Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 11:56
La bataille du PCF contre la réforme des retraites de Macron

La bataille du PCF contre la réforme des retraites

Le gouvernement a annoncé qu’il présenterait un projet de réforme des retraites début 2019. Après son acharnement contre le pouvoir d’achat des retraités par la hausse de la CSG et le quasi gel des pensions, les premières mesures envisagées dans le cadre de cette réforme font craindre le pire sur le niveau des futures retraites. Pourtant force est de constater que la situation actuelle n’est plus tenable ! Le système actuel est inégal et le niveau des retraites insuffisant. Quelle réforme de justice sociale des retraites pour vivre dignement ? Les communistes ont des propositions qu’ils porteront dans les mois qui viennent.


Le projet gouvernemental : vers un effondrement généralisé des pensions ?


Que sait-on du projet de réforme du gouvernement ? Elle touchera tout le monde le public comme le privé et tous les régimes existants, y compris les régimes spéciaux et complémentaires. On changera totalement de système : la validation de trimestres par son salaire ou son revenu sera remplacée par le paiement de cotisations pour acheter des points. Et le niveau de votre pension dépendra de la valeur du point au moment où vous prendrez votre retraite. Sous couvert de simplification et d’égalité, le principe « un euro cotisé donne les mêmes droits » va remettre en cause les mécanismes de redistribution et de solidarité.

Trois risques importants de cette réforme :

  1. Vous n’aurez pas de visibilité sur le montant de votre retraite car cela dépendra de la valeur du point que vous ne pouvez pas connaître à l’avance. Avec ce système, les cotisations sont définies et les pensions s’adaptent aux sommes collectées alors que dans le système actuel le niveau des retraites est garanti et les cotisations sont adaptées pour faire face aux dépenses ce qui permet de maintenir le pouvoir d’achat des retraités.
  2. Le calcul des retraites fait sur l’ensemble de votre carrière sera bien moins favorable qu’aujourd’hui car le système actuel garanti la prise en compte des 25 meilleures années pour le privé et les six derniers mois pour le public.
  3. Le calcul des retraites ne prendra pas en compte les inégalités et va donc les creuser, des inégalités telles que la pénibilité, différente entre ouvriers et cadres, ou les carrières discontinues et précaires, qui touchent plus souvent les femmes que les hommes.

 

Ainsi le plus probable est que la réforme conduise à un allongement de la durée de cotisation et un effondrement généralisé des pensions. 99 % des salarié.es n’auront jamais le nombre de pointsnécessaires à un niveau de retraite digne et seront donc incités à recourir aux fonds de pensionset à l’épargne privée !

 

Contre cet immense recul de société, mobilisons-nous !


Le projet gouvernemental remet en cause les principes de la Sécurité sociale en matière de retraite : la répartition, les prestations définies et la solidarité entre générations, entre les actives.ifs et les retraité.e.s, entre les femmes et les hommes, entre les salarié.e.s, entre le public et le privé. C’est un immense recul de société.
Une retraite vraiment humaine offerte à toutes et tous suppose qu’on cesse de voir dans les individus de simples « facteurs de production », jetables dès qu’ils ne sont plus utiles, et qu’on fasse de l’émancipation à tous les âges de la vie le sens même de l’organisation sociale.
A l’opposé du projet gouvernemental, nous proposons de remettre sur le métier la grande œuvre du communiste Ambroise Croizat, en allant au bout de l’ambition de la Sécurité Sociale pour construire une sécurité sociale universelle du XXIe siècle pour sécuriser tous les moments de la vie avec notamment un nouveau progrès du système de retraite.

Des propositions existent pour de meilleures retraites pour toutes et tous !
  1. Créer une sécurisation de l’emploi et de la formation pour éradiquer le chômage et la précarité. Cela permettrait une cotisation tout au long de la vie pour garantir de meilleures retraites. 100 000 emplois = 1,5 milliards d’euros pour la sécurité sociale ; 1% d’augmentation générale des salaires = 2 milliards de cotisations supplémentaires
  2. Garantir le droit de partir à 60 ans avec une retraite digne : d’au moins 75 % du revenu d’activité pour une carrière complète (37,5 ans de cotisations). Aucune pension ne doit être inférieure au SMIC revalorisé à 1800 euros brut.
  3. Créer une « Maison commune des régimes » pour organiser les solidarités internes aux régimes et entre régimes, l’égalité femmes/hommes, la reconnaissance de la pénibilité, la prise en compte des carrières longues, les solidarités financières entre régimes avec le retour à des élections sociales permettant de réintroduire la démocratie dans la gestion du système des retraites.
  4. Les revenus financiers doivent contribuer au financement des retraites : alors que ces revenus ne cessent de progresser au détriment des salaires, nous devons imposer de les faire cotiser au même taux que la cotisation patronale assise sur les salaires. Cela rapporterait 27 milliards d’euros à la sécurité sociale. Nous proposons également de moduler les cotisations en fonction de la politique d’emploi et de salaire de l’entreprise.

Rendez-vous le 9 octobre pour une grande journée de grève et de manifestation à l’appel des organisations syndicales. Ensemble à la conquête d’un autre avenir !
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 11:43
Rapport relatif au plafonnement de l'ISF: réaction de Fabien Roussel, député communiste du Nord

Communiqué de Fabien Roussel, député communiste du Nord suite à la publication d’un rapport relatif au plafonnement de l’impôt de solidarité sur la fortune :

1028 milliards pour 358 000 familles françaises

Un rapport reçu ce mardi 25 septembre en commission des Finances, intitulé « Rapport 2018 relatif au plafonnement de l’impôt de Solidarité sur la Fortune », livre des chiffres incroyables sur le patrimoine des plus riches familles de notre pays. Celles qui ne paieront plus l’ISF.

Les 358 198 contribuables redevables de l’ISF totalisaient un patrimoine total de 1 028 milliards d’euros en 2017, l’année de sa suppression !

Oui, vous lisez bien : 1 028 milliards, soit la moitié de notre PIB annuel, détenus par seulement 0,5% de la population.

Ce rapport indique aussi que les mécanismes de plafonnement et de déduction dont bénéficiaient ces riches contribuables étaient essentiellement utilisés par les plus riches d’entre eux, ceux dont le patrimoine dépassait les 10 millions d’euros.

Les Hauts-de-France, là où se concentrent les richesses… et la pauvreté
Enfin, la région qui détient le montant moyen de l’ISF le plus élevé de France est …les Hauts-de-France, qui est aussi la région la plus pauvre !

En 2013, il y avait 312 406 contribuables redevables à l’ISF.

L’année de sa suppression, il y en avait donc 45 792 en plus, ce qui montre bien que, en pleine période de crise, les riches continuent de s’enrichir fortement. Cette injustice doit être corrigée.

Au lieu de taxer les retraités et de taper dans le pouvoir d’achat des Français, rétablissons l’ISF, pour plus de justice sociale !

Lire l’intégralité du rapport sur le site www.rousselfabien.com

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 06:20
Fête de l'Humanité Bretagne le 1er et 2 décembre 2018: ça s'annonce très fort!

Soldat Louis

Motivés! 

Tim Dup

Vocal Bardak

Bass Culture

Une programmation musicale qui devrait faire venir du monde au parc des expos de Lanester, avec notamment un retour de Soldat Louis qui est marqué par des salles archi-combles. 

A la fête de l'Huma Bretagne, les 1er et 2 décembre, ce sera aussi un moment fort de la campagne des Européennes, avec un meeting de Ian Brossat le dimanche à 16h, un débat sur l'Europe que nous voulons avec Marie-Pierre Vieu et sans doute un député communiste (Sébastien Jumel?) le samedi à 16h. 

Le samedi matin, un débat sur les enjeux maritimes dans le prolongement de la journée d'étude au port de Lorient le 12 avril dernier intégrant la construction navale, l'aménagement du territoire, la réindustrialisation, l'ambition sociale et écologique. 

Un débat sur le ferroviaire en Bretagne le samedi à 14h. 

Des débats sur Parcoursup (Jeunesses Communistes) et le tourisme social le samedi après-midi. 

Un débat santé sur la prise en charge solidaire de la perte d'autonomie des personnes âgées le dimanche à 11h. 

Un débat de solidarité internationale avec des militantes kurdes (Bérivan Firat, Karaka Sengul, Hazal Karakus) du Mouvement des Femmes Kurdes, Pascal Torre, animateur du PCF sur la solidarité internationale avec le Proche et Moyen-Orient, Christine Prunaud, sénatrice, arrêtée en Turquie avec la délégation de solidarité internationale du PCF vis-à-vis des Kurdes, et d'observation des irrégularités du vote.

Un débat sur les enjeux d'une alimentation saine, respectueuse des travailleurs, des consommateurs et de notre planète.  

Seront aussi présents Jean-Bernard Pouy ("Ma Zad") et Didier Daeninckx pour "La bataille du rail".

Pierre Outteryck, historien, qui mène avec Laurence Dubois la bataille pour la panthéonisation de Martha Desrumaux, ouvrière cégétiste et communiste, actrice majeure du Front Populaire, résistante, déportée.  

D'autres écrivains seront invités encore.  

Le stand du Finistère vous accueillera avec plaisir comme chaque année avec ses fruits de mer, son Kig-Ha-Farz (13€ avec dessert), sa formule pommes de terres-saucisses de Molène (11€ avec dessert) et son bar. L'année dernière avait été marquée par une très forte fréquentation de notre restaurant le samedi soir et le dimanche midi. On ne change rien à une formule et une équipe qui gagnent. 

 

Fête de l'Humanité Bretagne le 1er et 2 décembre 2018: ça s'annonce très fort!
Fête de l'Huma Bretagne 2017 avec Cali

Fête de l'Huma Bretagne 2017 avec Cali

Fête de l'Huma Bretagne 2017 - meeting de Pierre Laurent

Fête de l'Huma Bretagne 2017 - meeting de Pierre Laurent

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 06:06
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 05:46
Jeudis Rouges du PCF Quimperlé - le jeudi 25 octobre à 18h30 avec Pierre Crépel, chercheur au CNRS, docteur en mathématiques: Les mots glissants ou Vocabulaire et Politique
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 18:42
Les députés communistes au Parlement

Les députés communistes au Parlement

Communiqué des Députés communistes - 24 septembre 2018

Budget 2019 : Président des riches et Roi du bonneteau

Le budget 2019 confirme les véritables priorités du « Président des riches » en s’attaquant pour la deuxième année consécutive au pouvoir d’achat des Français et en faisant de nouveaux cadeaux à la finance :

Une nouvelle baisse de pouvoir d’achat annoncée en 2019, avec :
- Gel des pensions et des prestations sociales : -3,4 milliards d’euros ;
- Hausse des taxes sur les carburants : - 1,9 milliard d’euros ;
- Diminution du dispositif pour la rénovation thermique : - 800 millions d’euros ;
- Hausse des taxes sur le tabac : - 400 millions d’euros ;
- Gel du SMIC et du point d’indice des fonctionnaires.

A ces mesures gouvernementales, il faut ajouter la hausse du prix des mutuelles (800 millions d’euros en 2018), de l’électricité, du gaz et des assurances.

Adepte du jeu de bonneteau, l’exécutif ose même présenter la baisse de cotisations sociales comme une mesure favorable au pouvoir d’achat alors qu’elle vient à peine compenser la hausse de la CSG, à l’œuvre depuis le 1er janvier 2018, et qui a frappé durement nos concitoyens.

Les mesures annoncées, portant sur la taxe d’habitation et sur la CSG versée par les retraités, ne compenseront pas non plus ces multiples attaques contre le pouvoir d’achat.

Enfin, ce budget fait encore la part belle aux grandes entreprises. 2019 verra se cumuler le CICE, la baisse de cotisations sociales patronales et la diminution du taux de l’impôt sur les sociétés. Coût total pour l’État : environ 42 milliards d’euros ! Une faveur, une nouvelle fois accordée sans condition ni ciblage.

La majorité se targue de baisser fortement la dépense publique mais oublie qu’elle est le principal levier de redistribution des richesses. Face aux coups portés au plus grand nombre, les députés communistes se battront contre un budget empreint d’une idéologie dépassée, injuste et inefficace.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 05:24
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie
Dimanche 16 septembre 2018, un débat passionnant à l'espace Bretagne de la Fête de l'Humanité sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie

Dimanche 16 septembre 2018 à l'espace Bretagne de la fête de l'Humanité, organisé par Christiane Caro et l'atelier citoyen régional santé PCF-Front de Gauche Bretagne, un débat particulièrement intéressant sur l'exclusion sociale des anciens, l'âgisme, le droit à l'autonomie, la situation dans les EHPAD et l'aide à domicile, avec un très bon Olivier Dartigolles, Pascal Champvert, Bernard Spitz, Fabien Cohen, et de très nombreux autres intervenants. 2h de débat suivi par 70 personnes n'ont pas été de trop pour évoquer différents aspects de cette question sociale trop négligée qui concerne pourtant des millions de gens, personnes âgées, familles, aidants, personnels.

Photos Ismaël Dupont. 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 05:20
Clip "Jalousie" : Angèle danse au siège
du Parti Communiste
Angèle nous dévoile un quatrième extrait plus posé de son premier album : "Jalouse". La chanteuse belge y évoque une nouvelle fois les amours contrariés dans un monde de réseaux sociaux, avec un clip tourné au siège parisien du PCF : regardez !
Avec seulement trois titres comptabilisant plus de 20 millions de vues, Angèle s'est imposée comme l'une des grosses révélations de l'année. Grâce à des clips soignés et des textes ironiques sur la société contemporaine, la soeur de Roméo Elvis a réussi à s'imposer sur la scène française, avant même son premier album, "Brol", d'ailleurs prévu pour le 5 octobre. Ainsi, après "La loi de Murphy", "Je veux tes yeux" et "La thune", la chanteuse belge enchaîne avec "Jalousie", un nouveau single plus posé que les précédents. Comme son nom l'indique, Angèle évoque une nouvelle fois l'amour sous un contexte de convoitise : « Ça parle d'ego, du moment où tout va bien dans ton couple mais où tu te retrouves quand même à t'inventer des histoires » explique-t-elle sur Tsugi. 
 
Un clip aussi dansant que... communiste ?

« Mais c'est qui cette fille sur la photo ? / Jalousie me dit / Qu'elle est belle, qu'elle est belle /Te veux je crois, ça se voit / Jalousie me dit / Qu'elle est là, qu'elle est là » chante-t-elle comme petit à petit contaminée par cette jalousie quasi-personnifiée. Dans le clip, moins porté sur l'autodérision que les précédents, Angèle évolue avec quatre danseurs au sein du siège du Parti Communiste Français à Colonel Fabien (Paris), célèbre grâce à son architecture d'Oscar Niemeyer, très ancrée dans les années 70. Souvent coiffée d'un cube en miroir, la chanteuse nous dévoile encore une vidéo très travaillée, cette fois-ci davantage axée sur la danse contemporaine que sur l'univers visuel, concentré sur l'univers froid de ce décor aux allures de bunker anti-atomique. 

« Quand on a écouté "Jalousie" d’Angèle, on a directement été inspiré pour faire un film de danse contemporaine n a fabriqué ces casques qui nous renvoient notre propre reflet quand on regarde d’autres visages, ce sont des jalouses qui s’observent à travers des jeux de miroirs complexes » précisent les deux réalisateurs du clip, le vidéaste Neels Castillon et le chorégraphe Léo Walk. Ce nouveau clip "Jalousie" permettra une nouvelle fois à la chanteuse belge de comptabiliser plusieurs millions de vues en très peu de temps. Après un Trianon complet en novembre, la chanteuse se produira à l'Olympia le 13 mars 2019, preuve de son succès de plus en plus grandissant. 
 


 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 05:00
Débat parcoursup' sur l'espace Bretagne de la fête de l'Huma le samedi 15 septembre: contre la logique de sélection sociale à l'Université et dans l'enseignement supérieur, les communistes, prêts à agir!
Débat parcoursup' sur l'espace Bretagne de la fête de l'Huma le samedi 15 septembre: contre la logique de sélection sociale à l'Université et dans l'enseignement supérieur, les communistes, prêts à agir!
Débat parcoursup' sur l'espace Bretagne de la fête de l'Huma le samedi 15 septembre: contre la logique de sélection sociale à l'Université et dans l'enseignement supérieur, les communistes, prêts à agir!
Débat parcoursup' sur l'espace Bretagne de la fête de l'Huma le samedi 15 septembre: contre la logique de sélection sociale à l'Université et dans l'enseignement supérieur, les communistes, prêts à agir!
Débat parcoursup' sur l'espace Bretagne de la fête de l'Huma le samedi 15 septembre: contre la logique de sélection sociale à l'Université et dans l'enseignement supérieur, les communistes, prêts à agir!
Débat parcoursup' sur l'espace Bretagne de la fête de l'Huma le samedi 15 septembre: contre la logique de sélection sociale à l'Université et dans l'enseignement supérieur, les communistes, prêts à agir!
Débat parcoursup' sur l'espace Bretagne de la fête de l'Huma le samedi 15 septembre: contre la logique de sélection sociale à l'Université et dans l'enseignement supérieur, les communistes, prêts à agir!
Débat parcoursup' sur l'espace Bretagne de la fête de l'Huma le samedi 15 septembre: contre la logique de sélection sociale à l'Université et dans l'enseignement supérieur, les communistes, prêts à agir!
Débat parcoursup' sur l'espace Bretagne de la fête de l'Huma le samedi 15 septembre: contre la logique de sélection sociale à l'Université et dans l'enseignement supérieur, les communistes, prêts à agir!

Samedi 15 septembre 2018, à 15h. 

Ce fut un débat passionnant animé par nos camarades des Jeunesses Communistes, Jeanne Péchon et Camille Lemarchand, avec des interventions de Camille Lainé, responsable nationale des Jeunesses Communistes, Pierre Ouzoulias, sénateur communiste qui a pris la tête du travail de décryptage des objectifs anti-démocratiques de Parcoursup et de la résistance contre cette réforme de l'affection dans l'enseignement supérieur qui est une vraie contre-révolution libérale contre l'objectif d'élever le niveau de formation de l'ensemble des jeunes, Yann Le Pollotec, dirigeant national du PCF, animateur de la commission Révolution numérique, et Jean-Marc Cléry, responsable régional Bretagne de la FSU, enseignant dans le secondaire.  

Photos Ismaël Dupont  

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2018 3 19 /09 /septembre /2018 10:57

Pierre Dharréville, député PCF : « Quand j’entends les chiffres du Plan Santé annoncés par Macron, je crains qu’il ait oublié le chéquier de l’autre côté de la rue. »

Pierre Darhéville au centre, député communiste des Bouches-du-Rhône

Pierre Darhéville au centre, député communiste des Bouches-du-Rhône

Plan Santé : Emmanuel Macron nous donne rendez-vous dans 10 ans !

mercredi 19 septembre 2018

Pierre Dharréville a réagi au Plan santé. Pour lui, le Président de la République refuse de répondre à l’État d’urgence. Le député des Bouches-du-Rhône formule des propositions :

Après avoir disserté sur le plan pauvreté, le Président de la République a aussi disserté sur le plan santé préparé par le gouvernement. Omniprésent, omniscient, omnichef, il cherche par tous les moyens à se faire pardonner ses dérapages et sa politique antisociale.

Peine perdue. Le réel a rattrapé la majorité En Marche : ce plan santé qui n’était pas prévu, qui a été plusieurs fois reporté était devenu incontournable.

C’est ce que nous disons depuis le début de notre Tour de France des hôpitaux : 
cette crise aiguë appelle un plan d’urgence et un plan de long terme pour reconstruire notre système de santé public.

1- Former des professionnels

Les annonces contiennent des mesures nécessaires, à commencer par la fin du numérus clausus que nous demandons depuis des années. Mais à condition que cela s’accompagne d’une ambition et de moyens pour former plus de médecins, notamment généralistes, et plus de personnel médical dans les années qui viennent.

Avec la volonté de mieux mailler le territoire. Qu’en sera-t-il ? La première revendication des personnels, dont la souffrance atteint des sommets, est d’avoir des collègues.

Nous exigeons un grand plan de formation et d’embauche de personnels de santé. La mise en place des assistants médicaux interroge : nous disons depuis longtemps que le travail effectué par des non-médecins dans les centres de santé doit être pris en charge, mais nous nous refusons à voir le temps de présence médicale dont bénéficie le patient réduit, y compris pour ne pas affaiblir la qualité de diagnostic de notre système de santé.

Nous proposons de donner une bonne impulsion au développement de centres de santé.

2- Mobilier les ressources nécessaires

Le léger desserrement du verrou de l’ONDAM, toujours bon à prendre, chiffré à 400 millions d’euros est nettement en dessous des besoins : c’est plus de 4 milliards qu’il faudrait pour simplement maintenir l’offre de soins existante à son niveau actuel. L’ONDAM serait augmenté de 2,5% quand il faudrait au moins qu’il le soit de 4,5%.

En réalité, Emmanuel Macron a oublié son chéquier de l’autre côté de la rue. Il fait des contorsions sur les transformations du système pour ne pas débloquer le financement nécessaire. Les hôpitaux sont des organismes vivants dont les transformations, quand elles sont souhaitables, ne peuvent se faire sans moyens.

La mise en cause de la Tarification à l’activité, que nous réclamons depuis sa création parce qu’elles est un redoutable accélérateur de la marchandisation de soins, doit aller beaucoup plus loin et le financement au parcours ne doit pas être l’occasion de limiter les consultations pour les patients concernés.

3- Arrêter la casse

Nous nous opposons à ce que ce plan constitue une nouvelle occasion d’organiser la confusion entre public et privé, comme cela semble devoir être le cas avec les Groupements hospitaliers de territoire. Il faut développer puissamment la réponse publique. Or, il y a du renoncement dans les choix du gouvernement.

Nous demandons un moratoire sur les fermetures d’hôpitaux, de services et de lits, avec de nombreux acteurs du système de santé. Cette logique destructrice est en train de produire de nombreux dégâts dans nos territoires, du renoncement aux soins et des drames silencieux. Nous refusons de voir des hôpitaux transformés en dispensaires pour personnes âgées. Tout cela n’apporte d’ailleurs aucune solution pour les EHPAD. La dette des hôpitaux, résultat des systèmes de tarification désastreux, doit être restructurée à l’échelle nationale pour en finir avec les vives tensions quotidiennes de gestion qui empêchent les établissements de penser leur avenir. Et la taxe sur les salaires prélevée par l’Etat doit y être supprimée.

4- Garantir le droit à la santé en développant la sécurité sociale

Nous proposons une véritable ambition d’aller vers la prise en charge à 100% par la sécurité sociale des soins intégrant le développement du tiers-payant. Un plan santé véritable doit s’appuyer sur la force remarquable des personnels et sur les formidables atouts que compte notre système de santé, pour mobiliser la société tout entière. De grandes mobilisations sont en cours et des rendez-vous importants sont annoncés. Le plan qui vient d’être annoncé ne permettra pas de faire face à la crise de l’hôpital et du système de soins. Je présenterai avec mes collègues à l’issue de notre tour de France des hôpitaux, un plan santé autrement plus ambitieux. Nous avons déjà pris beaucoup de retard, il y a urgence à changer d’ère pour la santé dans notre pays.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011