Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 06:10
Mathilde Maillard, nouvelle adjointe communiste à Brest, photo Ouest-France - 15 juillet 2020

Mathilde Maillard, nouvelle adjointe communiste à Brest, photo Ouest-France - 15 juillet 2020

Brest. Qui est Mathilde Maillard, nouvelle adjointe au maire ?

Qui sont les nouveaux adjoints. Elle sera notamment en charge de la politique du bien vieillir, et de l’inclusion des personnes en situation de handicap, au sein du nouveau conseil municipal de Brest (Finistère).

Mickaël Louédec, Ouest-France, 15 juillet 2020

Mathilde Maillard, 29 ans, médecin, adjointe au maire communiste a Brest au bien vieillir et a l'inclusion du handicap. Son interview dans Ouest-France: "J’ai 29 ans, je suis membre du PCF et je vis à Brest depuis mon enfance. J’ai fait une grande partie de ma scolarité à Kerichen. Aujourd’hui, je suis médecin généraliste et j’habite toujours Kerichen. J’ai aussi exercé pendant cinq mois à l’hôpital de Landerneau. Je suis militante depuis plusieurs années, et j’ai adhéré au Parti Communiste Français en 2018. Je milite pour une société plus juste, plus solidaire, plus humaine. J’ai retrouvé ces valeurs-là dans le PCF, avec cette volonté d’apporter des réponses concrètes et réalistes aux populations".

Trois questions à Mathilde Maillard, nouvelle adjointe au maire de Brest.

Pouvez-vous vous présenter ?

J’ai 29 ans, je suis membre du PCF et je vis à Brest depuis mon enfance. J’ai fait une grande partie de ma scolarité à Kerichen. Aujourd’hui, je suis médecin généraliste et j’habite toujours Kerichen. J’ai aussi exercé pendant cinq mois à l’hôpital de Landerneau. Je suis militante depuis plusieurs années, et j’ai adhéré au Parti Communiste Français en 2018. Je milite pour une société plus juste, plus solidaire, plus humaine. J’ai retrouvé ces valeurs-là dans le PCF, avec cette volonté d’apporter des réponses concrètes et réalistes aux populations.

Quelle sera votre action au sein de la municipalité ?

Je suis adjointe, en charge de la politique du bien vieillir, et de l’inclusion des personnes en situation de handicap. L’idée est de favoriser l’autonomie des personnes, via l’adaptation des logements, l’accessibilité des transports, l’accès à la culture, au sport, au numérique… Il y a aussi l’accompagnement dans la dépendance. Il faut améliorer les conditions d’accueil dans les Ehpad municipaux et soutenir le maintien à domicile.

Comment voyez-vous Brest en 2026 ?

Brest s’est construite comme une ville solidaire. On va renforcer cette dynamique pour les prochaines années. Avec l’allongement de la durée de vie, ce sont quatre générations qui vont vivre ensemble ! Cela va renforcer notre cadre de vie !

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 06:09
 Iris Bouchonnet, adjointe à la jeunesse, à la vie étudiante et aux politiques temporelles à la Ville de Rennes et militante au MJCF35. Photo Ville de Rennes

Iris Bouchonnet, adjointe à la jeunesse, à la vie étudiante et aux politiques temporelles à la Ville de Rennes et militante au MJCF35. Photo Ville de Rennes

Comme à Morlaix ( Eugène Davillers Caradec, 22 ans, conseiller municipal délégué à l'urbanisme), Brest (Taran Marec, 21 ans, conseiller délégué à la Vitalité de la langue bretonne, charte Ya d'ar brezhoneg, enseignement et signalétiques bilingues ; et Mathilde Maillard, 29 ans, adjointe au bien vieillir et a l'inclusion du handicap , Saint Thegonnec Loc-Eguiner (Corentin Derrien, 18 ans, conseiller municipal en charge du patrimoine et de l'environnement), le/la plus jeune élu(e) au conseil municipal de Rennes est communiste: Iris Bouchonnet, 22 ans, dont voici le portrait dans Ouest-France du jour, 22 juillet.

cf:

Parole à Eugène Davillers Caradec, 22 ans, candidat de Morlaix Ensemble, possible futur élu de Morlaix le 28 juin

Parole à Corentin Derrien, 18 ans, nouveau conseiller municipal de Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec

Brest, nouveaux élus : Mathilde Maillard, médecin, est désormais adjointe au maire (Côté Brest, 15 juillet 2020)

Le parti communiste, avec ses 100 ans d'histoire, son intégrité morale et son esprit de lutte, est une organisation en plein renouvellement militant et qui a l'audace de donner des responsabilités aux jeunes.

L'Avant Garde
, journal des jeunes communistes, publie un entretien avec notre camarade Iris Bouchonnet, adjointe à la jeunesse, à la vie étudiante et aux politiques temporelles à la Ville de Rennes et militante au MJCF35.
Elle y revient sur son parcours et ses engagements de communiste, qu'elle compte mettre en actes au cours de ce mandat.
 
Entretien avec Iris Bouchonnet, jeune élue rennaise
Avant-Garde, 14 juillet 2020 - Journal du Mouvement des Jeunes communistes (MJCF)

Au terme des élections municipales, Avant Garde est allé à la rencontre de plusieurs jeunes élus communistes pour les interroger sur leur engagement d’élus. Iris Bouchonnet, 23 ans, chargée d’accompagnement dans une coopérative, et nouvellement élue à Rennes a accepté de nous répondre. 

Peux-tu revenir sur ton parcours scolaire, professionnel et militant ?

A défaut d’avoir une idée précise de ce que je voulais faire après mon BAC, j’ai fait un DUT de commerce à Tours. Ne me retrouvant pas dans les valeurs capitalistes, et ayant une sensibilité aux idées humanistes, sociales, solidaires et écologiques, je me suis engagée à la JC37 (jeunes communistes d’Indre et Loire) afin de m’investir dans les luttes sociales en militant, me former davantage, développer mon sens critique etc. J’ai ensuite déménagé à Rennes pour me diriger vers un master en Economie Sociale et Solidaire. J’ai parallèlement poursuivi le militantisme à la JC35 (Ille et Vilaine), ainsi que divers engagements associatifs. Actuellement je travaille dans une coopérative comme chargée d’accompagnement.

Pourquoi as-tu accepté d’être candidate pour le PCF aux élections municipales de Rennes ?

Les militant.e.s du PCF ont travaillé sur un programme pour les élections municipales, très cohérent, engagé, inclusif et représentatif de toutes les valeurs que nous portons. Je me suis pleinement retrouvée dans ces propositions. De plus, je suis très attachée à la ville de Rennes et à ses dynamiques politiques et culturelles. J’ai accepté d’être candidate afin de porter nos valeurs et idées communistes et la voix des camarades au sein de la gouvernance de la Ville de Rennes.

Quels objectifs te fixes-tu pour réussir ton mandat ?

Nous sommes force de propositions économiques, sociales et écologiques, l’objectif principal de ce mandat est de tenir nos engagements, pour une assurer la cohérence entre nos paroles et nos actions. Mener une politique hors sol n’a aucun intérêt, le second point que je tiens à respecter est de rester à l’écoute des camarades et plus globalement, des Rennais et Rennaises.

Tu as hérité de la délégation à la jeunesse, quels sont les chantiers que tu souhaites mener pour les jeunes de Rennes ?

J’ai en effet été élue déléguée à la jeunesse et à la vie étudiante. Il s’agit d’un enjeu important car 48% des Rennais et Rennaises ont moins de 30 ans. Les impératifs sont d’assurer une accessibilité aux vacances, loisirs, à la culture, s’assurer de la place de l’éducation populaire dans les politiques éducatives, mais également de lutter contre la précarité. Pour citer quelques engagements ; dès la fin de l’année 2020 nous baisserons les tarifs des transports de 25% pour les moins de 26 ans, dans la perspective d’une gratuité en 2024. Nous lutterons pour garantir le droit aux vacances pour tou.te.s, notamment via une aide aux vacances familiales et l’organisation de mini séjours municipaux.

Sur quels autres enjeux te montreras-tu particulièrement attentives ?

J’ai également une délégation sur la politique des temps qui permettra la réorganisation des horaires des institutions, notamment des établissements d’enseignement supérieur, pour éviter les heures d’affluence dans les transports par exemple et donc faciliter la vie des Rennais et des Rennaises.

De façon transversale, je m’engage à faire de mon mieux pour porter nos valeurs et défendre les droits pour lesquels nous nous battons au quotidien et depuis des années.

 

Ouest-France, 22 juillet 2020

Ouest-France, 22 juillet 2020

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 05:45
Le service national universel, un outil contre-productif: Christine Prunaud, sénatrice communiste des Côtes d'Armor, 17 juillet 2020
Partager cet article
Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 05:43
Photo Thomas Portes

Photo Thomas Portes

Photo Thomas Portes

Photo Thomas Portes

Énormément de monde au rassemblement de soutien à Anthony Smith inspecteur du travail suspendu de ses fonctions depuis 98 jours pour avoir exigé des masques pour des aides à domicile.
Au nom du comite de soutien, j’ai apporté le soutien des 800 membres à Anthony Smith.
Nous allons continuer à le soutenir, et amplifier la lutte. Une lutte d’intérêt général.
Elisabeth Borne nous ne lâcherons rien. Nous demandons l’abandon total des sanctions !
Thomas Portes
Mardi, 21 Juillet, 2020 - L'Humanité
Marée de soutien pour Anthony Smith, l'inspecteur du travail menacé de sanctions

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies à Paris pour réclamer l’arrêt des procédures à l’encontre d’Anthony Smith, inspecteur du travail convoqué, mardi, en commission disciplinaire pour avoir exigé d’une entreprise qu’elle protège ses salariées. Nous y étions.

 

« Scandale ». Le mot est à la bouche des 400 personnes qui ont répondu à l’appel d’une intersyndicale (CGT-CNT-FO-FSU-SUD), ce mardi, sur l’avenue Duquesne, à Paris. Elles sont venues témoigner leur soutien à Anthony Smith, inspecteur du travail et militant CGT mis à pied à titre conservatoire depuis trois mois par sa hiérarchie, qui assiste ce même jour à son conseil de discipline. Il aurait « méconnu de manière délibérée, grave et répétée les instructions de l’autorité centrale du système d’inspection du travail concernant l’action de l’inspection durant l’épidémie de Covid-19 », selon le ministère du Travail, dont dépend Anthony Smith.

« Les aides à domicile ont fait leur travail sans masques, sans gants. Encore aujourd’hui, toutes n’ont pas de poubelles pour jeter leurs protections. Anthony Smith n’a fait que son travail, il faut que les procédures disciplinaires à son encontre cessent. » 
Virginie Mangin, déléguée syndicale FO de l’Aradopa

Celui-ci n’a pourtant fait qu’exercer sa mission : alors que le pays était confiné depuis quelques semaines, le fonctionnaire a ordonné à une entreprise qui emploie des aides ménagères de leur fournir les équipements de protection, dont des masques. « Les aides à domicile ont fait leur travail sans masques, sans gants. Encore aujourd’hui, toutes n’ont pas de poubelles pour jeter leurs protections. Anthony Smith n’a fait que son travail, il faut que les procédures disciplinaires à son encontre cessent », lance Virginie Mangin, déléguée syndicale FO de l’Aradopa, l’entreprise pointée du doigt par l’inspecteur du travail.

« On l’accuse d’avoir trop bien fait son travail, on marche sur la tête. » 
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT

Plusieurs élus et personnalités politiques, dont les députés FI Jean-Luc Mélenchon et Éric Coquerel, ou Nathalie Arthaud, étaient de la partie pour demander la réintégration de l’agent. « On l’accuse d’avoir trop bien fait son travail, on marche sur la tête », fustige le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez. « Il a demandé à l’entreprise de fournir des masques à ses salariées, mais cela aurait fourni la démonstration qu’il y avait bien une pénurie. Pour le gouvernement, c’était une vraie question politique », poursuit-il.

Combattre l’ingérence grandissante et les pressions du ministère du Travail

Parmi les soutiens du fonctionnaire, nombreux sont les inspecteurs et inspectrices du travail à avoir fait le déplacement. Leur mot d’ordre, demander l’arrêt des procédures disciplinaires contre Anthony Smith, mais également combattre l’ingérence grandissante et les pressions du ministère du Travail dans leurs missions. « Pas plus tard qu’aujourd’hui, notre hiérarchie a essayé de nous forcer la main. Elle veut absolument qu’on fasse comme le gouvernement décide, on ne peut plus faire notre travail. En cas de souci, une entreprise a juste à passer un coup de téléphone à notre hiérarchie pour qu’elle soit mise hors de cause », dénonce une inspectrice du travail et militante CGT du Grand Est.

À lire aussi :  Anthony Smith, un inspecteur du travail menacé de sanctions pour avoir accompli sa mission​​​​​​​

Selon la professionnelle, en cas de sanction disciplinaire d’Anthony Smith, c’est toute la crédibilité de l’inspection du travail et du ministère du Travail qui sera mise en cause. « Il y a une vraie perte de sens du notre métier. On se demande encore à quoi on sert, on pense à notre reconversion », confie-t-elle, sous les acquiescements de ses collègues. Pour lutter contre cette atteinte à l’indépendance de l’inspection du travail, garantie par une convention internationale signée en 1947, les syndicats ont annoncé avoir déposé plainte après de l’Organisation internationale du travail. Le cas d’Anthony Smith, mais également une trentaine d’autres faits de pression hiérarchique seront étudiés.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 05:30
les communistes veulent la gratuité des masques et ont déposé une proposition de loi en ce sens le 18 juin, rejetée par la LREM!
😷Gratuité des masques😷
Dans un article de son journal du 20h, France 2 a annoncé que le gouvernement avait mis en place la gratuité des masques pour une partie des français suite à la demande de LFI et du PS.
Oubliant au passage, le PCF qui a demandé depuis des mois la gratuité des masques pour TOUS les français.
Quand le PCF va t’il être reconnu pour ce qu’il est, et nommé au sein de journaux télévisés nationaux qui plus est publics ?...
Enzo de Gregorio, 21 juillet 2020 
 
Fabien Roussel, député du Nord, secrétaire national du Parti Communiste:
Notre proposition de loi pour la gratuité des masques était à l'ordre du jour de l'Assemblée Nationale, le 18 juin. Ce texte engageait aussi la Sécurité sociale à acheter la production française. La majorité LREM-MODEM a voté contre. Mais il n'est pas trop tard pour bien faire !

 

Accès gratuit aux masques pour chaque assuré de la sécurité sociale

présentée par Mesdames et Messieurs

Fabien ROUSSEL, Pierre DHARRÉVILLE, Huguette BELLO, Moetai BROTHERSON, Alain BRUNEEL, MarieGeorge BUFFET, André CHASSAIGNE, JeanPaul DUFRÈGNE, Elsa FAUCILLON, Manuéla KÉCLARD–MONDÉSIR, Sébastien JUMEL, JeanPaul LECOQ, JeanPhilippe NILOR, Stéphane PEU, Gabriel SERVILLE, Hubert WULFRANC,

député·e·s.

– 1 –

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Il a fallu de longues semaines à la France pour se rendre à l’évidence : oui, le port du masque de protection partout et pour tous est bien indispensable en cas de pandémie grave d’un virus empruntant les voies respiratoires.

C’est ce qu’a confirmé l’Académie nationale de médecine dans un communiqué publié le 2 avril.

« Il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection. En France, dans ce contexte, le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur ». Message reçu par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) qui préconise à son tour, dans un avis diffusé le 24 avril « de rendre obligatoire le port d’un masque grand public dans les établissements recevant du public, dès lors que la distance physique d’au moins 1 mètre ne peut être garantie ou s’il y a un doute sur la possibilité de l’organiser et la respecter ».

Le 28 avril, à l’Assemblée nationale, le Premier ministre définit les conditions d’obligation du port du masque : « S’il ne sera pas obligatoire dans la rue, par exemple, il le sera dans les transports en commun. On parle là essentiellement des masques en tissu, ceux chirurgicaux et FFP2 restant réservés en priorité aux professionnels de santé. » La machine est lancée. Fin mars, la France a passé une commande à la Chine d’un milliard de masques « grand public » pour se mettre en ordre de bataille.

Au‑delà des problèmes d’approvisionnement, la question qui se pose est celle de la santé publique.

D’un côté, les scientifiques recommandent le port du masque pour rompre la chaîne de circulation du virus et de l’autre, il est obligatoire dans de nombreuses situations, sous peine d’amende.

Si le port du masque n’est pas l’unique moyen de lutter contre la propagation du virus, il est donc reconnu comme un outil important et même nécessaire.

Ce constat étant posé, l’accès aux masques n’est pas aisé. L’offre n’est pas encore au niveau de la demande et le coût en reste élevé.

Marché noir et contrebande

Début avril, la région Île‑de‑France s’est fait souffler un marché au dernier moment, victime d’une offre américaine à un prix trois fois supérieure à celui annoncé. Pire encore, le 7 mai, plusieurs communes de Seine‑Saint‑Denis se sont fait dérober, à la frontière espagnole, une commande de 500 000 masques en tissu, d’une valeur de 112 000 euros.

Fortement sollicitée par les états du monde entier, la production chinoise est sous tension. Avant la crise sanitaire, la Chine fabriquait vingt millions de masques par jour. Fin mars, la France en a commandé un milliard, soit, en temps normal, deux mois de production chinoise, uniquement pour notre pays ! C’est‑à‑dire seulement pour 67 millions d’habitants, sur 400 millions d’Européens, auxquels s’ajoutent 350 millions d’Américains. Même si elles ont fait monter leur production jusqu’à 120 millions de masques par jour, impossible pour les usines chinoises de couvrir la demande mondiale.

Un véritable marché noir s’est alors ouvert autour des masques chirurgicaux. Depuis la réquisition des stocks par l’État, plusieurs affaires de ventes illégales de masques ont été traitées par la police et la justice. Ainsi, 32 500 masques ont été saisis dans un entrepôt de Saint‑Ouen (Seine‑Saint‑Denis), 28 800 dans une boutique de grossistes chinois à Aubervilliers, 20 000 chez un particulier du XIXe arrondissement et autant chez une gérante d’agence de voyages du XIIIe arrondissement… Début avril, le parquet de Paris indiquait avoir ouvert une quinzaine d’enquêtes pour des faits similaires.

Pénurie de masques, mauvaise gestion, acheminement chaotique ont parfois mis les collectivités en concurrence et ont eu de lourdes conséquences dans les secteurs de la santé et du médico‑social. Si le milieu hospitalier, et les Ehpad ont été particulièrement touchés, de nombreux cabinets ont dû fermer, entraînant de grosses difficultés pour les personnels mais également des retards, voire des renoncements aux soins pour des milliers de personnes. À titre d’exemple, 5 % seulement des cabinets dentaires sont restés ouverts dans notre pays, alors qu’en Allemagne, ils étaient 85 % !

Prix du masque

Dans un tel contexte, l’obligation de porter un masque dans les transports en commun n’impacte pas tous les Français et toutes les Françaises de la même façon. La crise économique, qui s’ajoute à la crise sanitaire, ne les affecte pas à égalité. Elle prive d’emploi ou place en chômage partiel plus de 12 millions de personnes depuis la mi‑mars. Malgré les soutiens de l’État, 31 % des Français·es déclarent que leurs revenus personnels en sortent amoindris, selon une enquête de l’Institut Kantar, réalisée mi‑avril. Or avant même l’irruption du covid‑19 dans leur quotidien, un tiers des ménages peinait déjà à joindre les deux bouts.

Si le Gouvernement a bien plafonné le prix de vente des masques chirurgicaux dans la grande distribution, ce prix, selon des enquêtes conduites par les associations de consommateurs, a déjà été multiplié par 6 ou 7 depuis le 15 mars dernier dans les autres circuits de vente.

Une boite de 50 masques chirurgicaux qui coûtait entre 6 et 7 euros dans une pharmacie coute aujourd’hui plus de 40 euros !

Pour un couple avec deux enfants allant au lycée ou au collège, l’achat des masques pour toute la famille et pour une durée d’un mois représente une somme de 200 euros.

Si pour ce mois de mai, de nombreuses mairies ou collectivités telles que les conseils régionaux, départementaux ou EPCI ont distribué des masques à leurs administré·es, qu’en sera‑t‑il le mois prochain ?

L’État a participé une première fois à l’achat de ces masques en finançant pour moitié les commandes des collectivités mais n’a pas prévu de renouveler cette opération.

À partir du mois de juin, nos concitoyennes et concitoyens devront donc aller acheter leurs masques pour pouvoir se rendre au travail, aller faire leurs courses ou pour rendre visite à des parents sans craindre d’attraper le virus ou de le transmettre.

Seuls ceux qui ont une pathologie grave ont le droit à une prescription médicale et peuvent se faire rembourser l’achat de masque par la sécurité sociale.

Mais pour les autres, pour des millions de foyers, il n’est pas envisageable de consacrer entre 30 et 50 euros mensuels par personne pour se procurer des masques chirurgicaux en nombre suffisant.

D’autant que pour être efficaces, ceux‑ci doivent être changés toutes les quatre heures.

Quant aux masques en tissu, dont le prix varie entre deux et sept euros, ils ne sont lavables qu’un certain nombre de fois. Des initiatives ont été lancées dans beaucoup de communes pour pallier ces difficultés. Et ce n’est pas aux collectivités de prendre en charge un tel enjeu de santé publique.

100 % remboursé par la sécurité sociale

Il est urgent de mettre fin à cette guerre des masques comme à la contrebande qui va se développer au fil des semaines. La santé de nos concitoyens ne doit pas dépendre de leur pouvoir d’achat. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons que l’État prenne la décision de rendre accessibles les masques à toute la population, au même titre qu’il le fait pour l’accès aux soins et aux médicaments.

Le masque est un instrument de santé

Il doit donc revenir à la sécurité sociale d’assumer la prise en charge des masques à 100 %, pour chacune et chacun de ses assurés.

Cela existe déjà pour des matériels et dispositifs médicaux pris en charge à 100 % par la sécurité sociale, comme les appareillages de type béquille, minerve, attelles, les pansements et autres ustensiles de soins, les prothèses…

Cette dépense, évaluée à 200 millions d’euros par mois, serait imputée, durant toute la durée de l’épidémie, au budget de la branche maladie.

Une telle décision contribuerait, selon la majorité des scientifiques, à un renforcement de la lutte contre la circulation de l’épidémie et par là même, au contrôle des dépenses de santé. La diminution du nombre de personnes infectées allégerait automatiquement la charge supportée par la sécurité sociale et serait source, au final, d’importantes économies.

En pratique, chaque assuré·e aurait droit à un certain nombre de masques grand public et chirurgicaux remboursés par mois, et cela jusqu’à la fin de la pandémie. À défaut de carte vitale, le citoyen pourrait aller retirer auprès de sa caisse d’assurance maladie un bon physique lui ouvrant les mêmes droits, renouvelables chaque mois.

Protéger ainsi, de la façon la plus équitable possible, l’ensemble des Françaises et Français de l’hexagone et des Outre‑mer grandirait notre Nation, dans le respect de nos valeurs républicaines.

Et si les masques 100 % sécu favorisaient un effort de production locale

La présente résolution pourrait enfin inviter la France à être plus volontariste dans la production des masques, afin de participer à l’effort de fabrication et de relocalisation pour répondre aux besoins tant humains qu’environnementaux.

Quelle belle ambition face à une telle pandémie : protéger tous ses citoyens et citoyennes et favoriser en même temps l’emploi en mobilisant ses forces productives !

PROPOSITION DE RÉSOLUTION

  • L’Assemblée nationale,
  • Vu l’article 34‑1 de la Constitution,
  • Vu les articles 1er  à 6 de la loi organique n° 2009‑403 du 15 avril 2009 relative à l’application des articles 34‑1, 39 et 44 de la Constitution,
  • Vu l’article 136 du Règlement de l’Assemblée nationale,
  • Vu le livre 3 du code de la sécurité sociale, notamment les titres I et II,
  • Vu le livre premier du code de la santé publique, notamment le titre III,
  • Vu le décret n° 2020‑506 du 2 mai 2020 complétant le décret n° 2020‑293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid‑19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire,
  • Considérant les préconisations de l’Académie nationale de médecine et du Haut Conseil de santé publique sur la généralisation du masque dans l’espace public comme instrument de santé publique pour lutter contre l’épidémie ;
  • Considérant l’obligation de porter un masque dans les transports
  • Considérant la forte demande et l’accès toujours difficile aux masques de protection ;
  • Considérant l’aggravation significative de la situation économique et sociale de nombreux foyers depuis le début de la crise ;
  • Considérant, pour un foyer modeste, le coût conséquent que représente l’achat régulier de masques de protection malgré l’encadrement des prix ;
  • Invite le Gouvernement à rendre accessibles à toute la population les masques de protection, en mettant en place un dispositif de distribution coordonné par l’assurance maladie avec le réseau national de pharmacies.
  • Invite le Gouvernement à mettre en œuvre une prise en charge à 100 % des masques par l’assurance maladie.
Partager cet article
Repost0
21 juillet 2020 2 21 /07 /juillet /2020 07:07
Emploi. Ce que veulent les jeunes pour en finir avec la précarité  - Marie Toulgoat, L'Humanité, 20 juillet 2020
Lundi, 20 Juillet, 2020 - L'Humanité
Emploi. Ce que veulent les jeunes pour en finir avec la précarité 

Les concertations sur le « plan de relance pour la jeunesse » débutent cette semaine. Aux nouvelles exonérations de cotisations patronales proposées par le gouvernement, les organisations de jeunesse et syndicats préfèrent des mesures conjuguant accès à l’emploi et protection sociale. Voici les 4 pistes qu'ils défendent.

 

Sans revenus, encore étudiants ou en contrat précaire, les jeunes sont souvent les premiers à faire les frais des crises. Le Covid et la catastrophe économique qui se profile dans son sillage ne feront pas exception. Les chiffres du chômage, dont l’augmentation dans cette catégorie de la population a été spectaculaire, laissent craindre le pire. En avril, le nombre d’actifs de moins de 25 ans à n’avoir eu aucune activité au cours du dernier mois a augmenté de 149 800 par rapport à avril 2019. Une conjoncture d’autant plus préoccupante qu’environ 700 000 jeunes devraient affluer sur le marché de l’emploi à la rentrée.

Le 14 juin dernier, alors qu’il dressait les contours d’un plan de relance, Emmanuel Macron a gagé que la jeunesse faisait partie de ses priorités les plus urgentes. « C’est à notre jeunesse qu’on a demandé le plus gros effort », a-t-il assené. Les entreprises qui embaucheront un jeune de moins de 25 ans seront ainsi exemptées de cotisations sociales à hauteur de 1,6 Smic pendant au moins un an, soit une économie de 4 000 euros annuels pour les employeurs. Cette belle ristourne « mise en place dès le mois de juillet pour que ce soit opérationnel à la rentrée » constitue « un dispositif très généreux mais qui, je l’espère, sera très efficace », espère Bruno Le Maire, ministre de l’Économie. La facture s’annonce salée pour les finances publiques : 300 millions en 2020 et 1,6 milliard d’euros en 2021. Par ailleurs, une incitation à l’embauche assortie de la création de 300 000 contrats d’insertion et de 100 000 services civiques supplémentaires font partie du plan gouvernemental. Objectif affiché du côté du ministère du Travail, éviter que la jeunesse à l’heure du Covid ne devienne une « génération sacrifiée ».

Pourtant, ces mesures n’empêcheront pas le pire, estiment les syndicats et organisations de jeunesse. En s’affairant autour du travail des jeunes par des mesures qui ne garantissent pas d’emplois pérennes et qui, à coups de nouvelles exonérations de cotisations, font plonger un peu plus les comptes de la Sécurité sociale, le gouvernement n’est pas sûr d’empêcher le développement de la précarité. C’est ce qu’ont exprimé les organisations de jeunesses et syndicats. Ceux-ci misent sur des pistes plus globales, liant mesures pour l’emploi et protection sociale, qu’ils porteront dès cette semaine lors de l’ouverture des concertations sur l’emploi des jeunes avec le ministère du Travail. Tour d’horizon.

1. Le RSA pour les moins de 25 ans, la piste indispensable

C’est la grande déception du plan de relance pour la jeunesse. Comment se targuer de protéger les jeunes sans leur permettre d’accéder à un revenu stable ? « Les jeunes peuvent voter, se salarier, payer des cotisations, être prélevés de l’impôt sur le revenu, mais se voient pourtant refuser l’accès à un volet essentiel de la solidarité nationale », s’insurgent dans un communiqué plusieurs syndicats et organisations de jeunesse. Aujourd’hui, l’obtention du revenu de solidarité active pour les moins de 25 ans est conditionnée au fait d’avoir travaillé deux ans à temps plein au cours des trois dernières années. Mission presque impossible pour les jeunes, qui enchaînent souvent des emplois de courte durée ou à temps partiel. « Les jeunes sont souvent dans des situations très différentes, certains sont en CDD, d’autres en stage, d’autres sont éloignés de l’emploi. Ouvrir le RSA aux moins de 25 ans permettrait de répondre à toutes ces situations », garantit Mélanie Luce, présidente de l’Unef.

2. La garantie jeunes, un tremplin vers l’emploi

Les solutions ne sont pas toutes à inventer et certaines, déjà sur pied, méritent simplement un coup de pouce. Parmi celles-là, la garantie jeunes a déjà fait ses preuves. Entre ateliers et immersion en entreprise, le dispositif permet aux 16-25 ans les plus éloignés de l’emploi de bénéficier d’un accompagnement et d’une allocation mensuelle de 500 euros pour se réinsérer sur le marché du travail. « Aujourd’hui, il y a 100 000 places en garantie jeunes, on en demande 200 000. C’est ce qu’Emmanuel Macron avait promis pendant sa campagne présidentielle », réclame Anthony Ikni, délégué général du Forum français de la jeunesse. Doubler les capacités : la nouvelle ministre du Travail, Élisabeth Borne, en parle aussi, mais elle n’envisage pas pour l’heure d’élargir l’accès à ce dispositif aux 25-30 ans. Selon une étude conduite par la Dares en 2019, une fois passés par la garantie, les bénéficiaires gagnent en autonomie, et leur employabilité progresse de près de 15 % 17 mois après leur entrée dans le programme. « Leur allocation permet également de stabiliser leurs revenus et ceux de leur famille, c’est un levier de lutte contre la pauvreté qui n’avait pas été anticipé », poursuit Anthony Ikni.

3. Réformer le système des bourses

Fermeture des restaurants universitaires, arrêt des petits boulots… La crise du coronavirus a frappé particulièrement fort chez les étudiants. Si le premier ministre, Jean Castex, a annoncé la réduction du prix du repas en restaurant universitaire de 3,30 à 1 euro pour les boursiers – mesure saluée par les associations –, il faut aller plus loin, estime Paul Mayaux, vice-président en charge des affaires sociales de la Fage. « 74 % des 18-25 ans ont connu des difficultés ces trois derniers mois, c’est la preuve qu’il faut prendre des mesures et améliorer le système des bourses. » Parmi les préconisations de l’association : la revalorisation des allocations, l’élargissement des conditions d’accès aux aides, mais aussi leur linéarisation. « Aujourd’hui, les bourses souffrent d’effets de seuil. Lorsqu’un étudiant est rattaché au foyer fiscal de ses parents et que ceux-ci déclarent 50 euros de plus, cela peut suffire à le faire descendre d’un échelon et à réduire ses bourses », explique-t-il.

4. Abandonner la réforme de l’assurance-chômage

Le report annoncé, vendredi, par le premier ministre en janvier 2021 de la réforme de l’assurance-chômage ne convainc pas. « On demande son retrait pur et simple », martèle Anthony Ikni, du Forum français de la jeunesse. Décriée de toutes parts, cette réforme durcit les conditions nécessaires à l’ouverture de droits : six mois travaillés sur les 24 derniers mois sont nécessaires pour prétendre à des indemnités, contre quatre mois sur 28 mois auparavant. Cette mesure, entrée en vigueur en novembre 2019, a été suspendue jusqu’en 2021. Le projet prévoit aussi la refonte du mode de calcul des indemnités, passant d’une base journalière, excluant les jours non travaillés, à une base mensuelle. Une énorme épine dans le pied des jeunes, habitués des contrats courts et précaires. Là encore, Jean Castex a annoncé le report de ces mesures, déjà repoussées sous la pression syndicale du 1er avril au 1er septembre, à 2021. « En plus de la suppression de cette réforme, il faut permettre aux jeunes d’avoir accès à des indemnités en qualité de primo-demandeurs d’emploi, à hauteur de 80 % du Smic, demande Catherine Perret, secrétaire confédérale de la CGT. Aujourd’hui, les jeunes qui cherchent un emploi sans n’avoir jamais travaillé n’y sont pas éligibles. »

Marie Toulgoat
Le gouvernement ressuscite les contrats aidés

Revoilà les contrats aidés, ceux-là mêmes que le gouvernement a détruits dès le début du quinquennat. Dans un entretien au Parisien, la nouvelle ministre du Travail, Élisabeth Borne, a expliqué : « Nous allons créer 300 000 contrats d’insertion, qui passeront par le dispositif garantie jeunes ou, le cas échéant, par des contrats aidés. » Pourtant, en juillet 2017, sa prédécesseur, Muriel Pénicaud, avait fait de la suppression progressive de ces contrats d’accès à l’emploi sa première mesure emblématique. En quelque six mois, 77 000 bénéficiaires s’étaient retrouvés au chômage. Aux alentours de 400 000 en 2016, ces contrats d’avenir et autres CUI-CAE n’existent plus aujourd’hui.

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 18:18
Enseignement supérieur et recherche - les insuffisances du projet de loi de finances rectificative - par Pierre Ouzoulias, sénateur communiste (20 juillet 2020)

 Loi de finances rectificative pour 2020 : la sincérité de la LPPR à l’épreuve

Cette loi de finances rectificative était la dernière de l’année. Elle consacre un plan de sauvetage de l’économie qui mobilise près de 500 milliards d’euros de dépenses publiques. Elle aurait pu être l’occasion d’apporter une aide budgétaire à l’enseignement supérieur et à la recherche et donner, dès 2020, une transcription budgétaire aux engagements tonitruants du Gouvernement pour un « investissement massif » dans la recherche.

Le Gouvernement avait, par exemple, demandé au Parlement l’autorisation d’organiser un dispositif dérogatoire pour la prolongation des contrats doctoraux et des contrats de recherche. Il avait pris, à de multiples reprises, l’engagement de le financer en abondant le budget des établissements de l’ESR. Cette loi de finances rectificative était donc l’ultime moyen de l’honorer avant la rentrée de septembre. Les amendements proposés en séance ont été écartés par le Gouvernement qui reporte à la fin de l’année l’examen de ce financement.

Pour l’université, le Gouvernement a seulement augmenté de 150 à 200 millions d’euros les moyens budgétaires supplémentaires destinés à la vie étudiante, afin de financer l’annonce du nouveau Premier ministre relative à la restauration universitaire. Néanmoins, ces 200 millions correspondent, à peu près, aux pertes actuelles de trésorerie du CNOUS et ne lui permettront donc pas de financer la nouvelle mesure.

S’agissant des programmes de la recherche, la loi de finances rectificative n’apporte des moyens nouveaux que pour la recherche aéronautique (165 M€) et Bpifrance Financement (40 M€), notamment pour le « plan batterie ». Jusqu’à présent, le seul effort budgétaire du MESRI a été de puiser dans ses crédits mis en réserve pour constituer un fond d’intervention de 50 M€ qui est pathétiquement dérisoire par rapport aux milliards déjà investis par l’Allemagne.

J’ai donc déposé un amendement pour apporter 150 M€ aux opérateurs de la recherche. Le Gouvernement s’y est opposé en déclarant que les moyens nouveaux seront mis en œuvre par la seule LPPR. Le Sénat a majoritairement voté cet amendement. Je me félicite de la sagesse du Sénat dont les membres de plusieurs groupes ont manifesté, lors de ce débat, leur volonté de soutenir la science et les chercheurs. Une commission mixte paritaire se réunira demain matin, 21 juillet. J’espère vivement que le Gouvernement maintiendra cette disposition budgétaire en faveur de la recherche, conformément à ses déclarations politiques.

On peut tirer plusieurs enseignements de ces discussions budgétaires. Tout d’abord que les budgets supplémentaires octroyés par le Gouvernement pour la MIRES ne concernent que l’innovation. La recherche spatiale étant, depuis le remaniement, sous la tutelle du ministère de l’économie, on peut se demander si le MESRI n’est pas devenu un secrétariat d’État placé sous l’autorité du ministère de l’économie !

Ensuite, on comprend, des différentes réponses ministérielles, l’intention du Gouvernement de financer par le budget pour 2021 des mesures qu’il aurait fallu mettre en œuvre dans l’urgence en 2020.

Enfin, la démonstration politique aura été faite de la sincérité du Gouvernement à vouloir réellement augmenter le budget de l’ESR. Comment peut-il affirmer vouloir « investir massivement dans la recherche » et ne pas lui venir en aide l’année de la pandémie ? Comment lui promettre 25 milliards d’euros et ne pas financer la prolongation des contrats doctoraux en 2020 ?

Le 20 juillet 2020, Pierre Ouzoulias. 

 

- Amendement n° 862 (prolongation des contrats doctoraux et de recherche) : rejeté

http://www.senat.fr/enseance/2019-2020/624/Amdt_862.html

- Amendement n° 863 (augmentation crédits vie étudiante) : tombé

http://www.senat.fr/enseance/2019-2020/624/Amdt_863.html

- Amendement n° 864 (augmentation crédits recherche scientifique) : adopté 

http://www.senat.fr/enseance/2019-2020/624/Amdt_864.html

- Compte-rendu analytique de la séance : http://www.senat.fr/cra/s20200719/s20200719_0.html#par_2003

- Compte-rendu intégral de la séance (à venir) : http://www.senat.fr/seances/s202007/s20200719/s20200719_mono.html

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 08:21
BRUNO JACQUIN SERA A MORLAIX LE SAMEDI 25 JUILLET - Librairie Dialogues à 10h30 et Rencontre au Bar des deux rivières avec l'AFPS à 18h
AUTEUR DE ROMANS POLICIERS, INVITE PAR L'AFPS du PAYS de MORLAIX, 
BRUNO JACQUIN SERA A MORLAIX LE SAMEDI 25 JUILLET

 

pour présenter son dernier roman Quand hurlent les hyènes* et nous parler de sa démarche d'écriture résolument inscrite dans l'actualité politique, nationale et internationale, les 2 pol comme il le dit lui-même sur son site, un pour Polar et l'autre pour Politique...  les2pol.wixsite.com/brunojacquin
 
 
Deux rencontres publiques (à ne pas louper) sont prévues 
avec cet auteur engagé, ami de la Palestine : 
En matinée pour une dédicace à la librairie Dialogues de 10h 30 à 12 h
et à 18 H pour une rencontre conviviale au bar des Deux Rivières, place de la Madeleine.
 
 
 
**********************************
 

QUAND HURLENT LES HYENES

De Bruno Jacquin

Ed Cairn - juin 2020 - 10 €

 

Avec son troisième roman, Bruno Jacquin, prouve une fois de plus avec talent que l’actualité politique peut être prétexte à des intrigues policières réellement bien ficelées et agréables à lire. Des enquêtes qui tiennent le lecteur en haleine tout en lui fournissant des clés de compréhension du monde tel qu’il va mal…

 

Le récit commence dans le quartier de Silwan à Jérusalem-Est et se termine dans la rue Mea Shearin à l’Ouest de la ville sainte. Pour autant, les protagonistes de l’histoire sont entrainées essentiellement entre Paris, Bayonne et Toulouse où ils croiseront même des militants de... l’Afps.

 

Le vieil homme juif, assassiné près de chez lui, à Bayonne est membre de l’Ujfp et de l’association Zokhot et c’est lui, qui lors d’une mission en Palestine, a servi de guide au principal suspect de ce meurtre antisémite. L’enquête est menée tambour battant par Leïla Laoudi, journaliste au Messager…

 

 

Pour en savoir plus sur les romans et la démarche de Bruno Jacquin, on peut consulter son site et sa page Facebook :

https://les2pol.wixsite.com/brunojacquin

 
 
Partager cet article
Repost0
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 06:58
Vote sur le budget rectificatif 3 post-Covid au Sénat: explications de Fabien Gay, sénateur communiste de Seine Saint-Denis
⭕️ Vote sur le budget rectificatif 3 au Sénat ⭕️
 
par Fabien Gay, sénateur communiste de Seine St Denis, 19 juillet 2020
 
"Pendant 3 jours et 3 nuits, nous avons examiné près de 1.000 amendements.
Notre groupe a arraché quelques victoires (taxation des Gafam, 150 millions d’euros pour la recherche...) mais aussi avec d’autres groupes, nous avons contribué a obtenir des moyens pour la rénovation thermique des logements ou le prolongement du fond d’urgence pour les PME, commerçants et artisans.
Si certaines mesures vont dans le bon sens (prolongement du chômage partiel, aide à quelques secteurs en difficulté...) ce budget rectificatif 3 dit budget « après Covid19 » ne répond pas à l’urgence sociale, écologique et économique.
Rien sur des recettes nouvelles, ni contributions des 1% les plus riches, alors que notre pays compte 702.000 millionnaires et que les 5 familles les plus riches ont autant d’argent que le montant du déficit de la France.
Rien non plus sur le conditionnement des aides publiques, rien pour revaloriser les petits salaires, rien pour enrayer la machine infernal des plans de licenciement.
Rien non plus pour relancer la consommation des ménages, ou répondre à l’extrême pauvreté.
Rien pour réorienter massivement notre production et notre consommation dans la sauvegarde de notre planète.
Rien ou plutôt pas assez pour aider les collectivités territoriales qui ont été en première ligne dans cette crise et qui ont perdu des recettes.
Par contre, la droite sénatoriale et le gouvernement main dans la main ont voté ce budget, tout en déplorant pour la droite le « déficit abyssal de la France ». Ils ont surtout validé les aides massives aux entreprises sans contreparties ou encore, ils ont approuvé les 20 milliards de baisse d’impôt sur la production.
Si quelques-uns pensent que le gouvernement a changé de politique ou de logiciel, ou bien de cap ou encore de chemin, il faut regarder attentivement le détail de ce budget et des annonces prises.
Par exemple, on nous dit que la priorité c’est l’emploi et surtout l’emploi des jeunes à la rentrée. Alors comment comprendre qu’on accorde une nouvelle aide de 4.000 euros aux entreprises pour embaucher un jeune et refuser que nous ayons le débat sur le partage du temps de travail qui pourrait créer 4 millions d’emplois ?
Bref, au bout de 3 jours et de 3 nuits, dans une très bonne ambiance au sein de notre groupe toujours soudé et motivé, nous avons voté contre ce budget.
Et le combat continuera dès la rentrée dans la rue, en manifestant le 17 septembre contre la politique antisociale du gouvernement à l’appel des syndicats et ensuite dans l’hémicycle avec le vote du plan de relance et du budget 2021. Le combat continue ✊ !"
Partager cet article
Repost0
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 05:41

 

Les données fiscales des multinationales, publiées par l’OCDE, mettent en lumière une perte annuelle dépassant les 300 milliards d’euros pour les États en impôt sur les sociétés, et la responsabilité des paradis fiscaux de l’Union européenne, Pays-Bas en tête.

La transparence a du bon. Depuis bientôt trois ans, les 4 000 multinationales des pays membres de l’OCDE, dont le chiffre d’affaires dépasse les 700 millions d’euros, doivent remettre à l’administration fiscale de leur État d’origine un rapport (reporting) sur leurs implantations, effectifs, revenus et activités pays par pays. Seules 15 ont été totalement transparentes, permettant toutefois de suivre à la trace plus de 400 milliards d’euros de bénéfices. Le Tax Justice Network s’est plongé dans ce monceau de données et a pu retracer le voyage des milliards des multinationales.

Selon leur extrapolation, pas moins de 1 150 milliards d’euros de bénéfices transitent ainsi chaque année par les paradis fiscaux. La perte nette en impôt sur les sociétés dépasse les 300 milliards d’euros. Sans parler évidemment du manque à gagner fiscal sur les autres types de revenus, comme sur la propriété intellectuelle (royalties). « C’est le plus grand et le plus long hold-up d’argent public de notre époque, mais la bonne nouvelle est que nous avons maintenant l’un des meilleurs systèmes d’alarme en place – il faut juste que les gouvernements l’allument », a déclaré Alex Cobham, directeur général du Tax Justice Network.

 

De faibles gains pour des pertes colossales

 

Ces données démontrent aussi très clairement à quel point les « listes noires » établies par l’UE ou l’OCDE elle-même sont de vastes blagues, puisque les pays qui y figurent ne représentent que 7 % de l’évasion fiscale des multinationales. À l’inverse, le Royaume-Uni, la Suisse, le Luxembourg et les Pays-Bas sont ensemble responsables de 72 % des pertes en impôt sur les sociétés subies dans le monde. Aucun d’entre eux n’est pourtant considéré officiellement comme un paradis fiscal, au mieux certains figurent sur une « liste grise ». Tous, à l’exception du Luxembourg, rechignent à transmettre les données de reporting. Le Royaume-Uni, pourtant membre de l’OCDE, n’a autorisé la publication d’aucune information.

Plus grave encore, le suivi précis des sommes a permis de mettre en lumière les faibles gains pour les paradis fiscaux, rapportés aux pertes colossales pour les autres États. En moyenne, pour chaque euro d’impôt gagné par les paradis fiscaux sur les bénéfices des multinationales, le reste du monde subit un manque à gagner de 6 euros. Et cela masque beaucoup de disparités. Ainsi, sur les 400 milliards d’euros de bénéfices dont tout le parcours est détaillé, près du quart est allé aux Pays-Bas, faisant de ce pays, cofondateur de l’Union européenne, le plus grand paradis fiscal pour les multinationales. Mais, ce qui rapporte au royaume néerlandais 3 milliards d’euros par an, représente un manque à gagner pour ses voisins de plus de 20 milliards. La palme revient aux îles Vierges britanniques où, pour chaque euro d’impôt sur les sociétés qui y est perçu, le reste monde en perd 314 ! Ce ratio est de 1 pour 24 aux Bermudes, 1 pour 20 aux Luxembourg et 1 pour 112 aux îles Caïmans…

 

Concurrence mortifère

 

Ces données se retrouvent sur les bilans fiscaux des pays. Ainsi, l’Irlande est devenue dépendante des multinationales étrangères, qui comptent pour 65 % de ses recettes de l’impôt sur les sociétés. C’est 46 % au Luxembourg et près de 5 % en France. Cette course à l’optimisation fiscale entretient la mortifère concurrence fiscale entre États et pénalise grandement les pays en développement, qui ont pourtant un besoin impérieux de ces recettes fiscales. « L’ironie de l’OCDE – le club des pays riches –, qui publie des données montrant les abus fiscaux des plus grandes multinationales de ses membres, ne devrait échapper à personne (…) alors que ce sont les pays non membres du Sud global et leurs citoyens qui en subissent les pires effets », a déploré Dereje Alemayehu, coordinateur exécutif de l’Alliance mondiale pour la justice fiscale. « Ces données confirment l’ampleur du déplacement des profits des multinationales et le coût pour les recettes publiques, a réagi de son côté Rosa Pavanelli, secrétaire générale de l’Internationale des services publics. C’est un facteur qui contribue directement au sous-financement choquant de nos services publics que la pandémie de Covid-19 a pleinement mis en évidence. »

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011