Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 17:25
transport à Morlaix (photo Ouest-France)

transport à Morlaix (photo Ouest-France)

L'exécutif de Morlaix Communauté souhaite faire évoluer la tarification des transports en commun, suite à l'adoption du schéma Transports dont j'ai pu souligner les insuffisances et le manque d'ambition pour le développement des transports collectifs péri-urbains en Assemblée Communautaire.

Voir l'article avec le compte rendu de mon intervention par rapport au nouveau schéma transports (j'ai été le seul élu à ne pas voter pour, mais à m'abstenir) :  

Conseil de communauté du 3 octobre 2016: photos Pierre-Yvon Boisnard et interventions de Ismaël Dupont, élu communautaire du Front de Gauche

Et la revue de presse: 

Morlaix Communauté: les transports en débat (Elvire Simon- Le Télégramme, 5 octobre 2016)

Compte rendu du Conseil de Communauté du 3 octobre 2016 par Anaïg Dantec, Ouest-France: "Transports, le souhaitable et le réalisable"

Il y a plusieurs éléments dans la proposition de nouvelle tarification:

-  le passage d'une tarification sociale subordonnée au statut et aux revenus à une tarification solidaire plus simple (et peut-être plus juste) subordonnée au quotient familial, et donc aux rapports entre les revenus globaux de la famille et le nombre de personnes dans la famille. Théoriquement, davantage d'habitants de Morlaix-Communauté devraient bénéficier de tarifs réduits. Ce passage à une tarification solidaire était de toute façon une obligation légale. 

Avec un Quotient Familial de 500 à 600, l'usager payera 50% du prix normal d'abonnement

Avec un Quotient Familial de 400 à 500, l'usager payera 75%... 

La tarification solidaire devrait faciliter l'accès aux tarifs réduits, sur présentation d'un papier des allocations familiales avec le quotient familial, il n'y aura plus des bulletins de salaire, des justificatifs de domicile à produire qui faisaient que les démarches pouvaient être longues à aboutir et parfois compliquées.  

En revanche la dégressivité du coût des abonnements en fonction du nombre d'enfants sera supprimée. 

- la fusion des différentes formules d'abonnement (TAM TAM, TIPI, TOTEM) peu lisibles et la fusion des tarifications pour le transport péri-urbain et urbain. Il n'y aura plus non plus d'abonnements jeunes exclusivement scolaires ne s'appliquant qu'aux jours d'école.  

J'ai fait remarqué toutefois, et d'autres élus étaient d'accord en Commission Environnement de Morlaix Communauté, qu'à supposer qu'il y ait une offre avec une fréquence de bus et une rapidité acceptable, l'habitant de Plounéour Menez ou de Plourin serait peut-être d'accord de payer plus cher son ticket de bus (2€ - 2, 50€ par exemple) et qu'il était par contre moins logique de payer son ticket de bus 1€ ou maintenant 1€20 pour faire 1500 mètres en côte à Morlaix... Non pas qu'il faille en soi augmenter les tarifs du transport péri-urbain mais plutôt maintenir les tarifs du transport urbain et financer une augmentation qualitative et quantitative de l'offre de transport sur l'ensemble du territoire de Morlaix-Communauté. 

- La durée de validité du ticket serait augmentée à hauteur de 1h (aujourd'hui 30 mn), les carnets de ticket tarifs réduits seraient supprimées. 

- il y aura désormais des bus à circuler le dimanche (sur le pôle urbain Morlaix-St Martin) 

- Mais la mesure la plus contestable de cette nouvelle tarification des titres de transport concerne l'augmentation de 1 à 1,20€ du ticket unitaire et l'augmentation de 25€ à 28€ de l'abonnement mensuel au prix "normal", l'abonnement annuel augmentant dans les mêmes proportions. 

La justification annoncée est le souci d'équilibrer financièrement le surcoût pour la collectivité prévu du fait du passage à la tarification solidaire et de rester à un niveau d'équilibre du budget transport (6,5 millions) sans faire augmenter le versement depuis le budget général de Morlaix Communauté et en augmentant même les recettes tarifaires. 

Cependant, plusieurs élus dont moi ont remarqué que c'était là rentrer dans la question de la tarification par une voie étroite en privilégiant l'approche comptable au détriment d'une véritable politique pour doper la demande et l'usage des transports en commun, pour des raisons écologiques et de soutien au pouvoir d'achat, mais aussi de facilitation de la mobilité des citoyens, de qualité de vie (réduction du nombre de voitures circulant en ville). 

Par exemple, la gratuité des transports dans le pôle urbain, au moins certains jours, sur certains trajets, semble avoir été exclue d'emblée alors que la proportion des recettes tarifaires dans le budget transport ne représente que 15 à 20% du coût total et qu'il y a un vrai enjeu de développement de l'usage du transport en commun. Certaines villes ont réalisé la gratuité des transports urbains, avec un effet tout à fait intéressant pour le développement de la circulation des citoyens en bus. C'est un débat compliqué où il y a du pour et du contre, mais cela aurait été bien de l'instruire en profondeur. 

Pire encore, augmenter le prix de l'usage du bus, même si les tarifs n'ont pas augmenté depuis 2009, ne risque pas d'avoir un effet très attractif pour augmenter l'usage de ce type de transport. 

Tout cela pour des recettes supplémentaires escomptées de l'ordre de 16 000€ annuel. Vraiment pas grand chose compte tenu du budget transport et de l'ampleur des enjeux.        

C'est ces fortes réserves qui m'ont amené, ainsi que trois autres élus (Christine Prigent, René LeTallec, Jean-Paul Vermot), à ne pas voter pour la nouvelle proposition de tarification transport, mais à nous abstenir.

Le débat aura lieu publiquement lors du Prochain Conseil Communautaire.      

Un autre enjeu fondamental est le choix de prolonger ou non les contrats de transport en Délégation de Service Public, avec un partenaire privé, en Société Publique Locale ou en régie publique. Cela devrait être débattu et tranché en décembre.

Ismaël Dupont.   

   

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 16:48

Depuis l'été, moi-même, secrétaire départemental du PCF Finistère, et plusieurs représentants de la fédération (Erwan Rivoalan, Dominique Gontier, Xavier Perchec, Jean-Paul Cam, Roger Héré, Jacqueline Héré, Claude Bellec) ont rencontré plusieurs organisations finistériennes pour discuter des suites politiques et sociales à donner à la bataille contre la loi Travail et des possibilités de construire une alternative de gauche à vocation majorité, sur la base du refus des politiques libérales et pro-capitalistes, d'un socle de valeurs humanistes et démocratiques partagé, au scénario catastrophe d'une prise de pouvoir par une droite radicalisée et/ou l'extrême-droite. 

Plusieurs organisations ont déjà répondu favorablement à nos demandes de rencontre formulées dans notre adresse aux forces sociales, politiques, associatives du Finistère: 

- l'UDB pour une rencontre fin juillet à Quimper: tout en ayant beaucoup de points de convergence avec nous sur l'appréciation de la situation nationale et des enjeux régionaux et départementaux pour le développement des territoires et la population, l'UDB ne souhaite pas envisager de candidatures communes avec le PCF ou d'autres forces de gauche "hexagonales" aux législatives, privilégiant l'alliance avec le mouvement de Christian Troadec que le Parti régionaliste soutient aux élections législatives. 

- le Parti de Gauche début septembre à Brest: échange très courtois qui a laissé apparaître un certain nombre de points d'accord sur la situation politique mais le Parti de Gauche s'est réservé pour la construction de candidatures communes aux législatives avec le PCF en disant que la configuration adoptée par le PCF aux Présidentielles serait déterminante, et en disant qu'on ne pouvait rien décider avant le 5 novembre, et la conférence nationale du PCF portant sur le choix des configurations possibles aux présidentielles. Nous leur avons redit notre attachement à voir notre gauche unie aux présidentielles, à des rassemblements plus larges que les Forces du Front de Gauche incluant les écologistes d'EELV, les collectifs citoyens et associatifs, pour proposer une issue donnant un espoir dans notre situation politique très compliquée. 

- Nous avons rencontré Brest Nouvelle Citoyenneté à Brest à la mi septembre qui partage l'essentiel de nos analyses sur la situation politique et sociale et aussi l'ambition de proposer des candidatures unitaires avec nous dans les circonscriptions de Brest où le collectif est implanté.

- Nous avons rencontré Ensemble (Ensemble pour une alternative sociale et écologique, membre du Front de Gauche) fin septembre et nous avons décidé ensemble d'aider à relancer la coordination départementale du Front de Gauche. Les camarades d'Ensemble sont traversés à peu près des mêmes débats que les camarades du PCF sur la manière de se situer par rapport à la candidature auto-proclamée de Mélenchon et à France Insoumise. Ils sont partagés sur les Présidentielles mais décideront bientôt nationalement de leur stratégie. Pour les Législatives, ils souhaitent des constructions très ouvertes, offrant les conditions d'un rassemblement le plus large possible de citoyens et des forces de la gauche anti-libérale et écologiste, ce qui est aussi notre point de vue, dans la cohérence de nos orientations nationales. 

 - Nous avons rencontré Solidaires à Brest mi-octobre, la semaine dernière et nous avons échangé sur notre analyse de la séquence du mouvement social contre la loi travail, sur la nécessité de démarches unitaires contre les lois de régression sociale et démocratique, contre la criminalisation du mouvement social, les idées dangereuses de l'extrême-droite, et pour le droit d'asile. Une discussion riche qui a permis de faire apparaître de nombreux points de convergences. 

Nous allons maintenant relancer nos demandes de rencontre: avec EELV avec qui nous souhaitons présenter un maximum de candidatures communes aux élections législatives sur la base d'accords programmatiques et quand les conditions sont réunies, avec d'autres mouvements de gauche de rupture, des socialistes frondeurs, avec le NPA, Nouvelle Donne.

Mais aussi avec des représentants syndicaux et associatifs. 

De leurs côtés, les sections du PCF dans plusieurs endroits du département (VIe Circonscription, Cap Sizun, circonscription de Morlaix notamment) ont déjà lancé aussi des appels à la construction de réponses unitaires ouvertes aux citoyens non engagés dans les partis politiques à la hauteur de la gravité de la situation politique et sociale et de ces périls, pour les Présidentielles aussi bien que pour les Législatives.   

Ce processus de construction unitaire ayant pour mettre mot le rassemblement autour de l'essentiel dans un contexte de mise en danger extrême de nos conquêtes sociales et démocratiques, de notre République, et de nécessiter de trouver une réponse collective de gauche à la faillite du social-libéralisme autoritaire qui a gouverné le pays pour les intérêts du monde de la finance et du patronat pendant cinq ans. 

Ismaël Dupont 

***

Adresse de la Fédération du Parti Communiste Français du Finistère aux forces de gauche, aux forces syndicales et associatives.  

Le 8 juillet 2016,

Adresse du Parti Communiste du Finistère aux forces politiques, syndicales, associatives de transformation sociale et écologique du Finistère.

A Europe Ecologie les Verts, au NPA, à Nouvelle Donne, à l'UDB, aux socialistes de gauche hostiles à la politique du gouvernement Hollande-Valls

A Ensemble, au Parti de Gauche, aux Collectifs Front de Gauche du Centre Finistère, du Pays Bigouden et du Pays de Morlaix

à « Brest Nouvelle Citoyenneté » et à « l'Autre Gauche de Plouzané », à « l'Alliance Citoyenne de Douarnenez », à « La gauche naturellement » à Fouesnant, à l'association « A Bâbord toute » de Concarneau, à « La coopérative citoyenne » à Morlaix, au "Forum civique" de Plougastel

Au Collectif Anti-TAFTA 29, à ATTAC

A la CGT, à Sud Solidaires, à FO, à la FSU, à l'UNEF, à la FIDL, à la JOC

Face à l'urgence des crises sociale, écologique et démocratique, la brutalité du libéralisme, la menace du retour au pouvoir d'une droite dure et le danger de la montée de l'extrême-droite, il est nécessaire de se rassembler pour construire un espoir, une perspective d'émancipation pour notre pays.

Nous vivons un moment inédit de régression sociale : 100 000 personnes de plus sont passées sous le seuil de pauvreté depuis 2012, le chômage et la précarité des salarié-e-s ne cessent d'augmenter, les services publics, la protection sociale et le droit du travail sont remis en cause et dégradés à une vitesse inquiétante.

Trahissant le Mandat Populaire, François Hollande et ses gouvernements se sont soumis aux directives libérales et aux politiques d'austérité préconisées par la Commission Européenne. Ils ont fait le choix idéologique de la domination du capitalisme financier.

La situation politique est complexe. Malgré un mouvement social d'une grande vigueur depuis quatre mois contre le projet de loi El Khomri, qui aggraverait encore la situation des salarié-e-s et précaires et amplifierait le chômage, les échéances importantes de 2017 se préparent dans l'émiettement à gauche.

Beaucoup de nos concitoyens n'iront pas voter si la situation en reste là.

D'autres voteront pour des candidats qui accentueront les inégalités, la concurrence de tous contre tous, la défiance sociale, confessionnelle ou ethnique, le recroquevillement nationaliste et le non respect des objectifs affichés par la COP 21.

Le pire est possible : une gauche progressiste divisée et affaiblie quasiment éliminée des instances de représentation nationale.

Les communistes ne se résignent pas à ce scénario et essaient de changer le rapport de forces. Elles et ils appellent à un large rassemblement de gauche sur des bases claires, en rupture nette avec les politiques économique, sociale, d'immigration, étrangère, menées depuis 2012 et sous Sarkozy.

En essayant d'impliquer les citoyennes et citoyens qui veulent d'une autre politique, qu'ils soient ou pas engagés dans un parti ou un syndicat, elles et ils font remplir une grande consultation citoyenne, les 500 000 questionnaires « Que demande le peuple ? » pour construire un contenu de projet politique pour les échéances de 2017 avec les citoyens, au plus près de leurs attentes et de leurs besoins, et essayer de rendre incontournable un mandat populaire.

C'est une autre façon de faire de la politique, privilégiant le débat d'idées qui rassemble face à la personnalisation politicienne en vague dans les grands médias qui divise et détourne des vrais problèmes.

Nous souhaitons élaborer avec vous un pacte d'engagements validé par une large base citoyenne.

Ce travail de défrichage politique commun peut créer une dynamique qui déjoue les sombres pronostics annoncés.

Pour cela, nous aimerions échanger avec vous pour poser les bases d'une alternative politique et sociale à gauche et vous rencontrer dès que possible pour créer les conditions pour mettre en œuvre ce projet dans tout le département à travers les huit circonscriptions du Finistère.

Nous vous recontacterons très rapidement à ce sujet.

Salutations militantes.

Pour le Parti Communiste du Finistère

le secrétaire départemental,

Ismaël Dupont

  

           

Résultats Grande Consultation Citoyenne "Que demande le peuple?"

Résultats Grande Consultation Citoyenne "Que demande le peuple?"

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 15:49

L'association Front de Gauche Pays de Morlaix a envoyé le 27 septembre un courrier aux forces politiques présentes localement qui à gauche refusent l'austérité et le libéralisme, partagent un certain nombre de valeurs essentiels en commun: 

 

Aux représentant-­‐e-­‐s et sections morlaisien-­‐ne- s d’EELV, De France Insoumise,du PG, du
PCF, d’Ensemble! et de Nouvelle Donne.

Morlaix le 27 septembre 2016

Aux ami-­‐e-­‐s et camarades de la gauche antilibérale,

Si le Front de Gauche du Pays de Morlaix prend l’initiative de s’adresser à vous aujourd’hui, c’est
qu’après le fort mouvement social contre la loi travail auquel nous avons tous participé, nous considérons que les prochaines échéances électorales, Présidentielle comme législatives, vont occuper, voire occupent déjà, l’espace politique qui nous est commun.
On peut discuter ou regretter cet état de fait, mais difficilement le contester.
Si la question de la Présidentielle peut être débattue localement, ce n’est pas au niveau d’une
circonscription qu’elle est tranchée et les discussions en cours dans la gauche non-gouvernementale montrent combien la situation est complexe.
Par contre, et bien que les deux scrutins (Présidentielle et législatives) soient dépendants
d’un même contexte politique, la dimension locale d’une campagne législative, ne vous échappe
pas plus à vous qu’à nous.
A l’heure du bilan plus que calamiteux du gouvernement Hollande et de l’urgence sociale, économique, environnementale et démocratique qui en découle, nous ne pouvons pas nous résoudre à
l’éparpillement éventuel des forces antilibérales sur la 4ème circonscription lors des prochaines
législatives.
Alors que tant de choses nous rassemblent, nous souhaitons réfléchir avec vous à la possibilité
de construire une candidature unitaire sur la base d’une plateforme commune.
C’est la raison pour laquelle, nous vous proposons une rencontre de nos organisations et collectifs respectifs le plus rapidement possible afin de redonner un élan unitaire et rassembleur de notre
gauche antilibérale.
Nous pensons qu’il y a urgence à trouver le chemin d’un accord pour redonner espoir à l’électorat
de gauche sur notre circonscription.
Toutes ces personnes qui comme nous, cherchent de plus en plus désespérément une traduction
politique de leur déception vis-­‐à-­‐vis du PS et du gouvernement, de leur colère, de leur envie
de ne pas s’abstenir et de faire barrage à l’extrême-droite et à la droite revancharde.
Toutes ces personnes qui comme nous, ont besoin de croire qu’une alternative de gauche est
encore possible.
Nous vous serions reconnaissant-­‐e-­‐s de bien vouloir accuser réception de ce courrier afin que
nous puissions déterminer au plus vite une date et un lieu pour cette rencontre.

D’avance Merci.

Fraternellement

Pour le bureau du Front de Gauche du Pays de Morlaix, François Rippe 

 

***

Le groupe local Europe Ecologie Les Verts nous a répondu en premier, disant son accord pour une rencontre pour envisager une plateforme commune et une candidature unitaire pour les Législatives compte tenu d'une analyse commune des enjeux de la situation politique pour la gauche de transformation: "  Nous savons tous, nous ont-ils écrit, que, dispersés, nous ne pèserons rien face au poids électoral du PS, de la droite, voire de l'extrême droite. Travailler sur un projet commun pour notre territoire nous semble une évidence" .

Plateforme commune se justifiant aussi par un certain nombre de combats locaux menés en commun: "Nous nous retrouvons souvent pour lutter contre des lois qui vont à l'encontre des intérêts de nos concitoyens, contre des projets inutiles et dangereux qui impactent l'avenir."

EELV a tenu néanmoins a rappelé le caractère prépondérant de son attachement à l'arrêt du immédiat nucléaire civil et sa volonté d'un rassemblement ouvert "au-dessus des partis".

Une rencontre entre le Front de gauche ( PCF, Ensemble) et EELV devrait avoir lieu fin octobre pour voir si on peut avancer sur cette candidature commune, ce que nous souhaitons ardemment, en mettant en commun nos convergences et en faisant preuve d'intelligence collective et d'esprit de responsabilité. 

En revanche, le groupe local France Insoumise, qui nous a répondu ensuite dans une lettre commune avec le Parti de Gauche, n'a pas souhaité rencontrer le Front de Gauche et les forces de l'autre gauche pour avancer sur la perspective d'une candidature commune dans la circonscription de Morlaix, jugeant que pour lui, il était impossible de découpler présidentielles et législatives et que sa préférence irait, si l'opportunité se présentait à une candidature aux législatives issue du groupe de soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon, le collectif citoyen France Insoumise,  et émanant de lui seul.

Nous regrettons cet état de fait car nous pensions que l'on pouvait à la rigueur soutenir des candidats différents aux présidentielles et s'unir aux législatives. Le PCF et Ensemble n'ayant d'ailleurs pas à ce stade exclu de soutenir la candidature de Mélenchon d'une manière ou d'une autre même si nous souhaitons une stratégie de rassemblement plus large et une plateforme plus collective pour les présidentielles.  

Divisés aux Législatives, il sera plus difficile (mais pas impossible, bien sûr!) pour nous de donner une ou un vrai député de gauche aux citoyens de la IVe Circonscription, une ou un député qui, à l'inverse de Marylise Lebranchu et de Gwenegan Bui ne voterait pas pour les budgets d'austérité, la casse de l'hôpital public, la stagnation du SMIC et des minima sociaux, le Traité Budgétaire Européen, l'ANI, la loi Macron, la loi El Khomri, un député qui ferait de la résistance à partir d'un projet de société vraiment progressiste face à une droite revancharde et à une extrême-droite en pleine progression. 

Peut-être qu'il n'est pas trop tard pour trouver un chemin de l'unité dans l'intérêt des citoyens et des idées de gauche et écologiques. C'est du moins notre souhait. 

La démarche qui sous-tendait notre proposition de candidature unitaire était de peser face au PS social-libéral, à la droite, au FN, en réunissant l'ensemble de l'arc des forces qui était prêtes à voter au parlement pour une motion de censure de gauche contre le gouvernement Valls contre l'application du 49-3 pour faire passer la loi El Khomri, l'ensemble des forces qui s'opposent à la prolongation indéfinie de l'état d'urgence, à l'état sécuritaire, à la remise en cause des acquis démocratiques, à une politique restrictive et répressive par rapport à l'accueil des migrants, qui veulent lutter contre la finance et prônent un vrai partage des richesses en prenant en compte la nécessité de prendre à bras le corps les défis des crises écologiques. 

L'association Front de Gauche, le PCF, et Ensemble, sont résolus de leur côté à mettre en place toutes les conditions nécessaires, dans la limite du respect de la diversité de nos électeurs et de nos sensibilités et projets, pour rendre possible une alliance Front de Gauche - Europe Ecologie les Verts dans la circonscription de Morlaix. 

De l'audace, un esprit unitaire, un sens des responsabilités, et nous y parviendrons, dans l'intérêt d'une représentation forte de la gauche aux législatives. 

Ismaël Dupont.            

 

 

 

Législatives sur la circonscription de Morlaix: l'association Front de Gauche, le PCF, Ensemble veulent une plateforme commune de la gauche anti-libérale et de transformation sociale et écologique
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 15:26
les élus d'opposition à Morlaix: de gauche à droite, Elisabeth Binaisse (PS, coopérative citoyenne), Ismaël Dupont (PCF-Front de Gauche), Hervé Gouédard (PS, coopérative citoyenne), Valérie Scattolin (Front de Gauche), Sarah Noll (Coopérative citoyenne), Jean-Philippe Bapcérès (Coopérative citoyenne), Jean-Paul Vermot (PS, Coopérative citoyenne), Jean-Pierre Cloarec (Coopérative citoyenne)

les élus d'opposition à Morlaix: de gauche à droite, Elisabeth Binaisse (PS, coopérative citoyenne), Ismaël Dupont (PCF-Front de Gauche), Hervé Gouédard (PS, coopérative citoyenne), Valérie Scattolin (Front de Gauche), Sarah Noll (Coopérative citoyenne), Jean-Philippe Bapcérès (Coopérative citoyenne), Jean-Paul Vermot (PS, Coopérative citoyenne), Jean-Pierre Cloarec (Coopérative citoyenne)

"Réduire les occasions de vie collective, c'est donner raison aux fanatiques"

Question orale de l'opposition pour le conseil municipal de Morlaix du lundi 17 octobre 2016 (19h)

Jean-Philippe Bapcérès, Elisabeth Binaisse, Jean-Pierre Cloarec, Ismaël Dupont, Hervé Gouédard, Sarah Noll, Valérie Scattolin, Jean-Paul Vermot

En interdisant la semaine dernière l'organisation de toute manifestation collective dans les écoles publiques de Morlaix, en dehors des kermesses, madame le Maire a fait montre d'une interprétation sécuritaire et excessive des consignes de l’État !

En effet, le préfet a adressé aux maires du Finistère des instructions détaillées en matière de contrôle des entrées et des consignes de vigilance mais il n'a jamais utilisé le terme « interdiction » pour l'accès des adultes et enfants dans les écoles publiques en dehors des heures de cours et pour les fêtes d'école.

Peu de villes font une interprétation aussi maximaliste des consignes de prudence que Morlaix.

A Brest, Quimper, Carhaix, Landerneau, St Martin des Champs, les maires n'ont pas une lecture aussi contraignante des préconisations de sécurisation de l’État.

La mesure de vigilance peut-elle être juste si elle ne remet en cause que les initiatives et plans de financement pour les actions soutenues par les APE prévus dans les écoles publiques ?

De plus il serait étonnant que les terroristes fassent une différence entre école publique et privée!

Non pas par ignorance mais en considérant que les unes soient plus vulnérables que les autres.

Que dire alors sur les cérémonies de mariage, les manifestations sportives, le marché hebdomadaire, le musée, les spectacles à Langolvas ou au théâtre, les grandes surfaces commerciales, des trajets dans les bus....tout autant susceptibles d'être des cibles potentielles.

Faut-il tout interdire, et faut-il tout s'interdire sous prétexte de sécurisation maximale, un objectif qu'il est de toute façon illusoire de prétendre atteindre?

Nous ne le pensons pas.

La victoire des fanatiques et des terroristes seraient justement de nous empêcher de mener la vie sociale normale d'un pays libre et dynamique, de réduire les moments de convivialité, de vie collective, sous prétexte de politiques dictées par la peur et la paranoïa.

Le rôle des élus n'est pas de chercher des postures en la matière pour des visées électoralistes ni de se vouloir plus royaliste que le roi, à savoir l’État, en terme de protection des bâtiments publics.

La mairie étant désormais sous contrôle d'accès, il faut constater une désaffection progressive de la bibliothèque historique.

Quel sera l'avenir du Festival Multiples, dédié à la petite édition , contraint de déménager au camping de la Manufacture?

La perte pour les APE et parents d'élèves des écoles publiques des actions destinées à recueillir des ressources pour les activités péri-scolaires, aura des conséquences néfastes pour le lien social entre parents d'élèves et autour des écoles, sur les rentrées d'argent des APE et donc sur les possibilités pédagogiques offertes aux élèves.

Quels sont les arguments de la majorité municipale si les organisateurs de spectacles, les artistes, les touristes préfèrent désormais fréquenter une ville plus accueillante et moins stressée que la nôtre?

 

A l'ordre du jour du Prochain Conseil Municipal du lundi 17 octobre à Morlaix (19h00) :

- Organisation des élections primaires et présidentielles

– mise à disposition de l'amphithéâtre de Langolvas

- Prise en charge des déplacements accomplis par les élus de la ville de Morlaix dans l'exercice de leurs fonctions

- Décisions modificatives au budget principal - Garantie d'emprunt pour le financement de travaux de réhabilitation d'immeubles situés aux « Jardins du Launay » par Aiguillon Construction

- Remboursement de frais suite à l'enlèvement de véhicules le 14 juillet 2016

- Subvention exceptionnelle à l'association « Les Moyens du Bord » : la ville proposait 1500 € pour un surcoût de charge pour le festival Multiples de 11000€ et alors que la participation financière de Morlaix Communauté s'élevait à 5000€. Finalement, dans la presse aujourd'hui, on apprend que la subvention va s'élever à 2000€. Mais si en Commission Finances, les élus de la majorité n'ont pas voulu revoir leur position.

- Tarifs des repas de la cuisine centrale pour les agents

- Mise en place du coupon sports à la piscine municipale de la Boissière

- Cession à la commune de Locquénolé de la gestion des corps morts situés dans le chenal.

- Rapport sur le prix et la qualité du service public d'assainissement non collectif (SPANC) pour l'année 2015

- Acquisition d'un ensemble immobilier 4 place du Dossen - Quartier de la Gare, opérations foncières

- Changement de statut du COS

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 12:35
25ème Fête de l'Humanité Bretagne les 3 et 4 décembre 2016 au Parc Expos de Lorient: réservez votre vignette à 10 € la journée ou 16€ les deux jours

La grande fête des communistes de Bretagne et du journal l'Humanité. 

Cette année, au moins 5000 personnes encore sont attendues.

Un programme musical riche: Sanseverino le dimanche 4 décembre, la Compagnie Jolie Môme le samedi 3 décembre, Alambig Electrik, Z'apero, Boris Viens, L'Usine à Canards... 

Des bars et restaurants multiples.

Des stands associatifs.

Un espace culture.

Et des débats politiques passionnants: "Grands projets contestés", "luttes sociales et élections: quelle articulation?", "Identité bretonne et langues de Bretagne, aujourd'hui et demain?", "Le médicament malade du profit", "Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société". 

 

Pour réserver des vignettes, se mettre en contact avec la section PCF de votre secteur. 

 

Page Facebook:

 

25ème Fête de l'Humanité Bretagne les 3 et 4 décembre 2016 au Parc Expos de Lorient: réservez votre vignette à 10 € la journée ou 16€ les deux jours
25ème Fête de l'Humanité Bretagne les 3 et 4 décembre 2016 au Parc Expos de Lorient: réservez votre vignette à 10 € la journée ou 16€ les deux jours
25ème Fête de l'Humanité Bretagne les 3 et 4 décembre 2016 au Parc Expos de Lorient: réservez votre vignette à 10 € la journée ou 16€ les deux jours
Débat de l’Atelier Citoyen de Bretagne PCF-Front de Gauche :
Dimanche 4 décembre à 10h45 à l’Agora

Le médicament malade du profit : quelles réponses, quelles actions politiques à la domination des industriels pharmaceutiques ? Prix, brevets, accès aux données numériques, conflits d’intérêts…

Intervenant-es :

 Olivier MAGUET, chargé de campagne à Médecins du Monde

 Danièle SANCHEZ, ingénieure dans l’énergie, une des auteurs de «Sanofi Big Pharma»

 Yann LE POLLOTEC, informaticien, membre de l’exécutif national du PCF et responsable du secteur »Révolution numérique »

Animé par :

 Christiane CARO, membre de la commission nationale santé PCF, responsable de l’Atelier Citoyen de Bretagne PCF-Front de Gauche.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 11:50
Degemer mat... refugiés en Bretagne

A Quimper, Tregunc, Trebeurden, les partisans d'une Bretagne ouverte et solidaire, accueillante aux réfugiés, étaient 5 à 6 fois plus nombreux que les sympathisants FN: non, les idées xénophobes ne triompheront pas en Bretagne, nous avons des devoirs d'humanité vis à vis des demandeurs d'asile, en Bretagne comme ailleurs! 

Un très beau dessin qui illustre ce beau combat humaniste!    

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 11:14
Jean-Luc Mélenchon veut renoncer à faire chanter l'Internationale à ses meetings

Le fondateur du Parti de gauche s'est prêté à une petite confidence devant quelques journalistes, parmi lesquels Olivier Bost de RTL : il songe à arrêter de faire chanter L'Internationale à la fin de ses rassemblements politiques. La décision semble mûrement réfléchie. Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidentielle, est à la tête d'un mouvement citoyen intitulé "La France insoumise". Cela passe beaucoup par les réseaux sociaux et la vidéo. L'objectif est bien sûr d'élargir sa base militante. Il revendique d'ailleurs quelque 130.000 adhérents.

Ce week-end à Lille, il doit, par exemple, faire adopter une ébauche de programme par une partie de ces adhérents. Mille personnes ont été invitées. Les deux-tiers ont été tirées au sort. Qui dit donc nouvelle forme de mobilisation dit nouveaux militants avec des cultures politiques différentes. Jean-Luc Mélenchon a constaté que beaucoup de ses militants ne connaissaient pas les paroles de L'Internationale. Les temps changent.

Jean-Luc Mélenchon veut renoncer à faire chanter l'Internationale à ses meetings

    Pottier écrit le poème qui deviendra les paroles de l'Internationale en juin 1871, en pleine répression versaillaise. En 1888, l'ouvrier lillois Pierre Degeyter met ce poème en musique. Et c'est à partir du congrès d'Amsterdam de la IIème Internationale en 1904 que ce chant devient l'hymne du mouvement ouvrier mondial.

L'INTERNATIONALE

Au citoyen Gustave Lefrançais, membre de la Commune

Debout ! les damnés de la terre 
Debout ! les forçats de la faim 
La raison tonne en son cratère : 
C’est l’éruption de la fin 
Du passé faisons table rase 
Foule esclave, debout ! debout ! 
Le monde va changer de base : 
Nous ne sommes rien, soyons tout !

Refrain
C’est la lutte finale 
Groupons nous et demain 
L’Internationale 
Sera le genre humain.

Il n’est pas de sauveurs suprêmes : 
Ni dieu, ni césar, ni tribun, 
Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes ! 
Décrétons le salut commun ! 
Pour que le voleur rende gorge, 
Pour tirer l’esprit du cachot 
Soufflons nous-mêmes notre forge, 
Battons le fer quand il est chaud !

L’Etat opprime et la loi triche ; 
L’Impôt saigne le malheureux ; 
Nul devoir ne s’impose au riche ; 
Le droit du pauvre est un mot creux. 
C’est assez languir en tutelle, 
L’égalité veut d’autres lois ; 
« Pas de droits sans devoirs, dit-elle, 
« Egaux, pas de devoirs sans droits ! »

Hideux dans leur apothéose, 
Les rois de la mine et du rail 
Ont-ils jamais fait autre chose 
Que dévaliser le travail ? 
Dans les coffres-forts de la bande 
Ce qu’il a créé s’est fondu. 
En décrétant qu’on le lui rende 
Le peuple ne veut que son dû.

Les Rois nous saoulaient de fumées. 
Paix entre nous, guerre aux tyrans ! 
Appliquons la grève aux armées, 
Crosse en l’air et rompons les rangs ! 
S’ils s’obstinent, ces cannibales, 
A faire de nous des héros, 
Ils sauront bientôt que nos balles 
Sont pour nos propres généraux.

Ouvriers, Paysans, nous sommes 
Le grand parti des travailleurs ; 
La terre n’appartient qu’aux hommes, 
Le riche ira loger ailleurs. 
Combien de nos chairs se repaissent ! 
Mais si les corbeaux, les vautours, 
Un de ces matins disparaissent, 
Le soleil brillera toujours !

Eugène Pottier

Eugène Pottier

Jean-Luc Mélenchon veut renoncer à faire chanter l'Internationale à ses meetings
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 10:22
Présidentielles et législatives 2017: appel à l'unité de la gauche antilibérale et écologique venant de l'appel des Cent

"Alors que la gauche antilibérale et écologique est d’accord sur l’essentiel, les candidatures se multiplient avec le risque que l’alternative à gauche devienne inaudible. Il faut se taire, s’y résigner ? Eh bien, non ! Nous ne nous résignons pas. Le peuple de gauche doit se lever, dans toutes ses couleurs, toutes ses histoires, salariés et retraités qui savent ce que perdre signifiera, féministes qui savent les reculs à venir, écologistes qui savent qu’il faut changer vite.

Nous allons proposer, construire l’union, forcer à l’union. En signant en masse cette tribune-pétition, qui dit simplement : « pour 2017, il faut une seule candidature de l’alternative à gauche, nous avons trop de points d’accord ! ». Si nous sommes des centaines de milliers à la réclamer, elle s’imposera."

Un appel à signer, à faire signer...

Pour toute information, voir : http://www.appeldes100.org 

[Premiers signataires : Etienne Balibar (philosophe), Jacques Bidet (philosophe), Patrick Braouezec (député honoraire), Pierre Cours-Salies(sociologue), Anne Jollet (historienne), Robert Guédiguian (cinéaste), Pierre Khalfa (co-président de la Fondation Copernic), Rémi Lefebvre (politiste), Ben Lefetey (ZAD de Sivens), Noël Mamère (député écologiste), Philippe Marlière (politiste), Gérard Mordillat (écrivain), Dominique Noguères (avocate), Willy Pelletier (coordinateur général de la Fondation Copernic), Jean-François Pellissier (co-porte-parole d’Ensemble), Marie-Christine Vergiat (députée européenne Front de Gauche), Marie-Pierre Vieu (PCF), Sophie Wahnich (historienne), Malika Zediri (association chômeurs APEIS)]

 

Il faut unir nos forces pour une alternative à gauche. Après un quinquennat calamiteux, le pire semble aujourd’hui possible. Avec un FN en voie de banalisation. Avec une droite extrêmisée que Hollande et Valls décomplexent. Avec l’autoritarisme du 49.3.

Le pire semble aujourd’hui possible. Face à la violence des licenciements, du chômage, des CDD à perpétuité, des vies empêchées, ruinées, des campements de migrants évacués sans solution, vouloir imposer « l’identité française », le burkini, l’islam, la nationalité (et sa déchéance) au cœur des débats politiques. Face au terrorisme, pour exaspérer les peurs, la fuite en avant sécuritaire, inefficace. Et sur l’écologie, surtout ne rien faire ou plutôt faire le contraire de ce que l’on proclame !

Cela doit cesser. Sans attendre. Depuis trop longtemps F. Hollande chante du Joe Dassin au Medef : « on ira où tu voudras quand tu voudras ».

Nous appelons à l’effraction citoyenne, au soulèvement du peuple de gauche qui refuse cette situation, de ce peuple arc-en-ciel où depuis toujours, pour chaque conquête sociale, toute liberté gagnée, se mêlent les socialistes qui refusent le libéralisme, les écologistes, les féministes, les communistes, les libertaires, les altermondialistes, nous tous, salariés, privés d’emploi, retraités, jeunes, rassemblés contre la loi travail, rassemblés contre le nucléaire, rassemblés contre la fermeture des usines, des maternités, des classes, des services publics qui protègent ceux qui n’ont rien, rassemblés contre le logement cher et les morts dans la rue, rassemblés contre la criminalisation des résistances sociales, des sans-papiers, des sans-emplois stigmatisés, abandonnés, rassemblés pour l’égalité des droits entre homos et hétéros...

Pour 2017, les urgences, nous les connaissons. Nous sommes d’accord sur ce qui peut faire pacte commun. D’accord, pour abroger la loi El Khomri et construire des droits protecteurs, pour augmenter fortement le Smic, les minimas sociaux et les retraites, pour que le CDI redevienne la norme, pour interdire les licenciements collectifs quand sont versés des dividendes aux actionnaires, etc… D’accord, pour renforcer l’ISF, accroître l’impôt progressif car il redistribue, refuser les dettes publiques illégitimes, ne plus admettre des revenus supérieurs à 20 fois le Smic, etc... D’accord pour booster le ferroviaire, d’accord pour une planification écologique, la sortie du nucléaire, lutter d’arrache-pied contre le réchauffement du climat, etc…D’accord pour abolir le traité budgétaire européen, renégocier les dettes en Europe, en finir avec les paradis fiscaux, accueillir les migrants, ne pas appliquer la directive européenne sur les travailleurs détachés, abandonner l’agriculture productiviste au profit d’une agriculture biologique et paysanne. D’accord pour en finir avec ces guerres perpétuelles où l’Etat français sert de vitrine aux multinationales françaises de l’armement et sert Areva, Total, etc…D’accord sur des droits nouveaux pour les salariés dans l’entreprise, des droits contre le contrôle au faciès et pour le droit de vote des étrangers, d’accord pour une 6ème République, etc... Oui, il y a beaucoup d’etc, énormément d’etc…car il y a tant d’accords.

Et pourtant, alors que la gauche antilibérale et écologique est d’accord sur l’essentiel, les candidatures se multiplient avec le risque que l’alternative à gauche devienne inaudible. Il faut se taire, s’y résigner ? Eh bien, non ! Nous ne nous résignons pas. Le peuple de gauche doit se lever, dans toutes ses couleurs, toutes ses histoires, salariés et retraités qui savent ce que perdre signifiera, féministes qui savent les reculs à venir, écologistes qui savent qu’il faut changer vite.

Nous allons proposer, construire l’union, forcer à l’union. En signant en masse cette tribune-pétition, qui dit simplement : « pour 2017, il faut une seule candidature de l’alternative à gauche, nous avons trop de points d’accord ! ». Si nous sommes des centaines de milliers à la réclamer, elle s’imposera.

Déjà localement, des convergences, des regroupements, se montent pour stopper la désunion. Le 12 novembre, nous nous retrouverons, venus de tout le pays, ensemble, dans cette convention qui fabriquera et portera une plateforme de mesures d’urgence pour la prochaine mandature. Nous ne gagnerons 2017 qu’en conjuguant nos couleurs en une seule campagne collective.

Premiers signataires : Etienne Balibar (philosophe), Jacques Bidet (philosophe), Alima Boumediene-Thiery (avocate), Patrick Braouezec (député honoraire), Pierre Cours-Salies (sociologue), Laurent Eyraud-Chaume (comédien), Robert Guédiguian (cinéaste), Alain Hayot (sociologue), Anne Jollet (historienne), Pierre Khalfa (co-président de la Fondation Copernic), Rémi Lefebvre (politiste), Ben Lefetey (militant altermondialiste), Noël Mamère (député écologiste), Philippe Marlière (politiste), Gérard Mordillat (écrivain), Jean-Pierre Petit (musicien), Dominique Noguères (avocate), Willy Pelletier (coordinateur général de la Fondation Copernic), Jean-François Pellissier (co-porte-parole d’Ensemble), Marie-Christine Vergiat (députée européenne Front de Gauche), Marie-Pierre Vieu (conseil national du PCF), Sophie Wahnich (historienne), Pierre Zarka (ancien directeur du journal L'Humanité), Malika Zediri (association chômeurs APEIS)

Lieu et horaire du samedi 12 novembre, 10 heures - 18 heures : salle des fêtes de l'Hôtel de Ville, Montreuil, place Jean Jaurès, 93 100 Montreuil / Ligne 9, station Mairie de Montreuil. Entrée libre. Venez nombreuses et nombreux !

Pour toute information, voir : http://www.appeldes100.org 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 09:36
Sa sensibilité à la violence des rapports de forces s’exprimera dans ses textes et ses engagements. photo rue des archives/RDA

Sa sensibilité à la violence des rapports de forces s’exprimera dans ses textes et ses engagements. photo rue des archives/RDA

Cent ans après sa disparition, le romancier américain entre à la « Bibliothèque de la Pléiade ». Une consécration pour l’écrivain prolétaire, le journaliste et l’aventurier devenu l’un des auteurs les plus populaires de l’histoire de la littérature. 

«Jack London avait le génie qui voit ce qui est caché à la foule des hommes et possédait une science qui lui permettait d’anticiper sur les temps », écrit Anatole France. « Fils d’un ouvrier », « socialiste révolutionnaire », « disciple américain de Karl Marx », « il fut ouvrier et travailla de ses mains, celui qui fit cinquante volumes prodigieux de vie et d’intelligence », poursuit l’auteur du Lys rouge. Né en 1876, à deux pas des docks de San Francisco et du détroit du Golden Gate, ouvert sur l’océan Pacifique, John Griffith Chaney, dit Jack London, s’éteindra quarante ans plus tard, au terme d’une vie qu’il voulut à l’image de celle d’« un oiseau de passage, les ailes éclaboussées d’eau salée ».

L’année de sa naissance, un peu plus de dix ans après la fin de la guerre de Sécession, est celle de la bataille de Little Big Horn. Il entre dans l’adolescence alors que s’éteignent, au-delà des montagnes Rocheuses, les derniers feux de la résistance indienne. C’est l’époque où les États-Unis s’engagent dans un processus d’accumulation forcenée avec la constitution des grands trusts industriels et bancaires. Sa population passe de 50 à 100 millions d’habitants en une quarantaine d’années. C’est aussi celle de la poussée des grandes métropoles verticales, gratte-ciel, tramways et métros, de l’électrification, de la première diffusion de l’automobile, du téléphone, du cinéma et de la presse de masse.

Lire la suite

profession, écrivain

C’est sous la direction de Philippe Jaworski que l’auteur du Vagabond des étoiles, de Croc-Blanc et du Loup des mers entre à la « Bibliothèque de la Pléiade », chez Gallimard. Les deux volumes d’une sélection de ses œuvres romanesques, de ses nouvelles et de ses récits présentent des traductions renouvelées s’attachant à rendre au mieux la spontanéité et le quasi-automatisme de l’écriture de Jack London. On notera également la publication, cette semaine, de Martin Eden, de Jack London, traduit par Philippe Jaworski dans la collection « Folio-Gallimard », ainsi que des Vies de Jack London, de Michel Viotte et Noël Mauberret, aux éditions Arte/La Martinière. Publié en début de cette année, aux éditions Les Belles Lettres, Jack London, profession écrivain,un recueil de textes critiques rassemblés par Francis Lacassin, éclairera le métier et la pensée de l’auteur américain.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 07:48
Pierre Laurent: "Je demande l'amnistie des militants syndicaux" (L'Humanité Dimanche, vendredi 14 octobre 2016)
Pierre laurent : « Je demande l'amnistie des militants syndicaux »
PIERRE LAURENT
VENDREDI, 14 OCTOBRE, 2016
HUMANITÉ DIMANCHE

le secrétaire national du PCF s'indigne contre la criminalisation du mouvement syndical.

« La justice avait condamné en première instance les 8 de Goodyear à 24 mois de prison dont 9 mois ferme. Leur "crime" ? Avoir retenu 30 heures, sans violence, deux dirigeants de l'entreprise qui procédait à la fermeture du site et à 1 200 suppressions d'emplois. Le 19 octobre prochain, lors de leur appel, nous serons tous à leurs côtés. Ce jugement est primordial pour le monde du travail, pour la liberté et la démocratie, pour le droit de défendre son outil de travail et l'emploi. Aujourd'hui, je renouvelle mon soutien, et celui des communistes, aux salariés de Goodyear. Dans ces temps où l'action syndicale est pointée du doigt, il faut défendre l'emploi et les droits des salariés, de ceux qui sont attaqués injustement, criminalisés pour avoir défendu leur emploi. Plus que jamais, nous lutterons contre la criminalisation de l'action syndicale. Je demande l'amnistie des militants syndicaux, ceux de Goodyear, comme ceux d'Air France, également menacés de lourdes condamnations. »

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011