Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 21:23
A l'hôpital de Morlaix on n'a pas attendu François Fillon!!! Témoignage d'une patiente

Une patiente de l'hôpital de Morlaix nous a remis ce témoignage édifiant sur les dérives du service public hospitalier et des pratiques médicales. Un témoignage qui devrait réveiller chez les lecteurs beaucoup d'expériences similaires. La médecine à deux vitesses existe déjà aujourd'hui, même si cela peut encore s'aggraver bien sûr.

 

A L'HOPITAL DE MORLAIX ON N'A PAS ATTENDU FRANCOIS FILLON!!!!

Témoignage d’une patiente

Patiente de 63 ans, je me présente au service radiologies de l'hôpital de Morlaix pour un scanner abdopelvien le 24 décembre. Rendez-vous obtenu sous 10 jours, ce qui paraît acceptable au vu des délais d'attente dans d'autres services. A la prise de ce RDV on ne me demande rien d'autre que de me présenter 1/4 d'heure avant l'examen.

Le jour et à l'heure je me présente au secrétariat, avec bien sûr une certaine appréhension comme tout à chacun avant ce genre d'examen. La secrétaire médicale d'un professionnalisme, d'une gentillesse me demande: "souhaitez-vous avoir les résultats tout de suite? Derrière cette question je me doute déjà qu'il y a un piège!

Je lui réponds "bien sûr" dans ce cas il vous en coûtera entre 60 et 70 euros, aujourd'hui c'est en consultations privées

Et si je refuse? Vous recevrez les résultats chez votre médecin traitant sous cinq jours, j'en doute fort week-end de Noel!!

Je décide donc de montrer mon fort mécontentement, explique qu'un service public est là pour soigner et non pas appliquer une médecine à deux vitesses, la Secrétaire comprend très bien, mon message s'adresse à tous ces médecins qui ont choisi de travailler dans le public mais qui agissent comme des Privés. 4 RADIOLOGUES sur 6 appliquent ce système dans le service de l'hôpital de Morlaix, certains secteurs ont commencé depuis longtemps en chirurgie et autres...

Cela suffit. Il faut en finir avec le secteur privé à l'intérieur de l'hôpital public et revaloriser le statut des Praticiens hospitaliers pour que tous les postes soient pourvus et la qualité assurée.  J'ai fait part de ma déception, de ma colère, je suis repartie avec mes résultats et ce sans payer, certes ce jour là le forcing m'a été profitable, mais combien de patients auront fait l'avance (et encore faut il avoir une mutuelle) pour prétendre au remboursement.

Nous devons continuer à défendre le service public dans son intégralité, le personnel compétent à qui on demande toujours plus de temps, de disponibilité, d'énergie sans un euro de plus.

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 21:17
Deux maternités du nord Finistère menacées: halte à la casse du service public hospitalier

Selon nos informations, deux maternités sur les quatre que comptent Brest, Landerneau, Morlaix, et Carhaix seront menacées de fermeture à brève échéance dans le cadre de la loi de programmation santé de Marisol Touraine.

C'est inadmissible de casser ainsi des services de proximité indispensables à la santé des habitants, à l'aménagement du territoire, au nom d'une logique strictement comptable, marchande et austéritaire de la santé. 

A Morlaix, Carhaix, Landerneau, nous ne nous laisserons pas faire! A force de déshabiller les villes moyennes, il ne va plus rien rester de viable pour attirer et maintenir des habitants. A force de déshabiller l'hôpital public, on va favoriser les renvois avec les cliniques privées, avec quel impact sur l'égalité d'accès aux soins et aux maternités? 

Ismaël Dupont.   

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 21:13
Bernard Thibaut combat toujours la guerre sociale (Le Télégramme, - 18 janvier 2017): 120 personnes à la réunion publique à laquelle il était invité à Brest

On l'avait un peu perdu de vue. Bernard Thibault, l'ancien patron de la CGT a pourtant rassemblé 120 personnes hier soir, au centre nautique du Moulin-Blanc. Désormais membre du conseil d'administration de la méconnue Organisation internationale du travail (OIT) basée à Genève, l'ancien leader cégétiste était l'invité de l'UD CGT pour évoquer les problématiques sociales évoquées dans son dernier livre, « La Troisième Guerre mondiale sera sociale ». Selon lui, « la France reste un repère en matière de luttes sociales et les batailles sur les droits menées ici ont une portée qui dépasse de loin les frontières de l'Hexagone ». Dénonçant le « culte du moindre coût qui sacrifie les salariés du monde sur l'autel de la concurrence «, il pèse de tout son poids pour que l'OIT promeuve l'égalité des êtres humains par l'adoption de normes protectrices et élevées en termes de rémunération et de conditions de travail. Vaste défi, qui passera aussi par « une mobilisation des travailleurs et des syndicats ». Bref, Bernard Thibault n'a pas changé.
 

Le Télégramme

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 20:59
Brexit: "dur" pour qui? (Anne Sabourin - PCF)

Brexit : « dur » pour qui ? (Anne Sabourin - PCF)

 

Depuis hier, on en sait plus sur la vision de Theresa May concernant la mise en œuvre du Brexit. La Première ministre annonce la sortie du Marché unique et de l'Union douanière, tout en proposant des négociations pour de nouveaux accords. Anticipant une confrontation avec les institutions européennes, elle brandit la menace d'une stratégie commerciale et fiscale agressive vis à vis des pays européens.
Si la critique du PCF de l'UE libérale est sévère, nous sommes préoccupés de la tournure que prend la sortie du Royaume Uni. Nos groupes parlementaires avaient d'ailleurs demandé une commission spéciale de suivi à l'issue du referendum.

Brexit « dur » dit-on. Mais dur pour qui ? Dur pour les travailleurs britanniques et européens car une concurrence commerciale accrue a toujours pour conséquence l'abaissement des droits et des salaires. Seuls les milieux d'affaires sont rassurés par un processus « par étapes » visant un accord de libre échange et à maintenir l'accès au marché unique pour la City et des secteurs comme l'automobile.
Dur pour les services publics Outre-manche, déjà bien délabrés par des années d'austérité, car une politique de dumping fiscal ce sont des milliards d'euros perdus pour la puissance publique.
Dur pour les 300 000 Français établis au Royaume Uni, aujourd'hui dans l'incertitude quant à leur avenir.

Ce que nous prouve cette situation, c'est le piège que constitue le seul choix entre poursuivre avec cette Union européenne ou en sortir pour mener la même guerre économique. Alors que notre pays engage le débat présidentiel et législatif, le PCF entend démontrer qu'une troisième hypothèse est possible - celle de la refondation démocratique et solidaire de la coopération européenne - et que la France doit user de toute sa puissance pour la faire advenir.

Anne Sabourin (photo L'Humanité)

Anne Sabourin (photo L'Humanité)

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 20:50
Destruction d'Umm Al-Hiran, village bedouin, et tir contre un député palestinien de la Knesset, Ayman Odeh, par l'armée israélienne: "l'UE et ses Etats membres doivent sanctionner la politique de Benjamin Netanyahou" (PCF)

Destruction d'Umm Al-Hiran (Israël) : "L'UE et ses Etats-membres doivent sanctionner la politique de Benjamin Netanyahou"

 

À l'aube de ce mercredi 18 janvier, le député de la Knesset Ayman Odeh, président de la Joint List au parlement, a été très grièvement blessé par la police israélienne qui lui a tiré dessus – à la tête et dans le dos – alors qu'il tentait de s'opposer à la destruction du village bédouin Umm Al-Hiran. Un villageois, monsieur Yaqub Musa Abu Qi’an, a été également abattu au volant de sa voiture ; on relève plusieurs blessés et un soldat israélien a trouvé la mort dans des circonstances qui restent à élucider.

Depuis des années, le gouvernement dirigé par Benjamin Netanyahou mène une politique d'expulsions et de déportations des 100 000 Bédouins du Neguev d'une rare violence alors que les villageois vivent déjà dans le dénuement le plus total, sans eau ni électricité auquel l'Etat refuse de leur donner accès au prétexte que leurs villages seraient « illégaux ». Les députés du Hadash et du Parti communiste israélien soutiennent avec constance la lutte des Bédouins contre ces violences et cette politique discriminatoire et ségrégationniste qui s'inscrivent dans un plan d'apartheidisation d'Israël.

Les blessures du député Ayman Odeh tendent à prouver que la police israélienne a cherché à l'abattre alors qu'il leur tournait le dos. La police et l'armée israéliennes humilient, violentent, blessent, arrêtent sans mandat, tous les jours des dizaines de Palestiniens et Israéliens.
Elles tuent des personnes désarmées. En 2014, les forces de sécurité israéliennes tuaient le ministre palestinien Ziad Abou Ein lors d'un rassemblement, elles ont aujourd'hui tué un villageois sans défense, et attenté à la vie d'un député de la Knesset. Que faut-il de plus à l'Union européenne et à ses Etats membres, à commencer par la France, pour suspendre immédiatement tous les accords de coopération UE-Israël en vertu de la violation de l'article 2 sur le respect des droits humains ?

Le Parti communiste français tient à dénoncer l'action du gouvernement israélien dans le village d'Umm Al-Hiran et contre les Bédouins ; le PCF manifeste son plein soutien et son entière solidarité aux villageois attaqués aux premières heures du jour, au député Ayman Odeh et aux députés de son groupe, aux membres du Parti communiste israélien.

La France, par la voix du président et du ministre des Affaires étrangères doit s'élever contre les actes odieux commis par la police israélienne à Umm Al-Hiran et exiger du gouvernement Netanyahou de mettre un terme à l'occupation et la destruction des villages bédouins, à la colonisation des terres palestiniennes.

Au lendemain de la Conférence de Paris, le PCF urge le président et le gouvernement français à reconnaître sans plus tarder l'Etat palestinien pour signifier à l'extrême droite israélienne qu'il n'y a pas d'autre chemin que celui de la co-existence et de la paix.

 

Le 18 janvier 2017 - le PCF

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 19:42

A Monsieur Gwenegan Bui, président de la SABEMEN

Objet : Lettre d’intention de commande navire Britanny Ferries

Monsieur le Président,
Cela fait maintenant de longues années que l'outil industriel français subit un véritable dépeçage alors que les besoins sont immenses pour répondre aux défis du 21ème siècle.
Dans l'indispensable préservation des capacités nationales, dans une logique de développement et de modernisation des équipements et des infrastructures, la CGT récuse une pensée trop souvent véhiculée d'une opposition entre ce que certains nomment "la vieille industrie" et "la nouvelle."
L'industrie forme un tout qu'il convient de penser comme un élément structurant du tissu économique, social, environnemental et culturel au service des besoins des femmes et des hommes sur le territoire national et à l'international.
Cela demande, bien sûr, une vision dans le cadre des politiques publiques en termes de stratégie et de planification efficaces dans une logique de qualité capacitaire qui se croise avec les propres investissements des acteurs économiques des différentes branches ou filières.
Dans cette optique de cohérence et d’articulation des outils, des savoir-faire et des financements, la place de "la" navale est particulièrement centrale pour le pays à tous points de vue ; de la souveraineté économique, sociale, environnementale et de Défense Nationale.
Comment dès lors comprendre, que l'armateur breton "Britanny Ferries" vient de signer une lettre d'intention avec un chantier naval allemand pour la réalisation d'un navire propulsé au gaz naturel liquéfié (GNL) alors que la France possède la technique mais ne la déploie pas?
L’État français possède un tiers du capital des Chantiers de l'Atlantique qui serait à même de réaliser ce navire.
Pourquoi la société d'économie mixte (SABEMEN), que vous présidez et qui finance les projets du groupe Britanny Ferries, n'a pas entretenu de rapports avec les services de l’État, la direction de STX France, les collectivités territoriales, notamment les régions Bretagne, Normandie et Pays de la Loire qui, sur d'autres sujets, savent très bien travailler ensemble?
Qui pourrait admettre -alors que des entreprises comme STX France et Britanny Ferries bénéficient d'aides publiques- que le défi du savoir-faire industriel et de l'emploi associé ne soit pas une priorité à l'heure actuelle pour nos bassins d'emplois?
Le CESER de Bretagne a répondu à une saisine du Président de Région sur les conséquences que pourrait avoir le "Brexit" pour la Bretagne.
Dans son rapport, le CESER met l'accent sur le monde maritime dont celui du transport de
marchandises et de passagers et plus particulièrement avec un zoom sur la compagnie en question.
Cette attention, voire l'appel au soutien, est-il compatible avec la fuite de ce même groupe quand il s'agit de réaliser ses navires sur nos territoires?

C'est totalement incompréhensible sauf à cacher un modèle peu avouable.
Nous vous demandons de bien vouloir nous apporter les explications en votre possession sur ce dossier
et de revenir sur votre intention de confier la construction du navire au chantier allemand pour favoriser
un chantier sur le territoire national.
Nous resterons attentifs à la réponse que vous nous apporterez et prendrons toutes les décisions qui s’imposeront pour exiger la construction de ce navire et des futurs dans des chantiers nationaux.
Veuillez accepter, Monsieur le Président, l'expression de notre considération.

 

Thierry Gourlay, pour le comité régional de la CGT, 19 janvier 2017

Lettre de la CGT Bretagne à l'intention de Gwenegan Bui, président de la Sabemen Brittany Ferries, à propos de la commande d'un nouveau navire à propulsion par gaz liquéfié par la Brittany Ferries
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 17:08
Boeuf nomade au bar des deux rivières le vendredi le 27 janvier 2017
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 16:56
Le Conseil National du PCF valide la candidature d'Ismaël Dupont aux législatives dans la circonscription de Morlaix

Le Conseil National du PCF valide la candidature d’Ismaël DUPONT aux législatives

 

Le Conseil National du PCF s’est réuni le 14 janvier pour examiner les conditions de la campagne des élections présidentielle et législative. Deux élections intimement liées qui font l’objet d’une campagne unique.

Ce fut l’occasion de rappeler le rôle essentiel des parlementaires communistes et Front de Gauche dans la lutte contre la politique d’austérité antisociale imposée à notre peuple… et, quels que soient les résultats de la présidentielle, la nécessité d’avoir à l’Assemblée Nationale des députés sur lesquels le peuple pourra compter.

Une première liste de 253 candidatures de rassemblement a ainsi été ratifiée par le C.N. Pour la 4èmecirconscription du Finistère celle d’Ismaël DUPONT a été validée.

La direction nationale prenant ainsi en compte le choix des militants de la circonscription et reconnaissant la qualité du travail et de l’apport militant d’Ismaël tant au niveau départemental qu’au conseil municipal de Morlaix et à la communauté d’agglomération.

Les communistes sont d’ores et déjà en campagne avec les propositions contenues dans  la France en Commun.

 

 

Le Conseil National du PCF valide la candidature d'Ismaël Dupont aux législatives dans la circonscription de Morlaix
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 16:39

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
FÉDÉRATION CGT DE LA SANTÉ
ET DE L’ACTION SOCIALE

Ces derniers jours, dans un contexte d’épidémie de grippe saisonnière, l’ensemble des hospitaliers ainsi que les médecins déploient leur énergie pour prendre en charge et soigner, avec un grand professionnalisme, tous celles et ceux qui se présentent dans les services d’urgence.
Ils effectuent leurs missions au quotidien dans des conditions particulièrement dégradées dues à des plans d’économie et un ONDAM qui ne répondent pas aux besoins de santé de la population et qui ont pour conséquence une pénurie de personnels hospitaliers, de médecins, de lits et parfois de matériel.
Ceci entraîne souvent de l’attente, des situations difficiles et des conditions de travail épuisantes.
Comment est-il possible qu’en 2017, les hôpitaux français soient débordés par une épidémie de grippe saisonnière ? C’est le produit d’une politique de réduction du financement de la Sécurité Sociale menée depuis plusieurs années par les gouvernements successifs qui entraîne fermetures de lits, réduction de l’offre de soins sur le territoire, suppressions de personnels, sans cesse dénoncées par la CGT.

Qu’a déclaré la ministre de la Santé le 21 décembre ?
« (…) J’ai adressé aujourd’hui un message à l’ensemble des hôpitaux pour qu’ils soient particulièrement vigilants et déclenchent, si nécessaire, leurs plans habituels de mobilisation. Toutes les mesures nécessaires sont prises pour accueillir à l’hôpital les patients ayant besoin d’être hospitalisés ».

Comment le gouvernement peut-il demander toujours plus au personnel hospitalier, avec la politique d’austérité qu’il mène en poursuivant la suppression de lits, sous prétexte de virage ambulatoire, en imposant les Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) pour favoriser la mutualisation et la fusion de services et ainsi permettre la suppression de 22 000 postes ?

La Fédération CGT de la Santé et de l’Action Sociale revendique une politique de santé répondant aux besoins des usagers par un financement pérenne des hôpitaux, afin que tous les moyens soient déployés pour permettre aux personnels d’accueillir et de prendre en charge dignement les patient-e-s. Cela passe par l’embauche de personnels et l’arrêt de toutes les fermetures de lits, de services et des instituts ou écoles de formation des professionnels.

Dans les suites de l’action du 8 novembre 2016 avec l’intersyndicale CGT/FO/SUD Santé et Action Sociale, les fédérations appellent à une journée de grève et de manifestation le 7 mars à Paris et en territoire dans le but d’interpeller les salarié-e-s, les usagers, les élu-e-s et la population à défendre une autre politique de santé et de protection sociale.

Montreuil, le 10 janvier 2017

Communiqué de Presse de la Fédération CGT de la santé et de l'action sociale: une désorganisation des hôpitaux suite à une épidémie de grippe qui en dit long sur les dégâts causés par la casse du service public hospitalier...
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 14:12
Défense des urgences de l'hôpital de Morlaix (communiqué de la CGT de l'hôpital de Morlaix)
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011