Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 06:23
Georges Ibrahim Abdallah : pourquoi la France s'acharne sur le plus ancien prisonnier d’Europe (Parti communiste, Pierre Barbancey dans L'Humanité, AFPS)

Ce 2 avril, dans une prison française, Georges Ibrahim Abdallah aura 70 ans, il aura passé dans cette prison de Lannemezan 37 années de sa vie, ce qui en fait le plus ancien prisonnier politique d’Europe.

Chaque année avec de nombreuses associations, le PCF dénonce ce déni de justice : après avoir purgé une peine de sûreté de quinze ans, il devait bénéficier d’une liberté conditionnelle. La justice française, sous la pression des États-Unis et d’Israël, n’a pas accédé à cette demande plus de dix fois déposée et bien que le tribunal d’application des peines l’ai approuvée.

Georges Ibrahim Abdallah, communiste libanais, avait choisi de défendre les droits du peuple palestinien, s’il n’a pas choisi la lutte non-violente, ce choix il l’a assumé et payé de trente-sept années de détention, trente-sept ans de sa vie.

Maintenant il souhaite retourner au Liban, son pays qui souhaite l’accueillir, comme l’a confirmé le ministre libanais venu lui rendre visite la semaine dernière.

Le PCF demande Justice, que cesse cet arbitraire, que la France fasse preuve d’indépendance et libère immédiatement Georges Ibrahim Abdallah en respect des règles de droit et de la défense de la justice française.

Parti communiste français,
Paris, le 2 avril 2021

Georges Ibrahim Abdallah : pourquoi la France s'acharne sur le plus ancien prisonnier d’Europe
Vendredi 2 Avril 2021

Ce 2 avril marque les 70 ans de Georges Ibrahim Abdallah, enfermé en France depuis trente-six ans. Défenseur du droit des Palestiniens et plus ancien prisonnier d’Europe, il est libérable depuis 1999. Il suffirait pourtant d’un arrêté d’expulsion pour que les portes de sa cellule s’ouvrent.

 

Georges Ibrahim Abdallah fête ses 70 ans ce vendredi. Ses yeux de nouveau septuagénaire apercevront le monde comme ils les voient depuis plus de trente-six ans maintenant : derrière les barreaux d’une prison. C’est ce monde justement qu’il rêvait de changer quand, dans sa jeunesse au nord du Liban, il a commencé à comprendre l’injustice faite aux paysans et aux ouvriers libanais, aussi bien qu’à ces centaines de milliers de Palestiniens, réfugiés au pays du Cèdre. Un rêve qu’il n’a jamais abandonné, qui illumine l’obscurité lorsqu’il clôt ses paupières pour que la persistance ne soit pas que rétinienne.

Georges Ibrahim Abdallah a toujours été un résistant. Un combattant. Y compris lorsque, après des études à Beyrouth, il est devenu instituteur dans la plaine de la Bekaa. Comment apprendre la justice et la fraternité aux enfants lorsque la partie sud du pays est envahie par Israël ? La force du mot n’est pas toujours suffisante lorsqu’il s’agit d’affronter des commandos militaires. Alors, Georges, issu d’une famille chrétienne maronite, qui a troqué les Évangiles pour Marx et Lénine, va s’engager et suivre des entraînements militaires dans divers pays progressistes de la région. Il est alors proche du Mouvement nationaliste arabe (MNA) et du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). Puis, il participe à la création des Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL), organisation communiste et anti-impérialiste.

Avec d’autres militants, il est envoyé en France pour poursuivre le combat. Le contexte d’alors est terrible. La guerre civile fait rage au Liban et l’armée israélienne se déchaîne dans le sud du pays. Les assassinats politiques se multiplient de tous les côtés. Survient alors, en janvier 1982, l’assassinat de l’attaché militaire adjoint de l’ambassade des États-Unis à Paris. Trois mois plus tard, un diplomate israélien est également abattu. Les deux hommes auraient en commun leur appartenance à la CIA et au Mossad.

Georges Ibrahim Abdallah est arrêté en 1984. Il est condamné en 1986 à quatre ans de prison pour détention d’arme et usage de faux papiers. Il est de nouveau jugé le 28 juillet 1987, malgré ses dénégations, pour complicité d’assassinat et condamné à la perpétuité à une époque où la peine de sûreté n’existe pas (lire l’entretien avec Jean-Louis Chalanset).

À titre de comparaison, on rappellera que plusieurs dirigeants de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ont été assassinés à Paris, vraisemblablement par les services israéliens, sans qu’aucune arrestation ait lieu. La représentante de l’ANC (le parti de Nelson Mandela), Dulcie September, a elle aussi été abattue dans la capitale française mais aucun assassin n’a été retrouvé. Quant à l’enlèvement et à la disparition de l’opposant marocain Mehdi Ben Barka, on en est encore aux supputations.

Chape de plomb sur les raisons de l’acharnement français

C’est dire le caractère éminemment politique de l’affaire et de l’acharnement des autorités françaises. Georges Ibrahim ­Abdallah est aujourd’hui le plus vieux prisonnier d’Europe. Il a déjà passé plus de temps en prison que Nelson Mandela. Or, il est libérable depuis 1999. Toutes ses demandes de libération ont été rejetées. Et si un tribunal accède finalement à la demande, il y a toujours une cour ou un ministre pour faire appel.

Que peuvent invoquer les dirigeants français pour expliquer cet acharnement ? Il y a d’abord eu une chape de plomb. Puis, petit à petit, grâce aux comités de soutien qui se sont formés en France et dans le monde, un voile a été levé sur le sort de ce prisonnier politique. Mais les pressions états-uniennes et israéliennes (évoquées par l’ancien patron des services secrets français Yves Bonnet) restent fortes et sont partagées par des hommes comme Manuel Valls. Celui-ci, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, avait la possibilité de mettre fin à ce calvaire en signant un arrêté d’expulsion. Il s’y est refusé. Paradoxalement, cet arrêté, qui est demandé par l’avocat de Georges Ibrahim Abdallah devant le tribunal administratif de Paris, s’il était émis, ouvrirait la porte de la prison. Il pourrait alors rentrer chez lui, au Liban.

Georges Ibrahim Abdallah est incarcéré sous le numéro d’écrou 2388/A221 au centre pénitentiaire de Lannemezan, au pied des Pyrénées. « Calme et déterminé, l’homme semble indestructible par sa prestance et la solidité de ses convictions renforcées au fil des ans et des soubresauts du monde. Embrassades et mots d’accueil avec un brin de malice, involontaire sans doute quand ses premiers mots sont pour nous demander comment nous avons supporté les deux mois de confinement. » Voilà ce qu’écrivait dans nos colonnes Alain Raynal, collaborateur de l’Humanité, qui lui avait rendu visite en août de l’année dernière. Un journal, l’Huma, qui parvient à Georges Ibrahim Abdallah, dans sa cellule.

Animateur du collectif des Hautes-Pyrénées, Daniel Larregola va aussi le voir régulièrement. Des visites plus espacées à cause de la pandémie. Il confirme son état d’esprit lucide et combatif en faveur des Palestiniens, des migrants et de toutes les causes progressistes dans le monde.

Ce 2 avril marque les 70 ans de Georges Ibrahim Abdallah. Demander sa libération, dénoncer l’acharnement des gouvernements français successifs, porter son nom en une de notre journal, c’est aussi lui dire : « Bon anniversaire Georges ! »

Une carte-pétition adressée à Emmanuel Macron

De nombreuses personnalités à travers le monde ont apporté leur soutien à Georges Ibrahim Abdallah. Parmi celles-ci, Angela Davis, qui sait ce qu’être pourchassé et emprisonné veut dire lorsqu’on est anti-impérialiste. Mais c’est sans doute le collectif des Hautes-Pyrénées (4, rue des Haras, 65000 Tarbes) pour la libération de ce militant libanais qui a su le mieux maintenir la flamme pour qu’il ne soit pas oublié. Des manifestations sont régulièrement organisées devant la prison de Lannemezan. Les parlementaires de tous bords, interpellés, ont saisi le garde des Sceaux et le ministre de l’Intérieur. Il y a une dizaine de jours, l’ambassadeur du Liban en France et la ministre libanaise de la Justice ont rendu visite à Georges Ibrahim Abdallah en prison.

Le collectif vient d’éditer une carte-pétition « 37 ans, Stop ! » à adresser à Emmanuel Macron, demandant un arrêté d’expulsion pour que Georges puisse retrouver son pays natal. Enfin, il est possible de lui écrire directement : Georges Ibrahim Abdallah, 2388/A221, CP de Lannemezan, 204, rue des Saligues, BP 70166 65307 Lannemezan.

Georges Ibrahim Abdallah, 70 ans ce 2 avril, militant communiste, engagé pour la cause palestinien est emprisonné depuis 37 ans.
Il est libérable depuis 1999, plus de 20 ans. Il est devenu l’un des plus anciens prisonniers politiques du monde. Georges a reçu dernièrement la Ministre de la Justice libanaise accompagnée de l’ambassadeur du Liban.
Pour qu’il soit enfin libre, et puisse rentrer dans son pays natal , il suffit à la France de signer un arrêté d’expulsion pour le Liban.
Imprimez et signez la carte pétition "37 ans, Stop" demandant au Président de la République de signer l’arrêté d’expulsion
Pour l’envoyer il n’est pas nécessaire de timbrer la carte et/ou l’enveloppe.
Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 06:19

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 06:11
Face au délabrement idéologique de la scène politique. L’indispensable affirmation du communisme - par le philosophe Yvon Quiniou, L'Humanité, 2 avril 2021
Face au délabrement idéologique de la scène politique. L’indispensable affirmation du communisme
Vendredi 2 Avril 2021 - L'Humanité
 

Yvon Quiniou Philosophe

La situation politique est compliquée pour les communistes, alors que des élections importantes approchent, et ce pour une raison de fond, à la fois historique et médiatique. Car ce qui pèse sur la conscience collective est le discrédit de l’idée communiste, dont l’origine se trouve dans ce qui s’est fait en son nom dans l’Union soviétique, qui n’était pas du communisme. Je rappelle que Marx assignait, pour le passage à celui-ci, des conditions matérielles et sociales liées au capitalisme développé, sans quoi on virait à l’utopie et son échec inévitable, ce qui s’est révélé exact. D’où une identification erronée de l’expérience soviétique avec le projet marxien, qui est entretenue scandaleusement par les médias et qui empêche de souhaiter un dépassement du capitalisme.

Il n’empêche que ce qu’il se passe aujourd’hui dans le monde le rend impératif : un capitalisme transnational s’impose aux peuples dans tous les domaines, les appauvrit, creuse les inégalités, crée du chômage, attaque les services publics, nous impose une « civilisation » du fric et de la consommation marchande, pollue la culture et abîme les rapports interhumains en fractionnant la société et en générant une violence inédite, y compris interreligieuse. À quoi s’ajoute une crise écologique planétaire dont tous les scientifiques affirment qu’elle menace à terme notre vie et dont la source ne se trouve pas dans les seuls comportements de consommation, mais dans la logique libérale du profit qui, par un productivisme mercantile, abîme la nature et donc l’homme qui en est une partie.

Face à cela, que devient la gauche non communiste ? Une partie s’est convertie au libéralisme économique, perdant tout ce qui pouvait lui rester d’identité progressiste. Quant aux insoumis, ils surfent sur un populisme peu clair dans divers domaines. C’est pourquoi, face à ce délabrement idéologique de la scène politique, il nous faut revenir à l’inspiration communiste, quitte à l’enrichir, la moderniser ou même la rectifier, mais sans modifier ses principes directeurs. Je pense en priorité à la propriété collective d’une grande partie de la production, parce que c’est le seul moyen de maîtriser notre économie, de l’orienter vers des fins utiles à tous et de garantir à ses agents des conditions de travail gratifiantes et qui n’aliènent pas leur personnalité : car il ne suffit pas de supprimer l’exploitation, il faut aussi abolir l’aliénation qui les mutile. D’où le rôle que peut jouer la culture pour tirer les êtres humains vers une vie riche en besoins de qualité . Mais aussi l’éducation : il s’agit de transmettre des valeurs centrées sur l’universel, le bien de tous et le vivre-ensemble harmonieux, et, comme l’entendait Gramsci, de constituer un nouveau « sens commun » à teneur éthique.

Dans cette perspective exigeante, quelle stratégie électorale les communistes doivent-ils adopter ? L’union « à gauche » me paraît indispensable dans les élections locales et, s’agissant de la présidentielle, faute malheureusement d’une unité face à la droite, il faudra voter pour un candidat communiste, en pensant à l’avenir.

Face au délabrement idéologique de la scène politique. L’indispensable affirmation du communisme - par le philosophe Yvon Quiniou, L'Humanité, 2 avril 2021
Partager cet article
Repost0
3 avril 2021 6 03 /04 /avril /2021 06:16

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 16:07
Enzo de Gregorio au centre (photo Eugénie Cazaux, 31 mars 2021)

Enzo de Gregorio au centre (photo Eugénie Cazaux, 31 mars 2021)

Depuis plus d’un an, le gouvernement n’a eu de cesse de nous mépriser. De mépriser la jeunesse française.

En 12 mois, bientôt 13, nous avons été accusés de tout. De propager le virus dans les bars et restaurants. De tuer nos grands-parents ou nos parents. Nous avons également été infantilisés, de nombreuses voire de très nombreuses fois. Un coup, pour des bonbons dans des amphis, un autre car nous ne serions pas capables de garder des masques.

Et pourtant, pourtant nous avons fait preuve de résilience, acceptant sans broncher les mesures, les unes après les autres. Voyant chaque semaine, nos espaces de liberté se réduire et notre précarité exploser. Depuis un an, nous avons arrêté pour beaucoup notre vie sociale et amicale, parfois au péril de notre santé mentale et psychique.

Nous nous sommes concentrés sur nos études et notre travail. Comme nous le demandais le gouvernement, nous sommes restés confinés. Durant l’été, nous nous sommes un peu relâchés, comme beaucoup de Français. Nous avons fait la fête, bu un peu et vu nos amis. Mais loin de la vie normale, loin de nos festivals habituels, tous annulés.

Et une nouvelle fois, nous avons été accusés de propager le virus, les bars, les restaurants ont été obligé de fermer. Nos vies sociale et amicale de nouveau restreinte. Avec cette fois ci un petit vent de colère. Tout cela n’aurait-il pas pu être évité si le gouvernement avait agi quand il le fallait ?

Alors en octobre, le gouvernement nous a reconfiné, il a fermé nos facs et laissé les lycées ouverts. Depuis cette date, beaucoup de choses ont changé.

Si les mesures sont sensiblement les mêmes, le ras-le-bol a gagné du terrain. Les mesures sont de moins en moins comprises et les jeunes deviennent de plus en plus hors la loi.

Qui aurait pu imaginer en 2019 écrire de tels mots pour parler de soirées ? de moments conviviaux entre amis ou camarades ? c’est pourtant le cas et notre vie chaque week-end.

Alors quand hier soir, le Président a de nouveau annoncé des mesures incompréhensibles, un vent de colère s’en abattu sur la jeunesse française. Un ras-le-bol criant.

Criant de désespoir, un désespoir de voir nos « meilleures années de nos vies » gâchées par un président orgueilleux. Le désespoir d’une génération, la génération covid comme nous sommes déjà appelés.

Nous voulons juste vivre. Vivre heureux, vivre ensemble, vivre joyeux.

Alors vite, vaccinons, libérons les brevets sur les vaccins. Pour qu’enfin, tout cela ne soit plus qu’un mauvais rêve.

Enzo de Gregorio, secrétaire départemental du MJCF 29

1er avril 2021

Partager cet article
Repost0
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 05:16
Discours du 31 mars, pas un 1er avril - Macron, méprisant de la République (Thierry Aury, PCF)
🙃 Gonflé le gars !
☝ "Je demande à chacun de fournir des efforts supplémentaires pour les prochains mois " : "efforts des soignants", "efforts de tous", "efforts des écoles ".
👉 Chacun est renvoyé sa responsabilité individuelle ce qui permet à Macron et au gouvernement de s'exonérer complètement de leur responsabilité :
😯 quand il parle des "erreurs commises", c'est toujours "nous" c'est-à-dire "lui et nous" comme si nous avions eu notre mot à dire, comme si il avait écouté toutes les alertes depuis des années...
▪️"Efforts supplémentaires des soignants" alors que le gouvernement a continué de fermer des lits d'hôpitaux depuis un an et n'a engagé aucun plan réel de formation et de recrutement de personnels médicaux et paramédicaux !
▪️"Efforts de tous" alors que que Macron a refusé la gratuité des masques et n'a pas créé les conditions d'une vaccination rapide de tous ceux qui le souhaitent :
🤢 rappelons qu'il a laissé Sanofi gaver ses actionnaires de 4 milliards d'euros en 2020, supprimer 3000 emplois de chercheurs tout en lui versant des milliards d'argent public, qu'il s'oppose à faire des vaccins un bien public et à réquisitionner nos chaînes de production en France !
▪️"Efforts des écoles " alors qu'il n'a mis aucun moyen nouveau pour l'éducation, aucun moyen pour recruter massivement des enseignants et des personnels d'éducation pour permettre des dédoublements, accompagner les élèves en difficulté, aménager les locaux !
🙃 Une nouvelle fois, un Macron fidèle à lui-même : de belles envolées lyriques contredites par les actes concrets !
✊ L'échec de ce régime monarchique et de cette logique du capitalisme où nos vies valent moins que leurs profits.
Partager cet article
Repost0
1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 05:32
Un président sans empathie qui revient à 20 h sur le petit écran pour la 7e fois depuis un an expliquer que l’heure est grave mais qu’il a tout bien fait, qui annonce l’extension du confinement aux autres territoires et la fermeture des écoles lundi.
Un président sûr de lui mais imprécis en tout. Heureusement qu'à l'hiver succède le printemps et que l'été suivra qui fait ralentir le virus respiratoire.
Un président sans empathie qui oublie de dire qu’à ce jour moins de 60% seulement des + de 75 ans sont vaccinés dans notre pays ce qui veut dire que les autres, exceptés une partie des soignants, ne le sont pas.
Un président sans empathie qui oublie de dire que si les non vaccinés n’obtiennent pas de RDV c’est à cause du manque de doses de vaccins disponibles.
Un président sans empathie, vague, comme d’habitude, sur les vaccins.
Un président froid qui n’annonce aucun moyens supplémentaires, aucun plan de rattrapage scolaire pour lutter contre le décrochage scolaire.
Un président sans empathie qui ferme les écoles mais qui ne dit rien sur le flop des tests à l’école, parce que moins de 1% des élèves ont été testés.
Un président sans empathie qui promet déjà le déconfinement à la mi-mai mais qui est incapable de nous en dire plus sur la campagne vaccinale, qui n’a pas de mot sur les petits commerces et les indépendants qui dérouillent.
Un président sans empathie, froid qui ne s’engage pas sur le réarmement de l’hôpital, les moyens durables de l'hôpital, mais annonce des lits éphémères qui passeront de 7 000 à 10 000 et qui « minimise » : "on fera face sans trop déprogrammer". Trop c’est qui, c’est quoi ?
Un président sans affects qui décide de tout, qui l’annonce à 20 h et envoie son collaborateur #Castex au Parlement le lendemain faire le service après-vente devant ce qu'il considère comme une chambre d'enregistrement, c'est à dire demander à sa majorité obéissante et révérencieuse de hocher la tête de haut en bas, de se boucher les oreilles et d’appuyer sur le bouton vert.
Sébastien Jumel - Un président sans empathie qui revient à 20 h sur le petit écran pour la 7e fois depuis un an expliquer que l’heure est grave mais qu’il a tout bien fait
Partager cet article
Repost0
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 15:26
Aujourd’hui, Blanquer doit partir et une autre politique doit être mise en œuvre en urgence (PCF)
Aujourd’hui, Blanquer doit partir et une autre politique doit être mise en œuvre en urgence.
Les classes ferment les unes après les autres, au coup par coup, dans la désorganisation la plus totale. Nous avons besoin d’une politique nationale qui permette à chacun de s’organiser : le gouvernement doit décider de la fermeture des établissements scolaires sur l’ensemble du territoire, pendant les quatre semaines des vacances d’avril. Ces quatre semaines doivent être mises à profit pour vacciner tous les personnels qui le souhaitent, et mettre en œuvre un plan d’équipement des établissements en masques, gel et aérateurs.
Dès maintenant, un plan de recrutement exceptionnel doit être engagé pour permettre une réduction durable des effectifs et le remplacement des absences : recrutement immédiat de tous les admissibles aux concours de l'enseignement de l'an dernier et de cette année ; recrutement d'étudiants sous statut de MISE pour soulager les enseignants (aide aux devoirs, tâches administratives...) ; création de postes de personnels administratif et technique.
Les épreuves du baccalauréat et les programmes doivent être aménagés pour tenir compte de la pandémie. On ne peut pas pénaliser les élèves parce que leur établissement a dû fermer, ou réduire leurs heures d’enseignement ! Nous demandons donc le lissage des programmes sur deux ou trois ans, l’allègement du baccalauréat 2021 et la mise en place de moyens supplémentaires à l’université pour accueillir correctement les bacheliers de 2021 (effectifs réduits, créations de postes de MCF et d’ATER).
Les bacheliers 2021 doivent se voir garantir une place à l’université dans la formation de leur choix. La procédure Parcoursup doit être suspendue : on ne peut pas mettre les bacheliers en concurrence les uns avec les autres et faire payer ceux qui auront eu des cours interrompus ou des demi-groupes !
La rentrée de septembre doit être préparée dès aujourd’hui.
En septembre, le virus circulera toujours. Il faut en finir avec l’improvisation permanente et permettre aux familles et aux personnels d’envisager la rentrée avec sérénité.
Une réduction durable des effectifs est nécessaire pour limiter la transmission du virus et pour remédier aux difficultés engendrées par les interruptions scolaires. Nous exigeons donc un moratoire immédiat sur les fermetures de classes : aucun moyen en moins, nulle part, pour la rentrée 2021 ; et un plan de recrutement pluri-annuel, d’enseignants et de personnels, de la maternelle à l’université. Pour reconstituer un vivier de candidats, un pré-recrutement sous statut de la fonction publique sera mis en place en priorité dans les disciplines et les académies déficitaires.
Un plan national de rénovation et d'équipement des locaux scolaires est nécessaire pour permettre une réduction durable des effectifs, de bonnes conditions d'aération et d'hygiène, sans que cela repose sur les collectivités locales.
L’État doit cesser de se défausser et prendre ses responsabilités.
On ne peut pas demander aux familles de choisir entre la santé et la réussite scolaire, aux personnels de se mettre en danger ou de sacrifier leurs élèves ; aux collectivités locales de choisir entre fournir des masques ou équiper les établissements en aérateurs en fonction du budget disponible.
Le PCF demande que la crise scolaire fasse l’objet d’un débat à l’Assemblée nationale au plus vite, et que ce débat débouche sur des mesures nationales, garantissant l’égalité des élèves face à l’éducation sur tout le territoire.
Le nécessaire changement de politique doit être élaboré dans un grand débat national. C'est pourquoi nous soutenons la démarche des États généraux de l'éducation. Partout, dans nos quartiers, dans nos villages, reconstruisons l’école dont nous avons besoin, pour nos enfants et pour l’avenir.
Partager cet article
Repost0
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 06:43
Départementales Finistère - Orientations portées par le PCF et les candidats présentés par le Parti communiste dans le cadre du rassemblement à gauche
Élections Départementales – 13 et 20 juin 2021
Orientations portées par le PCF et les candidats présentés par le Parti communiste dans le cadre du rassemblement à gauche dans le Finistère 

Vivre mieux dans un département du Finistère solidaire, écologique et démocratique

Plus que jamais les Finistériennes et les Finistériens ont besoin que leur Département soit tourné vers la solidarité, l’égalité des droits, le respect des territoires, une vision audacieuse de la protection de l’environnement.

Pour cela, nous voulons conserver le département du Finistère à gauche et nous avons fait le choix de discuter dès le mois d'octobre 2020 avec toutes les organisations de gauche pour rendre ce rassemblement possible et de nous appuyer sur une alliance avec les représentants de la majorité actuelle au Département.... Nous souhaitons ce rassemblement à gauche au 1er tour le plus large possible, sans exclusive. Alors que cela aurait été tellement plus simple et sensé de partir tous ensemble.

Une gauche où les communistes, garants de politiques de progrès social et humain, ont toute leur place.

Le Parti communiste devrait présenter 5 candidats titulaires sur des binômes de rassemblement dans le département (Brest 1, Morlaix, Douarnenez Cap-Sizun, Pont l'Abbé-Pays Bigouden, plus un canton encore à déterminer), plus d'autres candidats en situation de suppléants, et soutiendra les candidats de la majorité sortante suite à son accord en voie de finalisation avec le PS dans les autres cantons en privilégiant l'alliance de 1er tour par souci d'efficacité.

En effet, le cœur de l’engagement communiste est le combat pour l’égalité des droits, contre la pauvreté et les inégalités, pour des services publics de qualité accessibles à tous.

Or, la moitié du budget du Département du Finistère est consacré à la solidarité (520 millions d’€ sur un budget global de 998 millions d’euros en 2021) : Personnes handicapées (157 millions : 30%), Enfance et Famille (106 millions : 20%), Personnes âgées (122 millions : 23%), Insertion (127 millions : 24%). Le Département est aussi à l’initiative sur le logement social, sa rénovation, ses loyers. Le département du Finistère compte 3100 agents et 648 assistants familiaux. Les valeurs de défense de l’Humain, du social, et du service public et du droit à l’initiative et au respect de ses agents, doivent donc être représentées dans l’assemblée départementale, notamment par des élus communistes là où, à l’inverse, les droites du très libéral Maël de Calan ou de LREM entendent taper sur les fonctionnaires, les aides sociales, les allocataires du RSA et les présumés fraudeurs, sur les mineurs non accompagnés.

Face à l’austérité, aux transferts des charges de solidarité non compensées sur le moyen terme, à la baisse des dotations de fonctionnement, et un contexte d’évolution des recettes fiscales incertain, nous demandons des moyens nouveaux pour les départements :

- taxation des revenus financiers des entreprises comme recettes nouvelles

- remboursement par l’État des dettes liés aux transferts de charges non compensées (RSA, APA)

- lutte résolue contre la fraude et l’évasion fiscale (60 à 80 milliards d’€ chaque année en France)

- action pour que les collectivités puisse emprunter auprès de la BCE à taux très faible voir nul, financements garantis et renationalisés de la solidarité : EHPAD, structures d’accueil pour personnes âgées et handicapés, aide à domicile, RSA.

La capacité à financer le social et l’accès aux droits ne doit pas dépendre de la richesse relative et inégale des départements : elle doit être garantie à tous les Français, dans tous les territoires, ce doit être la préoccupation majeure de notre État, qui doit être le garant de l’égalité effective d’accès aux droits des citoyens français.

Seule une autre politique fiscale et économique de l’État, une autre politique d’affectation des richesses créées par les travailleurs, une autonomie fiscale retrouvée aussi pour les départements, permettra aux départements de jouer pleinement leur rôle de solidarité et d’atténuation des inégalités.

En ces temps de crise sanitaire et économique sans précédent, c’est plus que jamais nécessaire : En 2020, la crise de la Covid a eu un impact financier de 10 millions d’euros sur le budget du département du Finistère, et les non-compensations de l’État aux transferts de charge ou aux déplacements de fiscalité peuvent s’évaluer à 140 millions d’euros sur le fonctionnement.

Première collectivité en lien avec la précarité, les plus pauvres, les plus fragilisés, le Département est aussi la collectivité la plus visée par les politiques néo-libérales et d’austérité du pouvoir à l’heure où les plus riches et les actionnaires du CAC 40 ne cessent de s’enrichir avec la politique du gouvernement Macron, au service du capital.

Nos élus départementaux contesteront le cadre budgétaire intenable que l’État leur impose car il ne permet pas de couvrir les efforts de solidarité nécessaire pour satisfaire les besoins sociaux, ce qui est le cas actuellement, et ne se priveront pas de faire le lien entre des politiques économiques nationales au service de la finance et des profits et les souffrances sociales vécues « en bas », dans nos communes et sur notre territoire, faute d’investissement public suffisant dans les services publics, les EHPAD et les services d’aide à domicile pour les personnes âgées, les structures pour handicapés, l’accueil des mineurs isolés.

Le poids des dépenses militaires, et d’un choix de l’armement nucléaire auquel nous nous opposons (6 milliards d’euros par an), interroge aussi sur les priorités quand on voit le niveau de sous-financement des dépenses de solidarité et sociales, et tout particulièrement du secteur de la perte d’autonomie.

 

Les propositions du Parti communiste français pour les élections départementales dans le Finistère  :

 

1/ Face à la crise économique et sociale liée à la pandémie, répondre à l’urgence sociale!

Mise en place d’un comité départemental de suivi des effets économiques et sociaux de la crise. Travail avec les organisations syndicales et associatives et les représentants du monde économique, les représentants des chômeurs, des allocataires du RSA et des jeunes, dans ce cadre, visant à faire des propositions à l’assemblée départementale sur la base d’un observatoire de la vie économique et sociale locale.

Renforcer les moyens du CDAS (comité départemental d’action sociale) et lutter contre une tendance à la technocratisation des métiers du social au détriment de l’humain.

Porter une attention toute particulière aux droits des femmes, à la prévention des violences faites aux femmes et des violences intra-familiales. Mettre des moyens pour accompagner les victimes, matériellement et dans le conseil, l’assistance, pour faire valoir leurs droits et se mettre à l’abri du danger et de la précarité.

- Défendre avec énergie des politiques au service de la lutte contre les discriminations, pour l’égalité femmes-hommes, la lutte contre l’homophobie.

Bataille pour permettre aux jeunes de moins de 25 ans de pouvoir bénéficier du RSA. Permettre à tous ceux qui n’ont pas demandé le RSA alors qu’ils y ont droit (environ 40%) d’y accéder en simplifiant les démarches. Mieux faire connaître l’ensemble des aides existantes et simplifier les démarches.

Objectif zéro sans abri en partenariat avec les communes et l’État

Développer le logement social et assurer des programmes de rénovation réguliers tout en lui conservant sa pleine accessibilité aux personnes et familles les plus modestes. Ne pas augmenter les loyers lors de travaux de réhabilitation.

Soutenir les activités impactées très fortement par la pandémie, notamment les restaurateurs, commerçants, le monde de la culture, etc.

Collèges :

Maintenir des repas de cantine à des prix les plus accessibles possibles pour les familles des collégiens aux revenus les plus modestes, travailler sur l’aide aux transports scolaires pour ces familles, particulièrement en milieu rural.

Préserver les petits collèges, éléments indispensables à la vitalité de nos communes et outils aussi intéressants pour développer des cadres scolaires propices à la réussite de tous et à un climat familial et fraternel. Donner des moyens suffisants aux collèges qui trop souvent ont des budgets très limites permettant de moins en moins de financer les dépenses pédagogiques, les sorties culturelles, les voyages, les partenariats culturels. L’éducation, l’égalité d’accès à l’ouverture à la culture, aux livres, aux sports et au monde de nos jeunes, doivent être des priorités. Le soutien aux écoles publiques doit être une priorité. Dans le cadre des collèges, il faut développer les actions de prévention, de citoyenneté, et par exemple la lutte contre la précarité menstruelle avec l’accès aux serviettes hygiénique pour les filles. Batailler avec les personnels d’éducation et les parents d’élèves pour un maximum de 25 élèves par classe. Poursuivre le plan de réhabilitation des collèges.

 Culture :

La culture est un élément essentiel de nos vies, de l’émancipation des femmes et des hommes, d’un lien social plus harmonieux et riche. C’est aussi une des forces reconnues de la Bretagne et du Finistère que nous voulons continuer à soutenir, dans un contexte de pandémie, de fermetures, d’annulations et de confinement, très compliqué pour ses acteurs, mais qui rend d’autant plus indispensable leur existence et leur travail d’éducation populaire et pour créer du sens. Dans le Finistère comme sur le plan national et local, et on sait que cela passe par des financements, nous voulons consolider la place motrice, dans l’embellissement de nos vies, l’intelligence collective, et la création d’une société meilleure, de la culture, de l’art et de la création. Soutenir les acteurs de la culture et de l’art, la démocratisation de l’enseignement de la musique et des pratiques artistiques, de l’accès aux livres et à la lecture. Chercher à compenser les différences de potentiel entre l’urbain et le rural en soutenant tout particulièrement les initiatives culturelles dans les territoires ruraux.

Le département du Finistère doit aussi continuer à préserver et encourager l’enseignement du breton, la visibilité du breton dans l’espace public.

 

2/ Agir pour l’emploi

en lien avec la région, encourager la relocalisation d’activités industrielles dans notre département. Contribuer au développement des industries et activités économiques existantes avec des critères de transparence, de contrôle et de fléchage dans les aides économiques aux entreprises prenant en compte des critères sociaux et écologiques.

mise en place d’une conférence départementale pour l’emploi et la formation avec l’ensemble des forces vives du territoire afin de recenser les besoins de services publics et les besoins en activités marchandes, évaluer les besoins en emploi et en formation qui en résulte, puis agir vers la satisfaction de ces besoins

clause de proximité dans les contrats publics afin de favoriser la production en Finistère

lorsqu’une fermeture d’entreprise est envisagée (ou une restructuration destructrice d’emploi), agir pour que les salariés ait un droit de véto suspensif, permettant aux salariés d’avoir le temps d’élaborer un projet alternatif. Accompagnement du conseil départemental si les salariés font le choix de reprendre leur entreprise en SCOP

soutenir le dispositif « territoire zéro chômeur longue durée », développer des emplois d’insertion pour les bénéficiaires du RSA, sur le principe du volontariat et de l’accompagnement dans l’acquisition d’expériences, de compétence, et de qualification.

soutenir l’économie sociale et solidaire, les associations qui y travaillent

le département doit être un employeur « exemplaire » qui agit contre la précarité de ses agents, préserve ses moyens d’intervention publique, cherche à préserver et améliorer les acquis et rémunérations des fonctionnaires, favorise l’échange ouvert et permanent avec les organisations syndicales et reconnaît le professionnalisme de ses agents.

 

3/ Garantir l’accès aux services publics sur tout le territoire

Agir contre les fermetures de services publics (bureaux de postes, trésorerie, guichets SNCF, petites lignes ferroviaires)

Agir avec la région et les intercommunalités pour impulser une dynamique politique en matière de mobilités et de déplacements, en offrant aux usagers un bouquet de solutions adaptées aux différents territoires, tant ruraux que urbains,

par le développement et la remise en service des petites lignes ferroviaires,

par le développement des services de transport collectifs réguliers de voyageurs (urbains, périurbains, scolaires…), permettant un rééquilibrage en faveur des territoires ruraux, et dans une orientation plus écologique favorisant le recours à des moyens de transport décarbonés,

par le développement de services relatifs aux mobilités actives (vélo, marche à pied)

par le développement de services relatifs aux usages partagés de la voiture : covoiturage et autopartage…

par le développement de services de mobilités solidaires, afin d’améliorer l’accès à la mobilité des personnes se trouvant en situation de vulnérabilité économique ou sociale et des personnes en situation de handicap ou dont la mobilité est réduite (service de transports à la demande, etc…)

Accompagner les communes dans leurs investissements sur la base de critères et de priorisations décidés démocratiquement, et d’une volonté de prendre en compte les fragilités sociales et économiques des territoires.

S’attaquer résolument aux déserts médicaux en zone rurale et dans les quartiers populaires avec la création de centre de santé.

Donner des nouveaux moyens humains et matériels aux pompiers

 

Permettre l’accès au haut débit sur tout le département. Aucune « zone blanche » pour la téléphonie mobile.

Accompagner les petits commerces en zone rurale. Développer avec l’aide du département le système de commerce coopératif.

 

4/ Mieux accompagner les personnes et les familles

Augmenter le nombre d’emplois qualifiés dans l’aide à la personne et le secteur de la perte d’autonomie. Améliorer le statut de ces personnels, bien souvent féminins et précarisés. Cela nécessite la revalorisation de ces métiers en augmentant les salaires, en reconnaissant les qualifications et en bonifiant les conditions de travail. Cela suppose de continuer à soutenir des structures souvent déficitaires en raison des règles de financement décidées par l’État et des déficits de solidarité comme l’ADMR, tout en travaillant des projets de construction de nouveaux services publics pour structurer le secteur de l’accompagnement des personnes âgées et de la perte d’autonomie. C’est un enjeu essentiel pour le département du Finistère à la population vieillissante.

 

EHPAD : Faire un état des lieux précis. Permettre à chaque personne qui le souhaite de pouvoir aller en établissement à un tarif accessible. Encourager la présence de médecin gériatres, kinés, ergothérapeutes et infirmières dans tous les EHPAD. Augmenter le nombre de soignants et personnels en EHPAD et prévoir un plan de formation et recrutement de personnel pour répondre aux besoins. Il est inacceptable que dans beaucoup d’EHPAD, la qualité de l’alimentation laisse à désirer, et que les résidents n’aient droit qu’à une douche toutes les 2 semaines. Il faut accompagner la création de nouvelles places et une nette amélioration des conditions d’accueil pour les résidents des maisons de retraite tout en veillant aussi au développement des solutions d’hébergement intermédiaires accessibles aux revenus les plus modestes. Selon les souhaits des personnes, accompagner le maintien à domicile dans un secteur avec des personnels qualifiés, sortis de la précarité, et avec des conditions de travail permettant une réelle qualité et humanité de la prise en charge. Favoriser des « solutions intermédiaires » entre domicile et EPHAD : logements adaptés et équipés, maisons de retraites non médicalisées

 

Handicap : augmenter le nombre de place d’accueil dans les IME, réduire les délais d’attente, améliorer la qualité des conditions d’accueil dans les internats, augmenter les moyens de la MDPH. Simplifier les démarches administratives pour les personnes en situation de handicap et mieux les accompagner pour leur faire connaître les dispositifs auxquels ils ont le droit et leur permettre d’en bénéficier. Rendre accessible aux PMR l’ensemble des bâtiments gérés par le conseil départemental et accompagner les communes pour leurs travaux de mise en accessibilité. Favoriser l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap : accompagnement des personnes et des employeurs pour favoriser le maintien dans l’emploi, campagne de communication auprès des employeurs pour favoriser les embauches. Aller plus loin que ce que prévoit la loi (6 %) en pourcentage de personnes en situation de handicap dans les effectifs du conseil départemental. Favoriser le handi-sport. Œuvrer pour l’accessibilité des événements culturels.

Petite enfance : Favoriser le développement de crèches publiques.

 

Aide aux mineurs non accompagnés (MNA): Élargir la capacité d’accueil des mineurs isolés en structure ou en cellule familiale et éviter les mise à l’abri hôtelière sans suivi. Améliorer les conditions d’accueil des Mineurs non accompagnés en privilégiant des professionnels référent (éducateurs et psychologues). Limiter le turn over des professionnels et privilégier les suivis individuels. Interdiction et suppression des AEM ( outils d’aide à l’évaluation de la minorité), notamment les tests osseux. Faire la promotion du processus famille accueillante qui existe déjà et dont on entend trop peu parler. Mettre en place une coordination d’accueil des Mineurs non accompagnés dans les différentes communes du département.

 

5/ Un département engagé sur la transition écologique

- Évaluer l’impact écologique de chaque politique départementale. Protéger nos espaces naturels, nos cours d’eau, nos littoraux, la biodiversité.

- Renforcer l’alimentation bio et locale dans la restauration scolaire, dans les collèges. Exemple de l’exploitation maraîchère en lycée agricole.

- Préserver les terres agricoles et les zones humides. Limiter, voire même renoncer tout à fait aux aménagements routiers non indispensables et à la construction de nouvelles grandes zones ou surfaces commerciales de périphérie.

- Plan ambitieux de lutte contre la précarité énergétique en réhabilitant des logements publics et sociaux, travaux de rénovation énergétique des bâtiments publics.

- Favoriser l’utilisation du train, du vélo et le covoiturage.

- Énergie : Agir pour la maîtrise publique de la production et de la distribution de l’électricité (contre le projet Hercule). Besoin de réflexion sur la méthanisation : pour nous, les terres agricoles doivent avant tout servir à produire de l’alimentation, pas de l’énergie. Soutenir le développement des énergies renouvelables en étant attentif aux critères de maîtrise publique et de profit.

- Nous devons engager une action résolue sur la question de l’adaptation aux effets du changement climatique, et sur les risques de submersion et d’inondation, l’érosion des littoraux. Nous voulons continuer à valoriser l’extraordinaire diversité et qualité de nos paysages maritimes et terrestres en préservant et faisant découvrir notre biodiversité.

- Nous voulons travailler avec les collectivités une politique de réduction des déchets et de traitement le plus écologique possible.

 

6/ Agir pour le renouveau démocratique

Réunir régulièrement les élus municipaux et les citoyens dans chaque canton pour être au plus près des besoins des communes, faire des bilans de mandat, mettre les priorités et l’action départementale en débat.

Consulter régulièrement les organisations syndicales et associatives et prendre en compte leurs propositions.

Création d’un conseil des habitants dans chaque canton qui pourrait proposer des projets lors des séances du conseil départemental. Mise en place d’un observatoire des engagements.

 

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2021 1 29 /03 /mars /2021 19:05
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011