Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 19:33
Declan Kearney et Raymond Mc Cartney avec anne Sabourin (responsable du secteur international du PCF) et Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, à Paris, place du colonel Fabien en septembre 2016

Declan Kearney et Raymond Mc Cartney avec anne Sabourin (responsable du secteur international du PCF) et Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, à Paris, place du colonel Fabien en septembre 2016

Rencontre: L'Irlande, 1917-1981-2017: à la croisée des chemins

Penser les enjeux de la politique irlandaise et de la réunification avec un porte-parole du Sinn Féin  

RAYMOND MC CARTNEY, ancien gréviste de la faim, militant du Sinn Féin de la décolonisation ayant soutenu les peuples kurdes et palestiniens

Avec les candidats aux législatives Parti Communiste Français-Front de Gauche à Brest: Eric Guellec et Anne-Catherine Cleuziou (Brest Centre), Jean-Paul Cam et Yasmine Tanguy (Brest rural)

Au Patronage Laïque Sanquer le 12 mai à 19 h

 

PCF Section du Pays de Brest 
5 rue Henri Moreau 29200 Brest

Tramway : station St Martin
Tel 02 98 43 47 78 / Fax 02 98 43 44 62 
@ : pcf_brest@yahoo.fr

Solidarité avec l'Irlande: Raymond Mc Cartney, ancien gréviste de la faim avec Bobby Sands, élu du Sinn Féin en Irlande du Nord, présent pour une réunion publique à Brest à 19h au Patronage Laïque Sanquer le 12 mai
Solidarité avec l'Irlande: Raymond Mc Cartney, ancien gréviste de la faim avec Bobby Sands, élu du Sinn Féin en Irlande du Nord, présent pour une réunion publique à Brest à 19h au Patronage Laïque Sanquer le 12 mai
Partager cet article
Repost0
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 19:21
Remember Bobby Sands! -  chef républicain irlandais mort après 66 jours de grève de la faim le 5 mai1981

Le 5 mai 1981, mourait Bobby Sands, député irlandais, prisonnier politique en Grande-Bretagne, en grève de la faim assassiné par Thatcher "Aimez plus fort Comme aimait Bobby Sands"

"Il y a trente six ans, le 5 mai 1981, au terme de soixante-six jours de grève de la faim, mourait Bobby Sands, en Irlande du Nord, dans la prison de Maze. Cette prison, installée sur l’ancienne base de la Royale Air force nommée Long Kesh, fut d’abord un lieu de détention où l’armée britannique pouvait enfermer sans procès tout opposant à sa présence. Ainsi, en 1971, lors de l’opération «Démetrius», 450 hommes des quartiers catholiques de Belfast y furent parqués dans les H Blocks, des bâtiments en forme de H, dans des conditions très rudes. Bobby Sands avait vingt-sept ans. Après lui, dans les jours qui suivirent, moururent neuf autres prisonniers politiques qui, à son exemple, menèrent jusqu’au bout leur mouvement de protestation." Un article de Francis Combes en 2013 dans L'Humanité. 

 

Bobby SANDS, né le 9 mars 1954, mourait il ya 36 ans le 5 mai 1981 après une grève de la faim.
 

Bobby Sands est un personnage connu pour son combat en Irlande du Nord dans les années 80, où il mena une grève de la faim jusqu’à son propre décès. Républicain irlandais et membre de l’IRA, sa lutte à l’encontre du gouvernement londonien et sa perte firent de lui un véritable martyr, avec un impact médiatique fort… Retour sur la vie de Bobby Sands…

Une Jeunesse très vite marquée par le conflit anglo-irlandais
Bobby Sand nait à Newtownabbey en Irlande du Nord, en 1954. Son enfance se déroule dans un climat conflictuel opposant sans cesse catholiques et protestants au travers d’actes de violences.
Très influencé par cette situation, c’est à 18 ans qu’il rejoint l’IRA (en 1972) et connait sa première arrestation de 1972 à 1976, période durant laquelle il est emprisonné.
A sa sortie de prison, Bobby Sands décide de s’impliquer d’avantage dans les actions de l’IRA, devenant ainsi l’un des principaux leaders activistes du mouvement.

Il est cependant arrêté très rapidement, en 1977, pour détention d’arme à feu et attentat.
Bien que l’accusation d’attentat soit rapidement rejetée par le tribunal en charge de son dossier, il est toutefois condamné à 14 ans de prison pour port d’arme prohibé à la prison de Maze (aussi nommée Longh Kesh).

Bobby Sands souhaite être reconnu comme un prisonnier politique
Dans ce centre pénitentiaire, Sands commence alors à écrire des textes politiques engagés, ainsi que quelques poèmes. De nombreux textes de sa composition sont même publiés tout au long de sa détention dans l’An Phoblacht, le journal officiel de l’IRA.
La vie carcérale à Maze est particulièrement difficile, et les tensions entre les prisonniers et les surveillants sont palpables. Dès le début, les prisonniers tentent de protester avec le « Blanket Protest (1976-1981) » et le « Dirty Protest (1978-1981) ». Il s’agit d’une technique de protestation où les prisonniers refusent de se vêtir de l’uniforme de prisonnier et vivent nus, enveloppés dans seulement une couverture. A ce refus de porter l’uniforme s’ajoute ensuite une véritable guerre à l’hygiène, où les prisonniers refusent de se laver, urinent et défèquent partout afin de placer la prison dans un état sanitaire déplorable.
Bobby Sands participe également à cette lutte, mais semble vouloir aller plus loin pour se faire entendre.
Sands organise une Grève de la Faim sans précédent
Conscient du puissant levier médiatique que peut être celui de la grève de la faim, Bobby Sands décide d’organiser une grève de la faim le 1er mars 1980, afin de sensibiliser l’opinion publique aux actions de l’IRA et à l’attitude du gouvernement londonien vis à vis de l’Irlande du Nord. Bobby Sands est alors accompagné par d’autres membres de l’IRA, fermement décidés à aller jusqu’au bout pour se faire entendre, acceptant la possibilité de mourir.
Durant cette grève, la mort d’un député républicain du Fermanagh et du Sud du Tyrone éveille cependant bien des convoitises, et Bobby Sands ne peut s’empêcher de briguer ce poste. Les catholiques proposent alors Sands comme candidat, et est finalement nominé le 9 avril 1981 où il l’emporta sur Harry West.
Face à cette victoire inattendue, le gouvernement londonien décide de contrer Bobby Sands en votant une loi électorale visant à interdire aux prisonniers toute possibilité de rôle politique et de présentation à des élections durant leur incarcération (cette loi est connue sous le nom de Representation of the Peole Act).
Perdant ainsi son siège de député, Bobby Sands décide de poursuivre sa grève de la faim et continuer à protester. Son état se détériore sur une soixantaine de jours, où il perd beaucoup de poids, et connait un fort affaiblissement. Il décède le 5 mai 1981, après 65 jours de grève.
L’annonce de son décès fait la Une des journaux, et provoque alors un immense tollé en Irlande du Nord et dans le reste du Monde, faisant de Bobby Sands et de ses compagnons, de véritables martyrs.
A l’annonce de sa mort, de nombreuses émeutes éclatèrent dans tous les quartiers nationalistes de l’Ulster, et notamment sur Falls Road, à Belfast, où un « murals » (ces fresques à la mémoire des activistes républicains ou loyalistes) lui rend d’ailleurs hommage.
Margaret Thatcher, la « dame de fer » , Premier ministre en Angleterre, déclara cyniquement à la Chambre des Communes : « Monsieur Sands était un criminel condamné. Il a fait le choix de s’ôter la vie. C’est un choix que l’organisation à laquelle il appartenait n’a pas laissé à beaucoup de ses victimes. ».

 

 

L'Irlande au cœur...
100 ans après les Pâques sanglantes irlandaises, 35 ans après la mort de Bobby Sands, hommage aux révolutionnaires Irlandais engagés pour la liberté de leur peuple.

Il y a cent ans, le trois mai 1916, le leader nationaliste irlandais et poète Patrick Pearse était fusillé par les autorités coloniales lors de l'écrasement du soulèvement pour l'indépendance de l'Irlande à Dublin, ce que l'on a appelé les "Pâques sanglantes" irlandaises.

16 exécutions capitales, 3226 arrestations, 1862 internements en Angleterre furent décrétés contre les insurgés.

Le 12 mai 1916, c'était le tour de James Connolly, chef de l'Irish Citizen Army, leader syndicaliste, socialiste et marxiste, d'être exécuté à la prison de Kilmainham à Dublin, assis sur une chaise car il ne tenait plus debout avec ses blessures.

Son fils Roderic Connolly crééra le Parti Communiste Irlandais en novembre 1921.

L'Irlande obtint finalement partiellement son indépendance en 1921 mais ce ne fut qu'une demi-victoire amère puisqu'elle était amputée de la riche et industrielle Ulster, restant sous domination britannique, ce qui ouvrira la voie à des décennies de conflit de décolonisation pour la réunification de l'Irlande.

Il y a 35 ans, le 5 mai 1981, victimes de la politique répressive d'intransigeance coloniale de Margareth Tatcher, Bobby Sands s'éteignait après une nouvelle grève de la faim de 66 jours à la prison de Maze en Irlande du Nord.

Lui et ses neuf camarades détenus que le pouvoir britannique laissa mourrir dans d'atroces souffrances revendiquaient simplement la reconnaissance de leurs droits et de leur statut de prisonniers politiques.

Bobby Sands écrivait quelques temps avant: "J'étais seulement un enfant de la classe ouvrière d'un ghetto nationaliste, mais c'est la répression qui a créé l'esprit révolutionnaire de liberté. Je ne me résoudrai qu'à la libération de mon pays, jusqu'à ce que l'Irlande devienne une république souveraine, indépendante et socialiste."

La fédération du Parti Communiste du Finistère rend aujourd'hui un vibrant hommage au combat anti-colonial de ces courageux militants irlandais engagés de manière inséparable pour la liberté de leur pays et pour un idéal de justice sociale, combat qui est aujourd'hui toujours porté par le Sinn Féin de Gerry Adams, troisième parti du pays incarnant les aspirations sociales et démocratiques contre l'austérité, qui siège au Parlement Européen avec les députés du Front de Gauche, de Die Linke et de Syrisa.

Au-delà d'une certaine proximité culturelle et de la solidarité celtique que ressentent beaucoup de bretons vis-à-vis des Irlandais, les combats populaires pour l'auto-détermination, la liberté opprimée par les puissances coloniales, sont des combats universels qui mobilisent les consciences éprises de justice.

Aujourd'hui, la longue lutte irlandaise contre l'oppression coloniale trouve des prolongements tout aussi héroïques et douloureux dans la résistance des Palestiniens, des Kurdes, des Saharaoui, et de tant d'autres petits peuples sous le joug d'un occupant.

La fédération du Finistère du Parti Communiste

A Brest, le 3 mai 2016

Lire aussi: 

Hommage à l'insurrection irlandaise débutée le lundi de Pâques 1916, il y a cent un an...: aux origines de la liberté de la nation irlandaise

James Connolly, un révolutionnaire irlandais (1868-1916) - par Greg Oxley (blog de La Riposte)

Soviets irlandais : expériences autogestionnaires dans l’Irlande révolutionnaire (1918-1923) (1/2) par Olivier Coquelin

 

 

Remember Bobby Sands! -  chef républicain irlandais mort après 66 jours de grève de la faim le 5 mai1981
Remember Bobby Sands! -  chef républicain irlandais mort après 66 jours de grève de la faim le 5 mai1981
Remember Bobby Sands! -  chef républicain irlandais mort après 66 jours de grève de la faim le 5 mai1981
Partager cet article
Repost0
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 19:15
Declan Kearney, secrétaire national du Sin  Féin

Declan Kearney, secrétaire national du Sin Féin

Declan Kearney et Raymond Mc Cartney avec anne Sabourin (responsable du secteur international du PCF) et Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, à Paris, place du colonel Fabien en septembre 2016

Declan Kearney et Raymond Mc Cartney avec anne Sabourin (responsable du secteur international du PCF) et Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, à Paris, place du colonel Fabien en septembre 2016

Raymond Mc Cartney

Raymond Mc Cartney

Nous avons le plaisir de vous informer que: 
 
la deuxième journée de solidarité internationale avec l'IRLANDE organisée par le PCF avec le Sinn Féin après celle de septembre 2016 à Paris aura lieu en Bretagne, à Roscoff,
 
avec Declan Kearney, leader du SINN FEIN en Irlande du Nord, et Raymond Mc Cartney, ancien gréviste de la faim au H-Block avec Bobby Sands, et actuel député du Sinn Féin en Irlande du Nord
 
les deux représentants du Sinn Fein qui étaient déjà venus à Paris place du colonel Fabien en septembre dernier pour une soirée consacrée à présenter les combats du SINN Fein et les nouveaux possibles de la réunification irlandaise. 
 
Ce sera le samedi 13 mai à Roscoff à l'espace Mathurin Méheut entre 14h30 et 23h. 
 
Avec une conférence-débat de 14h30 à 16h45.
 
Un film à 17h
 
Un apéritif et un repas (15€: Kig Ha Farz - dessert - boissons, vin) 
 
Une soirée musicale à partir de 20h30: Musique bretonne et pop irlandaise: POL HUELLOU - et (sous réserve de confirmation) les musiciens de COVERFIELD 
 
***
 
L'Irlande commémorait l'an passé  le centenaire du Soulèvement de Pâques (1916) et le 35e anniversaire des grèves de la faim et de l'assassinat de Bobby Sands (1981).
Le vote des Britanniques pour la sortie de l'Union européenne à réouvert en grand le débat sur la réunification de l'Irlande.
 
Aussi, le PCF et le Sinn Féin ont décidé de construire ensemble à Roscoff une initiative qui permette de nous éclairer sur l'histoire et l'actualité de l'Irlande et, bien sûr, de passer un moment culturel convivial.
 
Ce sera l'occasion de  faire apparaître les convergences entre le Sinn Fein et le PCF, deux partis populaires parmi les plus vieux d'Europe qui siègent ensemble au Parlement Européen, dans les combats sociaux, l'analyse des enjeux politiques, et la bataille contre l'austérité et pour une autre Europe. 
 

"Irlande: 35 ans après la grève de la faim, la perspective d'une République unifiée? PCF et SINN FEIN, deux projets pour une société plus égalitaire et une Europe délivrée de l'austérité"  

 

AVEC

DECLAN KEARNEY, secrétaire national du Sinn  Fein, ancien gréviste de la faim

RAYMOND MC CARTNEY, ancien gréviste de la faim, militant du Sinn Féin de la décolonisation ayant soutenu les peuples kurdes et palestiniens

les candidats aux Législatives PCF-Front de gauche "L'Humain au coeur" à Morlaix: Ismaël Dupont et Muriel Grimardias

XAVIER COMPAIN  porte-parole régional du PCF et membre de la direction nationale du PCF (responsable agriculture-pêche-forêt), candidat du Front de Gauche aux dernières régionales en Bretagne

Claude Léostic interprète

NOS REMERCIEMENTS A LA MAIRIE DE ROSCOFF POUR LA MISE A DISPOSITION GRATUITE DE LA GRANDE SALLE MATHURIN MEHEUT POUR LA DEMI-JOURNEE ET LA SOIREE.  

 

UNE RENCONTRE SERA ORGANISEE A BREST DANS UN PUB AVEC LES CANDIDATS AUX ELECTIONS LEGISLATIVES DU PCF, Jean-Paul Cam et Yasmine Tanguy à Brest Rural, Eric Guellec et Anne-Catherine Cleuziou, à Brest-Centre, le VENDREDI 12 MAI A PARTIR DE 19h.  

 
Partager cet article
Repost0
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 17:39
Ploulec'h (Côtes d'Armor, près de Lannion) : Fête des amis de la Commune de Paris de 1871: le 30 juin et le 1er juillet - en l'honneur de Nathalie Le Mel et du féminisme, grande fête culturelle
Ploulec'h (Côtes d'Armor, près de Lannion) : Fête des amis de la Commune de Paris de 1871: le 30 juin et le 1er juillet - en l'honneur de Nathalie Le Mel et du féminisme, grande fête culturelle
Cher-e-s ami-e-s et camarades,
 
Notre Comité local du Trégor-Argoat des "Amies et amis de la Commune de Paris 1871" organise la Fête de la Commune 2017 à la salle des fêtes de Ploulec'h les vendredi 30 juin et 1er juillet 2017.
A cette occasion un débat aura lieu entre les différentes organisations héritières de la Commune sur le thème du féminisme.
Nous espérons votre présence à ce débat ce 1er juillet à 17h00.
Vous trouverez ci-joint l'organisation précise de ces journées.
 
Salutations communardes
 
Denis ORJOL
Président du Comité local du Trégor-Argoat des Amies et amis de la Commune de Paris - 1871

 

PROGRAMME

VENDREDI 30 JUIN
• 18h : Inauguration des expositions – Ouverture de la buvette
• Vente de livres de 18h à 19h
• 20h30 : mini-festival de films sur la Guerre d’Espagne

SAMEDI 1er JUILLET (Après-midi convivialité, culture et réflexion)
• 15h : Ouverture de la fête – Ouverture de la buvette
Vente de livres et séance de dédicace de la BD sur N. Le Mel en présence des auteurs
• 16h : Spectacle sur Nathalie Le Mel (45 mn)
• 17h : Débat – Table ronde sur le thème
« Le combat féministe, de la Commune à aujourd’hui »
• 18h : Suite vente de livres et dédicaces
• 19h30 : Banquet communard et républicain avec récital de chansons dans la tradition
révolutionnaire
Entrée 10,00 € - Bon de soutien donnant droit à l'entrée 5,00 €
Repas – concert : 15 € - (réservation obligatoire au 06 85 93 88 66)

 
Actualités 2017 : La vignette de la fête est désormais en vente au Temps des cerises - Cinéma au Café Théodore le Jeudi 22 juin à partir de 21h avec 2 films produits par la CNT pendant la guerre d'Espagne.
Partager cet article
Repost0
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 11:19
Amar Bellal

Amar Bellal

PCF Section du Pays de Brest 
5 rue Henri Moreau 29200 Brest

Tramway : station St Martin
Tel 02 98 43 47 78 / Fax 02 98 43 44 62 
@ : pcf_brest@yahoo.fr

  Atelier législatif :

La transition énergétique à l’heure de l’environnement : climat, pollution, déchets

MERCREDI 10 MAI 18H

Fac Segalen

Animé par Amar Bellal

Professeur agrégé de Chimie civil, rédacteur en chef de la revue "Progressistes"

Avec Eric Guellec , Anne Catherine Cleuziou , Jean-Paul Cam et Yasmine Tanguy candidats du rassemblement à gauche proposés par le PCF aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017

 

L'objectif de cet échange est de comprendre les défis, de dépassionner le débat sur l'énergie et de ne pas le limiter à l'opposition simpliste, « nucléaire » contre « renouvelable ». Il s'agit aussi de prendre conscience des vrais rapports de force (qui sont essentiellement d'ordre économique) de façon à éclairer d'une lumière nouvelle les campagnes montantes diabolisant tel ou tel modèle énergétique, avec en ligne de mire la promotion cruciale du service public de l'énergie et de notre industrie. Car la vraie bataille est là: que les citoyens s'emparent de cette question, et sortent le secteur de l'énergie des griffes du marché, pour s'engager dans une transition énergétique répondant vraiment à l'intérêt général.

 

PROPOSITIONS POUR CHANGER NOTRE VIE AU QUOTIDIEN

 

Accélérer la transition énergétique et garantir le droit à l’énergie

- création d’un pôle public de l’énergie afin de mettre la filière à l’abri des logiques financières et d’en améliorer la maîtrise publique et citoyenne, de faire progresser la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique.

-Engagement fort dans la recherche (captage de CO2, stockage de l’électricité, sûreté nucléaire) et création de filières nationales permettant d’industrialiser les nouvelles technologies.-

- Interdiction de l’exploitation des gaz de schiste.

Comptant sur votre présence

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 06:28

Réponse d'Ismaël Dupont à l'appel à l'union de la gauche de citoyens de la région de Morlaix - 29 avril 2017

 
Merci pour cet appel. Nous partageons l'intention de votre démarche et en voyons la pertinence, surtout dans la période actuelle. Le rassemblement à gauche nous semble souhaitable et nécessaire sur la base d'un respect des uns et des autres, d'une discussion sur un projet politique social et écologique commun, se démarquant de l'austérité et du libéralisme, remettant en cause le cadre de la Ve République, de moins en moins démocratique, et la domination de la finance. 
 
Depuis un an et demi, le Parti Communiste, nationalement, plaide pour un tel rassemblement de la gauche, plus large que le Front de Gauche, aux présidentielles, afin de faire barrage au FN et aux libéraux et de pouvoir faire gagner un projet bien ancré à gauche, en rupture nette avec le quinquennat Hollande, comme au Portugal actuellement par exemple.  
 
Nous avons organisé des rencontres tout azimut avec des intellectuels de gauche non communistes, des personnalités d'EELV, de la gauche du PS, de la gauche anti-libérale et altermondialiste, dans le cadre des "lundi de la gauche" au siège du PCF pendant 8 mois. Nous avons accepté sur le principe de nous inscrire dans des primaires citoyennes de la gauche promus par des gens comme Caroline de Haas et une partie des instigateurs dans la société du mouvement contre la loi travail. 
 
Nous voyons davantage ce vers quoi nous pouvons converger dans un avenir possible à construire en lieu et place des dangers qui nous menacent que ce qui ferait classer certains, pour d'autres, définitivement, du côté des "traîtres", des "mous", des "compromis", des "irrécupérables". Nous voyons un paysage politique en voie de décomposition et en mouvement, où il y a beaucoup à reconstruire en faisant des ponts entre les uns et les autres, où la gauche peut aussi être balayée pour des années.  
 
Aux dernières régionales et aux dernières départementales, nous avons voulu du rassemblement de toute la gauche à la gauche du PS, tendant notamment la main à EELV. Au Mans, l'alliance PCF-Front de Gauche - EELV a remporté une élection départementale. Dans les Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon et dans la région PACA, des alliances Front de Gauche - EELV ont permis d'obtenir des scores à deux chiffres. En Bretagne, aux cantonales, EELV n'a pas accepté le rassemblement avec le Front de Gauche dans le Finistère, mais en Ille-et-Vilaine, il y a eu des rassemblements Front de Gauche (PCF) - Ecolos. Pour les régionales, EELV, après deux mois de discussion et un vote interne, a refusé le rassemblement avec le Front de Gauche alors qu'on leur proposait un accord où ils auraient eu la tête de liste (+ 2 à 3 têtes de liste départementales sur 4) et où on était d'accord sur l'essentiel du Programme. Résultat, aucun élu de la gauche indépendante du PS... 
 
Aux présidentielles, malgré certains désaccords avec Jean-Luc Mélenchon (avec notamment sa conception du rassemblement, sa volonté de tourner définitivement la page du Front de Gauche, mais aussi avec certains points de sa stratégie politique et de son programme, sur lequel nous n'avons pas eu voix au chapitre), nous avons fait le choix de ne pas présenter de candidats et de soutenir activement sa candidature qui nous semblait la mieux à même de porter haut, et le plus haut possible, le score d'une gauche de transformation capable de politiser une bonne partie de citoyens hésitants, dégoûtés et tentés par l'abstention. Nous nous félicitons de son bon résultat, très important quoique insuffisant, auquel nous avons contribué (414 parrainages pour Jean-Luc Mélenchon sur 800 venaient d'élus communistes ou apparentés, nos militants ont fait le boulot dans une campagne autonome pour soutenir Jean-Luc Mélenchon en distribuant pendant 3 mois des tracts et en collant des affiches
Nous avons aussi toujours dit, depuis l'issue du second tour des primaires du PS et de ses alliés, nationalement et départementalement, que nous souhaitions un accord Mélenchon-Hamon (et Jadot pour EELV et Pierre Laurent pour le PCF) pour la mise en place d'un pacte majoritaire de gauche. La porte était étroite, mais ce n'était pas impossible, et cela nous semblait nécessaire pour avoir de vraies chances de se qualifier au second tour face à Le Pen, Macron ou Fillon, et pour gagner ensuite.
 
Même présidents, Hamon ou Mélenchon auraient de toute façon dû composer avec des majorités non monolithiques et travailler à des compromis ambitieux pour rassembler au-delà de leur seule base.
 
Tel n'a pas été le choix des candidats en question, et de leurs équipes de campagne, et, même s'il y avait des obstacles objectifs, nous le regrettons, car nous n'en serions pas là aujourd'hui si on avait posé les bases de ce nouveau Front Populaire, rendu possible par l'élection d'Hamon, un frondeur du PS, aux primaires du PS. Nous avons payé cher à la division d'un électorat qui sans partager tous les mêmes objectifs politiques, voulait néanmoins un infléchissement net à gauche des politiques suivies jusque là, l'invention d'un nouveau cadre démocratique et social.
 
Nous mêmes, dans le cadre du Front de Gauche, regroupant le PCF, Ensemble et des citoyens, à Morlaix, nous avons envoyé en septembre une demande de rencontre pour envisager les conditions d'un rassemblement possible et souhaité par nous à France Insoumise et à EELV.
 
Les deux ont décliné l'invitation, France Insoumise en invitant à rejoindre à titre individuel son nouveau mouvement qui aurait eu vocation à absorber ou marginaliser les partis existants, EELV disant qu'il ne voulait pas de tête à tête avec le PCF (c'était le Front de Gauche qui envoyait l'invitation, lequel est lui-même un rassemblement à gauche).
 
Départementalement, nous avons effectué la même démarche à l'échelle du Finistère pour le PCF, en faisant un appel au rassemblement dès juillet (répété à plusieurs reprises depuis, dont cette semaine) rencontrant à peu près tout le monde à gauche (sauf le PS, qui était dans la ligne du gouvernement dans le Finistère) entre juillet et octobre dernier pour dire notre disponibilité à des rassemblements aux législatives, sans effets. Des démarches identiques ont été fait dans beaucoup de circonscriptions (Douarnenez-Pays Bigouden, Brest centre et Brest rural notamment...) de la part du PCF, sans résultats probants.
 
Aujourd'hui, le résultat des présidentielles rend de plus en plus difficile à comprendre pour les citoyens la division à gauche, ou au moins dans la frange la plus progressiste de la gauche. Soutenant Mélenchon aux présidentielles, et voulons faire quelque chose d'utile aux législatives du très bon score de Mélenchon partout dans le Finistère, qui n'est pas qu'un vote d'adhésion pour France Insoumise, ses concepts et son programme, nous avons proposé à France Insoumise à nouveau des rassemblements à Brest, Douarnenez-Pont L'abbé, Landerneau-Landivisiau, dans le centre-Finistère, et à Morlaix, avec une rencontre prévue mardi.
 
Si EELV veut finalement nous rencontrer pour un accord aux législatives sur Morlaix, nous sommes partants pour une rencontre rapide.
Et nous rencontrerons aussi, avec le PCF Finistère, le PS la semaine prochaine, pas pour des accords de premier tour, mais pour une discussion politique approfondie sur la situation et l'avenir de la gauche.
 
Nous avons positionné deux candidats qui présentent un certain nombre d'arguments en termes d'engagements locaux, moi-même et Muriel Grimardias, de Lanmeur, présentés au titre du PCF, membre du Front de Gauche.
Nous ne sommes pas "intéressés" par une demande de retrait pur et simple qui reviendrait à nous demander de nous effacer dans l'élection la plus politique selon nous, alors que nous avons déjà fait le choix de privilégier le rassemblement et l'intérêt commun en ne présentant pas de candidat aux présidentielles, mais sommes toujours ouverts à la discussion pour une perspective de rassemblement sur un contenu qui nous convienne, et dans le cadre d'accords sur plusieurs circonscriptions du département qui permettent à chaque force politique de s'y retrouver, et de voir sa représentativité reconnue, tout en donnant des chances à l'élection de députés de gauche, et pour nous, vraiment à gauche, dans un contexte politique compliqué même si le score de Mélenchon a soulevé des promesses qu'il ne faut pas décevoir.
Du côté de France Insoumise, il y a des conditions pour l'instant posées comme préalables à tout accord qui posent problème pour nous: label France Insoumise, charte des Insoumis imposant notamment la discipline de vote à l'assemblée (alors que nous avons abandonné le centralisme démocratique). Il n'y a pas non plus non plus au niveau national de volonté pour l'instant de France Insoumise de faire un accord concernant une grande pluralité de circonscriptions, et tous les départements, avec le PCF. On ne sent pas non plus une grande volonté d'aller au rassemblement, ni à Morlaix, ni partout ailleurs, ni avec le PCF, ni avec d'autres forces du Front de Gauche dont les militants n'auraient pas rejoint les Insoumis. Nationalement, nous ouvrons notre volonté d'alliance aux législatives au PS de gauche, à EELV, à France Insoumise, et à la gauche de la gauche. Je ne sais pas si cela aboutira sur beaucoup d'accords de rassemblement car nous ne sommes pas seuls en jeu mais nous faisons les efforts, à l'échelle locale, nationale, départementale.
Enfin, nous pensons que les Partis politiques sont encore des cadres démocratiques d'engagement à respecter et qu'il est normal qu'ils veuillent pouvoir présenter leurs projets aux électeurs dans le cadre des élections législatives. L'absence de proportionnelle et la raison imposent le rassemblement pour être plus efficaces mais il est normal que chaque organisation politique cherche aussi à exister et à convaincre les électeurs de la justesse de ses points de vue. Il n'y a pas là simplement un jeu d'egos, ou des sectarismes partisans. C'est l'expression de la démocratie.
 
Malgré tout, pour nous, les circonstances exceptionnellement graves, le danger d'une politique ultra-libérale de Macron, ou d'une politique d'extrême-droite de Le Pen, le score historiquement bas de la gauche au premier tour des présidentielles, imposent une réaction et une volonté de dépassement des habitudes pour opposer une réponse de gauche efficace, laquelle passe par des rassemblements, des attitudes de dialogue et de responsabilité, le dépassement des sectarismes et des ressentiments pour se porter vers une volonté de construire ensemble.
Ce n'est pas de la langue de bois, ce n'est pas que des mots, je le pense, nous le pensons vraiment, et nous engageons des actes forts pour ça, parfois un peu trop seuls.
 
Donc, d'accord pour donner une suite favorable au contenu de votre appel, et pour vous rencontrer pour en discuter et présenter nos efforts pour aller dans ce sens, les blocages, et d'accord pour une union de la Gauche aux législatives, à certaines conditions (programme, réciprocité, respect des uns et des autres, dans la diversité des expériences militantes et politiques). Mais encore une fois la demande a déjà été envoyée aux intéressés pour envisager les conditions d'une telle union (sauf le PS, avec la politique duquel nous étions clairement en désaccord sous le quinquennat Hollande, et le PS local n'était pas ouvertement dans la résistance à cette politique, ni Lutte ouvrière, car aucune démarche précédente en vue du moindre rassemblement n'a abouti, même si nous respectons les militants, et leurs logiques).
 
A défaut de propositions (acceptables) d'accord et d'union de la part de nos partenaires potentiels, comme nous avons déjà beaucoup tendu la main tout en commençant à faire campagne, car 5 semaines entre présidentielles et législatives, c'est court, et que notre candidature est légitime en elle-même et soutenue par les militants communistes et de nombreux citoyens non encartés, nous nous présenterons aux suffrages de nos concitoyens et tenterons de les convaincre, sur la base d'un projet et d'une expérience, que nous avons le meilleur profil et la meilleure pratique politique pour leur donner pour donner à Morlaix un député vraiment de gauche pour les défendre.
 
Bien cordialement,
 
Ismaël Dupont (06 20 90 10 52)
 
***
 
 
Appel de citoyens pour une union de la Gauche aux législatives
 
Nous, citoyen(ne)s morlaisien(ne)s, se revendiquant des valeurs de la Gauche, demandons aux représentants des différents mouvements (EELVerts, Front de Gauche, Les Insoumis, Lutte Ouvrière, Parti Socialiste) d’entamer immédiatement des discussions en vue de présenter une candidature unique dès le premier tour des élections législatives sur la circonscription de Morlaix. En effet, il est indispensable de constituer une force capable de s'opposer aux politiques libérales et d'exclusion, et d’être aussi une force de proposition pour construire une société plus solidaire, plus égalitaire et respectueuse des hommes et de l'avenir de la planète.
 
Vous soutenez cet appel. Merci de le diffuser largement auprès de vos ami(e)s en les incitant à l'envoyer à chaque candidat(e) potentiel(le) :
  • EELVerts : Christine Prigent
  • Front de Gauche : Ismaël Dupont
  • Les insoumis : Julien Kerguillec
  • Lutte ouvrière : Patricia Blosse
  • Parti Socialiste : Gwenegan Bui  
Appel lancé par Sylvie BEGUIN - Cathy et Jean Pierre CLOAREC - Marie Anne DERROISNE - Anne GOBY – Claude GRAIGNIC - Claire LE BAS – Martine MAUPASSANT - Jean Claude PARDIGON – Daniel PEDRONO
Ismaël Dupont et Muriel Grimardias, candidats PCF Front de Gauche aux élections législatives, disponibles pour s'intégrer à un processus de rassemblement plus large comme pour aller à la bataille ensemble avec cette même ambition de rassemblement des citoyens de gauche

Ismaël Dupont et Muriel Grimardias, candidats PCF Front de Gauche aux élections législatives, disponibles pour s'intégrer à un processus de rassemblement plus large comme pour aller à la bataille ensemble avec cette même ambition de rassemblement des citoyens de gauche

Partager cet article
Repost0
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 06:00
Vers une Assemblée Nationale bleue Macron- bleue Fillon - brune Le Pen? : l'obligation de rassemblement à gauche pour conjurer le désastre annoncé

Une étude Opinion way-SPLV Analytics pour les Echos donne une projection de ce que paraît être l'Assemblée Nationale à l'issue des législatives sur la donne actuelle (rapport de force Macron-Le Pen, dynamiques de division à gauche) se confirmait.

Cette étude est à manier avec pincette car cela ne s'appuie pas sur une étude de terrain circonscription par circonscription et beaucoup de choses peuvent encore bouger dans ce paysage politique ultra-mouvant. Il n'est d'ailleurs pas interdit de penser que l'intelligence finisse par l'emporter à gauche, notamment pour construire des rassemblements de la gauche de transformation avec PCF, Ensemble, France Insoumise, toutes les forces qui ont appelé à voter Mélenchon, et même au-delà avec les Verts et les Socialistes de gauche.

Mais, si le paysage en restait là, le tableau serait assez accablant et confirmerait combien les institutions de la Ve République et l'inversion du calendrier électoral avec les législatives un mois après les présidentielles permettent à un homme ou une femme, qu'il ou elle s'appuie sur une base électorale large ou non (21 % des exprimés pour Le Pen, 24 % pour Macron), sur un ou des partis représentatifs et une large base militante ou non, d'obtenir un Parlement acquis à sa cause de manière assez mécanique, quoique surprenante si l'on se souvient de ce que Macron représentait quelques mois plus tôt.

Cette opinion donne en effet le mouvement « En marche ! » porté par Emmanuel Macron à un étiage d'entre 249 et 286 sièges de députés, soit largement assez pour mener sa politique ultra-libérale de casse des services publics, du droit du travail, de la Sécurité Sociale, et de cadeaux supplémentaires accordés aux riches et au patronat.

Ce n'est pas le parti Les Républicains, donné entre 200 et 210 députés, qui mettrait beaucoup d'obstacle à cette politique de contre-révolution thatchérienne dont il partage la philosophie et les orientations.

Le FN, en cas de défaite dans un scénario comparable à celui que donne aujourd'hui les sondages sur le second tour (60/40) serait donné à entre 15 et 25 sièges de députés.

Le PS n'en aurait plus qu'entre 28 et 43.

Et le Parti Communiste et France Insoumise sont annoncés à entre 6 et 8 sièges, ce qui ne permettrait pas de constituer un groupe indépendant des écologistes, socialistes de gauche, ou des ultramarins progressistes, malgré les 20 % de notre candidat commun au premier tour des Présidentielles.

Bien sûr, ces résultats d'études anticipatives témoignent tout à la fois du discrédit du Parti socialiste, au pouvoir depuis 5 ans et profondément divisé ( discrédit à relativiser compte tenu des responsabilités de Macron dans les aspects les plus régressifs de la politique Hollande-Valls), du discrédit des Républicains (Fillon et Sarkozy qui font pousser des boutons à beaucoup de Français), du caractère non démocratique du mode d'élection à l'Assemblée n'incluant la Proportionnelle.

Ils sont surtout un formidable message d'alerte pour les militants et forces politiques de gauche.

Divisés, nous ne pèserons que comme des nains dans les institutions et au Parlement.

En particulier, si France Insoumise persiste sur l'idée de refuser les accords dans les départements avec le PCF qui soutenait son candidat aux élections Présidentielles, et à partir solo partout, y compris contre des députés du PCF et du Front de Gauche, il portera une énorme responsabilité dans le désastre annoncé.

Il est encore temps que la raison et le sens des responsabilités l'emportent sur les sectarismes et les considérations de construction partisane à visée hégémonique.

Mélenchon et son mouvement ne peuvent pas prendre en otage les aspirations à l'espoir et à la résistance du peuple de gauche.

Dans le Finistère, le Parti Communiste a proposé le rassemblement partout à France Insoumise,  à Ensemble, à l'UDB, au NPA, à EELV sur la base d'accord respectant la représentativité et l'existence des uns et des autres. Pour l'instant, force est de constater que chacun en dehors de nous préfère faire bande à part. Dans la circonscription de Morlaix, les candidats du PCF-Front de Gauche ont proposé le rassemblement à France Insoumise, la fusion de liste, avec contrepartie, en fonction de la tête de liste retenue, par une réciprocité sur une autre circonscription. La rencontre que nous avons eu jeudi avec France Insoumise et Ensemble ne nous invitent guère à l'optimisme sur le positionnement de France Insoumise qui paraît ne pas envisager volontiers le rassemblement mais nous aurons la réponse du groupe sur un possible rassemblement le 10 mai, soit 5 jours avant le dépôt des candidatures.

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 05:29
Le député André Chassaigne (PCF-Front de Gauche) demande à l'assemblée que la France soit à l'origine d'une abrogation de la directive des travailleurs détachés

Conséquences de la directive relative aux travailleurs détachés

jeudi 4 mai 2017

André Chassaigne interpelle le gouvernement sur les conséquences de la directive relative aux travailleurs détachés.

"Si le secteur du BTP est un secteur difficilement délocalisable, la directive 96/71/CE est cependant parvenue à détourner cette difficulté par ses modalités d’emploi des travailleurs détachés au sein de l’Union européenne.

La directive d’exécution 2014/67/UE vise seulement à améliorer l’application des règles, notamment en matière de fraude et de contournement de la réglementation. En 2016, la France se plaçait comme deuxième pays membre en accueillant plus de 200 000 travailleurs détachés. Majoritairement, les personnes étaient issues de Pologne (46 816), du Portugal (44 456), d’Espagne (35 231) et de Roumanie (30 594). Le secteur le plus impacté par l’arrivée de travailleurs détachés est celui du bâtiment et des travaux publics.

De plus, le rapport d’information n° 527 (2012-2013) du sénateur Éric Bocquet précisait que : « Le ministère du travail estime ainsi entre 220 000 et 300 000 le nombre de salariés low cost, à bas coût, présents sur le territoire français, sans avoir fait l’objet d’une déclaration et rémunérés dans le meilleur des cas selon le principe du pays d’envoi ».

Ainsi, nonobstant une rémunération minimum équivalente à celle appliquée dans le pays hôte, la différence du taux des cotisations sociales et la forte tentation de détourner la réglementation en vigueur entraînent indubitablement une concurrence certes libre mais surtout considérablement faussée, pénalisant les structures artisanales locales.

Un sommet européen regroupant toutes les composantes représentatives du monde du travail, visant à abroger la directive 96/71/CE et à mettre en place des critères environnementaux et sociaux pour les entreprises souhaitant entrer sur des marchés européens, pourrait harmoniser vers le haut les conditions de travail, la durée et la rémunération du travail.

Ce sommet aurait également comme objectif d’annihiler le dumping social qui se développe au détriment des entreprises locales.

André Chassaigne demande au gouvernement que la France soit à l’origine d’une demande d’abrogation de la directive 96/71/CE."

Partager cet article
Repost0
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 06:09
Défendre le droit d'asile, rassemblement le 6 mai place de la liberté à Brest à 12h: dénoncer l'expulsion de Rodwan en Italie, et les procédures Dublin III

Après l'expulsion de Rodwan, la menace pour 3 personnes du CAO de Brest, nous avons besoin d'être nombreux pour dire STOP DUBLIN, STOP AUX EXPULSIONS
 

Rendez-vous SAMEDI 6 MAI , Place de la liberté, à Brest, à 12h

Ouest-France 4 mai 2017 mobilisation pour dénoncer l'expulsion de Rodwan, jeune soudanais de 22 ans, vers l'Italie dans le cadre des règlements iniques de Dublin

Ouest-France 4 mai 2017 mobilisation pour dénoncer l'expulsion de Rodwan, jeune soudanais de 22 ans, vers l'Italie dans le cadre des règlements iniques de Dublin

Partager cet article
Repost0
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 06:00
Ouest-France, Finistère, 4 mai 2017

Ouest-France, Finistère, 4 mai 2017

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011