Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 14:31

DECLARATION du bureau du Comité Régional Cgt Bretagne

La lutte contre le FN, c’est dans l’entreprise, dans la rue et dans les urnes.

Si la présence de la candidate du front national au second tour des élections présidentielles ne résonne pas comme une déflagration, y compris dans le monde du travail, c’est aussi que les idées de haine et de division ainsi que la désignation de boucs émissaires ont abîmé les solidarités parmi les salariés, les retraités et les demandeurs d’emploi.

Nous ne sommes plus en 2002, c’est un fait, et le modelage médiatique depuis des mois pour prédire un second tour avec l’extrême droite a contribué à banaliser le front national en parti comme les autres.

Or, ce n’est certainement pas le cas !

Les politiques d’austérité ont augmenté la fracture sociale, favorisé les discriminations, engendré la montée des radicalités et de l’extrémisme, et ont aussi conduit à ce résultat désastreux. Les périodes de régression sociale conduisent fortement à la présence du camp de la haine au second tour des élections présidentielles, la responsabilité du capital et de la financiarisation est évidente.

La population de Bretagne n’a pas fait le choix de l’ombre. Les salariés n’y sont certainement pas pour rien.

Dans ce contexte, se résigner à mettre au même niveau les deux candidats à l’élection présidentielle est une erreur fondamentale qui renforce le trouble déjà bien ancré parmi les salariés, particulièrement les plus fragilisés. Le front national n’est pas un parti comme les autres, et dans le cas présent, en complémentarité avec les actions et initiatives engagées par la Cgt pour combattre les idées d’extrême droite, le 7 mai est aussi un moyen de mobilisation et d’expression par les urnes.

Le vote constitue un élément de la démocratie, de la citoyenneté. Les salariés doivent l’utiliser. Mettre le front national au plus bas, c’est renforcer notre capacité d’intervention au lendemain du second tour des élections pour continuer à porter les exigences revendicatives en développant le rapport de force et le mouvement social.

Jamais ce parti de la xénophobie n’a été aussi proche de prendre le pouvoir. Il faut mettre fin à la présence du front national à chaque élection. Elle est devenue l’objet du chantage de ses adversaires électoraux, quels qu’ils soient, pour appeler au sursaut républicain.

Le bulletin du candidat face au front national est le seul moyen qui permettra de continuer à la France de vivre dans une démocratie, pays des lumières et des droits de l’Homme, ce n’est en aucun cas un vote d’adhésion à un projet politique.

La Cgt, avec sa campagne contre les idées d’extrême droite au quotidien, ne laisse pas une place d’incertitude sur cette démarche d’opposition qui lie la mobilisation, et l’expression de la citoyenneté.

La confiance dans l’action collective, dans la solidarité des travailleurs entre eux, dans leur capacité à se mobiliser pour arracher les conquêtes sociales du 21ème siècle, est un défi à relever.

Il faut le gagner. Le 1er mai est le prochain rendez-vous des salariés pour se mobiliser pour la satisfaction des revendications, pour la paix, moyen, aussi, de combattre le front national. Il doit être massif, pour les revendications, pour rejeter la haine. Le 7 mai, c’est aussi un moment de mobilisation, par les urnes, en utilisant le bulletin du candidat opposé au front national.

Ni l’abstention, ni le vote blanc ne constituent des moyens de battre efficacement le front national.

Rennes, le 28 avril 2017

Déclaration du bureau du Comité Régional CGT Bretagne: la lutte contre le FN, c'est dans l'entreprise, dans la rue, et dans les urnes.

Partager cet article

Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 12:13
Ouest-France, 29 avril 2017 - Pages Finistère: un extrait du communiqué du PCF daté du 28 avril 2017

Ouest-France, 29 avril 2017 - Pages Finistère: un extrait du communiqué du PCF daté du 28 avril 2017

Déclaration du PCF Finistère membre du Front de Gauche

après le scrutin du 23 avril 2017

 

En accordant près de 20% de leurs suffrages à Jean Luc Mélenchon, en le plaçant second des candidats à l'élection présidentielle, les électeurs du Finistère ont contribué avec enthousiasme à l'excellent score régional et national du candidat de la France Insoumise, soutenu par le Parti communiste et Ensemble !

Le programme défendu brillamment par notre candidat a rencontré un large échochez celles et ceux qui ont été trahis par Hollande et Valls. Il a fédéré les couches populaires, les employés, les ouvriers, les jeunes et plus largement ce peuple de gauche qui ne renonce pas.

Ce score historique, inédit depuis 1969, conquis dans un contexte particulièrement difficile est la victoire de toute la gauche de transformation sociale, des électeurs communistes, des insoumis, des socialistes se refusant au naufrage de leurs idéaux, des écologistes. Il porte loin. Il appelle au rassemblement pour les échéances prochaines et l’avenir.

L’urgence aujourd'hui est d’interdire l'accès au pouvoir à l’extrême droite. Ultime rempart des intérêts des oligarques, le FN est un danger mortel pour la démocratie.

Voyons la conduite de ses amis au pouvoir en Ukraine, en Pologne, en Hongrie.

Nous pouvons nous affronter à nos adversaires politiques. On ne tergiverse par avec les ennemis de la République.

Le dimanche 7 mai, il ne s'agit pas de soutenir le programme de Macron-le-banquier. L'enjeu est d'infliger la défaite la plus nette possible au Front National et à sa candidate. Condition essentielle pour amplifier les mobilisations sociales pour de nouveaux droits pour toutes et tous.

Les élections législatives des 11 et 18 juin prochains prennent désormais une importance cruciale. Elles ne seront pas la suite automatique et routinière de l’élection présidentielle.

L'Assemblée Nationale peut devenir un véritable contre pouvoir si les forces de gauche, celles qui ont assuré le beau résultat de Jean Luc Mélenchon et celles qui souhaitent ouvrir des voies nouvelles, savent se rassembler.

Dans les 8 circonscriptions du Finistère les scores additionnés de Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Benoît Hamon et Jean Luc Mélenchon. placent la gauche en tête de toutes les autres forces politiques. Nous ne méconnaissons pas les différences qui nous opposent, singulièrement celles nées du dernier quinquennat. Mais la séquence électorale que nous sommes en train de vivre s'inscrira comme un moment de rupture dans l'histoire de notre pays.

Nous sommes en capacité de construire avec nos partenaires de toute la gauche, du NPA à la France Insoumise, en passant par les socialistes progressistes, les écologistes, Ensemble !, et nous même, membres du Front de Gauche, des rassemblements qui permettent d'envoyer à l'Assemblé Nationale des femmes et des hommes d'engagement.

Rencontrons nous. Discutons en.

D'ici là, le PCF appelle à une large participation aux rassemblements du 1er Mai pour résister aux coups de force libéraux de Macron et à la menace de l'extrême-droite. Les mobilisations des salariés et des citoyens seront essentielles plus que jamais face aux dangers qui nous guettent.

Brest, 27 avril 2017

Finistère appel CGT, FSU et Solidaires 

Ce 1er mai sera un grand rassemblement revendicatifdans l’unité la plus large, pour une société plus juste, plus égalitaire et plus solidaire. Les syndicats entendent poursuivre et amplifier la lutte contre les idées d’extrême droite, mais aussi contre les politiques libérales à l’œuvre dans notre pays qui font le lit de l’extrême-droite depuis des années.
Rassemblements à : 
 Quimper 10h30 Place de la Résistance 
 Brest 10h30 Place de la liberté 10h30 
 Morlaix 11h Place de la mairie 
 Quimperlé 10h30 Coat Ker 
 Pont l’Abbé 11h à l’UL CGT 
 Châteaulin 10h30 Place de la résistance 
 Carhaix 10h30  

 

Partager cet article

Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 12:10
Handicap: dans le Finistère, 1600 personnes en attente de places (Ouest-France, 27 avril 2017)

Handicap. Dans le Finistère « 1 600 personnes sont en attente de places »

 

Ouest-France / 27/04/2017

En assemblée générale, à Sainte-Sève, l’association départementale de parents et d’amis de personnes handicapées mentales (Adapei) ont dénoncé, de nouveau, cette situation.

« Dans le Finistère, 1 600 personnes sont en attente de places ou en situation d’inadéquation », dénoncent les responsables de l’Adapei (Association départementale de parents et amis de personnes handicapées mentales).Ceux-ci notent également que le nombre d’enfants inscrits sur une liste d’attente auprès d’un des établissements médico-sociaux avoisine les 540. « Ce nombre ne cesse d’augmenter. Or, en 2017, il n’est prévu que douze créations de places en IME. L’accès à l’éducation est pourtant un droit et non une faveur. »

L’arrivée à la retraite des travailleurs en Esat

En assemblée générale, samedi, à la maison des associations, la situation des travailleurs en Esat, établissements d’aide par le travail, a aussi été évoquée. En effet, ceux qui font valoir leur droit à la retraite ne se voient proposer que des places en Ehpad. La moyenne d’âge y est de 85 ans et les conditions d’accompagnement ne correspondent pas à leurs besoins. « Dans le département, il n’existe qu’une seule maison pour personnes âgées handicapées », regrettent les responsables de l’Adapei.

L’association dispose de six antennes, dans le département : à Morlaix, Landerneau, Lesneven, Ploudalmézeau, Brest-Saint-Renan et Quimper-Pont-l’Abbé. Autre action notée, celle de la participation au nouveau projet régional de santé (PRS) 2018-2022 « qui devra être une réponse aux usagers ou leurs représentants ».

La réunion avait débuté par un hommage au président Raymond Burel, décédé en mars dernier, dont l’intérim est assuré par Marie Evennou, jusqu’aux élections qui se dérouleront en mai prochain.

 

**********************

 

C’est un nouveau cri d’alarme que lancent les associations.

La qualité d’une société se juge à la manière dont elle considère les plus fragiles. 

Dans le cas du handicap, les bilans des différents gouvernements successifs sont loin du compte, il y a même des reculs par rapport aux engagements qui avaient été pris.

Ce n’est pas aux personnes en situation de handicap de s’adapter à la société, c’est celle-ci qui doit les reconnaître comme des personnes à part entière, à égalité de droits avec toutes les autres.

Il faut sortir de cette situation indigne, redonner la primauté à l’humain sur la finance.

 

Les propositions des communistes :

 

  • établir le principe d’une société s’adaptant aux personnes handicapées

  • soutenir les associations de personnes handicapées

  • renforcer le droit du travail pour les personnes handicapées

  • accueillir les élèves et étudiants handicapés

  • augmenter les places d’hébergement indispensables

  • le service public et le 100% sécu pour les soins et appareillages

Partager cet article

Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 05:25

 

Déclaration du PCF Finistère membre du Front de Gauche

après le scrutin du 23 avril 2017

 

En accordant près de 20% de leurs suffrages à Jean Luc Mélenchon, en le plaçant second des candidats à l'élection présidentielle, les électeurs du Finistère ont contribué avec enthousiasme à l'excellent score régional et national du candidat de la France Insoumise, soutenu par le Parti communiste et Ensemble !

Le programme défendu brillamment par notre candidat a rencontré un large écho chez celles et ceux qui ont été trahis par Hollande et Valls. Il a fédéré les couches populaires, les employés, les ouvriers, les jeunes et plus largement ce peuple de gauche qui ne renonce pas.

Ce score historique, inédit depuis 1969, conquis dans un contexte particulièrement difficile est la victoire de toute la gauche de transformation sociale, des électeurs communistes, des insoumis, des socialistes se refusant au naufrage de leurs idéaux, des écologistes. Il porte loin. Il appelle au rassemblement pour les échéances prochaines et l’avenir.

L’urgence aujourd'hui est d’interdire l'accès au pouvoir à l’extrême droite. Ultime rempart des intérêts des oligarques, le FN est un danger mortel pour la démocratie.

Voyons la conduite de ses amis au pouvoir en Ukraine, en Pologne, en Hongrie.

Nous pouvons nous affronter à nos adversaires politiques. On ne tergiverse par avec les ennemis de la République.

Le dimanche 7 mai, il ne s'agit pas de soutenir le programme de Macron-le-banquier. L'enjeu est d'infliger la défaite la plus nette possible au Front National et à sa candidate. Condition essentielle pour amplifier les mobilisations sociales pour de nouveaux droits pour toutes et tous.

Les élections législatives des 11 et 18 juin prochains prennent désormais une importance cruciale. Elles ne seront pas la suite automatique et routinière de l’élection présidentielle.

L'Assemblée Nationale peut devenir un véritable contre pouvoir si les forces de gauche, celles qui ont assuré le beau résultat de Jean Luc Mélenchon et celles qui souhaitent ouvrir des voies nouvelles, savent se rassembler.

Dans les 8 circonscriptions du Finistère les scores additionnés de Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Benoît Hamon et Jean Luc Mélenchon. placent la gauche en tête de toutes les autres forces politiques. Nous ne méconnaissons pas les différences qui nous opposent, singulièrement celles nées du dernier quinquennat. Mais la séquence électorale que nous sommes en train de vivre s'inscrira comme un moment de rupture dans l'histoire de notre pays.

Nous sommes en capacité de construire avec nos partenaires de toute la gauche, du NPA à la France Insoumise, en passant par les socialistes progressistes, les écologistes, Ensemble !, et nous même, membres du Front de Gauche, des rassemblements qui permettent d'envoyer à l'Assemblé Nationale des femmes et des hommes d'engagement.

Rencontrons nous. Discutons en.

D'ici là, le PCF appelle à une large participation aux rassemblements du 1er Mai pour résister aux coups de force libéraux de Macron et à la menace de l'extrême-droite. Les mobilisations des salariés et des citoyens seront essentielles plus que jamais face aux dangers qui nous guettent.

Brest, 27 avril 2017

 

Finistère appel CGT, FSU et Solidaires 

Ce 1er mai sera un grand rassemblement revendicatif, dans l’unité la plus large, pour une société plus juste, plus égalitaire et plus solidaire. Les syndicats entendent poursuivre et amplifier la lutte contre les idées d’extrême droite, mais aussi contre les politiques libérales à l’œuvre dans notre pays qui font le lit de l’extrême-droite depuis des années.
Rassemblements à : 
 Quimper 10h30 Place de la Résistance 
 Brest 10h30 Place de la liberté 10h30 
 Morlaix 11h Place de la mairie 
 Quimperlé 10h30 Coat Ker 
 Pont l’Abbé 11h à l’UL CGT 
 Châteaulin 10h30 Place de la résistance 
 Carhaix 10h30  

 

 

Fédération du Parti Communiste Français du Finistère - 5 rue Henri Moreau - 29 200 Brest

Fédération du Parti Communiste Français du Finistère - 5 rue Henri Moreau - 29 200 Brest

Partager cet article

Repost0
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 08:18
Les résultats en progression très nette de Jean-Luc Mélenchon et de la gauche de transformation sociale et écologique dans le Finistère et la région de Morlaix

Présidentielles 2017:

1er tour - 23 avril 2017

Finistère

Inscrits 690.570

Votants 569.934 82,53%

Abstentions 120.636 17,47%

Blancs 9.452 1,66%

nuls 3298 0,58%

Exprimés 557.184 80,68%

 

Macron ............164.094 29,45%

Mélenchon .......109.607 19,67%

Fillon ...............099.965 17,94%

LePen ..............077.366 13,89%

Hamon ............060.781 10,91%

Dupont-A .........022.737 04,08%

Poutou ............008.250 01,48%

Lassalle ...........006.192 01,11%

Asselineau .......003.697 00,66%

Arthaud ...........003.638 00,65%

Cheminade ......000.857 00,15%

 

***

A l'image du reste du pays où avec un projet en rupture appuyé sur le projet qui était déjà celui du Front de Gauche en 2012 et une belle dynamique de campagne qui lui a permis, ainsi que ses soutiens (France Insoumise, le PCF, et Ensemble) de convaincre du bien-fondé d'une volonté de transformation démocratique, sociale et écologique profonde et d'être en position de reconquérir l'électorat populaire comme une partie de l'électorat qui pouvait voter PS, et qui a été terriblement déçu par lui ou qui a « voté utile » cette fois pour Jean-Luc Mélenchon (qui a siphonné des voix qui auraient pu aller aussi bien à Hamon dans d'autres dynamiques sondagières), Jean-Luc Mélenchon réalise de très bons scores en Bretagne et dans le Finistère. Du jamais vu même pour un candidat de gauche « bon teint », depuis le François Mitterrand de 1981.

 

19,3 % en Bretagne, 19,67 % dans le Finistère, et 109 697 voix, Mélenchon est en deuxième position de tous les candidats dans notre département et en Bretagne.

 

A Brest, il est en deuxième position derrière Macron (28%), avec 22,80 % des voix, loin devant Fillon (15,52%), Hamon (14%), Le Pen (13%).

A Quimper aussi, ; ville du ministre Urvoas, il est en deuxième position (20,2%) derrière Macron (33%)

A Carhaix, il est en deuxième position derrière Macron (30%) avec 21,68 %.

A Châteaulin, il est aussi en deuxième position derrière Macron avec 19,50 %.

A Concarneau, il est en 2ème position avec 19 % (Macron : 30%)

A Douarnenez, il est en 2ème position avec 23,69 % derrière Macron (27,5%)

A Fouesnant, il est en 3e position derrière Macron (32%), Fillon (25,9%), avec 14,58 %

A Landivisiau, il est en 3e position avec 16,37 %

Au Relecq Kerhuon il est en 2ème position derrière Macron avec 21,18 %

A Quimperlé, JL Mélenchon est en 2ème position avec 23 %

A Pont-Labbé, Mélenchon est en 2ème position derrière Macron avec 22 %

 

 

Dans la circonscription de Morlaix :

 

En 1ère position :

à Commana (23,8%)

à Garlan (29,6%)

au Cloître Saint Thégonnec (35%)

Plounéour Menez : 29,7 % loin devant les 20 % d'Emmanuel Macron et les 16 % de Le Pen

 

En 2e position à :

Guimaec : 27 % contre 27,7 % à Macron

Lanmeur : 25,9 % (contre 28 % à Macron)

Morlaix : 25,8 % derrière Macron (28,3%)

Pleyber-Christ : 24,76 % (contre 29 % à Macron), loin devant les 13,5 % de Fillon

Plouigneau : 23 % derrière Macron (28%)

Plourin les Morlaix (23,7%), derrière Macron (30,9%)

Plouézoc'h (22,4%)

Plouégat-Mosan (22,6%)

à Saint-Martin-des-Champs : 21,6 % derrière Macron (30 %)

Sainte-Sève : 23,53 % (contre 33 % à Macron)

Taulé : 20,72 % (contre 30 % à Macron)

 

est en 3e position :

à Carantec (13%) derrière Fillon (35,5 %) et Macron (30,8%)

à Guerlesquin (19,15%) derrière Macron (25,9%) et Le Pen (20,9%)

au Ponthou (15 % derrière Le Pen (27,9%) et Macron (20,9%)

à Locquénolé (19%) derrière Macron et Fillon

à Locquirec (20,14%) derrière Macron et Fillon

à Roscoff (14,9%) derrière Fillon (32%) et Macron (29,7%)

à Saint-Pol de Léon (17,63%) derrière Macron et Fillon

à Santec (19,5%) derrière Macron et Fillon

 

En 4e position :

à l'île-de-Batz : 15,79 %

 

Partager cet article

Repost0
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 14:36

Parceque ce sujet ne peut laisser indifférent, un Appel au rassemblement en soutien aux migrants à été organisé le dimanche 20 mars 2016, sur la plage de Beg Léguer près de Lannion par des militants et bénévoles qui aident les migrants.

Une mobilisation importante aura lieu place de la Liberté à Brest, le samedi 29 avril à midi, pour remettre en cause le règlement Dublin qui amène à expulser les réfugiés vers leur premier pays d'arrivée ou d'identification en Europe où leurs conditions de vie sont souvent dégradées: plats à partager, témoignages, informations, concerts....

Partager cet article

Repost0
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 11:04

Quimper Mercredi 19 avril 2017

Rassemblement de soutien à Héléne DERRIEN

 

-----------------------------------------------

Le Télégramme

Évasion fiscale. « Nous ne nous laisserons pas impressionner »

Publié le 20 avril 2017

 

 Une cinquantaine de personnes en solidarité et en soutien à la lutte contre l'évasion fiscale.

Une cinquantaine de personnes ont répondu à l'appel du Collectif de défense des services publics hier matin. Les militants se sont rassemblés devant le commissariat où était entendue Hélène Derrien, suite à une précédente manifestation contre l'évasion fiscale devant la BNP.

« Nous sommes dans notre bon droit. Les mesures d'intimidation ne marcheront pas, commentait hier matin devant le commissariat, Henri Guillou, militant altermondialiste bien connu à Quimper. Dès que l'audition d'Hélène sera achevée nous retournerons d'ailleurs devant la BNP pour une distribution de tracts ». 

Une cinquantaine de soutiens


Une cinquantaine de personnes était rassemblée ce mercredi peu avant 9 h, devant le commissariat où Hélène Derrien, était la seule convoquée. Le 1e r avril dernier, la Concarnoise n'était pourtant pas seule à participer à une mise en scène de l'évasion fiscale, lors de laquelle des slogans avaient été peints sur les vitrines de la BNP. « Mais avec du blanc de Meudon, un produit facilement lavable à l'eau et non polluant », souligne un participant. Quelques jours plus tard, Hélène Derrien, présidente de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et membre du Collectif de défense des services publics en Cornouaille, était appelée pour être entendue au commissariat suite à une plainte de la BNP. La citation lui reproche « d'avoir commis ou tenté de commettre des dégradations en réunion ».
 
 

« Rien à déclarer »


« J'ai indiqué au policier que je n'avais rien à déclarer, a expliqué Hélène Derrien à sa sortie. Il a alors appelé le procureur et cela s'est terminé par un rappel à la loi que je n'ai d'ailleurs pas signé. C'est beaucoup de temps perdu pour des paperasses ». Les soutiens se sont ensuite dirigés en manifestation « non déclarée » jusqu'à la BNP par les rues du centre-ville. « En pleine période électorale, alors que les candidats promettent de diminuer le nombre de fonctionnaires, de couper les vivres aux collectivités locales ou de reculer encore l'âge de la retraite parce que les "caisses de l'État sont vides", nous voulons démontrer que l'argent, il y en a beaucoup accumulé, dissimulé, évadé par les plus riches et les multinationales » expliquent les militants. Ils ajoutent que selon les révélations des Panama Papers, la BNP est, avec 2,4 milliards d'euros, la banque française qui réalise le plus gros volume de bénéfices dans les paradis fiscaux. « L'évasion fiscale c'est autant d'argent qui ne rentre pas dans les caisses de l'État, ce qui impacte ensuite les services publics », constate Hélène Derrien. Pendant le rassemblement devant la banque qui s'est achevé vers 10 h 30, les rideaux de fer de celles-ci sont restés fermés.

 

Partager cet article

Repost0
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 05:27
Mercredi 19 avril: intervention Stop Dublin 3 à Brest à 17h au café "Au coin de la rue" rue de Saint Malo: contre les reconduites dans les premiers pays d'arrivées en Europe des demandeurs d'asile
Mercredi 19 avril à 17h : Intervention "Stop Dublin 3 !"
 
 Quand la France utilise un rouage de l'Europe-Forteresse pour bafouer le droit d'asile.
 
 A Brest, 3 personnes sont en ce moment menacées d'expulsion vers le Soudan en Guerre via l'Italie.
 
Dans la région de Morlaix aussi, plusieurs réfugiés demandeurs d'asile, afghans ou soudanais, étaient sous le coup d'une procédure Dublin. 
 
 Présentation + Témoignages + Echange + Musique...
 
 Au Café "Au coin de la rue" - rue St Malo
 
Un covoiturage est organisé  par Morlaix-Libertés à 16h devant l'ancien lycée de Kernéguès à Morlaix

Partager cet article

Repost0
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 08:27
Pierre-Yves Thomas, 64 ans, autrefois conseiller municipal en région parisienne, a toujours milité pour le Parti communiste français. Désormais établi à Carhaix, c’est sur le terrain qu’il agit. | Ouest-France

Pierre-Yves Thomas, 64 ans, autrefois conseiller municipal en région parisienne, a toujours milité pour le Parti communiste français. Désormais établi à Carhaix, c’est sur le terrain qu’il agit. | Ouest-France

Ouest-France

 

Carhaix. Pierre-Yves Thomas, communiste depuis 50 ans

Carhaix. Pierre-Yves Thomas, communiste depuis 50 ans

Alexandre HOGUIN.

ILS MILITENT. Dernier volet de notre série avec Pierre-Yves Thomas, 64 ans, autrefois conseiller municipal en région parisienne, il a toujours milité pour le Parti communiste français. Désormais établi à Carhaix, c’est sur le terrain qu’il agit.

Des débats du conseil municipal en région parisienne aux tracts distribués à la pelle dans la commune carhaisienne, il n’y a qu’un pas. Ce pas, voilà maintenant cinq ans que Pierre-Yves Thomas l’a effectué.

Né de parents bretons, il déménage à Fontenay-le-Fleury, dans les Yvelines, pour y passer toute son enfance. C’est d’ailleurs là-bas que va débuter sa « carrière politique ».

Issu d’une famille ouvrière, et en partie communiste – son père et ses deux frères, en l’occurrence – Pierre-Yves Thomas s’investit dès l’âge de 16 ans. « À l’époque, je ne faisais encore que coller des affichettes et distribuer des tracts », se souvient-il.

Mai 68, un tournant

Et puis arrive mai 68. Comme un tournant. « J’ai intégré les Jeunesses Communistes », indique celui qui, déjà, « appréciait parler des événements, de politique, et regarder les débats avec Giscard ou Duclos ».

Au fil des années, la politique prend de plus en plus dans le parcours de Pierre-Yves Thomas. Embauché en 1970 comme fraiseur dans les ateliers d’aviation Louis Breguet, rachetés deux ans plus tard par la société Avions Marcel Dassault, il s’engage la même année en tant que représentant syndical de la CGT.

Le benjamin

En 1969, il prend sa carte au Parti communiste, auquel il adhère depuis bientôt cinquante ans.

Les engagements politiques se multiplient et se concrétisent quelques années après par un poste d’élu au conseil municipal de Fontenay-le-Fleury.

« À 24 ans, j’étais le benjamin. À ce moment-là, la commune penchait à gauche », se rappelle-t-il. Tellement que le Parti communiste est majoritaire. Pierre-Yves Thomas y est chargé de présider le comité des fêtes, jusqu’en 1983.

Beynes

L’année suivante, il change d’air et s’installe à Beynes, toujours dans les Yvelines. Et là encore, la politique reprend le dessus. « Un ami que j’avais connu à Fontenay m’a fait part de la défection d’un conseiller municipal de droite », confie le sexagénaire. Ni une, ni deux, le voilà reparti briguer un mandat d’élu, qui s’achèvera en 1988.

Retour difficile

Puis dix ans plus tard, il effectue son retour à Fontenay-le-Fleury. Et là surprise : lors des élections municipales, Pierre-Yves Thomas se présente sur la liste de… l’opposition. « Ça a changé pas mal de choses. Par exemple, on recevait les dossiers au dernier moment avant les conseils municipaux », glisse-t-il.

Les actions se mènent alors sur le terrain, par la distribution de tracts. « Fontenay était une ville-dortoir, où les gens aisés vivaient souvent dans des résidences dont ils ne sortaient presque jamais. »Un constat difficilement encaissé par Pierre-Yves Thomas.

Lutte des classes

« La lutte des classes n’est pas terminée malgré ce qui se dit. Il faut faire en sorte que notre société soit plus juste et plus libre. Il n’y a jamais eu autant de riches, le CAC 40 a battu des records », s’indigne un homme choqué par la misère, et qui manifestait, le 30 mars à Quimper, pour exprimer sa colère quant aux pensions perçues par les retraités.

Animateur de la section du PCF à Carhaix depuis deux ans, Pierre-Yves Thomas espère une alliance prochaine entre tous les partis de gauche. « C’est la solution si elle ne veut pas disparaître pendant plusieurs années et conserver un espoir d’un avenir meilleur. »

Vers les législatives

Quant aux élections à venir, il souhaite que « tout soit fait pour que Mélenchon aille au second tour ». Puis viendront les législatives lors desquelles il se battra pour faire élire Maxime Paul, « candidat du rassemblement de la gauche ».

 

http://www.ouest-france.fr/bretagne/carhaix-plouguer-29270/carhaix-pierre-yves-thomas-communiste-depuis-50-ans-4929007

Partager cet article

Repost0
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 08:15

Collectif de défense des services publics de Cornouaille (Finistère)

Communiqué de presse

 

Samedi 1er avril, à Quimper comme dans de nombreuses villes, dans le cadre de la semaine mondiale d’action contre l’évasion fiscale, une initiative humoristique et non-violente s’est déroulée devant le siège de la BNP, banque française qui réalise le plus de profits dans les paradis fiscaux.


Cette action, à l’appel du collectif de défense des services publics de Cornouaille, visait à dénoncer l’évasion fiscale massive, qui entraîne une perte estimée à 80 milliards d’euros pour le budget de notre pays, et le déficit de financement qui en résulte pour nos services publics, en particulier l’hôpital.


Suite à cette initiative, Hélène, membre du collectif d’organisation, a été convoquée pour audition mercredi 19 avril à 9h au commissariat de Quimper.


Nous n’acceptons pas qu’elle soit mise en cause pour une action préparée et réalisée collectivement et solidairement par les organisations participantes.


Nous n’acceptons pas que l’on criminalise des actions citoyennes ou syndicales au service de l’intérêt général.


Ceux qui violent la loi, ce ne sont pas ceux qui s’engagent pour le bien public, ce sont ceux qui spolient la collectivité en pratiquant l’évasion fiscale.


Nous appelons en conséquence toutes celles et tous ceux qui ont à cœur les libertés à un rassemblement de solidarité et de soutien

mercredi 19 avril 2017 à 8h45

devant le commissariat de Quimper.

 

Quimper 15 avril 2017


Collectif de défense des services publics de Cornouaille

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011