Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 15:00
André Bouget

André Bouget

André Bouget présents au côté des candidats du Front de Gauche en réunion publique des Départementales 2015 à Lanmeur

André Bouget présents au côté des candidats du Front de Gauche en réunion publique des Départementales 2015 à Lanmeur

Nous avons appris mardi matin pendant la manifestation de la Fonction Publique du 10 octobre par nos camarades de Lanmeur la triste nouvelle du décès d'André Bouget, conseiller municipal communiste à Lanmeur, qui y a été élu pendant de nombreux mandats, depuis 1983, aux Travaux puis à la Jeunesse et aux Sports.
 
C'était un artisan-peintre en retraite, très impliqué dans la vie associative locale, et qui était très respecté et aimé sur Lanmeur. André Bouget avait 67 ans.  
 
Sur ces photos, on le voit en réunion publique, en portrait et pendant les départementales, pour introduire la réunion de Martine Carn, Roger Héré, Jeremy Lainé et Solène André, candidats Front de Gauche aux dernières départementales. 
 
Nous exprimons notre grande émotion devant la perte de ce précieux camarade qui a dû faire face ces dernières années avec courage à de graves ennuis de santé. 
 
Toute notre solidarité et notre sympathie dans cette épreuve avec les camarades de la section de Lanmeur, ses amis, ses proches, sa compagne, ses enfants.  
 
La cérémonie d'adieu et d'hommage à André Bouget aura lieu vendredi à 14h à Lanmeur, salle Steredenn. 
 
Notice nécrologique: 
M. BOUGET André Lanmeur, Plouégat-Guérand, Taverny
Avis de décès du 11/10/2017 / PF Jaouen, Lanmeur
LANMEUR - PLOUÉGAT-GUÉRAND - TAVERNY (95) - TRÉMEL.
Nous avons l'immense douleur de vous faire part du décès de
André BOUGET
Artisan peintre à la retraite
dit "Jim"
survenu à l'âge de 67 ans, après avoir lutté courageusement contre la maladie.
De la part de
son épouse, Zelinda, née Levèque ;
ses enfants,
Philippe et Nadège,
Cécile et Bruno,
Marina et David ;
ses chers cinq petits-enfants adorés,
ses frères, soeur,
ses beau-frère, belles-soeurs,
toute la famille
et ses amis.
Un hommage civil lui sera rendu vendredi 13 octobre, à 14 h, à la salle Steredenn de Lanmeur.
La famille remercie le cabinet infirmier Boulch, le SIAD, l'ADMR, pour leur dévouement.
Des dons pour la recherche médicale seront préférés aux fleurs.
André repose à l'espace funéraire du Trégor, à Lanmeur. Visites de 14 h à 18 h.
Cet avis tient lieu de faire-part et de remerciements.
PF Jaouen, Lanmeur
tél. 02.98.67.50.87
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 14:59
Vente de solidaire de Fruits et Légumes du PCF à Paris au mois d'août 2017

Vente de solidaire de Fruits et Légumes du PCF à Paris au mois d'août 2017

Etats généraux de l'agriculture: Macron annonce du libéralisme par ordonnances (communiqué du PCF, 13 octobre)
  1. Etats Généraux de l'alimentation : Macron annonce du libéralisme par ordonnance

 

Le Président de la République a annoncé mercredi 11 octobre à Rungis, une série de propositions destinée au monde agricole et agroalimentaire.

L'ambition est juste d'instaurer une police des prix entre les producteurs, transformateurs et distributeurs notamment. A y regarder de plus près, Emmanuel Macron a en quelque sorte annoncé du libéralisme par ordonnance, lors de ce point d'étape des États Généraux de l'alimentation.

En effet, derrière ses propos « d'arrêter les productions qui ne marchent pas… ne s'inscrivant pas dans la concurrence internationale, de conditionner les aides à la taille des organisations de producteurs, de restructuration, de produire plus… », le président actualise les vieilles recettes libérales qui ont conduit un agriculteur sur trois à vivre avec moins de 350 euros par mois, ainsi que la disparition d'une ferme toutes les cinq minutes jusqu'au suicide agricole tout les deux jours.

Pour promouvoir une agriculture durable, le PCF propose un autre paradigme alimentaire construit avec les paysans et la société :

-L'instauration d'un moratoire immédiat, financier, fiscal de l'agriculture française pour permettre aux exploitations de retrouver leurs équilibres économiques.

-La création d'un fond de soutien à l'agriculture paysanne et ses filières relocalisées, courtes, de proximité et biologiques,

-La promotion d'une nouvelle politique agricole et alimentaire (PAC) en Europe, qui réponde en priorité aux besoins des citoyens, débarrassée des accords de libres échanges (CETA, Mercosur…) avec pour objectif la souveraineté alimentaire des peuples et la transition écologique.

Les propositions de loi portées par les parlementaires communistes en faveur d'un encadrement des marges et pratiques des transformateurs et la grande distribution sont à disposition du Chef de l’État et du parlement pour avoir le courage d'affronter la rémunération du travail paysan.

 

Paris, le 13 octobre 2017

 

Le PCF

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 14:03
CICE: un scandale à 53 milliards. L'Humanité Dimanche fait ses comptes
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 05:52
Manifestation du 12 septembre 2017 contre les ordonnances Macron à Morlaix

Manifestation du 12 septembre 2017 contre les ordonnances Macron à Morlaix

65 % des français sont opposés à la loi travail

mercredi 11 octobre 2017

Selon un nouveau sondage Harris Interactive pour LCP, deux Français sur trois (65 %) se déclarent désormais opposés à la réforme du Code du travail version XXL (+ 7 points depuis fin août).

29 % des électeurs d’Emmanuel Macron (+ 11 points) y sont opposés.

L’encadrement des indemnités prud’homales reste la mesure la plus contestée, par six Français sur dix.

76 % (+ 5 points) estiment que les syndicats vont perdre du pouvoir. 63 % considèrent que les conditions de travail vont se dégrader. Là encore, même l’électorat d’Emmanuel Macron décroche. 40 % partagent ce point de vue, soit 11 points de plus qu’à la fin de l’été.

Quant aux arguments du gouvernement pour défendre les ordonnances, 56 % des sondés ne croient pas à un impact positif de la réforme sur la compétitivité des entreprises et sur la croissance économique (63 %). Ils croient encore moins à la baisse du chômage (71 %).

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 05:50
Budget 2018: Fabien Roussel dénonce un allégement sans précédent de la fiscalité sur le capital
Budget 2018 : Fabien Roussel dénonce un allègement sans précédent de la fiscalité sur le capital

Le 10 octobre, la commission des Finances de l’Assemblée nationale a démarré l’examen du projet de loi de finances pour 2018.

Après avoir dénoncé un allègement sans précédent de la fiscalité sur le capital, Dans une interview à l’Humanité du jour, le député Fabien Roussel (Gauche démocrate et républicaine) annonce que son groupe va proposer un contre-budget, avec une hausse de l’ISF, un impôt sur le revenu plus progressif avec plus de tranches et des moyens contre la fraude fiscale, qui coûte chaque année l’équivalent de notre déficit.

Pour le député su pcf, "il est possible de rééquilibrer le budget sans austérité et nous allons en faire la démonstration. On change alors complètement de logique vis-à-vis de la dette et on peut relancer la machine économique. Nous allons nous appuyer sur l’exemple portugais, dont le gouvernement a refusé il y a deux ans l’austérité prônée par la Commission européenne. Ils ont fait le pari de la relance des services publics, de la hausse des pensions, d’un soutien réel au pouvoir d’achat, et ils sont sortis de la zone rouge. Notre contre-budget sera celui de la répartition des richesses" conclut Fabien Roussel.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 05:34
Le collectif de lutte "Vive l'APL" dépose un recours au Conseil d'Etat pour l'annulation de la baisse de 5 € de l'APL: signez la pétition!
"Vive l’APL" dépose un recours en annulation contre la baisse de 5 euros

jeudi 12 octobre 2017

Des membres du collectif « Vive l’APL » : la Confédération générale du logement (CGL), la CLCV (Consommation, logement et cadre de vie), la confédération nationale du logement (CNL), l’association Droit au logement (DAL), la Fédération des acteurs de la solidarité, la Fondation Abbé Pierre, SNUP Habitat (FSU), le collectif Pas Sans Nous, l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) et l’Union sociale pour l’habitat (USH). et une vingtaine de bénéficiaires ont saisi le Conseil d’Etat pour faire annuler les textes prévoyant la réduction des aides personnelles au logement et, dans l’immédiat, obtenir la suspension de leur application.

Le collectif avait lancé une pétition en septembre dernier

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 05:31
Pierre Ouzoulias

Pierre Ouzoulias

Le 7 septembre, devant le Parthénon, symbole éternel de la sagesse grecque, sur la Pnýx, colline de l’exercice de la démocratie athénienne, premier gouvernement du peuple par le peuple, le président Macron a posé cette question : « qu’avons-nous fait, nous, de la démocratie ? ». Soixante ans après le traité de Rome, le bilan est en effet amer. Partout en Europe, les droits de l’homme régressent, alors qu’ils étaient considérés par les traités non seulement comme le fondement des institutions européennes, mais aussi comme le principe régulateur des relations avec nos voisins.

Au sein de l’Union, des droits fondamentaux sont bafoués. Qu’ils s’agissent de l’indépendance de la justice, de la liberté de la presse, des libertés académiques, des droits des syndicats, des minorités ou de ceux des femmes. Alors qu’en juin dernier, notre communauté nationale s’est retrouvée unie pour célébrer l’œuvre accomplie et le message délivré par Simone Veil, grande figure européenne qui fait notre fierté, l’accès libre des femmes au droit à l’intervention volontaire de grossesse est menacé dans plusieurs des États membres et de plus en plus entravé dans notre pays même. Comment ne pas s’indigner en pensant à l’opprobre jeté à la face de celles et ceux qui ont choisi d’offrir le don d’amour à une personne du même sexe.

Que dire de la honte qui nous accable en pensant au triste sort que nous avons réservé à nos sœurs et à nos frères en humanité fuyant la terrible guerre qui ravage, à nos portes, la Syrie, pays avec lequel nous partageons pourtant une frontière.

La semaine dernière l’Europe a offert au reste de l’humanité le spectacle affligeant du sang versé pour empêcher des citoyennes et des citoyens de voter. La commission européenne justifie son lourd silence complice par son obligation de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un État membre. Elle a été beaucoup moins neutre quand il s’est agi d’imposer au gouvernement grec de baisser les pensions de ses retraités les plus pauvres. La solvabilité de la dette passe avant la défense du droit de vote !

Pourquoi continuer d’ignorer, dans le continent le plus riche de la planète, la misère croissante de celles et ceux qui sont privés de travail, qui n’ont plus de toit, qui ne peuvent plus se soigner et qui viennent chaque jour grossir les files des soupes populaires, comme aux heures les plus sombres de notre histoire européenne. Allons nous effacer encore longtemps de nos consciences humaines la pitoyable existence de celles et ceux qui travaillent le jour et dorment la nuit dans leur voiture.

En Allemagne, dans ce pays érigé en modèle pour une Europe que vous appelez de vos vœux, 22 % des salarié-e-s ont un salaire mensuel inférieur à 980 euros. Pis, près de cinq millions d’actifs vivent avec moins de 450 euros par mois. Cette misère sociale, cette incapacité croissante des salarié-e-s à vivre dignement des fruits de leur dur labeur attisent les braises de l’extrémisme et poussent les électeurs vers des partis anti-démocratiques, racistes et xénophobes. Pour la première fois depuis la fin de la guerre, 94 députés nazis vont siéger sous la coupole du Reichstag. Entendez ce coup de tonnerre d’un orage à venir qui pourrait être bien plus terrible.

Aujourd’hui vous nous proposez d’appliquer à la France ces vieilles recettes en instaurant un gouvernement économique de la zone euro totalement soumis aux critères de l’ordo-libéralisme allemand. Vous voulez priver notre Parlement de ses prérogatives budgétaires pour les confier au gouvernement des techniciens parce que vous jugez qu’en cette matière il est toujours plus efficace de donner le pouvoir à des personnes qui ne le détiennent pas du peuple.

Quelle est la puissance des dogmes qui vous aveuglent et vous empêche de reconnaître que la précarité, sous le joug de laquelle vous assujettissez des pans toujours plus importants de nos sociétés, nous conduit à l’abîme ? Comment ne pas comprendre que les peuples refuseront maintenant d’être dépossédés de leur souveraineté au profit d’instances non élues qu’ils jugent responsables de la dégradation de leur condition matérielle ?

Oui, nous pensons avec vous qu’il faut refonder l’Europe, mais par pitié sur d’autres bases et avec d’autres principes que ceux qui aujourd’hui condamnent l’idée européenne dans son essence. Offrez aux peuples l’utopie mobilisatrice d’une République universelle, démocratique et sociale. Un grand rassemblement des femmes et des hommes libéré-e-s de la peur du lendemain, rassuré-e-s sur leurs conditions d’existence et disponibles pour travailler ensemble à l’avènement d’une nouvelle République. Retrouvez l’esprit qui anima jadis la démocratie athénienne, pour laquelle l’exercice du métier de citoyen imposait d’abord de vivre bien.

Je conclurai par ces fortes paroles de Victor Hugo, notre collègue, qui siégeait à la gauche de cet hémicycle, à la place aujourd’hui occupée par Madame Assassi. En 1860, depuis son exil, refusant la soumission à la dictature de celui qu’il appelait Napoléon le Petit, il déclarait : « O mes frères en humanité ; c’est l’heure de la joie et de l’embrassement. Mettons de côté toute nuance exclusive, tout dissentiment politique, petit en ce moment ; à cette minute sainte où nous sommes, fixons uniquement nos yeux sur cette œuvre sacrée, sur ce but solennel, sur cette vaste aurore : les nations affranchies, et confondons toutes nos âmes dans ce cri formidable digne du genre humain : vive la liberté ! ».

 Lire la suite

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 06:34
photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

Morlaix-Communauté : Ça déborde au service de collecte des déchets

 

Ouest-France, 11 octobre 2017 – Jennifer Pinel

Les agents du service Environnement, chargés de la collecte et la valorisation des déchets de l'agglomération, font entendre leur ras-le-bol.

« De l'encadrement comme ça, on n'en veut pas »

Lundi soir, les salariés du service de collecte et valorisation des déchets de Morlaix-Communauté ont formé un comité d'accueil, à l'entrée de la CCI, où se tenait le conseil de communauté. A la fin du mois de septembre, ils ont rencontré Jean6Luc Fichet, l'ancien président de l'agglo, pour faire remonter un mal-être au travail.

Lundi, ils ont fait passer plus largement leur message via une distribution de tract dénonçant « des techniques managériales qui isolent et ne favorisent pas le « travailler ensemble ». »

Ils demandent aux élus « la prise en charge des risques psychosociaux ». Un message semble t-il entendu par le directeur général des services qui se veut rassurant.

 

Un vœu pour la libération de Salah Hamouri

Le conseil communautaire a adopté lundi soir « un vœu pour la libération de l'avocat franco-palestinien Salah Hamouri, et une action résolue du président Macron pour l'obtenir ».

Cette motion de soutien a été proposée par l'élu PCF Ismaël Dupont qui a rappelé que « le seul reproche qui est fait à ce jeune avocat de 32 ans, spécialisé dans la défense des droits de l'homme, est de résister à l'occupation et à la colonisation de la Palestine par Israël ».

Intervention d'Ismaël Dupont au conseil de communauté du lundi 9 octobre avant l'élection du Président (et photos du Conseil par Pierre-Yvon Boisnard)

Voeu pour la libération de l'avocat franco-palestinien Salah Hamouri présenté au Conseil Communautaire de Morlaix-Communauté le 9 octobre adopté à l'unanimité des 52 élus présents

 

 

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 05:24
Manif du 10 octobre: l'intervention que nous n'avons pu entendre de Force Ouvrière

Notre ami Patrick Le Goas, qui s'est mobilisé pour FO dans toutes les manifs contre la loi El Khomri et maintenant contre les ordonnances Macron, nous a transmis le texte du discours que FO, absent à la réunion de concertation pour des raisons accidentelles, n'a pu lire à la manif de la Fonction Publique du 10 octobre, nous le retranscrivons ici car il nous semble intéressant et nous sommes gré à FO de son engagement départemental dans le mouvement contre la loi anti-travailleurs XXL de Macron.  

L'HEURE EST À LA MOBILISATION

Chers camarade du public, du privé, précaires, retraités, chômeurs, étudiants.

La société que nous prépare la bourgeoisie, les tenants du capital et leur vassaux que sont l'union européenne, le FMI, les gouvernements sur une bonne partie du globe et pour nous le gouvernement Macron.

De cette société là on n'en veut pas !

Pour FO, la lutte contre les lois répressives anti sociales nécessite une convergence des luttes et donc des appels communs :

-                     public,

-                     privé,

-                     précaires,

-                     retraités,

-                     étudiants,

-                     lycéens... tout est lié, tous ensemble

Aujourd'hui le gouvernement Macron, Philippe, dans le droit fil de tous les gouvernements depuis 1983 tente de procéder à la liquidation totale de tous les acquis sociaux issus du conseil national de la résistance et des luttes ouvrières depuis 1 siècle.

Tout est bon pour casser, pour détruire, pour exploiter, surexploiter, pour faire crever au boulot, pour faire crever au chômage, pour nous faire crever et nous faire vivre dans la misère.

Ce gouvernement que l'on peut inscrire dans la série « serial killer » de Régan, Margareth Thatcher, Schröder, etc...

Ce gouvernement doit plier sur ses ordonnances, sa loi travail El Kohmri, toutes ces lois scélérates doivent être abrogées.

La lutte continue. Unissons-nous dans la lutte interprofessionnelle reconductible.

Rien n'est gagné d'avance mais tout est possible : exemple les routiers après quelques jours de manif et blocage ont fait reculer le gouvernement et préserver une partie de leurs acquis.

Alors mobilisons, faisons grève, bloquons le pays, c'est de notre avenir, celui de nos enfants, de nos parents, de nos grands-parents.

L'avenir des damnés de la terre, debout ! debout ! Mes camarades.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 05:23
À travers un très long communiqué intitulé « Mobilisation associative contre le gel des emplois aidés : quand les associations s'arrêtent, la vie s'arrête », le Résam (Réseau d'échange et services aux associations du pays de Morlaix) revient sur les difficultés rencontrées par le monde associatif. Extraits. « Baisses régulières et conséquentes des subventions, complexification des procédures administratives, suppression de la réserve parlementaire, diminution, voire annulation, de contrats aidés... Voudrait-on purement et simplement assécher le vivier des petites et moyennes associations du département ? Les associations sont pourtant environ 18.000, regroupent à peu près 180.000 bénévoles et représentent 11,6 % des salariés du secteur privé du département (*), qui contribuent activement au quotidien à renforcer le lien social, lutter contre l'isolement des personnes défavorisées, à mobilité réduite, ou en situation de dépendance. Les Points d'appui à la vie associative du Finistère tirent la sonnette d'alarme pour expliquer que si rien n'est fait, demain il sera trop tard et bon nombre d'associations du département seront dans l'obligation de cesser leurs activités, faute de moyens ».

« Rémunérer correctement les salariés via des CDI »

« Après une réunion de concertation la semaine passée, les réseaux d'associations du Finistère s'unissent et demandent un moratoire de deux ans contre le gel des emplois aidés, une étude d'impact sérieuse et contradictoire de l'évolution des financements publics aux associations, de leurs effets sur la vie citoyenne et les territoires, sur les actions réalisées par les associations au service de l'intérêt général et sur les conditions d'emploi dégradées des salariés associatifs, mais aussi l'ouverture d'une négociation sur l'emploi associatif afin que les associations puissent, pour leurs missions permanentes au service de l'intérêt général, rémunérer correctement leurs salariés de façon stable via des CDI, tout en maintenant un dispositif adapté de retour à l'emploi ». * Source : Recherche et solidarité, décembre 2016. 

Pratique Une grève des associations est annoncée pour le mercredi 8 novembre. Plus d'informations sur resam.net ou par mail : contact@resam.net 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011