverse un long tunnel judiciaire au sujet des supposés emplois fictifs des membres de sa famille, Jean-Baptiste Goulard joue la carte de la transparence sur ses différents postes occupés auprès de son père, François Goulard, aujourd’hui président du conseil départemental du Morbihan. « On me critique toujours sur ce que je suis et pas sur ce que je fais. »

En pleine tempête Fillon, l’intéressé dit : « On devrait avoir une clarté généralisée. À l’heure où les données deviennent publiques et à l’époque où l’on vit, on ne peut pas continuer à garder les choses de son côté. »Dont acte. Alors voyons si le mot « transparence » prend véritablement tout son sens…

1 900 € pour travailler avec son père

Juillet 2010. Jean-Baptiste Goulard alors âgé de 27 ans est nommé au cabinet du maire de Vannes qui n’est autre que son père, François Goulard.

À la question combien étiez-vous rémunéré pour ce poste ? « Je ne vous donnerai pas mon salaire. Si vous le voulez, allez le chercher ».

Selon les délibérations du conseil municipal de juillet 2010, il aurait été rémunéré à hauteur de la valeur de l’indice brut 786 et au temps de travail annoncé (80 %). Cela faisait un net mensuel de l’ordre de 1 900 €, auxquels s’ajoutaient, en parallèle, ses revenus d’enseignant à Sciences Po.

Assistant parlementaire et chômeur

 

Juin 2011, Jean-Baptiste Goulard devient assistant parlementaire… de son père. « François quitte la mairie, David Robo devient maire. Ce dernier n’avait plus besoin d’un directeur de cabinet. J’ai laissé mon poste pour rejoindre mon père comme seul collaborateur pour l’aider dans sa tâche. »

Mais en 2012, François Goulard n’est plus député. Fin du contrat pour Jean-Baptiste Goulard qui recevra des indemnités de licenciement. « Je me suis alors inscrit au chômage », glisse-t-il sans avoir révélé son salaire.

« Il n’y a pas d’amalgame »

En 2014, Jean-Baptiste Goulard revient sur le devant de la scène en devenant directeur général de Paysages de mégalithe. Une promotion qui avait fait tousser dans les rangs des politiques locaux.Alors, conflit d’intérêts pour Jean-Baptiste Goulard à être salarié d’une association financée par le département dont le président n’est autre que son père ?

Réponse de l’intéressé : « Il n’y a pas d’amalgame. L’association cherchait un directeur général, j’ai postulé, j’ai eu des entretiens d’embauche comme tout le monde. »

Certains diront que le diplômé de Science-Po n’a aucune connaissance en matière de mégalithes pour prétendre à ce poste.

« J’ai été pris pour m’occuper de l’administration, de la communication et de la politique générale de l’association. Une coordinatrice a aussi été embauchée pour valoriser le patrimoine. »

Une manière de poursuivre son engagement politique local… dans l’ombre de papa.

Partager cet article

Repost0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 10:39
EHPAD de la Boissière

EHPAD de la Boissière

Ouest-France, 21 février 2017: 

Plusieurs syndicats et organisations de retraités (CGT, FGR-FP, FSU, LSR et Solidaires) réagissent à un vote du Département lors de la dernière session.

 "Le conseil départemental a décidé à l'unanimité d'augmenter la participation 2017 des usagers des EHPAD à revenus modestes aux frais d'accueil temporaires dans des proportions inconsidérées ( jusqu'à +30% en accueil de jour, +15% en hébergement temporaire). La délibération explique que ces mesures représentent une économie globale de 460 000€. Cette somme sera donc transférée à la charge des retraités et des familles." Les organisations "préparent une suite à donner à cette décision".

Une journée d'action nationale est prévue le 30 mars.  

***

Le Télégramme du 21 février 2017 expose lui une précision de ce collectif intersyndical des retraités: "Préalablement à ce vote, nous avions demandé par courrier, à ce jour sans réponse, à la présidente du conseil départemental de retirer cette délibération de l'ordre du jour de la séance. Cette démarche se justifie pour nos organisations par le refus de voir les basses et moyennes retraites mises à contribution pour équilibrer le budget d'action sociale du département. Cette décision s'ajoute aux autres atteintes au niveau de vie des retraités et personnes âgées.  

Partager cet article

Repost0
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 16:39
L'irruption des citoyens et citoyennes sur la question des contenus et de l'éthique en politique a bouleversé la donne.
Les jeux ne sont pas faits.
Une autre histoire peut s'écrire.
Certains, certaines tentent de profiter de la période pour ripoliner la façade. Les impostures seront démasquées si la bataille des idées est menée dans les semaines à venir.
Si rien n'est joué, rien n'est gagné.
La victoire d'une politique de gauche d'alternative à l'austérité reste à construire.
Nous sommes une majorité à vouloir le progrès social, écologique et démocratique.
Toutes celles et ceux qui se mobilisent sur ces questions, toutes celles et ceux qui les soutiennent veulent des suites politiques en adéquation avec leurs attentes, leurs espoirs. Elles et ils ont raison.
Fait inédit, le président sortant et son premier ministre ne seront pas candidats.
Le peuple de gauche vient de dire clairement oui à une ambition de transformation sociale. Les communistes y ont contribué et ils s'en réjouissent.
Benoît Hamon a appelé à « construire ensemble une majorité gouvernementale cohérente et durable pour le progrès social, écologique et démocratique ».
La Fédération du PCF du Finistère engagée dans la campagne de Jean-Luc Mélenchon appelle à poursuivre, amplifier le débat public autour de l'affirmation d'une politique de transformation et des convergences nouvelles pour la gagner.
La Fédération et ses militants vont multiplier les initiatives pour permettre la victoire d'une gauche de progrès social et écologique en Finistère.
Nous visons une majorité politique à l'Assemblée Nationale mettant en œuvre une politique résolument à gauche.
 
Pour ce faire, 3 axes :
- amplifier la campagne contre la droite et l'extrême-droite
- amplifier la campagne pour démasquer Macron
- amplifier la campagne de rassemblement engagée par les communistes autour des propositions « la France en commun ».
 
Nos candidats et candidates issus des mouvements sociaux, écologiques, sont bien décidés à combattre le pouvoir de la finance et écrire des lois d'intérêt général, d'émancipation humaine afin de promouvoir une véritable alternative de progrès social.
 
Nous appelons toutes les forces de gauche en Finistère à retrouver le chemin du dialogue, à débattre de projets et des contenus afin de travailler au maximum de convergences permettant la construction d'un pacte de majorité.
 
Notre département comme notre pays a besoin :
 
1/ d'une grande ambition sociale
2/ d'une lutte acharnée contre le pouvoir de la finance
3/ d'une nouvelle manière de produire et de se développer
4/ d'une 6e république démocratisée
5/ d'une politique européenne progressiste pour sortir de l'austérité
 
Nous voulons faire entrer en juin au Parlement le peuple et ses attentes.  
 
Fédération du Parti Communiste du Finistère, le 16 février 2017
Fédération du Parti Communiste du Finistère, membre du Front de Gauche

Fédération du Parti Communiste du Finistère, membre du Front de Gauche

Partager cet article

Repost0
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 16:27

Pour mettre l’argent des banques au service des activités utiles, il faut nationaliser BNP-Paribas et Société Générale.

Des militants Front de gauche de Lorient ont mené une opération banques propres mercredi 15 février à Lorient. Armés de serpillières et de raclettes, ils procédaient au nettoyage de la Société Générale et de PNB, accusés de préférer les marchés financiers au financement de l’économie réelle. Le PCF revendique la nationalisation des 2 mastodontes financiers à base française pour reprendre la main sur la finance.

« Les banques créent 90 % de la monnaie qui circule dans le pays. Il est inconcevable qu’elles ne soient pas sous contrôle public. Aujourd’hui les grandes banques font d’énormes profits en plaçant l’argent sur les marchés financiers. Il faut que cet argent soit réorienté, par exemple en prêtant à taux Zéro aux PME qui créent de l’emploi. Pour cela il faut un service public de la banque », affirment Delphine Alexandre et Stéphane Le Roux, candidats du Front de gauche aux législatives.

C’est bon pour les riches…

  • En 2015 les banques ont touché 211 millions d’euros au titre du CICE. Parmi BNP Paribas (39 millions) et Société Générale (38 millions) battent des records.
  • La BNP détient 171 filiales dans les paradis fiscaux, et a réalisé en 2014 2,5 milliards d’€ de profits.
  • La Société Générale a fait 1,3 milliards d’€ de profits et annonce la suppression de 3 000 emplois et de 400 agences.
  • La banque HSBC a détourné 180 milliards d’€ de l’impôt, dont 5 milliards en France, par l’entremise de sa filiale suisse.

… C’est dur pour les autres

  • Les frais bancaires ont augmenté de  13 % en moyenne au 1er janvier 2017
  • BNP et SG financent allégrement les activités les plus polluantes, comme les centrales à charbon de Pologne et D’Indonésie.
  • 20 000 suppressions d’emplois sont annoncées dans le secteur bancaire.
 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011