Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 06:16
Brest - nouvelle manifestation de soutien au peuple palestinien ce 22 mai à 15h (PCF BREST)
Brest - nouvelle manifestation de soutien au peuple palestinien ce 22 mai à 15h (PCF BREST)
Brest - nouvelle manifestation de soutien au peuple palestinien ce 22 mai à 15h (PCF BREST)
Brest - nouvelle manifestation de soutien au peuple palestinien ce 22 mai à 15h (PCF BREST)

Nous étions présent·es à la veillée de solidarité avec le peuple palestinien 🇵🇸 Une nouvelle manifestation de soutien est prévue ce samedi à 15h Place de la Liberté : soyons nombreux·ses à nous mobiliser pour la paix !

Photos  PCF Pays de Brest

 

Comme dans de très nombreuses autres villes de France, nous serons à nouveau dans la rue à Brest  pour dénoncer l'agression israélienne contre la population de Gaza.
 
samedi à 15 h, place de la Liberté. Le rassemblement sera suivi d'une manifestation avec le soutien du PCF et à l'initiative notamment de l'AFPS.

 
 
Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 05:56
12 juin - Marchons les droits et les libertés, pour une république sociale et démocratique (PCF)
12 juin - Marchons les droits et les libertés, pour une république sociale et démocratique (PCF)
Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 05:46
Censure partielle de la loi relative à la sécurité globale : une victoire pour nos libertés publiques et notre démocratie (groupe communiste CRCE au Sénat, 21 mai 2021)
Censure partielle de la loi relative à la sécurité globale : une victoire pour nos libertés publiques et notre démocratie
Pour calmer la verve sociale qui s’était exprimée contre le très controversé article 24 de la loi « Sécurité globale », Jean Castex voulait s’assurer de sa conformité aux principes garantis par notre Constitution… C’est désormais chose faite.
Suite à la saisine du Premier ministre et, en parallèle, de 120 parlementaires, parmi lesquels députés et sénatrices et sénateurs communistes, le Conseil constitutionnel vient de juger « contraires à la Constitution » l’article 24, devenu l’article 52 après sa réécriture par le Gouvernement pour le rendre plus acceptable sur la forme (mais qui reprenait sur le fond le dispositif initial).
Dictée par certains syndicats de police, supposés protéger les forces de l’ordre en opération en pénalisant « la diffusion malveillante » de leur image, cette disposition mettait en réalité à mal toute contestation de l’emploi de la force par les autorités publiques (l’on sait pourtant tout l’usage contestable qu’il en a été fait ces dernières années).
Comme nous l’avions nous-mêmes dénoncé dans notre motion de rejet préalable au texte de « sécurité globale », ainsi que dans notre saisine commune au Conseil constitutionnel, cet article n’assure pas une conciliation équilibrée « entre les objectifs de valeur constitutionnelle de prévention des atteintes à l’ordre public et de recherche des auteurs d’infractions et le droit au respect de la vie privée ». Pire il portait une atteinte presque délibérée au droit d’informer et de dénoncer.
Le même jugement est tombé pour ce qui concerne l’usage des drones, dont le cadre juridique inédit créé par le même texte nous laissait craindre les pires dérives en matière de surveillance de masse des populations…
À l’heure où une atmosphère sombre et inquiétante en matière de sécurité publique flotte sur nos institutions et menace les principes fondamentaux de notre démocratie, cette décision du Conseil constitutionnel arrive à point nommé. Nous nous en félicitons.
Il s’agit également, à notre sens, d’une indication des Sages pour signifier clairement que la police (et certains syndicats de police) n’ont pas pour vocation à être une force autonome, mais bien une force publique au service de l’intérêt général et donc de nos concitoyennes et concitoyens.
Les sénatrices et sénateurs du groupe CRCE continueront à veiller à ce que ces mesures restent jugées pour ce qu’elles sont : porteuses de graves atteintes à nos libertés publiques et pourvoyeuses d’une vision de la société répressive, autoritaire et régressive contre laquelle il nous faut lutter.
Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 05:36
Vendredi 21 mai - Manif à Carhaix avec les personnels du médico-social
Vendredi 21 mai - Manif à Carhaix avec les personnels du médico-social
Vendredi 21 mai - Manif à Carhaix avec les personnels du médico-social
Vendredi 21 mai - Manif à Carhaix avec les personnels du médico-social
Vendredi 21 mai - Manif à Carhaix avec les personnels du médico-social
Vendredi 21 mai - Manif à Carhaix avec les personnels du médico-social
Vendredi 21 mai - Manif à Carhaix avec les personnels du médico-social
Vendredi 21 mai - Manif à Carhaix avec les personnels du médico-social
Vendredi 21 mai - Manif à Carhaix avec les personnels du médico-social
Vendredi 21 mai - Manif à Carhaix avec les personnels du médico-social

+ 500 personnes hier, vendredi 21 mai, à Carhaix pour manifester pour une autre politique de santé, une autre reconnaissance des premiers de corvée du secteur médico-social. Les camarades du PCF Morlaix et du Comité de défense de l'hôpital de Morlaix étaient présents. Photos CGT Carhaix et Lucienne Nayet, PCF Morlaix.  

 

Ouest-France

Carhaix. Mobilisation du personnel de santé : « On fait le même travail, mais on n’a pas de prime »

Plusieurs centaines de personnes ont répondu à l’appel de la CGT santé et action sociale pour une mobilisation régionale, à Carhaix (Finistère), ce vendredi 21 mai 2021. Infirmiers, aides-soignants ou ergothérapeutes sont venus dénoncer les inégalités d’attribution de la prime de revalorisation du Ségur de la santé. Ils réclament aussi une revalorisation des salaires.

Ce vendredi 21 mai à Carhaix (Finistère), plusieurs centaines de personnes ont répondu à l’appel de la mobilisation régionale lancé par la CGT santé action sociale,

Pour Ludovic Benabes, coordinateur régional santé action sociale de la CGT, l’inégalité de la prime de la revalorisation du Ségur de la santé a fait déborder le vase. « Certains l’ont et d’autres pas, alors qu’ils font le même travail ! » Une prime de 183 euros net qui fait encore des « oubliés », à l’instar de Joël et Raphaël.

Tous deux sont aides-soignants en MAS (Maison d’accueil spécialisé). « Nous sommes employés par l’agence hospitalière de Bretagne, et pourtant, on nous a oubliés. Alors depuis un mois, on manifeste pour que nous soyons tous sur un pied d’égalité », dénonce Joël qui exerce à Carhaix. Car seul le personnel travaillant dans des structures sociales et médico-sociales rattachées à un établissement public peut en bénéficier.

« La prime, c’est juste du marchandage »

La revalorisation des salaires du secteur de la santé et du médico-social est aussi réclamée par la CGT. « Nos salaires n’ont pas été revalorisés depuis 20 ans ! La prime c’est juste du marchandage, mais ça ne règle en rien le problème », pointe Ludovic Benabes.

« Je travaille un week-end sur deux, en horaires décalés et je gagne 1 400 € net par mois », témoigne Raphaël, 42 ans, aide-soignant à la MAS de Châteuneuf-du-Faou (Finistère) pour qui il faut poursuivre les revendications pour une hausse des salaires. « et rendre ces métiers plus attractifs ».

C’est ce qui a poussé Laura, 27 ans, ergothérapeute à l’hôpital psychiatrique de Plouguernevel (Côtes-d’Armor) à venir manifester à Carhaix. « Une prime ça peut disparaître sur décision du gouvernement du jour au lendemain. Les conditions de travail qui se dégradent dans les hôpitaux, le manque de personnel, les salaires ne bougent pas, il faudrait beaucoup plus d’une prime pour régler le problème ».

Après le rassemblement place du Champs-de-Foire, les manifestants ont défilé dans les rues de Carhaix, avec un passage à l’hôpital de Carhaix.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/carhaix-plouguer-29270/carhaix-mobilisation-du-personnel-de-sante-on-fait-le-meme-travail-mais-on-n-a-pas-de-prime-7666d29a-ba2c-11eb-9f68-462af952901d

Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 05:26
Nouvelle manifestation de solidarité et de soutien au peuple Palestinien ce vendredi 21 mai à Morlaix
Nouvelle manifestation de solidarité et de soutien au peuple Palestinien ce vendredi 21 mai à Morlaix
Nouvelle manifestation de solidarité et de soutien au peuple Palestinien ce vendredi 21 mai à Morlaix
Nouvelle manifestation de solidarité et de soutien au peuple Palestinien ce vendredi 21 mai à Morlaix
Nouvelle manifestation de solidarité et de soutien au peuple Palestinien ce vendredi 21 mai à Morlaix

Ce vendredi 21 mai, de 17h30 à 18h30, entre sous-préfecture de Morlaix et kiosque place des Otages, 75 personnes environ ont manifesté pour les droits des Palestiniens, pour que la France porte une autre voix sur la répression inouïe, les expulsions, les bombardements et les lynchages dont sont victimes les Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie, comme en Israël.

Notre camarade Lucienne Nayet a pris la parole pour alerter, au nom de l'association pour un jumelage Morlaix-Wavel, sur le sujet des réfugiés palestiniens, comme François Rippe pour l'AFPS.  Le PCF était signataire de l'appel à manifester comme d'autres organisations et plusieurs de nos camarades étaient présents.

 

LA VIOLENCE D’ISRAËL CONTRE LA POPULATION 

DE GAZA DOIT CESSER

Depuis une semaine, la population de GAZA subit un déluge de feu d’une violence inouïe.

Plus de 228 morts dont 60 enfants ont péri dans les décombres de leurs immeubles, des milliers de blessés. Chaque nuit est un enfer.

Déjà éprouvée par quatorze ans de blocus et trois autres agressions militaires, la population palestinienne de Gaza n’en peut plus, et les enfants sont particulièrement traumatisés.

La réponse d’Israël aux tirs de roquettes depuis Gaza est volontairement disproportionnée, elle vise, à tuer, à blesser, à laisser des champs de ruines et à la plonger dans la misère, dans une surenchère ignoble et criminelle.

Toutes les initiatives pacifiques de la société civile de Gaza, et notamment les Marches du Retour de 2018 - 2019, ont été ignorées et noyées dans le sang. 

Comment la plupart des grands médias, les pays occidentaux peuvent encore trouver des excuses et protéger Israël en ne voyant en lui qu’une victime alors qu’il est le colonisateur, l’oppresseur, l’agresseur ?

Les droits de l’homme, c’est partout et pour les Palestiniens aussi !

Les associations signataires appellent à

 

UNE MANIFESTATION 

DE SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN

VENDREDI 21 MAI

Rendez-vous à 17h 30 devant la sous-préfecture de Morlaix

 

Nous nous rassemblerons également pour affirmer que LA FRANCE DOIT CESSER SON SOUTIEN À ISRAËL

Face à ces crimes d’une ampleur inégalée, les déclarations de la France sont révoltantes. Le Ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères, prompt à condamner les envois de roquettes par les groupes armés de la Bande de Gaza, n’a pas eu un mot pour condamner cette nouvelle agression israélienne contre la population palestinienne de Gaza.

Les déclarations du président de la République, sont absolument scandaleuses. Dans un communiqué publié le 14 mai, il « a rappelé son attachement indéfectible à la sécurité d’Israël et à son droit à se défendre dans le respect du droit international ».

Dans le vocabulaire israélien, le « droit à se défendre » a une signification très claire, c’est un permis de tuer. Quant au respect du droit international par Israël, on sait ce qu’il en est.

La France doit affirmer avec la plus grande fermeté que la population palestinienne doit être protégée, que ce soit à Gaza, à Jérusalem, dans le reste de la Cisjordanie et en Israël même.

Il faut prendre enfin des sanctions contre Israël tant que cet État commet ces crimes de guerre et continue de bafouer le droit international.

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 05:15
Mobilisation en solidarité avec la Palestine  place Terre au Duc à Quimper  Discours de Yves Jardin AFPS 150 manifestants le 17/05/21

Mobilisation en solidarité avec la Palestine place Terre au Duc à Quimper Discours de Yves Jardin AFPS 150 manifestants le 17/05/21

Quimper - Nouvelle mobilisation de soutien au peuple palestinien, à ses droits contre la répression et l'oppression coloniale: 22 mai 2021

Comme Yves Jardin, au nom du groupe AFPS du pays de Cornouaille l'avait annoncé lundi dernier, un nouveau rassemblement en solidarité avec le peuple palestinien aura lieu demain :

SAMEDI  22 MAI 14H30

PLACE DE LA RÉSISTANCE QUIMPER

avec le soutien de nombreuses organisations dont le PCF.

Si un cessez-le-feu a été conclu à Gaza, et nous nous en réjouissons, il reste fragile et ne nous fait pas oublier les 243 morts palestiniens dont 66 enfants, les très importantes destructions de maisons et équipements publics qui viennent s'ajouter à la situation économique et sociale déjà très grave de cette prison à ciel ouvert qui concentre plus de 2 millions de personnes sur un territoire de 360 km2 (pour comparaison le pays bigouden c'est environ 55 000 habitants sur 378 km2...)

Et l'occupation en Cisjordanie se poursuit, comme les expulsions de Palestiniens de Jérusalem.

Alors n'oublions pas les Palestiniens !

Yvonne Rainero
Partager cet article
Repost0
21 mai 2021 5 21 /05 /mai /2021 05:35

 

Conférence en ligne en date du 11 mars 2021, organisée dans le cadre du cycle de conférences "Urgence Climatique : un défi scientifique, politique et social". Céline Guivarch est membre du Haut conseil pour le climat, ingénieure diplômée de l'École Polytechnique et directrice de recherche au CIRED

Partager cet article
Repost0
21 mai 2021 5 21 /05 /mai /2021 05:32
Rassemblement de soutien au peuple palestinien le samedi 15 mai square de la résistance à Morlaix

Rassemblement de soutien au peuple palestinien le samedi 15 mai square de la résistance à Morlaix

POURSUIVRE LA MOBILISATION DE SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN EN PAYS DE MORLAIX
Après la réussite de notre rassemblement de samedi matin square de la Résistance (bonne participation avec l'attention des rédactions locales, belle expression unitaire) l'Afps du Pays de Morlaix a écrit aux 18 associations, partis et syndicats* présents lors du rassemblement pour leur proposer de continuer et si possible d'amplifier notre mobilisation locale.
Nous avions convenu de continuer à nous adresser à la Sous-préfète de Morlaix pour qu'elle transmette de notre part une lettre à la Présidence de la République. Nous avons donc renouvelé notre demande de rendez-vous pour vendredi 21 mai à 17H 30 (jour ouvrable) et nous proposons d'inscrire cette demande dans le cadre d'une nouvelle démonstration de solidarité avec le peuple palestinien.
RENDEZ-VOUS à 17h 30 VENDREDI 21 DEVANT LA SOUS-PREFECTURE DE MORLAIX
Pour en faire le point de départ d'une manifestation. L'occasion pour les organisations qui ne se sont pas exprimées samedi dernier de le faire si elles le souhaitent.
 
*LDH, Amnesty International, CCFD-Terre Solidaire, Association Morlaix/Wavel, ACAT, Mvt de la Paix, PS, PCF, Génération's, France Insoumise, EELV, Ensemble, UDB, Douar ha Frankiz, Gauche indépendantiste, NPA, Lutte Ouvrière, UL-CGT, UL-Solidaires, FSU...
Partager cet article
Repost0
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 05:36
Proche-orient. La grève générale ou l’unité retrouvée des Palestiniens (Pierre Barbancey, L'Humanité, 19 mai 2021)
Proche-orient. La grève générale ou l’unité retrouvée des Palestiniens
Mercredi 19 Mai 2021

En Cisjordanie, à Gaza, à Jérusalem-Est et dans les villes mixtes d’Israël, les boutiques étaient fermées et le travail a cessé pour exiger l’arrêt des bombardements et protester contre l’occupation et la colonisation. Une unification politique et mémorielle.

 

L’idée avait d’abord été lancée par le Haut Comité arabe de suivi, une instance visant à regrouper l’ensemble de la représentation sociale et politique des Arabes israéliens, c’est-à-dire les Palestiniens de 1948. Actuellement dirigé par Mohammad Barakeh, ancien député communiste, ce comité entendait ainsi exiger l’arrêt des bombardements israéliens sur la bande de Gaza mais également protester contre les expulsions de familles palestiniennes à Jérusalem-Est, la répression policière sur l’esplanade des Mosquées et les violences des colons et de l’extrême droite dans les villes dites mixtes.

Dans les territoires occupés, les Palestiniens ont longtemps utilisé les grèves générales comme un outil pour exprimer leur rejet des pratiques israéliennes. Une grève générale a eu lieu lors de la première Intifada de 1987-1993, lorsque les Palestiniens ont répondu aux attaques israéliennes en paralysant l’économie et en refusant de traiter avec l’establishment israélien en charge des affaires en Cisjordanie et à Gaza, avant la création de l’Autorité palestinienne.

Une mobilisation historique

Un appel du Haut Comité largement entendu, répercuté sur les réseaux sociaux, est devenu viral dans les territoires occupés. Ce qui a amené les organisations politiques palestiniennes, du Fatah au Hamas en passant par la gauche, à prôner également la grève de tous les citoyens. L’Autorité palestinienne elle-même, pouvant difficilement être en reste, avertissait les fonctionnaires qu’ils pouvaient cesser le travail.

« C’est un véritable succès », se félicite Mohammad, un commerçant de Kfar Qassem, en Israël. Une ville symbole : en octobre 1956, quarante-huit civils, arabes, dont 15 femmes et 11 enfants, avaient été tués par la police des frontières israéliennes, le sinistre Magav. Cette même unité qui a été envoyée en « renfort » ces derniers jours dans ces mêmes villes mixtes, au prétexte de rétablir l’ordre. « C’est la première fois depuis longtemps que nous arrivons à mobiliser ainsi, souligne Sayyid Issa, membre d’un comité d’action en charge de l’organisation de la grève. Il y a bien eu des tentatives dans le passé mais c’était difficile. Là, l’adhésion à la grève est presque totale. »

À Jérusalem-Est, les commerçants ont tiré leurs volets pour protester contre l’occupation et qui n’est pas sans rappeler certaines scènes de la Bataille d’Alger, de Gillo Pontecorvo, relatant la lutte contre la colonisation française dans la Casbah. Les ruelles de la vieille ville sont étrangement vides et les abords de la porte de Damas incroyablement silencieux. À Hébron, où les colons sont particulièrement agressifs et violents, en plein cœur de la ville, les Palestiniens ont aussi fermé boutique pour brandir haut dans le ciel leur drapeau national. Et à Ramallah, ils étaient des milliers, des jeunes surtout, qui avaient remis – ce qu’on voyait moins ces dernières années – le keffieh noir et blanc que portait en permanence Yasser Arafat, au point d’en devenir un étendard.

Ce qui s’est passé mardi n’est pas anecdotique. Il faut y ajouter Gaza, où les pages Facebook, Instagram, Twitter et autres ont aussi résonné de cette action commune. Au-delà des bombardements, des grenades assourdissantes, des confessions, de la gouvernance (Hamas à Gaza, Autorité palestinienne en Cisjordanie, force d’occupation à Jérusalem-Est ou gouvernement colonisateur en Israël), les Palestiniens se sont rejoints.

Comme « une “Nakba continue” »

Tel « un retour à l’histoire, à une histoire commune de la Nakba », ainsi que l’écrit Stéphanie Latte Abdallah (1). Comme « une “Nakba continue” qui est ainsi à l’œuvre des deux côtés de la “ligne verte” (tracé de l’armistice de 1949 – NDLR) et unifie un territoire politique et mémoriel fragmenté par l’histoire, la colonisation israélienne et les divisions intrapalestiniennes ». (1) Dans un même élan, les Palestiniens entendent mettre fin à cette phase de l’histoire qui les a dépossédés.

« Il est important de s’élever en tant qu’un seul et d’essayer de transcender la fragmentation forcée imposée aux Palestiniens par Israël », explique Salem Barahmeh, directeur exécutif de l’Institut de Palestine pour la diplomatie publique. Pour lui, les Palestiniens dans les rues et les médias sociaux secouent « le discours dominant et incontesté d’Israël », l’exposant comme le « régime d’apartheid qu’il est ». Ce qui fait écho au rapport de l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch publié fin avril et que son directeur exécutif, Kenneth Roth, commentait ainsi : « Depuis des années, des voix éminentes ont averti du risque d’apartheid si la domination d’Israël sur les Palestiniens se poursuivait. Cette étude détaillée révèle que les autorités israéliennes ont déjà franchi ce seuil et commettent aujourd’hui les crimes contre l’humanité d’apartheid et de persécution. »

Ce qui se passe secoue également la société israélienne, c’est-à-dire les juifs d’Israël. « Et maintenant, comme les mouvements féministes et la protestation noire aux États-Unis, le temps est venu pour les femmes et les hommes arabes en Israël de nous forcer à les entendre et à les voir briser le plafond de verre écrasant leurs aspirations – un plafond qui pour nous est vraiment transparent », écrit la journaliste Noa Landau, dans un éditorial du Haaretz. Elle poursuit : « Quiconque essaie d’écouter vraiment entendra, parce que la vérité éclate de toutes les fissures et les brèches dans les rues et nos cœurs. »

Washington n’entend rien

Tout le monde n’entend visiblement pas. Alors qu’au Conseil de sécurité de l’ONU les États-Unis bloquent toute résolution visant à faire cesser les bombardements (plus de 220 morts à Gaza et 12 en Israël), Joe Biden évoque un « cessez-le-feu » tout en laissant Netanyahou permettre à son armée de se déchaîner. Et ce malgré un arrêt de tout tir de roquettes en provenance de la bande de Gaza pendant six heures. Une tentative palestinienne brisée dans l’œuf par la force israélienne. Dans le même temps, Washington annonçait de nouvelles ventes d’armes à Israël pour un montant de 735 millions de dollars. Voilà pourtant le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, présentant, depuis l’Islande, ses comptes d’apothicaire : « Israël a, je pense, d’après le dernier décompte, lancé environ 2 000 attaques contre des cibles terroristes à Gaza. Il y a eu plus de 3 000 roquettes lancées par le Hamas depuis Gaza vers Israël. » Un déséquilibre évident à ses yeux au détriment d’Israël. Mais, la main sur le cœur, il prétend : « Nous voulons voir la possibilité de se concentrer sur l’amélioration des conditions de vie et l’amélioration matérielle de la vie des Palestiniens. Les gens doivent avoir l’espoir d’un avenir meilleur, et nous devons tous y travailler. » Sans parler ni de colonisation ni d’occupation. Malgré les espoirs, la nouvelle administration américaine n’essaie pas d’écouter et donc n’entend pas.

Mardi, en Cisjordanie, à Gaza, à Jérusalem-Est et en Israël, il s’est pourtant passé quelque chose dont l’ampleur et les conséquences pourraient bien surprendre.

(1) La Toile carcérale. Une histoire de l’enfermement en Palestine. Stéphanie Latte Abdallah, Bayard, 496 pages, 31,90 euros.
Partager cet article
Repost0
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 05:33

 

Conférence en ligne en date du 4 février 2021, organisée dans le cadre du cycle de conférences "Urgence Climatique : un défi scientifique, politique et social". François-Marie Bréon est climatologue, ancien auteur du GIEC et auteur du livre Réchauffement climatique, éditions Humensciences, 2020.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011