Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 06:41
Le Vendredi 9 Février, 18h30 au bar des Deux Rivières - A quoi Serge? - chansons ni reprises ni échangées - dans le cadre de l'exposition de peinture Marie-Paule Kérebel
Partager cet article
Repost0
9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 06:40

«Plus les États défaillent, plus le rôle des ONG est important»

 

AU PARLEMENT EUROPÉEN, VOUS SUIVEZ PARTICULIÈREMENT LES SUJETS D'ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET DES MIGRATIONS. COMMENT LES INSTANCES EUROPÉENNES GÈRENT-ELLES LA POLITIQUE MIGRATOIRE ?

AMARIE-CHRISTINE VERGIAT. Il faut bien avoir deux choses en tête quand on parle de migrants. La première est que les institutions européennes ne font que ce que les États membres veulent bien leur laisser faire. La seconde est que ces mêmes États membres ferment de plus en plus la porte aux migrants provenant du Sud. Il faut donc d'abord savoir comment ouvrir les voies légales pour que tous les migrants soient à égalité de traitement. Contrairement aux idées reçues, les migrants qui arrivent en Europe ne sont pas des gens du Sud. Statistiquement, les Ukrainiens sont les plus nombreux et se rendent en Pologne. Or la Pologne est justement l'un des États membres qui refusent toute politique migratoire au niveau européen afin d'en garder le contrôle. La France agit de même et rebascule vers une immigration intra-européenne, comme avant la Seconde Guerre mondiale, en fermant ses portes aux ressortissants des pays d'Afrique et du Maghreb qu'elle leur avait ouvertes après guerre. Après les Ukrainiens et les Syriens, pour des raisons là encore bien spécifiques, viennent ensuite les ressortissants des États-Unis, de Chine et d'Inde. La situation est donc paradoxale. Au moment où on impose aux pays du Sud des traités de libéralisation de leurs marchés, on leur impose aussi une limite à la liberté de circulation des personnes. Tout cela fait le jeu des passeurs. Et comme la fermeture des frontières et le renvoi vers des pays tiers dits sûrs ne suffisent plus, les États membres traitent directement avec les régimes des pays que leurs ressortissants fuient.

 

QUEL RÔLE JOUENT LES STRUCTURES DE L'ESS DANS CE CONTEXTE ?

MARIE-CHRISTINE VERGIAT. Elles ont un rôle de plaidoyer et d'action de solidarité. Elles ont, par exemple, été très actives pour mettre la pression sur le gouvernement français et son jeu de ping-pong pour renvoyer les migrants vers les «pays tiers sûrs». Et comme Paris veut faire endosser cette politique au niveau européen, les ONG mènent la même bataille à Bruxelles. Nous, au sein du groupe GUE/NGL, nous travaillons à mettre en réseau les associations et élus locaux. Ils sont en première ligne. Ils sont donc les mieux à même de montrer une autre réalité que la crise migratoire dépeinte par nos gouvernements.

Il faut se battre contre les clichés: celui du méchant migrant, celui des migrations forcément négatives. Avec le développement des communications, celles-ci sont appelées à s'intensifier du fait des mariages mixtes, des étudiants et des travailleurs partis pour une expérience à l'étranger. Les migrations ne sont pas toujours contraintes et forcées, comme on essaye de nous le faire croire.

 

IL Y A TOUT DE MÊME DES URGENCES. LES ASSOCIATIONS SONT LÀ AUSSI EN PREMIÈRE LIGNE...

MARIE-CHRISTINE VERGIAT. Plus les États sont défaillants, plus leur rôle est important. En Allemagne, l'État joue un rôle central. Les associations sont venues en soutien au plus fort de l'arrivée de migrants. Contrairement à l'Allemagne, qui représente 60 % des droits d'asile accordés en Europe, la France, qui est parmi ceux qui accordent le moins de droits d'asile, fait preuve d'une insuffisance totale de politique publique, qui se résume aux reconduites à la frontière, y compris des mineurs. Les citoyens se sont donc substitués à l'État et pallient ses carences. Les associations, qui jouent historiquement un rôle majeur dans la découverte de la culture d'accueil, de la langue, de l'insertion dans l'emploi, ont répondu aux urgences.

 

SONT-ELLES SOUTENUES PAR LES INSTITUTIONS EUROPÉENNES ?

MARIE-CHRISTINE VERGIAT. Là encore, on est au cœur des missions régaliennes des États membres. Les associations doivent passer par eux pour avoir accès aux aides financières. Le centre de la Chapelle, à Paris, ou les anciennes installations d'accueil des familles et de mineurs isolés, à Calais, ont été financés par des fonds européens. Mais le Fonds asile migration intégration (Fami) est de plus en plus utilisé par les États membres à des fins sécuritaires.

 

Marie-Christine Vergiat

Marie-Christine Vergiat

Partager cet article
Repost0
8 février 2018 4 08 /02 /février /2018 12:05
Les députés communistes refusent la libéralisation des activités ferroviaires (8 février 2018)
Les députés communistes refusent la libéralisation des activités ferroviaires

jeudi 8 février 2018

Attendu à la fin de la semaine, le rapport confié par le gouvernement à l’ancien patron d’Air France Jean-Cyril Spinetta devrait donner le coup d’envoi de la libéralisation des trains de voyageurs à l’horizon 2021-2023. Un scénario catastrophe pour le service public.

- Lire l’analyse de l’Humanité du jour

Hubert Wulfranc, député de Seine-Maritime est intervenu au nom du groupe GDRdans le cadre de l’audition de Guillaume Pépy, Président de la SNCF et de Patrick Jeantet, Président de SNCF réseau, sur le rapport d’information sur la sécurité dans les transports collectifs et voyageurs.

Il a rappelé à cette occasion la nécessité de désendetter l’entreprise publique ferroviaire avec plusieurs propositions de financement développées par le groupe. Par ailleurs, il a exposé la position des élus communistes en matière de structuration de la SNCF, leur refus de la libéralisation des activités ferroviaires ainsi que leurs interrogations sur la politique de filialisation tout azimut du groupe SNCF qui conduit la société à concurrencer son coeur de métier.

Partager cet article
Repost0
8 février 2018 4 08 /02 /février /2018 07:36
IRLANDE -  LA POSSIBILITE D'UNE ILE (L’HUMANITE – MERCREDI 7 FEVRIER 2018 – THOMAS LE MAHIEU)

Figure du républicanisme irlandais, Gerry Adams passe le relais à Mary Lou McDonald à la tête du Sinn Féin. Avec une ambition : prendre le pouvoir au nord comme au sud.

 

Cela ne rate pas. L'armée de spectres ne manque pas la moindre de ses conférences de presse ou de ses prestations télévisées. Quel que soit le thème abordé par Gerry Adams ­ la lutte contre l'austérité, les conséquences du Brexit, etc. ­, il se trouve systématiquement un journaliste pour convoquer les fantômes des « troubles » qui ont ensanglanté l'Irlande du Nord pendant des décennies. Et demander au dirigeant du Sinn Féin, le parti républicain de gauche systématiquement renvoyé à sa fonction de vitrine politique de l'Armée républicaine irlandaise (IRA), s'il peut, au choix, dénoncer les assassins ou avouer son rôle de commandant militaire pendant la guerre civile. Dernier exemple en date, dimanche, sur la BBC, devant le présentateur vedette Andrew Marr : Gerry Adams a dû réfuter une nouvelle fois toute appartenance au commandement militaire de l'IRA. « J'aurais aimé que personne n'ait été tué ou blessé au cours de conflit, a-t-il expliqué. Mais aujourd'hui l'IRA a disparu. J'ai défendu l'IRA, mais j'ai aussi été critique envers l'IRA. Je ne soutiens pas tout ce que l'IRA a fait... Mais on ne peut porter de jugements moraux sur les gens que quand on marche dans leurs chaussures... Et, heureusement, nous parlons ici du passé car, pour sortir de la violence, nous avons été capables de bâtir une alternative. »

 

LA PREMIÈRE FEMME À DIRIGER LE SINN FÉIN

C'est ce monstre sacré de la politique irlandaise qui s'apprête à passer au second plan, sans abandonner totalement la scène. Le 10 février, à l'occasion d'un congrès extraordinaire, Gerry Adams, président du Sinn Féin depuis 1983, passera la main à Mary Lou McDonald. Une page se tourne pour le genre : elle sera la première femme à diriger le parti. Un chapitre s'achève pour la génération marquée par la guerre civile, consacrant l'ambition d'une formation qui n'est plus cantonnée à Belfast ou Derry : après le décès, l'année dernière, de Martin McGuinness, ex-commandant de l'IRA, lui, et vice-premier ministre Sinn Féin en Irlande du Nord, au sein d'une coalition ­ un passage obligé hautement improbable il y a une vingtaine d'années ­ avec les unionistes ultraréactionnaires du DUP Gerry Adams , laisse la place à une militante de Dublin, âgée de 48 ans, qui, première parlementaire européenne du Sinn Féin en 2004 ­ inscrite au sein du groupe de la Gauche unie européenne (GUE-NGL) ­ et ensuite élue triomphalement députée de la circonscription du centre de la capitale irlandaise, n'a aucun rapport avec la lutte armée. « La vérité, mes amis, c'est que je ne pourrai pas rentrer dans les chaussures de Gerry Adams, et personne ne le pourrait, mais, la bonne nouvelle, c'est que j'ai apporté les miennes, a-t-elle lancé devant des délégués du Sinn Féin à la mi-janvier. Je vais enfiler les miennes et faire ma route avec... »

Pour Mary Lou McDonald, le chemin est balisé : sous la direction de Gerry Adams, le Sinn Féin est largement sorti de la marginalité et il s'agit désormais de le porter au pouvoir sur toute l'île, en creusant le sillon ouvert avec les accords du Vendredi saint, en 1998, consacrant la pacification en Irlande du Nord et les batailles contre l'austérité imposée par la troïka à la république d'Irlande, au sud. Le but ultime du parti demeure plus que jamais « l'établissement d'une république pour tous dans une Irlande libre et réconciliée ». Or, à Belfast, le Brexit rebat considérablement les cartes : craignant la remise en place d'une frontière coupant l'île en deux, les électeurs ont majoritairement voté contre la sortie de l'Union européenne, mais, depuis que Theresa May a perdu sa majorité absolue, en juin de l'année dernière, les conservateurs britanniques n'ont trouvé comme alliés que les unionistes ultras du DUP au risque de rouvrir , les plaies mal cautérisées des « troubles ». Dans ce contexte, le Sinn Féin réclame la création d'un statut spécial maintenant l'Irlande du Nord au sein de l'Union européenne, avec une perspective. À Dublin, le gouvernement minoritaire des néolibéraux Fine Gael ne tient qu'à un fil. Lors des dernières élections au sud, en février 2016, le Sinn Féin, renforcé durant les batailles antilibérales pour la gratuité de l'eau et pour l'accès au logement, a frôlé les 15 %, sur fond de déroute et de division des partis austéritaires ­ les « centristes » conservateurs (Fine Gael et Fianna Fail) et les travaillistes du Labour. « Beaucoup rêvent encore de nous cantonner à une force d'opposition, mais nous ne jouons plus dans cette cour, nous voulons gouverner », confiait alors Mary Lou McDonald à l'Humanité.

 

MILITER POUR LE DROIT À L'AVORTEMENT

Lors de sa dernière conférence programmatique, en novembre, au-delà d'avancées considérables, dans une formation longtemps marquée par le catholicisme le plus réactionnaire, sur les droits à l'IVG ­ le parti milite désormais pour l'abrogation du 8e amendement de la Constitution irlandaise, qui interdit l'avortement ­ et pour les droits des couples homosexuels, le Sinn Féin a adopté une feuille de route pouvant conduire à une participation gouvernementale au sein d'une coalition ­ quasiment incontournable dans un système quadripartite à Dublin ­, sous réserve de la « sécurisation d'un programme de gouvernement progressiste et républicain ». Mary Lou McDonald appuie résolument dans cette direction. « Comme Gerry Adams nous l'a montré, on ne peut pas rester les bras ballants et attendre en célébrant le passé, invite-t-elle. Nous commémorons notre histoire, mais pour mieux regarder vers le futur... Si l'on veut faire avancer la réunification de l'Irlande, qui est la meilleure issue aux crises actuelles que nous pouvons construire pour les citoyens, il nous faudra convaincre nos amis et voisins unionistes de la construire avec nous. »

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2018 4 08 /02 /février /2018 06:37
La commune s'est engagée dans une réfection complète de l'école publique des Quatre Vents

La commune s'est engagée dans une réfection complète de l'école publique des Quatre Vents

Comme Morlaix (notre édition d'hier), la commune pourrait être concernée par la suppression d'une classe, à la rentrée prochaine. La maire, Cathy Lucas revient sur les actions menées par la municipalité en faveur des enfants et appelle à la mobilisation. 

La nouvelle carte scolaire pour l'année 2018-2019 suscite des inquiétudes. En effet, une classe pourrait être supprimée à l'école publique des Quatre Vents. Aussi, Cathy Lucas a souhaité s'exprimer sur ce sujet et appelé à la mobilisation pour la sauvegarde de l'école de la République. « La nouvelle carte scolaire est en préparation et suscite des inquiétudes pour l'école des Quatre Vents. Il est impératif que les parents d'enfants, nés en 2015 et 2016, se manifestent auprès de la directrice, au plus vite, pour l'inscription de leur enfant. En effet, les arguments en notre faveur doivent être transmis à l'Inspection d'académie, avant la décision définitive, prévue le mardi 13 février.

Travaux et activités culturelles programmées


La commune s'est engagée dans une réfection complète de l'école : bâtiments, accessibilité, sécurisation, cantine, nouveau préau, tableau interactif, tablettes, classe numérique, pour le bien-être des enfants de l'école de la République, gratuite. La semaine des quatre jours devrait être remise en place, à la rentrée 2018. Des activités culturelles et sportives gratuites seront proposées, le mercredi matin, et deux matinées pendant les petites vacances, pour continuer la dynamique d'accès à la culture et au sport pour tous les enfants. La municipalité, l'équipe pédagogique et les parents d'élèves sont invités à tout mettre en oeuvre pour maintenir et défendre l'équilibre de l'école publique. Des actions seront organisées dans les prochains jours ».
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/lanmeur/ecole-publique-classe-menacee-la-mairie-appelle-a-la-mobilisation-08-02-2018-11844238.php#WhZiJz5QdUDBxLeB.99

Partager cet article
Repost0
8 février 2018 4 08 /02 /février /2018 06:33
Pour Nazim Khalfa, Alger Républicain - L'ultime au-revoir à l'humaniste, au lutteur, au militant infatigable des causes justes - dimanche 28 janvier
Pour Nazim Khalfa
L’ultime au-revoir à l’humaniste, au lutteur, au militant infatigable des causes justes
dimanche 28 janvier 2018 
par  Alger republicain 
 

C’est une belle et forte assemblée d’amis, de camarades, de proches, de militants politiques, et associatifs, en présence de son épouse, de ses deux filles, et de sa soeur, qui a participé aux obsèques de Nazim Khalfa, mon vieux frère, mon camarade, trop tôt parti [1], en ce vendredi 26 janvier 2018, illuminé par un soleil indécis, que taquinait de petites averses.

Rassemblés au crématorium, ces femmes et ces hommes de Carhaix, la ville où il vivait depuis plusieurs décennies, mais aussi celles et ceux venus de toute la Bretagne et d’ailleurs, étaient là pour rendre hommage et dire au-revoir à un homme attachant, simple, généreux, amoureux de la nature et des chevaux [2], qui aura consacré sa vie aux luttes pour la justice sociale, le progrès, mais aussi aux justes causes et luttes des peuples opprimés et à la solidarité internationaliste.

Après les tendres et poétiques lettres d’adieu de ses deux filles, dans une eulogie forte, dense et fraternelle, son ami et camarade Jean-Pierre Jeudy [3], dont nous reprendrons quelques passages avec son aimable autorisation, rappela ses luttes politiques et sociales, mais aussi son combat, exemplaire, inébranlable [4], et sa solidarité sans faille pour la Palestine et son peuple colonisé, réprimé, opprimé.

Nazim Khalfa avec Yasser Arafat {JPEG}Nazim Khalfa avec Yasser Arafat

Après un premier voyage en Palestine - Cisjordanie et Gaza - en 2001 au sein d’une délégation de la ville de Carhaix, conduite par son maire Christian Troadec, il rejoint l’Association France Palestine Solidarité. A cet effet, il me revient, c’était en juin 1967, qu’adolescents nous nous rendîmes au siège de l’OLP, à Alger, pour adjurer les responsables palestiniens de nous envoyer sur le front combattre l’armée sioniste.

Dans la foulée de ce premier voyage, il crée le groupe local de France-Palestine-Solidarité Centre-Bretagne [5] dont il assurera la présidence pendant 15 ans. Ce combat se matérialise par de nombreuses actions de solidarité en faveur du camp de réfugiés d’El Arroub, en Cisjordanie, où il séjourna lors de son voyage de 2001. Il y retournera à plusieurs reprises. Cette solidarité active, concrète, se traduit par l’équipement d’un laboratoire informatique pour les écoles, l’acheminement de mobilier scolaire pour l’école de filles et la maison de l’enfance, et par le parrainage de 12 enfants des familles les plus pauvres du camp, mais aussi, car il ne faut rien négliger, par la vente solidaire d’huile d’olive des paysans d’El Arroub. A ces actions s’ajoutent le projet de jumelage entre la ville de Carhaix et le camp d’El Arroub. Il jouera, à cet égard, un rôle décisif pour que soit acté officiellement en 2010 leur jumelage. Son combat et ses qualités lui valent d’être élu à trois reprises au Conseil national de France Palestine Solidarité, sa dernière élection remontait au congrès tenu en mai 2017.

Ces combats, ce choix de vie, J.P. Jeudy, son successeur à la Présidence de l’antenne Centre-Bretagne de l’Association France-Palestine-Solidarité, les restitua en ces termes : « Pour la justice et le progrès social. Du côté des faibles contre les puissants. Des victimes contre leurs bourreaux. Des exploités contre leurs exploiteurs. Des résistants contre l’occupant. Toujours l’indignation à fleur de peau et le refus de toute résignation ». 
Tel était, mais le portrait reste incomplet, Nazim Khalfa.

Pour pallier à cette incomplétude, écoutons le poète, dont le prénom, en hommage, lui avait été donné par son père :

Je suis communiste
Je suis amour des pieds à la tête
Amour : voir, penser, comprendre
Amour : l’enfant qui naît
La lumière qui avance
Amour : accrocher une balançoire aux étoiles
Amour : tremper l’acier avec mille peines
Je suis communiste
Je suis amour des pieds à la tête

Nazim Hikmet. Les Romantiques : la vie est belle, mon vieux.

.

Smaïl Hadj Ali
28.01.18

 

[1Son père Boualem Khalfa est décédé le six juillet 2017.

[2Nazim Khalfa créera le premier centre équestre de Carhaix pour démocratiser et ainsi permettre au plus grand nombre de pratiquer un sport réservé aux plus fortunés.

[3Maire communiste de la ville de Carhaix de 1977 à 1995.

[4Il associera l’antenne Centre-Bretagne de France Palestine Solidarité à la campagne Boycott-Désinvestissements-Sanctions. (B.D.S).

[5Nazim Khalfa en a été le Président honoraire et le fondateur.

Pour Nazim Khalfa, Alger Républicain - L'ultime au-revoir à l'humaniste, au lutteur, au militant infatigable des causes justes - dimanche 28 janvier
Partager cet article
Repost0
8 février 2018 4 08 /02 /février /2018 06:00

Comment adapter la SNCF à l’arrivée de la concurrence ? Un rapport doit être remis dans quelques jours à Matignon. Statut des cheminots, transformation de l’entreprise en société anonyme... les sujets sur la table risquent de provoquer une déflagration sociale à la SNCF.

Attention, bombes sociales à la SNCF. Si vous avez prévu de voyager en train dans les prochains mois, méfiez-vous : l’agenda social 2018 de la compagnie ferroviaire s’annonce explosif et risque de déclencher des grèves d’ampleur . C’est, en effet, au début de cette année que vont être débattues les conditions d’ouverture à la concurrence du rail français au plus tard le 14 décembre 2020 pour les TGV, et le 25 décembre 2023 pour les lignes trains régionaux et d’équilibre du territoire.

Une première étape doit être franchie dans les prochains jours lorsque Jean-Cyril Spinetta rendra le rapport que le Premier ministre lui a commandé en octobre. L’ancien pdg d’Air France a la délicate mission de proposer une stratégie de refonte du transport ferroviaire à bout de souffle et d’alimenter la réflexion du gouvernement avant le projet de loi Mobilité qui devrait être présenté au Parlement au printemps. Pour préparer la concurrence, le « rapport Spinetta » risque de contenir des propositions sociales jugées inacceptables pour les cheminots et leurs syndicats. Tour d’horizon des trois dossiers qui pourraient mettre le feu aux poudres.

Le statut du cheminot

C’est le dossier le plus sensible. Issu d’un décret de 1950, il complète le code du Travail et définit les règles propres aux cheminots en matière de rémunérations, de congés, de déroulement de carrière ou encore de droit syndical. Un statut avantageux qui garantit l’emploi à vie des cheminots qui ne peuvent être licenciés, sauf faute grave. L’été dernier, Emmanuel Macron avait lancé à un cheminot : «Vous protéger ce n’est pas protéger votre statut ou le job d’hier, c’est vous protéger en tant qu’individu pour aller vers le job de demain ».

Une manière de faire sauter le tabou du sacro-saint statut des cheminots qui alourdit automatiquement la masse salariale de la SNCF 2,4% chaque année contre 2% chez un transporteur sans statut. Pour en finir avec charge supplémentaire, plusieurs scénarios sont possibles. Comme pour Orange ou La Poste, le statut pourrait être supprimé pour les nouveaux embauchés à la SNCF. « C’est sans doute le scénario le plus acceptable socialement et le plus fort politiquement », analyse un connaisseur du ferroviaire.

L’autre hypothèse serait de « dévitaliser le statut » en supprimant certains avantages.

La dernière option, plus radicale, serait de supprimer le statut pour tous, les entrants comme les salariés en poste.

La transformation de la SNCF en société de droit privé

« Son statut d’Epic (NDLR : établissement public à caractère industriel et commercial) actuel risque d’être remis en cause par l’Europe qui estime qu’il fausse la concurrence, analyse Gilles Savary, spécialiste des transports et ancien député socialiste. Cela apporte une garantie universelle à la SNCF qui la protège de la faillite. En la transformant en société anonyme, avec par exemple l’entrée au capital de la Caisse des dépôts ou des Collectivités locales, elle conserverait son statut public tout en répondant aux critères européens ». Inenvisageable par les syndicats, qui y voient la première étape d’une privatisation.

La reprise de la dette ferroviaire

Evaluée à 53 Mds €, l’Etat envisage de conditionner sa reprise partielle à un effort de productivité des cheminots. Exactement, cette idée et le projet de réforme des retraites des cheminots, qui avait déclenché le grand conflit de 1995 - 3 semaines de grève ! -. A cela, il faut ajouter d’autres sources de tension avec les syndicats comme une possible filialisation de la branche Fret, de Gares & Connexions, ou encore les conditions de reprises des cheminots dans le cas d’une reprise d’une ligne par un concurrent. «Visiblement, le Président de la République a estimé qu’il y avait assez de dynamite pour faire exploser les cheminots, note un syndicaliste. Il a reporté le sujet de la réforme des retraites à 2019 ».

Le PCF soutient le mouvement des Cheminots du 8 février

Depuis maintenant plus de 20 ans, les décisions prises conjointement par les différents gouvernements et la direction de la SNCF mènent l’entreprise dans le mur.

À l’aube de la présentation de la loi mobilité qui transforme le droit au transport en droit à la mobilité, les dangers de mise à mort du service public ferroviaire sont réels. Le choix de confier une lettre de mission à Jean-Cyril Spinetta, ex PDG d’Air France, dont il organisa la privatisation partielle en 1994, n’est pas anodin.

En droite ligne du 4e paquet ferroviaire européen, dont seuls les députés PCF ont voté contre, les fossoyeurs du rail entendent présenter la libéralisation comme seule perspective à même de résoudre les dysfonctionnements actuels. Quel mensonge ! Avec la libéralisation du rail, usagers et cheminots seront ceux qui paieront la note.

D’un côté, les usagers assisteront à une hausse des tarifs et à une dégradation du service: fermeture de lignes, de guichets, baisse de la sécurité; avec comme conséquence directe la création de véritable déserts ferroviaires.

De l’autre, les cheminots et cheminotes, qui viennent de subir une troisième année consécutive sans hausse de salaire, verront leur condition de travail se dégrader encore plus. Pour rappel, l’année 2017 aura été terrible pour les salariés de la SNCF, avec plus de 50 suicides.

Il faut mettre fin à ces choix mortifères, guidés uniquement par des logiques de rentabilité, qui priorisent l’argent sur la sécurité et l’égalité, et qui sont incompatibles avec le développement et d’autres choix sont possibles l’amélioration d’un grand service public ferroviaire de voyageurs et de marchandises.

À l’heure où la question des transports est au cœur d’enjeux essentiels – climat et environnement, santé publique, aménagement du territoire, enjeux sociaux et économiques – le Parti communiste français défend l’idée d’un grand service public ferroviaire du XXI e siècle, au sein d’une entreprise unique et intégrée, permettant à chacune et chacun de se déplacer quel que soit son lieu de résidence sur le territoire, sa situation économique, tout en assurant des conditions de travail décentes pour les cheminotes et les cheminots.

Le PCF demande également à l’État de reprendre l’intégralité de la dette de la SNCF sans aucune contrepartie. Cette dette, consé- cutive à la création des lignes à grande vitesse imposées par l’État en 1997, est une dette d’État. Face à celles et ceux qui entendent livrer le rail aux appétits des vautours financiers, il faut opposer une large résistance. Usagers, citoyens, cheminots, élus, doivent ensemble lutter pour préserver le service public ferroviaire, ce bien commun qui appartient au patrimoine de la nation. À l’heure où les inégalités se creusent de façon inquiétante, les services publics représentent un rempart contre ces ruptures d’égalités. C’est le patrimoine de ceux qui n’en n’ont pas.

Préservons-les !

Le PCF soutient et participera à la manifestation organisée par la CGT/Cheminots le 8 février prochain à Paris.  

le PCF, 2 février 2018

Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 14:59
Pierre Darhéville, co porte-parole du groupe communiste à l'Assemblée Nationale

Pierre Darhéville, co porte-parole du groupe communiste à l'Assemblée Nationale

Opposé à la baisse du nombre de fonctionnaires, Pierre Dharréville, député communiste des Bouches-du-Rhône, a accusé l’exécutif de vouloir plonger la France "dans la nuit libérale". "Après s’être attaqué aux salariés du privé avec les ordonnances et aux retraités avec la hausse de la CSG, le gouvernement s’attaque maintenant aux agents de la fonction publique", a-t-il dénoncé lors d’un point presse. Si les communistes sont contre un recours plus important à la contractualisation, comme l’envisage le gouvernement, ils estiment que : "l’Etat se comporte comme les actionnaires de Carrefour"...

Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 14:56
Appel à participation solidaire des Utopistes en Action pour l'accueil des Réfugiés et Migrants

Appel à participation solidaire des Utopistes en Action pour l'accueil des Réfugiés et Migrants: 

Les Utopistes en Action et d'autres associations et citoyens volontaire hébergent actuellement une vingtaine de jeunes exilés, leurs prises en charge étant refusées par les services de l'Etat (Aide Sociale à l'Enfance) pour des raisons de maturité trop avancée... après tests osseux ou pas! De plus en plus de jeunes et de familles avec enfants sont privés de droits, jetés à la rue, au travers une politique d'Etat inhumaine vis-à-vis des migrants. 

Les Utopistes ont donc mis en place une collecte de fonds afin de subvenir aux besoins des familles accueillant ces jeunes, qui sont laissés à l'abandon et en situation d'insécurité par l'état. 

Merci de porter attention à notre collecte, d'y participer à hauteur de vos moyens et envies, et de faire tourner l'information au maximum à l'aide de tous vos contacts.

Voici donc ci-dessous le lien d'accès au site Hello Asso, qui se chargera de collecter et reverser vos dons sur le compte des Utopistes en Action, dons qui serviront à approvisionner toutes les familles hébergeantes en nourriture et produits de première nécessité.  

 

Par ailleurs, un Tri de Vêtements pour les Utopistes sera réalisé au local du PCF à Morlaix les samedi 17 et dimanche 18 février. Toute personne intéressée peut s'y associer.  

 

https://www.helloasso.com/ associations/les-utopistes-en- action/collectes/pot-commun- hebergement-des-exiles-de- notre-territoire

Appel à participation solidaire des Utopistes en Action pour l'accueil des Réfugiés et Migrants
Pays de Morlaix Solidarité Migrants                          
 
Mercredi 7 février à 19 heures 
 
Réunion au Tempo (café situé sur le port de Morlaix côté Trégor) 
 
                                                       
                                               Ordre du jour :
 Situation des dublinés 
 Situation des mineurs non accompagnés (MNA) 
 L'hébergement 
 Situation du CAO de Lampaul 
 Projet de loi
 Participation au collectif du Finistère et au collectif  Grand ouest 
 Finances 
 Questions diverses 
 
Si des nouveaux veulent venir pour connaitre l'association et parler de la manière dont ils aimeraient s'engager je peux les rencontrer une heure avant . L'ordre du jour très chargé ne facilitant pas toujours le premier contact .
Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 13:47
Tous au rassemblement citoyen et de parents d'élèves et personnels des écoles pour défendre les 3 classes à Corentin Caër, Jean Jaurès, Gambetta, à 18h le vendredi 9 février devant la Mairie de Morlaix!
 
En marche ... vers la régression scolaire: 
Alerte rouge pour les écoles publiques morlaisiennes!
L'inspection académique prévoit de fermer trois postes, cela ferait donc trois classes supprimées dans les écoles publiques morlaisiennes à la rentrée de septembre 2018: à Jean Jaurès, Corentin Caër, Gambetta.
Et cela dans le cadre d'une suppression de 27 postes de professeurs des écoles dans le Finistère.
Une politique de réduction de la qualité des services publics et d'austérité qui se fait au détriment de l'éducation de nos enfants dans des écoles publiques des quartiers populaires, des écoles qui font pourtant un travail remarquable grâce à l'engagement des enseignants, des personnels et des parents. Or, comment ne pas voir que l'accueil des élèves, si cette décision se confirmait, serait moins bon et propice à la réussite de toutes et tous ? Mais au gouvernement, on raisonne avec la calculatrice plus qu'avec une vision de long terme sur l'efficacité sociale de l'éducation ! 
A titre d'exemple, à Gambetta, il n'y aurait, si cette décision se confirmait, plus que trois niveaux: une grande maternelle, un CP-CE1-CE2, un CM1-CM2, avec des classes à plus de 25-26 élèves. De quoi alimenter de nouvelles fuites vers l'école privée? 
C'est inacceptable.
Nous ne nous laisserons pas faire ces reculs qui fragilisent nos écoles de proximité à taille humaine ! 
Nous ne laisserons pas les conditions d'accueil dans les écoles publiques morlaisiennes être attaquées à ce point.
Trois postes perdus dans les écoles pour la même ville, qui est déjà en difficulté économique et sociale, c'est irresponsable.
Les élus de l'opposition de gauche à Morlaix sont pleinement solidaires des parents d'élèves, des enseignants et des élèves des écoles publiques concernés par ces suppressions de classes.    
Les élus d'opposition à Morlaix: Elisabeth Binaisse, Ismaël Dupont, Hervé Gouédard, Valérie Scattolin, Sarah Noll, Jean-Philippe Bapcérès, Jean-Paul Vermot, Jean-Pierre Cloarec

Les élus d'opposition à Morlaix: Elisabeth Binaisse, Ismaël Dupont, Hervé Gouédard, Valérie Scattolin, Sarah Noll, Jean-Philippe Bapcérès, Jean-Paul Vermot, Jean-Pierre Cloarec

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011