Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 05:43
Signez le soutien à la motion de censure proposée par les députés communistes aux autres groupes de gauche pour faire tomber le gouvernement

Les députés communistes ont sollicité le groupe des députés de la France Insoumise et le groupe des députés socialistes et apparentés pour réunir les 58 signatures nécessaires et pouvoir, dès la semaine prochaine, engager la responsabilité du Gouvernement.

signez le soutien à la motion de censure pour faire tomber le gouvernement

https://www.change.org/p/soutien-%C3%A0-la-motion-de-censure-pour-renverser-le-gouvernement

 

Censurer le Gouvernement pour sortir de la crise

N'attendant rien de la rencontre avec le Premier ministre, nos concitoyens poursuivent, sous des formes diverses, la mobilisation pour témoigner leur mécontentement à l’égard des orientations du Gouvernement et dénoncer les attaques successives contre le pouvoir d’achat. Ces mobilisations expriment d’abord le refus de l’injustice sociale et fiscale, et portent des revendications de progrès social qui vont bien au-delà du prix du carburant, notamment l’augmentation du SMIC et des salaires.

Malgré le soutien grandissant des Françaises et des Français au mouvement des gilets jaunes, l'exécutif persiste dans une attitude méprisante qui attise la colère légitime de nos concitoyens. L’entêtement du Gouvernement qui veut « garder le cap » à tout prix menace la paix civile et fragilise l’activité économique de nos territoires.

Il est temps de tirer les conséquences de la gestion catastrophique de cette crise. C’est pourquoi le dépôt d’une motion de censure pour obtenir la démission du Gouvernement, en vertu de l’article 49 alinéa 2 de la Constitution, s’impose. Nous allons donc solliciter le groupe des députés de la France Insoumise et le groupe des députés socialistes et apparentés pour réunir les 58 signatures nécessaires et pouvoir, dès la semaine prochaine, engager la responsabilité du Gouvernement.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 05:33
Ian Brossat, qui a été tête de liste du Parti communiste aux Européennes, est aussi maire adjoint de Paris délégué au logement, à l’habitat durable et à l’hébergement d’urgence. (Photo : MAXPPP, Le Parisien)

Ian Brossat, qui a été tête de liste du Parti communiste aux Européennes, est aussi maire adjoint de Paris délégué au logement, à l’habitat durable et à l’hébergement d’urgence. (Photo : MAXPPP, Le Parisien)

Ian Brossat sera au Parc des expositions de Lann-Sévelin, à Lanester, dimanche, à l’occasion de la Fête de l’Huma Bretagne. La tête de liste du Parti communiste aux Européennes dit « soutenir à 100 % le mouvement des Gilets jaunes ». L’adjoint au maire de Paris décline ses propositions pour le pouvoir d’achat et regarde avec beaucoup de scepticisme le rassemblement de Jean-Yves Le Drian.


Vous serez dimanche au parc des expos de Lanester, qui est face au foyer de contestation des Gilets jaunes en pays de Lorient. Irez-vous les voir ?

Oui, j’irai les voir dimanche sur le terrain car je soutiens à 100 % la mobilisation des Gilets jaunes. Je le fais à chacun de mes nombreux déplacements. Je partage cette colère légitime et cette exaspération. Ce mouvement met en lumière le problème terrible du pouvoir d’achat. La France est en train de devenir un pays de travailleurs pauvres. Cette augmentation des taxes sur les carburants va encore davantage mettre la tête sous l’eau au mode du travail et aux familles modestes. Le rôle du Parti communiste est à la fois d’entendre cette colère et de faire des propositions.

La transition énergétique ne doit pas être payée par les familles modestes
Quelles sont vos propositions pour répondre à cette colère ?

La transition énergétique ne doit pas être payée par les familles modestes mais par les gros pollueurs, les entreprises et les ménages les plus aisés. Concernant le financement de cette transition énergétique, il faut mettre à contribution les compagnies pétrolières. Nous sommes actuellement dans un système absurde dans lequel les gros pollueurs ne paient pas la taxe carbone. Il faut également taxer le kérosène sur les vols intérieurs. Autre proposition, je plaide pour une diminution de la TVA à 5,5 % sur les transports en commun et les voitures propres.

En Bretagne, Jean-Yves Le Drian a lancé le mouvement des « Progressistes bretons ». Une alliance est-elle possible ? Et avec la France Insoumise ?

Nous n’avons pas d’ennemis à Gauche mais je perçois mal les contours de ce rassemblement en construction. En tant que ministre des Affaires étrangères de Macron, Jean-Yves Le Drian est responsable du bilan de ce gouvernement et des difficultés supplémentaires qui pèsent sur les familles modestes. Quant à la France Insoumise, je constate que le mouvement de Mélenchon a choisi de tracer son propre chemin. C’est son droit mais je ne partage pas cette stratégie. Mais il faudra bien qu’un jour la Gauche retrouve la voie du rassemblement pour peser sur les choix de ce pays. Les communistes vont partir sans attendre en campagne car les questions européennes sont au cœur de l’actualité.

Il, faut en finir avec les délocalisations et revoir les conditions du travail détaché

Quels seront vos combats prioritaires pour ces Européennes ?

Quand le Premier ministre annonce en septembre le gel des retraites, des allocations familiales et des APL (aides personnalisées au logement, NDLR), il le fait en disant qu’il faut rentrer dans les clous budgétaires fixés par Bruxelles. L’Europe, ce n’est pas cela. On nous a vendu l’Union européenne comme un espace de paix, de prospérité et de démocratie. Aujourd’hui, l’Europe ne répond à aucune de ces promesses car c’est une Europe dédiée à l’argent et au marché. Il faut réorienter l’Europe. Exemples : il faut en finir avec les délocalisations et revoir les conditions du travail détaché. Sur ce dernier point, il faut s’assurer qu’un travailleur qui vient en France signe un contrat français. Sinon on entre dans une logique de concurrence déloyale. De la même manière, je défends l’interdiction des délocalisations intra-européennes pour éviter les mêmes abus de concurrence. Quant aux services publics, et notamment en zone rurale, il faut en urgence un moratoire sur les directives de libéralisation.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2018 3 28 /11 /novembre /2018 13:43
photo PCF - Ismaël Dupont - fête du Travailleur Bigouden à Lesconil

photo PCF - Ismaël Dupont - fête du Travailleur Bigouden à Lesconil

Ce week-end des 24 et 25 novembre, à Ivry-sur-Seine, le 38e congrès du Parti communiste français a débouché sur un texte d’orientation « Pour un manifeste communiste du XXIe siècle », voté par 87 % des 800 délégués des différentes fédérations du PCF de France. Parmi eux, figuraient neuf Finistériens, dont Ismaël Dupont, conseiller municipal d’opposition à Morlaix, qui a été élu au conseil national du PCF « sur la liste unie et unique » conduite par Fabien Roussel, nouveau secrétaire national. À l’instar de deux autres militants communistes bretons : Amar Bellal (35) et Stephanie Missir (22). À noter que ce même Ismaël Dupont s’est exprimé à la tribune, juste avant la prise de parole de Fabien Roussel. Il l’avait déjà fait en début de congrès, notamment pour souligner le travail effectué autour de la culture et de l’éducation populaire à Morlaix et Quimperlé.

https://www.letelegramme.fr/finistere/morlaix/pcf-ismael-dupont-elu-au-conseil-national-27-11-2018-12145500.php

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2018 3 28 /11 /novembre /2018 13:38
Eliane Assassi présidente du groupe CRCE

Eliane Assassi présidente du groupe CRCE

Communiqué des sénateurs CRCE

Le gouvernement rate le train de la transition écologique

mercredi 28 novembre 2018

Alors que le Sénat examine ce jour, les recettes fiscales dites « écologiques », le Gouvernement présente le projet de loi d’orientation sur les mobilités (LOM).
Pour les sénatrices et sénateurs du groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste, ces deux moments sont liés puisque la loi de finances aurait dû donner à voir des efforts particuliers pour le financement des transports.
Il n’en est rien.

Les crédits budgétaires ne sont toujours pas à la hauteur et aucune réorientation n’est prévue pour financer les transports du quotidien et le développement du fret ferroviaire, qui constituent pourtant des leviers très importants pour la transition écologique et la lutte contre la pollution.

Bien au contraire, ce budget consacre une nouvelle fois l’avantage fiscal en faveur de la route et de l’aérien. Un contre sens alors même que nos concitoyens sont appelés à contribuer fortement au travers la hausse de la fiscalité sur les carburants.

Pour cette raison, nous proposons d’en finir avec l’exonération de taxe dont bénéficie le kérosène mais également l’exonération de TICPE sur les transports routiers, des sommes conséquentes (près de 5 milliards) qui seraient bien plus utiles pour alimenter l’Agence de financement des infrastructures de transports de France (AFITF).

Nous demandons également que les recettes de la fiscalité dite écologique soient contenues et fléchées pour la transition écologique et en particulier les transports.

La déception est grande également concernant les annonces faites sur le projet de loi LOM, qui semble particulièrement lacunaire. Une boîte à outil utile sur le covoiturage, le transport à la demande, la prise en compte pour les trajets domicile travail à vélo … mais rien sur le transport de masse qu’est le transport ferroviaire.

On nous dit que l’effort sera porté principalement pour désenclaver les territoires, c’est effectivement nécessaire mais comment faire dans le cadre de la libéralisation du rail qui soumet le service public ferroviaire à des exigences de rentabilité ? D’ores et déjà, nous assistons à des fermetures de lignes, de gares et de guichets. Comment inverser concrètement la tendance ? Comment faire pour sortir le financement des infrastructures des logiques financières de rendement sur investissement qui sont à l’origine de drames comme celui du pont de Gêne ? Comment sortir des politiques austéritaires qui portent en elles les germes de la dégradation des infrastructures et du service rendu laissant toujours plus de place au privé ?

Il n’est pas question, non plus dans ce projet de loi d’écotaxe ou de vignette poids lourds, ni d’une renationalisation des autoroutes. Bref, aucun financement nouveau, aucune réorientation des politiques libérales à l’œuvre depuis des décennies.

Les sénatrices et sénateurs du groupe CRCE seront déterminés, lors des débats parlementaires, à proposer de vraies solutions pour le droit de tous à la mobilité.


Communiqué du 26 novembre 2018

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2018 3 28 /11 /novembre /2018 09:12

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2018 2 27 /11 /novembre /2018 20:41
Eliane Assassi, Salah Hamouri, Pierre Laurent

Eliane Assassi, Salah Hamouri, Pierre Laurent

Salah Hamouri reçu par les sénateurs du groupe communiste, républicain, citoyen, écologiste
Salah Hamouri et Christine Prunaud

Salah Hamouri et Christine Prunaud

A l’invitation du groupe Sénateurs Communistes Républicains Citoyens et Écologistes, rencontre avec Salah HAMOURI. Salah parmi nous. Nous étions tous très émus et heureux de partager sa liberté. Nous poursuivons notre engagement commun pour la libération des prisonniers politiques et une Palestine libre

Christine Prunaud, sénatrice communiste des Côtes d'Armor.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2018 2 27 /11 /novembre /2018 20:37
Partager cet article
Repost0
27 novembre 2018 2 27 /11 /novembre /2018 18:54
La réaction de Pierre Darhéville, député communiste, aux propos d'Emmanuel Macron

Ma réaction aux propos d'Emmanuel Macron :

A la suite des mobilisations de ces derniers jours, le Président de la République s’est enfin décidé à s’exprimer ce 27 novembre.
Et il a choisi de ne pas prendre la juste mesure des revendications de justice sociale et fiscale des français.
Pointant « la crise du consentement à l’impôt », il déclare : « on doit expliquer aux gens ce qu’il y a en face de l’impôt ».

En face, il y a ses cadeaux aux plus fortunés, à commencer par la suppression de l’ISF, et au monde de la finance. Et toujours moins de services publics, (hôpital, éducation, formation, …), moins de solidarités, moins de protections sociales et plus d’inégalités.
Ses annonces sur le financement des énergies renouvelables et l’adaptation de la fiscalité du carburant, sont très insuffisantes au regard des enjeux. Ce qu’il faut, ce sont des outils publics puissants pour développer les transports en commun, une véritable stratégie énergétique respectueuse de l’environnement, des logements à haute qualité environnementale... Ce qu’il faut c’est redonner du pouvoir d’achat aux français en revalorisant de manière conséquente le SMIC, les salaires, les prestations sociales, les pensions de retraites pour sortir de la consommation et de la production low-cost qui abîment la planète.
Il faut une République des droits, une République de l’égalité, et certainement pas une République abandonnée au bon vouloir du marché.
Nous voulons le progrès social, nous voulons la transition écologique nous voulons une économie au service de l’humain. Nous n’avons pas besoin pour cela qu’on nous fasse la leçon ni qu’on nous punisse.
Il y a urgence à prendre des mesures qui garantissent le droit de vivre dignement.

Notre pays en a les moyens!

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2018 2 27 /11 /novembre /2018 10:11

 

Motion présentée par Fabien Roussel et Pierre Laurent et votée au congrès national du PCF

 

De tout le pays monte la colère populaire contre l'injustice sociale et fiscale.

Qu'ils portent des gilets jaunes, des blouses blanches ou des robes noires, des millions de femmes et d'hommes n'acceptent plus le sort qui leur est fait. Ils le disent haut et fort : "Trop, c'est trop ! On ne peut continuer à vivre avec des salaires de misère, des pensions sans cesse rognées, des allocations sacrifiées sur l'autel de l'austérité."

Nous sommes des leurs !

Ce gouvernement au service de la finance a multiplié les cadeaux fiscaux à une poignée d'ultra riches. De l'autre, il aggrave les difficultés et la précarité pour les salariés, les privés d'emplois, les jeunes, les retraités. Les femmes en sont les premières victimes.

Nous disons que la transition écologique, vitale à l'heure où l'humanité est menacée de terribles catastrophes, ne peut être menée à bien sans progrès social et sans changer notre modèle économique.

Avec les femmes et les hommes mobilisés dans les rues, dans les entreprises, dans les quartiers, nous voulons une économie au service de l'humain. Il faut une autre utilisation de l’argent pour produire autrement, pour partager les richesses créées par le travail.

L'heure est à la conquête de nouveaux pouvoirs, de l'entreprise à la République, jusqu’à l’Union Européenne.

Il faut cesser de culpabiliser la majorité de notre peuple. Pour que chacune et chacun puisse vivre dignement, il y a besoin d'augmenter les salaires, les pensions, les minima sociaux. Il y a besoin de services publics réhabilités (école, écologie, recherche, système de santé, culture, accessibles à toutes et tous), d'investissements massifs dans les transports collectifs, la rénovation énergétique des logements.

Les moyens pour y parvenir existent. Partons à leur conquête !

Le gouvernement doit répondre à la souffrance et à la colère du pays. Dès le 1er janvier 2019, l'impulsion doit être donnée d'une augmentation générale des salaires et des pensions, dans le public comme dans le privé : le SMIC doit être augmenté de 200 euros nets. Les négociations doivent s’ouvrir au plus vite dans toutes les branches professionnelles comme dans la fonction publique.

Pour financer la transition écologique d'autres choix fiscaux, budgétaires et financiers s'imposent, dès la Loi de Finances 2019. Comme l'a fait notre chef de file pour les élections européennes, Ian BROSSAT, nous exigeons :

  • de ramener le taux de la TICPE à son niveau de 2017 et l’affecter réellement à la transition écologique,
  • une taxation exceptionnelle des 10 milliards de profits annuels des compagnies pétrolières ,
  • la taxation du kérosène,
  • le maintien des lignes ferroviaires de proximité, menacées de fermeture, le développement du fret ferroviaire,
  • le retour à une TVA de 5,5 % sur les transports en commun.

Et revenir sur l’ensemble des mesures fiscales en faveur des plus riches et des profits (ISF…).

Solidaires de celles et ceux qui se mobilisent pour le pouvoir d'achat et contre l'austérité, engagé dans toutes les luttes pour les droits sociaux et pour l'emploi, appelant à faire un grand succès de la journée syndicale du 1er décembre, le Parti communiste français, réuni en congrès, est plus que jamais déterminé à faire monter cette exigence fondamentale : "L'Humain d'abord !"

 

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2018 1 26 /11 /novembre /2018 20:11
"Nous mènerons la campagne du pouvoir d’achat avec une hausse de 200 net du SMIC, une hausse générale des salaires et des pensions. Relevons le défi climatique en taxant le kérosène, les compagnies pétrolières et avec des transports gratuits !" Fabien Roussel, 25 novembre 2018

"Nous mènerons la campagne du pouvoir d’achat avec une hausse de 200 net du SMIC, une hausse générale des salaires et des pensions. Relevons le défi climatique en taxant le kérosène, les compagnies pétrolières et avec des transports gratuits !" Fabien Roussel, 25 novembre 2018

Fabien Roussel . Un moral d’acier forgé dans le bassin minier
Lundi, 26 Novembre, 2018

À 49 ans, l’ancien journaliste Fabien Roussel est devenu le onzième numéro un de l’histoire du Parti communiste français. Retour sur son parcours.

Par où Fabien Roussel est-il passé avant de devenir secrétaire national du PCF ? Direction Béthune pour la naissance, dans le Pas-de-Calais, en 1969. « J’ai grandi là, du vélo jusqu’à la Mobylette. Au milieu de militants. Mes parents et toutes les tatas et les tontons étaient engagés », raconte-t-il. Maman est employée de banque. Papa élu local PCF puis correspondant au Vietnam pour l’Humanité. « Je l’ai suivi deux ans là-bas vers 14, 15 ans. Un pays magnifique, digne, fraternel, sans haine contre les Français malgré la colonisation. Vivre à l’étranger, ça permet de découvrir d’autres cultures, mais aussi ton propre pays en reflet. »

Fabien rejoint sa mère à Champigny (Val-de-Marne), pour finir le lycée. « Je me suis engagé contre l’apartheid et pour la libération de Mandela, qui n’était pas encore l’icône aimée de tous. Les communistes occupaient de loin les premiers postes dans ce combat. C’est ce qui m’a fait entrer à la JC. » Avec d’autres, il exige le boycott du régime sud-africain. « On a envahi l’ambassade à Paris et le Quai d’Orsay. On s’est fait embarquer une paire de fois. Le maire de Champigny, Jean-Louis Bargero, venait nous chercher au commissariat ! » À la même époque, il manifeste activement contre les lois Monory et Devaquet. « Et on a gagné ! »

Au Parlement, Roussel se démène contre le fléau de l'évasion fiscale

La suite? Le voilà journaliste, souvent à l'étranger. "Puis j'ai eu des jumeaux. Donc là, faut rester à la maison. Je me suis posé à France 3 Nancy". En 1997, patatras! Jacques Chirac de décide de "dissoudre l'Assemblée nationale". La gauche plurielle gagne et la sénatrice PCF Michelle Demessine devient secrétaire d'Etat au Tourisme. Fabien intègre son cabinet. "Il a compté énormément. C'était une pile très mature politiquement", se souvient-elle. L'objectif est de montrer tout ce que peut apporter un ministre communiste, quel que soit le portefeuille. "Fabien a rivalisé d'innovation. Il sait entraîner du monde. Notre bilan rayonne encore", apprécie t-elle.  Au rang des conquêtes? La création d'un label Tourisme et Handicap, l'extension des chèques vacances au PME. "Pendant la Coupe du Monde 1998, avec les prix bleus, on a convaincu les hôteliers de ne pas faire flamber les tarifs pour que ça reste un rendez-vous populaire. A la fin, le ministère était respecté et son budget avait doublé".

En 2001, elle redevient sénatrice du Nord. Fabien accepte de la suivre dans sa région natale. Secrétaire de section PCF à Lille, il reprend, avec l'accord de Charb, le dessin "Je vote communiste et je t'emmerde" sur l'affiche des cantonales 2004. Un coup de gueule lancé pour "faire réagir et réveiller" contre les fermetures d'usines et les milliers de licenciements, explique t-il.  Il est repéré alors par Alain Bocquet, alors député maire PCF de Saint-Amand-les-Eaux, qui lui propose de rejoindre ses terres. A la tête de la fédération PCF du Nord en 2010, il est candidat aux Régionales dans les Hauts-de-France, avant d'être député en 2017. "Deux campagnes extraordinaires, qui m'ont forgé. Aux législatives, tout est fait pour qu'on perde: un ex-PCF dissident se présente, un insoumis aussi, le FN a fait 55% à la présidentielle, et Alain Bocquet n'est plus candidat. C'est passé de justesse", observe Fabien. 

Comment? "C'est un gars énergique, courageux. Il est dans le peuple comme un poisson dans l'eau. Un poisson rouge, évidemment", se félicite Alain Bocquet. En circonscription, son successeur se mobilise pour l'emploi.  "Il a été déterminant pour obtenir des réunions à Bercy avec Bruno Le Maire. C'est notre porte-parole", mesure Nacim Bardi de la CGT Ascoval. "Il vient lui-même aux nouvelles avant qu'on l'appelle. Il pousse les dossiers" pointe Vincent Vozwiak, délégué FO Alstom. 

Au Parlement, Roussel se démène contre le fléau de l'évasion fiscale. Fin 2017, il raconte en plein hémicycle avoir crée une entreprise offshore en "deux minutes et quelques clics", mise au nom du ministre des comptes publics, Gérard Darmanin, pour dénoncer la passivité du gouvernement. "On perd 100 milliards d'euros par an comme ça. C'est ça qui détruit notre modèle social et nos services publics", s'indigne l'élu. 

(...) Assis à ses côtés à l'Assemblée Nationale, le député PCF Stéphane Peu salue "un être pétillant, qui a le sens de la formule, et plusieurs atouts face au défi énorme qui l'attend: rassembler les communistes et leur redonner la pêche". "Ce n'était pas du tout un plan de devenir secrétaire national. A force d'être sollicité dans l'optique du congrès, je me suis dit que je ne pouvais pas dire non. Ce parti a un potentiel énorme, incroyable, qu'on sous-estime. Il a un grand rôle à jouer à gauche et en France. S'il remet les pieds dans la glaise, renoue partout avec les gens en partant de leurs problèmes et en exposant ses propositions, il peut convaincre et se relancer", développe aujourd'hui le numéro un du PCF.

Aurélien Soucheyre. L'Humanité, lundi 26 novembre 2018  

Fabien Roussel . Un moral d’acier forgé dans le bassin minier (L'Humanité, Aurélien Soucheyre, 26 novembre 2018)
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011