Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 19:30

Appel 9 mai -

Elections législatives

Conférence de presse - Pierre Laurent

48 heures après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, la bataille des élections législatives bat déjà son plein. Jeudi 11 mai, à 19 heures, au gymnase Japy à Paris, je lancerai en présence de nombreux candidats soutenus par le Parti communiste la campagne nationale des communistes.

Nos ambitions sont claires :

- concrétiser l'espoir ouvert par les 7,5 millions de voix recueillis le 23 avril par le vote Jean-Luc Mélenchon. Nous voulons donner à cette force nouvelle une représentation maximale dans l'Assemblée nationale, pour faire entendre l'exigence d'un nouveau progrès social et écologique pour le pays et refuser les projets libéraux d'Emmanuel Macron ;

- élire le maximum de députés qui refuseront de signer un chèque en blanc au Président pour légiférer dès cet été par ordonnances contre la casse du Code du Travail ;

- après la défaite infligée à Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, à laquelle nous sommes fiers d'avoir contribué avec clarté, barrer maintenant la route à une entrée massive du Front national à l'Assemblée ;

- renouveler en profondeur l'Assemblée nationale en faisant entrer des députés représentant vraiment le peuple, c'est-à-dire des ouvriers, des infirmières, des cheminots, des professeurs des écoles, des employés, des chômeurs, des étudiants, des jeunes travailleurs dans la précarité, etc., des salariés, femmes et hommes à parité, de toutes conditions et de tous métiers, que ni En Marche, ni la droite, ni le FN ne présenteront.

Nos candidats, dont près de 70 % n'ont aucun mandat électif, sont à l'image de cette France du travail. Pour concrétiser ces objectifs, je renouvelle avec gravité et colère mon appel à la France insoumise pour que nous allions, non dans quelques circonscriptions, mais le plus largement et nationalement possible à la bataille sous une bannière commune, qui puisse rassembler France insoumise, le Parti communiste, Ensemble !, les forces citoyennes du Front de gauche, et toutes les forces de gauche et écologistes qui pourraient alors souhaiter se joindre à nous pour mener ensemble les combats qui s'annoncent.

Que cherche-t-on ?

La défense d'intérêts de recomposition partisane ou une victoire du peuple qui rebatte les cartes après la présidentielle et redonne une chance à notre peuple de peser sur son avenir ? Sans accord national, nous diviserons les électeurs de Jean-Luc Mélenchon du 23 avril, alors qu'ils nous demandent une seule candidature, la plus à même de gagner, dans le maximum de circonscriptions. C'est la condition de l'élection du maximum de députés et de la mise en échec des tentatives de main mise sur la représentation nationale d'En Marche, de la droite et de l'extrême droite, qui, on le sait, peuvent être facilitées par la logique institutionnelle des mécanismes de la Vème République, contre la volonté de millions et de millions de nos concitoyens.

A ce jour, et alors que la bataille s'engage, cet accord fait toujours défaut. C'est pour nous incompréhensible.

J'alerte sur le gâchis qui se prépare. Les discussions entre deux formations n'ont pu porter encore hier soir, malgré nos demandes, que sur un échange de retraits réciproques de candidatures portant sur moins de quinze circonscriptions pour chaque formation sur 577.

Nous poursuivons nos échanges, mais les électeurs et électrices de Jean-Luc Mélenchon, de toute la gauche, la jeunesse, le monde du travail, les quartiers populaires ne comprendraient pas que nous en restions là.

Il reste quelques heures pour élargir le périmètre de la discussion et lui redonner l'ambition attendue.

L'incompréhension est grande dans le pays et je la partage. Nous sommes prêts nationalement à tout moment pour avancer et nous avons fait des propositions pour le permettre. Et je demande à tous nos candidats, dans tous les départements, d'entrer en campagne la main tendue, ouverte à tout accord qui puisse débloquer cette situation.

Face aux candidats, à la droite, au FN qui travaillent tous à élargir le rassemblement opéré autour de leur candidat présidentiel, nous ne pouvons offrir à nos électeurs le terrible dilemne de la division. Je veux lancer un second appel. Si nous avons battu Marine Le Pen au second tour. Le combat continue. Dans 45 circonscriptions où Marine Le Pen a réuni plus de 50 % des voix le 7 mai, j'invite à la mobilisation et à la convergence de toutes les forces démocratiques pour empêcher l'entrée massive du Front national à l'Assemblée nationale. Dans nombre de ces circonscriptions, il est possible de ne pas laisser les électeurs prisonniers d'un second tour droite ou En Marche face au FN.

Nous sommes prêts à la discussion pour créer les conditions d'un rassemblement maximum pour qualifier, dans ces circonscriptions, une candidature porteuse d'un projet de justice, de démocratie et d'égalité. Enfin, je veux dire que derrière l'énorme opération de com' lancée par le Président de la République sur le thème du renouvellement et de l'audace, se cache de vieux projets du Medef et des méthodes anti-démocratiques archaïques. Le recours aux ordonnances pour légiférer contre le Code du Travail en contournant la négociation avec les syndicats n'est pas une fatalité. Le Président de la République n'a pas le pouvoir d'enclencher à lui seul cette mécanique. Une loi d'habilitation des ordonnances doit être votée au Parlement. Nous appelons à la mobilisation sans attendre et nous disons : élisons le maximum de députés qui refuseront une telle loi habilitant les ordonnances et organisons le débat législatif en direct et sous le contrôle du monde salarié, dans le dialogue avec les organisations syndicales.

Nos députés, s'ils sont élus, seront porteurs de propositions pour un Code du Travail du 21e siècle et des droits nouveaux de sécurité d'emploi et de formation pour tous. Nous avons déjà déposé des propositions de loi en ce sens. Nous les verserons au débat de la campagne des élections législatives. C'est ce grand débat national et démocratique que nous voulons, pas un blitzkrieg antisocial durant l'été. Nous ferons de cette question un enjeu majeur et premier de la campagne législative qui s'annonce.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 05:24
Pierre Laurent : « L'élection de Macron est fragile »
PIERRE LAURENT, SECRÉTAIRE NATIONAL DU PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS
DIMANCHE, 7 MAI, 2017
HUMANITE
Pierre Laurent lancera le campagne nationale des législatives lors d’un grand meeting au gymnase Japy, à Paris, jeudi 11 mai à 19h. Photo : AFP
Pierre Laurent lancera le campagne nationale des législatives lors d’un grand meeting au gymnase Japy, à Paris, jeudi 11 mai à 19h. 

Déclaration du secrétaire national du PCF concernant le second tour de l'élection présidentielle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce soir, la candidate du Front national n'est pas élue. C'est un soulagement ! Une large majorité d’électrices et d’électeurs n’a pas voulu porter à la tête de l’Etat ses idées de haine et de division, son projet raciste et xénophobe, sa politique violemment discriminatoire, libérale et guerrière.

Nous, communistes, sommes fiers d'avoir oeuvré avec clarté à cette défaite, car nous savons qu'elle continue à menacer la République et son unité.

Nous n'en voulons à aucun prix, ni aujourd'hui, ni demain.

Mais ce soir, notre coeur n'est pas à la fête. Notre pays vit des heures graves. Ce second tour est, à nouveau, une très sérieuse alerte pour toutes celles et ceux qui sont attachés à la démocratie et à l'égalité. Marine Le Pen, avec 35 % , obtient 14% de plus qu'au premier tour. C’est le résultat de la banalisation des idées d’extrême droite que nous sommes plus que jamais décidés à combattre. C'est aussi le résultat de décennies d’alternances politiques défavorables aux intérêts populaires, de trahisons et de renoncements des gouvernements successifs. Nous partageons ce soir la profonde colère des millions de personnes qui se sont senties piégées par ce second tour. Piège orchestré par les mécanismes de la Ve République usée et perverse. A l'avenir, nous ne voulons plus être obligés de voter par défaut pour battre l'extrême droite. Nous ne voulons plus la voir aussi haut. Pour cela, il faut construire la victoire d'un vrai changement de politique qui libère la France de la tutelle des marchés financiers, qui proclame « l'humain d'abord » et s'attaque à la domination de la finance en conquérant de nouveaux pouvoirs à tous les niveaux, qui ouvre le chemin d'une nouvelle société de bonheur, de solidarité, de justice, d'écologie, de paix et d’égalité.

Ces choix politiques de progrès, ce n'est pas Emmanuel Macron, candidat des milieux financiers, élu ce soir Président de la République qui les fera. Il veut tout marchandiser dans la société. Son élection est fragile. Les millions d’électeurs qui ont voté Macron ont d'abord voulu barrer la route de l’Elysée à Marine Le Pen. Déjà au premier tour, ils et elles étaient nombreux à voter pour lui par défaut pour éviter un duel entre Fillon et Le Pen. Son projet, très néo-libéral et porteur de graves régressions sociales et démocratiques, est minoritaire dans le pays. Ce qui reste à l'ordre du jour, c'est la construction d'une alternative de transformation sociale, écologique et démocratique à sa politique, et celle d'une nouvelle majorité de gauche pour la porter. Dès demain, et tout au long du quinquennat, les communistes seront mobilisés pour avancer dans cette voie avec toutes celles et ceux qui seront disponibles.

A la casse du Code du Travail qui affaiblirait les droits des travailleurs, nous opposerons une sécurité de l'emploi et de la formation pour éradiquer le chômage et la précarité, en créant de nouveaux pouvoirs dans les entreprises et sur les banques face aux marchés financiers. Au recul du droit à la retraite et à la privatisation de la Sécurité sociale facilitée par la suppression annoncée de cotisations sociales, nous opposerons un plan de défense et de développement de la Sécurité sociale. A la baisse de 60 milliards d’euros des dépenses publiques et à la suppression de 120 000 fonctionnaires, nous opposerons un plan de relance des services publics de proximité dans tous les domaines. Au recours aux ordonnances pour gouverner autoritairement, nous opposerons le respect de la démocratie. Nous serons de tous les combats contre les projets anti-sociaux de Macron, contre les projets ultra-réactionnaires de la droite et de l'extrême-droite.

C'est dans cet esprit que nous voulons conduire les élections législatives des 11 et 18 juin. Le PCF y engage dès ce soir toutes ses forces. Aucune majorité parlementaire n'est acquise pour personne. Notre peuple a une nouvelle chance pour décider de son présent et de son avenir.

Fort du vote de millions de citoyens pour Jean-Luc Mélenchon le 23 avril, avec toutes les forces qui ont soutenu sa candidature et toutes celles qui peuvent se joindre à nous, nous pouvons aller très haut ensemble pour élire à l'Assemblée nationale une forte représentation nationale. Unis, nous pouvons gagner dans de très nombreuses circonscriptions. Désunis, les gains seront limités et cela laisserait la place à des députés « En Marche ! », de droite ou d'extrême droite. Nous avons une grande responsabilité commune devant tous les électeurs de gauche et écologistes. Ils et elles nous demandent de nous unir.

Pour cela, un accord national large, équitable et représentatif, sous une bannière commune qui nous rassemble tous, France insoumise, Parti communiste, Ensemble !, citoyens du Front de gauche est nécessaire. Cela correspond à l'attente et à l'espoir de la majorité des électeurs qui ont porté leurs suffrages le 23 avril sur Jean-Luc Mélenchon. Le Parti communiste est prêt à un tel accord.

Dans tous les cas, ensemble nous pouvons agir pour barrer la route au Front national dans de nombreuses circonscriptions où il peut s'ancrer durablement. Nous pouvons choisir dans chaque circonscription le candidat qui nous donnera les chances maximales de gagner. Nous lançons à nouveau ce soir un appel solennel aux dirigeants politiques de la France insoumise : il n'est pas trop tard pour aboutir à un tel accord national. Et nous restons prêts, si cette ambition n'est pas partagée, à un accord même plus limité. Nous en appelons au dialogue sur tout le territoire dans les heures qui viennent.

Notre parti est engagé dans ces élections avec une ambition : « Faire entrer le peuple à l’Assemblée ». Les candidat-e-s communistes - Front de gauche que nous soutenons dessinent le visage de la France du monde du travail, du privé comme du public, travaillant dans tous les métiers, syndicalistes, citoyen-ne-s engagé-e-s dans leurs territoires, aux diverses origines, jeunes candidatures porteuses d’un renouveau politique ainsi que des femmes et des hommes d’expérience, forts de leur responsabilité d'élu-e local-e.

Avec eux, ce jeudi 11 mai à 19h, Pierre Laurent lancera notre campagne nationale lors d’un grand meeting au gymnase Japy, à Paris.

Soyons forts et unis dès demain pour poursuivre le combat contre l'extrême droite et faire reculer les idées de repli, pour engager dès maintenant la résistance et les projets alternatifs à la politique de casse sociale et d'aggravation de la crise et des inégalités que le nouveau Président compte mettre en œuvre.

Concrétisons ainsi la promesse d'une gauche nouvelle, née dans les urnes le 23 avril.

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français

Partager cet article
Repost0
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 05:19

8 mai 1945 : Massacre de Sétif
 

Au milieu des drapeaux alliés, un drapeau vert, symbole du mouvement national, des banderoles exigeant la libération de Messali Hadj. La police tire. Le porteur de drapeau, un jeune homme, est tué. Une flambée de violence secoue le Constantinois. La répression va être terrible. Cela se passe aussi le 8 mai…Claude Lecomte dans un article publié dans l’Humanité du 9 mai 1995 revient sur cette terrible répression qui ouvrira l’époque de la disparition des empires coloniaux.
« Massacre à Sétif »
« Il n'existe qu'une image de la manifestation du 8 mai 1945 à Sétif, floue, trouble, réalisée par un amateur. Mais elle est terrible quand on sait ce qui va suivre. Elle est un des moments chocs (il y en bien d'autres) du film réalisé pour Arte qui sera présenté sur les écrans le 10 mai . Cet événement dramatique est pourtant absent des histoires officielles et bien des Français l'ignorent encore aujourd'hui. Que s'est il donc passé ce 8 mai?
A Paris, dans toute la France, c'est la fête. La guerre est finie, l'Allemagne vient de s'effondrer et de capituler sans condition. Les criminels de guerre vont être jugés. En Algérie, défilés militaires et réceptions officielles vont de pair. Mais le climat est différent. Le 1er Mai a été marqué par des incidents sanglants. La police a tiré sur les cortèges de travailleurs là où apparaissait le drapeau vert, drapeau de l'indépendance: à Oran, Bougie, Guelma, Alger où l'on compte 10 morts!
Le 8, le PPA (Parti du peuple algérien), de Messali Hadj, interdit et dont le dirigeant vient d'être déporté en Afrique, appelle ses partisans à manifester en réclamant la libération de Messali et en mêlant le drapeau vert à ceux des nations alliées. A Sétif, 7.000 à 8.000 Algériens se regroupent dans la ville «arabe» et se dirigent vers la ville «française». A la hauteur du Café de France, à 8 h 45, la police s'interpose. Coups de feu. Bouzid Saal, peintre en bâtiment de vingt ans, tombe. Les manifestants ripostent à coups de pierre - l'ordre du PPA était formel, pas d'armes - un car de gendarmerie survient. Nouveau tir, nouvelles victimes. Les manifestants refluent, se répandent dans la ville. Là, des victimes européennes cette fois, une vingtaine. A noter que le maire de la ville, le socialiste Deluca, a été sans doute tué par la police lors du premier affrontement.
La nouvelle se propage dans tout le Constantinois. Elle engendre une flambée de violence, une révolte paysanne sans merci, que le film rend vivante. Un témoin raconte qu'à Kerrata «on a pris des bidons d'essence pour les faire flamber» en parlant des Français réfugiés dans la poste. Soigneusement recensés par les autorités, cette jacquerie fera 102 victimes. Le rapport des autorités militaires précise (2) qu'il y avait parmi elles «14 militaires dont 3 indigènes»!
Une répression. féroce
La répression va être féroce. Nul ne peut encore aujourd'hui dénombrer les victimes: 1.500 selon le ministre de l'Intérieur de l'époque, le socialiste Tixier, 10.000 selon la BBC, 15.000 d'après les travaux - vite interrompus - de la commission d'enquête présidée par le général Tubert, 45.000 pour Bachir Boumaza, président de la Fondation du 8 Mai 1945.
A Guelma, le sous-préfet Achiary, futur comploteur du 13 mai 1958, arme les civils, forme une milice qui va multiplier meurtres et exactions. On parlait encore dans cette ville des cadavres jetés dans les fours à chaux d'Héliopolis, sept ans plus tard. Le ministre de l'Intérieur devait dénoncer les «exécutions illégales dues à la milice» et «certaines représailles collectives». Mais il n'y eut pas que la milice. Le commandant de la marine de Bône (Annaba aujourd'hui) écrit dans un rapport officiel «tous les douars avoisinant un endroit où s'était commis un meurtre furent brûlés».
Marine, aviation, troupes coloniales furent mises en mouvement et, le 22 mai, une mascarade de reddition fut organisé sur la plage des Falaises. Mais, ce jour-là, 400 hommes furent emmenés vers une destination inconnue, que l'on ne revit jamais!
La presse française d'alors applaudit à la répression à peu d'exceptions près: «Combat», qui publia du 13 au 23 mai des articles d'Albert Camus demandant que l'on exporte en Algérie «le régime démocratique dont jouissent les Français», et «l'Humanité», qui devait très vite condamner des «opérations de représailles parfaitement injustifiées» malgré la censure qui frappe le journal, pratiquement tous les jours, du 15 mai au 1er juin, date à laquelle elle est abolie.
Des censeurs bien indulgents pour les crimes colonialistes, mais qui recherchent la moindre occasion de contester l'attitude du PCF sur ces questions, ont tenté de faire porter une responsabilité aux communistes pour un article du 11 mai et le fait que Charles Tillon ait alors été ministre de l'Air. Un témoignage de Raymonde Tillon dans le film atteste qu'il n'a pas été informé de l'engagement de l'aviation dans la répression et qu'il a protesté dès qu'il l'a su. De plus, le général Weiss, commandant de l'aviation en Algérie, a déclaré le 30 mai 1946 au journal «Liberté» que «M. Tillon n'a jamais donné cet ordre», car, d'ailleurs, ce n'était pas au ministre mais au commandant en chef qu'il appartenait de commander une mission.
Quant à «l'Humanité», elle n'a publié le 11 mai que le communiqué officiel du gouvernement et, nous l'avons vu, a pris position contre la répression dès que celle-ci fut connue en France. On peut discuter des condamnations de «fascisme» portés alors par les communistes, algériens et français, contre le PPA. François Billoux, dans le livre d'Alleg, en parle comme de «déclarations condamnables». Complètement engagés dans la lutte contre l'hitlérisme, les communistes n'ont sans doute pas perçu alors la portée du sentiment national qui allait prendre tant d'importance dans les années cinquante. Domine également le sentiment que la victoire des peuples sur le nazisme va se traduire par des changements démocratiques valables pour tous. Il n'en sera malheureusement rien et les communistes français ne vont pas tarder à prendre toute leur place dans la lutte anticolonialiste.
Mais il est certain que le 8 mai 1945, s'il marque une date historique par l'effondrement de la barbarie nazie, ouvre également une autre époque, celle de la disparition des empires coloniaux et l'accession à l'indépendance de millions d'hommes ».
CLAUDE LECOMTE

(page Facebook de Robert Clément)

Une page sombre de l'histoire du colonialisme français: 8 mai 1945, début des massacres de Sétif
Partager cet article
Repost0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 09:16
affiche AFPS-ADDAMEER

affiche AFPS-ADDAMEER

AFPS : 

24 ème JOUR DE GREVE DE LA FAIM DES PRISONNIERS POLITIQUES PALESTINIENS...

BRISONS LE MUR DU SILENCE ET DE L'INDIFFERENCE MEDIATIQUE...

A propos des menaces d’alimentation forcée des prisonniers palestiniens en grève de la faim

Déclaration du Comité de Pilotage de la Campagne internationale pour la Libération de Marwan Barghouthi et tous les prisonniers palestiniens

Campagne internationale pour la Libération de Marwan Barghouthi et tous les prisonniers palestiniens, dimanche 7 mai 2017

Suite aux menaces israéliennes de recourir à l’alimentation forcée, une intervention internationale urgente est indispensable afin de sauver la vie des grévistes de la faim palestiniens et pour répondre à leurs justes revendications.

Le 17 avril 2017 plus de 1000 prisonniers menés par Marwan Barghouthi, le dirigeant et parlementaire emprisonné, ont commencé une grève de la faim afin de protester contre les violations de leurs droits par Israël, la puissance occupante. Les Nations unies, le Comité international de la Croix Rouge [1] et de nombreux gouvernements dans le monde ont dénoncé ces violations.

Comme l’affirment les Nations unies, « les grèves de la faim sont une forme de protestation non violente utilisée par des individus qui ont recouru en vain à toutes les autres formes de protestation pour mettre en évidence la gravité de leur situation. Le droit de protester sans violence est un droit humain fondamental » [2] qu’il faut protéger.

Au lieu de garantir que « des personnes privées de liberté qui s’engagent dans une grève de la faim ne soient jamais soumises à des mauvais traitements ou punies pour s’engager dans une grève de la faim et [qu’] elles reçoivent le traitement médical nécessaire, selon leur volonté » [3], Israël a pris des mesures punitives sévères contre les grévistes, y compris la mise à l’isolement total, l’interdiction de rencontrer leurs avocats, des raids [dans les cellules] avec confiscation des biens personnels et le transfert des prisonniers et détenus vers d’autres prisons. Il menace maintenant de recourir à l’alimentation forcée. Le Parlement israélien avait adopté une loi pour autoriser l’alimentation forcée et la Cour Suprême israélienne avait déclaré l’alimentation forcée conforme à la constitution, se positionnant ainsi encore une fois en violation du droit international.

Juan E. Méndez, le Rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et autres traitements cruels et dégradants ou punitions, souligne que « l’alimentation découlant de menaces, de coercition, de la force ou de l’utilisation de contrainte physique sur les individus qui ont opté en dernier recours pour la grève de la faim afin de protester contre leurs conditions de détention, équivaut -même si l’intention est de le faire pour leur bien- à un traitement cruel, inhumain et dégradant [4] ». Après le refus de l’Association des médecins israéliens de participer à la commission de tels crimes de guerre, Israël cherche maintenant à recruter des médecins étrangers. Le Comité de Pilotage de la Campagne appelle tous les Etats à mettre en garde leurs médecins contre une telle implication et annonce son intention de poursuivre en justice tout médecin étranger qui contribuerait à perpétrer ces crimes de guerre.

Les Rapporteurs des Nations unies soulignent que « la façon de mettre fin à une grève de la faim n’est pas de d’imposer l’alimentation aux grévistes mais de remédier aux violations des droits humains sous-jacentes contre lesquelles [les prisonniers] protestent [5] ». La communauté internationale a une responsabilité légale et morale et doit intervenir en urgence pour sauver les vies des prisonniers et pour qu’ils exercent les droits qui leur sont garantis par le droit humanitaire international et le droit international sur les droits humains.

Traduction AFPS

La Campagne internationale pour la libération de Marwan Barghouthi et tous les prisonniers palestiniens a été lancée en octobre 2013 par l’icône anti-apartheid Ahmed Kathrada et Fadwa Barghouthi , de la cellule de Nelson Mandela. Elle a le soutien de 8 Prix Nobel , de 120 gouvernements, de 15 anciens présidents et Premier ministres, de centaines de parlementaires, d’universitaires, d’artistes ainsi que de dizaines d’associations de défense des droits de l’Homme et de syndicats.

24ème jour de grève de la faim des prisonniers politiques palestiniens conduite par Marwan Barghouti:

Au vingtième jour de la grève de la faim de 1500 prisonniers politiques palestiniens, une pensée pour Bobby Sands, député, militant de l'IRA et prisonnier politique irlandais, mort le 5 mai 1981 des suites de sa grève de la faim contre ses geôliers britanniques.

24ème jour de grève de la faim des prisonniers politiques palestiniens conduite par Marwan Barghouti:
Partager cet article
Repost0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 09:00
Communiqué d'Ismaël Dupont: et maintenant, résistons et recréons de la perspective à gauche!  
 
Ce soir, la candidate du Front national est largement battue. C'est un grand soulagement ! 
65 % des électrices et des électeurs n’ont pas voulu porter à la tête de l’Etat ses idées de haine et de division, son projet raciste et xénophobe, sa politique violemment discriminatoire. 
Nous, communistes, sommes fiers d'avoir œuvré avec clarté à cette défaite, car nous savons que le projet du FN continue à menacer la République et son unité. 
Nous n'en voulons à aucun prix, ni aujourd'hui, ni demain. 
Mais ce soir, notre cœur n'est pas à la fête. Notre pays vit des heures graves. Ce second tour est, à nouveau, une très sérieuse alerte pour toutes celles et ceux qui sont attachés à la démocratie et à l'égalité. Marine Le Pen obtient 35 %, soit 14 % de plus qu'au premier tour. A  Morlaix, son score, pourtant très inférieur au score national du fait des traditions d'humanisme de notre ville, augmente de 415 voix, passant de 724 voix à 1139. 
C'est le résultat de décennies d'alternances politiques défavorables aux intérêts populaires, de l'approfondissement des politiques libérales, des inégalités et du chômage. 
Macron, le vainqueur de ce second tour crève-coeur, véritable piège dans lequel nous ont enfermé les institutions de la Ve République et les forces d'influence de la finance, ne répondra pas aux défis sociaux auquel le pays est confronté. Nous combattrons fermement la politique de régression sociale et démocratique du président Macron comme nous avons combattu sa politique au Parlement depuis 5 ans. 
Pour voir résister avec efficacité, nous avons besoin d'un groupe important de députés vraiment de gauche à l'assemblée. 
Pour les législatives, les jeux ne sont pas faits: un record de 25% d'abstention au second tour, un nombre très important de bulletins blancs et nuls (8,8% au niveau national), et son score du premier tour montrent que le Macron et son projet libéral de marchandisation de la société et de la politique ne convainquent pas plus d'une majorité des électeurs. 
Compte tenu de la nouveauté de la situation, de la fragilité de l'assise politique de Macron, il est possible de rebattre les cartes aux législatives.
Pour cela, nous avons besoin du plus large rassemblement possible de la gauche qui lutte contre l'austérité et le libéralisme. Nous espérons que France Insoumise répondra favorablement à nos offres de rassemblement sur la circonscription et dans le département car ensemble, nous pouvons être plus forts, gagner des députés, et créer de l'espoir et de la perspective à gauche. 
L'union de la gauche qui lutte et veut la transformation du système pour faire face aux menaces qui nous guettent est voulue par les électeurs. Ne les décevons pas.  
 
Morlaix, le 7 mai 2017  
Communiqué d'Ismaël Dupont après le second tour des présidentielles: et maintenant, résistons et recréons de la perspective à gauche!
Partager cet article
Repost0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 08:52

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF

"Marine Le Pen n'a pas atteint les objectifs qu'elle s'était fixés, et c'est une grande satisfaction. Nous y avons participé, en appelant à faire barrage à l'extrême-droite. Mais c'était un second tour crève-coeur. On a combattu la politique de Macron jusque-là, on est bien décidé à la combattre encore. Il faudra envoyer à l'Assemblée un maximum de députés de la gauche refusant l'austérité et le néo-libéralisme. Même si pour le moment, localement, aucun accord n'a été trouvé avec France Insoumise" 

Interview Delphine Van Hauwaert, Ouest-France, le 7 mai 2017

Ouest-France, lundi 8 mai 2017: réaction d'Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF, aux résultats du second tour des présidentielles
Partager cet article
Repost0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 08:47
Les cuisiniers s'activent au restaurant: Jean-Pierre Beuzit et Jean-Rolland Labrousse

Les cuisiniers s'activent au restaurant: Jean-Pierre Beuzit et Jean-Rolland Labrousse

Marie-Hélène Le Guen, comme les autres bénévoles au service, a eu beaucoup de travail, avec près de 180 repas à servir

Marie-Hélène Le Guen, comme les autres bénévoles au service, a eu beaucoup de travail, avec près de 180 repas à servir

Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
la table des musiciens de coverfield

la table des musiciens de coverfield

Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Kevin Le Saint - Yvan Le Saint - Gaël Abaléo: le groupe COVERFIELD au grand complet!

Kevin Le Saint - Yvan Le Saint - Gaël Abaléo: le groupe COVERFIELD au grand complet!

Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Les prises de parole de Laurence Cohen, Ismaël Dupont, Muriel Grimardias

Les prises de parole de Laurence Cohen, Ismaël Dupont, Muriel Grimardias

Ismaël Dupont et Laurence Cohen

Ismaël Dupont et Laurence Cohen

Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 2ème Partie (Jean-Luc Le Calvez)
Jules Bouedec, ancien secrétaire de section et élu PCF de Lanmeur, tout sourire

Jules Bouedec, ancien secrétaire de section et élu PCF de Lanmeur, tout sourire

le stand loterie de Annie Le Calvez a eu beaucoup de succès cette année encore

le stand loterie de Annie Le Calvez a eu beaucoup de succès cette année encore

Paul Dagorn et Julia Thatje, au stand librairie politique

Paul Dagorn et Julia Thatje, au stand librairie politique

Vinko Markov et Alain David

Vinko Markov et Alain David

Jean-Pierre Beuzit, notre cuisinier hors pair

Jean-Pierre Beuzit, notre cuisinier hors pair

Aux côtés de Yann, François, Jean-Marc, qui tenaient les stands (de repli, après l'envol des premiers stands, emportés par les bourrasques) de l'AFPS et de Morlaix-Wawel, Julia Thatje et Paul Dagorn, au stand librairie

Aux côtés de Yann, François, Jean-Marc, qui tenaient les stands (de repli, après l'envol des premiers stands, emportés par les bourrasques) de l'AFPS et de Morlaix-Wawel, Julia Thatje et Paul Dagorn, au stand librairie

Monique David et Yvonne Goulm

Monique David et Yvonne Goulm

Les magnifiques photos d'enfants palestiniens de Jean-Marc Nayet étaient exposées à la fête du Viaduc après l'avoir été à Perharidy le mois dernier

Les magnifiques photos d'enfants palestiniens de Jean-Marc Nayet étaient exposées à la fête du Viaduc après l'avoir été à Perharidy le mois dernier

photo Jean-Marc Nayet, dans les camps de réfugiés palestiniens

photo Jean-Marc Nayet, dans les camps de réfugiés palestiniens

photo Jean-Marc Nayet, dans les camps de réfugiés palestiniens

photo Jean-Marc Nayet, dans les camps de réfugiés palestiniens

Partager cet article
Repost0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 08:30

Une très belle fête du premier mai où les recettes ont été multipliées par deux par rapport à l'an passé grâce à la très bonne participation des citoyens et sympathisants communistes et Front de Gauche, et à l'engagement des militants. 

De quoi financer notre local et nos campagnes politiques. 

Ce fut surtout un bon moment de partage et de générosité humaine, où l'Humain d'abord! s'est incarné dans les dires et le faire, la gentillesse et l'esprit de mise en commun. 

Une belle fête politique aussi avec les interventions politiques très applaudies de Daniel Ravasio, Laurence Cohen, sénatrice communiste du Val-de-Marne, responsable du PCF pour l'égalité Femmes-Hommes, Ismaël Dupont et Muriel Grimardias, candidats PCF-Front de Gauche "L'Humain au coeur" aux élections législatives. 

Merci à tous les bénévoles et participants de cette belle fête inter-générationnelle et qui traverse les époques sans prendre trop de rides, juste assez pour faire son charme! 

Merci aux artistes, à Claude Bonnard et Jérôme André, à Coverfield (Gaël Abaléo, Kevin Le Saint, Yvan Le Saint), Jean-Marc Nayet pour ses photographies d'enfants palestiniens. 

Merci à nos partenaires qui soutiennent le peuple palestinien réfugié et colonisé Morlaix-Wawel et l'AFPS. 

Merci à nos annonceurs, à la mairie de Morlaix qui nous laisse la disposition de la place Allende et de beaucoup de matériel prêté. 

Cette 53 e fête du Viaduc se déroulait dans un contexte très particulier et peu réjouissant, le duel Macron-Le Pen du second tour des présidentielles, mais tant qu'il y a de la lutte, de la joie, du dialogue et du plaisir d'être ensemble, il y a de l'espoir!   

Place Allende, ce lundi 1er mai 2017, plusieurs centaines de personnes venus du Léon, du Trégor, des Monts d'Arrée, de Morlaix et de sa proche périphérie, ont partagé un moment de fraternité et de convivialité particulier et précieux.  

C'est à Morlaix, un premier mai, la plus belle place du monde avant l'arrivée des invités de la fête du Viaduc! (photo Jean-Luc Le Calvez)

C'est à Morlaix, un premier mai, la plus belle place du monde avant l'arrivée des invités de la fête du Viaduc! (photo Jean-Luc Le Calvez)

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

Alain David - photo JL Le Calvez

Alain David - photo JL Le Calvez

Jeremy Lainé - photo JL Le Calvez

Jeremy Lainé - photo JL Le Calvez

Yann organise le premier stand de l'AFPS avant qu'il soit emporté par le vent (photo JL Le Calvez)

Yann organise le premier stand de l'AFPS avant qu'il soit emporté par le vent (photo JL Le Calvez)

Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 (Pierre-Yvon Boisnard et Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 (Pierre-Yvon Boisnard et Jean-Luc Le Calvez)
Lucienne Nayet sur le stand Morlaix-Wawel avant que lui aussi soit emporté par la bourrasque (photo Jean-Luc Le Calvez)

Lucienne Nayet sur le stand Morlaix-Wawel avant que lui aussi soit emporté par la bourrasque (photo Jean-Luc Le Calvez)

Lucienne Nayet (photo Jean-Luc Le Calvez)

Lucienne Nayet (photo Jean-Luc Le Calvez)

Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 (Pierre-Yvon Boisnard et Jean-Luc Le Calvez)
Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 (Pierre-Yvon Boisnard et Jean-Luc Le Calvez)
Jean-Rolland Labrousse s'active en cuisine avec Jean-Pierre Beuzit (photo JL Le Calvez)

Jean-Rolland Labrousse s'active en cuisine avec Jean-Pierre Beuzit (photo JL Le Calvez)

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 (Pierre-Yvon Boisnard et Jean-Luc Le Calvez)
Serge Puil, le trésorier du PCF Morlaix, attend les premiers convives du restaurant (photo JL Le Calvez)

Serge Puil, le trésorier du PCF Morlaix, attend les premiers convives du restaurant (photo JL Le Calvez)

Discours d'inauguration de la fête par Daniel Ravasio, secrétaire de section du PCF Morlaix, ici avec Manuel Audigou et Mikaël Seillé à ses côtés (photo Pierre-Yvon Boisnard)
Discours d'inauguration de la fête par Daniel Ravasio, secrétaire de section du PCF Morlaix, ici avec Manuel Audigou et Mikaël Seillé à ses côtés (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Discours d'inauguration de la fête par Daniel Ravasio, secrétaire de section du PCF Morlaix, ici avec Manuel Audigou et Mikaël Seillé à ses côtés (photo Pierre-Yvon Boisnard)

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

Jean-Claude Postic, Serge Bazin, Alain David, Marylise et Jean Lebranchu (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Jean-Claude Postic, Serge Bazin, Alain David, Marylise et Jean Lebranchu (photo Pierre-Yvon Boisnard)

l'ancien député PS Gwenegan Bui et la conseillère régionale PS Sylvaine Vulpiani (photo Pierre-Yvon Boisnard)

l'ancien député PS Gwenegan Bui et la conseillère régionale PS Sylvaine Vulpiani (photo Pierre-Yvon Boisnard)

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

Daniel Ravasio (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Daniel Ravasio (photo Pierre-Yvon Boisnard)

ça s'active pour servir l'apéro avec Mariette Labrousse, notre canadienne nationale, en maître de cérémonies (photo Pierre-Yvon Boisnard)

ça s'active pour servir l'apéro avec Mariette Labrousse, notre canadienne nationale, en maître de cérémonies (photo Pierre-Yvon Boisnard)

photo JL Le Calvez

photo JL Le Calvez

photo JL Le Calvez

photo JL Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

Jean-Victor Gruat, ancien maire PCF de Brennilis, et Jean-Rolland Labrousse (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Jean-Victor Gruat, ancien maire PCF de Brennilis, et Jean-Rolland Labrousse (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Jérôme André et Claude Bonnard ont animé l'apéro, comme chaque année, avec des chansons du mouvement ouvrier et de la résistance et leur orgue de barbarie

Jérôme André et Claude Bonnard ont animé l'apéro, comme chaque année, avec des chansons du mouvement ouvrier et de la résistance et leur orgue de barbarie

les camarades de l'AFPS François Rippe et Thierry Seigland, contraints de réaménager leur stand ailleurs après que le leur ait été emporté par une bourrasque (photo Pierre-Yvon Boisnard)

les camarades de l'AFPS François Rippe et Thierry Seigland, contraints de réaménager leur stand ailleurs après que le leur ait été emporté par une bourrasque (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Au stand loterie d'Annie Le Calvez qui a fait une recette record, comme la tombola, et les rentrées de publicité, en 2017! (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Au stand loterie d'Annie Le Calvez qui a fait une recette record, comme la tombola, et les rentrées de publicité, en 2017! (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Alain David, Vinko Markov, et Yvan Le Gall ont tenu le stand politique sous le chapiteau au centre de la cour tout au long de la journée (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Alain David, Vinko Markov, et Yvan Le Gall ont tenu le stand politique sous le chapiteau au centre de la cour tout au long de la journée (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Yvan Le Gall et Vinko Markov, ici présentant le matériel de la Riposte (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Yvan Le Gall et Vinko Markov, ici présentant le matériel de la Riposte (photo Pierre-Yvon Boisnard)

photo Pierre-Yvon Boisnard - 1er mai 2017, fête du Viaduc

photo Pierre-Yvon Boisnard - 1er mai 2017, fête du Viaduc

photo Pierre-Yvon Boisnard, premier mai 2017, fête du Viaduc

photo Pierre-Yvon Boisnard, premier mai 2017, fête du Viaduc

http://www.pcf.fr/sites/default/files/imagecache/picture/logo_pcf_fdg_largeur1_cmjn_0.png

Parti Communiste Français

Section du Pays de Morlaix

2 Petite Rue Callac 29600 MORLAIX – tel : 02 98 88 30 35

Mel : pcf-morlaix@wanadoo.fr  / Blog : http://le-chiffon-rouge-pcf-morlaix.over-blog.com/

Discours d'inauguration de la fête du 1er mai 2017 à Morlaix: Daniel Ravasio

Bonjour à toutes et à tous.

 

La section PCF de Morlaix est heureuse de vous accueillir à l’inauguration de notre 53ème fête du Viaduc.

 

Je tiens à remercier les associations, organisations syndicales, partis politiques, élus  mais aussi les citoyens présents à cette inauguration.

Merci aussi à nos nombreux annonceurs qui, quelques soient leurs opinions politiques, nous permettent de financer cette fête.

Cette fête, comme celle de 2002, se situe entre les deux tours des élections présidentielles avec en perspectives les élections législatives.

Après ce 1er tour nous nous trouvons fasse à une situation grave mais aussi à des espoirs pour l’avenir.

 

Une situation grave

 

Le 1er tour des élections présidentielles se sont traduites par un résultat, d’abord, source de bien des dangers.

En opposant la candidate de l'extrême droite, Marine Le Pen, au candidat libéral que se sont choisi les milieux financiers, Emmanuel Macron, le second tour de l'élection présidentielle ouvre la porte à de très graves dangers pour notre pays, pour la démocratie et de nouvelles régressions pour notre peuple !

 

Un espoir pour l’avenir

 

Pour la première fois depuis des décennies, nous avons presque réussi à qualifier pour le second tour un candidat qui porte véritablement la transformation sociale et écologique. Les 19,6 % et 7 millions de voix obtenues par Jean-Luc Mélenchon sont remarquables.

Sur le pays de Morlaix, le score de Jean Luc Mélenchon est à l’image de ce qui s’est passé dans toute la France : 20,8% sur la circonscription ; 25,86% sur la ville de Morlaix.

Un autre point à souligner : dans les villes à direction communiste - Front de Gauche, le score de Jean-Luc Mélenchon est supérieur de 11 points à la moyenne nationale (30, 6%).

Bien sûr la gauche, toute tendance confondue, est à un niveau bas (27%), conséquence du désastre qu’a été selon  nous le quinquennat Hollande.

Mais ce score réalisé par Jean-Luc Mélenchon, candidat soutenu activement par le Parti Communiste, a levé un potentiel considérable de résistance et de reconstruction d'une espérance de gauche nouvelle.

Une nouvelle page de la gauche française commence à s’écrire et le Parti communiste français entend l’investir au maximum. Nous entrons dans une période totalement nouvelle et inédite de l’histoire politique de notre pays. L’aspiration au changement, à un nouveau choix de société, continuera de pousser inexorablement.

 

Faire barrage à Marine LE PEN

 

L'extrême-droite incarne ce qu'ont toujours combattu les communistes qui savent à leurs dépens combien il en coûte pour les libertés démocratiques et les opposants de leur confier les rênes du pouvoir.

Cette présence du Front National au second tour des présidentielles vient de loin et a des causes multiples, en premier lieu la permanence du chômage, de la précarité, les politiques libérales et de désindustrialisation et les déceptions amères par rapport aux politiques menées ces dernières décennies.

On ne saurait pour autant s'en accommoder comme si le Front National était un parti démocratique comme un autre. Car ce n'est pas le cas! Le FN, ce parti héritier de l'extrême-droite fasciste, quelles que soient les motivations diverses de ses électeurs, porte dans son histoire et le discours de ses dirigeants, les germes de la haine, de la division, de la discrimination, de l'autoritarisme, de menaces mortelles pour nos libertés, l'égalité des droits, la fraternité entre les citoyens français.

La meilleure réponse, c'est de faire battre largement Marine Le Pen, et, dans la foulée, d'élire à l'assemblée des députés vraiment de gauche pour vous défendre en combattant fermement et sans la moindre ambiguïté la politique d'Emmanuel Macron

 

La résistance passera par les luttes

 

Comme je l’ai déjà dit, le second tour de l'élection présidentielle ouvre la porte à de très graves dangers pour notre pays, pour la démocratie et de nouvelles régressions pour notre peuple !

Toutes ces régressons, il faudra les combattre !

Les militants et élus du Parti Communiste sont sans cesse sur le pont et dans la lutte pour défendre les services publics (l'hôpital, la Poste, le rail, les maisons de retraite, les écoles), les solidarités, les précaires et les salariés, les droits des citoyens à la consultation sur les affaires qui les concernent.

Les salariés et leurs organisations syndicales organisent, du mieux qu’ils le peuvent, les luttes pour refuser toutes les régressions et faire avancer leurs revendications. Je tiens à saluer, ici, la lutte menée par les salariés de l’hôpital de Morlaix.

Dans ce contexte plus inquiétant que jamais il nous faut être mobilisé.

 

Au-delà du second tour, il faut construire dès maintenant le maximum de victoires législatives les 11 et 18 juin prochains pour les forces de gauche nouvelles qui se sont levées le 23 avril.

 

Pour ces élections législatives, les droites sont unies et en ordre de bataille, le Front national veut élargir sa représentation nationale.

Fort du succès et du résultat de Jean-Luc Mélenchon, c'est à nous, Parti communiste, France insoumise, Ensemble !, forces du Front de Gauche, de créer les conditions de ces victoires, pour une gauche de résistance et de combat forte à l'Assemblée nationale comme dans le pays, en élisant le maximum de députés prêts à défendre la jeunesse, le monde du travail, les quartiers populaires.

A l'expérience, les citoyen-nes de notre pays savent que ce sont les député-es communistes et Front de gauche qui ont été les adversaires les plus déterminés du ministre Macron et de la loi El Khomri. Ce sont des député-es qui sont restés fidèles aux engagements pris devant leurs électrices et électeurs. Des députés honnêtes et intègres qui ont préservé une gauche debout.

Dans 212 circonscriptions, la totalité des voix de gauche et écologistes qui se sont portées sur les candidatures de Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et des candidats d'extrême gauche ont déjà devancé le 23 avril Emmanuel Macron, Marine Le Pen et la droite.

Ensemble, nous pouvons gagner ces circonscriptions.

Et dans de nombreuses autres, avec de nouveaux progrès qui sont possibles d'ici le 11 juin, d'autres conquêtes sont possibles.

Dans 210 circonscriptions, ce sont des candidats du FN qui menacent d'être élus, et nous devons prendre des initiatives inédites pour empêcher leur élection.

Les élections législatives seront donc cruciales. La reconquête engagée le 23 avril peut donc se poursuivre à une condition : que les forces qui ont permis ensemble le score de Jean-Luc Mélenchon envoient très vite un signal fort de mise en commun de leurs forces dans cette nouvelle bataille.

C'est l'appel que lance le PCF.

 

Cette fête : une occasion d’échanger de débattre, de se divertir.

 

OUI vous pourrez échanger et débattre

Sur toutes ces questions, sur la situation sociale et politique vous pourrez échanger avec les militants communistes tout au long de cette fête.

Nous invitons tous ceux qui veulent nous rejoindre dans l’action et la lutte à nous rejoindre.

Laurence Cohen, sénatrice communiste, responsable égalité Femmes-Hommes du Parti Communiste, sera présente à notre fête du 1er mai (elle doit arriver bientôt) aux côtés des candidats PCF-Front de Gauche aux législatives, Ismaël Dupont et Muriel Grimardias.

Elle fait parti de ces élu-es PCF - Front de Gauche, élus sincères et combatifs, proches des gens et du terrain, constants dans leurs engagements, élus qui ont porté jusqu'au bout au Parlement une réplique forte aux projets de loi et aux coups de force du gouvernement, et l'exigence d'une politique au service de l'Humain plutôt que de la finance.

 

OUI vous pourrez vous divertir en allant de stand en stand, en écoutant le groupe « Coverfield » qui se produira au cours de cette après-midi

 

Merci à tous de votre présence à cette inauguration.

Pour terminer je vous invite à prendre ensemble le pot de l’amitié.

 

 

photo Jean-Luc Le Calvez: Véronique Péreira, Patrick Asselbourg, Gisèle Moal, élus du Cloître-St Thégonnec et de Plourin-les-Morlaix

photo Jean-Luc Le Calvez: Véronique Péreira, Patrick Asselbourg, Gisèle Moal, élus du Cloître-St Thégonnec et de Plourin-les-Morlaix

Marie Le Goasduff, au premier plan - photo Jean-Luc Le Calvez

Marie Le Goasduff, au premier plan - photo Jean-Luc Le Calvez

Nicole Rizzoni (photo Jean-Luc Le Calvez)

Nicole Rizzoni (photo Jean-Luc Le Calvez)

Pierre-Yvon Boisnard amateur de crustacé (photo JL Le Calvez)

Pierre-Yvon Boisnard amateur de crustacé (photo JL Le Calvez)

Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 (Pierre-Yvon Boisnard et Jean-Luc Le Calvez)
Mariahno Bahno, tout sauf un médecin malgré lui ou un marin d'eau douce (photo Jean-Luc Le Calvez)

Mariahno Bahno, tout sauf un médecin malgré lui ou un marin d'eau douce (photo Jean-Luc Le Calvez)

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

Jérôme André et Claude Bonnard ont donné de la voix

Jérôme André et Claude Bonnard ont donné de la voix

le conteur et artiste Alain Diverrès (photo Jean-Luc Le Calvez)

le conteur et artiste Alain Diverrès (photo Jean-Luc Le Calvez)

photo JL Le Calvez

photo JL Le Calvez

Pascal Kerboriou, à gauche, ancien adjoint sympathisant communiste de Plougonven (photo JL Le Calvez)

Pascal Kerboriou, à gauche, ancien adjoint sympathisant communiste de Plougonven (photo JL Le Calvez)

Anne Caradec et Christophe Ducourant, only rock'n roll! (photo Jean-Luc Le Calvez)

Anne Caradec et Christophe Ducourant, only rock'n roll! (photo Jean-Luc Le Calvez)

Valérie Scattolin, élue Front de Gauche à Morlaix, et Christophe Ducourant (photo Jean-Luc Le Calvez)

Valérie Scattolin, élue Front de Gauche à Morlaix, et Christophe Ducourant (photo Jean-Luc Le Calvez)

Gaël Abaléo, un chanteur-musicien qui régale! (photo Jean-Luc Le Calvez)

Gaël Abaléo, un chanteur-musicien qui régale! (photo Jean-Luc Le Calvez)

Kristell Coïc (photo Jean-Luc Le Calvez)

Kristell Coïc (photo Jean-Luc Le Calvez)

Rodolphe Thirard et Pascal Scattolin (photo Jean-Luc Le Calvez)

Rodolphe Thirard et Pascal Scattolin (photo Jean-Luc Le Calvez)

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

le stand fleurs de Jeremy Lainé, adjoint communiste à Guimaëc

le stand fleurs de Jeremy Lainé, adjoint communiste à Guimaëc

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

la famille LE COZ-BEVOUT-DUPONT presque au complet (photo Jean-Luc Le Calvez)

la famille LE COZ-BEVOUT-DUPONT presque au complet (photo Jean-Luc Le Calvez)

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

Ismaël Dupont et Laurence Cohen (photo Jean-Luc Le Calvez)

Ismaël Dupont et Laurence Cohen (photo Jean-Luc Le Calvez)

Laurence Cohen et Mikaël Seillé (photo Jean-Luc Le Calvez)

Laurence Cohen et Mikaël Seillé (photo Jean-Luc Le Calvez)

Jean-Claude Postic et Michel Tudo, du PCF Lanmeur, deux piliers de la fête cette année

Jean-Claude Postic et Michel Tudo, du PCF Lanmeur, deux piliers de la fête cette année

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

Kévin Beguivin (photo JL Le Calvez)

Kévin Beguivin (photo JL Le Calvez)

Paul Dagorn au stand librairie (photo Jean-Luc Le Calvez)

Paul Dagorn au stand librairie (photo Jean-Luc Le Calvez)

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez, avec Guy Pennec, maire de Plourin, Véronique Péreira, maire du Cloître St Thégonnec, Pascal Kerboriou

photo Jean-Luc Le Calvez, avec Guy Pennec, maire de Plourin, Véronique Péreira, maire du Cloître St Thégonnec, Pascal Kerboriou

Yvan Le Gall sur le stand politique (photo JL Le Calvez)

Yvan Le Gall sur le stand politique (photo JL Le Calvez)

Florence Héré, responsable CGT Finances Publiques (photo JL Le Calvez)

Florence Héré, responsable CGT Finances Publiques (photo JL Le Calvez)

Julien Tanguy, René Saout, Philippe Mora, trois piliers de la CGT

Julien Tanguy, René Saout, Philippe Mora, trois piliers de la CGT

Julien Tanguy (photo Jean-Luc Le Calvez)

Julien Tanguy (photo Jean-Luc Le Calvez)

stand politique (photo Jean-Luc Le Calvez)

stand politique (photo Jean-Luc Le Calvez)

Photos de la 53e fête du Viaduc: 1er mai 2017 (Pierre-Yvon Boisnard et Jean-Luc Le Calvez)
Roger Héré

Roger Héré

photo JL Le Calvez

photo JL Le Calvez

Partager cet article
Repost0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 20:37
Résultats du 2nd tour des élections présidentielles sur la commune de Morlaix, bureau de vote par bureau de vote
Partager cet article
Repost0
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 19:39
Déclaration du Parti Communiste Français après le second tour des élections présidentielles

ELECTION PRESIDENTIELLE - 2nd tour - 7 mai 2017

Déclaration du Parti communiste français

Ce soir, la candidate du Front national est largement battue. C'est un grand soulagement !

65 % des électrices et des électeurs n’ont pas voulu porter à la tête de l’Etat ses idées de haine et de division, son projet raciste et xénophobe, sa politique violemment discriminatoire, libérale et guerrière. Nous, communistes, sommes fiers d'avoir oeuvré avec clarté à cette défaite, car nous savons que le projet du FN continue à menacer la République et son unité.

Nous n'en voulons à aucun prix, ni aujourd'hui, ni demain. Mais ce soir, notre coeur n'est pas à la fête. Notre pays vit des heures graves.

Ce second tour est, à nouveau, une très sérieuse alerte pour toutes celles et ceux qui sont attachés à la démocratie et à l'égalité. Marine Le Pen obtient 35 %, soit 14 % de plus qu'au premier tour.

C’est le résultat de la banalisation des idées d’extrême droite que nous sommes plus que jamais décidés à combattre.

C'est aussi le résultat de décennies d’alternances politiques défavorables aux intérêts populaires, de trahisons et de renoncements des gouvernements successifs. Nous partageons ce soir la profonde colère des millions de personnes qui se sont senties piégées par ce second tour.

Piège orchestré par les mécanismes de la Ve République usée et perverse.

A l'avenir, nous ne voulons plus être obligés de voter par défaut pour battre l'extrême droite. Nous ne voulons plus la voir aussi haut.

Pour cela, il faut construire la victoire d'un vrai changement de politique qui libère la France de la tutelle des marchés financiers, qui proclame « l'humain d'abord », qui s'attaque à la domination de la finance en conquérant de nouveaux pouvoirs à tous les niveaux, qui ouvre le chemin d'une nouvelle société de bonheur, de solidarité, de justice, d'écologie, de paix et d’égalité.

Ces choix politiques de progrès, ce n'est pas Emmanuel Macron, candidat des milieux financiers, élu ce soir Président de la République qui les fera. Il veut tout marchandiser dans la société. Son élection est fragile. Les millions d’électeurs qui ont voté Macron ont d'abord voulu barrer la route de l’Elysée à Marine Le Pen.

Déjà au premier tour, ils et elles étaient nombreux à voter pour lui par défaut pour éviter un duel entre Fillon et Le Pen. Son projet, porteur de graves régressions sociales et démocratiques, est minoritaire dans le pays.

Ce qui reste à l'ordre du jour, c'est la construction d'une alternative de transformation sociale, écologique et démocratique à cette politique, et la construction d'une nouvelle majorité pour la porter. Dès demain, et tout au long du quinquennat, les communistes seront mobilisés pour avancer dans cette voie avec toutes celles et ceux qui seront disponibles à gauche.

A la casse du Code du Travail qui affaiblirait les droits des travailleurs, nous opposerons une sécurité de l'emploi et de la formation pour éradiquer le chômage et la précarité, en créant de nouveaux pouvoirs dans les entreprises et sur les banques face aux marchés financiers. Au recul du droit à la retraite et à la privatisation de la Sécurité sociale facilitée par la suppression annoncée de cotisations sociales, nous opposerons un plan de défense et de développement de la Sécurité sociale.

A la baisse de 60 milliards d’euros des dépenses publiques et à la suppression de 120 000 fonctionnaires, nous opposerons un plan de relance des services publics de proximité dans tous les domaines.

Au recours aux ordonnances pour gouverner autoritairement, nous opposerons le respect de la démocratie.

Nous serons de tous les combats contre les projets anti-sociaux de Macron, contre les projets ultra-réactionnaires de la droite et de l'extrême-droite.

C'est dans cet esprit que nous voulons conduire les élections législatives des 11 et 18 juin.

Le PCF y engage dès ce soir toutes ses forces. Aucune majorité parlementaire n'est acquise pour personne.

Dans cinq semaines, notre peuple a une nouvelle chance pour décider de son présent et de son avenir. Forts du vote de millions de citoyens pour Jean-Luc Mélenchon le 23 avril, avec toutes les forces qui ont soutenu sa candidature et toutes celles qui peuvent se joindre à nous, nous pouvons aller très haut ensemble pour élire à l'Assemblée nationale une forte représentation nationale, conquérir une nouvelle majorité pour agir.

Unis, nous pouvons gagner dans de très nombreuses circonscriptions. Désunis, les gains seront limités et cela laissera la place à des députés « En Marche ! », de droite ou d'extrême droite. Nous avons une grande responsabilité commune devant tous les électeurs de gauche et écologistes. Ils et elles nous demandent de nous unir.

Pour cela, un accord national large, équitable et représentatif, sous une bannière commune qui nous rassemble tous, France insoumise, Parti communiste, Ensemble !, citoyens du Front de gauche est nécessaire. 

Cela correspond à l'attente et à l'espoir de la majorité des électeurs qui ont porté leurs suffrages le 23 avril sur Jean-Luc Mélenchon.

Le Parti communiste est prêt à un tel accord. Dans tous les cas, ensemble nous pouvons agir pour barrer la route au Front national dans de nombreuses circonscriptions où il peut s'ancrer durablement. Nous pouvons choisir dans chaque circonscription le candidat qui nous donnera les chances maximales de gagner. Nous lançons à nouveau ce soir un appel solennel aux dirigeants politiques de la France insoumise : il n'est pas trop tard pour aboutir à un tel accord national. Et nous restons prêts, si cette ambition n'est pas partagée, à un accord même plus limité.

Nous en appelons au dialogue sur tout le territoire dans les heures qui viennent. Notre parti est engagé dans ces élections avec une ambition : « Faire entrer le peuple à l’Assemblée ».

Les candidat-e-s communistes - Front de gauche que nous soutenons dessinent le visage de la France du monde du travail, du privé comme du public, travaillant dans tous les métiers, syndicalistes, citoyen-ne-s engagé-e-s dans leurs territoires, aux diverses origines, jeunes candidatures porteuses d’un renouveau politique ainsi que femmes et hommes d’expérience, forts de leur responsabilité d'élu-e local-e.

Avec eux, ce jeudi 11 mai à 19h, Pierre Laurent lancera notre campagne nationale lors d’un grand meeting au gymnase Japy, à Paris.

Soyons forts et unis dès maintenant, pour engager la résistance et avancer les projets alternatifs à la politique de casse sociale et d'aggravation des inégalités que le nouveau Président compte mettre en œuvre

Déclaration du Parti Communiste Français après le second tour des élections présidentielles
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011