Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 06:42
Exposition des tableaux de Marie-Paule Kérebel choisis par sa fille Elise à Traon Nevez, Ploézoc'h, du 27 avril au 13 mai 2018

Après l'exposition au Bar des Deux Rivières à Morlaix en janvier -février, les tableaux de notre amie et camarade Marie-Paule Kérebel, militante du PCF depuis les années 1970, infirmière en psychiatrie, ancienne adjointe communiste de Morlaix aux affaires sociales à Morlaix, élue pendant 24 ans, décédée en 2015. ont trouvé un nouvel écrin avec le centre d'exposition et d'animation de Traon Nevez, à l'entrée de la baie de Morlaix.  

L'occasion de retrouver le talent créatif et la très grande gamme de techniques et de sujets d'expressions de Marie-Paule qui, une fois en retraite surtout, était sans cesse en train de travailler la matière artistique.

Exposition visible du jeudi au dimanche de 14h à 17h30. Venez nombreux....

Exposition des tableaux de Marie-Paule Kérebel choisis par sa fille Elise à Traon Nevez, Ploézoc'h, du 27 avril au 13 mai 2018
Exposition des tableaux de Marie-Paule Kérebel choisis par sa fille Elise à Traon Nevez, Ploézoc'h, du 27 avril au 13 mai 2018
Partager cet article
Repost0
27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 06:38
Lucienne Nayet et Dominique Adenot, ancien maire communiste de Champigny-sur-Marne, récemment décédé

Lucienne Nayet et Dominique Adenot, ancien maire communiste de Champigny-sur-Marne, récemment décédé

Ce week-end est paru dans le Parisien un manifeste à l'initiative de Philippe Val, ancien proche de Nicolas Sarkozy, et d'un groupe ancré ou dérivant nettement à droite (Elisabeth de Fontenay, Pascal Bruckner, Carlo Bruni, Jean-Claude Casanova, Bernard Cazeneuve, Eric Ciotti, Brice Couturier, Gérard Depardieu, Christian Estrosi, Alain Finkielkrault, Manuel Valls, Pierre-André Taguieff, François Pinault, Nicolas Sarkozy, Bernard-Henri Levy, Pierre Lescure, Jack Lang, Bertrand Delanoë: pseudo- gauche bling-bling des beaux quartiers, grands patrons, éditorialistes ou intellectuels néo-conservateurs, racistes ou xénophobes pour certains, exilés fiscaux du show-biz, grands bourgeois, prêts à tous les amalgames) dénonçant les ravages d'un nouvel antisémitisme français à base arabe et musulmane ou de critique de la politique coloniale de l'Etat d'Israël.
Ce texte idéologique et outrancier, tout droit sorti de la propagande du CRIF ou de Netanyahou, signé par 250 personnalités rend responsable la population d'origine arabe d'une "épuration ethnique à bas bruit" touchant les juifs de France, dénonce le clientélisme de politiques vis-à-vis de la population d'origine arabe ou musulmane de France, parle d'une terreur qui se répand dans la population juive. 
 
 
Nous avons demandé à notre amie et camarade du PCF, Lucienne Nayet, ce qu'elle en pensait. 
 
Lucienne Nayet:
 
" Voici ce que m’inspire ce “Manifeste » contre l’antisémitisme.
 
Avant tout de la Colère: ce texte est un appel à la haine, à la guerre civile, c’est un appel dangereux.
 
Quelques remarques…..
 
Il n’y a pas de lutte anti-raciste qui n’inclura pas tous les racismes et discriminations, on ne peut pas lutter contre un racisme en s’appuyant sur un autre racisme. 
 
Hiérarchiser le racisme c’est tomber soi-même dans le racisme et c’est aussi saboter le combat contre le racisme.
 
Qui est anti-juif en France ?
 
Certainement:  
- Les intégristes catholiques qui pensent encore que les juifs ont crucifié le Christ et tout au long de  leur histoire ont persécuté, ghettoïsé et interdit aux juifs un grand nombre de métiers
- Les fascistes adeptes de la théorie des races qui placent les juifs comme des “poux“à exterminer.
 
Les sites néo-nazis dont j’ai été victime qui incitent à la haine ?
 
Qu’attend t’on pour les fermer ?
 
Et pourtant une solidarité active d’une grande diversité demande la fermeture et le combat de l’idéologie nazie
 
Je ne parle pas sur les inquiétudes sur la volonté de réhabiliter Maurras (à l'occasion d'une manifestation parrainée par le gouvernement), de publier les textes antisémites de Céline chez Gallimard en collection littéraire, et dans notre région de réhabiliter l’Abbé Perrot avec une manifestation de soutien d'extrême-droite radicale à Scrignac et le silence des autorités.
 
On écrit  "communistes assassins", du moins les nostalgiques de la collaboration et du nazisme: « où est la connaissance de l’histoire?
 
J'ai des inquiétudes en voyant des volontés négationnistes et révisionnistes, des inquiétudes profondes sur les montées des extrêmes droites dans certains pays d’Europe.
 
Faut-il rappeler qu’en France contrairement aux autres pays occupés, la solidarité populaire des communistes aux gaullistes, en passant par les chrétiens, les protestants ont permis à près de 2/3 des juifs d’échapper aux génocides.
 
Je fais partie en tant qu’en « enfant caché » d’avoir été sauvé par cette solidarité.
 
Il faut en priorité déjouer et dénoncer ces “démagogues“ (les 200 signataires de l’appel) qui instrumentalisent les peines et les souffrances et qui  exploitent les traumatismes profonds qui hantent toujours la mémoire des peuples.
 
Il faut d’abord des informations claires, des études cohérentes, des analyses mais avant tout il faut des pédagogies et des connaissances solidaires et fraternelles.
 
Que cet antisémitisme, idéologie, préjugés, violences est le fait des groupes divers  est caractéristique de l’extrême droite (y compris du FN…) dont la diabolisation n’a pas éradiqué le vieux racisme anti-juif et le négationnisme . Cet antisémitisme s’est aussi développé parmi les enfants de l’immigration.
 
Parmi les jeunes de ces banlieues la violence comme d’ailleurs le djihadisme n’a pas qu’une dimension idéologique ou religieuse, elle s’enracine dans la désespérance  sociale, elle même produite par des discriminations économiques, sociales et ethniques qui les frappent dans notre  société républicaine et laïque (pas un mot dans cet appel)
 
Vigilance et répression de l'antisémitisme doivent aller de pair avec intégration. C’est le “VIVRE ENSEMBLE“ qui est fondateur des valeurs démocratiques, humanistes et républicaines.
 
Je continuerai à lutter contre l’antisémitisme et le racisme anti-arabe sans privilégier un combat sur l’autre..
C’est le combat de tous les citoyens(les).
 
Ce sont des valeurs universelles qui doivent être le combat de tous les humanistes
 
Une réflexion  également sur le mutisme de ce « Manifeste «  : le conflit israelo-palestinien. 
 
La politique israélienne actuelle et sa propagande qui sont insupportables traversent ce texte mais sans le dire.
 
Quiconque se soucie de combattre l’antisémitisme et tous les racismes en France et dans le monde mais ignore les impératifs d’une paix juste et  durable au Proche Orient fait preuve d’aveuglement.
 
C’est intolérable, un tel texte et irresponsable de la part des signataires qui appellent à la haine, l’exclusion et fait porter la montée de  l’antisémitisme aux arabes qui composent la société française, une société de richesses diverses. et pas
 
P.S.  Juif est considéré pour moi comme un héritage culturel et par forcément un concept religieux  comme souvent on le définit. 
 
Lucienne Nayet - 25 avril 2018"
Partager cet article
Repost0
27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 06:32
Idéologie(s), Jean-Emmanuel Ducoin - Un « manifeste » mortifère sur l'antisémitisme, signé par 250 personnalités, divise la France en son sens le plus intime, fragmente la citoyenneté
Idéologie(s)
 
Un « manifeste » mortifère sur l'antisémitisme, signé par 250 personnalités, divise la France en son sens le plus intime, fragmente la citoyenneté par des mots excessifs et des mises en cause irresponsables. 
 
Abject. Le constat nous apparaît chaque jour un peu plus dans son éclatante cruauté: notre République se délite dans des passions qui ne lui ressemblent pas et l’atteint au cœur et à l’âme. Le manifeste publié dimanche dernier dans le Parisien visant à dénoncer les agressions contre les juifs est à peu près tout ce qu’il ne fallait pas faire. Pensez donc. Un texte publié pour défendre les juifs, fort du nombre et de la variété de ses 250 signataires, divise la France en son sens le plus intime, fragmente la citoyenneté par des mots excessifs et des mises en cause déconcertantes, brutales, irresponsables. Initié par l’ex-directeur de Charlie Hebdo Philippe Val et l’essayiste Pascal Bruckner, ce texte nous stupéfie d’autant plus qu’il témoigne – sans en avoir l’air – d’une idéologie française assez rance pour apparaître masquée. C’est le journaliste et essayiste Claude Askolovitch qui l’a exprimé le mieux, cette semaine, dans une tribune admirable, lui, le juif qui n’oublie pas l’histoire. «Enfin, des voix s’élèvent, pour “nous”, et j’en prends ombrage? écrit-il. Ce texte est glaçant pour la vérité dont il émane comme pour les mensonges qu’il induit. Il est terrifiant pour ce qu’il rappelle de la vie et de la mort de juifs, ici, depuis le début du siècle ; et horrible pour ce qu’il nourrit: une mise en accusation des musulmans de ce pays, réputés étrangers à une véritable identité française, sauf à renoncer à leur dignité. Je ne conteste pas la bonne volonté des signataires. Je voudrais, humblement, qu’ils mesurent leur risque et leurs mots.» Et il poursuit en ces termes: «Elle fait de la lutte pour les juifs une composante du combat identitaire français, et cette identité exclut. Elle s’énonce dans un syllogisme. La France, sans les juifs, ne serait pas elle-même? Les juifs, de musulmans, sont les victimes? La France, par ces musulmans, ne sera plus la France.» Claude Askolovitch a mille fois raison. Ce manifeste, par sa lecture attentive, plaque un postulat horrible: pour dénoncer l’antisémitisme, adoptez l’islamophobie! Curieuse méthode, celle de combattre le racisme en incitant à un autre racisme, et, au passage, d’accuser les antiracistes de gauche de pactiser – au mieux – avec des racistes. Le procédé devient abject et déshonorant pour leurs auteurs, dans la mesure où il réduit l’antisémitisme contemporain en France, pour l’essentiel, à l’islam, et à l’appui que lui apporteraient diverses franges du «gauchisme».

Faute. Le sociologue Michel Wieviorka pense la même chose:«Le déséquilibre est grand, dans ce texte, entre sa charge anti-islamiste, vite antimusulmans, et ce qui y est dit, sans s’y arrêter, des autres expressions de la haine des juifs.» Il suffit de tourner notre regard ailleurs pour savoir que le renouveau du phénomène antisémite ne doit pas grand-chose à une présence musulmane mais tout aux nationalismes ambiants: Pologne, Hongrie, Autriche, etc. Dans un domaine ultrasensible, ne pas maîtriser son langage et opter pour l’outrance, les yeux parfois rivés sur le FN, relève de la faute morale et d’un manquement grave à l’Histoire. Se laver les mains à bon compte sur le dos des musulmans pour effacer le vieil antisémitisme «à la française», dans un pays où Fifille-là-voilà participa au second tour de la présidentielle, relève d’une stratégie indigne. D’ailleurs, que signifie cette volonté acharnée de promotionner des textes de penseurs«polémiques», selon le mot des éditions Gallimard, à propos des écrits antisémites de Céline, alors que, dans le même temps, nombre d’intellectuels vantent une certaine réhabilitation de Maurras, de Rebatet, de Speer et de quelques autres? Comme le clame Claude Askolovitch: «Je suis, républicain, perplexe quand tant de personnages pétitionnent, dans des mots qui n’auront jamais aucune influence sur la haine qui ravage la société, des mots qui voudraient, par force, arracher quelque nouvelle loi, quelque nouvel oukaze, pour faire de “nos concitoyens musulmans” des Français malheureux, dont chacun se méfiera, qui se méfieront de tous. Ce sera une tragédie de notre société, qu’aura justifiée le besoin de me défendre, moi juif, moi prétexte.» Rien à ajouter.
 
[BLOC-NOTES publié dans l’Humanité du 27 avril 2018.]
Partager cet article
Repost0
27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 06:27
Le Hall B de Rennes II Villejean en grève retrouve des couleurs: Vive la Commune!
Le Hall B de Rennes II Villejean en grève retrouve des couleurs: Vive la Commune!

IL EST DE RETOUR ! Le fronton du Hall B a retrouvé son célèbre « Vive la commune ! ». Présent pendant plus de 20 ans, effacé en 2010 et réinscrit/effacé 6 fois depuis, il symbolise l’esprit soixante-huitards et rebelle de notre université ! La Commune de Paris est une période insurrectionnelle de l'histoire de Paris qui dura un peu plus de deux mois en 1871. Cette insurrection contre le Gouvernement monarchiste donna lieu, à l’échelle de Paris, l’expérimentation d’un système autogestionnaire et pré-communiste qui inspira fortement Karl Marx par la suite.

Partager cet article
Repost0
27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 06:21
Bernard Lavilliers. « Sans l’Humanité, ce serait comme un trou dans le journalisme »
JEUDI, 21 AVRIL, 2016
L'HUMANITÉ
 
Vous avez toujours eu une relation très forte avec l’Humanité, qui connaît actuellement de graves difficultés financières. Que représente ce journal pour vous ?

Bernard Lavilliers Un journal c’est un symbole de la diversité culturelle. L’Humanité c’est un point de vue, une façon de traiter les choses. Quand on veut se faire une idée, c’est bien d’avoir un journal d’opinion. N’oublions pas que ce journal a été créé il y a longtemps. Peut-être qu’il y a des gens qui se demandent pourquoi Lavilliers défend l’Huma. Eh bien je défends ce journal parce que vous faites partie du paysage. Il y a une prise de parole, une façon de voir les choses. C’est un journal qui a minci au fil du temps, qu’il faut garder. Alors, évidemment, qui va investir ? Vous êtes l’un des derniers journaux indépendants, comme le Canard enchaîné. Les autres, s’ils n’avaient pas leurs gros propriétaires, qui d’ailleurs défendent leurs intérêts à travers leurs titres, ils ne vivraient pas non plus. Ils seraient tous en train d’appeler tout le monde pour dire on va crever.

S’agissant du pluralisme, qu’évoquerait pour vous un paysage de la presse sans l’Humanité ?

Bernard Lavilliers Aujourd’hui, en lisant la presse, on peut avoir trois ou quatre avis, quand les journaux peuvent encore aller sur le terrain et raconter des choses que les journalistes ont vues, parce qu’autrement c’est les agences de presse qui font le boulot. Il n’y a plus beaucoup de journaux qui peuvent se permettre des envoyés spéciaux pour voir ce qui se passe dans le monde. Quand ça arrive, ils ne restent pas longtemps. Par rapport à notre panorama français, si l’Humanité disparaissait, ce serait comme un trou dans le journalisme. Il y a eu des grandes plumes, il y en a encore à l’Huma. J’étais très proche de Roland Leroy. C’est bizarre en tant qu’anarchiste, d’avoir autant d’amis à l’Huma, mais on s’est quand même bien entendu la plupart du temps. Le fait qu’un journal créé par Jean Jaurès puisse disparaître, ça me ferait mal au cœur.

Quel message avez-vous envie d’adresser aux lecteurs de l’Huma ?

Bernard Lavilliers Comme je le dis dans un de mes disques : « tout est permis, rien n’est possible ». Il y a un côté comme ça. Les gens du pouvoir ne vont pas dire ouvertement qu’au fond ils font mourir l’Huma. Au contraire, si on leur pose la question, ils répondront « on va tout faire pour sauver ce journal ». Mais, en attendant, ils ont d’autres chats à fouetter. Je dirai aux lecteurs de l’Huma « tenez le coup, fédérez-vous, vous avez l’habitude, je serai à vos côtés ».

Partager cet article
Repost0
26 avril 2018 4 26 /04 /avril /2018 11:28
Rassemblement à Morlaix le 22 mars 2018 sur la journée de mobilisation pour la Fonction Publique (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Rassemblement à Morlaix le 22 mars 2018 sur la journée de mobilisation pour la Fonction Publique (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Tu trouveras ci-dessous les éléments à la connaissance sur les rassemblements prévus dans le département pour le 1ermai.

Ce 1er  Mai doit nous servir de caisse de résonance pour dire notre opposition résolue à la politique de Macron et notre colère face à cette politique de casse sociale au service du capital et des plus riches et de tremplin pour  préparer les prochaines journées d’actions à savoir : notamment le 22 Mai (pour la défense des services public….) et celle du 14 Juin journée nationale spécifique retraités.

Les rassemblements prévus pour le moment dans le Finistère:

Pont L’Abbé 10h30 place de la Madeleine

Carhaix-Huelgoat-Rostrenen 10h30 place du champ de foire à Carhaix

Morlaix place des Otages 11h

Brest 10h30 place de la liberté

Châteaulin 10h30 place de la résistance

Quimper 11h00 devant la gare avec barbecue cheminots à 12h30 au CMA cheminots avenue de la libération

Partager cet article
Repost0
26 avril 2018 4 26 /04 /avril /2018 06:34
Vergiat - L'Humanité, 16 avril 2018

Vergiat - L'Humanité, 16 avril 2018

Marie-Christine Vergiat « La France est championne européenne des expulsions »
ENTRETIEN RÉALISÉ PAR E. U.
LUNDI, 16 AVRIL, 2018
L'HUMANITÉ
Marie-Christine Vergiat Députée de la Gauche unitaire européenne
 

Pour l’eurodéputée Marie-Christine Vergiat, la loi Collomb est un des rouages du projet d’Europe forteresse voulu par les États membres de l’UE.

Gérard Collomb a pris l’habitude d’en appeler aux « bonnes pratiques » de nos voisins européens pour justifier les mesures les plus dures de son projet de loi. En quoi cette nouvelle réforme du Ceseda (Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile) s’inscrit-elle dans la logique globale de l’Europe forteresse ?

Marie-Christine Vergiat « Les bonnes pratiques de nos voisins européens » ont bon dos et devraient plutôt inspirer le ministre quand elles permettent une meilleure protection des réfugiés. La France est l’un des six pays membres de l’Union européenne qui accordent le moins la protection internationale. Or, la réduction du délai d’examen des demandes d’asile risque d’aggraver les choses. Partout dans l’UE, les politiques vis-à-vis des étrangers en situation de séjour irrégulier se durcissent, sans grand lien avec la réalité des mouvements migratoires. Il y a quasiment autant de migrants qui quittent les pays européens que de gens qui y arrivent. On est loin des fantasmes entre « bons réfugiés » et « mauvais migrants économiques ». Ceux qui sont catégorisés comme tels sont essentiellement ceux qui viennent du Sud, à qui on ferme de plus en plus les voies légales vers l’UE alors même qu’ils fuient, pour la plupart, des situations insupportables sur le plan humain. Ce sont donc les réfugiés qui sont les principales victimes de l’Europe forteresse. Et dans ce domaine, la France est un des pires pays, souvent celui qui inspire ces politiques. L’augmentation de la durée de rétention légale est un bon exemple. Si la France a la durée légale la plus courte de l’UE, elle est championne européenne en matière d’expulsions. Ce n’est donc pas une question de temps. L’immense majorité des expulsions se font dans les douze premiers jours et, plus la durée s’allonge, moins on expulse.

Les associations de solidarité avec les exilés appellent à une profonde révision du règlement de Dublin III. Quelle est votre position ?

Marie-Christine Vergiat Elles ont raison. Ce règlement a été mis en place dans la logique de la suppression des frontières dans l’espace européen. Mais il aurait dû être accompagné de la mise en place d’un véritable droit d’asile européen. Ce que les États membres ont refusé. Sa réforme est indispensable pour assurer la solidarité entre les États membres et ne pas rejeter la responsabilité de l’accueil vers les seuls pays dits de première entrée, c’est-à-dire ceux qui sont le plus confrontés à l’arrivée de demandeurs d’asile. C’est le sens de la bataille que mène actuellement le Parlement européen contre les États membres qui, eux, veulent durcir le dispositif en rendant obligatoire le « dublinage ».

Le gouvernement français reste réticent à modifier l’article de loi instituant le délit de solidarité. La criminalisation des actions de solidarité est-elle également devenue une tendance européenne ?

Marie-Christine Vergiat Je n’irai pas jusque-là. Cela existe dans quelques pays européens, le pire étant actuellement la Hongrie. Mais la tendance est plutôt la criminalisation des migrants eux-mêmes, leur enfermement et leur fichage de plus en plus systématiques. Plusieurs textes européens sont en cours de discussion là-dessus, dans une certaine indifférence, ce qui m’inquiète profondément. Les discours de haine se développent et lorsqu’ils sont portés par les gouvernements eux-mêmes, cela a des effets ravageurs. La suppression du délit de solidarité devrait être une priorité quand on prétend allier humanisme et fermeté. Malheureusement, c’est plus souvent la seconde notion qui prévaut dans les politiques actuelles.

Marie-Christine Vergiat

Députée de la Gauche unitaire européenne

Journaliste
Partager cet article
Repost0
26 avril 2018 4 26 /04 /avril /2018 05:49
25 avril 1974, Révolution des Oeillets au Portugal: j'y étais - Par Michel Tudo Deler (section PCF de Lanmeur)
photo Michel Tudo

photo Michel Tudo

photo Michel Tudo

photo Michel Tudo

photo Michel Tudo

photo Michel Tudo

photo Michel Tudo

photo Michel Tudo

25 avril 1974, Révolution des Oeillets au Portugal: j'y étais - Par Michel Tudo Deler (section PCF de Lanmeur)

25 AVRIL 1974 : j'y étais.
J'ai retrouvé quelques photos et fresques dessinées sur les mur.

- Michel Tudo

Il y a 40 ans, "la révolution des Oeillets"

"Le 25 avril 1974 est une date qui a marqué de manière indélébile ma vie et celle de la grande majorité des Portugais. Ce fut une révolution pacifique, au succès incontestable, qui eut une immense répercussion en Europe et dans le monde. La "révolution des œillets" a mis fin à une dictature fascisante de quarante-huit longues et cruelles années qui s'était maintenue grâce à la censure et à une police politique et qui a bloqué notre pays durant près de cinq décennies sur le plan politique, culturel, économique et social." Mário Soarès, ancien président portugais, figure historique de la lutte contre la dictature.
Le 25 avril 1974, les Portugais tournaient la page de 48 ans d’une dictature dirigée par Antonio Oliveira Salazar jusqu’en 1968, puis par Marcelo Caetano jusqu’à la chute du régime.
Trois jours après la révolution des oeillets à Lisbonne, les deux principaux partis de gauche, le Parti Communiste Portugais et le parti Socialiste sont sortis de la clandestinité, pour rendre hommage aux forces armées. Plusieurs syndicats demandent la reconnaissance du droit de grève et l'amnistie générale."

Partager cet article
Repost0
26 avril 2018 4 26 /04 /avril /2018 05:35

Vidéo mise sur You Tube par Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard: Thierry Piriou, le président de Morlaix-Co, en discussion avec les personnels

photo Pierre-Yvon Boisnard: Thierry Piriou, le président de Morlaix-Co, en discussion avec les personnels

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard: Jean-Michel Parcheminal, Yvon Le Cousse, et Alain David

photo Pierre-Yvon Boisnard: Jean-Michel Parcheminal, Yvon Le Cousse, et Alain David

Martine Carn et Marc Madec (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Martine Carn et Marc Madec (photo Pierre-Yvon Boisnard)

photo Pierre-Yvon Boisnard: Pascal Kerboriou de la CGT, ancien adjoint au maire sympathisant PCF de Plougonven, et Yvon Le Cousse, maire de Plougonven

photo Pierre-Yvon Boisnard: Pascal Kerboriou de la CGT, ancien adjoint au maire sympathisant PCF de Plougonven, et Yvon Le Cousse, maire de Plougonven

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

Très grosse affluence au début du conseil de communauté lundi soir avec une forte mobilisation du comité de défense de l'hôpital, des personnels et de la CGT hôpital, dans la foulée du rassemblement à l'hôpital de ce matin, réunissant 200 personnes. Du jamais vu au Conseil Communautaire de Morlaix depuis au moins 7 ans d'avoir autant de monde ( pas loin de 70 personnes) à l'ouverture pour alerter sur une cause, en l'occurrence celle de tout le monde: avoir un hôpital complet avec des services qui permettent de sauver des vies en urgence, et donc de la réanimation cardiaque.   

Martine Carn a prononcé un discours d'alerte très fort à l'ouverture du conseil, pour le Comité de défense de l'hôpital, à l'invitation du président de la Communauté, Thierry Piriou:  

 

Intervention au conseil de Morlaix Communauté du 23 avril 2018 

L'annonce de la fermeture de l'unité de soins intensifs de cardiologie du centre hospitalier de Morlaix n'est pas acceptable. 

Depuis plusieurs semaines nous craignions cette décision de la direction de l'hôpital, qui est malheureusement la conséquence d'une situation qui n'a cessé de se dégrader au cours de ces derniers mois. 

Ce matin à 11h, une délégation du comité de défense de l'hôpital public en Pays de morlaix a été reçue par Mme Bénard, directrice de l'hôpital, et deux de ses adjoints. 

Celle-ci a indiqué que la fermeture de l'unité de soins intensifs, pour une durée minimale de six mois, avait été rendue nécessaire en raison du manque de cardiologues, un seul cardiologue demeurant désormais en activité, après la confirmation du départ, mercredi dernier, de deux praticiens. 

Elle a indiqué que quatre lits de ce service seraient transférés en UHCD, sous la forme de lits de soins critiques, patients monitorés de surveillance continue. 

Quelle équipe paramédicale prendra ces patients en chargez? 

Dans cette situation, l'hôpital ne disposera plus que d'un cardiologue, à raison d'une demi-journée par jour, du lundi au vendredi seulement.

Qui prendra en charge les patients qui arriveront aux urgences le week-end pour une pathologie cardiaque?

Elle a ajouté que le service était en difficulté depuis un an, mais qu'elle n'avait pas de perspective d'ouverture de lits d'USIC et pas de calendrier de retour à la normale. Elle a précisé qu'un turn-over important de médecins existait depuis longtemps et que le recrutement peinait en raison d'un plateau technique peu attractif.

Nous lui avons indiqué que la situation était catastrophique, et que faute de relancer la cardiologie dans un court délai, des réactions en chaîne étaient à craindre: 

- Les réanimateurs, déjà à flux tendu, ne pourront pas continuer à ce rythme, et l'espoir de recruter de nouveaux médecins en renfort cette année a été douché par la perspective de la fermeture de la cardiologie. Les nouveaux médecins n'ont pas donné suite. 

- Il est à craindre que certains réanimateurs quittent le CHPM dans les mois à venir en l'absence de relance de la cardiologie, le CHPM, en tant qu'hôpital périphérique, étant moins attractif.

- La fermeture de la cardiologie va avoir obligatoirement des retentissements sur l'activité de tous les services, la sécurité étant moins assurée: médecine interne, SSR, Urgences, Chirurgie, Maternité, Réanimation.

- Des risques aussi, en conséquence, pour la santé voire pour la vie des patients.  

En l'absence de cardiologue, les patients qui arrivent aux urgences avec un problème cardiaque doivent attendre un transfert au CHU via le SAMU. Cela a pu prendre des heures ces dernières semaines. Le temps d'attente de la disponibilité du SAMU pour un transfert de Morlaix à Brest constitue une perte de chance réelle pour les patients. 

Lorsqu'un patient est victime d'un infarctus, il faut qu'il parvienne dans un centre de thrombolyse dans les 30 minutes, pour qu'il ait toutes les chances de bien s'en sortir. Passé ce délai, aucune thrombolyse ne peut être effectuée, et il y a une perte de chance indénianle. 

De plus, le service de cardiologie de Brest est saturé, car rempli à 110%, d'où de réelles difficultés pour accueillir les patients de Morlaix dans des conditions normales. 

Les solutions alternatives présentées semblent incertaines, voire dangereuses pour les patients. 

La directrice évoque une plate-forme de télémédecine, mais celle-ci est loin d'être en place, alors que la cardiologie ferme dans quelques jours, et cela ne constitue de toute façon pas une bonne réponse globale. 

Les médecins de SSR et de médecine prendraient en charge les lits anciennement "cardiologie" qui seront réduits à 17 lits au lieu de 25 précédemment, mais cela ne concerne pas les mêmes patients. Par contre cela constituera sans nul doute une charge de travail supplémentaire pour ces services, en même temps qu'un risque pour les patients qui y seront hébergés. 

Cette fermeture de l'USIC et du service de suivi cardiologique correspond à une fermeture de 12 lits sur l'hôpital.

Quant aux réanimateurs, ils ne peuvent pas prendre en charge des personnes qui ont des problèmes cardiaques en l'absence de cardiologue sur site. C'est une autre spécialité, et l'on ne peut pas prendre de risques pour les patients. 

Pour l'ensemble de ces raisons, il est clair qu'il faut un hôpital de plein exercice, doté de toutes les compétences nécessaires, dont une unité de soins intensifs de cardiologie solide et pérenne. 

Il faut une structure hospitalière à la hauteur des besoins des usagers et de leurs familles, et de la population du pays de Morlaix. C'est aussi un enjeu pour le territoire. 

C'est pour cette raison que nous appelons à une intervention commune et massive des usagers, des personnels de santé et de leurs organisations syndicales, des équipes médicales et des élus. 

Nous proposons à cet effet une initiative commune, à définir, samedi prochain, 28 avril, en matinée à Morlaix. 

Martine Carn

 

Conseil de communauté du 23 avril 2018 à Morlaix-Co: le comité de défense de l'hôpital du pays de Morlaix et les salariés de l'hôpital s'invitent au Conseil pour alerter sur les dangers de la suppression du service de soins intensifs en réanimation cardiaque: photos PY Boisnard et I Dupont, discours de Martine Carn
Partager cet article
Repost0
26 avril 2018 4 26 /04 /avril /2018 05:34
Défense de la cardiologie de l'hôpital de Morlaix: une manifestation aura lieu samedi prochain 28 avril 2018 à 10 h 30 à Morlaix.

Bonsoir à toutes et tous,

Comme convenu avec les organisations de l'hôpital de Morlaix  (CGT, CFDT, Sud santé solidaires) lors de notre rencontre de cet après-midi,
 
une manifestation aura lieu samedi prochain 28 avril 2018 à 10 h 30 à Morlaix.
 
Le rassemblement est prévu à la place Edmond Puyo (près de la manu) tout comme la manifestation de décembre dernier.
 
Vous trouverez en pièces jointes les affiches et flyers au nom des trois organisations syndicale et du comité de défense de Morlaix.
 
A n'en pas douter une importante mobilisation se dessine.
 
Par ailleurs, un rassemblement des élus du territoire aura lieu demain, mercredi 15 avril au matin à 11 h sous le viaduc.
 
Le comité de défense sera présent. Tous ceux qui  le souhaitent  sont invités à y participer. Ce sera l'occasion de mobiliser pour samedi.
 
Les Organisations Syndicales vont rédiger un communiqué commun en direction des personnels de santé..
 
Pour sa part le comité de défense préparera le sien en direction des usagers et de la population. Il sera adressé demain.
 
N'hésitez pas à informer largement autour de vous. Il est très important de gagner une large participation à cette initiative qui doit être d'ampleur.
 
Bonne soirée
 
Roger Héré
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011