Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2022 5 07 /10 /octobre /2022 04:15
Le comité de soutien à Vincenzo Vecchi mobilise les parlementaires à Vannes - Tribune initiée par Pierre Dharréville, député PCF des Bouches du Rhône, dans Libération
Photo reprise de la page facebook: Repris de la page facebook: https://www.facebook.com/soutienvincenzo

Photo reprise de la page facebook: Repris de la page facebook: https://www.facebook.com/soutienvincenzo

Repris de la page facebook: https://www.facebook.com/soutienvincenzo
 
[Communiqué de presse] 05/10/22
COMITÉ SOUTIEN #VincenzoVecchi
Communiqué 5 octobre 2022
Aujourd'hui, mercredi 5 octobre, une réunion et conférence de presse sur l'affaire Vincenzo Vecchi se sont tenues à l' #assembleenationale à l'initiative du député Pierre Dharréville – Voir sa tribune publiée dans Libération du 4 octobre et signée par 76 élus. [1]
➡ La première session, à laquelle participaient Maîtres Catherine Glon, Maxime Tessier et Paul Mathonnet en charge de la défense de Vincenzo Vecchi, a réuni une vingtaine de parlementaires
dont les sénateurs Pierre Laurent et Joël Labbé - Sénateur, le député honoraire européen Francis Wurtz, les député-e-s Ségolène Amiot, Frédéric Mathieu, Paul Molac (Morbihan), Danièle Obono, Stéphane Peu ,
Léo Walter, les avocats pénalistes Raphaël Kempf et Vincent Brengarth, la vice-présidente de la Ligue des droits de l'Homme Vergiat Marie-Christine et Eric Vuillard ainsi que Jlmelenchon , venu
témoigner de son soutien à l'invitation du Comité Vincenzo.
➡ A noter parmi les nombreuses interventions :
*** Paul Molac dénonce « le glissement vers une société de plus en plus répressive au détriment des libertés fondamentales »...
*** Joël Labbé « alerte sur la remise en cause des droits fondamentaux et salue cette mobilisation au-delà des frontières pour une personne qui mérite d'être défendue et protégée... Vincenzo est un homme libre dans le pays de la Liberté ».
*** Marie Christine Vergiat souligne que « si on laisse passer cette jurisprudence, on va avoir plein de Vincenzo Vecchi ».
*** Quant à Jean Luc Mélenchon, il déclare qu'il est « en phase avec tout ce qui a été dit, qu'il ne veut pas en dire plus mais qu'il est atterré par l'arrivée au pouvoir de l'extrême droite en Italie »...
➡ Bref, tous les intervenants ont appelé à la vigilance quant au #MAE, dispositif européen initialement prévu pour lutter contre le grand banditisme, le terrorisme et la délinquance financière et qui
aujourd'hui s'appliquerait à un simple manifestant. Tous sont scandalisés par cette absurde et inique menace de plus de 12 ans de prison à l'encontre de Vincenzo Vecchi. Tous espèrent que le bons-sens démocratique et l'esprit de Justice prévaudront lors de l'audience de la Cour de #cassation le 11 octobre...
➡ La seconde session, la conférence de presse proprement dite, a accueilli une vingtaine de journalistes des media nationaux et régionaux.
Nous remercions tous ces élus, personnalités et associations pour leur soutien sans faille à Vincenzo, et tous les journalistes pour leur efficace relais.
Le Comité de Rochefort-en-Terre et les comités en activité dans toute la France, se mobilisent pour organiser leur présence le 11 octobre à Paris.
Comité de Soutien à Vincenzo Vecchi
 

Le Télégramme, 5 octobre

Des parlementaires expriment leur soutien à Vincenzo Vecchi
Publié le 05 octobre 2022

Une vingtaine de parlementaires ont exprimé leur soutien à Vincenzo Vecchi ce mercredi 5 octobre, à l’Assemblée nationale. (Photo Comité de soutien à Vincenzo Vecchi)

Le comité de soutien à Vincenzo Vecchi a réuni une vingtaine de parlementaires en soutien à l’activiste italien ce mercredi 5 octobre. L’audience devant la Cour de cassation doit se tenir mardi prochain.

À six jours de l’audience de la Cour de cassation qui décidera de l’extradition, ou non, de Vincenzo Vecchi vers l’Italie, une vingtaine de parlementaires français ont voulu lui témoigner leur appui, ce mercredi 5 octobre. Les membres de son comité de soutien avaient organisé une réunion à l’Assemblée nationale. L’activiste italien installé à Rochefort-en-terre (Morbihan) a été condamné par l’Italie à une peine d’emprisonnement de douze ans pour des « dévastation et pillage » auxquels il aurait participé à l’occasion d’une manifestation anti-G8 à Gênes en 2001.

Parmi les parlementaires qui se sont exprimés, Paul Molac, député de Ploërmel a dénoncé « le glissement vers une société de plus en plus répressive au détriment des libertés fondamentales ». Le sénateur Joël Labbé a, quant à lui, alerté « sur la remise en cause des droits fondamentaux » et salue « cette mobilisation au-delà des frontières pour une personne qui mérite d‘être défendue et protégée… Vincenzo est un homme libre dans le pays de la Liberté ». Des propos approuvés par Jean-Luc Mélenchon.

La Cour de cassation doit se prononcer mardi 11 octobre. Sa décision doit mettre un terme à ce feuilleton judiciaire qui dure depuis l’arrestation de Vincenzo Vecchi, en août 2019.

Son comité de soutien organise un rassemblement samedi 8 octobre à partir de 11 h sur le port de Vannes.

[Presse] 05/10/22
𝗠𝗮𝗻𝗱𝗮𝘁 𝗱’𝗮𝗿𝗿𝗲̂𝘁 𝗲𝘂𝗿𝗼𝗽𝗲́𝗲𝗻 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗿𝗲 𝗹’𝗶𝘁𝗮𝗹𝗶𝗲𝗻 #vincenzovecchi «𝗖̧𝗮 𝘀𝗲𝗿𝗮𝗶𝘁 𝗱𝗼𝗻𝗰 𝗰̧𝗮, 𝗻𝗼𝘀 𝘃𝗮𝗹𝗲𝘂𝗿𝘀?»
«Au nom de la coopération européenne, mieux vaudrait que soit appliquée une loi littéralement fascisée ? Ça serait donc ça, nos valeurs ?», s’étrangle Eric Vuillard. «Cela reviendrait à faire passer la défense des droits fondamentaux après le principe de solidarité européenne», abonde Marie-Christine Vergiat, vice-présidente de la Ligue des droits de l’Homme. Et de mettre en garde sur «une jurisprudence» qui menace de créer «plein de Vincenzo Vecchi», dans un «contexte d’arrivée de l’extrême droite au pouvoir en Italie». Me Maxime Tessier, qui représente l’activiste Italien aux côtés de Catherine Glon et Paul Mathonnet, interroge : «Si un gouvernement européen se met à pénaliser l’IVG, est-ce qu’à partir du moment où une personne serait condamnée et viendrait trouver refuge chez nous, on la remettrait à l’Etat qui la demande ?»
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2022 4 06 /10 /octobre /2022 19:17
Salaires, emploi, retraites : amplifions la mobilisation sociale ! -  Déclaration du PCF- 6 octobre 2022

Salaires, emploi, retraites : amplifions la mobilisation sociale !

- Déclaration du PCF- 6 octobre 2022

En cette rentrée, des millions de nos concitoyennes et concitoyens affrontent d’immenses difficultés : hausse des prix, salaires qui stagnent, délocalisations d’activités et plans de licenciements, précarisation de l’emploi, poursuite de la casse des services publics de santé et d’éducation. La crise énergétique a de graves conséquences par la hausse des prix pour les usagers, les collectivités et les entreprises à forte consommation d’énergie. Les difficultés pour le monde du travail, pour les étudiant.es, la jeunesse, les salarié.es, les retraité.es, en particulier pour les femmes, sont plus fortes que jamais.

La politique du pouvoir, faite de gros cadeaux aux profits, de petits chèques aux milieux populaires et de nouvelles régressions sociales, ne permet pas de répondre à l’exigence d’une vie digne pour chacune et chacun ni aux défis économiques, sociaux, énergétiques et climatiques. Réforme de l'assurance chômage, réforme des retraites, budgets d'austérité pour la sécurité sociale et l’État, restrictions énergétiques... c'est un programme de classe, un programme de combat qui enfonce le pays dans la crise qu’annonce Emmanuel Macron en cette rentrée pour satisfaire aux diktats austéritaires du capital et de l’Union européenne.

Dans ce contexte, le PCF se félicite du succès de la première grande journée d’action interprofessionnelle le 29 septembre dernier et appelle à poursuivre la lutte avec les organisations syndicales pour l’augmentation des salaires et à créer les conditions d’une large mobilisation pour les retraites.

Un million de grévistes et 250 000 manifestant.e.s se sont mobilisé.e.s à travers tout le pays. Cette mobilisation unitaire des salarié.e.s, de leurs organisations syndicales, sur leurs lieux de travail, par la grève et toute forme d’actions, est un élément central du combat pour les salaires, l’emploi, la défense des retraites contre la domination capitaliste. Dans toutes les mobilisations à venir, le travail en commun et le respect des organisations syndicales est un gage d’élargissement et de succès. C’est essentiel pour construire une mobilisation victorieuse contre la réforme des retraites du pouvoir et pour une réforme des retraites digne du 21e siècle.

C’est pourquoi le PCF se félicite de la déclaration de l’intersyndicale du 3 octobre qui réaffirme que toutes les organisations représentées sont d’une part fermement opposées à tout recul de l’âge légal de départ en retraite et à une augmentation de la durée de cotisation et travaillent d’autre part à à porter des revendications communes. C’est dans le même état d’esprit qu’avec Fabien Roussel, le PCF a proposé à toutes les forces de gauche de travailler à un contre-projet unitaire de réforme des retraites et mettra en débat ses propres propositions pour une réforme de progrès social, cohérente et ambitieuse. En outre, puisque le pouvoir n’a clairement pas de majorité sur son projet, les députés communistes travaillent au dépôt d’une motion référendaire pour que le peuple s’exprime.

Afin de créer les conditions d’un grand mouvement social porté par le monde du travail, le PCF appelle toutes les forces de gauche à respecter et soutenir le calendrier de l’intersyndicale et se joindre à toute date de mobilisation nationale décidée par elle.

Dans cette perspective, les communistes décident d’un mois d’actions politiques partout en France pour les salaires, l’emploi et les retraites. Nous prendrons des initiatives publiques pour mettre en débat nos propositions sur ces enjeux. Nous participerons aux différentes mobilisations d’ores et déjà annoncées par des forces politiques, syndicats ou associations. En ce sens, les communistes participeront à la marche du 16 octobre contre la vie chère et l'inaction climatique. Nous appelons également à participer à la semaine d’action du 17 octobre organisée par la CGT, notamment aux mobilisations du 18 octobre des cheminots et des enseignants de l’enseignement professionnel.

Toutes et tous ensemble, travaillons à la réussite des mobilisations pour mettre en échec les projets du pouvoir, obtenir des avancées sociales et construire l’alternative politique !

Paris, le 6 octobre 2022.

 

Parti communiste Français.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2022 7 02 /10 /octobre /2022 12:29
Programme de la rencontre régionale sur les Mobilités organisée par le PCF Bretagne à Morlaix le samedi 8 octobre

Au vu de l’explosion du prix des carburants, de la crise énergétique actuelle et climatique qui a frappé la Bretagne cet été, des difficultés d’’accès au logement, aux transports et au travail, nous vous informons de l’organisation d’une réunion régionale d’informations et d’échanges sur le droit et l’accès à la mobilité en Bretagne :

Le samedi 8 octobre à partir de 11h00

à Morlaix à l’Agora Café (proximité de la gare)

Faisant suite à plusieurs rencontres et échanges construits depuis un an sur l’accès à la mobilité avec des usagers, des cheminots et élus locaux, cette réunion se déroulera également pour abonder la préparation du prochain Contrat de Plan Etat Région (CPER).

Plusieurs intervenants y sont invités et prendront la parole autour de deux tables rondes, débats entrecoupés d’une pause repas.

Pour des raisons d’organisations, nous vous serions reconnaissant de nous faire part de votre présence à l’adresse suivante : federation@29.pcf.fr

En indiquant notamment si vous souhaitez manger sur place à l'Agora Café (coût du repas individuel sandwich, dessert, boissons, café / 10€ , pris en charge par la fédé - participation libre des camarades qui le souhaitent). Nous avons pré-réservé une cinquantaine de repas, mais nous pouvons actualiser jusqu'à mercredi 5 octobre. La salle a une capacité d'accueil de 65 personnes environ.

Des syndicats, des élu.e.s, associations et partis partenaires pour la défense du ferroviaire ont également été invités.

Philippe JUMEAU Secrétaire fédéral PCF 56 - Comité Régional d'Action et de Concertation, issu des 4 fédérations PCF Bretagne

Gladys GRELAUD Conseillère régionale groupe communistes et progressistes

Programme de la Rencontre régionale sur les Mobilités

Morlaix - Agora Café, samedi 8 octobre 2022

11:15 : Accueil des participants et Mot d’accueil

11h45 : Première table ronde : vers un droit à la mobilité pour tout.e.s en Bretagne

Bilan état du réseau ferroviaire breton intervenant

Xavier BOSSER ou Emmanuel Briand Cheminots secteur Bretagne CGT

Besoins des Usagers sur le territoire Breton

Stéphanie GREVET Porte-parole de l’association des usagers de la Bretagne

Le train du quotidien pour «  les cols blancs et les cols bleus »

Rolland le SAUCE PCF Morbihan

Vers des transports publics locaux accessibles : la question de la Gratuité 

Roger HERE Vice-président mobilité EPCI Morlaix

Echanges avec la salle

13h15 – 14:15 : Pause casse croûte

14H15: Deuxième table ronde : Le développement du Fret , un enjeu climatique :

Expérience de la réouverture du train des primeurs FRET Perpignan, Rungis

Représentant Fédération CGT des cheminots

La ligne Morlaix – Roscoff,

Intervenant Cyril DALLOIS PCF Ile et Vilaine

Modernisation de la ligne Auray –Pontivy- Saint Brieuc

Simon BRUNET St Brieuc Collectif centre Bretagne en train

La modernisation de la ligne Quimper-Brest

Jean-Christophe HAMON et Gabriel ANDRE cheminots Brest et Quimper

Création d’une seconde gare à Rennes

Yannick TIZON PCF Ile et Vilaine

Une politique des transports publics ambitieuse et efficace

Jacques Baudrier PCF conseiller de Paris, administrateur d’Île de France Mobilités

Echanges avec la salle

16H30 Clôture des débats

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2022 7 02 /10 /octobre /2022 09:54
Conférence de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest à Landerneau à l'invitation du PCF Finistère - 70 personnes y ont assisté
Conférence de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest à Landerneau à l'invitation du PCF Finistère - 70 personnes y ont assisté
Conférence de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest à Landerneau à l'invitation du PCF Finistère - 70 personnes y ont assisté
Conférence de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest à Landerneau à l'invitation du PCF Finistère - 70 personnes y ont assisté
Conférence de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest à Landerneau à l'invitation du PCF Finistère - 70 personnes y ont assisté
Conférence de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest à Landerneau à l'invitation du PCF Finistère - 70 personnes y ont assisté
Conférence de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest à Landerneau à l'invitation du PCF Finistère - 70 personnes y ont assisté
Conférence de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest à Landerneau à l'invitation du PCF Finistère - 70 personnes y ont assisté
Conférence de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest à Landerneau à l'invitation du PCF Finistère - 70 personnes y ont assisté

Sorties culturelles et artistiques du PCF Finistère

Samedi 1er octobre, après la visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest, 2 heures passionnantes de conférence de Renaud Faroux au Mille Clubs de Landerneau de 12h à 14h, pour donner à comprendre et parcourir l’œuvre de l'artiste niçois, dans son contexte artistique, culturel, social et politique, et en lien avec les artistes de la tradition et les poètes qui l'ont inspiré.

C'était la septième intervention de l'historien d'art et spécialiste de la Figuration libre et du Salon de la jeune peinture, du Pop art européen, Renaud Faroux pour le PCF Finistère et ses invités en lien avec des expositions du FHEL à Landerneau ou du musée de Pont Aven et 70 personnes ont eu la chance de suivre cette conférence brillante et passionnée de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest, avant un pique- nique convivial au soleil en bordure d'Elorn.

Renaud Faroux a promis de revenir prochainement dans le Finistère nous présenter les artistes et la cohérence interne de l'exposition Libres comme l'art, 100 ans d'histoire entre le PCF et les artistes, présente à Colonel Fabien en 2021.

Conférence de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest à Landerneau à l'invitation du PCF Finistère - 70 personnes y ont assisté
Conférence de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest à Landerneau à l'invitation du PCF Finistère - 70 personnes y ont assisté
Conférence de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest à Landerneau à l'invitation du PCF Finistère - 70 personnes y ont assisté
Conférence de Renaud Faroux sur Ernest Pignon Ernest à Landerneau à l'invitation du PCF Finistère - 70 personnes y ont assisté
Partager cet article
Repost0
2 octobre 2022 7 02 /10 /octobre /2022 09:44
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo

Exposition Ernest Pignon Ernest à l'espace des Capucins de Landerneau visitée avec 60 camarades à l'invitation du PCF Finistère ce samedi 1er octobre- quand l'art urbain sublime l'art baroque et sacré, l'art engagé et la poésie... Desnos, Rimbaud, Genet, Pasolini, Maïakovski, Darwich, Neruda, Maurice Audin, Ségalen, Caravage, Artaud, mais aussi les Communards, les immigrants, les expulsés, les ouvriers, les prisonniers, les "aliénés", les SDF, les femmes victimes de l'interdiction de l'IVG, les rebelles, les victimes de l'apartheid, du colonialisme et du racisme, les combattants de la justice sociale et de l'égalité des droits, ils sont à l'honneur de la splendide exposition rétrospective dont Ernest Pignon Ernest a été le maître d’œuvre au fonds Hélène et Édouard Leclerc. De la prison de Lyon Saint-Paul à Naples, en passant par Ramallah, Santiago du Chili, Brest, Marseille, Soweto, Alger, voyage dans l’œuvre impressionnante de Ernest Pignon Ernest, artiste d'origine niçoise né en 1942.

70 personnes ont ensuite assisté à la passionnante conférence de Renaud Faroux, historien d'art, critique d'art, spécialiste du Pop Art européen, co-commissaire avec Yolande Rasle de l'exposition Libres comme l'art qui présentait aussi des œuvres d'Ernest Pignon Ernest et de ses complices en création artistique à Colonel Fabien autour des 100 ans d'histoire entre le PCF et les artistes.

Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Samedi 1er octobre - Visite de l'exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau avec le PCF Finistère - Reportage photo
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2022 6 01 /10 /octobre /2022 06:32
Engrenage de la guerre : « La nuée de l’orage est déjà sur nous » - Vincent Boulet, membre de la Commission des relations internationales du PCF
Engrenage de la guerre : « La nuée de l’orage est déjà sur nous »

C’est ainsi que Jean Jaurès, dans son dernier discours prononcé à Vaise le 25 juillet 1914 alertait sur la gravité de la situation internationale, deux jours après l’ultimatum fulminé par l’Autriche-Hongrie à la Serbie. La gravité de la situation est extrême.

Face au danger extrême et immédiat de généralisation de la guerre, c’est un sentiment d’impuissance qui domine parmi les peuples, et que les mécanismes de régulation des grandes crises internationales ont été démantelés au cours de la dernières période.

Le danger aigu de la crise actuelle tient au fait que, dans le contexte de fragmentation militarisée de la mondialisation capitaliste, aucune des parties en présence ne peut se résoudre à reculer, à perdre, alors qu’elles s’affrontent pour la définition de nouvelles hiérarchies de dépendance. La question est : est-ce que l’une d’elles est prête à aller jusqu’au bout de l’affrontement ? Pour l’instant, non. Mais demain ?

D’un côté, le pouvoir russe fait considérablement monter les enchères en cherchant à reprendre l’initiative et à ressouder autour de lui ses appuis, après les flottements qui ont suivi les revers militaires dans la région de Kharkov. Pour lui, la guerre contre l’OTAN a déjà commencé. En décrétant la mobilisation partielle, il prend le risque de remettre en cause le compromis sur lequel il repose : assurer au peuple russe la stabilité, en échange de son désintérêt des questions politiques. La guerre devient désormais une réalité tangible pour des centaines de milliers de familles russes. Il faut se garder des discours annonçant l’effondrement du pays, présentant la Russie comme « village Potemkine » et reposant en réalité sur des clichés. Le pouvoir russe tient et depuis plusieurs années il n’a pris aucune grande décision sans être assuré du soutien d’une majorité de la population, réforme des retraites de 2018 exceptée. Quand Vladimir Poutine et son ministre de la Défense, Sergeï Choïgou, disent que « ce n’est pas tant une guerre contre l’Ukraine que contre l’Occident collectif », en utilisant comme argument l’aide massive que l’OTAN accorde à l’Ukraine (un total de 85 milliards de dollars depuis l’invasion russe de février 2022), cela fait écho à ce que pense une majorité de la population russe dont on pourrait résumer la perception de la situation par : « ce n’est pas nous qui avons quitté l’Occident, mais l’Occident qui nous a quittés ». Qu’en sera-t-il cette fois-ci avec la mobilisation ? Une des clés de la situation tient dans l’évolution qui va se produire maintenant dans la population russe qui ne peut plus vivre « comme si » la guerre n’existait pas. Contrairement aux clichés russophobes récemment recyclés, le peuple de Russie n’est pas une masse amorphe. La solidarité avec les pacifistes russes est nécessaire. Les protestations contre la mobilisation existent. L’exil contraint de plus de 250000 personnes fuyant la mobilisation en quelques jours est un phénomène important. Elles doivent être accueillies dignement.

L’évolution prochaine va également dépendre de la situation économique. Pour l’instant, le secteur « utile » pour le pouvoir, à savoir les hydrocarbures, qui représentent 40% du PIB russe, fait plus que résister aux sanctions étant donné qu’ils sont soutenus par l’explosion des prix. Les prévisions annoncent en outre une augmentation de 40% des exportations au cours des prochaines années. Force de constater que les manifestations courageuses contre la mobilisation n’ébranlent pas le pouvoir qui reste solidement installé sur ses bases matérielles, capitalistes kleptocratiques, et idéologiques, réactionnaires et nationalistes.

Par ailleurs, la conduite des référendums dans les républiques autoproclamées du Donbass et les territoires occupés va permettre au gouvernement russe de dire que l’Ukraine attaque le territoire de la Fédération de Russie avec l’aide des armes de l’OTAN. De ce point de vue, il ne faut pas tenir « pour du bluff » la menace nucléaire, et ce d’autant plus que la doctrine d’emploi russe a été élargie en 2020 afin de rendre possible un emploi tactique, et non plus uniquement stratégique, et a ouvert une possibilité d’emploi en premier. Enfin, il ne faut pas oublier que l’opposition au pouvoir la plus puissante et la plus influente est l’extrême-droite ultra-nationaliste, relégitimée depuis l’assassinat de la fille d’Alexandre Douguine, qui n’est pas « l’éminence grise » de Poutine, mais qui coagule un certain nombre de déchets idéologiques venus du pire de la tradition réactionnaire slavophile, des anti-Lumières et du fascisme occidental.

Enfin, la question de l’isolement ou non de la Russie sur la scène internationale est un autre facteur qui compte pour le pouvoir. D’un côté il se décrédibilise auprès de ses alliés proches, par exemple en ayant annoncé à l’Arménie, qu’il ne la soutiendrait pas en cas d’invasion azerbaïdjanaise, ce qu’ont aussitôt exploité les Etats-Unis en envoyant Nancy Pelosi à Erevan. D’un autre côté, le sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai, qui s’est tenu les 15 et 16 septembre à Samarcande, ont été l’occasion d’élargir cette alliance économique à l’Iran et plus largement au Moyen-Orient.

Cette montée des enchères du pouvoir russe s’accompagne en miroir du refus de toute négociation en Europe et en Amérique. On voit ici à quel point la logique de bloc participe à l’engrenage. Le discours de Joe Biden à l’assemblée générale de l’ONU s’inscrit pleinement dans son ambition stratégique de redessiner les contours de l’impérialisme américain en dévoyant les institutions multilatérales et en se faisant le héraut d’un soi-disant « camp des démocraties ». Avec un aplomb hypocrite rare, il est allé jusqu’à déclarer que « les Etats-Unis veulent que cette guerre se termine », alors qu’à eux seuls les USA fournissent la moitié de la totalité de l’aide militaire à l’Ukraine et renforcent leurs positions militaires en Europe. Et que dire du discours d’Emmanuel Macron qui enjoint, sur un ton paternaliste totalement désuet, les pays non-alignés à choisir leur camp ? Heureusement que d’autres chefs d’Etat ont délivré des discours à la hauteur de la situation, tel que Gustavo Petro, le président colombien, qui, dans une remarquable intervention, a conjugué impératif de la paix, urgence écologique et urgence sociale. Ce décalage montre à quel point la logique de blocs défendue par nombre de pays occidentaux n’est pas partagée.

Au-delà des discours, nombre de signaux vont dans le sens d’une escalade en Occident également. L’ancien secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, vient de rédiger, avec l’appui du gouvernement ukrainien, un projet de traité de « garanties de sécurité », qui, entre les lignes, ouvre la voie à une entrée de l’Ukraine dans l’OTAN. L’UE prépare un 8e train de sanctions, en étant d’ailleurs à la peine pour en trouver de nouvelles, à moins que l’interdiction de délivrance des visas refasse surface. La décision des Etats baltes de ne pas délivrer de visa humanitaire aux Russes qui refusent la mobilisation est d’un cynisme rare et fournit des arguments au pouvoir russe. Surtout, l’idée qu’une victoire ukrainienne soit possible après le succès de la campagne d’Izioum est prise comme argument pour condamner toute idée de cessez-le-feu, comme l’a fait Ursula Von der Leyen.

Mais personne ne s’interroge sur le prix de la poursuite de la guerre sur sa première victime, le peuple ukrainien (Donbass inclus), qui subit bombardements, catastrophe humanitaire, violences en tout genres, crimes de guerre, exécutions, tortures, mauvais traitements, manque d’assistance médicale, d’eau et de nourriture. La poursuite de la guerre signifie la poursuite de ces violations des droits humains.

C’est dans ce contexte d’urgence et d’extrême gravité qu’il convient de reposer l’exigence d’un cessez-le-feu et de la paix. Le choix est clair : guerre ou paix. Les possibilités sont infimes, aussi grandes qu’un trou de souris. Mais il faut s’y engager.

Pour cela, il convient de combattre deux arguments qui reviennent dans le débat public.

D’une part, il y a ceux qui spéculent sur une victoire ukrainienne en renforçant l’envoi d’armes, y compris des chars, à l’Ukraine. Même avec l’aide de l’OTAN, cela relève pour le moment de la spéculation. La défaite n’est pas une option pour le pouvoir russe, de même que pour le pouvoir ukrainien. Parier sur une victoire ne repose sur aucun argument sérieux. On peut par contre être certain que cela participe de l’engrenage du conflit. Répétons-le : la poursuite de la guerre signifie la poursuite des destructions et des violences contre la population civile.

D’autre part, ceux qui pensent qu’un cessez-le-feu gèlerait la situation sur le terrain, y compris la présence de troupes russes en Ukraine. Mais le cessez-le-feu, nécessaire, doit s’inscrire dans une dynamique politique, celle de la paix, qui n’est pas simplement l’absence de guerre. Il est important d’y donner du contenu. Les négociations devront prendre en compte à la fois la souveraineté du peuple ukrainien, que piétine Poutine, et l’impératif de sécurité du peuple russe et de tous les peuples. Le ministre des Affaires étrangères chinois, Wang Li, a appelé à une « résolution pacifique du conflit » dans ce sens. Le président mexicain, Lopez Obrador, à la formation d’un groupe de contact international, incluant le secrétaire général de l’ONU. Plus largement, les nécessaires négociations, qui ne seront pas simples, doivent se placer dans un cadre plus large : celui de la construction d’une architecture équilibrée de sécurité collective pour les peuples d’Europe, dans laquelle l’OTAN n’a pas sa place. Pour y arriver, cela implique d’ouvrir la voie d’un désarmement négocié, global et multilatéral, dans les domaines nucléaires et conventionnels, le refus du recours au nucléaire. Enfin, pour l’Ukraine, dans un cadre européen de sécurité collective, il conviendra de poser la question de sa neutralité et du statut du Donbass.

Le chemin est étroit. Mais le courage politique impose de l’emprunter si l’on veut éviter la catastrophe.

Vincent Boulet,
membre de la Commission des relations internationales du PCF

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2022 6 01 /10 /octobre /2022 06:27
Palestine / Grève de la faim : « Notre décision est la liberté » - Le Parti communiste exprime sa solidarité vis-à-vis de Salah Hamouri et de tous les prisonniers politiques palestiniens

Dimanche 25 septembre 2022, trente Palestiniens détenus « administratifs » dans les prisons israéliennes ont entamé une grève de la faim illimitée, seule « arme à leur disposition » pour recouvrer la liberté.

Parmi eux, Salah Hamouri, avocat, citoyen français et palestinien de Jérusalem-Est annexée, a été arrêté, une fois de plus, le 7 mars dernier et frappé de 6 mois de détention par un tribunal militaire et est victime depuis le 5 septembre de 3 mois supplémentaires en isolement dans une prison de haute sécurité.

En octobre 2021, le ministère israélien de l’Intérieur lui a retiré son statut de résident permanent à Jérusalem-Est sous prétexte de « non allégeance à l’État d’Israël ». L’étape suivante de ce procédé totalement contraire aux Conventions de Genève fixant les obligations des puissances d’occupation, pourrait être l’expulsion de sa terre natale de Palestine. Son épouse Elsa Lefort, française elle aussi, et ses deux enfants qui vivent en France, n’ont droit à aucun contact avec Salah.

Rappelons que la détention « administrative », inventée par le « mandataire» britannique en Palestine et prorogée par l’État d’Israël consiste à arrêter et priver de liberté sans procès, à maintenir en prison pour une durée indéfiniment renouvelable d’une durée maximum de six mois. La victime de cette pratique, à l’instar de ses avocats, est tenue dans l’ignorance des faits reprochés – qualifiés de « secrets d’État ».

Depuis 1967, 54 000 Palestiniens ont fait l'objet d'ordres de détention administrative. 723 personnes sont actuellement détenues sous le même régime illégal par Israël, un État qui méprise ses propres engagements formalisés par sa signature en 1991 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui garantit par son article 9 à toute personne arrêtée le droit à un procès équitable.

Le 23 août dernier l’Élysée a annoncé que le chef de l’État français s’était « enquis de (la) situation » de Salah par téléphone auprès du Premier ministre israélien Yaïr Lapid. Une démarche visiblement sans effet, puisque les conditions de détention de Salah Hamouri durcies dès le 26 juillet dernier sont toujours en vigueur. Il est toujours enfermé dans la prison de « haute sécurité » d’Hadarim dans laquelle il a été transféré en guise de mesure punitive, à la suite d’une lettre qu'il a écrite à Emmanuel Macron pour lui demander d'intervenir sur son cas. Aujourd'hui, sa cellule est sous vidéosurveillance et il doit faire face à de nombreuses fouilles nocturnes. Depuis mardi, ses 29 compagnons de misère et de lutte ont été également placés en « isolement », une forme de torture psychologique courante dans les prisons israéliennes.

Emmanuel Macron qui affirme haut et fort sa volonté de combattre pour la justice et les droits humains est au pied du mur : il doit agir pour la liberté d’un citoyen français et le respect du droit international par les autorités de Tel Aviv. La politique de « deux poids, deux mesures » n’est plus supportable. Les autorités françaises doivent agir – et en ont les moyens – pour imposer aux autorités israéliennes des mesures contraignantes de sanction comme par exemple la suspension des accords d’association avec l’Union européenne. Elles peuvent, sans plus attendre, enfin reconnaître l’État de Palestine comme l’a recommandé une résolution du Parlement français et du Sénat.

Le Parti communiste français (PCF) exprime toute sa solidarité avec Salah Hamouri et tous les prisonniers politiques palestiniens, et exige leur libération. Le PCF condamne la colonisation, l'occupation militaire et la politique d'apartheid.

Parti communiste français
Paris, le 30 septembre 2022

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2022 6 01 /10 /octobre /2022 06:25
Après l'assassinat de MAHSA AMINI, solidarité avec les femmes iraniennes (PCF)
Après l'assassinat de MAHSA AMINI, solidarité avec les femmes iraniennes

La mort de Mahsa Amini, jeune femme kurde arrêtée et frappée par la police des mœurs du régime iranien, suscite l’indignation et un soulèvement général dans tout le pays.

Depuis l’instauration du régime islamique, les femmes font l’objet d’une répression quotidienne, d'une oppression, qui s’est brutalement aggravée avec l’élection à la présidence de la République de l’ultra conservateur Ebrahim Raïssi. Les difficultés économiques du pays qui résultent de l’incurie, de la corruption des mollahs et de l’oligarchie en place mais aussi des sanctions américaines ont plongé la moitié de la population dans la pauvreté tandis que les couches moyennes sont laminées. Dans ce contexte social explosif, les éléments les plus réactionnaires du régime ont décidé d’un retour par la force à l’ordre moral islamique dont les femmes paient le prix fort.

Si la société iranienne s’est profondément transformée, les structures politiques n’ont pas évolué et se fossilisent, limitant toujours plus les libertés, accentuant la violence politique en ciblant les femmes, les jeunes et les démocrates. Déjà en 2009, en 2017 et 2019 des manifestions considérables avaient contesté le régime dictatorial tandis que les Gardiens de la révolution les noyaient dans le sang. Dans cette contestation, les femmes sont au premier rang, défiant le régime en se découvrant la tête, en jetant leur foulard au feu dans des vidéos virales qui les exposent à un déchaînement de brutalité. Les femmes iraniennes constituent un socle majeur dans la lutte pour l’émancipation sociale face à l’obscurantisme. Elles font preuve d’un courage admirable.

La révolte gagne aussi toute la jeunesse. Comme par le passé, les universités sont en ébullition. L’exaspération est à son comble et l’aspiration à un changement radical est massif.

Pour y faire face et rassurer sa base sociale, le pouvoir a durci le ton. On dénombre déjà 31 morts dans les manifestations, des centaines d’arrestations tandis que les réseaux sociaux ont été coupés.

Rien n’y fait car Mahsa Amini est devenue un symbole de lutte, de libération et de justice pour les femmes qui rejettent toutes les formes de domination et entendent être maître de leur corps.

Le Parti Communiste Français (PCF) exprime toute sa solidarité avec la lutte des femmes et le peuple iranien. Justice doit être rendue à Mahsa Amini, les lois patriarcales et sexistes doivent être abrogées et la police des mœurs dissoute. Il appelle au succès des rassemblements et à amplifier partout la mobilisation pour que cesse la répression des manifestants.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2022 5 30 /09 /septembre /2022 05:04
Pierre Laurent : « Renforçons le contrôle des ventes d’armes » (L'Humanité, 28 septembre 2022)
Pierre Laurent : « Renforçons le contrôle des ventes d’armes »

Parlement Le vice-président du Sénat, Pierre Laurent, défend un texte, présenté ce mardi, visant à démocratiser ces dispositifs, aujourd’hui aux seules mains de l’exécutif.

Publié le Mercredi 28 Septembre 2022 - L'Humanité
 

Avec le dépôt d’une proposition de loi présentée mardi, les sénateurs PCF Pierre Laurent et Michelle Gréaume relancent la bataille pour l’instauration d’un véritable contrôle parlementaire sur le commerce des armes.

Vous évoquez une « escalade inquiétante » en matière de ventes d’armes. Comment s’opère-t-elle et quel rôle y joue la France ?

Nous assistons, dans le contexte de la guerre en Ukraine mais aussi plus globalement, à une remilitarisation massive des relations internationales avec des dépenses de surarmements qui atteignent des niveaux record sur tous les continents et une explosion des exportations d’armes de la France, qui se classe au 3e rang mondial. Un seuil historique a été franchi en 2021 avec 28 milliards d’euros, contre 16,9 milliards lors du précédent record en 2015. De plus, plusieurs rapports d’ONG et enquêtes journalistiques ont mis le doigt sur des scandales concernant des ventes d’armes à l’Égypte utilisées à des fins de police intérieure, à l’Arabie saoudite dans la guerre du Yémen ou encore certaines de celles employées par la Russie en Ukraine. Le gouvernement affiche souvent les chiffres positifs de ces exportations dans le bilan du commerce extérieur, mais les armes ne sont pas une marchandise comme les autres. Nous ne dénions pas aux pays le droit d’en acquérir pour assurer leur défense, mais nous voulons que ce commerce soit soumis à un contrôle renforcé car il s’agit d’un enjeu de sécurité et de souveraineté.

Quels problèmes posent les mécanismes de contrôle en vigueur ?

Ces dispositifs sont entièrement dans les mains du gouvernement et du président de la République à travers le contrôle exercé par une commission interministérielle et par la Direction générale de l’armement. Les parlementaires sont tenus à l’écart : le rapport annuel auquel ils ont accès ne contient pas les informations nécessaires à un véritable contrôle et n’est jamais l’objet de débats. Ce système est totalement déficient et presque une exception au regard des moyens accordés en la matière aux Parlements dans de très nombreux pays européens et même aux États-Unis. L’argument du secret-défense – souvent abusivement employé pour ne pas livrer des informations qui pourraient parfaitement l’être – ne tient pas : ces exemples montrent que les parlementaires peuvent respecter ces obligations.

Vous plaidez pour une démocratisation de ce contrôle et plus de transparence. Concrètement, qu’est-ce que cela implique ?

Nous voulons d’abord que soit considérablement renforcé, détaillé, le rapport fourni aux parlementaires et qu’il fasse l’objet d’un débat annuel obligatoire. Nous proposons également de créer, en plus des commissions d’experts existantes, une commission interparlementaire réunissant des députés et des sénateurs de toutes les sensibilités pour exercer ce contrôle et disposer de moyens d’investigation. Nous souhaitons enfin renforcer les pouvoirs des salariés dans les entreprises concernées afin qu’ils aient leur mot à dire sur la production. Paradoxalement, nous sommes champions des exportations, mais notre propre armée n’est souvent plus équipée par des armes dont nous maîtrisons la production. Il s’agit aussi de garantir notre propre indépendance en matière de défense. 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2022 5 30 /09 /septembre /2022 04:53
Fabien Roussel, personnalité politique préférée des Français et des Françaises (baromètre Cluster, 21 septembre 2022)
Fabien Roussel, personnalité politique préférée des Français et des Françaises (baromètre Cluster, 21 septembre 2022)
Carton plein pour Fabien Roussel :
+ 11 points de popularité dans le baromètre Cluster 17
1ère personnalité politique toutes catégories (soutien + sympathie)
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011