Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 05:41
Départementales dans le canton de Morlaix: le programme de la semaine des candidats et de la campagne Finistère & Solidaires
Partager cet article
Repost0
6 juin 2021 7 06 /06 /juin /2021 07:30
Avec Yvon Abiven, 5 juin 2021

Avec Yvon Abiven, 5 juin 2021

Départementales - Soutien d'Yvon Abiven à Gaëlle Zaneguy et Ismaël Dupont, Claudine Kerguiduff et François Hamon (Finistère&Solidaires)

Yvon Abiven, avec qui nous avons passé une heure délicieuse ce samedi 5 juin à évoquer l'histoire du canton et de ses combats, soutient notre candidature aux élections départementales des 20 et 27 juin.
Ancien maire de Saint-Thegonnec, élu en 1989, conseiller général de gauche pendant plusieurs mandats, ancien député (en 1997-2002, pendant que Marylise Lebranchu était ministre), ce professeur d'économie et de breton à Tristan Corbière, régionaliste de gauche, qui conduisait les listes de gauche à Saint-Thegonnec depuis 1983, artisan de la création et de l'implantation de Diwan, est une source de conseils et d'expérience cumulée précieuse.

Nous sommes honorés par son soutien, et tout particulièrement Gaëlle Zaneguy qu'il a "recruté" pour son équipe municipale avec Marc Madec alors qu'elle n'avait que 25 ans et qui a beaucoup appris a ses côtés comme au côté de Solange Creignou et Marc Madec.

Ensemble, avec nos soutiens divers et la force qu'ils nous donnent, nous allons tout faire pour garder le canton de Morlaix a gauche et ne pas laisser l'alliance LR-LREM s'emparer du département.

Les 20 et 27 juin, votez Finistère et Solidaires!!!

Voici le mot de soutien que nous a écrit Yvon Abiven, ce dont nous le remercions chaleureusement.

"Dans cette période d'incertitudes et d'inquiétude, liée à la pandémie, nous devons tous nous serrer les coudes, et nous avons besoin de solidarité, besoin d'être rassurés face à l'avenir.

Il est donc nécessaire d'avoir au Conseil départemental, creuset des politiques sociales, des élus responsables aux convictions affirmées.

Gaëlle Zaneguy et Ismaël Dupont, de par leurs engagements actuels, leurs responsabilités professionnelles et politiques, bon connaisseurs des réalités économiques et sociales de leur territoire, sauront être le relai efficace de la population auprès de la collectivité départementale.

Ancien élu de cette assemblée, je voterai pour ces candidats de la majorité départementale et je vous demande d'en faire de même.

Yvon Abiven
Maire honoraire de St Thégonnec
Conseiller général honoraire du Finistère.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2021 7 06 /06 /juin /2021 07:08
Corentin Derrien, Ismaël Dupont et Marylise Lebranchu (photo Mickaël Quernez)

Corentin Derrien, Ismaël Dupont et Marylise Lebranchu (photo Mickaël Quernez)

Gaëlle Zaneguy, au premier plan, avec Jean-Paul Vermot, Marylise Lebranchu, Mickaël Quernez, Ismaël Dupont, Gwenegan Bui, Jean-Luc Fichet, Corentin Derrien: campagne Finistère & Solidaires et La Bretagne avec Loïg (photo Corentin Derrien)

Gaëlle Zaneguy, au premier plan, avec Jean-Paul Vermot, Marylise Lebranchu, Mickaël Quernez, Ismaël Dupont, Gwenegan Bui, Jean-Luc Fichet, Corentin Derrien: campagne Finistère & Solidaires et La Bretagne avec Loïg (photo Corentin Derrien)

Le maire de Morlaix Jean-Paul Vermot sur le marché de Morlaix pour la campagne départementale d'Ismaël Dupont et Gaëlle Zaneguy et la liste régionale de Loïg Chesnais Girard (photo Corentin Derrien)

Le maire de Morlaix Jean-Paul Vermot sur le marché de Morlaix pour la campagne départementale d'Ismaël Dupont et Gaëlle Zaneguy et la liste régionale de Loïg Chesnais Girard (photo Corentin Derrien)

Le maire de Morlaix Jean-Paul Vermot sur le marché de Morlaix pour la campagne départementale d'Ismaël Dupont et Gaëlle Zaneguy et la liste régionale de Loïg Chesnais Girard (photo Corentin Derrien)

Le maire de Morlaix Jean-Paul Vermot sur le marché de Morlaix pour la campagne départementale d'Ismaël Dupont et Gaëlle Zaneguy et la liste régionale de Loïg Chesnais Girard (photo Corentin Derrien)

Gwenefan Bui, Jean-Luc Fichet, Mickael Quernez, Marylise Lebranchu sur le marché de Morlaix, 5 juin 2021

Gwenefan Bui, Jean-Luc Fichet, Mickael Quernez, Marylise Lebranchu sur le marché de Morlaix, 5 juin 2021

Marché de Morlaix, 5 juin 2021 - les candidats de la gauche unis aux départementales et aux régionales avec leurs soutiens pour présenter leurs programmes aux habitants: Finistère & Solidaires avec Ismaël Dupont-Gaëlle Zaneguy/ Joëlle Huon- Pierre Le Goff, et la Bretagne avec Loïg Chesnais-Girard
Ismaël Dupont, Jean-Luc Fichet, Gaëlle Zaneguy et Marylise Lebranchu sur le marché de Morlaix le 5 juin dustribuant les programmes des départementales et régionales, 20 et 27 juin (Photo Pierre-Yvon Boisnard)

Ismaël Dupont, Jean-Luc Fichet, Gaëlle Zaneguy et Marylise Lebranchu sur le marché de Morlaix le 5 juin dustribuant les programmes des départementales et régionales, 20 et 27 juin (Photo Pierre-Yvon Boisnard)

Ismaël Dupont, Jean-Luc Fichet, Gaëlle Zaneguy et Marylise Lebranchu sur le marché de Morlaix le 5 juin dustribuant les programmes des départementales et régionales, 20 et 27 juin (Photo Pierre-Yvon Boisnard)

Ismaël Dupont, Jean-Luc Fichet, Gaëlle Zaneguy et Marylise Lebranchu sur le marché de Morlaix le 5 juin dustribuant les programmes des départementales et régionales, 20 et 27 juin (Photo Pierre-Yvon Boisnard)

Avec Lucienne Nayet (photo Pierre-Yvon Boisnard, 5 juin 2021, marché de Morlaix)

Avec Lucienne Nayet (photo Pierre-Yvon Boisnard, 5 juin 2021, marché de Morlaix)

Marché de Morlaix, 5 juin, photo Pierre-Yvon Boisnard

Marché de Morlaix, 5 juin, photo Pierre-Yvon Boisnard

Ismaël Dupont, Marylise Lebranchu, Corentin Derrien (Photo Pierre-Yvon Boisnard, 5 juin 2021)

Ismaël Dupont, Marylise Lebranchu, Corentin Derrien (Photo Pierre-Yvon Boisnard, 5 juin 2021)

Photo Pierre-Yvon Boisnard, 5 juin 2021

Photo Pierre-Yvon Boisnard, 5 juin 2021

Gwenegan Bui et Jean-Luc Fichet avec Rodolphe Thirard (photo Pierre-Yvon Boisnard, 5 juin 2021)

Gwenegan Bui et Jean-Luc Fichet avec Rodolphe Thirard (photo Pierre-Yvon Boisnard, 5 juin 2021)

Avec Marylise Lebranchu, Joëlle Huon, Mickaël Quernez, Gwenegan Bui, Pierre Le Goff, Ismael Dupont, Gaëlle Zaneguy avant nos rencontres avec les habitants sur le marché de Morlaix. Régionales et départementales des 20 et 27 juin, Finistère et Bretagne à gauche.

Avec Marylise Lebranchu, Joëlle Huon, Mickaël Quernez, Gwenegan Bui, Pierre Le Goff, Ismael Dupont, Gaëlle Zaneguy avant nos rencontres avec les habitants sur le marché de Morlaix. Régionales et départementales des 20 et 27 juin, Finistère et Bretagne à gauche.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2021 6 05 /06 /juin /2021 06:17
Pierre Le Goff - Joëlle Huon - Gaëlle Zaneguy - Ismaël Dupont, candidats titulaires Finistère & Solidaires sur les cantons de Plouigneau et de Morlaix (Photo Dominic Kerriou, Ouest-France)

Pierre Le Goff - Joëlle Huon - Gaëlle Zaneguy - Ismaël Dupont, candidats titulaires Finistère & Solidaires sur les cantons de Plouigneau et de Morlaix (Photo Dominic Kerriou, Ouest-France)

Réunion publique commune des candidats Finistère & Solidaires sur la langue bretonne le mardi 8 juin à 18h salle Steredernn à Lanmeur
Réunion publique Finistère & Solidaires Mardi 8 juin, 18h à Lanmeur:
 
"Les politiques et projets départementaux avec un focus sur la défense de la langue bretonne."
 
Les candidats des binômes "Finistère et solidaires", pour les cantons de Plouigneau et Morlaix, Joëlle Huon, Gaëlle Zaneguy, Ismaël Dupont et Pierre Le Goff, seront présents le 8 juin à 18h00 à Lanmeur à la salle Stéredenn
 
pour:
une réunion publique sur les politiques et projets départementaux avec un focus sur la défense de la langue bretonne.
Seront présents à la réunion: Jean René Le Quéau (Skol Vreizh), Bernard Cabon (Maire honoraire de Guimaëc) et des représentants de l’association KLT.
L’idée est de pouvoir mener une discussion pour proposer et débattre des différents moyens envisageables pour promouvoir et défendre la langue bretonne. Le questionnaire sur la langue bretonne de l’association KLT sera évoqué ainsi que le plan d’actions pour l’éducation, la transmission et la culture de la langue bretonne du département du Finistère.
 

Pour participer à notre comité de soutien, envoyez-nous un mail: dupont.ismael@yahoo.fr

et/ou
Partager cet article
Repost0
3 juin 2021 4 03 /06 /juin /2021 05:33

Dans le cadre de son tour de France, Fabien Roussel était ce 31 mai à Saint Claude, dans le Jura. Il a rendu visite aux salarié·e·s de la Fonderie MBF dont le savoir-faire est unique mais les emplois menacés

Partager cet article
Repost0
3 juin 2021 4 03 /06 /juin /2021 05:27

On avait eu l’incurie et les mensonges sur les masques au début de l’épidémie. On a eu le manque de personnels dans les hôpitaux et de lits de réanimation pour accueillir les patients. On a eu l’absence de dépistage faute de tests, l’insuffisance d’analyse génomique des virus faute d’appareils de séquençage. On a eu la pénurie de médicaments pour soulager les personnes en train de mourir étouffées lors de la première vague.

 

On a eu l’interdiction de transporter les pensionnaires des Ehpad dans les hôpitaux lorsqu’ils étaient atteints par la Covid-19 pour ne pas « embouteiller ». On a eu les cafouillages des administrations centrales du ministère de la Santé et des ARS faute de personnels préparés aux situations de crises sanitaires. On a eu les confinements trop tardifs et trop vite annulés. On n’a eu aucune mesure sérieuse d’isolement des personnes contaminées lorsqu’il était encore judicieux de le faire. On a laissé les frontières sans contrôle sanitaire lorsqu’il était encore possible de freiner l’épidémie. On a eu des promesses non tenues pour l’ouverture de lits de réanimation. Aucune aide financière sérieuse pour les hôpitaux publics. Une prise en compte de très bas niveaux en matière de maladies professionnelles pour les personnels contaminés. On a eu des campagnes très ambigües et suspicieuses à la télévision pour encourager à la vaccination qui ont plus freiné que motivé les gens à se faire vacciner. Des débats sans fin pour critiquer de façon superficielle la politique gouvernementale sans jamais aller au fond des choses. On a eu des promesses de transformer les vaccins en bien commun de l’humanité, mais aucune mesure concrète de levée des brevets ou de réquisition pour produire les vaccins. Macron avait repris cette notion de bien commun pour l’humanité mais a fait marche arrière avec ses collègues européens dès que l’idée a pris de l’ampleur. Il préfère que les vaccins soient « donnés » aux pays pauvres plutôt qu’organiser une production de masse efficace.

Mais jamais n’a été posée la question des responsabilités, en particulier celles des décisions politiques antérieures à la crise sanitaire : Qui a fermé les lits hospitaliers ? Qui a supprimé en 2016 l’établissement public de gestion des crises sanitaires au ministère de la Santé ? Qui a détruit et non renouvelé les stocks de masques ? Qui a laissé s’installer une politique de pénurie de médicaments ? Qui n’a pas fait les recrutements nécessaires en personnel hospitalier ? Qui a organisé la pénurie de médecins avec un numerus clausus insensé ? Qui laisse les fruits de la recherche publique être privatisés ? Qui laisse les grands laboratoires pharmaceutiques spéculer sur le prix des vaccins en régulant la pénurie ?

Et maintenant les vaccins ! On pense que vacciner l’Afrique n’est pas une priorité. Que 28 tonnes de matériel envoyé de France par avion pour 1,3 milliard d’habitants en Inde, c’est efficace. On pense que négocier des contrats secrets avec l’industrie pharmaceutique est légitime et démocratique. Les profits de Big Pharma explosent, ce serait normal. Les milliardaires français ont doublé leur fortune pendant la crise et sont devenus les plus riches d’Europe. Et les chômeurs vont voir leurs droits réduits dès juillet.

Le moment du bilan sanitaire et politique arrive.

Mais ne perdons pas de vue l’urgence du moment : continuons à nous battre pour que les mesures qui permettront à tous les humains d’être vaccinés soient prises. Nous avons lancé dès l’été dernier une pétition européenne dite « Pas de profit sur la pandémie » dans le cadre des initiatives citoyennes européennes (ICE). Cette démarche prévue par les traités européens, si elle rassemble un million de signatures dans les 27 pays européens d’ici mai 2022, obligera les institutions européennes à examiner nos propositions dont la principale est la levée des brevets sur les vaccins. Nous avons déjà rassemblé plus de 202 000 signatures et 350 organisations soutiennent cette pétition. Une large coalition à travers l’Europe de syndicats, d’ONG, de partis, de militantes et de militants, d’associations et d’experts de la santé participe à cette initiative citoyenne européenne. Le PCF est très engagé dans ce regroupement. L’objectif est de prendre les mesures nécessaires qui garantissent un accès équitable aux vaccins et autres traitements, et évitent à tout prix qu’ils deviennent sources de profits indécents pour le secteur pharmaceutique.

Il n’y aura pas de sortie de la pandémie tant que l’ensemble des humains ne sera pas vacciné. C’est pourquoi nous vous invitons à signer massivement cette pétition. Ne nous dispersons pas. Signons sur https://noprofitonpandemic.eu/fr/

Partager cet article
Repost0
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 12:46
Départementales - Canton de Morlaix - les 20 et 27 juin, c'est Finistère & Solidaires: découvrez notre 4 pages de campagne
Départementales - Canton de Morlaix - les 20 et 27 juin, c'est Finistère & Solidaires: découvrez notre 4 pages de campagne
Départementales - Canton de Morlaix - les 20 et 27 juin, c'est Finistère & Solidaires: découvrez notre 4 pages de campagne
Départementales - Canton de Morlaix - les 20 et 27 juin, c'est Finistère & Solidaires: découvrez notre 4 pages de campagne
Partager cet article
Repost0
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 12:11

Ouest-France

Morlaix. Ligne Morlaix-Roscoff : la CGT écrit aux candidats

Que veut-on faire de l’axe ferroviaire Morlaix-Roscoff ? Force de proposition, la CGT des cheminots interpelle les candidats aux élections régionales et demande une véritable table ronde.

 

Pourquoi ne pas lancer un concours d’idées pour relancer et développer l’axe ferroviaire Morlaix Roscoff ? À travers cette suggestion et de bien d’autres, les membres du syndicat CGT des cheminots veulent interpeller les candidats aux élections régionales et demandent une table ronde avec tous les élus territoriaux.

La CGT est inquiète : « L’arrêt de l’exploitation de la ligne, accéléré par les éboulements de juin 2018, implique l’abandon de toute intervention au niveau du réseau hydraulique, de la plateforme ferroviaire et de la maîtrise de la végétation. Une situation qui ne peut qu’alourdir le coût de sa remise en état. »

« Le potentiel d’exploitation existe »

Selon le syndicat, qui s’appuie sur l’étude commandée par le Conseil régional, Morlaix communauté et Haut-Léon communauté, le potentiel de son exploitation existe. « En 2018, l’étude estimait à cinq milliards, le nombre de voyages tous modes confondus, entre Morlaix et Roscoff, pour notamment les trajets domicile-travail et scolaires ou en lien avec le TGV. En passant la ligne à 100 km/h, Roscoff est à 20 ' de Morlaix. »

Le développement du lien ferroviaire peut aussi trouver sa place dans le fret, auprès de la plateforme de légumes de la Sica. « Un raccordement est possible au niveau de l’ancien terrain de courses hippiques de Saint-Pol-de-Léon, une seule voie ne prend pas plus de place qu’une voie charretière. » Ce qui permettrait de rendre plus vertueuse, la vente des légumes bio développée par la coopérative léonarde.

Roscoff, port le plus proche de l’Irlande

Parmi les autres arguments développés, le fait que depuis le Brexit, Roscoff est devenu le port le plus proche de l’Irlande. « La région ne pourrait-elle pas en tirer avantage en améliorant son lien avec le réseau national ? »

En 2016, la CGT proposait déjà de faire de cette ligne, un pôle d’innovations avec la mise en service d’un véhicule automoteur très peu polluant : « Cette proposition est toujours d’actualité, qu’elle est la volonté politique visionnaire de nos élus locaux ? »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/roscoff-29680/morlaix-ligne-morlaix-roscoff-la-cgt-ecrit-aux-candidats-45d87482-c236-11eb-8d86-961df93dc46a

 

 

Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 06:40
Manifestation du 29 mai à Hennebont pour la Fonderie de Bretagne

Manifestation du 29 mai à Hennebont pour la Fonderie de Bretagne

Article publié le 19 mai sur le site de "La Riposte":

Les salariés de la Fonderie de Bretagne, filiale de Renault à Caudan (Morbihan), entrent dans leur 4e semaine d’occupation et d’actions. Le piquet de grève est tenu 24h/24h, chacune des trois équipes se relayant non seulement sur ses horaires de travail, mais aussi les week-ends. Les grévistes multiplient les actions : opérations escargots, directeurs du site empêchés de sortir, blocage de la route nationale et de la voie ferrée, dépôt de pièces devant le siège de l’agglomération ou la sous-préfecture, ou encore, plus récemment, blocage de l’équipe du FC Metz avant sa rencontre contre le FC Lorient, dans le cadre du championnat de Ligue 1. Depuis le 27 avril, aucune pièce n’est sortie du site. Cela se fait ressentir dans d’autres usines du groupe. La première chaîne impactée a été celle du Mans, qui produit la Zoé, véhicule électrique phare de la marque au losange.

C’est important, car cela démonte l’argumentation de la direction de Renault et de ses relais gouvernementaux dans les médias. À les entendre, il faudrait se faire une raison : les pièces en fonte que produisent les ouvriers de la FDB sont vouées à disparaître en raison du passage au tout électrique. Or, comme le rappelle non sans ironie cette vidéo de la CGT, tant qu’il y aura des voitures qui roulent et qui auront besoin de tourner, certaines pièces  comme les boîtiers de différentiels seront nécessaires. À ce jour, un véhicule aura beau être électrique, il n’en reste pas moins un véhicule qui roule et qu’on préférerait pouvoir le faire tourner.

Certes, une partie des pièces en fonte seront amenées à être fabriquées en aluminium, afin d’alléger le poids des véhicules. Mais ce n’est pas le cas de toutes : certaines ne peuvent pas être produites en aluminium, qui résiste moins bien aux contraintes. Et quand bien même, sous condition d’investissement, le site pourrait produire des pièces en aluminium. Et si jamais la demande de pièces spécifiques aux véhicules thermiques devait diminuer, il serait toujours possible de diversifier la production. Le site pourrait aussi produire des pièces pour équiper des moyens de transport collectif, par exemple.

L’autre argument qui condamnerait la FDB est son déficit, corollaire de l’insuffisance de son volume de production. Après l’incendie du site en 2019, le groupe a expatrié la production en Espagne et en Turquie. Des salariés de Caudan sont allés former leurs collègues dans ces usines. Sur le papier, la production devait revenir à la FDB après la remise en état du site. La ligne de  production est neuve et le savoir-faire des salariés permet d’atteindre un taux de rebut inférieur à 4%, ce qui témoigne de la qualité de leur travail. Mais depuis les annonces d’il y a un an, le volume de production stagne et la direction n’a rien fait pour l’augmenter. Leur fameuse “transition écologique” n’est en fait qu’un prétexte : on assiste ni plus ni moins à une délocalisation pour baisser le coût de production en réduisant la masse salariale. Au passage, la direction de Renault se débarrasserait de sa dernière usine ou la CGT est majoritaire.

Depuis la mobilisation de l’année dernière, les salariés n’auront pas eu de répit. Et comme à l’époque, la stratégie de la direction repose sur un  silence insupportable, entrecoupé d’informations livrées au compte goutte. Comme intermédiaire, elle peut compter sur les représentants de l’État et du gouvernement. Ces derniers doivent absolument montrer qu’ils font quelque chose… tout en évitant de faire quoi que ce soit. Ils semblent donc missionnés pour mener les salariés en bateau. Dernier épisode en date : en contrepartie de la levée du blocage du FC Metz, le dimanche 16 mai, le sous-préfet de Lorient avait promis une rencontre le 17 mai. Un journal local rapportait l’impuissance docile du sous-préfet : « Le préfet a travaillé tout le week-end avec le ministère de l’Économie. Il y aura des avancées, je ne sais pas lesquelles, mais il y aura des avancées. » Paroles en l’air ! Le lendemain, le convoi des fondeurs a été bloqué à l’entrée de Lorient par les forces de l’ordre ! En guise de rendez-vous, les salariés ont eu droit au gaz lacrymogène !

Stratégie industrielle ou stratégie commerciale ?

la CGT ne veut même pas discuter de l’option d’un repreneur. Quelle logique y aurait-il à se séparer du groupe Renault, alors que 90% des pièces produites sont destinées aux véhicules du groupe Renault ? Et, comme le rappelle Mael Le Goff, secrétaire CGT de l’usine, cela reviendrait assurément à la fermeture du site à court terme. À ce titre, l’exemple des fonderies du Poitou est parlant : reprise en 2019 par un groupe britannique, l’usine est aujourd’hui en redressement judiciaire.

C’est pourquoi les travailleurs se battent pour rester dans le groupe. Les salariés ont arraché une réunion à la préfecture du Morbihan le mercredi 19 mai avec des représentants du siège national, avec un seul point de discussion, à savoir le redémarrage de l’activité de la fonderie. Cet ordre du jour a été jugé inacceptable par les grévistes. La CGT a fait une contre-proposition.

Ainsi donc, qui défend l’outil de travail ? Qui se préoccupe d’une stratégie industrielle de long terme ? À lire ces documents, on se fait aisément une idée. L’État dispose de 15% de participation au capital de Renault. C’est une participation minoritaire qui ne lui permet pas de s’imposer par rapport aux autres actionnaires. C’est du moins la règle du jeu dans le cadre du système capitaliste et cela témoigne bien d’une chose : le pouvoir économique s’impose au pouvoir politique. Mais si nous ne limitons pas nos revendications aux cadres du capitalisme, des alternatives peuvent exister.

Pour définir une stratégie industrielle sérieuse, on doit pouvoir avoir le contrôle de l’industrie en question. Or, on ne contrôle que ce que l’on possède. Pourquoi l’État devrait-il se limiter à une participation de 15% ? La filiale a bénéficié d’argent public des collectivités locales. Le groupe, lui, bénéficie d’un crédit de 5 milliards d’euros garanti par l’État, sans parler du CICE ou des montages financiers permettant d’échapper à l’impôt. Tout cet argent public, pour finalement licencier et délocaliser ! Et même pour licencier et délocaliser, les grands groupes trouvent à Bercy une oreille attentive : l’État promet 30 millions d’euros pour la reconversion des fonderies qui ferment. Les chômeurs sont pointés du doigt tandis que ceux qui créent le chômage sont récompensés. Cela doit cesser. Des voix s’élèvent pour réclamer des contreparties aux aides publiques. Mais nous devons aller plus loin encore : le pouvoir économique doit être libéré de l’emprise du secteur privé. Nous ne proposons pas de les aider à s’enrichir, mais d’acquérir ce qui les enrichit.

Sans mobilisation, la France verra ses fonderies fermer une à une. Les actionnaires de Renault n’ont plus besoin de fonderies en France ? En bien, répondons que nous n’avons plus besoin d’actionnaires ! L’outil de travail est défendu par les salariés et la population, il doit appartenir aux salariés et à la population. Que les grands actionnaires soient expropriés sans indemnisation, que la démocratie investisse le champ économique, que les salariés aient un pouvoir décisionnel dans les entreprises afin que la production réponde aux besoins du plus grand nombre, que la production soit libérée de l’impératif de rentabilité à court terme, notamment pour pouvoir tenir compte de l’impact écologique : voilà ce que défendent les communistes.

Pour soutenir la lutte des fondeurs, la cagnotte est ici :  https://www.leetchi.com/c/soutien-aux-salaries-de-la-fdbex-sbfm?fbclid=IwAR1mS1-2M3ACcz6yg799ijtyxj-Hnjbnbr_27cOCyuXZd9Imf4m-b3DomWI#.YI-q_u4wVz1.facebook

Pour suivre leur combat, voici leur page Facebook : https://www.facebook.com/seb.fdb.96

Solidarité avec les fondeurs de la FDB !

Ni fermeture ni revente !

En finir avec des aides publiques sans contrepartie et sanctionner les grands actionnaires par l’expropriation !

Boris Campos, PCF 56

Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 06:33
Fonderie de Bretagne: 2000 manifestants dans les rues d'Hennebont ce samedi 29 mai
Les candidats communistes aux Régionales sur la liste de Loig Chesnais Girard avec les salariés des Fonderies de Bretagne ce samedi 29 mai

Les candidats communistes aux Régionales sur la liste de Loig Chesnais Girard avec les salariés des Fonderies de Bretagne ce samedi 29 mai

Fonderie de Bretagne: 2000 manifestants dans les rues d'Hennebont ce samedi 29 mai

Hennebont
Après les prises de paroles, 2000 manifestant.es environ ont défilés dans les rues avec les salarié.es de la Fonderie de Bretagne...

Photos Delphine Alexandre et Patrick Le Pichon

 

Pétition en ligne:
Les salariés de la Fonderie De Bretagne ont besoin de votre soutien.
+ Rassemblement de soutien aux salarié.es en grève depuis 5 semaines à l'initiative de la CGT Fonderie de Bretagne Renault (ex SBFM)
Samedi 29 mai 2021 - 10H30
Mairie d’Hennebont (suivi d’une manif)
Soyons toutes et tous mobilisé.es ensemble dans ce bras de fer avec Renault
Ce combat nécessite également un soutien, une solidarité financière aux salarié.es en lutte pour leur avenir et plus largement pour nos emplois induits …
Deux possibilités en fonction de ses moyens:
- par chèque à l’ordre de la CGT Fonderie de Bretagne
(à déposer auprès des militants ou à adresser : CGT Fonderie de Bretagne - 1075 Rue Daniel Trudaine, 56850 Caudan
Fonderie de Bretagne: 2000 manifestants dans les rues d'Hennebont ce samedi 29 mai
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011