Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 11:19
Amar Bellal

Amar Bellal

PCF Section du Pays de Brest 
5 rue Henri Moreau 29200 Brest

Tramway : station St Martin
Tel 02 98 43 47 78 / Fax 02 98 43 44 62 
@ : pcf_brest@yahoo.fr

  Atelier législatif :

La transition énergétique à l’heure de l’environnement : climat, pollution, déchets

MERCREDI 10 MAI 18H

Fac Segalen

Animé par Amar Bellal

Professeur agrégé de Chimie civil, rédacteur en chef de la revue "Progressistes"

Avec Eric Guellec , Anne Catherine Cleuziou , Jean-Paul Cam et Yasmine Tanguy candidats du rassemblement à gauche proposés par le PCF aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017

 

L'objectif de cet échange est de comprendre les défis, de dépassionner le débat sur l'énergie et de ne pas le limiter à l'opposition simpliste, « nucléaire » contre « renouvelable ». Il s'agit aussi de prendre conscience des vrais rapports de force (qui sont essentiellement d'ordre économique) de façon à éclairer d'une lumière nouvelle les campagnes montantes diabolisant tel ou tel modèle énergétique, avec en ligne de mire la promotion cruciale du service public de l'énergie et de notre industrie. Car la vraie bataille est là: que les citoyens s'emparent de cette question, et sortent le secteur de l'énergie des griffes du marché, pour s'engager dans une transition énergétique répondant vraiment à l'intérêt général.

 

PROPOSITIONS POUR CHANGER NOTRE VIE AU QUOTIDIEN

 

Accélérer la transition énergétique et garantir le droit à l’énergie

- création d’un pôle public de l’énergie afin de mettre la filière à l’abri des logiques financières et d’en améliorer la maîtrise publique et citoyenne, de faire progresser la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique.

-Engagement fort dans la recherche (captage de CO2, stockage de l’électricité, sûreté nucléaire) et création de filières nationales permettant d’industrialiser les nouvelles technologies.-

- Interdiction de l’exploitation des gaz de schiste.

Comptant sur votre présence

 

Partager cet article

Repost0
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 06:09
Défendre le droit d'asile, rassemblement le 6 mai place de la liberté à Brest à 12h: dénoncer l'expulsion de Rodwan en Italie, et les procédures Dublin III

Après l'expulsion de Rodwan, la menace pour 3 personnes du CAO de Brest, nous avons besoin d'être nombreux pour dire STOP DUBLIN, STOP AUX EXPULSIONS
 

Rendez-vous SAMEDI 6 MAI , Place de la liberté, à Brest, à 12h

Ouest-France 4 mai 2017 mobilisation pour dénoncer l'expulsion de Rodwan, jeune soudanais de 22 ans, vers l'Italie dans le cadre des règlements iniques de Dublin

Ouest-France 4 mai 2017 mobilisation pour dénoncer l'expulsion de Rodwan, jeune soudanais de 22 ans, vers l'Italie dans le cadre des règlements iniques de Dublin

Partager cet article

Repost0
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 06:00
Ouest-France, Finistère, 4 mai 2017

Ouest-France, Finistère, 4 mai 2017

Partager cet article

Repost0
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 19:34

Un rassemblement important ce soir à Brest pour rappeler les dangers mortels de l'extrême-droite et du parti de Marine Le Pen, avec de belles prises de parole d'Irène Frachon (excellente comme d'habitude!), de Yannick Hervé, du président de l'UBO et de la représentante de Kevre Breizh. Des dizaines d'élus et militants communistes de Brest, Le Relecq, Morlaix, Douarnenez étaient présents parmi les 1500 personnes rassemblées, dont moi-même, au côté de Jacqueline Héré, d'Eric Guellec, de Jacqueline Héré, de Claude Bellec, de Maxime Paul, de Jean-Paul Cam, d'Anne-Catherine Cleuziou, de Claudie Bournot.

 

Ismaël Dupont

 

Voici le texte et les premiers signataires de cet appel qui se voulait large et très rassembleur et qui dans lequel se sont reconnus des personnes aux idées politiques différentes: 

 

http://www.letelegramme.fr/…/brest-un-rassemblement-citoyen…
Brest. Un rassemblement citoyen contre le FN ce jeudi soir

Personnalités
 
Citoyens soutenant cet appel
Franck Bellion Président CCI 29 Jakez Bernard Fondateur de Produit en Bretagne Yannick Bigouin Délégué régional du mouvement associatif de Bretagne Charles Braine Directeur de Bretagne vivante Franck Cammas Navigateur Jean-Paul Chapalain Président CCI Morlaix Jean-Pierre Denis Président Crédit mutuel de Bretagne Gilles
Falc’hun
Président directeur général Sill Irène Frachon Pneumologue Matthieu Gallou Président Université Bretagne Occidentale Jean-François Garrec Président CCI Bretagne Bruno Grougi Footballeur professionnel Jacques Guérin Directeur Quai Ouest Musiques Christian Guyader Président Guyader Gastronomie Jacques Jaouen
Président Chambre d’agriculture de Bretagne
Roland Jourdain Navigateur, dirigeant de Kairos Denis Juhel Directeur SAS Mer Forte Kriss Scénariste et écrivain Denez
L’Hostis

Président d’honneur France N
ature Environnement Laurent Lannuzel Quimper Cathy Lucas Finistère Pierre Moal Morlaix René Moullec Directeur EPAL, président BIJ Brest Pascal Olivard Président Université Bretagne Loire Jean-Paul Ollivier Journaliste et écrivain Pascal Piriou Président du groupe Piriou Alan Stivell Artiste Claire Thomas Morlaix
Elus finistériens
Gaëlle Abily Adjointe au maire de Brest Bernadette Abiven Conseillère départementale, 1ere adjointe au maire de Brest Patricia Adam Députée Robert André
Maire de l’Hopital Camfrout
Patrick Appéré Adjoint au maire de Brest Claude Bellec Conseillère municipale de Brest Pierrot Belleguic Maire de Kergloff Xavier Berthou Maire de Plounévézel Jean-Luc Bleunven Député

Maryvonne Blondin Sénatrice Frédérique Bonnard Le
Floc’h
Conseillère départementale, conseillère municipale à Brest Anne Borry
Maire d’Arzano
Gwenegan Bui Conseiller régional Daniel Caillarec Adjoint au maire Motreff, Président du Pays COB Michel Canevet Sénateur Florence Cann Conseillère départementale Dominique Cap Maire de Plougastel-Daoulas Jean-Louis Caradec Maire de Peumerit Nathalie Chaline Adjointe au maire de Brest Stéphane Cotty Adjoint au maire de Plounévézel Eva Cox Conseillère municipale de Bannalec Solange Creignou Vice-Présidente du Conseil départemental François Cuillandre Président de Brest Métropole Laetitia Dolliou Conseillère municipale à Plougastel Daoulas Ismaël Dupont Conseiller municipal de Morlaix, secrétaire départemental du Parti communiste du Finistère Yvette Duval Ancienne conseillère générale Richard Ferrand Député Jean-Luc Fichet Président de Morlaix Communauté Laurence Fortin Conseillère régionale maire de La Roche Maurice Armel Gourvil Maire de Bohars Géraldine Guet Conseillère municipale de Quimperlé Eric Guellec Vice-président de Brest Métropole Chantal Guittet Députée Cédric Guyader Conseiller municipal de Carhaix-Plouguer Jean-Paul Guyomar Conseiller municipal de Clohars-Carnoët Tom Héliès Conseiller municipal du Relecq-Kerhuon Jacqueline Héré Adjointe au Maire de Brest Joëlle Huon Vice-Présidente du Conseil départemental 29 Fabrice Jacob Maire de Guipavas Jean-Paul Jaffrès Conseiller municipal de Gouesnou Maryvonne Jaffrezou Adjointe au maire de Nevez Edith Jean Adjointe au maire de Riec sur Belon Pierre Karleskind Vice-président de la Région Bretagne Marc Labbey Vice-Président Conseil départemental Jacques Lannou Conseiller municipal de Poullan-sur-Mer Roger Lars Maire de Landevennec Antony Le Bras Conseiller municipal de Concarneau Brigitte Le Cam Conseillère municipale de Quimper Jean-Yves Le Grand Maire de Saint-Nic Annick Le Loch Députée

Jean-Michel
Le Lorc’h
Conseiller municipal de Brest Robert Le Mao Adjoint au maire de Saint-Ivy Louis Le Pensec Ancien ministre Olivier Le Bras Conseiller régional, adjoint au maire de St-Thégonnec-Loc-Eguiner Jean-Claude Le Tyran Maire de Daoulas Marylise Lebranchu Députée Georges Lostanlen Conseiller départemental Lena Louarn Vice-présidente de la Région Bretagne Pierre Maille Ancien président du Conseil Général du Finistère François Marc Sénateur Pierre Marchand
Adjoint au maire de l’Hôpital
-Camfrout Liliane Massé Adjointe au maire de Riec-sur-Belon Isabelle Mazelin Adjointe au maire du Relecq-Kerhuon Sébastien Miossec Président Quimperlé Communauté Yves Moisan Maire de Plouezoch Isabelle Montanari Adjointe au maire de Brest Jean-Paul Morvan Maire de Loperhet Yohann Nedelec Maire du Relecq-Kerhuon Pierre Ogor Maire de Guilers Denis Palluel Maire d

Ouessant Philippe Paul Sénateur du Finistère Guy Pennec Maire de Plourin-lès-Morlaix Françoise Péron Vice-Présidente du Conseil départemental Laurent Péron Adjoint au maire du Relecq-Kerhuon Stéphane Péron Conseiller départemental Jean-Hubert Pétillon Maire de Briec Ronan Pichon Vice-président de Brest Métropole André Prigent Ancien maire Plougonven Michaël Quernez Vice-Président Conseil départemental 29 Franck Respriget Conseiller départemental Johan Richard Adjoint Le Relecq-Kerhuon Bernard Rioual Maire de Plouzané Christian Rivière Maire de Pleuven Stéphane Roudaut Maire de Gouesnou Forough Salami Conseillère régionale de Bretagne Nathalie Sarrabezolles Présidente Conseil départemental 29 Renaud Sarrabezolles Adjoint au maire du Relecq-Kerhuon Nadine Servant Maire honoraire de Camaret Christian Troadec Conseiller départemental maire de Carhaix Jean-Jacques Urvoas Ministre de la Justice Jean-Paul Vermot Conseiller départemental 29 Nicole Ziegler Vice-Présidente du Conseil départemental
Une pétition circule également sur le site Change.org

 

Brest / Le Télégramme

 

A Brest, Quimper ainsi qu'à Saint-Brieuc, environ 2.000 Bretons ont manifesté ce jeudi pour faire barrage au Front national (FN). 

Près de 1.500 personnes à Brest.  Près de 1.500 personnes se sont rassemblées ce jeudi en fin de journée, place de la Liberté, à Brest, pour dire non au Front national. Lancé il y a trois jours sur les réseaux sociaux, cet appel à un large rassemblement citoyen était appuyé par divers mouvements associatifs et syndicaux ainsi que des personnalités politiques de droite et de gauche, mais aussi des gens de la société civile. 

A l'image d'Irène Frachon, la pneumologue brestoise, qui a pris la parole. "Il n'y a aucune neutralité à avoir dimanche. On doit tous mettre le bulletin Macron dans l'urne, pour écraser le FN. Et puis lundi, il sera temps de se retrouver pour continuer à échanger, à s'engueuler, et à vivre dans une nation libre ", a-t-elle exhorté.

 

Environ 550 personnes à Quimper. Environ 550 personnes, jeunes et moins jeunes, ont participé, ce jeudi soir, place Saint-Corentin à Quimper, au rassemblement organisé par la Ligue des droits de l'homme pour "faire barrage à l'extrême droite". "Votez avec vos doutes, avec vos insatisfactions, vos inquiétudes, vos convictions. Mais votez avec la démocratie au coeur, avec la liberté en tête et la fraternité au corps", les a exhortés Dominique Brunel, le président de la LDH Quimper. 

 

"Dites oui à la liberté, à la liberté d'expression, à la liberté de conscience (...) à la liberté de la création artistique et culturelle (...) à une égalité qui se veut ancrer dans le quotidien, à l'accès au socle des droits pour tous en toute dignité (...) Dites oui à la fraternité, qui implique le respect de tous les êtres humains, la tolérance, la solidarité et l'ouverture à l'autre", a-t-il notamment déclaré. "Chacune et chacun tient entre ses mains un fragment de notre combat, un morceau d'avenir. Pour faire barrage à l'extrême droite, votons !", a conclu Dominique Brunel, sous des applaudissements nourris.

 

Une centaine de manifestants à Saint-Brieuc. "Ils sont sexistes, ils sont fascistes, à bas, à bas le Front National" . Pas de prise de parole mais des slogans qui retentissent dans les rues du centre-ville de Saint-Brieuc. A l'appel du Collectif de vigilance antifasciste 22, près d'une centaine de personnes se sont rassemblées à partir de 18 h, place Allende, pour dénoncer la présence du Front national au second tour de la présidentielle.

L'occasion également pour eux de marquer leur désaccord avec Emmanuel Macron. " En cas de victoire du candidat d’En Marche et de ses promesses ultralibérales, il nous faudra aussi prendre la rue dès les premières mesures annoncées, et la garder pour exiger la justice sociale, c’est la seule alternative !" annonce le collectif sur son site internet. Dimanche soir, en cas de victoire de Marine Le Pen, le collectif de vigilance antifasciste prévoit un rassemblement à partir de 21 h , place du général De Gaulle.


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/bretagne/presidentielle-la-bretagne-fait-barrage-au-front-national-04-05-2017-11500001.php#1wYpoG0UOrH2wiHG.99

Partager cet article

Repost0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 07:12
"Liberté, j'écris ton nom" - Le poème de Paul Eluard mis en image par Fernand Léger: d'une triste actualité!

"Liberté, j'écris ton nom" - Le poème de Paul Eluard mis en image par Fernand Léger: d'une triste actualité!

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale.

Elle assure l’égalité devant la loi de tou.te.s les citoyen.ne.s sans distinction d’origine ou de religion.

Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.

La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales. Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.

Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les un.e.s envers les autres dans un esprit de fraternité. Dans les articles premiers de la Constitution et de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, les Françaises et les Français ont posé les bases de la société qu’ils aspirent à construire.

Face au Front national et à ses alliés, face à leur projet de fracturation, nous sommes résolu.e.s à nous dresser, ensemble.

Nous sommes rassemblé.e.s pour dire que nous sommes, sans nuance, sans faille, attaché.e.s à construire un monde de paix pour nos enfants et pour nous-mêmes.

Nous sommes rassemblé.e.s, nous sommes uni.e.s, pour faire front à une menace pour nos valeurs, pour notre avenir en France et dans le monde.

Nous sommes rassemblé.e.s, nous sommes uni.e.s pour dire non au Front national, mais surtout pour dire oui : Oui à la liberté, à la liberté d’expression, à la liberté de conscience, à la liberté de penser, oui à la liberté de circulation, oui à la liberté d’association.

Oui à l’égalité, à l’égalité républicaine, à l’égalité morale, civique, sociale et politique. Oui à la fraternité, qui implique tolérance et respect mutuel des différences, contribuant ainsi à la paix, oui à la fraternité qui, comme le précisait Albert Jacquard, a pour résultat de diminuer les inégalités tout en préservant ce qui est précieux dans la différence.

Oui à ces valeurs républicaines, menacées en cas de victoire de l’extrême-droite. Résolument, contre le Front national et l’extrémisme, contre la xénophobie, le nationalisme, le racisme, contre le repli et l’exclusion de la différence, nous choisissons Marianne.

Nous appelons à un large rassemblement citoyen pour le dire haut et fort :

JEUDI 4 MAI à 18H30 PLACE DE LA LIBERTE A BREST 

 

Place de la Liberté à Brest: manifestation de rassemblement républicain pour réaffirmer nos valeurs de Liberté, d'Egalité, de Fraternité, après les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher en janvier 2015 (photo Côté Brest)

Place de la Liberté à Brest: manifestation de rassemblement républicain pour réaffirmer nos valeurs de Liberté, d'Egalité, de Fraternité, après les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher en janvier 2015 (photo Côté Brest)

Partager cet article

Repost0
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 14:27

Veuillez trouvez quelques informations concernant la traditionnelle fête du 1er Mai organisée par la section de Brest du PCF au patronage laïque du Pilier Rouge.

 

Elle avait cette année une teneur particulière.

 

Vous trouverez en PJ le discours qu’à prononcé en ouverture Eric Guellec, candidat aux élections législatives sur Brest Centre. Il était entouré des autres candidats PCF (Jean Paul Cam et Pierre Yves Liziard) sur les circonscriptions de Brest Rural et Landivisiau, de la Présidente du groupe des élu-e-s communistes Jacqueline HERE ainsi que de l’exécutif de la Section du PCF Brest/ Relecq Kerhuon.

 

Vous trouverez également quelques photos qui montrent démontrent l’affluence d’hier et que vous pouvez réutiliser.

 

Une bonne ambiance d’abord, où la solidarité était le maitre mot. 150 repas ont été servi ; pas moi ns de 300 personnes au total sont passées sur la Fête.

 

Mais, notamment après avoir défilé Place de la Liberté , l’heure était avant tout à la mobilisation politique. Toutes les organisations de gauche avaient été conviées à l’inauguration de la fête et au repas. L’UDB, le PS, EELV et BNC ont répondu positivement présent à cette invitation...

 

De nombreux acteurs locaux étaient présents (responsables associatifs, responsables syndicaux, représentant des usagers, élu-e-s…).

 

Eric Guellec a présenté un discours offensif (voir en PJ). Il a rappelé que le PCF a toujours combattu l’extrême droite, et le combattra toujours. Dans les urnes et sur le terrain ! Il a souligné l’importance que la Gauche se rassemble dès les élections législatives afin d’élire un maximum de députés qui soient aux avant-postes pour résister au Président E. Macron. Rassemblée, oui la Gauche est en mesure de gagner des centaines de circonscriptions en France.

 

N’hésitez pas à revenir vers nous en cas de questions complémentaires,

 

En vous souhaitant bonne réception et une agréable fin de journée,

 

Jean Paul Cam et Eric Guellec

 

***

DISCOURS DU PARTI COMMUNISTE FRANCAIS FETE DU 1ER MAI

par Eric Guellec, candidat aux législatives à Brest Centre

Mesdames, Messieurs, chers amis, chers camarades

Tout d’abord au nom de la section du PCF du Pays de Brest je tiens à remercier le Patronage Laïque du Pilier Rouge pour son accueil.

Merci également à nos annonceurs, aux bénévoles qui rendent cette fête du 1er mai possible tous les ans, aux associations présentes dont nous partageons les valeurs et qui ont répondu à notre invitation. Je salue la présence ici de syndicalistes et de membres des forces politiques de gauche de notre métropole.

Il y a 8 jours, les Françaises et les Français se sont rendus aux urnes.

Les finalistes qualifiés à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle ne sont pas de notre goût, c'est le moins qu'on puisse dire.

Mais il reste donc deux bulletins de vote sur la table, ou dans la machine, c'est selon.

Qui, parmi nous ici fraternellement rassemblés, se retrouve dans le programme de casse sociale, de fragilisation des services publics et de confortement de la finance que nous mijote le candidat Macron? Personne, évidemment.

Mais attention mes camarades, en face c'est l'extrême-droite...

Ne nous racontons pas d’histoires.

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle sont éloquents. La victoire du Front national du clan Le Pen n’est plus un fantasme ou une hypothèse trop improbable pour être considérée sérieusement. Il n’y a qu’à voir avec quelle indifférence et quelle résignation coupable ces résultats ont été en général accueillis sur les plateaux de télévision dimanche dernier.

Nous le rappelons s'il en est besoin : le Parti Communiste a toujours combattu et combattra toujours l'extrême-droite.

Cette lutte permanente fait partie de notre essence même, elle est une pièce de notre colonne vertébrale.

Et le 7 mai, combattre le Front National, ce n'est pas se contenter de dire : "Aucune voix pour Le Pen."

Les mots ont leur importance.

Et derrière ces mots, il y aurait, pourquoi pas, le vote blanc, l'abstention. Ce luxe-là, celui du vote blanc, de l'abstention, nous ne pouvons pas nous le permettre. Il va dans le sens de ce à quoi travaille inlassablement l'entreprise familiale Le Pen : la banalisation de l'extrême-droite pour finir par s'imposer par les urnes!

Le Parti Communiste a été très clair là-dessus, dès le soir du premier tour par la voix de Pierre Laurent. Faisons barrage à Le Pen.

Alors, on entend, ici ou là, certains s'insurger. Ils ne supporteraient plus de telles prises de position fermes. Il ne faudrait surtout pas inviter les citoyens à nous écouter sur le sujet. Et, de toute façon,le second tour serait déjà plié.

Nous, nous affirmons au contraire que c'est le devoir et l'honneur du Parti Communiste de faire porter haut et fort son message de combat et de résistance. L’histoire de notre Parti, bientôt centenaire, a été mouvementée, forgée au fer et au feu des luttes antifascistes, du combat pour la paix, de la lutte contre le capitalisme et pour l’émancipation du genre humain. Nous avons toujours participé aux batailles qui ont permis de grandes avancées sociales. Il faut donc battre Le Pen. Mais il faut également la maintenir à un score le plus bas possible. Score qui sera déjà bien trop haut à nos yeux. Chaque voix compte.

Un Front National à 30% et un Front National à 45%, et bien non, ça n'est pas la même chose!

Et ce serait une illusion dangereuse de croire qu’avec une extrême droite au pouvoir ou simplement renforcée, le peuple en serait plus combatif. L’histoire nous transmet des preuves tragiques et permanentes du contraire. Ne banalisons pas l'extrême-droite, combattons toujours l'idée qu'elle puisse accéder au pouvoir. Ne jouons pas avec ce feu-là. Le 7 mai, utilisons sans état d'âme le bulletin de vote Macron pour battre Le Pen.

Mais soyons clairs, la gauche ne se livre pas au candidat Macron. Le vote Macron sera de notre part tout sauf un vote d'adhésion.

Si certains en 2012 ont pu être très rapidement surpris et déçus par François Hollande, nous savons qu'Emmanuel Macron lui, s'il est élu président, ne nous surprendra pas et ne nous décevra pas! Nous ne sommes pas dupes! Il est notre adversaire. Nos revendications, notre projet d'une société plus juste et enfin fraternelle, nous continuerons à les porter. Comme nous les avons portés lors du rassemblement de ce matin. Comme nous les portons ici-même en ce moment! Nous avons combattu M. Macron comme ministre, puis comme candidat, dans la rue, à l'Assemblée nationale, dans les urnes.

Nous combattrons demain tous ses choix antisociaux, favorables à la loi de l'argent et à la minorité qui en profite de façon scandaleuse. Le bon score obtenu dimanche dernier par le candidat soutenu par le Parti Communiste est l’expression d’un vote politique, conscient, un vote d’appartenance et d’exigence sociale.

Il est le fruit d’une belle campagne et également de ce travail de terrain de longue haleine que le PCF, ses militants et ses élus n’ont jamais cessé de mener, aux côtés d'autres progressistes. Jean-Luc Mélenchon obtient d'ailleurs ses meilleurs scores dans des municipalités communistes. Ce qui est certain, c’est que des perspectives nouvelles à gauche ont émergé de cette campagne présidentielle.

Au-delà du second tour, il faut construire dès maintenant le maximum de victoires législatives les 11 et 18 juin prochains. Les droites sont en ordre de bataille pour les élections législatives. C'est à nous, Parti communiste, France insoumise, Ensemble!, forces du Front de gauche, socialistes désireux de rompre avec la politique menée pendant ces 5 dernières années, de créer les conditions de ces victoires. Pour une gauche de résistance et de combat forte à l'Assemblée nationale, en élisant le maximum de députés prêts à défendre les intérêts des classes populaires, les aspirations de nos concitoyens au progrès et à la justice sociale.

A l'expérience, les citoyens de notre pays savent que ce sont les députés communistes et Front de gauche qui ont été les adversaires les plus déterminés du ministre Macron et de la loi El Khomri. Ce sont des députés qui sont restés fidèles aux engagements pris devant leurs électrices et électeurs. Ils ont grandement contribué à maintenir la gauche debout. Les élections législatives seront cruciales.

La reconquête engagée le 23 avril peut donc se poursuivre à une condition : que les femmes et les hommes qui ont permis ensemble le score de Jean-Luc Mélenchon envoient très vite un signal fort de mise en commun de leurs forces dans cette nouvelle bataille. C'est l'appel que nous n'avons de cesse de lancer aux formations progressistes, et notamment, mais pas uniquement, à la France Insoumise.

Nous l'avons rencontrée régulièrement et nous continuons bien sûr d'échanger avec ses représentants brestois. Ils savent notre souhait d'avancer avec eux sur les législatives. Nous œuvrons quotidiennement à développer des dynamiques locales, qui nous permettront de porter haut nos projets communs de progrès social. Néanmoins, le temps presse. Le Parti Communiste prendra bien sûr part à la bataille des législatives. Dans l'espoir toujours maintenu de parvenir à des candidatures concertées, issues des forces progressistes que j'ai citées tout à l'heure, et soutenues par elles, le PCF met à disposition du rassemblement les candidatures de Maxime Paul sur la circonscription de Chateaulin, de Pierre Yves Liziar sur celle de Landivisau, de Jean-Paul Cam sur la circonscription de Brest Abers Iroise et de moi-même Eric Guellec sur celle de Brest Centre.

Notre Parti, ses militants, porteront au besoin ces candidatures jusqu'aux élections législatives. Mais en mettant leurs énergies en commun, toutes les forces qui ont contribué au beau score de la gauche de progrès le 23 avril et qui auront à travailler ensemble demain amplifieraient les résultats à venir. Unis, dans le respect et la reconnaissance de chacune de nos formations politiques, nous avons, aujourd’hui, les moyens de porter à l’Assemblée nationale un nombre important de députés de gauche.

Députés s’appuyant sur une plate-forme commune, sociale, écologiste et démocratique. Avant de conclure, insistons là-dessus : Toutes les composantes de la gauche de changement doivent dépasser leurs intérêts propres. Elles peuvent et doivent s’unir en proposant au peuple, un pacte pour une majorité de combat et de progrès. Il nous faut pour cela rejeter tout désir hégémonique. C’est un contrat d’assurance, un pacte de reconquête. L’assurance pour le peuple, pour les millions de Françaises et de Français qui, le 23 avril, ont fait le choix de la rupture démocratique, écologique et sociale, d’être défendus et protégés. Pour en terminer, je rappellerai que le partage, la solidarité, le bien-être commun et la préservation de notre planète sont juste ce que la plus large majorité de nos concitoyens espèrent, désirent et veulent porter en juin dans les urnes et à l’Assemblée nationale. Chers amis, chers camarades, je vous invite dès à présent à partager le verre de l'amitié. Passons ensemble une bonne journée fraternelle et conviviale ! Je vous remercie.

Eric Guellec.

 
Fête du Parti Communiste à Brest le 1er mai 2017 - Intervention de Eric Guellec, adjoint à Brest et candidat aux législatives

Partager cet article

Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 14:31

DECLARATION du bureau du Comité Régional Cgt Bretagne

La lutte contre le FN, c’est dans l’entreprise, dans la rue et dans les urnes.

Si la présence de la candidate du front national au second tour des élections présidentielles ne résonne pas comme une déflagration, y compris dans le monde du travail, c’est aussi que les idées de haine et de division ainsi que la désignation de boucs émissaires ont abîmé les solidarités parmi les salariés, les retraités et les demandeurs d’emploi.

Nous ne sommes plus en 2002, c’est un fait, et le modelage médiatique depuis des mois pour prédire un second tour avec l’extrême droite a contribué à banaliser le front national en parti comme les autres.

Or, ce n’est certainement pas le cas !

Les politiques d’austérité ont augmenté la fracture sociale, favorisé les discriminations, engendré la montée des radicalités et de l’extrémisme, et ont aussi conduit à ce résultat désastreux. Les périodes de régression sociale conduisent fortement à la présence du camp de la haine au second tour des élections présidentielles, la responsabilité du capital et de la financiarisation est évidente.

La population de Bretagne n’a pas fait le choix de l’ombre. Les salariés n’y sont certainement pas pour rien.

Dans ce contexte, se résigner à mettre au même niveau les deux candidats à l’élection présidentielle est une erreur fondamentale qui renforce le trouble déjà bien ancré parmi les salariés, particulièrement les plus fragilisés. Le front national n’est pas un parti comme les autres, et dans le cas présent, en complémentarité avec les actions et initiatives engagées par la Cgt pour combattre les idées d’extrême droite, le 7 mai est aussi un moyen de mobilisation et d’expression par les urnes.

Le vote constitue un élément de la démocratie, de la citoyenneté. Les salariés doivent l’utiliser. Mettre le front national au plus bas, c’est renforcer notre capacité d’intervention au lendemain du second tour des élections pour continuer à porter les exigences revendicatives en développant le rapport de force et le mouvement social.

Jamais ce parti de la xénophobie n’a été aussi proche de prendre le pouvoir. Il faut mettre fin à la présence du front national à chaque élection. Elle est devenue l’objet du chantage de ses adversaires électoraux, quels qu’ils soient, pour appeler au sursaut républicain.

Le bulletin du candidat face au front national est le seul moyen qui permettra de continuer à la France de vivre dans une démocratie, pays des lumières et des droits de l’Homme, ce n’est en aucun cas un vote d’adhésion à un projet politique.

La Cgt, avec sa campagne contre les idées d’extrême droite au quotidien, ne laisse pas une place d’incertitude sur cette démarche d’opposition qui lie la mobilisation, et l’expression de la citoyenneté.

La confiance dans l’action collective, dans la solidarité des travailleurs entre eux, dans leur capacité à se mobiliser pour arracher les conquêtes sociales du 21ème siècle, est un défi à relever.

Il faut le gagner. Le 1er mai est le prochain rendez-vous des salariés pour se mobiliser pour la satisfaction des revendications, pour la paix, moyen, aussi, de combattre le front national. Il doit être massif, pour les revendications, pour rejeter la haine. Le 7 mai, c’est aussi un moment de mobilisation, par les urnes, en utilisant le bulletin du candidat opposé au front national.

Ni l’abstention, ni le vote blanc ne constituent des moyens de battre efficacement le front national.

Rennes, le 28 avril 2017

Déclaration du bureau du Comité Régional CGT Bretagne: la lutte contre le FN, c'est dans l'entreprise, dans la rue, et dans les urnes.

Partager cet article

Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 12:13
Ouest-France, 29 avril 2017 - Pages Finistère: un extrait du communiqué du PCF daté du 28 avril 2017

Ouest-France, 29 avril 2017 - Pages Finistère: un extrait du communiqué du PCF daté du 28 avril 2017

Déclaration du PCF Finistère membre du Front de Gauche

après le scrutin du 23 avril 2017

 

En accordant près de 20% de leurs suffrages à Jean Luc Mélenchon, en le plaçant second des candidats à l'élection présidentielle, les électeurs du Finistère ont contribué avec enthousiasme à l'excellent score régional et national du candidat de la France Insoumise, soutenu par le Parti communiste et Ensemble !

Le programme défendu brillamment par notre candidat a rencontré un large échochez celles et ceux qui ont été trahis par Hollande et Valls. Il a fédéré les couches populaires, les employés, les ouvriers, les jeunes et plus largement ce peuple de gauche qui ne renonce pas.

Ce score historique, inédit depuis 1969, conquis dans un contexte particulièrement difficile est la victoire de toute la gauche de transformation sociale, des électeurs communistes, des insoumis, des socialistes se refusant au naufrage de leurs idéaux, des écologistes. Il porte loin. Il appelle au rassemblement pour les échéances prochaines et l’avenir.

L’urgence aujourd'hui est d’interdire l'accès au pouvoir à l’extrême droite. Ultime rempart des intérêts des oligarques, le FN est un danger mortel pour la démocratie.

Voyons la conduite de ses amis au pouvoir en Ukraine, en Pologne, en Hongrie.

Nous pouvons nous affronter à nos adversaires politiques. On ne tergiverse par avec les ennemis de la République.

Le dimanche 7 mai, il ne s'agit pas de soutenir le programme de Macron-le-banquier. L'enjeu est d'infliger la défaite la plus nette possible au Front National et à sa candidate. Condition essentielle pour amplifier les mobilisations sociales pour de nouveaux droits pour toutes et tous.

Les élections législatives des 11 et 18 juin prochains prennent désormais une importance cruciale. Elles ne seront pas la suite automatique et routinière de l’élection présidentielle.

L'Assemblée Nationale peut devenir un véritable contre pouvoir si les forces de gauche, celles qui ont assuré le beau résultat de Jean Luc Mélenchon et celles qui souhaitent ouvrir des voies nouvelles, savent se rassembler.

Dans les 8 circonscriptions du Finistère les scores additionnés de Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Benoît Hamon et Jean Luc Mélenchon. placent la gauche en tête de toutes les autres forces politiques. Nous ne méconnaissons pas les différences qui nous opposent, singulièrement celles nées du dernier quinquennat. Mais la séquence électorale que nous sommes en train de vivre s'inscrira comme un moment de rupture dans l'histoire de notre pays.

Nous sommes en capacité de construire avec nos partenaires de toute la gauche, du NPA à la France Insoumise, en passant par les socialistes progressistes, les écologistes, Ensemble !, et nous même, membres du Front de Gauche, des rassemblements qui permettent d'envoyer à l'Assemblé Nationale des femmes et des hommes d'engagement.

Rencontrons nous. Discutons en.

D'ici là, le PCF appelle à une large participation aux rassemblements du 1er Mai pour résister aux coups de force libéraux de Macron et à la menace de l'extrême-droite. Les mobilisations des salariés et des citoyens seront essentielles plus que jamais face aux dangers qui nous guettent.

Brest, 27 avril 2017

Finistère appel CGT, FSU et Solidaires 

Ce 1er mai sera un grand rassemblement revendicatifdans l’unité la plus large, pour une société plus juste, plus égalitaire et plus solidaire. Les syndicats entendent poursuivre et amplifier la lutte contre les idées d’extrême droite, mais aussi contre les politiques libérales à l’œuvre dans notre pays qui font le lit de l’extrême-droite depuis des années.
Rassemblements à : 
 Quimper 10h30 Place de la Résistance 
 Brest 10h30 Place de la liberté 10h30 
 Morlaix 11h Place de la mairie 
 Quimperlé 10h30 Coat Ker 
 Pont l’Abbé 11h à l’UL CGT 
 Châteaulin 10h30 Place de la résistance 
 Carhaix 10h30  

 

Partager cet article

Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 12:10
Handicap: dans le Finistère, 1600 personnes en attente de places (Ouest-France, 27 avril 2017)

Handicap. Dans le Finistère « 1 600 personnes sont en attente de places »

 

Ouest-France / 27/04/2017

En assemblée générale, à Sainte-Sève, l’association départementale de parents et d’amis de personnes handicapées mentales (Adapei) ont dénoncé, de nouveau, cette situation.

« Dans le Finistère, 1 600 personnes sont en attente de places ou en situation d’inadéquation », dénoncent les responsables de l’Adapei (Association départementale de parents et amis de personnes handicapées mentales).Ceux-ci notent également que le nombre d’enfants inscrits sur une liste d’attente auprès d’un des établissements médico-sociaux avoisine les 540. « Ce nombre ne cesse d’augmenter. Or, en 2017, il n’est prévu que douze créations de places en IME. L’accès à l’éducation est pourtant un droit et non une faveur. »

L’arrivée à la retraite des travailleurs en Esat

En assemblée générale, samedi, à la maison des associations, la situation des travailleurs en Esat, établissements d’aide par le travail, a aussi été évoquée. En effet, ceux qui font valoir leur droit à la retraite ne se voient proposer que des places en Ehpad. La moyenne d’âge y est de 85 ans et les conditions d’accompagnement ne correspondent pas à leurs besoins. « Dans le département, il n’existe qu’une seule maison pour personnes âgées handicapées », regrettent les responsables de l’Adapei.

L’association dispose de six antennes, dans le département : à Morlaix, Landerneau, Lesneven, Ploudalmézeau, Brest-Saint-Renan et Quimper-Pont-l’Abbé. Autre action notée, celle de la participation au nouveau projet régional de santé (PRS) 2018-2022 « qui devra être une réponse aux usagers ou leurs représentants ».

La réunion avait débuté par un hommage au président Raymond Burel, décédé en mars dernier, dont l’intérim est assuré par Marie Evennou, jusqu’aux élections qui se dérouleront en mai prochain.

 

**********************

 

C’est un nouveau cri d’alarme que lancent les associations.

La qualité d’une société se juge à la manière dont elle considère les plus fragiles. 

Dans le cas du handicap, les bilans des différents gouvernements successifs sont loin du compte, il y a même des reculs par rapport aux engagements qui avaient été pris.

Ce n’est pas aux personnes en situation de handicap de s’adapter à la société, c’est celle-ci qui doit les reconnaître comme des personnes à part entière, à égalité de droits avec toutes les autres.

Il faut sortir de cette situation indigne, redonner la primauté à l’humain sur la finance.

 

Les propositions des communistes :

 

  • établir le principe d’une société s’adaptant aux personnes handicapées

  • soutenir les associations de personnes handicapées

  • renforcer le droit du travail pour les personnes handicapées

  • accueillir les élèves et étudiants handicapés

  • augmenter les places d’hébergement indispensables

  • le service public et le 100% sécu pour les soins et appareillages

Partager cet article

Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 05:25

 

Déclaration du PCF Finistère membre du Front de Gauche

après le scrutin du 23 avril 2017

 

En accordant près de 20% de leurs suffrages à Jean Luc Mélenchon, en le plaçant second des candidats à l'élection présidentielle, les électeurs du Finistère ont contribué avec enthousiasme à l'excellent score régional et national du candidat de la France Insoumise, soutenu par le Parti communiste et Ensemble !

Le programme défendu brillamment par notre candidat a rencontré un large écho chez celles et ceux qui ont été trahis par Hollande et Valls. Il a fédéré les couches populaires, les employés, les ouvriers, les jeunes et plus largement ce peuple de gauche qui ne renonce pas.

Ce score historique, inédit depuis 1969, conquis dans un contexte particulièrement difficile est la victoire de toute la gauche de transformation sociale, des électeurs communistes, des insoumis, des socialistes se refusant au naufrage de leurs idéaux, des écologistes. Il porte loin. Il appelle au rassemblement pour les échéances prochaines et l’avenir.

L’urgence aujourd'hui est d’interdire l'accès au pouvoir à l’extrême droite. Ultime rempart des intérêts des oligarques, le FN est un danger mortel pour la démocratie.

Voyons la conduite de ses amis au pouvoir en Ukraine, en Pologne, en Hongrie.

Nous pouvons nous affronter à nos adversaires politiques. On ne tergiverse par avec les ennemis de la République.

Le dimanche 7 mai, il ne s'agit pas de soutenir le programme de Macron-le-banquier. L'enjeu est d'infliger la défaite la plus nette possible au Front National et à sa candidate. Condition essentielle pour amplifier les mobilisations sociales pour de nouveaux droits pour toutes et tous.

Les élections législatives des 11 et 18 juin prochains prennent désormais une importance cruciale. Elles ne seront pas la suite automatique et routinière de l’élection présidentielle.

L'Assemblée Nationale peut devenir un véritable contre pouvoir si les forces de gauche, celles qui ont assuré le beau résultat de Jean Luc Mélenchon et celles qui souhaitent ouvrir des voies nouvelles, savent se rassembler.

Dans les 8 circonscriptions du Finistère les scores additionnés de Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Benoît Hamon et Jean Luc Mélenchon. placent la gauche en tête de toutes les autres forces politiques. Nous ne méconnaissons pas les différences qui nous opposent, singulièrement celles nées du dernier quinquennat. Mais la séquence électorale que nous sommes en train de vivre s'inscrira comme un moment de rupture dans l'histoire de notre pays.

Nous sommes en capacité de construire avec nos partenaires de toute la gauche, du NPA à la France Insoumise, en passant par les socialistes progressistes, les écologistes, Ensemble !, et nous même, membres du Front de Gauche, des rassemblements qui permettent d'envoyer à l'Assemblé Nationale des femmes et des hommes d'engagement.

Rencontrons nous. Discutons en.

D'ici là, le PCF appelle à une large participation aux rassemblements du 1er Mai pour résister aux coups de force libéraux de Macron et à la menace de l'extrême-droite. Les mobilisations des salariés et des citoyens seront essentielles plus que jamais face aux dangers qui nous guettent.

Brest, 27 avril 2017

 

Finistère appel CGT, FSU et Solidaires 

Ce 1er mai sera un grand rassemblement revendicatif, dans l’unité la plus large, pour une société plus juste, plus égalitaire et plus solidaire. Les syndicats entendent poursuivre et amplifier la lutte contre les idées d’extrême droite, mais aussi contre les politiques libérales à l’œuvre dans notre pays qui font le lit de l’extrême-droite depuis des années.
Rassemblements à : 
 Quimper 10h30 Place de la Résistance 
 Brest 10h30 Place de la liberté 10h30 
 Morlaix 11h Place de la mairie 
 Quimperlé 10h30 Coat Ker 
 Pont l’Abbé 11h à l’UL CGT 
 Châteaulin 10h30 Place de la résistance 
 Carhaix 10h30  

 

 

Fédération du Parti Communiste Français du Finistère - 5 rue Henri Moreau - 29 200 Brest

Fédération du Parti Communiste Français du Finistère - 5 rue Henri Moreau - 29 200 Brest

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011