Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2018 7 25 /02 /février /2018 07:36
Dans la cuisine, l'Huma assure un Marx! (Libération, 23 février 2018)

Le journal communiste met les pieds dans le plat de grande bouffe mondialisée et des circuits courts avec un hors-série appétissant.

Camarades becs fins et marmitons, courez lundi chez votre marchand de journaux vous procurer le mijotage hors-série de l’Humanité «Cuisinons l’époque». Marx se devait de faire la couverture. Mais il s’agit de Thierry Marx, le chef multi-étoilé, et non de Karl Marx, le fricasseur du Capital,qui trône en brandissant une pomme de terre sous le titre «Un Marx et ça repart».

Exploitation sociale

Camarade, toi qui sais que tout est politique, tu comprendras que la lutte finale passe par les fourneaux. «Questionner ce que l’on mange revient dès lors à interroger le fonctionnement d’un mode de production et de consommation qui brasse des métiers, des compétences, des talents, mais aussi une exploitation sociale, des conditions paysannes et ouvrières misérables, et des doutes croissants sur la qualité alimentaire, en France et à travers le monde», écrit Patrick Le Hyaric, directeur del’Humanité dans son éditorial.

Ménilmontant

Et, c’est qui qui nous prédit que le Grand soir passera par la gamelle ? Marx Thierry, bien sûr, dont le grand-père vendait l’Humanité, au 140, rue de Ménilmontant, à Paris, là où le futur chef résidait : «En 2050, l’eau va manquer, nous serons devenus flexitariens, c’est-à-dire que nous consommerons 80% de protéines végétales et 20% d’animales,prédit le cuisinier. […] La star de demain, c’est le producteur. Et le pouvoir politique est entre nos mains, à nous, les citoyens, les consommateurs, les associations. Nous avons la clé du camion pour faire en sorte que la planète se porte mieux.»

Endives glacées

Donc camarade camionneur de la Terre, n’oublie jamais qu’il y a toujours un routier au bord du chemin pour se régaler les papilles et se nourrir le cerveau. C’est ainsi que l’on déguste les recettes de Nicolas Magie, le chef étoilé du Saint-James, près de Bordeaux qui imagine des repas gourmands et pas chers pour les plus démunis. On salive ainsi sur ses «endives glacées au jus de betterave, endives rouges, vieux comté» (1,80 euro par personne). On voyage aussi dans ce «garde-manger du monde» qu’est la Seine-Saint-Denis avec les empanadas de Louis Palma qui a fui la dictature au Chili et la pastilla de poulet de Khadija Jabeur.

Magicien des épices

On aime aussi les mots croisés de Carlo Petrini, fondateur et président du mouvement gastro-écologique Slow Food International et d’Olivier Roellinger cuisine à Cancale et magicien des épices, qui dit : «La France, pays des droits de l’homme, doit devenir le pays qui fait du "bien-manger" un droit inaliénable.» Un vrai programme commun.

L’Humanité, «Cuisinons l’époque» en kiosque à partir de lundi, 7,90 euros

Jacky Durand

Partager cet article
Repost0
24 février 2018 6 24 /02 /février /2018 08:07
Spinetta: entreprise de démolition de la SNCF: laisserons-nous faire?
« Gang », le billet de Gérard Streiff !
 

 

 
Spinetta est l’auteur remarqué d’un récent rapport de casse de la SNCF. Wikipédia nous dit de lui que c’est un « haut fonctionnaire » mais aussi que c’est « le patron le mieux payé de France ». La contradiction n’est qu’apparente. Spinetta est l’exemple type de cette faune d’énarques qui ont colonisé à partir des années 80 les principaux rouages de la machinerie d’État.
Des technos passés du côté du fric et que l’on retrouve systématiquement dans tous les postes de la haute administration en même temps que dans une flopée de conseils d’administration (Alcatel-Lucent, Air-France, GDF-Suez, Areva, notamment, pour ce qui concerne Spinetta). L’État c’est eux, le pouvoir, le vrai, c’est eux. Au nom de quoi Spinetta est devenu un expert es SNCF ? Au nom de cette appartenance de ce gang de petits marquis dont le chef est Macron.
Partager cet article
Repost0
24 février 2018 6 24 /02 /février /2018 07:54
Emile Bernard

Emile Bernard

Gauguin, danses bretonnes à Pont-Aven

Gauguin, danses bretonnes à Pont-Aven

COMMUNE culture –
 
Pont-Aven, au rendez-vous des amateurs de peinture en Bretagne

 

Le musée de Pont Aven qui a rouvert ses portes après 3 ans de travaux a d'ores et déjà gagné son pari. Bien sûr, des voix s'étaient élevées contre ce projet jugé trop ambitieux pour une petite ville de 3000 habitants. Mais aujourd'hui, 122 500 visiteurs sont passés en moins d'un an. Bretons, pour plus de la moitié. L’École de Pont Aven, c'est l'histoire d'une révolution artistique mise en œuvre à la fin du XIXème siècle par Paul Gauguin, Emile Bernard, amorçant un courant de modernité qui dispersera ses idées novatrices jusqu'en 1939.

Les noms des peintres qui viennent à Pont Aven, Gauguin, Sérusier, Emile Bernard, Maurice Denis, sont aujourd'hui très connus. Mais l'ampleur artistique du mouvement se trouve augmenté par le nombre des artistes, méconnus pour la plupart, venant d'univers parfois très différents qui se retrouvent à Pont Aven, échangent et tentent des expériences réussies d'une autre manière de peindre (symbolisme, japonisme, primitivisme …).

Paris est alors devenue capitale des arts grâce à ses musées ; la qualité de l'enseignement des écoles des Beaux Arts attire des artistes de toutes nationalités.

En Bretagne, le développement des chemins de fer favorise la venue d'artistes étrangers puis parisiens, tous à la recherche de l'authenticité encore intacte des gens et des paysages, en réaction à l'Académisme triomphant alors dans les Salons.

Le nomadisme des artistes qui peuvent désormais peindre d'après nature en dehors de l'atelier est également facilité par la commercialisation des tubes de couleurs dès 1859.

Entre la population et ces colonies d'artistes qui s'installent parfois pour plusieurs années - Paul Gauguin y séjourna 8 ans- la cohabitation se passe non seulement sans heurts, et même avec bienveillance.

Ces artistes, migrants et désargentés, trouvent non seulement des modèles sans difficulté mais également gîte et couvert avec facilités de paiement.

Tous ces artistes, qui ont diffusé leur vision personnelle de la Bretagne pendant plus de 50 ans, sont aujourd'hui représentés dans ce nouveau musée de Pont Aven dont la réhabilitation réussie est l’œuvre d'un cabinet d'architectes brestois.

Le bâtiment, qui encadre un jardin en espalier inspiré d'une œuvre du peintre Charles Filiger, est volontairement intégré au centre ville.

Mais c'est avant tout un espace pensé pour que se rencontrent à nouveau tous ces courants de la modernité en peinture : donner à voir, confronter, décrypter et bien entendu, expliquer

Enfin, pour donner aux visiteurs l'envie de revenir, des expositions temporaires sont régulièrement présentées.

Isabelle Colpin

 

Image en ligne

Du 2 février 2018 au 6 janvier 2019, exposition: Pont-Aven, berceau de la modernité

Pont-Aven, berceau de la modernité / Collection d’Alexandre Mouradian

Le Musée de Pont-Aven présente l’histoire d’une révolution artistique ini-tiée entre 1888 et 1894 : le synthétisme, art fondé sur l’usage de couleurs pures posées en aplats et cernées de contours comme un vitrail. Autour d’Émile Ber-nard et de Paul Gauguin, le groupe d’artistes qui s’approprie ces principes est appelé « École de Pont-Aven ».

En 2018, Alexandre Mouradian, collectionneur philanthrope, s’associe au musée en prêtant 23 oeuvres de sa collection person-nelle dédiée aux amis de Gauguin. Ce corpus inédit et présenté en exclusivité au Musée de Pont-Aven prendra place au sein du parcours permanent, renou-velant totalement l’accrochage des oeuvres au niveau 3. Des oeuvres d’Émile Bernard, Émile Jourdan, Maxime Maufra, Henry Moret, Roderic O’Conor, Éric Forbes-Robertson, Armand Seguin, Paul Sérusier, Wladyslaw Slewinski, Jan Verkade seront présentées.

Partager cet article
Repost0
24 février 2018 6 24 /02 /février /2018 07:48
« Asile-immigration » : Une loi indigne de la France
 

 

En effet, cette loi réduit les possibilités de demande d'asile, raccourcit les délais de recours, renforce les contrôles de manière à réduire le nombre de réfugiés et à augmenter le nombre d'expulsés. Ce projet de loi multiplie les obstacles dans le parcours du combattant des demandeurs d'asile, souvent livrés à eux-mêmes, en diminuant le temps pour l'examen de leur situation et leurs possibilités de recours s'en trouvent réduites. Par contre, le projet doublera la durée maximale de séjour en rétention dans la perspective de l'expulsion.
 
Ainsi, le gouvernement veut diviser par deux le temps pour la mise en œuvre des droits à l'asile, mais c'est deux fois plus pour la rétention en vue de l'expulsion.
 
A ces mesures régressives s'ajoutent les dispositions pour celles et ceux qui tombent sous le coup du règlement de Dublin, soit la grande majorité, qui interdirait à tout débouté du droit d'asile toute demande dans un autre pays. Ils seront ainsi renvoyés dans le pays de première arrivée où ils ont laissé leurs empreintes, les empêchant de demander l'asile en France ou dans le pays de leur choix. La Grèce et l'Italie, premiers pays d'arrivée, vont ainsi avoir la charge de reprendre ces migrants. De plus, ces migrants dits « dublinés » seraient placés en rétention pour être expulsés.
A cette logique répressive et absurde, s'ajoute, pour le gouvernement, la volonté d'opposer devant l'opinion publique, les « bons et les mauvais migrants », de stigmatiser et de criminaliser ceux qui fuient conflits, persécutions et pauvreté.
Les chiffres du ministère de l'Intérieur attestent pourtant qu'il n'y a aucune pression migratoire qui justifierait ces mesures.
Cette « menace » migratoire est montée de toutes pièces pour rassurer une partie de l'opinion inquiète, désorientée, après des années de campagne de la droite et de l'extrême droite contre les migrants, devenus des boucs émissaires depuis Sarkozy, Hollande et Macron.

La France, terre des droits de l'Homme, s'en trouve défigurée c'est ainsi que sont bradés valeurs, principes, droits de l'Homme et humanité.
Cette loi est indigne et doit être retirée.
Asile-immigration: Une loi indigne de la France (PCF)
Asile-immigration: Une loi indigne de la France (PCF)
Partager cet article
Repost0
24 février 2018 6 24 /02 /février /2018 07:43
Rassemblement pour la défense des trois classes de Corentin Caër, Gambetta, Jean Jaurès le 9 février dernier devant la mairie, les représentants des parents témoignent après leur rencontre avec Agnès Le Brun (photo JL Le Calvez)

Rassemblement pour la défense des trois classes de Corentin Caër, Gambetta, Jean Jaurès le 9 février dernier devant la mairie, les représentants des parents témoignent après leur rencontre avec Agnès Le Brun (photo JL Le Calvez)

« On a été corrects, sympathiques... On pensait que nos arguments avaient porté, notamment sur nos spécificités sociales. Aujourd'hui, on a franchement l'impression d'avoir été roulés dans la farine... ». C'est peu de dire que Sébastien Portier, co-président de l'APE de l'école Gambetta, était remonté, ce vendredi, au lendemain de la publication de la carte scolaire 2018 dans le Finistère. À l'instar des écoles Corentin-Caër et Jean-Jaurès, l'établissement morlaisien perdra un poste à la rentrée.

« Des actions d'ampleur » à prévoir


« On pensait en sauver un ou deux sur les trois mais on fait face à une implacable logique comptable », s'agace-t-il. Et d'annoncer une rentrée mouvementée, avec des actions d'ampleur, à partir du 12 mars, après les vacances d'hiver. « Comme d'habitude, l'annonce a été faite la veille des vacances scolaires. C'est donc compliqué de mobiliser. Mais nous allons créer un collectif rassemblant toutes les écoles touchées du pays de Morlaix. Car c'est du jamais vu. Des occupations sont déjà prévues ».

 

 Au-delà des trois écoles morlaisiennes, Lanmeur (Les Quatre Vents) et Plouigneau (De Lannelvoëz), qui font partie de la circonscription de Morlaix, perdent aussi un poste. De même que Cléder (Pierre Jakez-Hélias) et Plouescat (Anita-Conti), de la circonscription de Landivisiau. Commana (La Pierre Bleue), de la circonscription de Landerneau, perd un demi-poste (dispositif « plus de maîtres que de classes »). Et Pleyber-Christ (Jules-Ferry), un demi-poste itinérant langues vivantes. Si on prend en compte le découpage électoral (4e circonscription de Morlaix) et non plus celui de l'Éducation nationale, on peut même ajouter la perte d'un demi-poste à La Roche-Maurice (école du Bourg).

« On ne peut pas laisser faire »


« Ça fait huit postes en tout. On ne peut pas laisser faire ça. Si on n'agit pas, il ne restera plus que les grandes villes », explique Sébastien Portier, qui continue de réclamer un poste « plus de maîtres que de classes » à Gambetta. Et d'indiquer qu'il a reçu le soutien de nombreux politiques, tous partis confondus. « Sauf la députée Le Feur. Nous sommes apolitiques mais là, on se demande vraiment ce qu'elle fait. Ce qui se passe dans sa circonscription, ça fait mal au coeur »
 

Partager cet article
Repost0
24 février 2018 6 24 /02 /février /2018 07:38

Désormais, tout employeur pourra imposer le forfait jours à ses salariés. Avec l'aval du gouvernement, sénateurs et députés ont profité de l'adoption finale des ordonnances Macron sur le Code du travail pour introduire un amendement permettant à l'employeur d'annualiser le temps de travail d'un salarié sans son consentement. Jusqu'à présent, seul un "salarié volontaire" pouvait se voir appliquer ce régime. Dorénavant, en cas de refus, il pourra être licencié. Avec le forfait jours, le temps de travail est décompté en nombre de jours travaillés. Au maximum 218 par an mais à raison d'une durée journalière pouvant atteindre 11 heures, ce qui fait que la durée hebdomadaire excède les 35 heures. Selon les études de la Dares, elle atteint même la moyenne de 46h30. Sans payer d'heures sup...     

Le forfait jours: Loi travail, un amendement vicieux rajouté en douce (L'Humanité Dimanche, 22 février 2018)
Partager cet article
Repost0
24 février 2018 6 24 /02 /février /2018 07:18

Un système de retraite doit garantir la solidarité entre les générations, mais aussi préserver l'égalité au sein de chaque génération. 

La "réforme Macron" qui a pour ambition de transformer le système des retraites ne répond pas à cette exigence. 

Certes, le système de retraite est aujourd'hui complexe, peu transparent. Il assure cependant une assez forte solidarité. Le président a mis en avant le besoin d'un système "plus lisible". Manière de cacher d'autres objectifs? En fait, en préconisant pour le calcul des droits à la retraite la généralisation du mécanisme par points, sur le modèle des retraites complémentaires du secteur privé, le gouvernement entérine le passage d'un mécanisme dit "à cotisations définies" qui fait porter tout le risque quant au niveau de la pension à l'assuré. Il tire les retraites vers une logique assurantielle.  Il fait un peu plus payer les retraités modestes, qui ont une espérance de vie plus courte, et proportionnellement, moins les retraités riches, qui ont une longue espérance de vie à la retraite. 

Certes, le temps n'est plus où l'âge de la retraite correspondait en moyenne à l'espérance de vie des ouvriers. Mais l'inégalité ne se réduit pas, comme le montre une récente étude de l'INSEE. 

Pour la période 2012-2016, les 5% d'hommes les plus aisés ont une espérance de vie à la naissance de 84,4 ans. A l'opposé, les 5% de personnes les plus modestes ont une espérance de vie de 71,7 ans. Les hommes les plus aisés vivent donc en moyenne 13 ans de plus que les plus modestes. Chez les femmes, cet écart est plus faible, mais il s'élève tout de même à 8 ans. 

Cette inégalité est d'autant plus insupportable que la retraite a changé de nature.   

Le développement de la protection sociale depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, en transformant les conditions de vie et de travail, a complètement changé les perspectives de retraite. Les salariés attendent aujourd'hui de la retraite autre chose qu'une protection contre le risque de ne plus pouvoir travailler, donc de ne plus pouvoir subvenir à ses besoins élémentaires. C'est très différent des objectifs assignés en 1910 aux Retraites ouvrières et paysannes (ROP), les premières assurances sociales. L'allongement considérable de l'espérance de vie en bonne santé a fait que chacun peut espérer vivre une plus ou moins longue période de retraite sans handicap majeur. Ce qui relevait d'une préoccupation de survie, le plus souvent dans la pauvreté, devient une perspective plus sereine au cours de laquelle nombre de retraités s'engagent dans des activités d'intérêt général et social. 

Cette perspective d'une vraie retraite pour tous est un véritable changement dans l'organisation de la vie humaine. Elle fait de la retraite un projet personnel, commun à tous les salariés et citoyens, qu'il faut collectivement organiser. Mais l'égalisation des conditions au sein de chaque génération n'en devient que plus essentielle. 

Les réformes engagées du système de retraite pour le moment, loin d'apporter des réponses au problème posé, fragilisent le pacte solidaire autour de la retraite. Pour plus d'égalité en retraite, il faut permettre à ceux qui ont l'espérance de vie la plus courte de partir plus tôt. La gestion du système de retraite est complexe et demande en tout cas un débat social transparent sur lequel les salariés et les citoyens doivent avoir réellement prise.

Jean-Christophe Le Duigou, économiste et syndicaliste   

Retraités: les salariés modestes payent pour les riches (Jean-Christophe Le Duigou, L'Humanité Dimanche, 22 février - 7 mars 2018)
Partager cet article
Repost0
24 février 2018 6 24 /02 /février /2018 07:05
Jean-Paul Vermot s'est excusé auprès des résidents pour la gêne occasionnée par les malfaçons dans leurs logements. Et s'est engagé à ce que les réparations soient rapidement effectuées.

Jean-Paul Vermot s'est excusé auprès des résidents pour la gêne occasionnée par les malfaçons dans leurs logements. Et s'est engagé à ce que les réparations soient rapidement effectuées.

Finistère Habitat a joué cartes sur table, ce vendredi, lors de la réunion à laquelle le bailleur avait convié les résidents de Pors-ar- Bayec. Oui, il y a des malfaçons. Mais elles vont vite être réparées. 

« Je vous présente mes excuses pour ces travaux insatisfaisants. On ne peut décemment pas considérer ce chantier comme terminé ». C'est ainsi que Jean-Paul Vermot, président de Finistère Habitat, a introduit la réunion d'information organisée vendredi après-midi, salle des Mille Clubs, rue Paul-Sérusier. Face à lui, une quinzaine de résidents des 168 logements de Pors-ar-Bayec qui ont fait l'objet, ces derniers mois, d'une réhabilitation d'un coût de 6,7 M€. Des habitants excédés par les nombreuses malfaçons constatées depuis la réception du chantier, en juillet dernier, et répertoriées dans un audit commandé par le bailleur : plafonds qui s'écaillent, meubles de cuisine défectueux et surtout infiltrations dans près de 60 % des salles de bains. Entre autres. Seuls 18 logements ont été considérés comme bien rénovés (12 n'ont pu être vérifiés pour l'instant). C'est peu...

 

 

Un mois et demi de travaux


En lieu et place d'une inauguration en grande pompe qui aurait été du plus mauvais effet dans ces circonstances, Finistère Habitat avait donc décidé de jouer la transparence. Après avoir reconnu l'étendue des dégâts, Laurent Prat, directeur du Patrimoine, a ainsi expliqué que la société Eiffage, chargée de la réalisation des travaux, allait rapidement prendre des mesures conservatoires afin de stopper les infiltrations. Après quoi, des réparations seront entreprises, suivies d'une expertise et du dépôt d'une déclaration de sinistre. Ce chantier démarrera dès lundi pour s'achever le 6 avril. Un planning sera affiché dans les parties communes. Et pendant toute la durée des travaux, une équipe de trois techniciens de Finistère Habitat sera présente pour recueillir les doléances des résidents. Des paroles qui ont eu tendance à les rassurer. Si bien que la réunion s'est déroulée dans une ambiance apaisée. Après quelques piques lancées à l'encontre de leur bailleur, les habitants ont même convenu qu'au niveau de l'isolation, cette rénovation était une réussite. « J'ai divisé ma facture de gaz par deux », a ainsi reconnu une locataire. « Depuis la rénovation, on a constaté une baisse de 30 à 60 % de la consommation énergétique », a rebondi un Jean-Paul Vermot satisfait. Histoire de finir sur une note positive.
 

Rue Pors-ar-Bayec: les habitants oubliés

Dépendant d'Armorique Habitat et non de Finistère Habitat, les habitants des 1, 1 bis, 3 et 3 bis, rue de Pors-ar-Bayec se sentent laissés pour compte dans la rénovation du quartier. Ils l'ont fait savoir en faisant circuler une pétition, remise à Jean-Paul Vermot (en sa qualité d'élu municipal), qui a recueilli 42 signatures sur la cinquantaine de familles qui vit dans ces bâtiments. L'objet de leur courroux : l'état des parkings, qui appartiennent à la ville. « Il y a des nids de poule partout, pas d'emplacements matérialisés. Sans compter les poubelles enterrées installées trop loin, tout au bout de la rue, commente une habitante. On nous avait dit que ces travaux étaient prévus dans la même enveloppe. Mais ça s'est arrêté juste devant chez nous. On a la sensation d'avoir été oubliés. Il y a la vitrine, rue Sérusier, où tout est propre, et puis nous, derrière. On fait pourtant partie du même quartier ».
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/morlaix/residence-pors-ar-bayec-finistere-habitat-joue-la-transparence-24-02-2018-11864869.php#qefxpvWdV1i7Qccw.99

Partager cet article
Repost0
24 février 2018 6 24 /02 /février /2018 06:48
Syrie : La Ghouta sous les bombes de Bachar-al-Assad: le carnage continue, discussions à l'Onu (Jean-Pierre Perron 23 février - Médiapart)
Ghouta sous les bombes: le carnage continue, discussions à l'Onu
 PAR 

Depuis le dimanche 18 février, au moins 450 civils ont été tués et quelque 2 000 autres blessés par les bombardements intensifs des forces gouvernementales syriennes dans la Ghouta orientale, en Syrie. Désuni, le Conseil de sécurité de l’Onu discute pour mettre fin au massacre.

Même le très prudent Staffan de Mistura, l’émissaire de l'Onu pour la Syrie, qui habituellement tourne cent fois sa langue dans sa bouche avant de lâcher quelques banalités, a fini par qualifier d’« atroces » les bombardements sur la Ghouta orientale.

Vendredi 23 février, alors que l’Onu discutait d’un projet de trêve humanitaire de 30 jours dans l’ensemble du pays, ils se sont encore intensifiés. De l’avis des ONG présentes dans l’enclave rebelle, ce sont les pires depuis le début de la nouvelle offensive du régime qui a commencé il y a six jours.

Depuis le dimanche 18 février, au moins 450 civils ont été tués et quelque 2 000 autres blessés, selon le décompte de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, basé à Londres. Au moins 95 enfants sont morts depuis cette date, ce qui a aussi conduit l'Unicef, le Fonds des Nations unies pour l'enfance, à exprimer son indignation dans un communiqué vide. Même sentiment à Bruxelles chez les Vingt-Huit, qui ont appelé vendredi à un cessez-le-feu immédiat : « L'Union européenne est à court de mots pour décrire l'horreur vécue par les habitants dans la Ghouta orientale. »

« Que ce soit sous Hafez al-Assad ou son fils Bachar, le régime syrien use toujours de la même tactique, résume le politologue franco-syrien Salam Kawakibi, directeur adjoint du think tank ARI (Initiative arabe de réforme). Il tue d’abord tout le monde et, ensuite, il fait avancer ses forces. C’était déjà le cas en 1982, lors du siège de Hama [une partie de la ville s’était soulevée à l’instigation des Frères musulmans – ndlr]. Puis ce fut le cas à Hama, en 2012, et, dernièrement à Alep. »

Les bombardements sont le fait à la fois de l’aviation syrienne et russe, des hélicoptères du régime qui larguent des barils de poudre et tirent des roquettes et de l’artillerie lourde. « Il est tombé en trois jours autant de bombes qu’en quatre ans de guerre », indiquait dernièrement, sur Skype, un habitant de la petite enclave rebelle encerclée.

La localité de Hammouriyeh a été particulièrement frappée par les assauts aériens. La Défense civile de la Ghouta orientale a fait savoir que ses équipes de secours avaient dégagé des centaines de personnes, dans cette ville et dans d’autres, coincées sous les gravats.

Depuis plusieurs jours, ce sont les hôpitaux qui sont ciblés en priorité. Dans la seule journée du 22 février, 13 hôpitaux et établissements humanitaires ont été attaqués et, depuis le début de l’offensive aérienne, ce sont 22 hôpitaux qui ont été mis hors service, selon un décompte de l’Union des organisations de secours et soins médicaux(UOSSM), une ONG française et internationale qui est en contact permanent avec les médecins syriens sur place.

« L’état de dévastation dans lequel se trouve la Ghouta est indescriptible. En plus du nombre inimaginable de civils tués et blessés, il n’y a pratiquement plus d'installations médicales en fonctionnement. La crise humanitaire atteint des sommets », indique son président, le docteur Ziad Alissa.

« Dans les conflits militaires, morts et blessés méritent normalement respect, protection et soins, les droits de l’Onu les garantissent. Or les habitants de la Ghouta meurent dans l’indignité. Leurs écoles, leurs marchés sont détruits, ils meurent dans la souffrance et l’indifférence. Les femmes, les enfants et les hommes de la Ghouta meurent au milieu des décombres. Il faut que l’aide humanitaire ait un accès immédiat ! C’est une catastrophe ! », ajoute-t-il.  

Il n’y a pas que les bombardements qui accablent la population. La famine s’y est aussi déclarée dans la petite enclave de 30 km2 et plusieurs nourrissons en sont morts. De nombreux et graves cas de malnutrition sont aussi signalés. Pas d’électricité et plus d’eau, alors que l’hiver y est terrible. Des photos montrent des habitants qui, faute de bois de chauffage, ont installé des tentes dans des caves. Selon un rapport de l’Onu, dans certaines communes, 80 % de la population vit sous terre.

Après les bombardements, les habitants de la Ghouta s’attendent à une offensive terrestre de l’armée syrienne et de ses alliés. L’armée a commencé d’accumuler du matériel à proximité de l’enclave. Celle-ci est l’une des dernières zones contrôlées par les insurgés. Mais, différence essentielle avec la dernière autre grande enclave rebelle, la province d’Idlib, c’est une région encore plus stratégique.

Plaine bocagère, qui commence à la lisière de Damas, elle fut longtemps son verger avant de faire partie de sa banlieue. Densément peuplée – elle compte quelque 360 000 habitants –, elle a donc servi de bastion idéal pour les rebelles quand ils attaquaient la capitale syrienne. Depuis, ils ont perdu beaucoup de leur capacité offensive mais sont encore à même de frapper le centre de la ville, ce qu’ils font encore de temps à autre avec des mortiers.

D’où la priorité du régime et de ses alliés russes et iraniens de les chasser de cette région qu’ils contrôlent depuis 2012.

Reste que la nature bocagère du territoire rend difficile une offensive terrestre, d’autant que l’armée syrienne a, selon divers experts, perdu environ les deux tiers de ses effectifs pendant les six années de guerre et qu’elle doit rester mobilisée sur un front encore plus résilient, celui d’Idlib. Dès lors, la cible prioritaire des forces loyalistes devient la population de l’enclave, à laquelle le régime entend faire payer son soutien à la rébellion.

D’où des bombardements massifs contre les centres urbains, les villages, les hôpitaux et les dépôts de nourriture. Le 21 août 2013, les forces loyalistes avaient même employé le gaz sarin, une attaque qui avait fait plus d’un millier de victimes, en majorité des femmes et des enfants.

En principe, la Ghouta est censée bénéficier depuis dix mois d’un accord de désescalade, validé par la Russie, l’Iran et la Turquie, pour favoriser des trêves localisées en Syrie. En réalité, les combats n'y ont jamais cessé, Moscou et Damas faisant valoir que l’enclave est contrôlée par le Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, organisation avec laquelle ils affirment refuser de discuter, et qu’ils accusent de bombarder la capitale syrienne.    

C’est le même argument que le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a repris vendredi pour retarder le vote sur le projet de trêve de 30 jours en Syrie afin de permettre l'acheminement de l'aide humanitaire et l'évacuation des blessés et des malades de la Ghouta orientale. « Il n'y a aucune garantie que [les rebelles] ne vont pas continuer à bombarder les zones résidentielles de Damas », a insisté le ministre russe.

Cette désunion entre les membres du Conseil de sécurité témoigne bien de l'internationalisation de la guerre civile syrienne. Les États-Unis, via le porte-parole du département d'État, ont dénoncé la « responsabilité particulière » de Moscou dans les bombardements sur la zone rebelle : « Sans le soutien apporté par la Russie à la Syrie, cette dévastation et ces morts n'auraient pas eu lieu. » « Le massacre doit cesser », a enfin lancé Federica Mogherini, la haute-représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères.

L'ambassadeur français François Delattre a renchéri en dénonçant « les attaques contre les hôpitaux » et une « situation insoutenable » pour les civils. Emmanuel Macron et Angela Merkel ont, de leur côté, écrit à Vladimir Poutine pour lui demander de contribuer à l'adoption de cette résolution.

 

Finalement, Moscou a accepté de rediscuter la résolution, qu’il avait d’abord qualifié d’« irréaliste ». Mais il y a mis un certain nombre de conditions, ce qu’il appelle des « garanties », qui ont été longuement débattues. Ainsi, les groupes Al-Nosra et l’État islamique devront s’abstenir de bombarder Damas.

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2018 6 24 /02 /février /2018 06:09
A l'agenda du PCF Finistère, une année 2018 utile et animée avant le congrès!

Agenda PCF 29 :

 

Samedi 24 février – Banquet Républicain PCF Pays Bigouden au Guilvinec en l'honneur de Martha Desrumeaux

 

Lundi 26 février : rassemblement pour Salah Hamouri, 18h, place de la Liberté

 

Début mars – Sortie du Journal fédéral du PCF- Rouge Finistère n°2

 

 

Jeudi 1er mars: rassemblement pour le droit d'asile et contre le projet de loi asile-immigration de Gérard Collomb à l'appel de la LDH

 

Samedi 3 mars Soirée PCF - Couscous au Relecq Kerhuon

Contact réservation 06 87 34 93 79 - à partir de 18h30, au local de la section 5 Bd Gambetta. A l'issue de ce pot convivial, le Café Crème nous accueillera autour d'un couscous. Participation aux frais : 20€/personne

 

Jeudi 8 mars : réunion publique régionale du PCF sur les EHPAD, la situation des personnes âgées en perte d'autonomie à St Brieuc - avec Olivier Dartigolles, un philosophe, un directeur d'EHPAD, un responsable associatif

 

Mardi 13 mars : réunion de préparation de la Fête de l'Huma Paris à 17h30 à la fédération rue Berger à Brest.

 

Jeudi 15 mars: soutien à la nouvelle journée d'action dans les EHPAD à l'appel de l'intersyndicale CGT, CFDT, FO

 

Jeudi 15 mars, 18h au local du PCF rue Marcel Sembat : réunion plénière à Lanester pour l'édition 2018 de la Fête de l'Huma Bretagne

 

Samedi 17- dimanche 18 mars à Concarneau : formation régionale  avec Guillaume Roubaud Quashie, Olivier Mayer, Yann Le Pollotec, Florence Le Lieu une animation scientifique sur la bio-diversité: visite du Marinarium avec Stéphane Cadiou, son responsable   

 

Lundi 19 mars : prochain Conseil Départemental PCF Finistère à Pont de Buis  18h.

 

Mardi 27 mars, 18h: venue de Greg Oxley à Morlaix pour une conférence sur la Révolution Française  

 

Jeudi 12 avril : formation CIDEFE – ADECR avec Sébastien Jumel, député communiste de Seine Maritime sur les enjeux maritimes à Lorient avec visite des installations portuaires, échanges avec différents responsables des activités économiques du port de Lorient. Invitation à tous les élus pour s'y inscrire.

 

Samedi 14 avril : 6 heures pour la Palestine à Plourin-les-Morlaix avec Claude Léostic et peut-être Pierre Barbancey

 

Samedi 28 avril: venue de Patrick Le Hyaric, député européen PCF-Front de Gauche, à Carhaix. Compte rendu de son mandat de député européen et débat sur les enjeux européens et internationaux.  

 

Mardi 1er mai : fêtes du Viaduc (PCF Morlaix) place Allende à Morlaix (avec une exposition artistique autour des traces de 14-18, le chanteur Pol Huellou – musique irlandaise ) et fête du PCF à Brest.

 

Mardi 29 mai: Venue de Gérard Le Puill, journaliste à l'Humanité, dans la région de Morlaix pour une réunion publique sur:  Assurer notre souveraineté  alimentaire face au réchauffement climatique Quels enjeux pour l’agriculture  en Bretagne ?

 

Juillet-Août: 3 fêtes d'été du Pays Bigouden dont la fête de Loctudy en présence de Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF

 

 

En préparation, et en réflexion :

 

Réunions publiques :

 

Invitation d'André Chassaigne pour une réunion publique sur la Paix, la Défense, le budget et l'industrie d'armement à Brest

 

Proposition faite aux Parlementaires communistes engagés dans le tour de France des hôpitaux de faire une étape dans le Finistère à l'occasion d'une tournée bretonne

 

Culture-Formation :

 

Formation « prise de parole en public en public » avec le journaliste et ancien responsable du syndicat CGT des journalistes Jean-François Téaldi et intervention de celui-ci sur le pluralisme dans les médias

 

Réunion publique sur la Syrie, l'agression contre le peuple kurde à Afrin la signification de l'islamisme et du djihadisme, avec Maha Hassan, écrivaine syrienne d'origine kurde d'Alep, réfugiée politique, qui vit à Morlaix

 

Visite de la prochaine exposition d'art contemporain aux Capucins à Landerneau suivie d'une conférence de Renaud Faroux : au mois de juin, peut-être le 18 juin. 

 

Initiative culturelle - art et littérature autour de Ladislas Kinjo (www.kijno.com ) artiste proche du PCF, de Jean Grenier, Georges Perros - avec notamment Renaud Faroux

 

Initiative avec Valère Staraselski et les Amis d'Aragon et d'Elsa Triolet sur Aragon

 

 

Congrès extraordinaire du PCF :

 

des dates importantes à connaître :

 

2 - 3 juin : CN avec vote de la base commune du congrès

 

6 juillet : date de dépôt des textes alternatifs

 

4-5-6 octobre : vote base commune par tous les adhérents

 

Samedi 10 novembre : probablement à Plounéour Lanvern dans le Pays Bigouden (9h-19h) : Congrès Départemental du PCF

 

24-25 novembre : Congrès National du PCF

A l'agenda du PCF Finistère, une année 2018 utile et animée avant le congrès!
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011