Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 13:44
Concocté par Thierry Piriou et son équipe, le budget primitif 2018 de Morlaix Communauté sera présenté au vote, le 26 mars

Concocté par Thierry Piriou et son équipe, le budget primitif 2018 de Morlaix Communauté sera présenté au vote, le 26 mars

La moitié du premier conseil communautaire de l'année, qui s'est tenu lundi soir à la CCI, a été consacrée à l'examen du rapport d'orientations budgétaires (Rob). Il en ressort que Morlaix Communauté a une forte capacité d'endettement, ce qui lui permet de poursuivre de lourds investissements. Elle y consacrera 17 M€ cette année. 

« Je ne suis pas un petit garçon à qui on coupe le sifflet ! » La saillie, signée Ismaël Dupont, a soudainement tendu les débats, ce lundi soir, à la CCI, suite à la présentation du rapport d'orientations budgétaires (Rob) de Morlaix Communauté par Serge Le Pinvidic, vice-président chargé des finances. L'élu communiste-Front de gauche s'agaçait d'avoir été coupé à plusieurs reprises par le président Thierry Piriou, alors qu'il portait « un argumentaire ouvertement de gauche » à l'occasion de « l'un des moments les plus politiques de l'année d'une collectivité ».

« 25 milliards retirés en dix ans »


Son intervention consistait à mettre en avant des prévisions « macron-économiques » particulièrement inquiétantes. « La loi de programmation des finances publiques prévoit un nouveau tour de vis sur les collectivités locales de l'ordre de 13 milliards d'euros. Cela fera 25 milliards retirés aux services publics locaux en dix ans », a-t-il insisté. Et de pointer du doigt, jusqu'à ce que le président lui suggère assez sèchement de revenir à des considérations moins générales, « des marges de manoeuvres amoindries » et « une dépendance de plus en plus grande des collectivités aux dotations de l'État », en raison de la fin programmée de la taxe d'habitation. Ce qui conduira inévitablement, selon lui, à une « politique d'austérité ».

 


Hormis cette passe d'armes de quelques minutes, à laquelle Agnès Le Brun a pris sa part, renvoyant Ismaël Dupont dans ses buts quand il lui reprochait de discuter pendant sa prise de parole, les élus ont été unanimes sur ce Rob.

 

 

1 M€ de recettes en plus


Malgré la baisse des dotations de l'État (5,35 M€ depuis 2014), ils se sont ainsi félicités de constater que la situation financière de la communauté était « encourageante », selon les mots de Thierry Piriou : un faible endettement de 7 M€ sur le budget principal, une capacité de désendettement d'un peu plus d'une année et une capacité d'autofinancement de 16 % qui permet d'investir sans risque, de manière durable. Autre bonne nouvelle : Morlaix Communauté devrait disposer, en 2018, d'une manne financière supplémentaire d'1 M€ par rapport à 2017. Et ce, grâce à une augmentation du produit de la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (+ 534.000 €) et à une dotation d'intercommunalité en hausse de 649.000 €, suite à la prise de compétence assainissement. Sans compter ce que rapporteront la nouvelle taxe Gemapi (lire ci-dessous) et le pacte fiscal entre la communauté et les communes au sujet du développement des zones d'activités économiques. Seule ombre au tableau, l'augmentation des charges à caractère général (6,4 %) et des charges de personnel (5,12 %). « On a pris de nouvelles compétences et dû embaucher. Mais à périmètre constant, ces hausses se limitent à 1,3 % et 2,4 %. On est quasiment dans les clous », a précisé un Thierry Piriou conscient qu'il y avait des efforts à consentir dans le domaine.

« Ne pas aller à l'aventure »


Sur un budget d'environ 60 M€, Morlaix Communauté investira 17 M€ cette année (13 M€ réalisés en moyenne par an depuis le début du mandat) : finalisation du Pem (1 M€), Espace des sciences (3,5 M€), Manufacture (2,5 M€), développement économique (1,2 M€), collecte et traitement des déchets (2 M€), voirie (800.000 €)... « Nous sommes sur de bons rails », a réagi Guy Pennec, maire de Plourin. « On prendrait un risque à ne pas investir davantage. Car quand on n'investit pas, on s'appauvrit. On a quand même une sacrée marge de manoeuvre ! », a, quant à elle, commenté Agnès Le Brun, maire de Morlaix. Pour autant, « il ne faudra pas aller à l'aventure et garder les excédents pour les investissements lourds », a conclu un président Piriou prudent. Pour preuve, le montant des subventions aux associations ne repartira pas à la hausse. La communauté y consacrera 2 M€. Comme l'an passé
 

Le Télégramme - Gwendal Hameury

 

De la difficulté de porter un argumentaire ouvertement de gauche dans l'enceinte communautaire - peut-on exprimer une voix dissonante face au libéralisme à Morlaix-Communauté?

Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 12:52
C'est le moment! - Tribune collective en vue du Congrès extraordinaire de 2018 signée par des jeunes dirigeants du Parti Communiste

Avec une trentaine de jeunes cadres du Parti Communiste je signe cette contribution "C'est le moment" qui revient sur ce que nous identifions comme de grands enjeux de société, des batailles idéologiques et le défis que cela représente pour le PCF.  

Voila ce qui nous intéresse, ce pour quoi nous voulons nous investir dans les années à venir, ce qui doit présider au travail théorique, stratégique, tactique et organisationnel d'un parti révolutionnaire. 

Oui, c'est le moment d'oser, d'avoir de l'audace, de remettre en avant nos idées, de réécrire le manifeste du parti communiste.

Soyons acteurs de cette refondation, et de la reconstruction du PCF.

Oui nous sommes ambitieux pour notre parti, pour notre visée, pour notre idée. Aujourd'hui plus que jamais, le communisme répond aux interrogations et aux doutes, et la marche forcée, accélérée du capitalisme et du libéralisme montre qu'ils se sentent en danger. A force d'opprimer, ils sont allés loin, trop loin. 
Oui c'est le moment d'une tribune collective avec des jeunes dirigeant.e.s du parti. Donnons-nous un projet et une stratégie pour reprendre le terrain sur les libéraux et les populistes et donnons optimisme et envie à nos militants.
Oui c'est le moment d'ouvrir la voie au communisme, et nous sommes prêts et nombreux. 
Il est temps d'oser, il est temps d'oser nos révolutions. 

Ismaël Dupont. 

 

 https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/…/contribution-collec…

 

C'est le moment !

Tribune collective

Comme nous y invite notre congrès, nous prenons ensemble la parole pour porter une haute ambition : poser les bases d'un communisme du XXI°siècle et révolutionner notre parti, sa stratégie, son organisation.

Cela implique de faire lucidement le bilan de nos difficultés pour les dépasser. Soyons francs : malgré toute l'énergie des militant.e.s et des élu.e.s communistes, malgré toutes les initiatives prises pour répondre aux intérêts populaires, notre parti perd pied dans la vie politique nationale. Notre recul de plusieurs centaines de milliers de voix aux dernières élections législatives et le caractère inaudible de nos décisions nous conduisent à une marginalisation que la recomposition politique en cours peut rendre durable.

Comme une majorité de communistes, nous ne nous y résignons pas. Jeunes dirigeant.e.s et élu.e.s du PCF, nous sommes convaincu.e.s que notre parti peut et doit redevenir une force politique nationale influente au regard de l’évolution du monde. Nous n'avons pas toujours fait les mêmes choix stratégiques par le passé mais nous nourrissons ensemble de grandes ambitions pour le combat communiste.

C'est le moment de notre propre révolution pour hisser le PCF à la hauteur des défis de notre temps. Il faut saisir ce moment car il ne reviendra pas.

A mesure que le capitalisme mondialisé et financiarisé semble écraser tout sur son passage, il génère dans le même mouvement des critiques et des aspirations toujours plus fortes pour son dépassement.

La critique populaire progresse et la pensée de Marx retrouve une place dans la production intellectuelle. Dans nos travaux résident beaucoup de clés de compréhension et de solutions face aux impasses du système : l'égalité et la lutte des classes, rendues incontournables par l'aggravation des inégalités et l'accumulation sans précédent de richesses par une minorité ; l'écologie, à l'heure où le changement climatique enfanté par le mode de production capitaliste menace l'humanité ; la libération du travail du coût du capital et la sécurisation de l'emploi pour en finir avec le chômage, la précarité et la souffrance au travail qui ne cessent de progresser avec l'utilisation capitaliste de la révolution informationnelle. C’est sur tous ces enjeux qu’il nous faut travailler à ré-identifier le PCF.

Notre société y est prête.

Le récent mouvement contre la loi travail, portant le mot d'ordre « on vaut mieux que ça », jusqu'aux luttes contre les ordonnances Macron ; la mobilisation des salarié.e.s de l'hopital public et des EHPAD pour que la qualité de leur travail soit respecté, le droit fondamental à la santé garanti et pour que notre société prenne soins de nos ainés ; la montée en puissance d'un mouvement féministe qui constitue un des plus puissants leviers pour l'égalité ; la mobilisation d'associations de solidarité et de tant de citoyens individuellement pour un accueil digne des migrants ; Et d'autre-part l'émergence d'initiatives comme les projets alternatifs à l'ubérisation des activités à l'image de coopcycle ; la création de coopératives ou la reprise de l'activité sous cette forme par les salarié.e.s dans de nombreux secteurs ; l'action de collectivités pour promouvoir le logement social ou pour une nouvelle maîtrise publique par le retour en régie publique de la gestion de l'eau. Et tant d'autres !

Avec les grandes conquêtes que constituent le droit du travail, la sécurité sociale et la fonction publique, toutes ces initiatives constituent autant de « morceaux de communisme » à faire grandir pour de nouvelles victoires au XXIe siècle. Avec ces forces vives, une voie nouvelle, faite de combats offensifs et d’ambitions révolutionnaires pour la France se cherche. Contre le « tout État » et le « tout marché », visons l'appropriation par chacun.e des avoirs, des savoirs et des pouvoirs. Visons un nouveau mode production basé sur des critères de gestion sociaux et écologiques et sur une appropriation sociale des moyens de production. Visons le développement de services publics démocratisés et de promotion des communs. Pensons la combinaison des oppressions capitalistes, sexistes, racistes pour les surmonter.

Visons l'émancipation culturelle qui brise le carcan des identités. Visons un nouvel internationalisme, qui s'appuie sur la coopération des individus et des peuples pour un développement partagé et la paix.

Ce communisme a de l’avenir si nous le prenons au sérieux. Le prendre au sérieux, c’est passer à l’offensive politique. Passer à l’offensive, c’est relever d’importants défis stratégiques et organisationnels. Nos difficultés stratégiques débouchent sur un gâchis d'énergie. Un doute se répand sur l’utilité de nos actions militantes. Nous avons souvent un coup de retard. Au lieu de subir un agenda, il s'agit de penser la manière dont chaque lutte, chaque initiative peut contribuer à nous faire progresser sur la base d’un cap politique national clair, d’objectifs réalistes mais ambitieux. Cessons d'opposer rassemblement et affirmation de notre parti.

A l'approche des européennes, retenons la leçon des échéances présidentielles et législatives : chercher à rassembler sans affirmer nos idées et sans rapport de force revient à nous positionner comme une force d'appoint et conduit in fine à l'échec d'un rassemblement pourtant indispensable. Par ailleurs pensons-nous encore, qu'un rassemblement majoritaire est possible sans intervention populaire consciente de ses intérêts ?

Le PCF a un rôle décisif à jouer pour aider à cette intervention par la mise en débat de propositions radicales et la construction d'espaces politiques ouverts, pluralistes, concentrés sur la production d’alternatives crédibles. Conséquence organisationnelle : nous devons revaloriser la place des adhérent.e.s et des structures locales pour construire des réseaux d'actions à l'échelle nationale capables de déployer des campagnes politiques fortes, efficaces et visibles sur tout le territoire. Et tout à la fois, nous devons revaloriser le rôle de direction en perte de crédibilité. Cela implique d'utiliser le meilleur de ce que nous produisons comme pratiques militantes dans les quartiers et les campagnes, les lieux de travail, d'expérimenter, de tirer profit de la révolution numérique, de prendre appui sur nos actions de solidarités concrètes, sur les batailles de nos parlementaires et sur les avancées obtenues dans les collectivités que nous dirigeons. Cela implique une mise en commun nationale sans précédent, un renouvellement de notre communication politique et de profondes transformations de nos directions dont le bilan témoigne de dysfonctionnements entraînant des difficultés à produire positionnements, outils militants et initiatives nationales.

Pourquoi ne sommes-nous pas, par exemple, capable de mener une campagne dans la durée ? Ou encore pourquoi ne nous donnonsnous pas tous les moyens d'une offensive médiatique pourtant plus indispensable que jamais ? Dans le grand débat politique qui s’ouvre toutes les questions doivent être sur la table, sans céder aux tendances qui rétrécissent le débat et sans tabou aucun sur notre projet et notre stratégie jusqu'aux femmes et aux hommes qui se verront confier la tâche d'animer la nouvelle ambition qui sera fixée. Sans quoi nous nous serons payés de mots, en l’occurrence du beau mot de révolution. Notre parti est à un moment clé de son histoire. L'idée communiste, qui a été le moteur de l'engagement de génération de militants, frappe à la porte du XXIe siècle.

C'est le moment d'en prendre pleinement la mesure, d'écrire un nouveau manifeste.

Premiers signataires :

 

Simon Agnoletti, membre de la direction départementale du Nord (59), 26 ans
Pierric Annoot, membre du CN (92), 34 ans
Aurélien Aramini, professeur de philosophie (90), 38 ans
Pierre Bell-lloch, vice-président du conseil départemental du Val-de-Marne (94), 40 ans
Hélène Bidard, membre du CN en charge du féminisme et des droits des femmes et adjointe à la Maire de Paris (75), 36 ans
Thibault Bize, secrétaire de la fédération du Doubs (25), 33 ans
Vincent Boivinet, membre du CN (33), 33 ans
Nicolas Bonnet-Oulaldj, président du groupe PCF – FG au Conseil de Paris (75), 43 ans
Caroline Brebant, adjointe au Maire de Saint-Maximin (60), 37 ans
Ian Brossat, adjoint à la Maire de Paris en charge du Logement (75), 37 ans
Maxime Cochard, membre de l'exécutif départemental (75), 33 ans
Nicolas Cossange, secrétaire de la fédération de l'Hérault (34), 32 ans
Raphaël Debu, secrétaire de la fédération du Rhône (75), 36 ans
Ismaël Dupont, secrétaire de la fédération du Finistère (29), 38 ans
Pierre Garzon, vice-président du conseil départemental du Val-de-Marne (94), 43 ans
Aurélien Guillot, secrétaire de la fédération d'Île-et-Vilaine (35), 35 ans
Florian Gulli, professeur de philosophie (25), 41 ans
Mina Idir, membre de la direction départementale du Vaucluse (06), 42 ans
Maud Jan-Brusson, dirigeante départementale de la Mayenne (53), 32 ans
Sebastien Laborde, secrétaire de la fédération de Gironde (33), 43 ans
Clara Laby, membre de la direction départementale du Nord (59), 22 ans
Cédric Lattuada, secrétaire de la fédération de la Marne (51), 43 ans
Elsa Maillot, vice-présidente de la communauté d'agglomération du Grand Besançon (25), 32 ans
Céline Malaisé, Présidente du groupe FG à la région Île-de-France (75), membre du CEN, 38 ans
Pierre Miquel, secrétaire de la fédération du Puy-de-Dôme (63), 38 ans
Yannick Monnet, secrétaire de la fédération de l'Allier (03), 43 ans
Yannick Nadesan, président de la collectivité eau du bassin rennais (35), 34 ans
Frédéric Mellier, secrétaire de la section de Bordeaux (33), 45 ans
Sebastien Prat, secrétaire de la fédération du Cantal (15), 26 ans
Anne Sabourin, membre du CEN en charge des affaires européennes (75), 33 ans
Aymeric Seassau, secrétaire de la fédération de Loire Atlantique (44), 40 ans
Adrien Tiberti, secrétaire à l'organisation de la fédération de Paris (75), 36 ans
Bora Yilmaz, secrétaire de la fédération de Meurthe-et-Moselle (57), 38 ans
Igor Zamichiei, secrétaire de la fédération de Paris (75), membre du CEN en charge du projet, 32 ans

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 12:31
Photos du Conseil communautaire du 5 février 2018 par Pierre-Yvon Boisnard

Photos du Conseil communautaire du 5 février 2018 par Pierre-Yvon Boisnard

Global Sea Food (21 salariés) en redressement judiciaire: sujet tabou à Morlaix-Communauté qui lui a consenti une avance remboursable de 75 000€ en juillet 2017 en même temps que d'autres financements publics
Global Sea Food (21 salariés) en redressement judiciaire: sujet tabou à Morlaix-Communauté qui lui a consenti une avance remboursable de 75 000€ en juillet 2017 en même temps que d'autres financements publics
Plougasnou. Global Seafood SAS en redressement judiciaire

 

Global Sea Food (21 salariés) en redressement judiciaire.

Sujet tabou à Morlaix-Communauté.

Je posais la question et je le laissais entendre en Conseil Communautaire lundi dernier. Je n'ai eu le droit à aucune information ni aucune réponse. Yves Moisan et Thierry Piriou n'ont pas voulu y répondre et en faire un sujet de discussion auprès des élus du territoire alors que manifestement ils avaient l'information et que Morlaix-Communauté a consenti une avance remboursable de 75 000€ en 2017 pour Global Sea Food qui reprenait une partie du personnel et les locaux des Viviers de la Méloine, et qui, comme les repreneurs de Tilly Sabco, a bénéficié de beaucoup d'argent public pour s'installer alors que c'est une entreprise liée au groupe Le Saint. 
Aujourd'hui, le Ouest-France nous le confirme, la société Global Sea Food (chiffre d'affaires de 1,5 millions d'euros et 21 salariés) qui propose la vente de crustacés par internet a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Brest. "Les dirigeants de Global Sea Food préparent un plan de redressement".

Le secret des affaires à l'ombre de l'argent public.

Ismaël Dupont. 

 

Extrait de mon compte rendu du Conseil communautaire du 5 février 2018: 

 

De la difficulté de porter un argumentaire ouvertement de gauche dans l'enceinte communautaire - peut-on exprimer une voix dissonante face au libéralisme à Morlaix-Communauté?

" Je suis aussi intervenu au sujet des aides publiques attribuées aux entreprises privées sous la forme souvent de subvention à l'investissement dans l'immobilier d'entreprise ou autres (275 000 € d'aide en 2017, dont 75 000 € d'avance remboursable à Global Sea Food SAS à Plougasnou qui a aussi touché des aides d'autres collectivités), pour demander:

1/ S'il était bien sûr que ce soient les aides publiques communautaires qui ont permis, comme condition nécessaire, "2 millions d'euros Hors Taxe d'investissements prévoyant environ 13 emplois sur le territoire"? N'est-ce pas le rôle de l'entreprise privée d'investir pour son activité visant la rentabilité? N'y a t-il pas simplement un effet d'opportunité pour certaines entreprises? Ne joue t-on pas aux stratèges économiques sans vraie efficacité en distribuant de l'argent ici et là? 

2/ un bilan sur les dix dernières années d'aides publiques communautaires aux entreprises. Qu'est-ce qui a été versé à qui? Pour quel bénéfice pour l'emploi, sa pérennisation? Sachant qu'au niveau national 200 milliards d'aides publiques arrivent aux entreprises, souvent comme des effets d'aubaine sans retour bien identifié sur les créations, maintiens d'emplois, et la qualité de l'emploi.

Réponse d'Yves Moisan, vice-président à l'économie: on ne peut que faire un bilan sur le dispositif qui existe aujourd'hui, depuis un plus d'un an, d'aide à l'équipement immobilier des entreprises, et pas sur les dix années antérieures, sous-entendu car on a pas à assumer les décisions.

3/ quelle est la santé économique, les perspectives de devenir et de maintien de l'activité pour Global Sea Food sachant que des rumeurs alarmantes existent sur le devenir d'une activité qui s'est montée en remplacement des Viviers de la Méloine en bénéficiant de fonds publics significatifs et en ne reprenant qu'une partie des salariés ? Le scénario Tilly-Sabco va t-il se reproduire? 

Réponse: on ne peut pas en parler dans cette enceinte, il est trop tôt pour en parler, on en reparlera sans doute. On nous avait aussi dit (Jean-Luc Fichet), circulez il y a rien à voir quand nous manquions le manque de fiabilité et d'investissements des repreneurs providentiels de l'entreprise qui avaient bénéficié d'aides diverses et variées". 

 

Global Sea Food (21 salariés) en redressement judiciaire: sujet tabou à Morlaix-Communauté qui lui a consenti une avance remboursable de 75 000€ en juillet 2017 en même temps que d'autres financements publics

Un article pour approfondir: 

Les aides publiques aux entreprises privées, c’est 200 milliards d’euros !

mercredi 7 février 2018

L’aide publique aux entreprises privées se monte chaque année à environ 200 milliards d’euros.

C’est à peine moins que le budget de l’Etat qui se chiffre à 241,5 milliards d’euros en 2018… dont 15 millions seulement pour le Travail contre 16,68 millions en 2017 et 12 millions programmés pour 2019.

Ces chiffres sont confirmés par le pôle économique de la CGT. A sa connaissance, les données synthétiques récentes ne sont pas disponibles, mais sur la base d’un rapport de la Cour des comptes, on peut estimer que chaque année l’Etat et les collectivités accordent quelque 200 mds€ d’aides et exonérations sociales et fiscales aux entreprises.

Cela représente environ 10 % du PIB de la France. Déjà en 2010, la Cour des comptes chiffrait ces aides et exonérations à 172 milliards d’euros. Depuis, de nouveaux dispositifs sont mis en place, à l’instar du CICE d’un total de 20 mds € par an, ou encore le « pacte de stabilité » pour un total de 9 mds.

Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 07:10

Rassemblement citoyen et de parents d'élèves et personnels des écoles pour défendre les 3 classes à Corentin Caër, Jean Jaurès, Gambetta, à 18h le vendredi 9 février devant la Mairie de Morlaix.  

Alerte rouge pour les écoles publiques morlaisiennes!

L'inspection académique prévoit de fermer trois postes, cela ferait donc trois classes supprimées dans les écoles publiques morlaisiennes à la rentrée de septembre 2018: à Jean Jaurès (La Boissière), Corentin Caër (La Madeleine), Gambetta (Quartier St Augustin, de la Gare).
Et cela dans le cadre d'une suppression de 27 postes de professeurs des écoles dans le Finistère.
Une politique macronienne de réduction de la qualité des services publics et d'austérité qui se fait au détriment de l'éducation de nos enfants dans des écoles publiques des quartiers populaires, des écoles qui font un travail remarquable grâce à l'engagement des enseignants, des personnels et des parents, mais qui accueillent aussi des élèves qui ne viennent pas de milieu privilégié et pour qui les conditions d'apprentissage sont d'autant plus importantes.  Or, comment ne pas voir que l'accueil des élèves si cette décision se confirmait serait moins bon et propice à leur réussite.

A titre d'exemple, à Gambetta, il n'y aurait si cette décision se confirmait plus que trois niveaux: une grande maternelle, un CP-CE1-CE2, un CM1-CM2, avec des classes à plus de 25-26 élèves. De quoi alimenter de nouvelles fuites vers le Privé qui a déjà profité de la réforme des rythmes scolaires mal calibrée et financée du gouvernement précédent.  

C'est inacceptable.

Nous ne nous laisserons pas faire.

Nous laisserons pas les conditions d'accueil dans les écoles publiques morlaisiennes être attaquées à ce point.
Trois postes perdus dans les écoles pour la même ville, qui est déjà en difficulté économique et sociale, c'est complètement dément.
Le rendez-vous à l'inspection académique où se décidera les dotations aura lieu mardi à l'inspection académique.

Ismaël Dupont, élu PCF-Front de Gauche à Morlaix

Membre de la commission Enseignement du Conseil Municipal au titre de l'opposition 

Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 07:04
À QUAND UNE STRATÉGIE GLOBALE À CE DÉFI MIGRATOIRE IRRÉVERSIBLE ? (L’HUMANITE – MARDI 6 FEVRIER 2018 – FRANCIS VALLAS PRESIDENT DE SOS MEDITERRANEE)

Nous sommes la solution, pas le problème

Cinquante mille morts en Méditerranée depuis le début de la crise des migrants... Dans sa mission de sauvetage, SOS Méditerranée bénéficie d'un soutien émouvant pour le financement de son navire, l'Aquarius. D'ailleurs, la générosité de nos dix-huit mille donateurs, de tous ces Français qui refusent de regarder ailleurs, de céder à des peurs (pourtant légitimes parfois), en sont le témoignage. Comme les regards des rescapés sont l'irremplaçable récompense de nos sauveteurs et la meilleure réponse aux reproches hallucinants qui nous sont faits trop souvent.

D'abord, celui que nous créerions un appel d'air et accroîtrions les flux de migrants, comme si nous étions le problème et non la solution. Alors que l'histoire a prouvé l'inanité du reproche, avec l'interruption, en 2014, sous la pression européenne et pour tarir les flux de migrants, de l'opération « Mare nostrum » par laquelle l'État italien sauvait un maximum de réfugiés.

Le seul résultat fut en effet que le nombre de morts explosa, sans que ne soit observé le moindre ralentissement des flux. Du coup, l'Union européenne, n'osant pas afficher un cynisme inhumain, dut plus ou moins honteusement mettre en place d'autres initiatives, sous la forme de quelques forces navales européennes en plus des navires d'État et des gardes-côtes italiens (admirables!) et des navires de commerce détournés parfois par le centre de sécurité de Rome. Le tout constituant une réponse institutionnelle si scandaleusement insuffisante que les ONG (montrées du doigt alors qu'elles ne font qu'essayer de compléter ce dispositif aux ordres des autorités légitimes) assurent aujourd'hui 30 % du sauvetage de ces migrants désespérés qui fuient l'enfer libyen. Un enfer où règne le crime contre l'humanité, poussant les victimes à tout tenter pour survivre. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle 80 % des enfants sauvés sont sans leurs parents, qui ont financé leur passage au prix de leur propre sacrifice.

À cette réponse institutionnelle indigne s'ajoute une absence coupable de vision et de volonté des pouvoirs publics européens, qui ne travaillent pas assez à l'élaboration d'une stratégie globale de recherche de solutions, ignorant de facto ce défi migratoire irréversible qui concerne autant les réfugiés eux-mêmes que nos enfants et petits- enfants.

En feignant d'oublier qu'il y a deux façons de perdre notre identité européenne, l'une étant précisément de ne pas apporter de réponse appropriée, que ce soit en cherchant vainement à cadenasser notre continent ou, à l'inverse, en acceptant le laisser-aller. L'autre, rapide et certaine, étant de renoncer à ces valeurs (européennes, républicaines, démocratiques, chrétiennes, ou humanistes...) dont nous proclamons qu'elles constituent notre identité, en ignorant la tragédie qui se déroule à notre porte. Laisser plus longtemps couler les migrants tuerait notre âme et détruirait notre crédibilité aux yeux du monde. La question des migrations est incroyablement complexe, mais celle du sauvetage est simple et indiscutable... Il serait temps que les États fassent leur devoir.

 

À QUAND UNE STRATÉGIE GLOBALE À CE DÉFI MIGRATOIRE IRRÉVERSIBLE ? (L’HUMANITE – MARDI 6 FEVRIER 2018 – FRANCIS VALLAS PRESIDENT DE SOS MEDITERRANEE)
Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 07:00
Calais: en finir avec la stratégie de la tension (PCF, 5 février 2018)

Calais : en finir avec la stratégie de la tension


Deux affrontements majeurs en huit jours de temps : le premier opposant policiers et migrants s’est traduit par de graves blessures sur un jeune Érythréen de 16 ans - il a perdu un œil, et sa boite crânienne est défoncée -, le second entre migrants afghans et érythréens a fait six blessés par balle, dont quatre sont entre la vie et la mort. Il faut tirer d’urgence les enseignements des événements tragiques de Calais.

La stratégie de la tension, pour décourager les migrants de s’installer, produit déjà ses funestes effets.

La visite à Calais du président Macron et le sommet de Londres ont servi d’accélérateur à la dégradation de la situation.

D’un côté, un immense espoir chez les jeunes réfugiés, souvent mineurs, que leur passage en Grande Bretagne était imminent. De l’autre, une déception et une grande colère : pas de passage légal au Royaume Uni, et une pression policière accrue, sur une population migrante dont les effectifs se sont rapidement accrus.

La solution passe par une vraie renégociation des accords du Touquet mais aussi par une organisation des voies de passage légales, pour les migrants qui ont droit à l’asile ou au rapprochement familial en Grande Bretagne. A l’occasion de la fermeture du camp de Sangatte, 1 200 migrants avaient été admis en Grande Bretagne ; lors de la fermeture de la « jungle », il y a un peu plus d’un an, 700 exilés avaient pu passer de l’autre côté de la Manche ; à l’occasion du dernier sommet de Londres, zéro.

Poser de nouveaux grillages, poser des caméras supplémentaires, payer des maîtres chiens, renforcer les effectifs de police…cette logique ne sert à rien, sauf à faire de Calais une enclave qui serait totalement isolée, comme celles, espagnoles de Melilla ou de Ceuta au nord du Maroc, ou pire, un hot spot. Et donc à rendre le passage de la Manche encore plus dangereux et plus coûteux, au grand profit des réseaux de passeurs.

Il faut prendre le contre-pied de cette politique, avant que des drames plus terribles ne se produisent.

Calais: en finir avec la stratégie de la tension (PCF, 5 février 2018)
Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 06:51
En haut du podium, le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, est devenu l'homme le plus riche du monde, avec une fortune de 99,6 milliards de dollars (83 milliards d'euros). Un patrimoine colossal qui a progressé de 34,2 milliards de dollars (29 milliards d'euros) en 2017. De telle sorte que, chaque minute, le milliardaire du e-commerce gagne 65 000 dollars (54 482 euros). Et ce grâce à l'envolée des marchés et du cours d'Amazon (dont il détient 16,4 %), lequel a bondi de 57 % cette année, mais aussi à celle des actions qu'il possède dans Uber et Airbnb. L'insolence ne s'arrête pas là. En juin dernier, l'expert de l'évasion fiscale avait demandé sur Twitter de l'aide, après avoir vendu pour près de 1 milliard de dollars d'actions d'Amazon, pour trouver des moyens de dépenser sa fortune.

En haut du podium, le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, est devenu l'homme le plus riche du monde, avec une fortune de 99,6 milliards de dollars (83 milliards d'euros). Un patrimoine colossal qui a progressé de 34,2 milliards de dollars (29 milliards d'euros) en 2017. De telle sorte que, chaque minute, le milliardaire du e-commerce gagne 65 000 dollars (54 482 euros). Et ce grâce à l'envolée des marchés et du cours d'Amazon (dont il détient 16,4 %), lequel a bondi de 57 % cette année, mais aussi à celle des actions qu'il possède dans Uber et Airbnb. L'insolence ne s'arrête pas là. En juin dernier, l'expert de l'évasion fiscale avait demandé sur Twitter de l'aide, après avoir vendu pour près de 1 milliard de dollars d'actions d'Amazon, pour trouver des moyens de dépenser sa fortune.

Après avoir ouvert une boutique de salariés à Seattle mais truffée de caméras et de capteurs, Amazon, le géant mondial de la distribution, envisage d'imposer un bracelet "ultrasonique" aux salariés de ses entrepôts. 

Une information révélée mercredi sur le site d'informations spécialisé Geekwire. Ce bijou de technologie permet de contrôler les gestes d'un individu par l'envoi d'impulsions par ultrasons et transmissions radio. Ainsi localisée, la main qui s'aventurerait hors du "panier d'inventaire" dédié se ferait rappeler à l'ordre grâce au bracelet. Amazon a d'ores et déjà fait valider les brevets de sa nouvelle machine mais ne donne d'indications ni sur sa fabrication ni sur son intention de l'imposer ou pas à ses salariés.

C'est probable si les gains de productivité en valent la peine. Amazon est déjà expert dans l'hyperproductivité: caméras et chronomètres, réseaux de contrôle et de surveillance fonctionnent déjà à plein dans les entrepôts. Mais avec le bracelet ultrasonique - qui agit directement sur le corps -, en contrôlant les faits et gestes, un pas serait néanmoins franchi. 

"Amazon a reconnu que les humains sont la partie la moins efficace de l'opération. Elle gagne plus d'argent en traitant ses travailleurs comme des biens consommables", analysait un reporter du Daily Mirror, Alan Selby, après plusieurs mois d'une enquête sur la gestion des ressources humaines de l'entreprise.      

Et cela commence à se savoir. Amazon a chuté de la première à la cinquième place des enseignes préférées des Français.. La mauvaise presse des conditions de travail dans les entrepôts n'y seraient pas pour rien. 

En France, justement, Amazon va devoir revoir son système de classement des salariés, qui détermine leur déroulement de carrière et leur salaire, jugé illégal par les prud'hommes après une plainte déposée par 25 caristes.

Sylvie Ducatteau, L'Humanité, 5 février 2018  

Ils n'ont pas honte! Amazon aimerait robotiser ses salariés (L'Humanité, 5 février 2018)
Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 06:36
Pour Ian Brossat, responsable de la commission logement du PCF, ces élus LREM "incarnent une élite déconnectée qui s'intéresse plus à l'ISF qu'aux SDF. Après le droit à la déconnexion, il faudrait leur imposer le devoir de connexion au réel". 

Pour Ian Brossat, responsable de la commission logement du PCF, ces élus LREM "incarnent une élite déconnectée qui s'intéresse plus à l'ISF qu'aux SDF. Après le droit à la déconnexion, il faudrait leur imposer le devoir de connexion au réel". 

Le mensonge comme ligne politique? 

Une idée révolutionnaire qui plaît beaucoup parmi les pontes de la République en Marche (LREM). Alors que le grand froid vient d'être déclenché en région parisienne, et que la Fondation Abbé-Pierre vient de rendre un rapport comptabilisant 143 000 sans-abri dans toute la France, pour le secrétaire d'Etat Julien Denormandie, seule "une cinquantaine d'hommes isolés" dorment "dans la rue en Ile-de-France". 

Ben voyons... 

Dans le seul 10e arrondissement de Paris, quelques 450 SDF ont été recensés lors d'un décompte organisé par la ville en préparation de la Nuit de la solidarité du 15 février. 

Dans la même veine, le préfet du Rhône a, lui, comptabilisé pas plus de "200 sans-abri" dans l'ensemble de la métropole lyonnaise en décembre... 

Un chiffre en réalité dix fois plus élevé, selon les associations. 

"Il n'y a jamais eu une telle différence entre nos chiffres et ceux de la préfecture", indique un membre du collectif des professionnels de l'urgence sociale du département. "Jamais 2 000 personnes n'ont disparu comme ça. On cherche à mentir aux citoyens". 

Non contents d'en minimiser le nombre, les représentants de la majorité pensent également que les SDF, dont le nombre a progressé de 50% en dix ans, ne sont pas victimes de la précarité galopante. 

"Pour l'immense majorité des SDF qui dorment dans la rue, c'est leur choix" a lâché hier le député LREM du 8e arrondissement de Paris, Sylvain Maillard. 

Et pourquoi pas leur faute? 

Pour Ian Brossat, responsable de la commission logement du PCF, ces élus LREM "incarnent une élite déconnectée qui s'intéresse plus à l'ISF qu'aux SDF. Après le droit à la déconnexion, il faudrait leur imposer le devoir de connexion au réel". 

Pour rappel: en 2017, selon le collectif les morts de la rue, 443 personnes sont mortes sur le trottoir. 

Emilien Urbach  - dernière page de L'Humanité, 6 février 2018

Ils n'ont pas honte! En Marche piétine les sans-abri: ou le mensonge comme ligne politique (L'Humanité, 6 février 2018)
Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 06:25
Eliane Assassi présidente du groupe communiste républicain citoyen au Sénat

Eliane Assassi présidente du groupe communiste républicain citoyen au Sénat

Le recours en référé-suspension devant le Conseil d’Etat est déposé
Parcoursup -
 Par / 5 février 2018

Le groupe CRCE, avec un certain nombre d’organisations professionnelle, étudiante et lycéenne a déposé aujourd’hui le recours en référé-suspension auprès du Conseil d’Etat à l’encontre de l’arrêté mettant en œuvre Parcoursup.

Leur action devant la justice administrative accompagne leur participation au mouvement qui s’organise en France contre la sélection à l’Université et la réforme élitiste du baccalauréat.

Le texte du recours est joint au présent communiqué.

Parcours Sup - Le recours en référé-suspension devant le Conseil d’Etat est déposé par le groupe communiste, républicain, citoyen
Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 06:22
Photos postées par Marie-Pierre Vieu députée européenne communiste de la circonscription Sud-Ouest

Photos postées par Marie-Pierre Vieu députée européenne communiste de la circonscription Sud-Ouest

Photos postées par Marie-Pierre Vieu députée européenne communiste de la circonscription Sud-Ouest, à gauche

Photos postées par Marie-Pierre Vieu députée européenne communiste de la circonscription Sud-Ouest, à gauche

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011