Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 07:08

« Les élu-es et l’accueil des réfugiés »

Marie-Christine Vergiat, députée européenne, explique son engagement

jeudi 16 mars 2017

Cette formation du CIDEFE se tiendra à Nice le vendredi 31 mars 2017

1,5 million de personnes sont arrivées illégalement sur le territoire de l’UE dont 1 million via la Méditerranée en 2015 (850 000 de la Turquie vers la Grèce essentiellement à partir du mois de mars 2015).

Après l’accord UE/Turquie, et quoi que l’on pense de cet accord, les choses ont évolué puisque seulement 363 000 personnes ont traversé la Méditerranée (moitié vers la Grèce et moitié vers l’Italie) et que, depuis le début de l’année, ce nombre s’est réduit à 20 000, soit, une projection haute de 100 000 à la fin de l’année alors qu’il y a plus de 21,5 millions de réfugiés dans le monde selon le HCR.

Pour autant, on assiste à une fuite en avant des institutions européennes sous la pression des États membres pour verrouiller encore et encore les frontières de l’UE, ficher toutes celles et tous ceux qui veulent y séjourner, repérer les dépassements de durée de séjour autorisée afin d’accélérer les refoulements et accélérer les accords de réadmission.

Or, la réalité de l’Union, c’est l’incapacité de ses États membres à faire preuve de solidarité et à répondre à des situations d’urgence. On l’a vu notamment avec leur refus de mettre en œuvre réellement le mécanisme d’urgence pour les relocalisations.

Et l’exemple de la France, est particulièrement symbolique. Non seulement elle n’accueille pas toute la misère du monde mais elle est loin d’y prendre sa part. Ainsi, en 2015, le nombre de demandeurs d’asile a fort peu augmenté contrairement à la plupart des pays européens et c’est l’un des pays dont le taux d’acceptation de ces demandes est l’un des plus bas de l’UE (environ 30 % pour une moyenne européenne de 52%)

La situation dans la vallée de la Roya est exemplaire de cette absence de solidarité. Les autorités françaises utilisent le rétablissement des frontières demandé au moment de la COP21 et maintenu après les attentats de novembre 2015 pour bloquer et refouler les migrants à la frontières franco italienne au mépris du droit tant national qu’européen alors même que l’Italie est redevenu le 1er pays d’entrée vers l’UE pour ces hommes et de plus en plus ces femmes et ces enfants qui fuient guerres et persécutions.

30 000 refus d’entrée sur le territoire, soit 70% de l’ensemble des refus sur le territoire français et seulement 7 à 800 demandes d’asile déposées, soit 1% du nombre total des demandes en France.

Des solidarités citoyennes se lèvent mais les pouvoirs publics y répondent par le harcèlement, voire les poursuites judiciaires alors qu’ils n’accomplissent que des gestes d’humanité.

Alors oui, une des questions qui nous est posée est de voir comment les communes peuvent accompagner ces mouvements et se montrer elles aussi solidaires comme cela a été fait par exemple à Grande Synthe, à Ivry et ailleurs.

Interviendrons également :

 Gérald Briant, adjoint au maire du XVIIIe arrondissement de Paris 
 Cécile Dumas, conseillère municipale d’Antibes (06) 
 Gérard Sadik, responsable de la commission asile CIMADE 
 Jean-François Téaldi, président de l’ADECR 06 et conseiller municipal de Cagnes-Sur-Mer (06) 
 Marie-Christine Vergiat, députée européenne

Partager cet article
Repost0
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 06:23

Je souhaite, par ce message, apporter mon soutien à l’initiative commune de ce 17 mars 2017, devant le Conseil Constitutionnel, visant à porter l’exigence d’un rassemblement des gauches sociales et écologistes. Retenu en circonscription, je ne peux m’associer physiquement à cette conférence de presse, dont je partage pourtant la nécessité et l’urgence. Je fais en effet le constat, comme beaucoup à gauche, que nous ne sommes collectivement pas à la hauteur de l’enjeu qui se dresse devant nous lors de cette échéance présidentielle.

La colère des Français est telle, le spectacle entretenu sur tous les écrans par les médias et les forces dominantes si affligeant, qu’il semble aujourd’hui quasiment impossible d’éclairer et de faire grandir les consciences. Beaucoup des forces en présence ont intérêt à exploiter encore et encore les rebondissements personnels et les affaires. Nous savons à quoi cela mène : un encouragement permanent à l’abstention, un vote par défaut ou un vote de repli aux conséquences très lourdes.

Loin de permettre aux citoyens de se saisir du contenu politique défendu par nos sensibilités respectives pour changer leur vie, la division actuelle entretient le renoncement à construire une gauche porteuse de progrès social et écologique. Acter l’impossibilité de rassemblement, c’est éloigner un peu plus de la construction de leur avenir une majorité de Françaises et de Français. C’est aussi les jeter dans les bras de choix politiques délégataires, perçus comme seule alternative, mais contraires à l’intérêt du plus grand nombre, voire mettant en danger l’avenir même de notre socle républicain. Alors qu’il est plus que jamais nécessaire de travailler d’arrache-pied à l’élargissement de l’implication sociale et citoyenne dans les choix politiques du pays, ne refusons pas aux Françaises et aux Français la possibilité d’entrouvrir une perspective politique de gauche.

Comme le souligne le texte d’invitation à cette initiative, « jamais les convergences et les attentes n’ont été aussi fortes dans la jeunesse, le syndicalisme, les mouvements citoyens, chez les intellectuels et le monde de la culture. L'annonce d'un rapprochement créerait une dynamique politique dans le pays et ainsi permettrait à une candidature de gauche d'être au deuxième tour pour gagner ensuite. »

Je peux en témoigner comme Président du groupe de la gauche démocrate et républicaine, au sein duquel les député-e-s Front de gauche ont œuvré depuis 5 ans sans relâche, à l’appui du mouvement social, pour créer des passerelles à l’Assemblée nationale avec d’autres député-e-s progressistes : jamais les positions de nos sensibilités politiques respectives n’ont été aussi proches. Indéniablement, tous les ingrédients sont à notre disposition pour relever un espoir populaire, indissociable d’un premier acte de convergence à gauche. Les circonstances politiques, l’état du pays, de l’Europe, du monde, l’exigent.

Dans ce moment politique particulièrement pénible pour tant de nos compatriotes qui partagent l’essentiel de nos valeurs communes, il nous faut amplifier notre cri de conscience collectif pour ouvrir enfin l’ère du commun. Car, qui peut croire sincèrement que nous pourrions commencer à nous extraire des politiques libérales et d’austérité sur le fondement d’une division électorale assumée le 23 avril prochain ?

A cet instant, nous comptons beaucoup d’appels au rassemblement et à l’intelligence collective. J’ai apporté mon soutien à certaines de ces initiatives publiques, dont le dernier appel « Rassemblement à gauche : urgence - Pour une candidature commune à l'élection présidentielle et un pacte de majorité » qui me semble complémentaire avec beaucoup d’autres démarches unitaires.

Il n’est jamais temps de renoncer. Et je citerai encore une fois pour conclure la célèbre citation de Bertolt Brecht : « Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu ».

André CHASSAIGNE, Député du Puy-de-Dôme

 

André Chassaigne, député PCF-Front de Gauche du Puy-de-Dôme: L'exigence de se rassembler (vendredi 17 mars 2017)
Partager cet article
Repost0
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 05:50
« Ouvrons les archives sur le meurtre de Thomas Sankara » (Vincent Hirabarren, Le Monde, 13 mars 2017)
 

Le chercheur au King’s College, Vincent Hiribarren, raconte son casse-tête pour accéder aux archives françaises sur l’assassinat de l’ex-chef d’Etat burkinabé.

Thomas Sankara a été assassiné le 15 octobre 1987. Presque trente ans plus tard, l’identité de son meurtrier est toujours inconnue. En tuant Sankara, le ou les coupables ont cherché à étouffer les idées d’un homme devenu une figure emblématique de la révolution en Afrique. Les suspects ne manquent pas : Blaise Compaoré, des mercenaires du Liberia, des Libyens, des Ivoiriens ou encore des Français. Au Burkina Faso, une enquête a déjà été ouverte et des personnes inculpées. Par ailleurs, François Yaméogo, un juge d’instruction burkinabé, a lancé une commission rogatoire pour demander la levée du « secret défense » en France.

Un secret bien gardé par la France

La France pourrait bien avoir sa part de responsabilité dans cet assassinat. Après tout, les relations entre François Mitterrand et Thomas Sankara étaient tendues depuis le voyage présidentiel français au Burkina Faso en novembre 1986. La question de la dette semblait en particulier se trouver au centre des divergences entre les deux dirigeants. Le discours de Sankara à Addis-Abeba trois mois avant sa mort révélait au grand jour les divergences entre l’ancien colonisateur et le Burkina Faso sur ce point précis. Cependant, les pistes parfois contradictoires se heurtent à la difficulté d’obtenir des sources crédibles sur cet assassinat qui a transformé le Che Guevara africain en un martyr de la lutte anticoloniale.

Lire aussi :   Thomas Sankara, la renaissance d’une icône africaine

Journalistes, historiens et enquêteurs ont cherché à identifier le ou les assassins mais, faute de preuves concluantes, le rôle précis de la France n’a jamais pu être déterminé. Le problème principal est qu’en théorie les documents produits par l’administration française ne peuvent être lus par les chercheurs que cinquante ans après leur création si ceux-ci « porte [nt] atteinte au secret de la défense nationale, aux intérêts fondamentaux de l’Etat dans la conduite de la politique extérieure, à la sûreté de l’Etat, à la sécurité publique, à la sécurité des personnes ou à la protection de la vie privée », selon l’article L213-2 du Code du patrimoine.

On voit dans quelle mesure cette loi sert à protéger des personnes, en particulier dans l’exercice de leurs fonctions. Quand un événement comme l’assassinat de Sankara a des conséquences historiques indéniables, des chercheurs peuventobtenir une dérogation, c’est-à-dire le droit de consulter des documents quand ceux-ci peuvent présenter un intérêt historique majeur. En tant qu’historien spécialiste de l’Afrique, j’ai effectué une demande de dérogation en avril 2015 pour consulter les documents disponibles aux archives nationales de France sur Sankara.

Un accès compliqué, long et restreint

En 2017, les archives nationales de France n’hébergent pas tous les documents produits par les différents ministères pendant les années 1980. Si demande de dérogation il y a, elle doit porter sur des documents précis qui ont été transmis aux archivistes sur place. En l’occurrence, seuls les documents de la présidence française pour cette période ont été versés, ce qui veut dire que toute demande de dérogation ne peut porter que sur les archives de François Mitterrand. Pour le ministère de la défense et celui des affaires étrangères ou de la coopération, ces documents ne sont tout simplement pas consultables. Il en va de même pour les archives de Jacques Chirac qui était alors premier ministre.

 

Lire aussi :   Mort de Thomas Sankara : vingt-neuf ans après, les résultats de l’enquête se font attendre

 

L’étape suivante consiste à demander la liste des documents disponibles sur cette question. Si cet inventaire ou index a déjà été produit par les archivistes, il ne reste plus qu’à faire son choix sur les documents produits par les différents conseillers de Mitterrand. En 2015, cette demande de dérogation se faisait à la fois en ligne mais aussi par écrit. Cas exceptionnel pour Mitterrand, une fois la demande envoyée aux archivistes, ceux-ci la relayent auprès de la mandataire des archives de l’ancien président.

 

Le processus est long et ce n’est pas avant août 2016 qu’une dérogation m’a été accordée pour certains documents. Comme prévu, les dossiers pouvant directement incriminer qui que ce soit ne sont même pas consultables, le refus de la mandataire étant justifié par la peur d’une atteinte à la sûreté nationale.

Lire aussi :   Une naturalisation ivoirienne de Blaise Compaoré pour échapper à la justice burkinabée ?

Quant aux documents que j’ai pu lire, le résultat est décevant : après des démarches qui ont pris un an et demi, les archives ne contenaient que des miettes d’histoire et absolument rien de concret. De toute façon, si ses documents avaient contenu quoi que ce soit d’incriminant, je n’aurais pas eu le droit de prendre de photos, ni de publier tout document qui nuirait à la sûreté de l’Etat ou à la vie privée – une condition d’utilisation assez vague pour dissuader des chercheurs de faire leur métier.

Quelle est la place de la société dans les débats historiques ?

Les Britanniques se sont emparés de la question des archives historiques au début des années 2010. Après un scandale juridique et politique dans lequel le gouvernement britannique a été forcé de payer des réparations à des Kényans torturés pendant la révolte des Mau-Mau dans les années 1950, les archives nationales britanniques sont maintenant relativement ouvertes. Ceci se fait dans un cadre légal qui m’a permis de recevoir à mon université des photocopies de documents sur le soutien du Royaume-Uni à la France dans la guerre contre l’Union des populations du Cameroun pendant les années 1950. Il n’en reste pas moins que certains documents étaient rendus partiellement illisibles et que d’autres ont tout bonnement été détruits auparavant ; il s’agit là de l’affaire des Migrated Archives.

Les Britanniques n’ont pas été les premiers à obtenir la libre consultation des documents produits par leur administration. En 1966, les Américains liaient le concept de transparence à celui de démocratie par une loi dite de Freedom of Information. Ce droit à l’information fait ainsi figure de droit essentiel pour une démocratie. Ainsi, tous les citoyens peuvent demander, par exemple, comment leur député dépense leur argent ou comment un gouvernement se comporte à l’étranger. Evidemment, ce système n’empêche aucunement au gouvernement américain de cacher ses actions comme en témoignent les fuites de Wikileaks.

Lire aussi :   A Ouagadougou, un mémorial pour Thomas Sankara

Le système de Freedom of Information est un système coûteux pour le contribuable et exigeant en termes d’équilibre entre vie privée, liberté d’action pour les élus et transparence démocratique. Il montre cependant qu’il est possible pour la société de s’emparer de sujets historiques, de mettre la question de la mémoire au centre du débat démocratique.

Aménager les lois existantes pour un débat historique

Le maintien du secret autour de l’assassinat de Thomas Sankara ne fait que renforcer les spéculations sur le mystère entourant cet événement. Sans forcément se diriger vers un Freedom of Information Act à la française, le cadre légal existant pourrait être aménagé. Par exemple, si le délai de communication des archives « secret défense » passait de 50 à 25 ans, il serait possible d’en savoir plus sur l’assassinat de Sankara, mais aussi sur l’histoire de la Ve République en général. En 2017, le compteur est coincé en 1967, c’est-à-dire le dernier mandat du général de Gaulle.

Si l’Etat français choisissait de raccourcir les délais de communication, les historiens seraient ainsi mieux à même de faire leur métier et ne laisseraient pas le champ à la réécriture de l’Histoire par les partis politiques ou des associations. La société française en général a un rôle à jouer dans la mesure où elle peut demander à obtenir un droit de regard sur sa propre histoire. Le « secret défense » ne doit pas être une excuse pour fantasmer le passé. Il ne s’agit pas d’un problème administratif mais bien le résultat d’une politique. Et cette politique peut changer.

Thomas Sankara, l’homme intègre, mériterait bien que l’histoire de son assassinat soit connue. Arrêtons de spéculer et ouvrons les archives sur son assassinat.

 

Vincent Hiribarren est historien, spécialiste de l’Afrique et chercheur au King’s College à Londres


 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 05:46

Par Ben White, le 16 mars 2017

 

Un nouveau rapport de l’ONU accuse Israël d’avoir établi « un régime d’apartheid qui opprime et domine le peuple palestinien dans son ensemble ».

La publication intervient au milieu d’un nouveau débat sur la question de savoir si, par sa politique de colonisation et son rejet de l’autodétermination palestinienne, le gouvernement israélien crée – ou même a déjà créé – un « État unique » de fait, que les critiques considère comme une forme d’apartheid.

Le rapport exhorte les gouvernements à « soutenir les activités de boycott, désinvestissement et sanctions [BDS] » et à « répondre positivement aux appels à de telles initiatives ».

Le rapport « Pratiques israéliennes envers le peuple palestinien et la question de l’apartheid » a été commandé et publié par la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie occidentale (ESCWA) et publié à Beyrouth.

John Reynolds, professeur de droit à l’Université nationale d’Irlande, Maynooth, a déclaré à Al-Jazeera que le rapport « ouvre de nouvelles perspectives dans le contexte de l’analyse de la situation en Palestine par l’ONU ».

L’envoyé d’Israël aux Nations Unies, Danny Danon, a publié mercredi une déclaration condamnant le rapport.

« La tentative d’égratigner et calomnier la seule véritable démocratie au Moyen-Orient en créant une fausse analogie, est méprisable et constitue un mensonge flagrant », a-t-il déclaré.

Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, interrogé sur le rapport, a déclaré qu’il a été publié sans consultation préalable du Secrétariat de l’ONU et que ses vues ne reflètent pas celles du secrétaire général.

Le rapport a été rédigé par deux critiques des pratiques israéliennes : Virginia Tilley, professeur de sciences politiques à Southern Illinois University, et Richard Falk, ancien rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens et professeur émérite de droit international à l’Université de Princeton.

Le rapport affirme qu’Israël est « coupable de politiques et de pratiques qui constituent le crime d’apartheid » , que « le consensus des experts est que l’interdiction de l’apartheid est universellement applicable, qu’il n’a pas disparu du fait de l’effondrement de l’apartheid en Afrique du Sud », et qu’il est un crime contre l’humanité en vertu du droit international coutumier et du Statut de Rome de la Cour pénale internationale ».

Le rapport est une « analyse détaillée de la législation, des politiques et des pratiques israéliennes » qui souligne comment Israël « opère un régime d’apartheid », y compris par le biais de « la politique volontariste démographique ».

Les citoyens palestiniens d’Israël sont décrits comme « soumis à l’oppression sur la base de ne pas être juif », ajoute le rapport.

De même, les Palestiniens de Jérusalem-Est ressentent une « discrimination dans l’accès à l’éducation, aux soins de santé, à l’emploi, à la résidence et aux droits de construction », et sont soumis aux  « expulsions et démolitions de maisons ».

Les Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza sont régis par le « droit militaire » aux côtés des colons juifs « régis par le droit civil israélien », indique le rapport.

Les réfugiés et les exilés palestiniens sont « interdits de retourner chez eux en Israël et dans le territoire palestinien occupé », car ils constituent « une menace démographique » et que leur retour « modifiera le caractère démographique d’Israël ».

Le rapport recommande aux Nations Unies et à ses États membres de soutenir la campagne BDS, et de « relancer le Comité spécial contre l’apartheid et le Centre des Nations Unies contre l’apartheid (qui a existé de 1976 à 1991)» qui aura pour mission de « produire un rapport contraignant sur les pratiques israéliennes et les politiques relatives au crime d’apartheid ».

Le rapport suggère également qu’un avis consultatif soit demandé à la Cour internationale de Justice « sur la question de savoir si les moyens utilisés par Israël pour maintenir son contrôle sur le peuple palestinien constituent le crime d’apartheid ».

David Keane, professeur agrégé de droit à l’Université de Middlesex, a déclaré que le nouveau rapport diffère des précédents sur le sujet parce qu’il « accole expressément l’étiquette d’apartheid ».

Le rapport pourrait contribuer à détériorer encore un peu plus les mauvaises relations entre le gouvernement du premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et les Nations Unies.

« Pour les Palestiniens et leurs alliés, le rapport aidera à fournir une base solide pour leurs initiatives », a déclaré à Al Jazeera Nadia Hijab, directrice exécutive d’Al-Shabaka ( Réseau politique palestinien).

Faisant référence à la réputation et à la crédibilité des auteurs, Hijab décrit le rapport comme « un document clair et concis » dont les recommandations sont « opportunes et tout à fait nécessaires ».

Ben White est journaliste indépendant, écrivain et militant, spécialiste Palestine/Israël. Il est diplômé de l’université de Cambridge. Il a notamment écrit Être palestinien en Israël – Ségrégation, discrimination et démocratie – Suivre sur Twitter : @benabyad

Source: Al Jazeera

Ben White

Ben White

Partager cet article
Repost0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 07:11
Ouest-France
Plounéour-Ménez. Isabelle Sauvage ou l’art d’éditer de la poésie

Modifié le 

Isabelle Sauvage, Sarah Clément et Alain Rebours autour de la presse. Ici naissent les recueils publiés aux éditions Isabelle Sauvage.
Isabelle Sauvage, Sarah Clément et Alain Rebours autour de la presse. Ici naissent les recueils publiés aux éditions Isabelle Sauvage. | Ouest-France

La « maison » née à Paris s’en enracinée à Plounéour-Ménez. Avec quinze recueils l’an passé et l’édition de délicats livres d’artistes, elle a tracé son chemin et embauche son premier salarié.

Rencontre

Les éditions Isabelle Sauvage, du nom de leur fondatrice, avec « la collaboration et l’aide précieuse » d’Alain Rebours, ont été créées en 2002 à Paris.Depuis dix ans, la société est installée dans les monts d’Arrée. Entre-temps, elle est devenue, par son expérience et ses choix éditoriaux, l’une des dix maisons d’édition de poésie qui comptent en France. Depuis un an, quinze recueils ont été publiés et le chiffre d’affaires avoisine les 65 000 €. Pas mal pour un genre littéraire qui représente 0,3 % de vente de ventes en France !Avec la création d’un festival de poésie en avril prochain et l’embauche de sa première salariée, la maison d’édition prend une nouvelle dimension.

Le côté « sombre » de l’Homme

Pourquoi éditer dans les monts d’Arrée ? « C’est le désir d’un mode de vie différend, un coup de cœur pour une maison aussi et bien sûr le réseau de librairies en Bretagne, le plus dense après Paris, qui nous a amenés ici, explique Isabelle. Les débuts ont été laborieux mais aujourd’hui, nous sommes heureux de nos choix ! »Isabelle Sauvage a longtemps « travaillé pour les autres » dans le domaine de l’édition et Alain Rebours, aujourd’hui psychanalyste mais toujours partie prenante dans les éditions, a commencé avec un CAP de typographe à 16 ans.« Nous éditons des auteurs qui parlent de l’Homme en général, de son côté sombre, de son corps… Le déterminisme du milieu social, de l’éducation dans la vie et l’utilisation d’un langage heurté, vrai… » précise Isabelle.

Beyoncé et la poésie

« Sur 40 auteurs publiés, nous avons 26 femmes, dont Warsan Shire, une poétesse somalienne très connue dans le monde anglo-saxon puisque c’est elle qui est à l’origine des chansons de Beyoncé avec son recueil Corp/us qui a reçu tant de récompenses ! »Les livres d’artiste sont quelque chose « à part ». Tirés à quelques exemplaires, sur l’ancienne presse manuelle de la Banque de France pour les billets. Isabelle choisit « chaque caractère comme au temps de Gutenberg !" "Le papier, l’illustration et la mise en forme font de ces livres une œuvre en soi d’où des prix qui sortent du commun »,observe Alain Rebours.La première édition du festival Les possible (s) se déroulera sur plusieurs sites au mois d’avril : à Morlaix (les Moyens du Bord), Berrien (l’Autre Rive) et Plounéour-Ménez (Chez Martine). Rencontres et balades poétiques sont au programme

Contact. editionsisabellesauvage.worldpress.com ou 02 98 78 09 61.

http://www.ouest-france.fr/bretagne/plouneour-menez-29410/plouneour-menez-isabelle-sauvage-ou-l-art-d-editer-de-la-poesie-4861180

Avec nos amis du café-librairie de L’Autre Rive à Berrien, nous avons fait le pari qu’un festival de poésie courant nos chemins était possible : le festival les possible(s) !
Ou planter de la poésie dans les monts d’Arrée, histoire de voir si ça prend… Cette première édition aura lieu du 14 au 17 avril… oui, c’est (presque) demain !!
 
Mais, une fois n’est pas coutume, nous avons besoin de votre soutien, dans la mesure où les premières éditions de manifestations culturelles ne sont guère subventionnées. L’idée est de pouvoir rémunérer dignement les artistes et auteur(e)s qui ont répondu à notre invitation. Nous avons lancé un appel à financement sur Ulule, c’est ici :
 
 
Attention, vous avez jusqu’au 10 avril…
 
Vous trouverez par ailleurs le programme détaillé sur le site (en construction)
 
 
ainsi que sur le dépliant pdf joint
 
Merci par avance de votre soutien, même symbolique ! 
Et bien sûr nous vous attendons nombreux en ce week-end de Pâques… un autre son de cloche(s) est possible !!
 
 
éditions isabelle sauvage
Coat Malguen
29410 Plounéour-Ménez
02 98 78 09 61
Partager cet article
Repost0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 06:25
Nono - le 16 mars 2017 (dessin réalisé pour la campagne d'Ismaël Dupont et Muriel Grimardias, candidats PCF-Front de Gauche dans la circonscription de Morlaix)

Nono - le 16 mars 2017 (dessin réalisé pour la campagne d'Ismaël Dupont et Muriel Grimardias, candidats PCF-Front de Gauche dans la circonscription de Morlaix)

Partager cet article
Repost0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 06:25
Dupond et Dupont, avec nous! Quand Nono s'invite dans la campagne législative morlaisienne

Un grand merci à Nono, le boulimique dessinateur carhesio-vannetais, à l'aise et chez lui partout en Bretagne, complice en philosophies, d'avoir croqué avec son talent et son humour habituel quelques-uns des protagonistes de cette étrange campagne, dont un petit candidat morlaisien mieux rasé qu'il ne le laisse penser, au drapeau rouge des partageux voulant monter bien haut, une campagne peut-être aussi involontairement drôle que les Dupont et Dupond vue de la planète Sirius! 

Et qui, on l'espère, se terminera mieux, si les électeurs ne sont pas marteau, qu'une victoire sur tapis rouge d'un des compères de la bande des trois: MACRON, FILLON, LE PEN!  

Ismaël Dupont.  

Partager cet article
Repost0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 06:22
Plougonven: Michel Gourvil reçoit une délégation du PCF dans sa ferme (Ouest-France, 17 mars 2017)
Partager cet article
Repost0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 05:17
Le Télégramme, vendredi 17 mars 2017: compte rendu de la rencontre avec les candidats et militants du PCF avec Alain Glidic, cultivateur de pommes de terre, de fenouil et de chou-fleur bios

Le Télégramme, vendredi 17 mars 2017: compte rendu de la rencontre avec les candidats et militants du PCF avec Alain Glidic, cultivateur de pommes de terre, de fenouil et de chou-fleur bios

Partager cet article
Repost0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 05:11
Le Télégramme, 17 mars 2017: conseil municipal de Morlaix du 16 mars 2017

Le Télégramme, 17 mars 2017: conseil municipal de Morlaix du 16 mars 2017

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011