Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2021 5 22 /10 /octobre /2021 05:40

 

TEXTE COLLECTIF

Un fait illustre le scandale actuel : l’électricité a un coût bas en France grâce au nucléaire, or les factures flambent. C’est que tous les marchés, pétrolier et gazier, mais aussi électrique, sont désormais branchés sur les Bourses.

C’est le résultat de la déréglementation voulue par l’Union européenne (UE), avec l’accord constant des gouvernements français. La spéculation a été encouragée et elle fait rage avec de gigantesques surprofits encaissés par les firmes énergétiques, pétrolières et gazières qui dominent le marché mondial. La note de la nécessaire relance après les confinements est présentée aux usagers.

Voilà où mènent quarante années de néolibéralisme qui ont conduit au gigantesque gâchis des privatisations, tandis que les fonds ont manqué pour développer les infrastructures. Voila aussi où mènent les abandons de l’Union européenne, qui accepte durablement la dépendance aux énergies intermittentes, couplée aux importations d’énergie fossile. Cela pendant que les États-Unis, qui occupaient déjà la place de numéro un des consommateurs, sont maintenant, grâce au schiste nord-américain, le premier producteur d’hydrocarbures et font danser les marchés, sèment le chaos guerrier dans les zones de gisement, tout en faisant leurs courses en Europe avec des projets de centrales en Angleterre, en Europe de l’Est.

Il faut en finir avec la guerre froide énergétique, qui épouse la guerre froide tout court relancée par l’Otan, et s’engager véritablement dans la transition écologique, la décarbonation. Les conservateurs allemands enferment l’Europe dans l’impasse d’une transition exclusivement centrée sur le solaire et l’éolien, avec, durant cette mutation longue et incertaine, la persistance d’un fort courant d’importations d’hydrocarbures, dans une relation qui ne peut que nourrir les tensions avec les pays producteurs. Donc, la première nécessité est de promouvoir toutes les productions d’énergie non fossile, pour réduire cette dépendance. L’UE doit retrouver le chemin des contrats à long terme garantissant revenus et approvisionnement des parties, diversifier ces derniers et se doter d’une agence européenne de l’énergie régulant les échanges. Pour sortir du charbon et du pétrole, des pays se tournent vers le nucléaire.

L’UE doit développer ses potentiels en la matière, avec notamment les compétences françaises, pour sécuriser ces installations, contribuer à la réussite des transitions et aider à l’électrification et au développement pour répondre aux besoins humains. Il s’agit de sortir l’énergie de la logique marchande. L’ONU, la COP devraient être dotées de pouvoirs régulateurs en ce domaine, avec une agence internationale de l’énergie réformée et élargie, aux prérogatives étendues.

L’énergie est un bien commun mondial et, pour certaines de ses sources, menacé d’épuisement. Les instances mondiales doivent donc inciter au contrôle public et démocratique des entreprises et réseaux, éviter que sa rareté ne soit l’objet de spéculations spoliant les peuples, dégradant la planète. Immédiatement, la création d’une taxe internationale sur les superprofits des géants de l’énergie s’impose.

 

Signataires : Valérie Gonçalvès et Éric Le Lann, coauteurs de Énergie et communisme. Une vision d’avenir (Manifeste, 2021), et Didier Valette, conseiller en économie sociale et solidaire.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2021 5 22 /10 /octobre /2021 05:34

 

Ce 18 octobre, ont débuté les « États Généraux de la justice », en présence du président de la République. Nul n’est dupe des intentions de Monsieur Macron, cette réunion intervenant à six mois de l’élection présidentielle.

 

 

Officiellement, ces États Généraux ont pour objectif de « dresser un état de la situation de la justice et de formuler des propositions concrètes pour mettre la justice au centre du débat démocratique ». 

Mais les acteurs de la justice ont déjà, depuis très longtemps, posé le diagnostic et formulé des propositions que l’exécutif n’a jamais voulu prendre en compte.

Si l’institution judiciaire a vu augmenter son budget depuis dix ans (de l’ordre de 8% en 2020), sa situation reste toujours en-deçà de la moyenne des autres pays européens. Ce qui se traduit par des moyens humains et matériels très insuffisants au regard des attentes des justiciables. 

On recense moitié moins de juges que la moyenne européenne, quatre fois moins de procureurs, des moyens budgétaires équivalents à 69,51 euros par an et par habitant tandis que les pays comparables atteignent une moyenne de 84,13 euros. Ce que ne saurait compenser l’embauche, ces cinq dernières années, de contractuels précaires.

Comme l’indiquent les organisations de magistrats, pour atteindre la médiane européenne (28,9 magistrats pour 100 000 habitants), 19 475 nouveaux juges et procureurs seraient nécessaires. Faute de quoi, au rythme de 50 créations d’emplois par an, comme ces trois dernières années, il faudra deux siècles pour rattraper notre retard…

Ce manque de moyens entraîne au quotidien la saturation dramatique des juridictions. Au point que l’instance prud’homale s’est vue sanctionner pour ses lenteurs à traiter les litiges professionnels et entraves au droit du travail de la part des employeurs. 

Tout cela aggrave la crise démocratique dans notre pays, creuse le fossé entre les Français et leur justice, nourrit la démagogie d’une droite ultraréactionnaire qui s’emploie par tous les moyens à restreindre l’État de droit.   

La résolution des litiges, comme la prévention et la sanction des incivilités, de la délinquance, de la criminalité participent de la cohésion sociale de la France.

Or, l’opacité et l’absence de dialogue dans lesquelles ont été conduites une série de réformes ces dernière années ont privé nos concitoyennes et concitoyens d’une vision de long terme sur l’avenir du service public de la justice. Tous les professionnels du droit, magistrats et greffiers, avocats et personnels de justice, en ont subi la perte de sens de leurs missions. 

Il est urgent que l’on change de braquet. Ce n’est pourtant pas l’orientation des États Généraux de cet automne,  qui laissent dans le flou leurs véritables objectifs et n’ont fait l’objet d’aucune concertation avec celles et ceux qui font vivre l’institution au quotidien.

Le Parti communiste français en appelle à la mise en oeuvre, de toute urgence, d’un grand plan de sauvetage de notre justice, dans l’objectif de la moderniser, de la démocratiser, de la rendre accessible à toutes et à tous. Ce qui suppose de prendre les moyens humains et financiers de rattraper le retard de notre justice avec les autres pays d’Europe. Il demande en ce sens que s’engagent d’urgence des discussions avec les organisations syndicales concernées, afin de répondre aux besoins d’un service public de qualité. C’est ainsi que les États Généraux seront autre chose qu’une nouvelle opération de communication du président-candidat

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2021 4 21 /10 /octobre /2021 05:41
 
Déclin de l'industrie française, stop ou encore ?

 

La relation entre notre société et l’argent, l’argent et le travail, le modèle production et l’environnement doivent être profondément remis en question car nous n’acceptons pas les principes actuels guidés par un capital avide de profits. Oui, il faut mettre en œuvre un nouveau modèle de développement, rebâtir une industrie nouvelle, respectueuse des humains et de la planète, répondant à des critères de production sociaux et environnementaux. Cela permettra de créer de nouvelles richesses utiles à la nation et à notre indépendance économique. C’est localiser en France les sites de production et de recherche utiles au pays en conjuguant efficacité sociale et la réponse aux défis écologiques. C’est organiser de nouveaux rapports de coopération et de solidarité, dans le pays mais aussi à l’échelle de l’Europe et du monde.

La crise du Covid-19 a, par exemple, montré l’importance d’élaborer un plan de reconquête industrielle dans le domaine du matériel médical et du médicament avec un pôle public industriel et de recherche comprenant Sanofi et Thalès et assurant un service public du médicament.

L’intervention publique et sociale doit permettre, grâce à des prises de participation de l’État et à des nationalisations significatives, qui seront d’un nouveau type. Elle devra être accompagnée de l’intervention des travailleur·euse·s des entreprises concernées et des populations, afin que soient mis en œuvre de nouveaux critères de gestion, porteurs d’efficacité sociale, économique et écologique. Des instances de planification stratégique devront également être mises en place, aux niveaux des territoires, des régions, du pays. Une coordination européenne devra compléter ce nouveau dispositif.

Relocaliser les productions va également de pair avec le combat pour empêcher les restructurations destructrices de postes et les fermetures de sites, comme avec la recherche de nouveaux modes de coopération et de partage au plan international. Face aux menaces sur l’emploi, les travailleur·euse·s devront pouvoir opposer un droit de veto et des contre-projets disposant de financements. L’interdiction des licenciements boursiers, de même qu’un droit de préemption aux salarié·e·s souhaitant transformer leur entreprise en coopérative sont parmi les premières mesures à prendre.

 

Il est possible de proposer des idées : cliquer sur le lien ci-dessous.

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 16:44
Pour le maintien du lien ferroviaire entre Morlaix et Roscoff - Communiqué de la CGT Cheminots, 18 octobre 2021

SYNDICAT CGT DES CHEMINOTS

DES PAYS DE MORLAIX ET DE LANDIVISIAU


 

Pour le maintien du lien ferroviaire entre Morlaix et Roscoff

 

Le syndicat CGT des cheminots de Morlaix se réjouit du débat actuel sur la pertinence du maintien du lien ferroviaire entre Morlaix et Roscoff.

Notre syndicat a longtemps milité pour le développement de la ligne puis aujourd’hui pour sa réouverture.

L’abandon de la ligne n’est pas dû à la malchance (ou plutôt l’opportunité) de la survenue d’une inondation en juin 2018. L’arrêt d’exploitation était déjà programmé pour janvier 2019. L’absence d’entretien a conduit à une limitation de vitesse associée avec des horaires aberrants rendant la ligne peu attractive puis à la programmation de son abandon.

La situation actuelle n’est pas un statu quo. La plateforme ferroviaire, les ouvrages en terre, le drainage se dégradent et seront source de surcoûts importants lors des travaux de réhabilitation s’ils ont lieu. Et la végétation reprend ses droits. Si les arbres participent activement à la lutte contre le réchauffement, il n’est pas certains que la présence d’arbres au milieu des voies ferrées soit des plus vertueuses ! Une maintenance minimale permettant de conserver un environnement compatible avec la mise en place d’une voie ferrée est une mesure conservatoire indispensable

A l’heure où la lutte contre le réchauffement climatique est unanimement reconnue comme une priorité, l’abandon d’une voie ferrée semble anachronique. Rappelons que le frottement acier sur acier propre au chemin de fer est très faible, permettant d’économiser l’énergie et que les progrès techniques récents permettent d’assurer une circulation entièrement décarbonée, même sur une voie non électrifiée.

Nous rappelons également que la route et son entretien ne sont pas gratuits et que l’opposition entre une route gratuite et un chemin de fer dispendieux est un faux débat.

Nous comprenons l’intérêt porté à la mise en place d’une voie verte tant les paysages offerts par la ligne sont attractifs mais nous pensons que le voie ferrée offre ce paysage au plus grand nombre, que le train permet un transport aisé des bicyclettes (cette prestation particulière étant presque toujours gratuite) et qu’il permet bien d’autres usages que les déplacements touristiques. Par ailleurs, nous rappelons qu’il existe de nombreux exemples de plateformes mixtes permettant la circulation ferroviaire et le déplacement piéton et cycliste au prix évidemment d’une séparation sécurisée des flux.

Nous persévérons dans notre demande d’une table ronde réunissant les différents acteurs concernés par la ligne Morlaix Roscoff et nous demandons un complément d’étude socio-économique intégrant le fret afin que le port de Roscoff puisse bénéficier de l’inscription du port de Brest Roscoff dans le RTE-T (Réseau transeuropéen de transport).

18 octobre 2021.

____________________________________________________________________________


 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 16:39
Vendredi 12 novembre - Conférence d'Anne Guillou sur Nathalie Le Mel à la Maison du Peuple de Morlaix

A l'occasion du 150ème anniversaire de la Commune de Paris et du 100ème anniversaire du décès de la Communarde Nathalie Le Mel, Anne Guillou, écrivaine et sociologue, évoquera l'engagement et la vie de cette communarde bretonne née à Brest, ouvrière, syndicaliste, féministe, combattante de l'égalité et de la solidarité.

Maison du Peuple de Morlaix - 12 novembre 18h00.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 06:26
Waiting for Gaza! - Ciné-débat au cinéma La Salamandre ce mercredi 20 octobre à 20h30 avec le réalisateur Guillaume Kozakiewiez

Au Cinéma La Salamandre - au SEW à l'ancienne Manufacture royale des Tabacs à Morlaix

Mercredi 20 octobre à 20h30, vous sera proposé le documentaire Waiting for Gaza sur les réalisateurs Arab et Tarzan Abu Nasser en présence de son réalisateur Guillaume Kozakiewiez. Alors que nous vous proposons cette semaine leur dernier film GAZA MON AMOUR!!!

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 06:23
Salah Hamouri, stop à l'acharnement!!! - MJCF
🔴Palestine🔴
Salah Hamouri, a été officiellement notifié de la décision de la ministre israélienne de l’Intérieur, de révoquer son statut de résident permanent à Jérusalem sur la base d’une « rupture de loyauté ».
Le MJCF apporte tout son soutien à Salah Hamouri, comme il le fait depuis 2011.
La France doit immédiatement se positionner pour la reconnaissance de l’Etat Palestinien sur les frontières de 1967, avec Jérusalem Est pour Capitale et cesse tout soutien économique et diplomatique avec l’Etat d’apartheid d’Israël.
Article de Pierre Barbancey dans l'Humanité

Article de Pierre Barbancey dans l'Humanité

Communiqué du Comité de soutien à Salah Hamouri
L’ordre d’expulsion de Salah Hamouri confirmé

Ce lundi 18 octobre, Salah Hamouri a été notifié du fait que le Ministre de la Justice et le procureur général d’Israël valident la demande de révocation de son titre de résident de Jérusalem. Cette révocation avait été demandée par Ayalet Shaked, ministre de l’Intérieur israélienne, le 30 juin 2021 et devait être examinée par ces deux autres autorités en vue de son application.

C’est donc une nouvelle étape franchie par Israël vers l’expulsion de Salah Hamouri de sa terre natale. Elle fait suite à une escalade de décisions arbitraires contre notre concitoyen : interrogatoires, interdiction d’entrée en Cisjordanie, expulsion de sa femme et son enfant, détention, restrictions de mouvements…

Depuis des années, Israël s’acharne sur ce défenseur des droits humains et la révocation de sa carte de résidence aurait pour conséquence pure et simple : l’exil.

Le 8 juillet 2021, le Ministère français des Affaires étrangères déclarait suite à la demande de révocation de l’ID par Ayalet Shaked : « Les services du ministère de l’Europe et des affaires étrangères à Paris, Jérusalem et Tel-Aviv, sont pleinement mobilisés pour que Salah Hamouri puisse faire valoir l’ensemble de ses droits et qu’il puisse mener une vie normale à Jérusalem, où il réside. La situation de Salah Hamouri est suivie attentivement et à haut niveau par les autorités françaises. »

Avec cette décision inique, après l’affaire Pegasus, et au-delà de Salah Hamouri, c’est la France qui prend une nouvelle claque de la part d’Israël, une claque d’autant plus dure et inadmissible qu’elle touche aux droits de l’Homme.

La politique diplomatique française actuelle se montre incapable de faire respecter le droit et de se faire respecter.

Nous ne nous résignons pas à cette situation. Nous appelons les autorités françaises à tirer toutes les conclusions de cette nouvelle décision et à en tirer toutes les conséquences. Nous appelons les citoyens et les citoyennes à se mobiliser dans leur diversité pour relever ce défi contre les droits de l’homme, pour manifester contre ce déni du droit d’un gouvernement israélien qui se croit - encouragé qu’il est - au dessus de tout.

Salah Hamouri, stop à l'acharnement!!! - MJCF
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 06:12
AESH en colère à Quimper et partout en France
AESH en colère à Quimper et partout en France
AESH en colère à Quimper et partout en France
AESH en colère à Quimper et partout en France
AESH en colère à Quimper et partout en France
AESH en colère à Quimper et partout en France
AESH en colère à Quimper et partout en France
AESH en colère à Quimper et partout en France

Forte mobilisation des AESH à Quimper le mardi 19 octobre à Quimper pour réclamer une meilleure reconnaissance, des salaires qui permettent de vivre, de vraies moyens pour permettre l'inclusion des élèves en situation de handicap à l'école, et dans de bonnes conditions.

Nos camarades y étaient en solidarité avec les AESH.

Photos de Sandrine Dupuis et de Yvonne Rainero

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 05:55
Fête de l'Humanité Bretagne - 27-28 novembre 2021 - Demandez le programme!
Fête de l'Humanité Bretagne - 27-28 novembre 2021 - Demandez le programme!
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 05:49

Mobilisés contre la vie chère, dans l’action pour des salaires et des pensions dignes !

Macron doit rendre leur argent aux familles et aux salarié.e.s.

J’appelle la population, les salarié.e.s, les familles à se mobiliser massivement partout dans le pays dès ce week-end, devant les préfectures et sous-préfectures pour exiger du Président Macron des réponses fortes, d’ampleur et durables face à la remise en cause scandaleuse et indigne de notre pouvoir d’achat.

Carburants, énergie, produits alimentaires, mutuelles, assurances… l’explosion des factures est devenue une réalité insupportable pour des millions de familles et de salarié.e.s.

Dans le même temps, les salaires et les pensions de retraite, les minima sociaux demeurent particulièrement faibles, alors qu’énormément d’argent public a été déversé depuis un an, pour une grande partie accaparé par les plus grandes entreprises, dont les profits explosent, et par une petite minorité de fortunés pour qui Macron n’a pas hésité à prendre des mesures radicales pour protéger et gonfler leur patrimoine financier.

La colère des Français est donc plus que légitime et ne peut attendre les élections pour obtenir des réponses.

Il faut agir tout de suite et imposer à Macron et à son gouvernement de baisser immédiatement et sensiblement les prix des carburants et de l’énergie et d’augmenter le SMIC, les salaires et les pensions.

Partout dans le pays, les communistes organiseront dès les prochains jours, des rassemblements devant les préfectures et sous-préfectures pour exiger des représentants de l’État dans les territoires des réponses à la hauteur d’une situation insupportable pour le plus grand nombre. Je serai moi-même devant la préfecture de Lille lundi 25 octobre à 10h.

Le 21 novembre, à Paris, Place Stalingrad, soyons des milliers à exiger la hausse de salaires, des pensions, la baisse des factures et la création des centaines de milliers d’emplois dont notre pays a besoin.

Fabien Roussel


Secrétaire national du PCF
Candidat à l’élection présidentielle

Mobilisés contre la vie chère, dans l’action pour des salaires et des pensions dignes ! - Mobilisons-nous le 21 novembre place Stalingrad à Paris avec le PCF et Fabien Roussel
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011