Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 11:21
Comité de défense de l'hôpital de Morlaix: en action pour les usagers de la santé le 6 et le 7 mars
Comité de défense de l'hôpital de Morlaix: en action pour les usagers de la santé le 6 et le 7 mars
Comité de défense de l'hôpital de Morlaix: en action pour les usagers de la santé le 6 et le 7 mars
Ce lundi 6 mars, 5 membres du comité de défense de l'hôpital public sont allés à la rencontre des usagers  devant l'hôpital de Morlaix.

Bon accueil malgré une météo défavorable. 

Le lendemain 7 mars  le comité participait à la manifestation de Brest avec les personnels de la santé pour un service public de santé à la hauteur des besoins et des exigences de la population.
 

Roger Héré

Partager cet article
Repost0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 11:16

RDV à 15h30 à République

« 8 mars : Nous prenons la rue pour revendiquer l’égalité, la liberté, le respect »

 

Appel d’Hélène Bidard et Laurence Cohen

À l’heure où la justice française classe l’affaire Baupin sans suite pour prescription, comme s’il suffisait de quelques années pour effacer les violences subies par ses victimes, la mobilisation féministe est, plus que jamais, une exigence brûlante.

Ce mercredi 8 mars, à l’occasion de la journée internationale de luttes pour les droits des femmes, nous prenons la rue pour revendiquer l’égalité, la liberté et le respect. Nous sommes nombreuses et nombreux à résister aux mesures réactionnaires des gouvernements américain, polonais, espagnol ou russe ; nous sommes nombreuses et nombreux à exiger, pour 2017, l’égalité professionnelle, la constitutionnalisation du droit à l’avortement, de réels moyens humains et financiers pour lutter contre les violences faites aux femmes ou encore l’égal accès à tous les pouvoirs et toutes les responsabilités. Les programmes de François Fillon, Marine le Pen ou Emmanuel Macron sont aux antipodes de telles exigences, ce que nous avons fortement dénoncé samedi 4 mars, lors de notre convention pour une République féministe.

Autant de raisons pour faire de ce 8 mars un moment fort de nos mobilisations, en participant massivement à cette journée d’action et de grève pour les Droits des femmes.

Rendez-vous à 15h30, pour le départ de la manifestation, à l’angle de la place de la République et de la rue du Temple

"8 mars: nous prenons la rue pour revendiquer l'égalité, la liberté, le respect" : Appel d'Hélène Bidard et Laurence Cohen (PCF)
Partager cet article
Repost0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 09:31
L’Humanité

Mardi 7 mars 2017

 

A l’appel de syndicats et associations du secteur de la santé, plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont défilé le mardi 7 mars à Paris (et dans de nombreuses villes en France).

Infirmiers, aides – soignants, assistantes sociales, éducateurs spécialisés avaient été rejoints par d’autres représentants des services publics pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail

Partager cet article
Repost0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 09:13

 

 

Nous, les femmes, sommes la moitié de l’humanité et pourtant nous sommes toujours considérées comme des mineures qu’il faut accompagner, diriger, voire soumettre, en allant jusqu’à nous imposer des codes vestimentaires.

 

 
 
 
 
Un gâchis terrible

C’est une injustice quotidienne, et un gâchis terrible.

Nous sommes impliquées dans notre travail, nous y sommes compétentes et créatives. En nous maintenant au bas de l’échelle, on prive le pays de cet apport et on l’empêche d’avancer. Selon l’OCDE, si l’égalité était parfaite entre femmes et hommes, la croissance économique française bénéficierait d’une augmentation de 9,4% d’ici à 2020.

Nous nous battons pour en finir avec les agressions tristement banales dans la rue, dans le métro ou en famille. Lorsque les pouvoirs publics ne nous y aident pas, c’est l’ensemble de la société que l’on condamne à l’insécurité et à la violence. Nous aspirons à pouvoir profiter de notre vie de famille sans étouffer sous les journées impossibles, sans renoncer à notre carrière, sans assumer seules les tâches du quotidien.

Tant que l’égalité n’aura pas conquis les foyers, chacune et chacun vivra avec son lot de moments gâchés, d’amertume, de regrets. Dans ce domaine, comme dans tous les domaines, nous voulons maîtriser nos choix de vie : nous marier ou pas, avec un homme ou avec une femme, avoir des enfants ou pas...

Toutes les pressions et tous les obstacles qui nous en empêchent renvoient la promesse de liberté inscrite sur le fronton de nos mairies à un mot vide de sens.

 

La réalité : la droite et l’extrême-droite sont contre les femmes

Ils sont nombreux à vouloir nous en empêcher. Nous sommes moins bien payées, on nous ferme la porte de nombreux métiers et de nombreuses responsabilités. Nous rencontrons l’indifférence lorsqu’on affronte le harcèlement, les coups, les viols. Nous sacrifions nos projets pour nous occuper des enfants ou de la maison parce qu’un compagnon ne prend pas sa part et parce que les services publics sont défaillants.

Derrière leurs beaux discours, la droite et son extrême veulent aggraver ces attaques. Selon François Fillon, nous ne devrions pas avoir droit à l’interruption volontaire de grossesse. Selon Marine Le Pen et le Front National, il faut nous renvoyer à la maison pour faire des enfants pour la Nation. Et Marion Maréchal-Le Pen va même jusqu’à préconiser le non remboursement de l’avortement !

Est-ce la société que nous souhaitons ?

 

Nous voulons une société d’égalité et de liberté

Nombreuses sont nos luttes qui, au cours des siècles, ont permis de conquérir des droits qui, non seulement, ont amélioré la vie des femmes mais fait progresser la société tout entière. L’espace ouvert par la laïcité a permis de faire reculer les intégrismes, mais il est aujourd’hui dévoyé et instrumentalisé. Il ne faut pas lâcher ces combats, et notamment lors de l’élection présidentielle et des législatives.

L’égalité salariale entre les femmes et les hommes doit s’imposer, maintenant, dans toutes les entreprises et dans tous les métiers. L’interruption volontaire de grossesse est un droit fondamental, qui doit à ce titre être inscrit dans la Constitution, afin de mettre un coup d’arrêt définitif à ceux qui voudraient nous en priver. La justice et la police doivent être au service des femmes pour en finir avec toutes les violences sexistes, les injures, le harcèlement, les coups, les viols.

Pour faire avancer et faire gagner ces revendications, nous vous invitons à voter pour Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle, et pour les candidat-e-s soutenu-e-s par le Parti Communiste Français aux élections législatives.

Unies et solidaires, l’égalité femmes−hommes est possible maintenant !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 09:01

UN DÉBAT CITOYEN : L'AGORA DE L'HUMANITÉ

RAPPEL DES FAITS Cette période de campagne électorale, sur fond de grave crise politique, appelle un débat démocratique. L'Humanité ouvre dans ces pages son agora aux citoyen-nes.

 

 

FACE À L’ARBITRAIRE DES PRIVILÈGES ET DES POUVOIRS

Michel PINCON et Monique PINCON – CHARLOT

Sociologues, anciens directeurs de recherche au CNRS

 

 

Le capitalisme atteint un seuil critique. Ses meneurs de jeu, sous le couvert de la compétence, derrière la complexité supposée et la nécessité d'efforts sans fin, contrôlent de plus en plus la société sous tous ses aspects. La pensée néolibérale, catastrophe intellectuelle, à laquelle ont œuvré d'un commun accord droite et gauche de gouvernement, sous la bénédiction d'une technocratie européenne incontrôlable par les peuples, enveloppe la guerre des classes d'un brouillard dense, d'une nuit impénétrable. L'exploitation de l'homme par l'homme en jouit, les inégalités économiques et sociales s'en accroissent d'autant mieux que ce qui est félicité pour les uns et désespoir pour les autres est vécu comme l'évidence. Le peu de pouvoirs et de richesses qui sont laissés aux classes moyennes et aux classes populaires est un leurre. Chez les dominants, on sait à quoi s'en tenir : la concentration des savoirs, des responsabilités et des fortunes au sein d'une même caste est la condition pour que ses intérêts soient défendus en tous lieux et en toutes occasions. Dans les affaires, tout se tient. Le découpage du réel a l'avantage d'empêcher la réflexion par la mise en relation de secteurs de l'activité économique et sociale qui sont présentés comme autonomes. L'arbitraire des privilèges, et des pouvoirs qui vont avec, doit rester masqué.

L'élection présidentielle qui nous est imposée, à longueur d'antenne, traversée par des soubresauts juridiques dont on peut supposer qu'ils se contentent d'effleurer une réalité encore plus perverse, avec l'injonction « démocratique » de bien vouloir choisir notre monarque au sein d'une petite poignée de candidats dont la plupart sont issus de la « bonne » société ou, à tout le moins, en sont proches, paraît bien loin des volontés de changements radicaux aujourd'hui indispensables. À part un jeune banquier de chez Rothschild, les autres sont des professionnels de la politique. Élus ? Pas vraiment puisque le premier parti de France est celui des abstentionnistes, avec plus de 50 % des voix de citoyens, le plus souvent d'origine modeste, refusant consciemment un choix qui ne saurait leur convenir. Une posture qui deviendrait totalement respectable si l'inscription sur les listes électorales et le vote devenaient obligatoires. Les votes blancs comptabilisés parmi les suffrages exprimés permettraient de prendre en compte un acte politique exprimant qu'aucune offre politique ne correspond à la demande et que, entre un bonnet riche et un riche bonnet, le choix est un non-sens. Les projets de lois sont prêts, mais ils n'ont jamais été mis à l'ordre du jour des assemblées parlementaires.

Nos enquêtes menées depuis trente ans auprès des dynasties familiales les plus fortunées démontrent une violence de classe et un appétit de richesses et de pouvoirs insatiable auxquels il est urgent de mettre fin avant qu'il ne soit trop tard. C'est pourquoi nous sommes atterrés devant l'impossibilité d'une dynamique entre la France insoumise, les communistes et tous les militants qui se reconnaissent dans la gauche radicale. Ne jamais oublier que nous sommes dans une guerre de classes dans laquelle l'ego des petits chefs n'a pas sa place et que c'est seulement dans la solidarité, la fraternité et le collectivisme que nous gagnerons cette guerre, qui, sinon, détruira la planète et l'humanité.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 07:39
La famine menace 20 millions d'africains (Ouest-France, 8 mars 2017)
Partager cet article
Repost0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 07:28
Ouest-France, 8 mars 2017

Ouest-France, 8 mars 2017

Partager cet article
Repost0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 07:27
Salaires: les bretonnes moins bien payées (Ouest-France, 8 mars 2017)
Partager cet article
Repost0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 06:19
8 mars, journée internationale des droits des femmes et de l'égalité!
8 mars, journée internationale des droits des femmes et de l'égalité!

8 mars, journée internationale des droits des femmes !
 

Dans les luttes, les femmes prennent très largement leur place, affrontant au passage un double mépris, l’exploitation capitaliste et la domination patriarcale, tandis que chaque mesure de régression adoptée les frappe plus durement du seul fait d’être femme.

Nous savons que le capitalisme se nourrit de toutes les oppressions, mais nous savons aussi que la domination patriarcale existe en soi. C’est pourquoi il est toujours d’actualité d’exiger l’égalité. Si le capitalisme se nourrit de cette oppression, nous savons qu’elle n’a pas besoin de lui pour exister.

Pourquoi faut-il encore aujourd’hui mener la bataille pour le droit à disposer de son corps et contre les violences faites aux femmes ? Combien sont tuées ou violentées ? Combien, de par le monde, sont traitées comme des mineures sans droits ? Combien sont contraintes d’obéir, de se cacher, de se soumettre ?

De la même manière, on explique pourtant aux hommes et aux femmes que le féminisme est un combat dépassé, balayant d’un revers de main les inégalités persistantes, le patriarcat encore vivace. Ce combat contre la domination et pour l’égalité doit se faire plus encore le combat de tout le genre humain !

8 mars, journée internationale des droits des femmes et de l'égalité!
Partager cet article
Repost0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 06:03
 Un tiers des Français se disent en accord avec les idées du Front national (Le Monde, 7 mars 2017)

 

L’enquête Kantar Sofres-OnePoint pour « Le Monde » et France info montre cependant une légère dégradation de l’image du Front national.

 

 

On aurait tort de se rassurer à la lecture du dernier baromètre sur l’image du Front national (FN). Cette enquête, effectuée pour Franceinfo et Le Monde par Kantar Sofres-OnePoint, auprès d’un échantillon national représentatif de 1 006 personnes, interrogées en face-à-face du 23 au 27 février, est l’édition annuelle de ce baromètre réalisé depuis 1984.

Certes, en dépit des intentions de vote flatteuses dont bénéficie actuellement Marine Le Pen en vue de la présidentielle, l’étude ne témoigne pas d’une amélioration significative de l’image du FN dans l’opinion des Français ; elle dévoile même, sur certains points, une légère dégradation. Mais elle démontre, dans le même temps, une indéniable consolidation de ses idées dans son électorat et une capacité certaine à le mobiliser.

La perception du FN reste largement négative

Durant les années 1980 et jusqu’en 2002, environ 70 % en moyenne des Français considéraient que le FN représentait un danger pour la démocratie. Ce jugement très négatif a fortement reflué pendant la décennie suivante : en 2013, après l’accession de Mme Le Pen à sa présidence, 47 % des Français voyaient dans le parti d’extrême droite un danger pour la démocratie, contre un pourcentage équivalent (47 %) qui était d’avis contraire.

 

Or, en dépit des efforts entrepris depuis cinq ans pour normaliser et « dédiaboliser » le parti, le nombre de ceux qui le jugent dangereux pour la démocratie n’a cessé de progresser durant ce laps de temps : ils sont aujourd’hui 58 %, soit 11 points de plus qu’en 2013 et 2 points de plus qu’en 2016. Cette inquiétude est plus marquée chez les femmes (62 %), chez les personnes âgées de plus de 65 ans (63 %), chez les cadres (69 %) et professions intermédiaires (63 %) et chez les diplômés de l’université (68 %).

Un autre chiffre démontre que le vote en faveur de la formation d’extrême droite est loin de s’être banalisé. Près de deux Français sur trois (64 %, en hausse de 2 points par rapport à 2016) assurent n’avoir jamais voté pour le FN. A l’inverse, 17 % ont déjà voté pour lui et entendent récidiver ; 12 % (+ 3) n’ont jamais voté pour lui mais envisagent de le faire cette année ; enfin 3 % (– 3) ont déjà voté pour lui mais pensent ne pas recommencer.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011