Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 17:14
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Dominique Gontier et Ismaël Dupont

Dominique Gontier et Ismaël Dupont

Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)
Pot-au-feu des amis du PCF de la Forêt-Fouesnant ce dimanche 29 janvier 2017 (photos Ismaël Dupont, Dominique Gontier et Hervé Ricou)

60 personnes environ se sont retrouvées ce midi à La Forêt-Fouesnant dans une ancienne sardinerie face à la mer pour profiter du très bon pot-au-feu de saison préparé par nos camarades de la section PCF de Fouesnant, de Concarneau et de Moëlan.

Nos amis de Bretagne Grèce Solidarité étaient avec des produits au profit d'une coopérative auto-gérée grecque et une exposition d'enfants des écoles d'Athènes sur le drame des réfugiés. Hervé Ricou et Claude Le Moguen ont pris la parole pour l'association sur la situation  sociale en Grèce et pour expliquer les initiatives de solidarité prises depuis des mois. 

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF, est intervenu sur le thématiques que portent le Parti Communiste pour les élections législatives et présidentielles:

- L'imposture Macron, Fillon, Le Pen. 

- La fin de la monarchie présidentielle, la mise en place d'une nouvelle République (suppression du 49-3, déprésidentialisation de notre démocratie, élections proportionnelles à toutes les élections, faire entrer des ouvriers et des employés au Parlement, des femmes, droit de contrôle des salariés dans les entreprises, lutte contre l'influence des lobbies financiers, remise en cause des privilèges et des pratiques de népotisme, la parole au peuple sur les questions d'aménagement et européenne, la remise en cause de la technocratie, le droit de vote des étrangers aux élections locales et la citoyenneté de résidence, l'égalité homme-femmes et la lutte contre les discriminations)

- Une politique de l'égalité des droits à la santé, à la sécurité sociale, aux services publics. La nécessité d'une grande loi de financement du droit à l'autonomie des personnes âgées dans le cadre de la Sécurité Sociale et d'une réponse solidaire et de services publics accessible à tous des questions liées au vieillissement de la population, des problèmes rencontrés encore par les personnes âgées hors structure ou en structure, par les personnels confrontés aux sous-effectifs, à la précarité, à des situations de maltraitance institutionnelle, au décalage entre le niveau des pensions de retraite et le coût de la prise en charge de la dépendance.

- L'importance d'aller vers un rassemblement de toute la gauche de progrès aux présidentielles, de Mélenchon à Hamon, en passant par EELV, pour empêcher l'extrême-droite et la droite extrême de prendre le pouvoir en France, comme ils l'ont fait aux Etats-Unis, et dans de nombreux pays européens.

- L'importance d'avoir un groupe Front de Gauche et communiste à l'Assemblée Nationale dans le cadre d'une opposition de gauche résolue avec des vraies principes concernant la défense des intérêts populaires ou d'une majorité de gauche, forcement pluraliste. Le bilan des dix élus communistes et Front de Gauche emmenés par André Chassaigne, des sénateurs PCF-Front de Gauche emmenés par Eliane Assassi, a été rappelé et valorisé.

- Le projet hégémonique de Jean-Luc Mélenchon, pour qui nous faisons campagne pour les Présidentielles car c'est le candidat qui a le plus de chance de faire entendre une voix anti-libérale, anti-austérité, sur un projet dont nous sommes proches, au second tour des présidentielles, à savoir présenter des candidats partout contre ceux du Parti Communiste et du Front de Gauche, même là où le FN est en position de l'emporter, mais là où nous avons des députés sortants, en refusant le rassemblement, le dialogue et les mains tendues, dans une logique de terre brûlée ou le but parait même être d'effacer le PCF comme le PS pour faire émerger un nouveau mouvement, France insoumise, a été décrit comme irresponsable et incompréhensible sur le plan des intérêts de la population, même si nous faisons confiance à nos candidats aux législatives pour faire la démonstration de leur ancrage dans les préoccupations sociales des électeurs, de leur présence de longue durée à leurs côtés dans les luttes.

- Le bilan du député-ministre Jean-Jacques Urvoas, le monsieur politique d'état d'urgence et approche sécuritaire du PS, représentant de la droite du PS, a été rappelé, ainsi que la nécessité de porter une ou un vrai député(e) de gauche à l'Assemblée pour la première circonscription Quimper-Fouesnant.    

  

 

 

   

 

 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 08:50
photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

INTERVENTION PIERRE LAURENT – SAMEDI 28 JANVIER 2017 – LA ROTONDE,
PARIS.

OSONS UNE NOUVELLE RÉPUBLIQUE !


Mesdames et Messieurs les journalistes,

Cher-e-s ami-e-s,

Cher-e-s camarades,

Nous sommes ici avec les candidates et les candidats que nous
présenterons aux élections législatives de juin 2017. Nous vous les
présentons aujourd'hui, parce que leur campagne va se déployer
maintenant, sans attendre, au cœur de la campagne présidentielle et
non pas après celle-ci.

Pourquoi ? Parce que nous, candidats communistes, du Front de gauche,
femmes et hommes engagés dans les combats progressistes, partenaires
politiques de diverses sensibilités de gauche, avons une conviction :

une République nouvelle doit naître. Une République où les citoyens
se sentent à nouveau pleinement respectés, une VIe république qui
renouvelle profondément les institutions et donne un nouveau souffle à
la vie politique. Et cet enjeu majeur, c'est un enjeu commun aux deux
grandes échéances présidentielle et législatives. Car changer le
locataire de l’Élysée ne sera rien si la confiscation actuelle du
pouvoir se poursuit.

Autrement dit : pas de nouvel avenir possible pour notre pays, et c'est
bien cela que cherche notre peuple, sans ouvrir la voie à un nouveau
régime démocratique.

Il y a urgence car la République est chaque jour trahie dans ses
fondements et je connais le poids de mes mots.

La Ve République agonise dans la crise de régime. Née en 1958, il y
aura bientôt soixante ans, dans tout un autre monde, quand, au plus
fort d'une France enlisée dans la guerre d'Algérie, les forces
réactionnaires l'imposèrent, elle n'a cessé de dériver vers ce qui
n'est aujourd'hui qu'une monarchie présidentielle totalement inadaptée
aux exigences démocratiques du XXIe siècle.

Avec le quinquennat et l'inversion du calendrier électoral, le
présidentialisme a fini de triompher au détriment de la diffusion des
pouvoirs dans toute la société. Résultat, en 1978, l'abstention aux
élections législatives était à hauteur de 15 %. Elle était à 45 %
lors des dernières élections en 2012 !

Aujourd'hui, le temps est venu d'une nouvelle République du XXIe
siècle qui reconstruise le pouvoir des citoyens.

85 % de nos compatriotes estiment que les responsables politiques ne
tiennent pas compte de leurs avis ? Comment les blâmer quand ils sont
une majorité à refuser le traité constitutionnel européen en 2005,
en constatent aujourd'hui les dégâts, et que ce vote a été traîné
dans la boue par les dirigeants des deux quinquennats écoulés ?
Comment les blâmer quand ils sont une écrasante majorité en 2016, au
premier rang les jeunes, à refuser la loi El Khomri, à l'affirmer dans
la rue, et que leur magnifique mobilisation est bafouée par le 49-3 ?

***

Nous n'entendons plus, du côté de ceux qui sont au pouvoir, la
dénonciation du « coup d’État permanent », qui constitua longtemps
le point de rassemblement du camp républicain à gauche.

Mais la gauche républicaine est bien vivante. C'est elle qui a mis en
échec l'an dernier le projet insensé de la déchéance de la
nationalité pour les bi-nationaux.

Nous sommes les continuateurs des Républicains de l'An I qui en 1792,
mirent fin à la monarchie et aux privilèges !

Nous sommes les héritiers des communards de 1871 qui, sous les ruines
du Second Empire autoritaire, voulurent une démocratie pleine et
entière !

Nous sommes les enfants des artisans de la loi de 1905 qui fonda la
République laïque moderne.

Nous sommes les héritiers des résistants de la Seconde guerre mondiale
qui bâtirent les fondements d'une démocratie sociale en devenir.

Et aujourd'hui, nous le disons, de nouvelles fondations sont
nécessaires. Voilà pourquoi nous proposons un nouveau pacte
Républicain pour une France en commun.

Voilà pourquoi la première décision que prendra la nouvelle majorité
de gauche pour laquelle nous sollicitons le suffrage des électeurs sera
d'impulser dans tout le pays un grand débat citoyen, un processus
constituant, pour aboutir à la rédaction d'un nouveau projet de
Constitution soumis à référendum. Le quinquennat à venir doit être
le celui qui fondera la nouvelle République que nous appelons de nos
vœux.
 

***

Les grands principes qui guideront cette réinvention démocratique,
nous les porterons dans la campagne présidentielle avec notre candidat
Jean-Luc Mélenchon, et avec tous nos candidats aux élections
législatives.

NOUS VOULONS SORTIR DU PRÉSIDENTIALISME.

Le « domaine réservé » du Président doit être supprimé et toutes
les décisions, comme l'action du gouvernement, placées sous le
contrôle du Parlement.

L'élection du Parlement doit retrouver la primauté et être dissociée
de la présidentielle. La démocratie mérite mieux que de jouer tous
les 5 ans au « Secret story présidentiel ».

Le 49.3 et toutes les dispositions qui réduisent le rôle du Parlement,
laissons-les au musée de l'Ancien régime ! Oui, nous supprimerons le
49-3, les votes bloqués, l'usage à répétition des ordonnances.

NOUS VOULONS FAIRE À NOUVEAU ENTRER LE PEUPLE, TOUT LE PEUPLE AU
PARLEMENT.

Nous voulons un Parlement à l'image de notre société, où la voix de
chacune, de chacun compte pour un. Nous mettrons en place la
proportionnelle intégrale à toutes les élections, avec obligation de
parité.

Nous accorderons le droit de vote et d'éligibilité sous condition de
résidence à tout citoyen qui choisit de vivre sur le sol français, et
cela quelle que soit sa nationalité.

Nous limiterons le cumul et le renouvellement des mandats en accordant
un statut de l'élu qui permette à un salarié, de toutes conditions,
un ouvrier ou une employée comme tous les autres, d'exercer un mandat
et de garantir son retour à l'emploi dans une continuité de revenus et
de droits.

NOUS VOULONS UN PARLEMENT OÙ LA VOIX DU PEUPLE FASSE LA LOI.

Nous voulons plus de gouvernement des « experts ». Nous voulons une
République qui développe les capacités et l'expertise populaire.

Ce jeune qui se demande de quoi sera fait demain, qui navigue de boîte
d'intérim en boîte d'intérim, avec une mission de manutention
par-là, un inventaire en grande surface par-là. Nous voulons qu'il
devienne député.

Cette jeune infirmière qui ne compte plus ses heures et ses nuits de
travail. Celle-là même qui sauve des vies et qui fait de notre
système de santé un des plus performants au monde. Nous voulons
qu'elle devienne députée.

Cette ouvrière du textile, ce chauffeur Uber, cette cadre dans
l'informatique, ce jeune start-uper : tous ceux qui n'en peuvent plus
d'une politique qui les ignorent, nous voulons construire avec eux une
nouvelle majorité, un nouveau Parlement qui rendra ses droits à notre
peuple souverain.

NOUS VOULONS UN PARLEMENT ÉTHIQUE, RESPECTUEUX DE L'INTÉRÊT
GÉNÉRAL, INDÉPENDANT DES INTÉRÊTS PRIVÉS.

Le contrôle des conflits d'intérêts doit être renforcé.

Et concernant l'affaire Pénélope Fillon qui défraie la chronique,
nous proposons de clarifier sans délai les règles en usage en donnant
force à ce qui devrait relever du bon sens : interdire l'embauche d'un
membre de sa famille comme assistant parlementaire.

Je dis cela en responsabilité, sans verser dans le refrain nauséabond
du « tous pourris ». Le Parlement n'est pas peuplé d'emplois fictifs,
arrêtons cette fable, mais de centaines d'assistants parlementaires
qualifiés qui y travaillent avec compétence en étant souvent trop peu
payés.

Et à qui veut braquer ses projecteurs sur les privilèges, et l'emprise
de l'argent sur le pouvoir, je cite au hasard quelques directions de
travail : l'évasion fiscale, les salaires des grands patrons, les
parachutes dorés, les retraites chapeaux… tous privilèges indécents
qu'il serait plus que temps, eux, de mettre hors la loi au plus vite.

NOUS VOULONS UNE RÉPUBLIQUE QUI REDEVIENNE UNE GRANDE RÉPUBLIQUE
SOCIALE, UNE RÉPUBLIQUE DE LA DÉMOCRATIE ÉCONOMIQUE, UNE RÉPUBLIQUE
QUI REFONDE LES POUVOIRS CITOYENS DANS LA CITÉ ET DANS L'ENTREPRISE.

En abrogeant la loi El Khomri du gouvernement Valls-Hollande, la
nouvelle majorité que nous voulons construira une grande loi de
démocratisation sociale, qui mettra en son cœur de nouveaux droits
sociaux et de droits d'intervention dans la gestion des entreprises !
Voilà ce qui manque tant dans notre République !

Les pouvoirs doivent changer de mains, et ceux donnés aux citoyens, aux
salariés doivent prendre le pas sur ceux de la finance qui gangrènent
notre démocratie. La voilà, la révolution politique !

C'est en donnant de nouveaux droits à la société dans son ensemble,
aux salariés, aux syndicats, aux lanceurs d'alerte que nous
récupérerons les 80 milliards de l'évasion fiscale, que nous
contrôlerons l'utilisation du CICE, des dividendes et de l'argent des
banques.

C'est en donnant de nouveaux droits aux citoyens que nous développerons
l'initiative législative venue de la société, et non des grands
intérêts financiers.

C'est en protégeant les Communs numériques par la loi, en établissant
un droit inaliénable des citoyens sur les données, que nous
protégerons nos libertés, et empêcheront la privatisation de nos
vies.

Oui, la modernité au XXIe siècle, ce n'est sûrement pas de donner les
pleins pouvoirs présidentiels au banquier Macron, comme si les banques
et la finance n'avaient pas assez de pouvoirs.

 

LA MODERNITÉ, C'EST CELLE QUI OSERA UNE RÉPUBLIQUE DES PLEINS POUVOIRS
CITOYENS.

Non décidément, nous n'avons pas besoin de députés fillonistes pour
sacrifier la Sécurité sociale, de députés macronistes pour voter une
nouvelle loi d'ubérisation du travail, de députés lepénistes pour
fouler aux pieds les valeurs de la République.

Nous avons besoin de députés qui auront à cœur l'égalité.

L'égalité, c'est le socle sur lequel fut bâtie la première
République en 1792. C'est pour que l'égalité soit une réalité pour
tous que nous portons le projet d'une nouvelle République. L'égalité
c'est notre boussole, encore et toujours !

L'ÉGALITÉ DANS LES DROITS POLITIQUES, L'ÉGALITÉ DANS LES DROITS
ÉCONOMIQUES, L'ÉGALITÉ DANS LES DROITS SOCIAUX, L'ÉGALITÉ ENTRE
TOUTES ET TOUS !

Notre pacte Républicain c'est l'émancipation conquise pour toutes et
tous qui constituent la Nation. Une République, qui, comme l'affirmait
Robespierre, puisse «_ rendre les hommes heureux et libres par la loi_
».

Quand de l'autre côté de l'Atlantique, le président Trump assoit dans
le fauteuil du bureau ovale les intérêts du grand capital étasunien,
attaque l'avortement et les droits des femmes, libère la parole raciste
dans un pays où chaque semaine déjà des policiers tuent des hommes
parce qu'ils sont noirs, construit des murs et étale le cynisme des
intérêts égoïstes du plus puissant, JE CROIS QUE LE MONDE A BESOIN
D'UNE FRANCE QUI REPRENNE LA MARCHE EN AVANT DE TOUS LES DROITS HUMAINS.


Nous voulons une République qui inscrive dans sa Constitution la lutte
contre toutes les discriminations, le droit à l'avortement, les droits
LGBT, qui proclame dans son article premier non pas qu'elle « favorise
» l'égal accès des femmes et des hommes à toutes les
responsabilités mais qu'elle le « garantit ».

Nous voulons une République qui reprenne le chemin de la
décentralisation des pouvoirs, de la décentralisation territoriale,
qui replace la commune au centre de la vie démocratique, qui
rétablisse la clause de compétence générale à tous les niveaux de
collectivités locales.

Nous voulons une République qui dit que, où que l'on soit né, à
Grigny ou à Neuilly, en France ou ailleurs, on a les mêmes droits. Et
qu'importe nos origines, notre religion, notre couleur de peau, nous
sommes toutes et tous indispensables à notre émancipation commune.
C'est ça la VIe République que nous voulons construire !

UNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE QUI FASSE RESPECTER LA VOIX DE SON PEUPLE
SOUVERAIN EN EUROPE quand les traités vont à l'encontre de ses
intérêts, et qui repasse à l'offensive en Europe pour construire, non
des murs ou des Brexit ouvrant la voie à de nouveaux paradis du dumping
fiscal et social, mais des sommets sociaux pour faire converger les
droits humains et les protections sociales, des COP fiscales pour
éradiquer l'évasion fiscale des plus riches, des conférences pour la
paix et le droit des migrants.

UNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE QUI PORTE À NOUVEAU DANS LE MONDE, dans
l'enceinte de l'ONU que Trump veut réduire au silence, la voix de la
paix, du désarmement, de la démocratisation des institutions
internationales, du développement social et écologique partagé contre
les logiques de concurrence capitalistes.

***

Ce sont les axes offensifs de notre pacte Républicain.

Ces avancées démocratiques, nous en sommes certains, sont attendues
par notre peuple qui ne supporte plus la caricature de démocratie à
laquelle nos institutions et l'emprise des grands intérêts
capitalistes nous condamne.

Nous porterons cette exigence populaire au cœur des campagnes qui
s'annoncent.

Nous sommes des femmes et des hommes du peuple, désintéressés,
seulement soucieux de l'intérêt général, et nous le prouvons chaque
jour par nos actes, conformes à nos paroles, par notre intégrité.

Je peux le garantir en votre nom à tous : aucun de nos députés ne
sera un député godillot, un député soumis à la finance, aux lobbys,
aux pressions des intérêts privés, aux injonctions présidentielles.
Nous rendrons des comptes au peuple, devant le peuple, et à personne
d'autre.

Nos groupes parlementaires sont les seuls à compter dans leurs rangs
des mécaniciens, des ouvriers, des employés, des instituteurs, une
acheteuse en informatique, une agent d'assurance, un éducateur
spécialisé, une cardiologue, une agent de maîtrise chez EDF, bref,
ils et elles sont des élus du peuple !

Nos parlementaires ont tenu les engagements pris devant les électeurs
en 2012 quand tant d'autres ont failli.

Leur place au Parlement est indispensable. Leur travail est salutaire.
Et pour la prochaine mandature, plus les parlementaires communistes et
Front de gauche seront nombreux, plus la parole populaire sera forte !
Sans eux, vous serez sans voix dans l'hémicycle où s'écrivent et se
votent les lois !

***

Pour terminer mes propos je citerai le groupe « I am ».

Le premier extrait de leur album _Rêvolution_ est sorti il y a une
semaine sur Youtube. Et j'en ai retenu deux vers :

« _Si on voulait on pourrait faire pencher le vote. De cette jungle on
irait jusqu'à fissurer le socle_ ».

Oui, fissurons le socle de la Ve République. Dans ces fissures, faisons
naître un nouveau pacte Républicain, une nouvelle République Sociale.


Vive la VIe République,

Vive la Sociale,

Vive la Franc

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

André Chassaigne, et Lamine Camara, candidat communiste-Front de Gauche sur la circonscription des Français de l'étranger (Afrique de l'ouest)

André Chassaigne, et Lamine Camara, candidat communiste-Front de Gauche sur la circonscription des Français de l'étranger (Afrique de l'ouest)

Yasmine Boudjenah, première adjointe au maire de Bagneux, ici entre Eliane Assassi, présidente de groupe communiste-Front de Gauche aux Sénat, et Jean-Paul Le Coq, candidat communiste aux législatives au Havre, candidate communiste à Bagneux-Malakoff, qui pourrait l'emporter aux élections législatives et qui porte concrètement l'idée d'un peuple acteur et co-auteur des lois à travers ces ateliers législatifs

Yasmine Boudjenah, première adjointe au maire de Bagneux, ici entre Eliane Assassi, présidente de groupe communiste-Front de Gauche aux Sénat, et Jean-Paul Le Coq, candidat communiste aux législatives au Havre, candidate communiste à Bagneux-Malakoff, qui pourrait l'emporter aux élections législatives et qui porte concrètement l'idée d'un peuple acteur et co-auteur des lois à travers ces ateliers législatifs

Yasmine Boudjenah, pour une France de l'égalité et du respect des quartiers populaires

Yasmine Boudjenah, pour une France de l'égalité et du respect des quartiers populaires

Jean-Paul Le Coq, candidat des communistes et des ouvriers au Havre, de toutes les luttes contre la casse du droit du travail, des droits des salariés, de l'outil industriel

Jean-Paul Le Coq, candidat des communistes et des ouvriers au Havre, de toutes les luttes contre la casse du droit du travail, des droits des salariés, de l'outil industriel

Fatima Khallouk candidate du PCF dans le Val de Marne

Fatima Khallouk candidate du PCF dans le Val de Marne

"Osons une nouvelle République" - Très forte intervention de Pierre Laurent à la Rotonde, place Stalingrad, le samedi 28 janvier à Paris à l'occasion de la présentation des candidats aux législatives du Parti Communiste et du Front de Gauche mobilisés contre la monarchie présidentielle et pour l'Humain d'abord!
formidable discours d'André Chassaigne (comme toujours) sur le sens de l'action du groupe Front de Gauche (10) et Ultramarins progressistes (5) à l'Assemblée Nationale, le bilan combatif de ce groupe qui a été le pilier de l'opposition de gauche porteuses des intérêts populaires, et la nécessité de conserver un groupe PCF-Front de Gauche  à l'Assemblée Nationale et au Sénat pour que le peuple et les idéaux d'égalité et d'émancipation humaine soient représentés dans ces assemblées

formidable discours d'André Chassaigne (comme toujours) sur le sens de l'action du groupe Front de Gauche (10) et Ultramarins progressistes (5) à l'Assemblée Nationale, le bilan combatif de ce groupe qui a été le pilier de l'opposition de gauche porteuses des intérêts populaires, et la nécessité de conserver un groupe PCF-Front de Gauche à l'Assemblée Nationale et au Sénat pour que le peuple et les idéaux d'égalité et d'émancipation humaine soient représentés dans ces assemblées

Nicolas Cossange, candidat communiste à Beziers, contre le maurassien Robert Ménard, représentant la droite ultra-réactionnaire ayant dérivé vers l'extrême-droite, les nostalgiques de l'Algérie Française: Nicolas part à la conquête de la circonscription avec 60 Jeunes Communistes extrêmement dynamiques qui veulent faire la nique au Rassemblement Bleu Marine

Nicolas Cossange, candidat communiste à Beziers, contre le maurassien Robert Ménard, représentant la droite ultra-réactionnaire ayant dérivé vers l'extrême-droite, les nostalgiques de l'Algérie Française: Nicolas part à la conquête de la circonscription avec 60 Jeunes Communistes extrêmement dynamiques qui veulent faire la nique au Rassemblement Bleu Marine

Cohen Weisser, 18 ans, benjamin des candidats du Parti Communiste et du Front de Gauche aux Législatives, encore en Terminale qui a animé le mouvement contre la loi travail à Saint-Malo l'an passé

Cohen Weisser, 18 ans, benjamin des candidats du Parti Communiste et du Front de Gauche aux Législatives, encore en Terminale qui a animé le mouvement contre la loi travail à Saint-Malo l'an passé

Cohen Weisser

Cohen Weisser

Lamine Camara: "Candidat aux élections législatives Notre parti m'a confié la lourde responsabilité mais combien exaltante d'être le candidat de la 9ème circonscription des français de (Afrique de l'Ouest et Maghreb). Défendre les français de l'étranger de la 9ème dans tous leurs droits, porter les valeurs de la Paix et le droit des peuples, tel sera le curseur de cette candidature. Le combat continue"

Lamine Camara: "Candidat aux élections législatives Notre parti m'a confié la lourde responsabilité mais combien exaltante d'être le candidat de la 9ème circonscription des français de (Afrique de l'Ouest et Maghreb). Défendre les français de l'étranger de la 9ème dans tous leurs droits, porter les valeurs de la Paix et le droit des peuples, tel sera le curseur de cette candidature. Le combat continue"

Catherine Fromage et Maxime Cochard (candidat PCF-Front de Gauche à Paris)

Catherine Fromage et Maxime Cochard (candidat PCF-Front de Gauche à Paris)

Gaylord Le Chequer

Gaylord Le Chequer

Ian Brossat et Gaylor Le Chequer, candidats à Paris

Ian Brossat et Gaylor Le Chequer, candidats à Paris

Denis Oztorun, maire adjoint de Bonneuil, candidat dans le Val de Marne, ici avec André Chassaigne

Denis Oztorun, maire adjoint de Bonneuil, candidat dans le Val de Marne, ici avec André Chassaigne

"Osons une nouvelle République" - Très forte intervention de Pierre Laurent à la Rotonde, place Stalingrad, le samedi 28 janvier à Paris à l'occasion de la présentation des candidats aux législatives du Parti Communiste et du Front de Gauche mobilisés contre la monarchie présidentielle et pour l'Humain d'abord!
"Osons une nouvelle République" - Très forte intervention de Pierre Laurent à la Rotonde, place Stalingrad, le samedi 28 janvier à Paris à l'occasion de la présentation des candidats aux législatives du Parti Communiste et du Front de Gauche mobilisés contre la monarchie présidentielle et pour l'Humain d'abord!
Devant le canal Saint Martin, Cindirella Bernard, candidate communiste Front de Gauche à Guingamp, et Jean-François Philippe, candidat PCF-Front de Gauche à Saint Brieuc,

Devant le canal Saint Martin, Cindirella Bernard, candidate communiste Front de Gauche à Guingamp, et Jean-François Philippe, candidat PCF-Front de Gauche à Saint Brieuc,

"Osons une nouvelle République" - Très forte intervention de Pierre Laurent à la Rotonde, place Stalingrad, le samedi 28 janvier à Paris à l'occasion de la présentation des candidats aux législatives du Parti Communiste et du Front de Gauche mobilisés contre la monarchie présidentielle et pour l'Humain d'abord!
Cindirella Bernard, de Begard, conseillère départementale communiste, candidate aux législatives dans la circonscription de Guingamp

Cindirella Bernard, de Begard, conseillère départementale communiste, candidate aux législatives dans la circonscription de Guingamp

Jean-François Philippe, ancien adjoint au maire d'Hillion, président de Cuba Coopération 22, militant associatif, candidat à Saint Brieuc (il avait fait 9,5% en 2012 aux législatives, plus de 16% aux départementales)

Jean-François Philippe, ancien adjoint au maire d'Hillion, président de Cuba Coopération 22, militant associatif, candidat à Saint Brieuc (il avait fait 9,5% en 2012 aux législatives, plus de 16% aux départementales)

Ismaël Dupont

Ismaël Dupont

La rotonde de Stalingrad où avait lieu la présentation des candidats aux législatives et le discours de Pierre Laurent contre la monarchie présidentielle

La rotonde de Stalingrad où avait lieu la présentation des candidats aux législatives et le discours de Pierre Laurent contre la monarchie présidentielle

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 08:47
1917: l'histoire oubliée des soldats russes insurgés lors de la Grande Guerre à Brest, organisés en soviets après la révolution de février, puis exilés dans la Creuse à La Courtine: "20.000 moujiks sans importance", ciné-débat le 2 février 2017 à Quimper

UNE SOIREE AUTOUR DES SOLDATS RUSSES INSURGES EN FRANCE LORS DE LA GRANDE GUERRE ET DE LA REVOLUTION RUSSE

Le Jeudi 2 février 2017 à 20h30

MJC de Kerfeunten à Quimper (4 rue Teihard de Chardin, Quimperà

Ciné- débat autour du film de Patrick Le Gall (60 minutes) " 20 000 Moujiks sans importance"

débat animé par Jean-Paul Gaudy, secrétaire de l'association "La Courtine 1917".

" Ce film retrace à travers les témoignages posthumes de deux soldats, l'odyssée de ces 20.000 soldats russes qui furent prêtés aux Alliés en échange d'armements. Après un an de durs combats en Champagne, ils apprennent en mars 1917 la nouvelle de la Révolution russe de février dans leur pays et aussitôt exigent leur rapatriement. Devant le refus des autorités russes et françaises, ils forment des "soviets" élus de soldats et chassent leurs officiers, au moment même où des mouvements de rébellion se produisent chez les poilus. L'Etat-major, craignant la contagion, les expédie dans la Creuse, au camp de La Courtine. Là, 12 000 hommes armés, fonctionnant en autogestion, tiendront tête pendant trois mois aux injonctions et au menace du commandement militaire. Finalement, l'assaut sera donné et la répression impitoyable. Les survivants ne regagneront la Russie qu'à la fin de l'année 1919" 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 07:55
Présentation des candidats aux législatives du PCF (124 étaient présents) engagées pour une nouvelle République sociale et contre la monarchie présidentielle: Rotonde de la place Stalingrad, Paris, 28 janvier 2017

Présentation des candidats aux législatives du PCF (124 étaient présents) engagées pour une nouvelle République sociale et contre la monarchie présidentielle: Rotonde de la place Stalingrad, Paris, 28 janvier 2017

Face à « la monarchie présidentielle », le PCF appelle à « un choc démocratique » (L'Humanité, 28 janvier 2017)
Aux côtés de 124 des candidats aux législatives soutenus par le Parti communiste , Pierre Laurent a présenté, samedi lors d’une conférence de presse, le « pacte Républicain pour une France en commun » que son parti défendra en 2017.
C’est en présence de 124 de ses candidats aux législatives que le PCF a officiellement lancé samedi sa campagne pour les élections de 2017, à l’occasion d’une conférence de presse à Paris placée sous le signe d’un « choc démocratique » contre « la monarchie présidentielle ». «Changer le locataire de l’Élysée ne sera rien si la confiscation actuelle du pouvoir se poursuit », a lancé le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, appelant à « une République où les citoyens se sentent à nouveau pleinement respectés, une VIe république qui renouvelle profondément les institutions et donne un nouveau souffle à la vie politique ».
Partageant avec Jean-Luc Mélenchon l’idée d’un « processus constituant pour aboutir à la rédaction d’un nouveau projet de Constitution soumis à référendum », le dirigeant communiste a ensuite décliné le « pacte Républicain pour une France en commun » que son parti entend porter dans les campagnes présidentielle comme législatives. « Sortir de présidentialisme » avec la suppression du 49-3, des votes bloqués, de l’usage à répétition des ordonnances ; « faire à nouveau entrer le peuple au parlement » avec la proportionnelle intégrale à toutes les élections, le droit de vote et d‘éligibilité des résidents étrangers, la limitation des cumuls et des renouvellements de mandat, un statut de l’élu ; accroître « l’indépendance du parlement des intérêts privés » avec le renforcement du contrôle des conflits d’intérêts ; « refonder les pouvoirs citoyens dans la cité et dans l’entreprise » avec de « nouveaux droits d’intervention dans la gestion des entreprises ; « reprendre la marche en avant de tous les droits humains » avec l’inscription dans la constitution de la lutte contre toutes les discriminations, le droit à l’avortement, les droits LGBT…
Autant de propositions défendues par le sénateur de Paris lors de sa prise de parole. Fustigeant le programme d’Emmanuel Macron, « comme si les banques et la finance n’avaient pas assez de pouvoirs », ou de François Fillon, qui veut « sacrifier la sécurité sociale », Pierre Laurent a également assuré que « les pouvoirs doivent changer de mains et (que) ceux donnés aux citoyens, aux salariés doivent prendre le pas sur ceux de la finance qui gangrènent notre démocratie. La voilà, la vraie révolution politique ».
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 06:20
François Fillon a bénéficié de fonds publics détournés au Sénat
 PAR MATHILDE MATHIEU

Mediapart révèle que François Fillon, quand il était sénateur, a empoché une partie des crédits théoriquement réservés à la rémunération d’assistants, grâce à un système de commissions occultes.

 

François Fillon n’a pas seulement salarié son épouse ou ses enfants avec les fonds publics mis à sa disposition par le parlement. À l’époque où il siégeait au Sénat, il s’est mis dans la poche une partie des crédits théoriquement réservés à la rémunération d’assistants, grâce à un système de commissions occultes.

Les sommes siphonnées entre 2005 et 2007 par l’actuel candidat LR à la présidentielle ne dépassent sans doute pas les 25 000 euros mais des juges d’instruction ont d’ores et déjà estimé que le stratagème utilisé, partagé avec nombre de sénateurs UMP entre 2003 et 2014, pouvait relever d’une infraction pénale. Plusieurs élus ou anciens élus en ayant profité viennent même d’être mis en examen pour « recel de détournements de fonds publics », comme Henri de Raincourt ou René Garrec. À ce stade, l’information judiciaire en question porte uniquement sur des faits postérieurs à 2009, période à laquelle François Fillon avait déjà quitté le palais du Luxembourg pour Matignon. Son cas ne fait donc pas l’objet d’investigations.

Mais d’après des témoignages et documents comptables de l’époque, le sénateur Fillon a bien bénéficié de ce mécanisme clandestin de captation de fonds publics au cours de son mandat. Comment cela fonctionnait-il ?

Il suffit de savoir que les parlementaires n’épuisent pas toujours l’enveloppe mise à leur disposition pour salarier des assistants personnels. Plutôt que de laisser leurs « restes » dans les caisses du Sénat, certains élus préfèrent alors les déléguer à leur « groupe politique » (la structure qui se charge d’organiser le travail collectif entre élus d’une même étiquette). Jusque-là, rien d’irrégulier. Si l’institution tolère ce transfert, c’est qu’il permet aux groupes (subventionnés par ailleurs) d’embaucher des collaborateurs supplémentaires, donc d’améliorer le travail parlementaire. En théorie.

Car entre 2003 et 2014, le système a été perverti côté UMP : des sénateurs récupéraient en douce un tiers du crédit qu’ils déléguaient au groupe. Dans les couloirs du palais du Luxembourg, cette commission portait même un surnom, désuet et euphémisé à souhait : « la ristourne ». Selon les années et les courants politiques auxquels appartenaient les bénéficiaires, ces sommes ont pu suivre divers circuits, être directement distribuées par le groupe UMP ou bien transiter par une association fantoche baptisée Union républicaine du Sénat (URS), plus discrète, qui se chargeait de signer les chèques.

Interrogé par Mediapart samedi après-midi, l’entourage de François Fillon a refusé de confirmer ou démentir que l’ancien premier ministre ait touché de tels chèques, se contentant d’affirmer : « Pas de commentaire sur une affaire judiciaire en cours. »

Sollicité par l’intermédiaire de son avocat, l’ancien trésorier du groupe UMP au Sénat, Jean-Claude Carle, mis en examen depuis novembre 2016, fait savoir qu’il n’a aucun commentaire à faire. « Aucun commentaire », nous répond également le sénateur Henri de Raincourt, ancien président de l’URS, lui aussi mis en examen. « L’enquête actuelle porte sur la période 2009-2014, souligne l’avocat de Jean-Claude Carle, Me Raphaël Gauvain. Monsieur Fillon n’était pas sénateur à cette période. Il s’agit d’un système ancien, connu de tous et parfaitement légal. » La justice se chargera de trancher.

Comme Mediapart l’a détaillé dans une précédente enquête, ces commissions ont rarement dépassé 4 000 euros par personne et par trimestre. Mais sur douze ans, ce goutte-à-goutte a concerné des dizaines d’élus et les subventions publiques déroutées de leur objet initial se comptent en millions d’euros.

 

 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 06:00
photo Jean-Marc Nayet (Marie-Jo Chombart de Lauwe, Maryvonne Moal, et Lucienne Nayet)

photo Jean-Marc Nayet (Marie-Jo Chombart de Lauwe, Maryvonne Moal, et Lucienne Nayet)

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

Dans le cadre de concours de la Résistance et de la Déportation, ces élèves ont pu rencontrer des victimes du nazisme. L’une d’elles les a invités "à la vigilance".

La présentation du thème 2017 du concours départemental de la Résistance et de la Déportation s’est déroulée au Roudour, à Saint-Martin-des-Champs. Thème choisi cette année : « La négation de l’homme dans l’univers concentrationnaire nazi ».

Citoyenneté

Près de 300 collégiens et lycéens y participeront. Ce concours, mis en place en 1961 afin de perpétuer chez les jeunes générations la mémoire de la Résistance et de la Déportation, s’inscrit également dans une démarche de citoyenneté.

Les élèves pourront soit participer aux épreuves individuelles, soit élaborer une réalisation collective, dossier, montage, panneaux, films.

Témoignages

Étaient présents d’anciens résistants, qui ont témoigné sur leur engagement de jeunesse, et des enfants de déportés qui ont évoqué le vécu concentrationnaire de leurs proches.

Âgée de 94 ans, l’ancienne résistante Marie-José Chombard de Lauwe a apporté un témoignage poignant sur son expérience de déportée au camp de Ravensbrück. Elle a lancé aux jeunes générations « un appel à la vigilance et à la résistance ».

Rester en éveil

Les intervenants ont répondu ensuite aux questions des élèves, qui s’interrogeaient sur les raisons d’un engagement de certains jeunes de l’époque. « La question se pose aussi aujourd’hui pour vous », a répondu Lucienne Nayet, enfant cachée durant l’Occupation et fille de Michel Lerman, déporté en tant que juif à Auschwitz.

« Aujourd’hui aussi, il y a des choses insupportables. Le questionnement est permanent. Il faut être éveillé à tout ce qui nous révolte et se forger une citoyenneté. »

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 09:33

Le dernier débat télévisé entre les deux finalistes, Benoit HAMON et Manuel VALLS, avant le scrutin de la primaire PS  du dimanche 29 janvier a donné du grain à moudre à Maurice ULRICH journaliste à l’Humanité.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 09:28

LE PEN, FILLON et MACRON disent vouloir revaloriser le pouvoir d’achat, mais sans jamais prendre sur les profits.

 

Chassez le naturel, il revient au galop. Se revendiquer de la défense des travailleurs, comme Nicolas Sarkozy l'avait feint en son temps avec sa « France qui se lève tôt » peut faire long feu jusqu'à ce que la supercherie soit mise au jour... et que sous la peinture sociale de piètre qualité apparaisse le béton armé des intérêts du capital.

Marine Le Pen l'a elle-même avoué en évoquant, mercredi, sur Europe 1, « la charge supplémentaire pour les entreprises » que représenterait une augmentation du Smic, en pleurnichant sur leur « très grande difficulté dans notre pays ». Avec le FN, pas de risque pour le capital de se voir ponctionner pour accroître les salaires puisque c'est par une sibylline « contribution sociale à l'importation », que sa candidate dit vouloir verser une « prime de pouvoir d'achat » en lieu et place d'une augmentation du taux salarial horaire qui rémunère le travail.

Dans la liste de ces candidats qui prétendent augmenter les ressources tout en donnant d'une main et en prenant de l'autre, François Fillon n'est pas en reste puisqu'il dit vouloir « concentrer ses efforts sur la classe moyenne, cette classe silencieuse qui », dit-il, « n'est souvent pas payée en retour de ses efforts ». Comment donc ? Eh bien en diminuant les cotisations salariales « afin d'augmenter le salaire net des classes moyennes (suppression de la cotisation salariale maladie) ».

Là encore, le transfert de la partie socialisée du salaire sur sa partie nette ne peut s'apparenter à une augmentation de la fiche de paye puisque l'assiette n'évolue pas. La recette d'Emmanuel Macron s'inspire elle aussi des mêmes principes puisque le candidat d'En marche ! veut « diminuer les cotisations sociales de trois points pour augmenter le salaire net » en prévoyant «une augmentation plus limitée de la CSG ». Dans les trois cas, les candidats se placent objectivement du côté du capital puisque, à aucun moment, il n'est question de prendre sur les profits pour revaloriser les grilles salariales.

La synthèse de leurs propositions en matière d'augmentation des revenus pourrait se résumer en ces mots : « Donne-moi ta montre et je te donnerai l'heure. »

Olivier Morin (journal l’Humanité du 27 janvier 2017)

 

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 18:19
Marie-José Chombart de Lauwe discutant avec des lycéens et collégiens participant au concours de la résistance et de la déportation 2017 sur le thème: "La négation de l'homme dans l'univers concentrationnaire nazi"

Marie-José Chombart de Lauwe discutant avec des lycéens et collégiens participant au concours de la résistance et de la déportation 2017 sur le thème: "La négation de l'homme dans l'univers concentrationnaire nazi"

Marie-Jo Chombart de Lauwe, Maryvonne Moal, et Lucienne Nayet en fin d'après-midi pour la causerie sur le livre "Résister toujours!" de Marie-José Chombart de Lauwe (photo JM Nayet)

Marie-Jo Chombart de Lauwe, Maryvonne Moal, et Lucienne Nayet en fin d'après-midi pour la causerie sur le livre "Résister toujours!" de Marie-José Chombart de Lauwe (photo JM Nayet)

Marie-José Chombart de Lauwe (photo Jean-Marc Nayet)

Marie-José Chombart de Lauwe (photo Jean-Marc Nayet)

photo de la tribune avec les photos des pères et soeurs déportés, et pour plusieurs, jamais revenus, en arrière plan (photo Jean-Marc Nayet)

photo de la tribune avec les photos des pères et soeurs déportés, et pour plusieurs, jamais revenus, en arrière plan (photo Jean-Marc Nayet)

le groupe des quatre résistants finistériens qui ont témoigné: Alain Bodivit de Pleuven (Réseau Durma-Vengeance, Force Française Combattante), Marcel Cledic (FTP de Huelgoat), Jean-Louis Huitorel (qui ayant rejoint les Forces Frances Libres en Afrique du Nord via l'Espagne, a participé au débarquement d'Italie, de Provence, à la Libération de Lyon, aux combats des Vosges et de l'Alsace), Alexis Le Gall de Douarnenez (France Libre)

le groupe des quatre résistants finistériens qui ont témoigné: Alain Bodivit de Pleuven (Réseau Durma-Vengeance, Force Française Combattante), Marcel Cledic (FTP de Huelgoat), Jean-Louis Huitorel (qui ayant rejoint les Forces Frances Libres en Afrique du Nord via l'Espagne, a participé au débarquement d'Italie, de Provence, à la Libération de Lyon, aux combats des Vosges et de l'Alsace), Alexis Le Gall de Douarnenez (France Libre)

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet: témoignage de Lucienne Nayet, fille de déportée, après celui des autres enfants ou soeurs de déportés

photo Jean-Marc Nayet: témoignage de Lucienne Nayet, fille de déportée, après celui des autres enfants ou soeurs de déportés

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

Un après-midi extraordinaire au Roudour de Saint Martin des Champs pour le lancement du Concours de la Résistance et de la Déportation pour les collégiens de 3ème et les lycéens, avec une dizaine de grands témoins, résistants, enfants ou soeurs de déportés, dont Marie-José Chombart de Lauwe, 94 ans, résistante à 17 ans, travaillant dans le renseignement pour l'Intelligence Service depuis les Côtes d'Armor, puis Rennes, déportée à Ravensbrück avec d'autres grandes résistantes comme Germaine Tillon, Geneviève de Gaulle Anthonioz, Marie-Paule Vaillant Couturier, une militante des droits de l'homme qui dégage une force de vie, une sagesse et une intelligence extraordinaire! 

Voici quelques photos, avant un compte rendu plus détaillé, de notre ami Jean-Marc Nayet.  

 

Marie-Jo Chombart de Lauwe, présidente de la fondation de la mémoire de la Déportation:

Vivant à Bréhat, où son père était médecin pédiatre et sa mère sage femme, Marie-Jo Chombart de Lauwe, comme ses parents qui avaient déjà facilité des évasions par la mer vers l'Angleterre en 40 et pris contact avec l'Intelligence Service, travaillait à repérer les défenses allemandes pour les réseaux de renseignement anglais. C'est une élève brillante qui passe son baccalauréat et commence sa première année de médecine à Rennes en continuant ses activités de renseignement grâce à son laisser-passer obtenu grâce à sa résidence à Bréhat qui lui permet de circuler sur la côte: à Saint Brieuc où elle a sa grand mère, à Bréhat, sur la côte costarmoricaine. Elle fait partie du réseau 31 Georges France. En novembre 41, toute une partie du réseau est déjà arrêtée, mais ils continuent à exercer leurs activités de résistance, parfaitement lucides sur les risques. Le 22 mai 1942, Mairie-Jo Chombart de Lauwe est arrêtée par la Police allemande. Les jours suivants, enfermée à Rennes, elle reçoit un colis avec son ami Jean Livinnec, arrêté lui aussi, de ses camarades de première année de médecine. C'est un réconfort inouï. "Comme dans la chanson de l'auvergnat", dit-elle. "Elle n'est pas oubliée, on sait où elle se trouve". 13 autres membres du réseau ont été arrêtés avec elle, dont son père, de constitution fragile, qui mourra à Buchenwald. C'est leur nouvel agent de liaison, agent double, qui les a trahis, avec deux autres infiltrés: deux d'entre eux seront pendus en Normandie à la Libération. Elle est transférée à Angers, puis à la prison de la santé à Paris où elle subit de nouveaux interrogatoires et rencontre des gens extraordinaires, dont Toto, 20 ans, condamné à mort qui lui demande de dire au monde si elle survit qu'il est "tombé pour que la France vive dans la paix et dans la joie". Mais aussi France Bloch Sarrasin, qui fabriquait des explosifs pour faire exploser des armes allemandes, qui sera guillotinée à Hambourg, tandis que son mari a été fusillé dans les maquis. Son fils, Roland, est devenu un militant des droits de l'homme.

Marie-Jo Chombart de Lauwe est déportée à l'été 43 avec 58 femmes qui partent de la gare de l'Est et dont le convoi s'arrête début août 43 à Ravensbruck, au nord de Berlin. Son alliance arrachée, son triste pyjama rayé endossé, elle hérite du numéro 21 706. Commence alors une vie d'enfer, où l'on se réveille à 3h20, boit un jus blanc baptisé café, puis reste attendre l'appel pour la totalité du camp (qui compte 32 barraques) pendant 1h ou 2H, puis part au travail forcé, une soupe claire et infâme en milieu de journée avec des rutabagas, une mauvaise paillasse pour 2 le soir avec la vermine, les poux, la faim qui tenaille. Elle est classée "Nuit et Brouillard", ceux qui doivent disparaître, avec qui on ne peut correspondre, qui doivent mourir. Elle fait d'abord des routes, travaille dans des carrières de sable où les coups pleuvent, ainsi que les accidents mortels. Jusqu'au jour où elle est embauchée chez Siemens, pour un travail de finition électrique. Puis au Revier, à l'infirmerie, où pendant des mois, elle va essayer de sauver des nourrissons nés dans des conditions atroces de déportées arrivées enceinte. Elle et ses camarades de lutte, grâce à leur pugnacité (on négocie avec l'infirmière SS du lait en poudre, on trouve des nourrices tsiganes qui viennent de perdre leurs enfants) en sauveront finalement 20 sur 500, dont 3 français. Au début du camp de Ravensbruck, les bébés étaient noyés comme des chiots ou des chatons dans des bassines. Dans la barraque de Marie-José Chombart de Lauwe, il y a les lapines, ces étudiantes polonaises résistantes que les médecins SS sadiques utilisent comme des cobayes humaines pour faire des opérations, leur inoculer la gangrène, le staphylocoque. C'était le bloc 32 des Nuit et Brouillard où les politiques, les résistantes françaises, très nombreuses, s'organisaient pour résister aux "droits communs" et surtout aux SS, notamment par le sabotage et la lenteur volontaire sur son lieu de travail. "On était toujours en train d'"organiser", de voler les SS".  

Marie-Jo Chombart de Lauwe, devant l'approche soviétique, est envoyée à Mathausen dans les convois de la mort. Arrivés à la gare, on leur fait monter à pied une pente de 5 kilomètres. Il faut s'accrocher, celles qui s'arrêtent et qui tombent sont abattues. Et celles qui montent dans le camion, sans doute aussi. 

Finalement, cela fait partie des aberrations de la machinerie nazie, elle est cédée à la Croix Rouge avec d'autres prisonnières encore "présentables", et sa mère, et rapatriée vers la Suisse. 

Dans ces réponses aux élèves et aux adultes, Marie-Jo Chombart de Lauwe a souligné plusieurs choses: 

" Dans le camp, on cherchait à tout noter, à récupérer toute information, document, qui nous permettrait plus tard de témoigner"

"Avec Geneviève de Gaulle Anthonioz, Marie-Paule Vaillant Couturier, Germaine Tillon, on a su surmonter sans aucun problème nos différences politiques pour écrire ensemble un livre de témoignage commun: "Les Françaises à Ravensbrück". 

"Ravensbrück après guerre est devenu un camp militaire soviétique, quand je suis retourné, il ne restait plus grand chose, les barraques en bois avec été détruites pour désinfection"  

" Walter Wolf, un des organisateurs des chambres à gaz, organisait la torture dans le Chili de Pinochet. Du fait de mon expérience, j'ai su me battre quand j'ai appris qu'on pratiquait la torture en Algérie, au Chili. Ce qui était un objet de souffrance est devenu un objet de réflexion et de lutte"

" Comment on garde le moral? L'espoir: l'espoir de revenir, d'avoir une vie belle. On accepte les risques malgré tout. On ne regrette rien. On sait pourquoi on l'a fait. L'amitié, les solidarités, se réconforter entre nous, c'était essentiel, c'était notre contre-force. On espérait cet après qui serait beau. Je suis aujourd'hui parmi les dernières survivantes. Méfiez vous de la haine, des idées racistes près de chez vous. Cela a commencé comme cela. Informez-vous, ayez de l'information politique. Soyez vigilants. Ne supportez pas que l'on bafoue les libertés, la dignité de l'homme. Montez des collectifs de défense, signez les pétitions. Battez-vous pour les valeurs de notre démocratie "Liberté, égalité, fraternité". 

"J'ai survécu car j'avais un fond profond de santé qui n'a pas été détruit".         

" J'ai surmonté mon histoire, je n'ai pas de difficulté à vous en parler. Ce n'est pas notre souffrance personnelle qui compte, ce sont nos actions, c'est la vigilance au moment présent"

" Quand je suis rentré de déportation, j'ai tout écrit, jusqu'au numéro des cellules où j'ai été enfermée. Les camarades demandaient à ce que l'on puisse témoigner de ce qu'ils, de ce qu'elles avaient vécu avant de disparaître". 

" La force de survie de l'être humain est très grande"

" On se repérait sur les repères de l'ennemi"

" Avec la résistance intérieure du camp, on passait notre temps à essayer de rouler les SS, de les tromper"

"On n'a jamais perdu espoir: il y avait un lendemain possible" .    

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 17:15
Soirée crêpes à Fouesnant organisée par les amis du PCF en 2015

Soirée crêpes à Fouesnant organisée par les amis du PCF en 2015

Les amis du P.C.F de la Forêt-Fouesnant

organisent leur traditionnel pot au feu le dimanche 29 janvier 2017 à midi à la salle

polyvalente de la Forêt-Fouesnant (sur le vieux port)

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère, y fera une intervention politique. 

Menu

- Apéritif (kir,vin blanc,rosé)

- Soupe

- Pot-au-feu

- Fromage

- Dessert

- Boisson (vin rouge,rosé)

- Café

 

Prix 15 euros

 

VENEZ NOMBREUX

 


     
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011