Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 19:02
SNCF: profits et austérité (PCF)

SNCF

profits et austérité

 

Deux informations émanant de lentreprise ferroviaire. Dun côté, elle annonce avoir réalisé un bénéfice net de 567 millions deuros et de lautre, elle confirme avoir supprimé plus de 1800 postes en France et freiné les augmentations de salaire.

La SNCF a laissé derrière elle sa perte colossale de 2015 pour retrouver la renta­bilité en 2016, grâce notamment à dim­portants gains de productivité et à la crois­sance de ses activités internationales.

La SNCF a « fait face à un environnement épouvantable », entre inondations, grèves, attentats, et difficultés dans certains sec­teurs économiques, a commenté à lAFP le président du conseil de surveillance, Frédéric Saint-Geours. Coût estimé de ces événements : 700 millions deuros. Mais « on a fait 825 millions (deuros) de pro­grès de productivité, assez largement au-dessus de ce quon sétait fixé », soit 750 millions, a-t-il fait valoir.

Le chiffre daffaires a quant à lui aug­menté de 2,8% à 32,3 milliards deuros, tiré notamment par une acquisition aux États-Unis. En tout, un tiers du chiffre daffaires du groupe est réalisé à linterna­tional. Le montant total des investisse­ments sélève à 8,6 milliards deuros – dont 90% en France – en hausse par rap­port à 2015 (8,2 milliards), mais légère­ment en-deçà des 9 milliards prévus. Par­mi ces investissements, 5,2 milliards ont été consacrés au réseau, un niveau « pas vu depuis 40 ans », a commenté auprès de lAFP le président de SNCF/Réseau, Patrick Jeantet.

Mais ces chiffres mirobolants saccompa­gnent dune autre réalité. La SNCF a sup­primé au moins 1 800 postes dans ses acti­vités ferroviaires en France en 2016, au moyen de départs en retraite non rem­placés, surtout dans sa branche Mobilités, qui exploite les trains. « Il y a eu, pour lensemble du groupe public ferroviaire, de lordre de 1 800 à 2 000 départs non remplacés », a déclaré Guillaume Pepy, président de la SNCF et de la branche Mobilités, ce lundi 27 février lors dune conférence de presse consacrée aux résul­tats annuels du groupe.

Le groupe public ferroviaire est composé de SNCF/Mobilités (trains et gares), SNCF/Réseau (construction et entretien des voies) et de la holding de tête SNCF, qui pilote lensemble. « Nous avons fait des efforts de productivité sur les effectifs. À Mobilités, nous navons pas remplacé 1 600 départs », a précisé M. Pepy. Cest un peu moins que les 1 700 suppressions programmées, a-t-il été relevé. Lopéra­teur ferroviaire a dans le même temps appliqué « une politique salariale particu­lièrement rigoureuse », marquée par une « deuxième année sans mesure générale » daugmentation, afin de limiter « lévol­ution du coût moyen (par) agent (qui) a été pour la première fois inférieure à 1% », a-t-il ajouté. n

 

 

SNCF: profits et austérité (PCF)
Partager cet article
Repost0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 18:58
La France en commun (programme du Parti Communiste à acheter 2€ auprès des militants)

Livre en vente au prix de 2€ auprès des militants

La France en commun

Pour nous, parce que nous sommes des millions à gauche à le vouloir, ce pacte de majorité doit s'appuyer sur :

 
  1. Une nouvelle ambition de progrès social

 

  • Abrogation de la loi El Khomri et son remplacement par une loi de sécurité de l’emploi et de la formation.
  • Diminution du temps de travail et l’augmentation des salaires, des retraites, des minimas sociaux.
  • Développement de la Sécurité sociale
  • Retraite à 60 ans et retour progressif à un remboursement de tous les soins à 100 % grâce à une réforme de son financement étendu aux revenus financiers.
  • Plan de financement du droit à l'autonomie des personnes âgées.
  • Plan global d’action pour l’autonomie et l’émancipation de la jeunesse dans tous les domaines.
  • Relance de tous les services publics.
  • Fin de la baisse des dotations aux collectivités locales.
  • Mobilisation pour le logement social et contre les loyers chers.

 


2. Une VIe République démocratique

 

  • Sortie du régime présidentiel.
  • Proportionnelle à toutes les élections et un statut de l’élu-e.
  • Droits nouveaux pour les citoyens et pour les salariés dans les entreprises
  • Droit de vote des étrangers résidant en France.
  • Lutte contre toutes les discriminations, qu’elles soient liées à l’origine, à la confession, à l’orientation ou l’identité sexuelle, la maladie ou le handicap.
  • Lutter contre les contrôles de police au faciès.
  • Constitutionnalisation du droit à l’avortement.

 

3. L'égalité femmes-hommes

 

  • Création d'un ministère de plein droit pour l’égalité femmes-hommes.
  • Loi-cadre contre les violences faites aux femmes
  • Education à l'égalité.
  • Renforcement des dispositifs contraignants pour l’égalité salariale et professionnelle.
  • Garantir le droit à disposer de son corps


4. prendre le pouvoir sur l'argent

 

  • Lutte contre la finance prédatrice qui confisque les produits du travail.
  • Plan d’action contre l’évasion fiscale.
  • COP fiscale mondiale.
  • Réforme de la justice fiscale.
  • Création d’un pôle public bancaire pour changer le rôle du crédit,
  • Suppression du CICE et modulation de l'imposition des entreprises sur critères sociaux et environnementaux.

 


5. Un nouveau mode de production et de consommation

 

  • Réponse aux besoins humains et à la transition écologique.
  • Moratoire sur les licenciements.
  • Nouvelle industrialisation créant un million d’emplois dans les filières d'avenir.
  • Plan d'urgence pour le climat et la qualité de l'air.
  • Nouveau modèle agricole garantissant des prix rémunérateurs aux paysans.

 

6. Une France à l'offensive en Europe et dans le monde

 

  • Renégociation du traité budgétaire européen
  • Fonds d'investissements financé par la BCE destiné audéveloppement des services publics et de l'emploi.
  • Convergence sociale et fiscale par le haut.
  • Respect des choix souverains des peuples européens.
  • Conférence européenne pour la paix et le désarmement.
  • Abandon des négociations TAFTA, CETA et TISA au profit de nouveaux traités internationaux pour le bien commun

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 18:23
Lorient: la CGT chômeurs dénonce le tout numérique

Un rassemblement était organisé, ce lundi 6 mars, devant l’agence Pôle Emploi Marine de Kergroise, par la CGT chômeurs rebelles.

« Nous dénonçons la fermeture des agences l’après-midi et le tout numérique géré par le privé, lancent les militants. La défense des droits des chômeurs se conjugue avec la défense des missions du service public de l’emploi et du droit à une juste indemnisation. »

Explosion des offres frauduleuses

Ils soulignent les pertes d’informations, des délais sans fin, des absences de réponses, la flambée des radiations… Et surtout, l’explosion des offres d’emploi frauduleuses.

« La CGT a étudié 1 298 offres d’emploi en février et a constaté que 50 % sont illégales, mensongères, malhonnêtes… »

Site : cgtchomeursrebelles56.blogspot.com/

Partager cet article
Repost0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 18:08
Jacquy Hénin, l'ancien maire communiste de Calais et Parlementaire Européen, réagit à l'arrêté interdisant la distribution de repas aux Migrants à Calais et interpelle le préfet
Distribution de repas aux réfugiés interdits à Calais : Jacky Hénin va saisir le Préfet

lundi 6 mars 2017

Le 2 mars dernier, Jacky Hénin ancien maire de Calais, publiait sur son compte Facebook un long texte appelant à résister.

Il venait d’apprendre que Natacha Bouchart, maire LR interdit désormais aux associations de distribuer des repas aux réfugiés. Il saisira le Préfet, aujourd’hui, pour dénoncer l’illégalité du décret paru.

L’Humanité du jour publie cet appel et l’a interrogé par téléphone

A tous ceux qui sont des amis, j’ai besoin que vous m’aidiez à populariser la position qui suit. D’avance, merci à tous. « Natacha Bouchart veut empêcher les distributions de repas aux migrants ». Éloigné de Calais pour raisons professionnelles la semaine, je me tiens cependant quotidiennement au courant de la vie locale par l’intermédiaire de mon abonnement numérique à la presse locale, mais également par les informations que mon épouse et mes camarades ne manquent pas de m’envoyer.

Ce matin très tôt, j’ai failli tomber de ma chaise à la lecture des décisions que Natacha Bouchart entendait prendre au nom de Calais. Un positionnement qui appelle de ma part la réaction suivante : j’ai honte. C’est à l’occasion d’une visite du Ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux dans notre ville, que l’ex-Sénatrice, aujourd’hui Vice-Présidente de la Région, Présidente de la communauté d’agglomération du Calaisis, Maire de Calais a réalisé cette magnifique saillie médiatique.  Alors que le Ministre de l’Intérieur rappelait la position de l’Etat d’empêcher « tout lieu de fixation » des migrants à Calais (on en reparlera d’ici l’été), mais pas les distributions de repas, Natacha Bouchart (selon la presse) a aussitôt réagi en annonçant « qu’elle ferait tout pour s’opposer à ces distributions : elle dit vouloir prendre un arrêté en ce sens dès aujourd’hui ». C’est donc au nom de tous les Calaisiens que notre Maire entend non pas refuser de participer à…, mais interdire aux associatifs de distribuer un repas aux migrants qui sont à la rue. Ainsi, cette élue du peuple qui émarge à 8000 euros par mois, dont les repas et les boissons au restaurant sont réglés par le contribuable, qui est venue un jour au conseil municipal nous expliquer qu’elle aurait des difficultés à vivre avec juste ses 8000 euros, qui n’avait pas hésité à solliciter de son successeur au Sénat un contrat d’assistante parlementaire pour percevoir un salaire supplémentaire, veut interdire que des femmes et des hommes de cœur puissent offrir à ceux qui errent dans les rue (dont de nombreux mineurs) un repas chaud. Il s’agit ni plus ni moins que de la non-assistance à personne en danger. C’est un positionnement abject qui donne presque envie de vomir. Jusqu’à présent je n’ai jamais participé à une distribution estimant que cela aurait pu être pris pour de la récupération, par contre, bon nombre de mes camarades qui se reconnaîtront, participent depuis de nombreuses années à la solidarité entre les peuples. Après avoir pris connaissance des propos de madame Bouchart, je me sens obligé d’entrer en résistance, et d’appeler à résister. Si les associations veulent bien accepter ma présence (en fonction de mes disponibilités), alors je participerai aux distributions de repas. Rien ni personne ne m’empêchera d’avoir ce simple geste d’humanité ! Aujourd’hui c’est l’interdiction d’aider l’autre à survivre, et demain ? L’ouverture de camps ? L’autorisation du tir à vue ? La France, celle qu’a chantée Ferrat, n’a rien à voir avec ce type de comportement honteux. Calais, notre ville, cette ville reconnue et honorée par la République pour son courage, cette ville qui s’est toujours efforcée de respecter et d’aider ceux qui souffrent, n’a rien à voir avec ce type de positionnement. Oui, j’ai honte et j’ai la rage qu’on puisse vouloir prendre de telles décisions en mon nom et au nom de milliers d’hommes et de femmes qui, je le sais, ne seront pas d’accord. Ensemble, rendons à Calais son honneur, entrons en résistance et opposons-nous à un véritable trouble à l’ordre public ».

Partager cet article
Repost0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 17:47
Décès de Louis Cortot, président de l'ANACR: une grande perte pour la mémoire de la Résistance (Pierre Laurent)

Décès de Louis Cortot : une grande perte pour la mémoire de la Résistance (Pierre Laurent)

Officier de la Légion d'Honneur et fait Compagnon de la Libération, président de l’ANACR (Association nationale des anciens combattants de la Résistance), Louis Cortot vient de nous quitter et c'est une grande peine pour les communistes français. Entré en résistance à l'âge de 15 ans, Louis Cortot prend contact avec l’Organisation spéciale (OS) du Parti communiste et manifeste son désir de participer à l'action directe ; il commence par récupérer des armes, couper des lignes téléphoniques et distribuer des tracts. C’est dans l’usine dans laquelle il travaille qu’il confectionne les bombes qu’il va utiliser lors de ses missions. A 18 ans, il est un des responsables des FTP de la région parisienne, jouant tout au long de ses années de Résistance un rôle reconnu et essentiel. Le 11 novembre 1944, quelques mois après la Libération, il est décoré de la croix de la Libération par le général de Gaulle à l'Arc de Triomphe.

Militant politique, syndical, il fait toute sa carrière professionnelle dans la branche aéronautique chez Dassault. A la retraite, il continue à s'investir dans les combats de la mémoire de la Résistance. Chaque année, il contribue activement, avec les associations de résistants de toute la France, à l'organisation du concours national de la Résistance et de la déportation, auquel ont encore participé l’an dernier plusieurs dizaines de milliers d' élèves. Toujours présent, malgré son âge, dans toutes les grandes manifestations de commémoration, il s'est battu sans relâche pour que vive la mémoire de la Résistance, et qu'elle ne disparaisse pas des manuels scolaires. Ce passeur de la mémoire enrageait face aux positions du Président Sarkozy, et je me souviens en particulier de ses justes prises de positions contre l'abandon de l'histoire dans les programmes des terminales S.

Avec Louis Cortot, nous perdons un témoin majeur de ces années décisives de l'histoire de notre pays, un militant resté toujours fidèle à ses idéaux de jeunesse. Au nom des communistes, et en mon nom, je présente toutes nos condoléances, à la famille, aux proches, à ses compagnons, aux membres de l'ANACR.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 16:13
Austérité. « 100000 emplois manquent à l'hôpital public »
ENTRETIEN RÉALISÉ PAR PIERRE-HENRI LAB
VENDREDI, 3 MARS, 2017
HUMANITÉ DIMANCHE
Photo Francine Bajande.
Photo Francine Bajande.

Le 7 mars, les fédérations CGT, FO et Solidaires appellent les agents des trois fonctions publiques (État, hôpitaux, territoriaux) à participer à une journée d'action pour l'emploi et les salaires. La secrétaire générale de la CGT-Santé, Mireille Stivala, revient sur la crise que traverse l'hôpital public et les revendications des personnels.

HD. Un tract de l'intersyndicale CGT, FO et Solidaires a été édité à destination des patients dans le cadre de la mobilisation du 7 mars. Quel message leur adressez-vous ?
Mireille Stivala. La population doitêtre informée sur la situation de l'hôpital et du secteur de l'action sociale et sur les conséquences de la loi de modernisation de notre système de santé et de la mise en oeuvre des groupements hospitaliers de territoire (GHT). Depuis des années, les hôpitaux sont confrontés aux politiques d'austérité. Les personnels prennent beaucoup sur eux pour maintenir la qualité du service. Mais, aujourd'hui, nous constatons un épuisement professionnel important. L'urgence est de permettre aux salariés de récupérer physiquement et moralement. Les conditions de travail sont à ce point dégradées qu'il devient impossible aux professionnels d'exercer leurs missions en respectant le cadre déontologique de leur métier. Ils sont devenus des producteurs de soins à qui le temps n'est plus donné d'accompagner humainement les patients : les faire attendre sur un brancard des heures durant, la difficulté à leur trouver un lit... tout cela est contraire à l'étique des personnels hospitaliers. À tout moment peut se produire un incident que, jusqu'à présent, le dévouement des personnels a permis d'éviter. Nous sommes au bout d'un système. L'hôpital ne peut pas fonctionner de cette façon éternellement. Des moyens supplémentaires doivent lui être attribués. Il faut en finir avec la tarification à l'acte. La prise en charge des patients ne se résume pas à un soin technique. La dimension humaine et relationnelle doit être prise en compte. Toutes les études le démontrent, mieux un patient est encadré, plus il est entouré, plus le taux de mortalité est réduit et le risque de maladie nosocomiale faible.
 
HD. Quelles sont vos revendications ?
M. S. Priorité doit être donnée àl'emploi. Il faut lutter contre le recours à l'emploi précaire, qui est de plus en plus important. Selon les établissements, 20 à 60 % des salariés peuvent être concernés. Cela impacte le bon fonctionnement des services ou des établissements car les salariés précaires, surtout quand les contrats sont au jour le jour comme dans l'intérim, ne sont pas forcément au fait de celui-ci et de leurs besoins. Enfin, il est nécessaire d'embaucher massivement pour améliorer les conditions de travail des agents et rendre les 35 heures effectives. Aujourd'hui, elles n'existent que sur le papier. Les RTT et les heures supplémentaires non prises viennent gonfler sans cesse les comptes épargne-temps.
 
HD. Combien d'emplois faut-il créer, selon vous ?
M. S. Il faut déjà cesser d'en détruire. Il faut remettre en cause la limitation de la progression de l'Objectif national des dépenses d'assurance-maladie (Ondam), qui fut historiquement bas en 2016, à 1,75 %, et en 2017 en légère hausse, mais nettement insuffisant (2,1 %). Sa mise en oeuvre entraînerait la suppression d'au moins 22 000 postes. Rien que pour maintenir le niveau actuel de prise en charge, il faudrait que l'Ondam progresse au minimum de 4 %. Si on additionne les pertes d'emplois liées aux politiques d'austérité et les postes qu'il aurait fallu créer pour permettre une mise en oeuvre correcte des 35 heures, on peut estimer que ce sont 100 000 emplois qui manquent à l'hôpital public.
 
HD. Après le 7 mars, envisagez-vous de nouvelles mobilisations ?
M. S. Après les journées d'action du 25 juin et du 8 novembre 2016, le 7 mars 2017 s'inscrit dans la poursuite de la mobilisation nationale. Des conflits, dont certains sont très longs, ont lieu dans de nombreux établissements. Face à cela, le gouvernement ne nous propose que de participer à des groupes de travail pour établir un constat. L 'heure n'est plus au constat. Celui-ci est connu. L'heure est à prendre des mesures. Si elles ne sont pas prises, alors nous poursuivrons la mobilisation.
Partager cet article
Repost0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 11:26
Handicap: il manque 1599 places en Finistère (Le Télégramme, 1er mars 2017)

Handicap. Trois affiches pour rappeler qu'il manque 1.599 places en Finistère

 

Le Télégramme / 1er mars 2017

 

Photo Le Télégramme : Isabelle Besnard, présidente de l'association de parents d'enfants inadaptés intellectuels (APEI) des Genêts d'Or, Régis Guéméné, Jean-Pierre Le Mat et Roland Painchaud, ont présenté les affiches, hier à Brest.

Sur les affiches des candidats à la présidentielle et aux législatives, vont fleurir d'autres affiches, celles imaginées par l'association de parents d'enfants inadaptés intellectuels (APEI) des Genêts d'Or, pour dire leur colère face au manque de places pour leurs enfants et jeunes adultes dans le Finistère.

 

Toujours en IME à 27 ans

 

« Wanted foyer médicalisé, handicapés bannis de la République », annonce l'une des affiches, illustrée par la photo souriante d'une jeune fille de 21 ans... toujours en IME (Institut médico-éducatif). « Certains IME réservés normalement aux enfants de six à 20 ans, abritent toujours des adultes de 27 ans ! À cet âge-là, ils ont besoin d'autre chose ! Nous avons 1.599 personnes en attente de solution dans le Finistère ou en place inadéquate. En Bretagne, cela représente 3.586 personnes. C'est pour cela que nous avons fait ces trois affiches avec l'aide de nos Esat », dit Isabelle Besnard, présidente de l'APEI des Genêts d'Or. Acompagnée des membres du bureau, elle a voulu exprimer à nouveau leur colère, après ce dernier rendez-vous amer avec le préfet, le 25 novembre, resté sans réponse.

« Quand on interpelle les politiques tout le monde est très sensibilisé mais personne ne réagit, les situations sont dramatiques mais on nous dit qu'il n'y a pas les finances».

 

« Exclus de la société »

 

Et pour les plus jeunes, le minimum d'attente pour entrer en IME est de deux ans. Certains, en Esat (Établissement et service d'aide par le travail), attendent une place en maison d'accueil spécialisée (MAS), destinée aux handicaps les plus lourds qui ne peuvent travailler. D'autres sont toujours chez leurs parents vieillissants et peuvent se retrouver brutalement seuls en cas d'hospitalisation de ceux-ci. Des familles sont en faillite, faute de pouvoir travailler parce qu'il faut s'occuper nuit et jour de leur enfant. « On exclut les familles et les jeunes de la société. Nous ne sommes même pas dans les programmes de campagne des différents candidats ! », ajoute Roland Painchaud, vice-président de l'APEI. Tous iront au-devant des candidats aux législatives, lors des débats.

 

Les chiffres

 

Il manque 30 places pour la petite enfance, 322 en IME et IMPRO (dont 141 de plus de 20 ans), 184 places en service d'éducation spéciale et de soins à domicile. Au travail, il manque en Esat 155 places et en entreprise adaptée 50 places. En foyers de vie ou service d'accompagnement à la vie sociale, le total est de 618 places et de 240 places en foyer avec médicalisation.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 09:26
Brest: hôpital, Mouvement de grève du personnel mardi 7 mars (Le Télégramme, 4 mars 2017)

Brest. Hôpital. Mouvement de grève du personnel de santé mardi

 

Le Télégramme / 4 mars 2017

 

Photo Le Télégramme : le violet du syndicat Sud (Patricia Fischer, Pascale Robardet) se mêle au rouge de la CGT (Jean-Marc Ducrocq, Thomas Bourhis et Bahar Bourhis) pour un rassemblement commun, mardi.

 

Les syndicats CGT et Sud appellent les travailleurs de la santé à se mobiliser, mardi, dans tout le département. À Brest, le rendez-vous est donné place de la Liberté, à 11h.

La CGT et Sud s'allient et appellent à la mobilisation tous les travailleurs de l'action sociale et de la santé du département mardi. Pour le personnel hospitalier de Brest, un premier rassemblement se tiendra, à 9 h, dans le hall de la Cavale blanche, avant de rejoindre le mouvement du service public, place de la Liberté, à 11 h.

Plus d'adaptation et de dialogue

Les syndicats demandent avant tout « une adaptation des charges de travail aux moyens dont disposent les hôpitaux et une meilleure écoute de la part de la direction. » Manque de moyens et de personnel, hausse de la charge de travail... Le milieu hospitalier fait face à de multiples difficultés au quotidien. « On sait bien que le problème est national. Les budgets et les objectifs sont votés au niveau de l'État. Nous demandons à nos directions davantage d'écoute et de prévention des situations difficiles », explique Thomas Bourhis, secrétaire général CGT du CHRU.

Des critères objectifs

Jusqu'ici, les syndicats disposaient d'assez peu d'éléments concrets sur les conditions de travail et la santé des agents. C'est pourquoi ils ont demandé à ce qu'un cabinet d'analyse externe évalue la situation. Mis en place fin 2014, le dispositif recoupe des entretiens, des observations de terrain et des questionnaires. Un tiers des employés du CHRU a accepté de répondre. Le rapport met en évidence « un problème d'organisation des services et un manque de soutien de la direction. » Sur les répondants, 80 % se disent en souffrance au travail.

« C'est une cocotte-minute »

Au CHRU, la situation semble difficile, notamment suite au plan social de « retour à l'équilibre ». Près de 140 postes avaient été supprimés. Fatigue, stress, plannings lourds, surcharge de travail... Les représentants syndicaux soulignent d'autres points de tension. « Nous sommes pointés du doigt au niveau national pour l'augmentation des violences verbales et physiques envers le personnel, dénonce Pascale Robardet, secrétaire du syndicat Sud Santé sociaux. L'absentéisme a augmenté de 9,4 % en un an et les démissions également. C'est une cocotte-minute, prête à exploser. » Les syndicats rappellent que « la santé psychique et physique des employés relève de la responsabilité de leur employeur. »

Partager cet article
Repost0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 09:15
Alain et Eric Bocquet, deux parlementaires communistes qui vont au fond des choses et déconstruisent le système mafieux de la finance, en tournée en Bretagne les 4 et 5 avril 2017

Alain et Eric Bocquet, deux parlementaires communistes qui vont au fond des choses et déconstruisent le système mafieux de la finance, en tournée en Bretagne les 4 et 5 avril 2017

"Sans domicile fisc": les Frères Bocquet à Quimper le mercredi 5 avril à 15h aux Halles Saint François pour parler de leur étude sur l'évasion et la fraude fiscale. De l'argent pour les services publics et les solidarités, il y en a!
"Sans domicile fisc": les Frères Bocquet à Quimper le mercredi 5 avril à 15h aux Halles Saint François pour parler de leur étude sur l'évasion et la fraude fiscale. De l'argent pour les services publics et les solidarités, il y en a!
Eric Bocquet

Eric Bocquet

Mardi 7 mars, à partir de 19h, le sénateur du Nord, Eric Bocquet, invité de l'Humanité en direct sur Facebook

 

L'Humanité / samedi 4 mars 2017 / Laurence Mauriaucourt

Photo : Éric Bocquet, sénateur du Nord, co-auteur du livre "Sans domicile fisc" / Archives Humanité

 

 

Mardi 7 mars à partir de 19h, Éric Bocquet sera l’invité de l’Humanité, en direct de Lille. Le sénateur du Nord débattra avec vous via des questions recueillies sur notre page Facebook. #humanite2017

Sous le hashtag #Humanite2017, vous êtes invités à participer à un débat interactif avec le sénateur communiste du Nord, Éric Bocquet. Co-auteur, avec son frère le député, Alain Bocquet, du livre « Sans domicile fisc », ce traqueur de fraudeurs fiscaux répondra en direct aux questions posées préalablement via les commentaires postés par les internautes sur la page Facebook de l’Humanité.

Quelques données pour engager le débat 

 Seuls 1,1 à 1,6% des flux financiers mondiaux ont un lien direct avec la production et l’échange de biens et de services », le reste n’est que marchés financiers. Un chiffre effarant révélé par le livre des frères Bocquet. Et puis, cet autre constat : l’évasion fiscale génère chaque année un manque de recettes de 60 à 80 milliards d’euros pour le budget de la République française, dont le montant total des recettes est de 300 milliards. Une perte à comparer avec la trentaine de milliards d’euros de recettes de l’impôt sur les sociétés, ou encore les 73 milliards du déficit budgétaire annuel.

Il y a la fraude, mais il existe également mille et un tours de passe-passe pour payer moins d’impôts. Les techniques d’optimisation fiscale, de nombreux géants de l’industrie française les connaissent et les appliquent au vu et au su de tous. Mais, les citoyens accepteront-ils encore longtemps que les entreprises comme Total, Saint-Gobain, Danone, Suez Environnement, Schneider et autres s’exonèrent en ne payant pas d’impôts en France ?

Dans le même temps, l’on découvrait la semaine dernière que la France est bien lepremier pays d’Europe en termes de sommes distribuées aux actionnaires.

Mais au fait, quelle est la première source de recettes pour l’État français ? C’est la TVA. Cet impôt qui s’applique au même taux à tous les consommateurs sans critères de revenus. Cette taxe génère 140 milliards d’euros de recettes par an. Mais, là aussi, il y a de la triche. La fraude à  la TVA génère un manque à gagner annuel d’environ 30 milliards !

Évasion, optimisation fiscale et fraude font perdre chaque année entre 60 et 100 milliards d’euros au budget de la France. Et même plus de 1 000 milliards en Europe. 

« Conséquences de la lutte molle de nos gouvernements, l’école, la culture, l’hôpital, la justice, les équipements publics, les collectivités perdent des moyens pour répondre aux besoins des citoyens », expliquent les frères Bocquet dans leur livre. Conséquence : cette austérité qui mine l’État gangrène la démocratie et ouvre la porte aux extrémismes ». Comment agir ? C’est l’enjeu du débat interactif proposé par l’Humanité avec Éric Bocquet mardi 7 mars à partir de 19h sur la page Facebook de l’Humanité. Vous pouvez d’ores et déjà y proposer des remarques et y proposer vos questions. 

pour suivre le débat

Partager cet article
Repost0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 09:03
Maisons de retraite: rassemblement intersyndical des personnels et usagers dimanche 5 mars à Brest, place de la liberté

Face au manque de moyens humains dans les EHPAD (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes), le personnel des maisons de retraites participera à un rassemblement dimanche place de la liberté à Brest, à l'appel de la fédération santé et action sociale CGT, de SUD et de FO. 

 

Lire aussi:  Hennebont. Ils alertent sur la situation dans les Ehpad
http://www.ouest-france.fr/bretagne/hennebont-56700/hennebont-ils-alertent-sur-la-situation-dans-les-ehpad-4833343

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011