Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2023 2 24 /01 /janvier /2023 08:22
Signez la pétition de soutien pour la régularisation de Mody Traoré, jeune malien vivant dans la région de Scaër-Rosporden, ancien mineur isolé - BRETONS SOLIDAIRES
Signez et partagez la pétition de soutien à un jeune malien de la région de Scaër-Rosporden, Mody:
 
Mody a besoin de votre soutien, il le mérite.
Mody Traoré est fils unique de parents agriculteurs dans un village du sud Mali. Jamais scolarisé et ne parlant que le bambara, il décide de quitter le Mali en 2016 pour fuir la misère et l'absence d'avenir.
Le Mali, l'Algérie, la Libye, la Méditérranée, l'Italie ... il arrive en France en avril 2017 et pose son sac à Quimper, il a alors 16 ans.
Pris en charge par l'Aide Sociale à l'Enfance de Quimper, il démarre des stages de découverte avec Olivier, maçon de la région.
C'est en fin 2017 que débute un acharnement administratif contre Mody. La police des douanes et des frontières estime que ses documents d'identité ne sont pas authentiques. En plus, Mody est grand et paraît très mature. Sa minorité est refusée, il se retrouve à la rue.
Il est hébergé dans deux familles à Scaër et Rosporden et accompagné par une association de Scaër "Bretons solidaires". Mody n'est ni majeur, ni mineur. Il n'a le droit, ni d'aller à l'école, ni de travailler. Il poursuit des stages de découverte chez son maçon et suit des cours d'apprentissage du français à la MJC de Scaër.
En fin 2018, il devient majeur et fait une demande de titre de séjour. Il démarre une formation de CAP maçonnerie à l'EREA de Ploemeur près de Lorient. Il est interne et effectue ses stages toujours avec le même maçon.
En juillet 2019, il signe un contrat d'apprentissage pour un CAP de maçon avec le CFA de Quimper et Olivier, très content de trouver un apprenti motivé. Mody est euphorique, il trouve un petit appartement à Quimper et l'année 2019 se déroule au mieux.
En début 2020, le préfet de Quimper lui délivre une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF). Son contrat d'apprentissage s'arrête, ses projets s'écroulent. Le confinement qui suit l'enferme encore plus dans une impasse.
L'argument principal du préfet est encore la suspicion qui existe sur l'authenticité de ses documents d'identité. Par contre, la terminologie a évolué, maintenant on parle de falsification. Le tribunal administratif suit la décision du préfet.
L'année 2021 est difficile du fait des nombreuses restrictions et retards dans toutes les démarches administratives, mais Mody obtient auprès de l'ambassade du Mali à Paris, l'authentification de ses papiers d'identité.
En début 2022, Mody obtient enfin un rendez-vous à la préfecture pour y déposer sa demande de titre de séjour. Ce n'est pas simple, mais fin mai, il obtient une attestation de dépôt qui l'autorise à travailler.
Mody conclu en début juillet un contrat de professionnalisation avec le GEIC de Quimper. La formation théorique est assurée par l'AFPA de Lorient et la partie pratique s'exerce dans la société de travaux publics Colas de Quimper. La formation de maçon de travaux publics est une formation diplômante. Le contrat est un CDD de 19 mois avec pour objectif de le convertir en CDI à l'issue de la formation.
Deux mois après le début de sa formation, Mody reçoit une nouvelle OQTF. La préfecture fonde cette décision sur un nouveau rapport de la police aux frontières. Ce rapport ne parle plus du tout de falsification de documents d'identité. En outre, la police des frontières valide dans ce rapport, l'authenticité des documents d'identité. Elle ne conteste plus l'authenticité, mais la régularité de ces documents !!
Malgrè la production de documents authentiques, comme l'exige la loi, le tribunal administratif suit la décision du préfet et rend sa décision de rejet juste avant noël.
Son contrat de travail est suspendu depuis octobre, les candidats maçons dans les travaux publics sont très difficiles à trouver et l'intérêt de tous est la régularisation de la situation de Mody.
Depuis six ans, Mody a montré sa volonté tenace d'intégration, de formation et de travail. Très apprécié de ses formateurs, de ses employeurs et de tous ceux qui le côtoient à l'école, dans l'entreprise ou en dehors, Mody a su construire un solide réseau de relations à Quimper, Scaër et au delà.
Selon des propos récents du ministre de l'intérieur il convient d'être "gentil avec les gentils", aussi nous nous interrogeons sur la définition de l'expression "gentils migrants". Mody n'est pas le seul migrant sur lequel les autorités s'acharnent et qui, malgré la violence des coups portés, conservent leur "gentillesse" naturelle.
Nous, membres de "Bretons solidaires" ainsi que tous ses amis, demandons l'abandon de la mesure d'OQTF prise par le préfet du Finistère à l'encontre de Mody Traoré et exigeons sa régularisation.
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2023 2 24 /01 /janvier /2023 08:22
Gérard Streiff invité des Mardis de l'éducation populaire du PCF Morlaix le mardi 24 janvier 2023 à 18h - le Communisme français, un dictionnaire amoureux

Gérard Streiff sera invité:

Le mardi 24 janvier 2023, pour le prochain Mardi de l'éducation populaire du PCF Morlaix

de 18h à 20h au local du PCF Morlaix (2 petite rue de Callac à Morlaix, derrière le Bar le Corto Maltese),

Conférence-débat suivie d'un apéritif convivial

Sur le Thème:

Le communisme français, un dictionnaire amoureux

Gérard Streiff après des études de droit et de Sciences Politiques à Strasbourg est devenu membre de la section internationale du PCF, correspondant de L'Humanité à Moscou de 1982 à 1986.

Il a été un proche collaborateur de Georges Marchais.

Aujourd'hui rédacteur en chef de l'hebdomadaire "Communistes" et de la revue "Cause commune", il est l'auteur de nombreux romans, polars et romans historiques, et aussi d'excellents essais et biographies sur l'histoire du communisme français:

Comme:

L'Abécédaire amoureux du communisme (édition le Petit Pavé)

Le puzzle Kanapa (édition La Déviation)

Marivo, Marie-Claude Vaillant Couturier, une vie de résistance - édition Ampelos, préface de Charles Fiterman)

Marchais (édition Arcanes 17)

Gérard Streiff invité des Mardis de l'éducation populaire du PCF Morlaix le mardi 24 janvier 2023 à 18h - le Communisme français, un dictionnaire amoureux
Gérard Streiff invité des Mardis de l'éducation populaire du PCF Morlaix le mardi 24 janvier 2023 à 18h - le Communisme français, un dictionnaire amoureux
Gérard Streiff invité des Mardis de l'éducation populaire du PCF Morlaix le mardi 24 janvier 2023 à 18h - le Communisme français, un dictionnaire amoureux
Gérard Streiff invité des Mardis de l'éducation populaire du PCF Morlaix le mardi 24 janvier 2023 à 18h - le Communisme français, un dictionnaire amoureux
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2023 2 24 /01 /janvier /2023 08:10
27 janvier - Ciné-débat à la Maison du Peuple organisé par le CIAN 29, avec le Mouvement de la Paix: The man who saved the world, suivi d'un rassemblement pour le désarmement nucléaire à 10H le 28 janvier place des Otages à Morlaix
27 janvier - Ciné-débat à la Maison du Peuple organisé par le CIAN 29, avec le Mouvement de la Paix: The man who saved the world, suivi d'un rassemblement pour le désarmement nucléaire à 10H le 28 janvier place des Otages à Morlaix
27 janvier - Ciné-débat à la Maison du Peuple organisé par le CIAN 29, avec le Mouvement de la Paix: The man who saved the world, suivi d'un rassemblement pour le désarmement nucléaire à 10H le 28 janvier place des Otages à Morlaix

THE MAN WHO SAVED THE WORLD

En 1983, un officier soviétique sauve le monde d'une guerre nucléaire...

Pour le désarmement nucléaire et la Paix - soirée ciné-débat à la Maison du Peuple (local UL CGT, salle Jean Jaurès) le vendredi 27 janvier à 20h (1 impasse de Tréguier à Morlaix) et rassemblement à 10h, samedi 28 janvier, devant la mairie de Morlaix qui a voté une motion pour l'adhésion et la ratification par la France du Traité d'interdiction des armes nucléaires (TIAN) voté par 122 pays à l'initiative de l'ONU. Avec la guerre en Ukraine et les dangers d'escalade nucléaire, ce combat pour la paix et le désarmement nucléaire nous concerne tous! Ce sont des initiatives organisées par le CIAN 29 dont le Mouvement de la Paix est partie prenante comme de nombreuses autres organisations politiques et syndicales, dont le PCF et EELV, représentés à la conférence de presse le 23 janvier au pavillon du Pouliet.

Avec Roland de Penanros (Université Européenne de la Paix- CIAN 29), Noëlle Péoc'h (Mouvement de la Paix - CIAN 29), Antoinette L'Henaff (Mouvement de la Paix Nord Finistère) - Claudine Guéguen (présidente Mouvement de la Paix Nord Finistère) - Ismaël Dupont (PCF - CIAN 29) - Jean-Jacques Lohéac (EELV - CIAN 29)

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2023 7 22 /01 /janvier /2023 10:06
« Tintin » Célestin Perrigault, dit « Tintin » est décédé à l’âge de 101 ans. | Pascal SIMON _ARCHIVES OUEST-FRANCE.

« Tintin » Célestin Perrigault, dit « Tintin » est décédé à l’âge de 101 ans. | Pascal SIMON _ARCHIVES OUEST-FRANCE.

Samedi 21 janvier 2023

Le résistant breton Célestin Perrigault est décédé à 101 ans

Instituteur, résistant pendant la Seconde guerre mondiale, Célestin Perrigault a aussi été un militant politique et syndicaliste, et vouait une passion à la peinture. Il est décédé à 101 ans. Ces dernières années, il avait raconté ses engagements devant des lycéens bretons.

« Tintin » Célestin Perrigault, dit « Tintin » est décédé à l’âge de 101 ans. | ARCHIVES OUEST-FRANCE.

« Pouvoir faire ce que l’on veut, en se disant qu’on peut rendre service, ça donne une belle satisfaction. Je ne sais pas si j’ai encore beaucoup d’années à vivre maintenant, mais je pense que j’ai fait mon compte, j’en suis très heureux ». C’était le 20 novembre 2021, à la Maison du Combattant de Rennes. Célestin Perrigault, résistant pendant la Seconde guerre mondiale, avait été invité par ses camarades de l’association républicaine des anciens combattants d’Ille-et-Vilaine ARAC 35 (1) qui voulaient lui souhaiter un joyeux centième anniversaire.

Lire aussi : Célestin Perrigault, 100 ans de conviction, d’action et de peinture en Ille-et-Vilaine

Célestin Perrigault est décédé à l’âge de 101 ans. Né le 17 novembre 1921 à La Chapelle-Chaussée (Ille-et-Vilaine). En juin 1940, il avait 18 ans et étudiait à l’École normale de Quimper. Sa première tentative de rallier l’Angleterre via Brest échoue. Il manque d’être arrêté. Il devient instituteur. La veille de Noël 1942, il épouse celle qui vivra avec lui pendant plus plus de soixante-dix ans.

Célestin Perrigault entre dans la Résistance, auprès des Forces françaises de l’intérieur (FFI), le 15 janvier 1944, sous le pseudonyme de « Tintin ».

Jeune instituteur basé dans le Finistère, il est chef du groupe de Locmaria-Berrien (FFI Huelgoat). Il participe à des missions de liaison, d’hébergement et de transport de munitions.

De juin à août 1944, il prend le maquis et intègre la compagnie Bir Hakeim puis le bataillon Leroy-Sker, où il remplit, en tant que chef de groupe, des missions de patrouille, de renseignement et de ravitaillement.

« Je ne me suis jamais considéré comme un grand résistant »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/tinteniac-35190/tintin-perrigault-chevalier-de-la-legion-d-honneur-5757068

Il participe à des combats entre les 4 et 6 août 1944 lors de la libération de la campagne de Poullaouen, après avoir assuré l’évacuation du maquis encerclé par les Allemands.

Combats dans le Finistère et à Lorient

Célestin Perrigault prend le commandement d’un détachement, le 7 août, lors de la libération d’Huelgoat. Ses missions consistent alors à nettoyer des nids de résistance allemande et de patrouilles dans la région, d’Huelgoat à Morlaix.

Il participe à la mise sur pied de la compagnie Robert-Boucher et se voit engagé dans des missions sur la presqu’île de Crozon, en septembre 1944.

Le 10 octobre 1944, il souscrit un engagement volontaire pour la durée de la guerre. Il est alors affecté sur le Front de Bretagne et la Poche de Lorient jusqu’à la capitulation allemande.

Il est démobilisé avec le grade d’aspirant, au sein d’une unité de cavalerie motorisée, le 11 octobre 1945. Son engagement contre l’occupant et pour la Libération de la France lui a valu d’être cité à l’ordre du régiment, avec attribution de la Croix de guerre.

Ces dernières années, il avait pris le temps d’aller à la rencontre des jeunes bretons pour témoigner. « Résister, ça me paraît tellement naturel. C’est simplement faire son devoir. J’ai fait ce qui me semblait nécessaire. Il faut toujours résister à l’injustice. Pensons aux autres, c’est un bon moyen d’être heureux », avait-il déclaré le 18 mai 2022, à Betton, lors de la remise des prix départementaux du concours national de la Résistance.

Instituteur et communiste

De retour à la vie civile, Célestin Perrigault redeviendra instituteur à l’école publique. Il est décoré de l’insigne de chevalier de Légion d’honneur en 2018, à l’âge de 96 ans, pour son action dans la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. L’insigne lui est remis par Guy Faisant, ancien résistant déporté et officier de la Légion d’honneur.

C’est durant la guerre qu’il adhéra au Parti communiste français (PCF). Il fut conseiller municipal de Plouyé en 1947, candidat au conseil général (ancien nom du conseil départemental) dans le canton de Bécherel et aux élections municipales de Rennes en 1965, secrétaire de la cellule des instituteurs communistes rennais au milieu des années 1970.

Il a aussi été journaliste au sein de la rédaction du quotidien Ouest-Matin (lancé en 1948 et diffusé dans les cinq départements de la Bretagne historique), où il couvrit la rubrique sociale, de 1948 à 1952.

L’homme politique fut également un syndicaliste convaincu, notamment secrétaire de la section départementale du Syndicat national des instituteurs (SNI) pendant une décennie.

La retraite, prise en 1979 aux Iffs puis à Tinténiac, n’entama en rien son esprit militant. On le retrouve membre du conseil d’administration de la section départementale de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale jusque dans les années 1990.

« C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Célestin Perrigault, grande figure de la Résistance en Bretagne. Je garde le souvenir d’un homme d’une grande humilité, épris de liberté, entièrement dévoué à ses concitoyens, souligne Nathalie Appéré, la maire de Rennes. Résistant, enseignant, journaliste, représentant syndical, militant communiste… Célestin Perrigault a vécu de multiples vies en restant, toujours, fidèle à ses engagements. D’un optimisme à toute épreuve, il est pour nous tous aujourd’hui une grande source d’inspiration ».

(1) Association républicaine des anciens combattants, victimes de guerre, de combattants pour l’amitié, la solidarité, la mémoire, l’antifascisme et la paix.

Guerre 39-45

 

Lire aussi:

Célestin Perrigault, dit Tintin, résistant communiste dans le Finistère, instituteur, élu, syndicaliste et militant en Ille-et-Vilaine, fête ses 100 ans

samedi 4 décembre 2021- le Parti communiste rend hommage à Tintin, Célestin Perrigault, résistant à Huelgoat et grand militant pendant 80 ans, pour ses 100 ans

samedi 4 décembre 2021- le Parti communiste rend hommage à Tintin, Célestin Perrigault, résistant à Huelgoat et grand militant pendant 80 ans, pour ses 100 ans

Par Ismaël Dupont, le 5 décembre 2021

Nous avons vécu de très beaux moments ce samedi après-midi, 4 décembre à Treverien et à Combourg pour fêter les 100 ans de Tintin, Célestin Perrigault, au côté des camarades du PCF d'Ille-et-Vilaine, Yannick Nadesan, Daniel Collet, Françoise Collet, Marc, Jeannie, Michel, etc, et une vingtaine de camarades du secteur de Combourg. En présence du maire de Treverien et du Conseiller départemental du canton qui s'est lui aussi exprimé.

J'étais venu apporter l'hommage et l'amitié des camarades du Finistère à Tintin qui s'est engagé au PCF et dans la Résistance dans le centre-Finistère, et qui a été élu à Plouyé avant de devenir journaliste.

Ce centenaire toujours jeune en esprit, plein d'intelligence, d'humour, de malice qu'est Célestin, peignait et exposait encore ses tableaux de paysage vibrants d'émotion il y a quelques mois et participe sans difficulté aux discussions, y apportant son expérience et son analyse politique aiguë. Yannick Nadesan, responsable du groupe communiste à Rennes et à Rennes-Métropole, l'a exprimé dans son discours.  

On ne peut qu'être admiratif devant ce militant d'exception qui s'est engagé au parti communiste a Huelgoat en 1942, sous l'influence de Guillaume Lozac'h, menuisier, ami du docteur Jacq, revenu de l'internement à Châteaubriant quand le docteur Jacq, lui, a été fusillé à l'étang de la Blisière le 14 décembre 1941.

FERNAND JACQ médecin et élu au Huelgoat, militant communiste et résistant, fusillé à Châteaubriant le 15 décembre 1941 (archives départementales du Finistère)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 5/ Fernand Jacq (1908-1941)

Célestin Perrigault s'est engagé ensuite d'abord comme instituteur de Locmaria Berrien dans le réseau de résistance FTP de Berrien, participant à des parachutages, des échanges d'information, des transmissions d'ordres de la résistance communiste, d'armes, et échappant à une rafle a Morlaix (suite à l'exécution de la maîtresse du commandant allemand de la place, un SS furieux et violent, Keller).

En 40, le jeune normalien originaire du nord de l'Ille et Vilaine (Monfort-sur-Meu, où il fut orphelin de mère et de père très tôt), exclu de l'école normale de Rennes pour indiscipline (il préférait les dessins satiriques et les blagues aux études: il se fait remarquer d'ailleurs pour ses caricatures de Hitler et Göring avant-guerre), s'est rendu dans le Finistère pour rejoindre l'Angleterre et continuer le combat, mais les bateaux étaient déjà bloqués a Plouescat quand il est arrivé, depuis Quimper, avec sa bicyclette.

Repassant par Huelgoat en vélo, il décide de s'y installer, une amie rennaise lui ayant dit le plus grand bien de la région.

Il est amoureux de Huelgoat dont il devient le populaire gardien de but de l'équipe de foot et se fiance et marie avec une jeune de Huelgoat, Yvonne Dual, avant de s'engager au PCF et en résistance chez les FTP.

Il obtient la croix de guerre à la liberation et devient élu communiste a Plouyé avant de revenir à Rennes pour y devenir journaliste pour le journal communiste breton Ouest-Matin où il écrit sous son nom et plusieurs pseudonymes, puis de nouveau instituteur et militant, puis dirigeant départemental du syndicat des instituteurs. 

C'est une grande chance d'avoir pu connaître et honorer à l'occasion d'une chaleureuse fête d'anniversaire avec les camarades d'Ille-et-Vilaine que nous remercions de leur invitation ce grand témoin des combats de la résistance et des jours heureux.

Daniel Collet lui a d'ailleurs lu une très belle lettre d'amitié de Fabien Roussel, le candidat des Jours Heureux.

PERRIGAULT Célestin, René, Marcel, dit « Tintin »
 
Né le 17 novembre 1921 à La Chapelle-Chaussée (Ille-et-Vilaine) ; instituteur ; militant syndicaliste, secrétaire de la section départementale du SNI d’Ille-et-Vilaine (1963-1972) ; militant communiste, conseiller municipal de Plouyé (Finistère).
Sa mère mourut peu après sa naissance. Son père, ferblantier-zingueur-quincailler, d’opinions radicales-socialistes, se remaria vers 1925 et décéda en 1934. Célestin Perrigault (parfois écrit Périgaux ou Perrignault) reçut les premiers sacrements catholiques. Élevé par sa mère adoptive, interne au cours complémentaire de Montfort-sur-Meu, il entra à l’École normale d’instituteurs de Rennes en 1938. En février 1940, il fut sanctionné pour des raisons disciplinaires et déplacé à l’ENI de Quimper (Finistère) où il termina sa scolarité. Titulaire du brevet supérieur, après son stage de janvier 1941 à juillet 1941 à Huelgoat dans les monts d’Arrée, il fut nommé instituteur à Locmaria-Berrien, commune voisine.
Dans cette région du centre Bretagne, la Résistance communiste fut très forte. En 1943, il adhéra au Parti communiste clandestin et s’engagea dans la Résistance dans le détachement FTPF « Docteur Jacq », du nom du dirigeant communiste finistérien fusillé à Châteaubriant. Au moment de l’insurrection, en juillet et août 1944, il fit partie du maquis de Berrien. Après la libération d’Huelgoat, il devint lieutenant FFI engagé volontaire pour la durée de la guerre. Il reçut la croix de guerre 1939-1945.
Il se maria religieusement en décembre 1942 à Huelgoat (Finistère) avec Yvonne Dual, née le 3 septembre 1925 à Berrien, fille d’un agent-cantonnier des Ponts et Chaussée, résistante, puis militante de diverses organisations, dont l’Union des femmes françaises (trésorière départementale). Membre du Parti communiste français à la Libération, elle ne reprit pas sa carte au début des années 1970 et réadhéra en 1976. Elle décéda le 13 juillet 2013 à Combourg (Ille-et-Vilaine). Le couple eut trois filles qui ne reçurent aucun sacrement religieux.
Affecté comme officier des sports en mai 1945 à Quimper, démobilisé en septembre 1945, Perrigault reprit son poste à Locmaria-Berrien puis à la rentrée suivante, en septembre 1946, il obtint sa mutation à Plouyé.
Il adhéra à la fin de 1943 à Locmaria-Berrien au PCF et aux Jeunesses communistes l’année suivante. Membre du comité de la fédération de l’Union de la jeunesse républicaine de France de 1945 à 1947, il fut secrétaire de la cellule communiste et membre du comité de la section communiste de Locmaria-Huelgoat. Élu conseiller municipal de Plouyé en 1947, il démissionna deux ans plus tard en raison de son départ pour Rennes. Au printemps 1947, détaché aux œuvres post et périscolaires dans la circonscription de Châteaulin, chargé de l’organisation du cinéma éducateur et à ce titre, il circula dans les écoles de la partie centrale du Finistère.
A la suite de difficultés familiales (décès d’un enfant, maladie de son épouse), en septembre 1948, Célestin Perrigault, en congé pour convenances personnelles, fit partie de la rédaction du quotidien progressiste Ouest-Matin qui rayonnait sur les départements de l’Ouest, Loire-Atlantique comprise. Il apprit sur le tas son nouveau métier de journaliste à Rennes et suivit l’école centrale de journalistes communistes pendant trois mois de 1949. Il fréquenta entre autres Jacques Brière, Marcel Carrasso et René Huguen. Il couvrit de 1948 à 1952 la rubrique sociale suivant les conflits ouvriers de Saint-Nazaire et de Brest. Les difficultés du journal nécessitèrent un redéploiement de la rédaction ; aussi reprit-il en septembre 1952, un poste dans l’enseignement en Ille-et-Vilaine à Guignen. Il fut nommé ensuite à Noyal-sur-Seiche, puis à Rennes. Il suivit alors l’école centrale pour les instituteurs communistes en 1953 à Suresnes.
Il s’engagea immédiatement dans la vie syndicale. Élu au conseil syndical de la section départementale du SNI, il siégea dans la minorité avec le responsable du groupe ex-cégétiste Roger Gomet. Le changement de majorité s’effectua en décembre 1961 au moment du renouvellement du conseil syndical. Le rapport de forces s’inversa. La tendance UID emmenée par Robert Le Foulgoc perdit un siège et devint minoritaire (12 sièges contre 13). Célestin Perrigault, succédant à Roger Gomet en décembre 1963, dirigea la section pendant une décennie. En 1972, en tête de la liste qui l’emporta, réélu secrétaire, il démissionna peu après et proposa Louis Chartrain pour lui succéder. Il fut entre 1956 et 1966 membre du Comité départemental d’action laïque.
Perrigault, lors du congrès national du SNI, le 8 juillet 1959, dans la séance consacrée aux « conditions de la rémunération ouvrière », critiqua les analyses d’Henri Baude qui contribuaient, selon lui, à cristalliser les tendances plutôt que de rechercher l’unité d’action. Lors de la réunion du conseil national du SNI, le 23 décembre 1960, il intervint après le rapport de Clément Durand sur le certificat d’aptitude pédagogique des maîtres privés. Il lut le vœu de sa section souhaitant que des représentants des syndicats puissent participer aux commissions chargées de faire passer ce CAP.
Au congrès du SNI à Lille, le 5 juillet 1964, dans la discussion du rapport moral, il estima que le SNI devait privilégier les actions revendicatives. Le 12 juillet 1965, dans la discussion du rapport moral, il souhaita une amélioration des rapports entre la direction nationale et les sections départementales. La même année, pour l’élection du bureau national du SNI en décembre, il figurait sur la liste « Pour un SNI toujours plus uni, toujours plus fort » conduite par Alfred Sorel. Devenu PEGC, il fut le responsable académique du SNI-PEGC pour les questions du personnel des CEG de 1972 à 1976.
Pendant cette période, il siégea comme délégué du personnel à la Commission administrative paritaire départementale, au Comité technique paritaire départemental. Après la mise en place du corps des PEGC, il œuvra pour qu’une structure régionale se mette en place. Il dirigea la commission administrative des PEGC qui se transforma ensuite en conseil académique au sein duquel on trouvait Hervé Cadiou (Finistère), Christian Le Verge (Côtes-du-Nord) et Loïc Champagnat(Morbihan). Il laissa la direction de ce conseil académique « Unité et Action » homogène à Jacques Martin en 1976.
En 1972, il quitta ses responsabilités syndicales et s’engagea dans une carrière de direction comme le faisaient souvent les responsables syndicaux du SNI enseignant en collège. En effet, au début des années 1960, il avait repris ses études. En 1962, reçu au CAPCEG, il devint professeur de français au collège public de Janzé. Nommé en 1972 sous-directeur faisant fonction de principal au collège de Janzé, il devint en 1976 principal du collège de Bégard dans les Côtes-du-Nord où il termina sa carrière professionnelle. Il fut élu immédiatement à la commission consultative spéciale des directeurs de CEG et des sous-directeurs de CES au titre du SNI avec Yves Thomas, principal du collège de Plestin-les-grèves et ancien membre du bureau national du SNI (Ecole Emancipée). En 1979 il prit sa retraite en Ille-et-Vilaine aux Iffs puis à Tinténiac depuis 2003.
Perrigault fut aussi entre 1956 et 1966 membre du comité directeur départemental des amicales laïques dans le cadre de la Fédération des œuvres laïques, membre du comité directeur du cercle Paul-Bert de Rennes et militant du Mouvement de la Paix.
Perrigault, secrétaire de la cellule des instituteurs communistes à Rennes au milieu des années 1970, fut membre du comité de la fédération communiste de 1968 à 1971. Responsable départemental du Mouvement de la Paix, membre du comité départemental de France-URSS, il était aussi secrétaire départemental de France-République démocratique allemande. Il fut candidat au Conseil général dans le canton de Bécherel en 1956, en 1961 et en 1985, il figura sur la liste « d’union démocratique » aux élections municipales de Rennes en 1965.
Après son départ à la retraite toujours militant du PCF, il devint membre du conseil d’administration de la section départementale de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale jusque dans les années 1990. Il continuait à militer aussi au Mouvement de la Paix, à France-URSS et France-RDA, à l’Association républicaine des anciens combattants et à l’Association nationale des anciens combattants résistants.
Perrigault, retraité, resta adhérent du SNI puis du SNUIPP. A Tinténiac, il écrivit pour sa famille ses souvenirs en trois volumes « Au fil des notes », « La fronde et la sten », « Propos en l’air », collabora au bulletin intercommunal Le Lavoir. Il reprit la peinture et ses œuvres peintes furent exposées au Centre culturel en avril 2013.
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2023 7 22 /01 /janvier /2023 09:44
Diaporama : Plus de 400 personnes se rassemblent pour  le retour de la liaison Morlaix Roscoff en train.
 
Voir aussi:
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2023 7 22 /01 /janvier /2023 08:34

+ 400 personnes à la mobilisation pour la défense de la ligne Morlaix-Roscoff ce samedi 21 janvier de 14h30 à 17h30. Et un très beau rassemblement suivi d'un défilé en musique (encore merci à Joël et Dominique Corre et à la fanfare Hej Da Ru qui ont rendu la marche dans Roscoff sous un grand soleil d'hiver encore plus agréable au son de la musique bretonne)

Un très beau rassemblement unitaire soutenu par la municipalité de Roscoff et sa maire Madame Thubert Montagne que nous remercions pour sa présence et son soutien tout au long de la mobilisation (Jean-Paul Vermot, en voyage officiel en Allemagne, était excusé mais soutient la relance de la ligne Morlaix-Roscoff, en tant que président de Morlaix-Communauté et maire de Morlaix).

5 conseillers régionaux, 3 conseillers départementaux, les maires de Roscoff, Taulé, Henvic, Plounéour-Menez, plusieurs maires et parlementaires excusés, de nombreux élus locaux, des militants politiques, syndicalistes, membres de l'APMR.

Des photos de Pierre-Yvon Boisnard, Fabris Cadou, Ismaël Dupont, Kevin Faure, Gaëlle Zaneguy

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo I. Dupont - rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo I. Dupont - rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Gaëlle Zaneguy, rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Gaëlle Zaneguy, rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

Kévin Faure, responsable du groupe de gauche Finistère & Solidaires, au Conseil départemental du Finistère, conseiller départemental de Brest 1, et Gaëlle Zaneguy, conseillère départementale Finistère & Solidaires de Morlaix: Rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

Kévin Faure, responsable du groupe de gauche Finistère & Solidaires, au Conseil départemental du Finistère, conseiller départemental de Brest 1, et Gaëlle Zaneguy, conseillère départementale Finistère & Solidaires de Morlaix: Rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Kévin Faure - Rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Kévin Faure - Rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Pierre-Yvon Boisnard, 21 janvier 2023 - Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, 21 janvier 2023 - Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff

Photo Kévin Faure - Rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Kévin Faure - Rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Gaëlle Zaneguy, rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Gaëlle Zaneguy, rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff: Loïc Le Gall à l'arrière plan, un des piliers du collectif et de la CGT Cheminots, ancien cheminot sur la ligne Morlaix-Roscoff, à l'origine de l'exposition présentée salle Mathurin Méheut

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff: Loïc Le Gall à l'arrière plan, un des piliers du collectif et de la CGT Cheminots, ancien cheminot sur la ligne Morlaix-Roscoff, à l'origine de l'exposition présentée salle Mathurin Méheut

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff -Gilbert Chapalain au centre, membre de l'AMPR et du Collectif Morlaix-Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff -Gilbert Chapalain au centre, membre de l'AMPR et du Collectif Morlaix-Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Sébastien Marie, Maire de Plounéour-Menez, au premier plan

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Sébastien Marie, Maire de Plounéour-Menez, au premier plan

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, Fréderic Guyader (APMR) et Ismaël Dupont, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, Fréderic Guyader (APMR) et Ismaël Dupont, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Sylvie Fillon, présidente de l'APMR, prend la parole la première pour le collectif pour la ligne Morlaix-Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Sylvie Fillon, présidente de l'APMR, prend la parole la première pour le collectif pour la ligne Morlaix-Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff,  Sylvie Fillon, présidente de l'APMR, prend la parole la première pour le collectif pour la ligne Morlaix-Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff, Sylvie Fillon, présidente de l'APMR, prend la parole la première pour le collectif pour la ligne Morlaix-Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff,  Sylvie Fillon, porte-parole de l'APMR,  21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, Sylvie Fillon, porte-parole de l'APMR, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Prise de parole de Michel Beaupré (UDB), pour le collectif pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023

Prise de parole de Michel Beaupré (UDB), pour le collectif pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Pierre-Yvon Boisnard, 21 janvier 2023, Rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, 21 janvier 2023, Rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff

Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff: 400 personnes ce samedi 21 janvier à Roscoff et une belle détermination commune pour la réouverture et la modernisation de la ligne ferroviaire
Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff: 400 personnes ce samedi 21 janvier à Roscoff et une belle détermination commune pour la réouverture et la modernisation de la ligne ferroviaire
Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole de Christine Prigent (Conseillère régionale EELV) au nom du collectif

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole de Christine Prigent (Conseillère régionale EELV) au nom du collectif

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole de Fabris Cadou (Gauche indépendantiste) au nom du collectif

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole de Fabris Cadou (Gauche indépendantiste) au nom du collectif

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole de Sébastien Ménès (Solidaires) au nom du collectif

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole de Sébastien Ménès (Solidaires) au nom du collectif

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole de Hocine Chemlal (Ensemble) au nom du collectif

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole de Hocine Chemlal (Ensemble) au nom du collectif

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Marc Corbel, secrétaire de l'UL CGT du pays de Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Marc Corbel, secrétaire de l'UL CGT du pays de Morlaix

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole d'André Laurent (Génération.S) au nom du collectif

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole d'André Laurent (Génération.S) au nom du collectif

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole d'Alain Paugam (PS) au nom du collectif

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole d'Alain Paugam (PS) au nom du collectif

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Synthèse du discours du collectif en breton par Philip Plouzané (UDB)

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Synthèse du discours du collectif en breton par Philip Plouzané (UDB)

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff: prise de parole de Roger Héré, vice-président transport mobilités de Morlaix Communauté

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff: prise de parole de Roger Héré, vice-président transport mobilités de Morlaix Communauté

Photo Ismaël Dupont, prise de parole lors du rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Ismaël Dupont, prise de parole lors du rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023

prise de parole de Roger Héré, vice-président transport mobilités de Morlaix Communauté ( Photo I Dupont)

prise de parole de Roger Héré, vice-président transport mobilités de Morlaix Communauté ( Photo I Dupont)

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole de Odile Thubert Montagne, maire de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff - Prise de parole de Odile Thubert Montagne, maire de Roscoff

rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff -Prise de parole de Odile Thubert Montagne, maire de Roscoff

rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff -Prise de parole de Odile Thubert Montagne, maire de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard, rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 devant la gare de Roscoff

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Collectif Morlaix-Roscoff - Banderole commune et prise de parole commune - Rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Collectif Morlaix-Roscoff - Banderole commune et prise de parole commune - Rassemblement pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Collectif Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 - pancarte de l'AMPR

Photo Collectif Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023 - pancarte de l'AMPR

Photo Collectif Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Collectif Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023

Collectif pour la ligne Morlaix-Roscoff- 21 JANVIER 2023

RASSEMBLEMENT POUR LA LIGNE MORLAIX ROSCOFF

PRISE DE PAROLE DU COLLECTIF POUR LA LIGNE MORLAIX-ROSCOFF

UN GRAND MERCI à toutes et tous d’être présents pour ce nouveau Rassemblement pour la réouverture de la ligne Morlaix Roscoff après celui du 2 mars 2019 à l’initiative de l’AMPR en gare de Roscoff, celui du 22 janvier 2022 à l’initiative de l’UDB, ceux de mai 2018 et juin 2021 à Morlaix à l’initiative des Cheminots, et notamment de la CGT Cheminots.

C’est aujourd’hui une nouvelle étape, et décisive de la mobilisation, après les pétitions de l’APMR, qui a réuni déjà + 9000 signatures, et celle de la CGT Cheminots, pour exiger la réouverture de la ligne, après le travail d’argumentation auprès des politiques et des acteurs économiques et du territoire réalisés par l’AMPR, les Cheminots (notamment de la CGT) mais aussi par de nombreuses forces politiques qui se retrouvent aujourd’hui dans le Collectif pour la ligne Morlaix-Roscoff.

Ce Collectif pour la ligne Morlaix-Roscoff a été créé en novembre 2022, s’est déjà réuni 3 fois, a distribué 10 000 tracts pour appeler à ce rassemblement, en étant présent sur 6 marchés, et dans une dizaine de communes, et en réalisant une conférence de presse commune et de nombreux interviews dans les médias pour faire de cet évènement un succès populaire.

Ce Collectif pour la Ligne Morlaix-Roscoff n’a pas de vocation à se substituer au travail des organisations existantes mais à s’y ajouter et à fédérer sur des initiatives communes qui nous permettent d’agir ensemble et d’être encore plus efficaces à un moment charnière où la question de la modernisation et de la réouverture de la ligne Morlaix – Roscoff se repose à l’occasion d’une nouvelle étude financée par la Région et les communautés d’agglomération de Morlaix-Communauté et du Haut-Léon Communauté, pour un coût de 500 000€, et où l’État et la Région renégocient le contrat de plan Etat Région, le fameux CPER.

Ce collectif est composé pour l’heure, mais il peut encore s’élargir : d’adhérents de l’APMR, de la CGT Cheminots, de la CGT Marins et de la CGT tout court, de Solidaires, du PCF, de la France Insoumise, du PS, d’Europe Ecologie Les Verts, de l’UDB, de Génération.S, de la Gauche Indépendantiste, d’Ensemble.

Et depuis 2 mois et demi, nous travaillons très bien ensemble.

Pour manifester notre rassemblement et notre désir de travailler ensemble, nous allons d’ailleurs lire ce texte, qui sera d’ailleurs résumé par Philip Plouzané en breton , à plusieurs voix.

Notre travail commun se concrétise aujourd’hui par une banderole commune, des autocollants communs, réalisés par nos camarades de l’APMR, une exposition sur l’histoire de la ligne Morlaix-Roscoff réalisés par nos camarades de la CGT Cheminots, et par une résolution à continuer le travail de mobilisation de la population sous diverse forme :

- Relance et actualisation de la pétition de l’APMR

- Travail de synthèse de nos arguments et revendications pour la relance de la ligne Morlaix-Roscoff afin d’être encore plus convaincants pour l’État, la région, les collectivités.

- Mise en réseau de nos élu.e.s et acteurs associatifs et syndicaux pour faboriser la relance de cette ligne Morlaix Roscoff.

Nous avons invité aujourd’hui la population du pays de Morlaix, Saint-Pol-de-Léon, Roscoff, et tous les défenseurs du ferroviaire et des lignes ferroviaires de proximité, les élus et acteurs économiques du territoire à se mobiliser nombreux pour la relance de la ligne Morlaix-Roscoff

Merci en particulier à tous les élu.e.s qui ont fait le déplacement.

Dans un premier temps, après la prise de parole unitaire du Collectif, nous allons donner la parole à la maire de Roscoff, Odile Thubert Montagne, puis à Roger Héré, qui représentera Jean-Paul Vermot, en déplacement officiel en Allemagne pour l’anniversaire du Traité de l’Elysée à Wurselen, commune jumelée avec Morlaix et d’autres communes des environs de Morlaix , et qui le représentera en tant que vice-président Transports Mobilités de Morlaix Communauté.

Pour les autres prises de parole, d’élus, de militants associatifs et syndicaux, d’acteurs du territoire, de défenseurs du ferroviaire, nous vous proposons de nous retrouver au retour du défilé dans Roscoff si vous le voulez bien, vers 16h-16h15, à l’espace MATHURIN MEHEUT que nous avons réservé grâce à l’appui de la MUNICIPALITE DE ROSCOFF que nous remercions, et tout particulièrement Madame La Maire, Odile Thubert Montagne.

Merci à tous les bénévoles et militants qui ont œuvre pour ce rassemblement, en distribuant nos 10 000 flyers, et le préparant dans toutes ses composantes.

Merci à vous tous d’être présents.

Merci aux musiciens de la Fanfare Hej Da Ru et à Dominique et Joël Corre d’accompagner bénévolement en musique notre rassemblement, notre défilé et cette mobilisation pour y mettre de la joie et du dynamisme.

Réouvrir et moderniser la ligne ferroviaire Morlaix-Roscoff, c’est l’intérêt du territoire et de ses habitants !

C’est un enjeu écologique, social, économique, d’aménagement du territoire important !

Nous en sommes convaincus et nous voulons en convaincre aussi bien un maximum de citoyens du territoire pour les rendre acteurs de cette bataille, que l’Etat, la SNCF, et la Région et tous les élus du territoire.

Pourquoi est-il nécessaire de relancer la ligne Morlaix-Roscoff ?

Tout d’abord, c’est le moment du volontarisme écologique pour faire face à la crise climatique

Nous vivons une période charnière en matière d'écologie et toute décision engageant l'aménagement du territoire ou des choix d’investissements sur l’avenir devrait en tenir compte.

Sur l’axe Morlaix Roscoff, on parle de plusieurs millions de voyages à l’année (5 millions), tout mode de transports confondus. Les transports représentent plus du quart des émissions carbonées et les stations balnéaires, desservies par la route seule, connaissent des problèmes d'embouteillage.

Sur Morlaix/Roscoff, à l'heure du réchauffement climatique et en raison de l'importance du trafic routier (9000 véhicules/jour en basse saison et 13 000 en été selon les données de 2015), pourquoi vouloir renoncer à cette voie ferrée et la supprimer, alors qu’elle nécessiterait quelques millions de travaux que l’on consent facilement pour la route ou pour subventionner des équipements qui ne profitent qu’au transport routier?

Pourquoi délaisser les lignes ferroviaires de proximité et de desserte du territoire alors qu’on est prêt à mettre des milliards d’euros pour gagner quelques minutes sur les LGV ou pour la LNOBPL (projet ferroviaire de liaisons nouvelles Ouest Bretagne - Pays de la Loire).

Nous en sommes convaincus : le train dans ce contexte de changement climatique devrait être l'épine dorsale des mobilités sur ce territoire en complémentarité des autres moyens de transport (bus, vélo...).

En raison de la crise écologique et climatique tout d’abord: les transports qui produisent le moins de CO2, les transports durables, ce sont les transports en commun, et d’abord les trains.

Or, la France a plus d’un train de retard dans l’investissement sur les mobilités ferroviaires: on y consacrait en 2021 : 45 euros par habitant, chiffre à comparer aux 103 euros par habitant en Italie, 124 euros par habitant en Allemagne, ou 271 euros par habitant en Autriche.

Sur 9000 km de voie ferrée, 1200 km sont en Bretagne, mais de nombreuses lignes sont en voie d’être abandonnées au profit du seul TGV ou des lignes les plus rentables.

3500 personnes vivent à Roscoff à l’année et 3500 y travaillent.

Cette ligne Morlaix-Roscoff a une vraie raison d’être.

D’autant qu’on voit que en Bretagne les trajets TER se sont beaucoup développés.

La ligne Morlaix Roscoff est unatout économique et un moyen de cohésion sociale

Au niveau économique, cette ligne ferroviaire est importante en raison du poids de l’enseignement supérieur à Roscoff, de la station biologique, de Perharidy et de la fondation Ildys, mais aussi des travailleurs et stagiaires de l’AFPA, du GRETA, des lycéens et étudiants qui pourraient se déplacer quotidiennement sur cette ligne, mais aussi du potentiel pour le fret ferroviaire.

Nous pensons que pour les transports du quotidien, pour les transports réguliers domicile-travail, ou plus occasionnels, le train et les lignes ferroviaires de proximité sont l’avenir.

Et le train est un transport d’avenir également en raison de la crise sociale, de l’inflation qui touche nos concitoyens, touchant notamment les carburants, le prix des voitures et des voitures d’occasion, mais aussi des inégalités devant la mobilité, qui touchent particulièrement les ruraux, les jeunes, les personnes âgées, les moins fortunés.

Un abonnement TER, pris en charge à 50 % par les employeurs, c’est beaucoup moins cher que de prendre sa voiture tous les jours en faisant le plein d’essence ou de gasoil. Et cette tendance ne va faire que se renforcer. 

Cette ligne Morlaix Roscoff a une valeur et ne représente pas simplement un coût

Cette ligne a été inaugurée le 10 juin 1883, à l’issue d’un chantier long de trois ans, construction du viaduc enjambant la Penzé comprise.

Jusqu'en 1971, les trains de voyageurs quittaient Morlaix et s'arrêtaient dans les haltes ou gares suivantes : Taulé, Taulé-Henvic, Henvic-Carantec, Plouénan-Kerlaudy, Saint-Pol-de-Léon et Roscoff (et, une fois par an, à l'occasion des courses hippiques de, le train s'arrêtait en face de l'hippodrome saint-politain).

Vous le savez que trop bien, cette ligne ferroviaire Morlaix-Roscoff est abandonnée depuis juin 2018 suite à un éboulement localisé sur la zone de Sainte-Sève.

Pour certains, cette pluie d’orage est tombée à pic puisque SNCF Réseau avait prévu dans le cadre d’une politique de délaissement des lignes secondaires de desserte du territoire au profit du plus rentable l’abandon de la ligne en janvier 2019 . D’ailleurs, rien n’a été fait pour réparer la voie endommagée à Sainte-Sève alors qu’on s’est précipité à renforcer les fondations du pont routier.

Avant 2018, l’attractivité de la ligne avait été minimisée par la réduction du nombre de trains et de la vitesse. Seule l’opération A fer et à flot avait permis de lui redonner une belle actualité en saison touristique.

Cet abandon n’est que la suite d’une chronique amorcée par l’épisode de gestion du réseau par Réseau ferré de France qui qualifiait les petites lignes de « sans avenir » et d’une époque où on substituait les besoins de maintenance de la voie par des limitations de vitesse justifiées par la sécurité, mais expliqués réellement par les défauts de maintenance, qui rendaient le transport ferroviaire plus lent et moins attractif.

Pourtant, on ne demande pas de refaire une infrastructure, elle existe depuis bien longtemps : il y a juste les rails, les traverses et le ballast à changer.

Concernant le pont de la Penzé, l’étude nous dira s’il faut réhabiliter le pont de la Penzé ou le refaire.

Une véritable réfection de la ligne Morlaix-Roscoff, pour un coût de plusieurs dizaines de millions d’euros (entre 40 et 50 millions probablement, en intégrant les gares, cela reste à déterminer par la nouvelle étude en fonction des scénarios), nous engagerait sur les 50 ans à venir.

En amortissement, cela représenterait 1 million d’euros par an, ce n’est vraiment pas insurmontable pour un financement croisé entre l’État, la SNCF, la région, voire les collectivités locales de référence.

La ligne Morlaix-Roscoff, ce n’est pas qu’un coût, c’est aussi une valeur. Cette ligne a une valeur patrimoniale, financière, touristique, économique, sociale.

Elle a coûté de l’argent, beaucoup d’argent, beaucoup d’efforts humains.

On ne peut pas laisser ce patrimoine se dégrader et être ruiné ou détruit sans réagir parce que l’État ne jouerait plus leur rôle d’aménageur du territoire et d’investissement dans les infrastructures, pour leur entretien et leur modernisation, parce qu’il ne se concentrerait plus que sur le développement des infrastructures dans les métropoles. La SNCF n’a plus d’argent pour investir mais l’État n’utilise pas à leur vraie destination les 10 milliards de taxes qu’il perçoit fléchés sur les infrastructures de transport, mais la SNCF a fait plus de 2 milliards de bénéfice cette année, avec son principal actionnaire, l’État.

La possibilité de développer une activité de fret ferroviaire

Les investissements sur la ligne Morlaix-Roscoff auront d’autant plus de sens économiquement et écologiquement s’ils incluent la possibilité d’une relance du fret ferroviaire.

Entre 1957 et 1981, des centaines de wagons, par jour, quittaient la gare de Saint-Pol-de-Léon pendant la saison des primeurs (choux-fleurs, artichauts et oignons) à destination des autres régions de France, mais aussi vers l'Allemagne. Saint-Pol-de-Léon était la première gare légumière de France, voire d’Europe. Dans les années 60-70, la ligne employait une centaine de personnes.

En janvier 1984, la suppression de l’annexe B ter est notifiée (il s’agissait de réductions de l’ordre de 15 à 20 % consenties aux clients fret dans le cadre général d’une politique de désenclavement de la Bretagne). En septembre 1990, la SNCF annonce la fin du trafic marchandises sur la ligne à partir du 28 janvier 1991 et laisse planer … une forte menace sur l’avenir du trafic voyageurs.

C’est le résultat et le lourd héritage des politiques d’abandon successives, laissant la part belle à la concurrence routière.

Pour nous, le port de Roscoff qui prétend à une dimension européenne, d’être intégré dans le réseau des Ports européens, doit s'accompagner d'une desserte ferroviaire. Il n’y a pas de port d’importance sans raccordement ferroviaire.

C’est facile à faire pour les Voyageurs allant ou sortant des ferrys en prévoyant un arrêt voyageurs au Bloscon, c’est concevable aussi pour les containers de marchandises.

La rénovation de cette voie ferrée permettrait ainsi également de ménager l'avenir en cas de renouveau du fret ferroviaire, renouveau que la Britanny Ferries envisage pour ses ports de Cherbourg et Bayonne, qui s’observe aussi sur le port de Brest.

Nous savons aussi SICA a une des plateformes de primeurs parmi les plus importantes d’Europe, et il serait absurde de se résigner à ce qu’elle ne soit que reliée par camion. Pour nous, il faut prévoir la possibilité d’un accès par le ferroviaire au port et à cette plateforme de la Sica.

L’enjeu est de taille, aujourd’hui, en raison du choix de la route, des réformes successives de la SNCF et du ferroviaire, seulement 1 % seulement du trafic marchandises se fait par voie de rail (contre 20 % dans les années 90), 4 % par les ports, 94 % par la route.

Pendant longtemps, c’est l’activité marchandises qui équilibrait les comptes de la SNCF et d’une ligne comme Morlaix-Roscoff.

Cette ligne rapportait d’ailleurs des centaines de milliers de francs de taxes aux collectivités chaque année. C’était loin de n’être qu’un coût, c’était aussi une manne (pour exemple, en 1989, 531 335 francs payés par la SNCF aux collectivités sur la ligne Morlaix Roscoff, à St Martin des Champs, Taulé, Ste Sève, Henvic, Plouénan, St Pol de Léon, Roscoff)

Un potentiel de trafic voyageurs important

L'étude socio-économique de 2018 a révélé un potentiel de 230 000 voyages annuels (quotidien, étudiants, occasionnels et touristiques). A cela s'ajoute que dans les grandes métropoles françaises 1/3 des habitants ne possèdent pas de voiture. Et ce phénomène risque de s'accentuer car il est prévu la fin de la vente des véhicules à carburant fossile d'ici 2040 voire avant pour favoriser l'achat de véhicules électriques. Véhicules électriques chers à l'acquisition et qui de surcroît ne résoudront pas la problématique des encombrements sur la route…

L’attractivité de la voie ferrée Morlaix Roscoff serait forte pour le trafic voyageurs avec la liaison avec la desserte TGV et l’attractivité du littoral léonard, surtout avec une augmentation de la vitesse du train à 80 ou 100 km pour mettre Roscoff à 20-25 mn de Morlaix.

Il faut aussi concevoir un usage omnibus de cette ligne Morlaix Roscoff avec des arrêts à Taulé, Plouénan, Henvic, Saint-Pol-de-Léon, afin de favoriser le transport quotidien des lycéens, des étudiants et scolaires, des jeunes et des personnes âgées, et aussi, c’est important des travailleurs.

On peut aussi imaginer des trains spéciaux orientés pour le tourisme en haute saison avec des arrêts nombreux, une plus faible allure privilégiant les points de vue.

Si ce territoire veut garder ses activités économiques et de services, notamment Saint-Pol-de-Léon et Roscoff, il est important de rétablir le fonctionnement de cette ligne ferroviaire. Cela donne une dimension supérieure à l'attractivité de ce territoire et donc une qualité d’accessibilité, argument majeur pour des territoires nationaux en concurrence.

Une réouverture de ligne ferroviaire bien conçue amènerait des nouveaux usages d'autant plus que Morlaix/Saint-Pol-de-Léon/Roscoff est touristique.

Il s'agit de concurrencer le temps de trajet par la route : par le train réhabilité à 22 mn-25 mn en tenant compte d'un arrêt supplémentaire au Port de Bloscon et envisager une exploitation économe en navette. Rien à voir avec l'exploitation précédente.

Le télétravail s'est développé en cette période de Covid.

Le tout télétravail a montré ses limites. Un panachage entre télétravail et présentiel est certainement la voie à suivre. On peut envisager que ce territoire soit particulièrement attirant pour de nombreux cadres ou employés et leurs familles, mais à condition que les liaisons avec le siège de l'entreprise situé à Paris ou dans les métropoles soient attractives.

Le train et la proximité d'une gare seront alors des éléments essentiels de leur choix. Nombreuses seront les résidences secondaires qui pourraient ainsi devenir à court et moyen terme, résidences principales. Il est donc impératif que les liaisons ferroviaires soient adaptées à cette nouvelle demande.

Tout comme le TGV a rapproché Morlaix de Paris en 3 heures, revitaliser la ligne ferroviaire Morlaix/Roscoff contribuerait à conserver l'arrêt TGV en gare de Morlaix tout aussi profitable pour les territoires du Léon et Morlaix Communauté.

C'est bien de soutenir la LGV Paris-Rennes-Brest mais quand les collectivités locales auront à la financer : il ne faut pas oublier les lignes de desserte de territoire, les lignes de proximité, les lignes dites secondaires qui alimentent aussi la fréquentation des TGV.

Il y a également un risque pour la gare de Morlaix d’avoir des suppressions d’arrêts de TGV s’il n’y a pas de raccordement ferroviaire au littoral et à Roscoff et aux communes du Léon.

Tout comme la ligne Guingamp-Paimpol rénovée récemment, la ligne Morlaix-Roscoff dessert une île, l’île de Batz.

Il est important de rappeler la fréquentation de la gare de Morlaix en 2021 700 000 passagers (chiffres SNCF), l'existence d'une navette électrique de la Gare vers le Centre-ville : la réhabilitation de la circulation voyageurs sur Morlaix/Roscoff entrerait dans cette dynamique qui ne demande qu'à se poursuivre pour rejoindre les objectifs de la SNCF d'accroître ses résultats.

Rétablir la ligne ferroviaire Morlaix-Roscoff c’est aussi permettre à des usagers du TGV ou du TER de ne pas simplement se garer en gare de Morlaix, mais aussi à Roscoff, St Pol de Léon, Taulé, etc.

Autre argument : rétablir une bonne desserte des communes de notre territoire, de leurs liens avec la métropole de Brest et autres métropoles, sans lesquels l'accès aux services de santé, d'éducation et administratifs seront insuffisants.

Les 8.5 milliards dégagés pour baisser les taxes sur les carburants laissent penser que dégager la moitié de cette somme pour les investissements ferroviaires supplémentaires n'est pas irréaliste. Actuellement, l’État n’utilise pas pour l’investissement dans les infrastructures ferroviaires la totalité des 10 milliards de taxes qu’il prélève pour ces infrastructures.

Et surtout bien souvent il privilégie l’investissement routier, comme les collectivités locales d’ailleurs, sur l’investissement ferroviaire.

Et dans les investissements ferroviaires, ou d’infrastructures de transports publics, on peut remarquer que les Métropoles sont bien mieux servies que le réseau des petites et moyennes villes qui participent pourtant de la cohérence territoriale.

C’est le cas en Bretagne où il ne faudrait pas que tous les investissements soient concentrés sur l’est métropolitain de la Bretagne, l’axe Rennes-Nantes, et le littoral sud. L’ouest de notre péninsule mérite aussi qu’on lui garantisse un avenir et des services et infrastructures de qualité pour la vie quotidienne des habitants et le dynamisme économique.

Merci encore à tous d’être présents et, après la traduction résumé de Philippe Plouzané en breton, place aux propos de Madame La Maire de Roscoff, et de Monsieur le Vice Président Transports-Mobilité de Morlaix Communauté, Roger Héré. 

Le programme après ces prises de parole, c’est de partir tout de suite dans les rues de Roscoff derrière la Banderole commune du collectif selon un trajet que nous avons étudié avec le Collectif et la Municipalité, connu par la gendarmerie, et de revenir ensuite vers 16h – 16h15 pour nous retrouver salle Mathurin Méheut pour une collation, un temps d’échange et et de prises de parole complémentaires, jusqu’à 7h-17h30.

 

Défilé pour la ligne Morlaix Roscoff, banderole commune en tête de cortège

Défilé pour la ligne Morlaix Roscoff, banderole commune en tête de cortège

Défilé pour la ligne Morlaix Roscoff, la banderole de la CGT Cheminots

Défilé pour la ligne Morlaix Roscoff, la banderole de la CGT Cheminots

Défilé pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

Défilé pour la ligne Morlaix Roscoff, 21 janvier 2023

Photo Pierre-Yvon Boisnard, Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023, espace Mathurin Méheut

Photo Pierre-Yvon Boisnard, Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023, espace Mathurin Méheut

Photo Pierre-Yvon Boisnard, Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023, espace Mathurin Méheut

Photo Pierre-Yvon Boisnard, Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff, 21 janvier 2023, espace Mathurin Méheut

Temps de prise de parole à l'espace Mathurin Méheut après le défilé - Gladys Grelaud, conseillère régionale finistérienne communiste, membre de la majorité, Photo I Dupont

Temps de prise de parole à l'espace Mathurin Méheut après le défilé - Gladys Grelaud, conseillère régionale finistérienne communiste, membre de la majorité, Photo I Dupont

Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff: 400 personnes ce samedi 21 janvier à Roscoff et une belle détermination commune pour la réouverture et la modernisation de la ligne ferroviaire
Temps de prise de parole à l'espace Mathurin Méheut après le défilé - Gladys Grelaud, conseillère régionale finistérienne communiste, membre de la majorité, Photo I Dupont

Temps de prise de parole à l'espace Mathurin Méheut après le défilé - Gladys Grelaud, conseillère régionale finistérienne communiste, membre de la majorité, Photo I Dupont

Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff: 400 personnes ce samedi 21 janvier à Roscoff et une belle détermination commune pour la réouverture et la modernisation de la ligne ferroviaire
Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff: 400 personnes ce samedi 21 janvier à Roscoff et une belle détermination commune pour la réouverture et la modernisation de la ligne ferroviaire
Temps de prise de parole à l'espace Mathurin Méheut après le défilé - Christian Guyonvarc'h, conseiller régional UDB, Photo I Dupont

Temps de prise de parole à l'espace Mathurin Méheut après le défilé - Christian Guyonvarc'h, conseiller régional UDB, Photo I Dupont

Temps de prise de parole à l'espace Mathurin Méheut après le défilé - Christian Guyonvarc'h, conseiller régional UDB, Photo I Dupont

Temps de prise de parole à l'espace Mathurin Méheut après le défilé - Christian Guyonvarc'h, conseiller régional UDB, Photo I Dupont

Prise de parole de Ronan Pichon, au côté de Christine Prigent, tous deux conseillers régionaux finistériens EELV

Prise de parole de Ronan Pichon, au côté de Christine Prigent, tous deux conseillers régionaux finistériens EELV

Temps de prise de parole à l'espace Mathurin Méheut après le défilé - Christophe Le Béguec, représentant le syndicat CGT Cheminots Léon Tregor

Temps de prise de parole à l'espace Mathurin Méheut après le défilé - Christophe Le Béguec, représentant le syndicat CGT Cheminots Léon Tregor

Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff: 400 personnes ce samedi 21 janvier à Roscoff et une belle détermination commune pour la réouverture et la modernisation de la ligne ferroviaire
Prise de parole Loïc Le Gall, CGT Cheminots et Collectif pour la ligne Morlaix Roscoff

Prise de parole Loïc Le Gall, CGT Cheminots et Collectif pour la ligne Morlaix Roscoff

Prise de parole Loïc Le Gall, CGT Cheminots et Collectif pour la ligne Morlaix Roscoff

Prise de parole Loïc Le Gall, CGT Cheminots et Collectif pour la ligne Morlaix Roscoff

Prise de parole Loïc Le Gall, CGT Cheminots et Collectif pour la ligne Morlaix Roscoff

Prise de parole Loïc Le Gall, CGT Cheminots et Collectif pour la ligne Morlaix Roscoff

Prise de parole de Sylvie Fillon, présidente de l'AMPR, après le défilé, espace Mathurin Méheut

Prise de parole de Sylvie Fillon, présidente de l'AMPR, après le défilé, espace Mathurin Méheut

Rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff: 400 personnes ce samedi 21 janvier à Roscoff et une belle détermination commune pour la réouverture et la modernisation de la ligne ferroviaire
Prise de parole Ismaël Dupont, conseiller départemental du canton de Morlaix et élu à Morlaix

Prise de parole Ismaël Dupont, conseiller départemental du canton de Morlaix et élu à Morlaix

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2023 7 22 /01 /janvier /2023 07:00
"Le retour du train est une nécessité écologique" -  Rassemblement pour la réouverture et la modernisation de la ligne Morlaix-Roscoff, Ouest-France, 22 janvier 2023 - Collectif pour la ligne Morlaix-Roscoff

"Le retour du train est une nécessité écologique" - Rassemblement pour la réouverture et la modernisation de la ligne Morlaix-Roscoff, Ouest-France, 22 janvier 2023 - Collectif pour la ligne Morlaix-Roscoff

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2023 6 21 /01 /janvier /2023 07:38
SNCF. Pourquoi ils se mobilisent pour sauver les lignes de trains de proximité (France 3 Bretagne)
VIDEO. SNCF. Pourquoi ils se mobilisent pour sauver les lignes de trains de proximité
Publié le
 
 

Les TER circuleront-ils à nouveau entre Morlaix et Roscoff ? La bataille du rail est engagée dans ce coin du nord-Finistère, depuis la fermeture de la voie en 2018. Un collectif a vu le jour et se mobilise pour sa réhabilitation. En Bretagne, le réseau Breizhgo compte aujourd'hui 1.200 km de lignes en fonctionnement.

La ligne ferroviaire entre Morlaix et Roscoff n'a pas vu l'ombre d'un train depuis le 3 juin 2018. Et les violents orages qui ont provoqué une coulée de boue, détruisant une portion de la voie à hauteur de Sainte-Sève. C'est même par camion que le TER, coincé par les inondations, avait été rapatrié à Morlaix.

Depuis, rien. La voie continue de se dégrader. Les usagers se mobilisent mais le dossier, lui, est au point mort. Dans l'intervalle, des cars de substitution ont été mis en place par la Région Bretagne.

"C'est du transport de proximité"

Un collectif a vu le jour dans ce coin du nord-Finistère, en novembre dernier, réunissant associations d'usagers, élus, organisations syndicales et partis politiques. Il réclame la réouverture de la ligne et entend le dire plus haut et plus fort, ce samedi 21 janvier, à Roscoff, lors d'une manifestation. "Il y a des voies ferrées qui ont été abandonnées depuis 30 ans et qui sont remises en activité, relève Loïc Le Gall, membre de la CGT Cheminots. Donc sur Morlaix-Roscoff, cela ne pose aucun problème. Il est bien évident qu'il faudra changer les traverses, les rails et le ballast. Mais, après, ce sera exploitable bien-sûr".

Personne, au sein de ce collectif, n'a oublié la déclaration d'Emmanuel Macron, en juillet 2020, dans laquelle le chef de l'Etat dit vouloir "redévelopper les petites lignes de train". A l'heure de la transition énergétique et de la décarbonation, les défenseurs de la ligne Morlaix-Roscoff travaillent leur argumentaire. L'urgence climatique, le développement et l'attractivité du territoire sont autant de points qui, selon eux, mettent en évidence le retour au transport ferroviaire pour les voyageurs et le fret.

La mobilisation de samedi prochain vise d'ailleurs à peser dans la décision de l'Etat et de la Région Bretagne de rénover ou pas cette infrastructure. Coût estimé du chantier : 50 millions d'euros. "C'est une somme relativement négligeable surtout quand elle est partagée par plusieurs collectivités, par l'Etat et la SNCF, observe Ismaël Dupont, conseiller départemental (PCF) du Finistère. Sachant que derrière, ça peut servir à la fois aux travailleurs, aux étudiants, aux personnes âgées. C'est du transport du quotidien et de proximité". Et d'ajouter : "La France est l'un des pays européens qui investit le moins sur le ferroviaire : 45 euros par an et par habitant, alors que c'est 271 euros en Autriche ou 125 euros en Allemagne".

 

"La ligne a de l'avenir"

L'avenir de la ligne Morlaix-Roscoff figure bien au contrat de projet Ett-Région qui sera prochainement discuté. "Des études vont d'abord être conduites pour approfondir la démarche, nuance Michaël Quernez, vice-président en charge des mobilités à la Région Bretagne. On va s'assurer qu'il y a une vraie demande et donc un vrai potentiel de développement. Ensuite, on regardera évidemment en termes d'infrastructure quel serait le montant des travaux que nous devrions consentir puisque la ligne est malheureusement très dégradée. Morlaix-Roscoff, c'est une ligne dite fine de territoire. C'est un sujet qui nous préoccupe et nous y travaillons d'arrache-pied ".

Cette étude de faisabilité de 500.000 euros est sur les rails. De quoi revigorer localement les esprits qui militent pour que cette ligne TER reprenne du service. "La manifestation de samedi, ce n'est pas celle de la dernière chance" disent-ils, même s'ils ont conscience que la SNCF, avant le déluge de juin 2018, avait déjà réduit le nombre de trains en circulation et supprimé des passages à niveau. "La ligne a de l'avenir, plaide Ismaël Dupont. Les présidents de Région, dont celui de la Bretagne, ont appelé à un 'choc ferroviaire' dans une tribune récente. Prenons-les au mot et faisons que ces dessertes ferroviaires de proximité soient privilégiées".

En Bretagne, plusieurs collectifs portent d'autres projets de réouvertures de petites lignes de train, comme celles d'Auray-Quiberon, Saint-Brieuc-Auray ou encore Rennes-Fougères.

14 millions de voyages sur le réseau Breizhgo 

Toutefois, où en est aujourd'hui la région dans ses liaisons du quotidien ? Le réseau Breizhgo compte 1.200 km de lignes en fonctionnement, 400 TER et totalise 14 millions de voyages en 2022. En moyenne, 35.000 Bretons prennent le train chaque jour pour se rendre à leur travail, notamment. Comme dans ce TER qui relie Rennes à Saint-Malo. "C'est un temps utile, dit cet homme. C'est 40 minutes où on peut travailler, où on ne perd pas son temps".

Ces liaisons du quotidien sont plébiscitées. "Près de 30 % de fréquentation en plus par rapport à la même période, avant la crise Covid, à savoir septembre-octobre 2019, remarque Michaël Quernez. Avec le revers de la médaille : 15 % de nos trains sont saturés aujourd'hui" constate-t-il.

Plus de trajets et des travaux sur les voies permettraient de résoudre cette saturation. Depuis 2013, cinq lignes ont été rénovées. Une sixième, reliant Dinan à Lamballe, le sera en 2024. Trois autres (Morlaix-Roscoff, Auray-Quiberon et Guingamp-Carhaix) sont à l'étude. Coût de ces travaux : 88 millions d'euros supportés par la Région Bretagne. "Le train coûte 110 millions d'euros à la Région chaque année, souligne le vice-président en charge des mobilités. Notre objectif est de multiplier par deux la fréquentation des TER d'ici 2040 mais cela représentera 180 millions d'euros de déficit. L'équation financière n'est pas tenable. La question des ressources est donc posée".

La Bretagne est la région française où la fréquentation des TER augmente le plus.

 

(Avec Krystel Veillard et Mathieu Herry)

 
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2023 6 21 /01 /janvier /2023 07:38
Mardi 17 janvier, le reportage de France 3 en Français sur notre mobilisation sur la ligne Morlaix Roscoff a été diffusé sur le journal de France 3 Iroise à 18h53 suite à notre conférence de presse commune du Collectif pour la défense de la ligne Morlaix Roscoff le 21 janvier:
 
 
 
 
Une interview en breton de Fabris Cadou membre de notre collectif sera diffusée par France 3 vendredi.
 
Sinon, il y a eu cette interview pour la radio RCF (Christophe Pluchon) le 18 janvier:

https://www.rcf.fr/actualite/journal-local-de-7h?episode=330765

Et en format plus long à 7h40 et 11h10 ce matin :

https://www.rcf.fr/actualite/3-questions-a-finistere?episode=330404

Et l'interview plus longue de 12 minutes d'Ismaël Dupont sur la Radio Bretagne 5 la semaine passée:

https://www.bretagne5.fr/podcasts/ismael-dupont-membre-du-collectif-unitaire-pour-la-relance-de-la-ligne-ferroviaire-morlaix?fbclid=IwAR2NW-UC2frrpj5heykV0DqZTTbbG1HO_Zd6TkrgUeWCejbOkYEYuHNNmCQ

Une interview d'Ismaël Dupont avec Sébastien Béatrix a été diffusée également sur Radio Nord Bretagne ce jeudi 19 janvier à 11h30- 12h30 - 17h30- 18h30 sur 105 FM et 98.2 FM (Landivisiau - Landerneau):

https://www.facebook.com/radionordbretagne/videos/2739466342851912

Des interviews sur le rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff sont également programmées sur Alouette le vendredi matin: 

https://www.alouette.fr/replay/flashs-info-finistere Interview pour présenter les raisons du rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff du samedi 21 janvier 2023 à 14H30 en Gare de Roscoff sur Alouette, dans le flash info Finistère, à 9h

et sur France Bleu Breizh Izel le samedi matin. Journal de 7h et de 8h, interview Ismaël Dupont:

https://www.francebleu.fr/emissions/grille-programmes/breizh-izel

Soyons très nombreux à la manifestation le samedi 21 janvier à 14h30 devant la gare de Roscoff et l'espace Mathurin Méheut.

Défense d'une relance de la ligne ferroviaire Morlaix-Roscoff - Rassemblement du 21 janvier à Roscoff, 14h30 - Interviews et conférence de presse du collectif pour la ligne Morlaix Roscoff
"La ligne Morlaix-Roscoff a un potentiel énorme" - Le Télégramme, Monique Keromnès, 18 janvier 2023

"La ligne Morlaix-Roscoff a un potentiel énorme" - Le Télégramme, Monique Keromnès, 18 janvier 2023

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2023 5 20 /01 /janvier /2023 06:31
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011