Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 19:02
Allemagne/migrants : Honte à Sarah Wagenknecht (Ian Brossat)

En Allemagne, certains représentants politiques empruntent une pente dangereuse. C’est le cas de Sarah Wagenknecht, ancienne présidente du groupe Die Linke (gauche radicale) au Bundestag, qui vient de créer un mouvement populiste anti-migrants, « Aufstehen ». Honte à elle et à tous ceux qui, se prétendant de gauche, adoptent un discours anti-migrants. Je salue nos camarades de Die Linke qui ne cèdent pas à cet appel à adopter le même discours que l’extrême droite s’agissant des questions migratoires.

Faire des réfugiés les boucs émissaires de la crise est une ignominie sans nom. Pendant ce temps-là, les capitalistes qui pratiquent le nomadisme sur fond de dumping social et fiscal dans une totale impunité peuvent continuer à délocaliser et à broyer vies et territoires en toute tranquillité.

Les progressistes d’Europe ont mieux à faire que plagier les arguments éculés de l’extrême droite selon lesquels les étrangers nous volent notre pain ou font baisser nos salaires. Il nous faut au contraire consacrer notre énergie à trouver des issues positives à la crise de l’accueil que vit l’Europe depuis trois ans. C’est ce à quoi s’emploie le PCF, en proposant d’une part d’ouvrir des voies légales pour permettre l’arrivée en bonne condition des réfugiés qui fuient la guerre et la misère, et d’autre part qu’une clé de répartition européenne impose à l’ensemble des vingt-sept de prendre part à l’accueil et au devoir de solidarité.

Ian Brossat, chef de file du PCF pour les élections européennes

Ian Brossat

Ian Brossat

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 18:33
Huit membres du comité de défense du service cardiologie, de l'hôpital de Morlaix, ont sillonné les allées du marché de Kerfissien pour collecter des signatures (Ouest-France, 23 août 2018)

Huit membres du comité de défense du service cardiologie, de l'hôpital de Morlaix, ont sillonné les allées du marché de Kerfissien pour collecter des signatures (Ouest-France, 23 août 2018)

Pour une réouverture immédiate de la cardiologie à l'hôpital de Morlaix: 10 000 habitants de la région de Morlaix ont signé la pétition du comité de défense de l'hôpital

Comme prévu le prochain CA du comité de défense de l'hôpital aura lieu le
 
mercredi 12 septembre 2018 à 18 h à Plouigneau, salle de l'espace Coatanlem au bourg.
 
Le service cardiologie de Morlaix mobilise

 

 

La mobilisation

 
 

580 signatures

 

Ils ont eu un très bon accueil de la part des localiers et estivants qui n'ont pas caché « leurs inquiétudes s'agissant de la suppression de lits et de services au niveau national, précise Martine Carn, présidente du comité. Sur le marché, le comité de défense a recueilli 580 signatures. »

 

Les membres ont été présents sur d'autres marchés tels que Roscoff, Plouescat et Saint-Pol-de-Léon, pour la région du Léon. Ils se sont aussi déplacés sur d'autres marchés dans le Trégor (Plougasnou, Guerlesquin et Morlaix). « Tous les commerçants sur plus de vingt communes ont accepté de présenter la pétition à leurs clients », indique Martine Carn.

 
 

Une première remise de 6 700 signatures a été effectuée à la directrice Ariane Bénard, fin juin. Une deuxième remise se fera courant septembre.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 16:17
La barbarie au pouvoir en Arabie Saoudite: Halte aux exécutions

Arabie saoudite : halte aux exécutions

Les condamnations à mort se multiplient en Arabie Saoudite. Depuis le début de cette année, 134 personnes ont été exécutées.

L'objectif du médiatique Mohammed Ben Salman vise à intimider et à briser les contestations de celles et ceux qui dénoncent l'agressivité extérieure et les crimes de guerre perpétrés au Yémen, ainsi que, sur le plan national, les privatisations, l'austérité et la "Vision 2030" du prince héritier et vice-premier ministre de la pétromonarchie.

Les arrestations d'intellectuels, de militants des droits civiques et humains se traduisent par de multiples peines capitales : Ali Mohammed al-Nimr, un jeune manifestant anti-régime devrait être décapité, son corps crucifié et exposé publiquement. La jeune Issa al-Ghomghani et quatre autres militants chiites devraient subir le même sort. Elle est accusée d'avoir rassemblé des informations sur les mouvements sociaux de 2011. Quant au blogeur Samar Badawi, il purge une peine de dix ans de prison accompagnée de 1000 coups de fouet pour apostasie.

Les prétentions réformistes du régime saoudien volent en éclats devant cette terrible politique répressive. Pendant ce temps, les puissants alliés de l'Arabie Saoudite, à l'exception du Canada, font preuve d'un mutisme honteux.

Le Parti communiste français (PCF) exprime sa solidarité avec les démocrates d'Arabie Saoudite et exige leur libération. Dans l'urgence, il appelle à la mobilisation pour suspendre les exécutions. Le président de la République, Emmanuel Macron, qui se targue d'entretenir des relations chaleureuses avec le prince héritier, s'est installé dans un silence complice traduisant une capitulation de la France, et le sacrifice de vies humaines sur l'autel des ventes d'armes et autres juteux contrats commerciaux.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 15:44

 

La Fête de l’Humanité innove cette année avec toute une soirée dédiée au droit à une alimentation de qualité pour tous. Avant les mets du restaurant éphémère, les mots, les vôtres, lors d’un entretien dans l’Agora, le samedi, à 18 h 30. Que vous inspire cette initiative ?

Olivier Roellinger C’est une première pour moi. La nourriture réunit les humains. Elle porte un message de solidarité et de fraternité. C’est pour ça que j’assiste à la Fête de l’Humanité. J’y viens aussi pour débattre car je crois qu’un réveil des consciences est possible par l’alimentation. Après l’entretien que nous aurons ensemble, le banquet va réunir des chefs mobilisés pour une alimentation de qualité accessible à toutes et tous. Qui aurait pu imaginer ça il y a dix ans ?

L’alimentation est devenue un sujet d’inquiétude pour beaucoup de citoyens. À quelles conditions mettre en route la « révolution délicieuse » que vous appelez de vos vœux ?

Olivier Roellinger Le garde-manger du monde est en danger. Il faut amplifier la prise de conscience sur l’ampleur du péril. Les paysans, les éleveurs, ces hommes et ces femmes qui façonnent la nature pour nourrir les autres, sont menacés économiquement, socialement et physiquement. Monsanto vient d’être condamné aux États-Unis à verser 289 millions de dollars à un agriculteur exposé au glyphosate et atteint d’un cancer. Ce n’est pas rien !

Quels sont les bouleversements induits par l’agro-industrie depuis cinquante ans ?

Olivier Roellinger La nourriture, source de vitalité, est en train de devenir un poison, y compris pour nos enfants. Nous constatons partout le développement galopant des maladies qui lui sont liées : allergies, cancers, obésité, maladies cardio-vasculaires, etc. Les multinationales de l’agroalimentaire se sont approprié la nourriture du plus grand nombre. L’industrialisation de l’agriculture et de l’élevage s’est aussi accompagnée d’un changement de considération. En basculant dans le marché, l’alimentation est devenue un bien de consommation. Depuis la nuit des temps, nourrir est un acte bienveillant. Avec l’industrie agroalimentaire, cette bienveillance a disparu. Les aliments industriels prépréparés, trop gras, trop sucrés, trop salés, nous ont fait perdre la connaissance du goût. Beaucoup de gens sont devenus imperméables aux nuisances générées par ce qu’ils ingèrent. L’alimentation devrait rester ce qu’elle a toujours été et faire de nous des mangeurs de territoires.

Faut-il revenir en arrière ?

Olivier Roellinger Mais pas du tout. Ni revenir en arrière ni sombrer dans des formes de sectarisme de type véganisme ou décroissance. Certaines choses doivent disparaître, d’autres doivent au contraire progresser. Il faut penser une croissance des activités qui respecte l’humain, les animaux et la nature.

On est dans une période d’abondance alimentaire et pourtant les inégalités se creusent entre ceux qui bénéficient d’une bonne alimentation et ceux qui sont confrontés à la malbouffe. Comment l’expliquez-vous ?

Olivier Roellinger Depuis des siècles, la France est perçue comme un paradis pour l’agriculture et l’élevage. Or, aujourd’hui, ces activités sont devenues pour l’essentiel polluantes, très contributrices au réchauffement climatique et sans justice sociale. D’un côté, les agriculteurs n’arrivent pas à gagner leur vie correctement ; de l’autre, des gens ne parviennent pas à se nourrir correctement à un prix acceptable. La logique qui consiste à tirer les prix agricoles vers le bas pour vendre moins cher se fait forcément au détriment de la qualité. On pourrait au contraire prendre une mesure simple : supprimer la TVA sur les produits biologiques pour les rendre accessibles au plus grand nombre. Si les pouvoirs publics choisissaient un type d’agriculture qui ne détruit pas les ruisseaux, l’air, les terres et la santé, les coûts indirects de production seraient nettement réduits par rapport à l’agriculture intensive. On pourrait alors payer les agriculteurs au juste prix.

Quel rôle peuvent jouer les cuisiniers dans ce combat ?

Olivier Roellinger Devenir une assemblée de contre-pouvoir, un contre-lobbying des multinationales. Le cuisinier de demain devra épouser un cercle vertueux pour rester crédible. Être reconnu pour être reconnu n’a plus grand intérêt. Nous sommes davantage écoutés quand nous parlons du besoin de soutenir les semences paysannes, de protéger les ressources des océans ou d’agir aux côtés des producteurs. Puisqu’on vient nous chercher pour le débat, profitons-en. Cela prouve que les plaisirs de la table continuent de fédérer. Nous défendons une cause cruciale, positive, qui parle de bien-être et de goût du bonheur. La « révolution délicieuse » est une révolution joyeuse.

Samedi 15 septembre au soir, à partir de 18 h 30, toutes les saveurs de l’humanité seront réunies dans une soirée exceptionnelle à la Fête de l’Humanité. De 18 h 30 à 19 heures, Olivier Roellinger, chef étoilé de Cancale, militant du droit à une alimentation de qualité pour tous, ouvre la soirée avec un grand entretien. À partir de 20 heures, 11 chefs, toqués de bonne bouffe et engagés dans de justes causes alimentaires, se mettent aux fourneaux. L’Agora se transformera, le temps d’une soirée, en un restaurant éphémère.

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 09:30

 

Après l’appel de Marie-George Buffet, puis celui d’Ivry, Denis Masseglia, Président du CNOSF, vient, à son tour, de lancer une pétition nationale pour une augmentation des moyens dédiés au sport. Depuis de trop nombreuses années le sport est considéré comme la cinquième roue du carrosse avec des budgets continuellement en baisse. Le budget des sports atteint un niveau dérisoire de 0,13% du budget de la nation. Le PCF milite pour un budget du sport sanctuarisé à hauteur de 1% du budget de la Nation.

Denis Masseglia a raison de crier au hold-up avec une baisse du plafond de la taxe Buffet de 40 à 25 millions d’euros au moment où les droits TV de la Ligue 1 de football dépassent le milliard d’euros. A cela s'ajoute la baisse des crédits du CNDS, la suppression des contrats aidés, la réduction des dépenses publiques infligée aux collectivités locales ou encore la baisse du nombre de fonctionnaires qui interviennent dans le sport.
La victoire de la France à la coupe du monde de football et l'attribution des Jeux Olympiques 2024 à Paris s’accompagne d’un mépris notoire du sport amateur. Tout laisse à croire que le gouvernement Macron a définitivement fait le choix de la marchandisation du sport plutôt que celui du droit d'accès au sport pour toutes et tous.

L’Etat doit participer à la prise en charge des licences sportives à hauteur de 50% pour les jeunes et les plus démunis comme cela existait avec "les coupons sport". Il doit investir massivement dans un grand plan de rattrapage des équipements sportifs, faute de quoi les collectivités locales et les clubs seront incapables d’aménager les conditions nécessaires à l'accueil des pratiques sportives pour toutes et tous.

Le budget 2019 des sports doit être à la hauteur des besoins, afin de lancer un plan de construction-rénovation d'équipements sportifs de proximité, un plan d'aide aux associations sportives, particulièrement dans les villes et quartiers populaires, et des moyens permettant de redonner toute sa place à l'Education Physique et sportive et au sport scolaire.
Seul cet engagement fort de l’État permettra de redonner toute sa place au sport dans notre société mais également de construire un héritage solide et pérenne des Jeux Olympiques et paralympiques pour notre pays.
Dans le cas contraire, l'objectif de la ministre des sports, qui pariait sur 3 millions de pratiquants supplémentaires d’ici 2022, restera lettre morte et l'héritage ne sera que le vernis du dossier de Paris 2024. Laura Flessel doit s’exprimer.

Le PCF est favorable à un grand service public du sport avec les moyens financiers et humains nécessaires, qui s'appuie sur quatre piliers renforcés : un ministère des sports et ses directions territoriales, les collectivités, l'éducation physique et sportive et les associations sportives. Une agence aux contours flous ne garantira en rien le droit d'accès au sport pour tous et toutes car elle se substituera à la souveraineté populaire.

Pour prendre part à la mobilisation, le PCF organisera à la Fête de l’Humanité des 14, 15 et 16 septembre prochain, de nombreuses initiatives dans ce sens avec des personnalités politiques et sportives.


Nicolas Bonnet Oulaldj, Responsable de la commission Sport au PCF

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 09:27

 

Très peu regardante sur la moralité de ses clients, l’officine centraméricaine, au cœur du scandale des Panama Papers, proposait à qui en avait les moyens des stratégies très simples pour mettre sa fortune à l’abri du fisc.

Le cabinet d’avocats fiscalistes au cœur du scandale des Panama Papers a définitivement mis la clé sous la porte en juin dernier, expliquant que des « dommages irréparables ont été faits à sa réputation ».Mossack Fonseca prétend toujours qu’ « aucune infraction n’a été commise », mais la mise en lumière de ses méfaits a suffi à faire fuir tous ses clients et à entraîner la fermeture cette officine en pointe en matière d’évasion fiscale.

Basée au Panama, plaque financière qui entretient un secret bancaire des plus opaques – un avocat fiscaliste risque six mois de prison s’il publie le nom d’un de ses habitués –, Mossack Fonseca propose à ses riches clients de créer des sociétés-écrans ou fondations dans divers paradis fiscaux et offre son lot de prête-noms (directeurs, administrateurs et actionnaires fictifs) en location pour mieux camoufler les millions au fisc. La firme avait pour ce faire une quarantaine de filiales dans les plus performants paradis fiscaux au monde, pour proposer à ses clients l’évasion fiscale la plus optimisée possible. En se prenant de belles commissions à chaque fois, bien entendu, et des frais de gestion autour de 1 000 euros par montage et par an.

LE PREMIER COFONDATEUR DU CABINET, JÜRGEN MOSSACK, EST LE FILS D’UN ANCIEN WAFFEN-SS BAVAROIS

Ainsi, un client d’une banque luxembourgeoise a pu recevoir de la part de Mossack Fonseca cette réclame en 2010 : « 660 dollars seulement pour une société au Panama, frais de mise à disposition de directeurs (prête-noms) inclus ! 10 % de réduction spéciale sur toutes les autres juridictions. Offre garantie quatre ans. » Voici les services que le cabinet proposait aux riches clients de la Société générale et des autres grandes banques et sociétés de gestion d’actifs. Mais, pour les Kadhafi et Mugabe, les barons de la drogue et grands criminels en col blanc, Mossack Fonseca offrait en outre ses services de blanchiment d’argent et d’élimination de preuves, avant de camoufler les fonds derrière ces sociétés-écrans.

Le premier cofondateur du cabinet, Jürgen Mossack, est le fils d’un ancien Waffen-SS bavarois qui s’est fait une seconde vie en Amérique centrale. Le second, Ramon Fonseca, est un homme politique, vice-président du Parti nationaliste panaméen, au pouvoir depuis 2014. Mais c’est vraiment sous la dictature de Manuel Noriega (1983-1990) qu’ils ont fait fructifier leur cabinet, s’acoquinant avec de nombreux despotes de la planète pour leur planquer des fonds, au cas où le business tyrannique tournerait court.

Jusqu’à l’éclatement du scandale en 2016, Ramon Fonseca voyageait entre son building et le palais présidentiel plusieurs fois par semaine en hélicoptère, murmurait à l’oreille du président et assistait au Conseil des ministres. Le cabinet d’avocats, déjà au cœur de plusieurs scandales – des saisies de diamants sud-africains de contrebande, l’affaire de corruption Petrobras au Brésil… – avait jusqu’ici résisté. Mais les Panama Papers, ses 11,5 millions de documents montrant l’existence de plus de 200 000 sociétés offshore montées par l’officine, ont eu sa peau. Ses clients éclaboussés, grandes banques et personnalités publiques, lui ont tourné le dos et ses fondateurs ont perdu de leur pouvoir. Pour preuve, ils ont fait deux mois de prison en février 2017, pour soupçon de blanchiment de capitaux dans une autre affaire de corruption brésilienne, Odebrecht. Malgré des millions de preuves et un passif qui ferait passer les méchants des films de James Bond pour des oies blanches, la firme assure dans une déclaration au Washington Post qu’elle « continuera à réclamer justice ».

 

Le guide touristique de la fraude. : Gibraltar

Gibraltar est une aberration fiscale au cœur de l’Europe. Comme le rocher a le statut de territoire d’outre-mer britannique, son pouvoir de nuisance sera, peut-être, limité par le Brexit. En tout cas, l’Espagne s’y emploie, dénonçant avec force « la concurrence fiscale déloyale » de ce petit territoire de 32 000 habitants. Comme le dit Madrid, Gibraltar bénéficie de « privilèges indus » sous son statut actuel dans l’Union européenne, notamment liés à l’absence de TVA, à son impôt sur les sociétés encore plus faible qu’en Irlande, et à l’absence d’imposition douanière. Ce qui en fait un lieu privilégié pour les sociétés d’import-export. Mais aussi pour des mafias spécialisées dans la contrefaçon, notamment de cigarettes (16 % de la consommation espagnole en vient) qui y réalisent des centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires par an. La grande spécialité de Gibraltar reste les jeux d’argent et les casinos en ligne. Un tiers des fonds générés par cette activité dans le monde passe par le rocher : cela représente un quart du PIB du territoire et 2 000 personnes en vivent. Ces entreprises bénéficient du régime fiscal avantageux, mais surtout peuvent fournir des services dans l’UE sans avoir à demander ni licence ni autorisation.

Pierric Marissal

  •  

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 07:00
Décès brutal de notre camarade Mylène Vésentini avec son mari Bernard. Mylène était secrétaire départementale du PCF de l'Aude, conseillère régionale, militante infatigable: une infinie tristesse

Terrible choc d'apprendre la nouvelle du décès brutal de notre camarade de l'Aude Mylène Vesentini, et de son mari, à l'occasion d'un accident de moto. 

Je déjeunais à ses côtés le vendredi sur l'université d'été du PCF à Angers, après la réunion des secrétaires départementaux, et nous avons pu échanger joyeusement comme à d'autres réunions nationales des secrétaires départementaux. Mylène savait mettre à l'aise et rendre son envie et son optimisme communicatifs. 

Mylène était simple, drôle, spontanée, passionnée, profondément humaine et fraternelle. Sa mort va laisser un grand vide et est trop injuste, elle qui était vibrante de vie et de générosité. 

De ces femmes qui font honneur à l'engagement communiste et qui donnent de la fierté et de la joie de militer à leurs côtés. 

Toutes ma solidarité, ma sympathie et mes condoléances à ses amis, sa famille, ses camarades du PCF dans le département et la région. 

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère 

 
Décès brutal de notre camarade Mylène Vésentini avec son mari Bernard. Mylène était secrétaire départementale du PCF de l'Aude, conseillère régionale, militante infatigable: une infinie tristesse

Abasourdie par la nouvelle de ton accident avec ton époux et la brutalité de votre disparition. 
Toute mes pensées à ta famille et aux camarades de l’Aude.
Salut Mylène ma camarade... "

Marie-Pierre Vieu 

 "J'ai appris avec stupeur et une infinie tristesse la disparition accidentelle de Mylene Vesentini et de son mari Bernard. Face a ce drame épouvantable et injuste, je veux d'abord adresser à leurs enfants et petits enfants, à toute la famille aujourd'hui sous le choc, mes pensées les plus chaleureuses et leur dire combien nous partageons tous leur peine. Je veux également dire a tous les communistes de l'Aude, de la région Occitanie et au delà, l’émotion et la solidarité de la direction nationale du PCF. Mylène était une dirigeante départementale et nationale, une élue régionale appréciée de toutes et tous. Sa bonne humeur, sa franchise, son caractère franc et direct nous aidaient à avancer et nous faisaient du bien a tous. Avec Bernard, elle formait un couple de militants dévoués, toujours disponibles, toujours tournés vers les autres. La porte de leur maison était toujours ouverte. Je suis, nous sommes tous, dans la tristesse ce soir. Je renouvelle mon affection a toute sa famille, toute ma solidarité aux militant-e-s et élu-e-s communistes de l'Aude et de l'Occitanie. Ils savent qu'ils peuvent compter sur l'aide et le soutien actif de la direction nationale."

Pierre Laurent 

" Nous avons appris avec tristesse ce matin le décès de Mylène et Bernard Vésentini dans un accident de la route.
Nous présentons nos condoléances à leur famille, leurs proches et à tous les camarades de l'Aude.

Conseillère Régionale, secrétaire départementale, Mylène était un pilier de notre délégation et de notre groupe. Son sourire et sa bonne humeur étaient communicatives, c'est l'image que nous voulons garder d'elle, celle qu'elle nous renvoyait encore jeudi dernier lors de notre séminaire de rentrée.
Militante infatigable pour l'égalité femme-homme et pour l'accueil des réfugiés, ses interventions passionnées en séance sont dans la mémoire de chacun d'entre nous" .

Les élu.e.s communistes et apparentés du Conseil Régional d'Occitanie.

"C'est avec une profonde tristesse que j apprends le décès de Mylène et Bernard Vesentini. Mylène était une femme dynamique qui s attelait quotidiennement à faire vivre dans le réel les valeurs de solidarité, de fraternité et d'égalité. Son énergie et son franc parlé me manqueront. Au delà de ces engagements politique, c était une femme que j appréciais sincèrement. Je présente toutes mes condoléances à sa famille et aux camarades de l'Aude. Ils nous ont quitté beaucoup trop tôt"

Emilie Lecroq

 

L'Humanité :

La conseillère régionale PCF Mylène Vesentini meurt dans un accident.

C’est dans un accident de la route que la conseillère régionale PCF Occitanie Mylène Vesentini et Bernard, son mari ont trouvé la mort. Selon le journal "l’Indépendant", un véhicule a, semble-t-il, quitté sa voie et percuté la moto de l’élue et de son conjoint venant en sens inverse. La veille, Mylène Vesentini, qui était également co-secrétaire départementale de la Fédération du PCF de l’Aude et membre du CN du Parti, annonçait à la presse locale les mobilisations de la rentrée et participait au chargement du stand pour la Fête de l’Humanité. Le secrétaire national du PCF Pierre Laurent s’est dit « sous le choc » en apprenant l’accident mortel de Mylène Vesentini et de son mari, évoquant « des amis et des militants formidables ». Le sénateur de Paris a adressé ses condoléances à la famille et aux proches des défunts, ainsi qu’« aux camarades de l’Aude ». L’Humanité présente ses condoléances à leur famille et leurs proches.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 05:48
Levothyrox : la sénatrice communiste Laurence Cohen veut une mission d’enquête (Le Parisien, 2 septembre 2018)

Laurence Cohen, vice-présidente de la commission des affaires sociales au Sénat, va proposer une mission pour avoir « une vue réelle sur la situation ».

Le Levothyrox fera-t-il partie des travaux de la rentrée parlementaire ? C’est le souhait de la sénatrice (PCF) du Val-de-Marne, Laurence Cohen, vice-présidente de la commission des affaires sociales au Sénat, alors qu’un rapport sur l’amélioration de l’information sur les médicaments, commandé après l’affaire du Levothyrox, est remis lundi à la ministre de la Santé. « J’aimerais demander à ce que soit menée au Sénat une mission d’enquête ou au moins d’information, sur le Levothyrox », nous annonce-t-elle.

Cet été, l’ANSM, le gendarme du médicament, a voulu rassurer une nouvelle fois sur « la bonne qualité » de la nouvelle formule et sur sa stabilité. Le laboratoire Merck a lui annoncé avoir reçu le feu vert des instances sanitaires européennes pour lancer à partir de 2019 sa nouvelle formulation dans 21 pays de l’UE.

« Certes, l’ANSM assure que les choses rentrent dans l’ordre et tant mieux, mais il y a aussi des éléments qui arrivent au compte-gouttes et la souffrance des patients qui est bien là. C’est pour cela qu’il faut une vue réelle et d’ensemble de la situation », préconise Laurence Cohen, par ailleurs membre du conseil d’administration de l’ANSM. « Le sujet est suffisamment grave, reprend-elle, pour que l’on poursuive son examen. Il n’y a pas autant de plaintes par plaisir. On ressortira tous plus forts à comprendre. »

Des effets indésirables décrits par les malades (fatigue, céphalées, perte de cheveux, douleurs musculaires… parfois graves) restent toujours inexpliqués. Les associations continuent, elles, de demander le retour pérenne de l’ancienne formulation (qui doit disparaître dans les mois à venir). Un vœu, pour l’instant, pieux. Aujourd’hui, en France, il existe cinq médicaments pour les malades de la thyroïde.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 05:37
Morlaix. L'estival Festival, un été pas si beau? (Ouest-France, 23 août 2018)
Ouest-France
Morlaix. L’Estival Festival, un été pas si beau ?

Publié le 23/08/2018

 

Ils étaient une cinquantaine, pour beaucoup des retraités, à profiter du concert hier après-midi, aux alentours de 15 heures, place des Otages. | CHLOÉ RICHARD

La première édition laisse des impressions mitigées, beaucoup regrettent les arts dans la rue. Mais la ville de Morlaix (Finistère) compte « apporter des améliorations » en vue d’une seconde édition, l’été prochain.

Mercredi 22 août, c’était la dernière journée de l’Estival Festival. Tout au long de l’été, ce remplaçant des arts dans la rue a proposé des activités et concerts, entre autres, les mercredis après-midi et soirs devant la mairie et au Tiers-lieu, rue de Paris.

Les critiques étaient nombreuses lorsque la ville de Morlaix avait annoncé stopper « Bel Été ». La raison principale qui avait été invoquée à cette fin d’une tradition estivale morlaisienne de plus de 30 ans : les coûts de la sécurité.

Des activités pour les familles

À la place, les Morlaisiens ont pu assister, s’ils le souhaitaient, à bal de guinguette pour le 14 juillet, juste après le feu d’artifice, ou encore à des activités de jeux géants, à des soirées contées, à des concerts. Ils ont aussi pu profiter des transats installés près du kiosque. Mais le festival ne semble pas avoir remporté un vif succès.

« Il ne s’agit pas d’être en concurrence avec d’autres festivals dans d’autres villes » précise la maire de Morlaix, Agnès Le Brun. « Le festival doit être rodé, c’est la première édition, c’est différent. On recherche quelque chose de plus familial ». Pour Marie, mère de trois enfants, les activités proposées les mercredis après-midi étaient en effet adaptées aux enfants, « un critère important. C’était agréable de venir ici, même si je ne suis pas venue toutes les semaines. » Mais pour les soirées, Marie ne s’est pas dite attirée par la programmation, « les intitulés faisaient trop touristiques, comme « Fête bretonne ». Après je ne peux pas juger si c’était bien ou pas comme je n’y suis pas allée. »

« Depuis 5-6 ans, cela a changé »

Pour d’autres, ils se disent clairement déçus et un vent de nostalgie se fait ressentir chez les Morlaisiens. Ils regrettent « Bel Été » mais aussi et surtout le FAR du Pays de Morlaix, le festival international de théâtre de rue. À plusieurs reprises, on a pu entendre que « depuis 5-6 ans, cela a changé », soit quand le partenariat entre Morlaix Communauté et la Ville de Morlaix pour l’organisation du FAR a pris fin. La Ville a alors repris les arts dans la rue qui se sont déroulés, jusqu’à l’an passé, sur la place Allende.

« Les commerçants qui disent regretter les arts dans la rue sont les mêmes qui se plaignaient il y a quelques années que les arts dans la rue bloquaient les commerces » déclare Agnès Le Brun. Michèle Rojinsky, du magasin de bijoux Tourmaline, trouve surtout « dommage » de ne plus avoir ces événements place Allende, « Morlaix est mort pour le soir. » Ce sur quoi s’accorde Mathilde Rolland, du magasin Po Rouge, « Il n’y a rien au niveau de la vie à Morlaix. Même les touristes nous le disent ».

Pour ce couple venu de Clisson, « On voit la différence d’années en années, on vient ici tous les étés. On est allé ce mercredi au concert de l’Estival Festival parce qu’on avait un rendez-vous en ville, sinon on se dirige vers les villes balnéaires maintenant ». Et le beau temps de cet été n’a d’ailleurs pas dû aider l’Estival Festival à attirer davantage de monde.

Un sondage auprès des Morlaisiens

Malgré tout, l’Estival Festival sera reconduit l’été prochain, « avec des améliorations notamment en termes de communication. Nous allons faire des sondages auprès des Morlaisiens mais les premiers retours nous montrent que la thématique autour du livre et de la lecture plaît beaucoup. » souligne Agnès Le Brun. Elle précise aussi que « toutes les décisions qui seront prises seront respectueuses de la configuration particulière de la ville pour maintenir au maximum l’accès totalement libre à la ville. C’est une demande des commerçants que nous trouvons légitime. » La ligne directrice du festival restant de « respecter un mélange de culture festive et de distractions accessibles à tous. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-l-estival-festival-un-ete-pas-si-beau-5932223

Lire aussi: 

Estival festival: cet été, les animations organisées par la ville de Morlaix ont déçu et n'ont pas rencontré le succès escompté

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 05:30
Claude Goussard, alias Dantec, est décédé à l’âge de 68 ans. | ARCHIVES PHOTO OUEST-FRANCE

Claude Goussard, alias Dantec, est décédé à l’âge de 68 ans. | ARCHIVES PHOTO OUEST-FRANCE

Dantec fut connu dans Morlaix et sa région (Finistère) dès les années 1980 pour ses dessins fantastiques réalisés à l’encre, proches d’un travail de graveur. Ses dessins, en tirages limités et signés, sont une exclusivité bretonne du Baiser de l’Hôtel de Ville, place de Viarmes.

Le dessinateur Dantec, alias Claude Goussard, est décédé il y a une semaine, à l’âge de 68 ans. Il est inhumé à Plougastel (Finistère), sur les terres de son épouse Claire.

Dantec fut connu dans Morlaix et sa région dès les années 1980 pour ses dessins fantastiques réalisés à l’encre et proches d’un travail de graveur, comme Gustave Doré ou plus encore Rodolphe Bresdin.

Au Baiser de l’Hôtel de ville

Son humour, qui se retrouvait parfois dans ses œuvres qu’il signait Dantec, avec le T en forme d’ancre de marine, était de la même couleur que l’encre de chine qu’il utilisait. Sa signature était toujours cachée dans un coin sombre.

Trois thèmes lui étaient chers, les arbres, la ville, amoncellement de maisons verticales ou en ruines et la mer et ses bateaux improbables. Ses dessins, en tirages limités et signés, sont une exclusivité bretonne du Baiser de l’Hôtel de Ville, place de Viarmes, à Morlaix (Finistère).

L’iconographie d’Océanopolis

Dans les années 1990, Dantec avait acquis à Dijon, sa région de naissance, la péniche Vieux Pierre qu’il renomma Ars Europa, pour en faire une salle d’exposition itinérante. On lui doit, à l’époque, l’iconographie d’Océanopolis à Brest. Il avait reçu de nombreux prix, à Lyon, à La Rochelle, et exposé un peu partout jusqu’à Amsterdam.

Le dessinateur Dantec était présent en 2008 pour les dix ans du Baiser de l’hôtel de ville où l’on trouve en exclusivité bretonne ses œuvres signées aux tirages limitées.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-le-dessinateur-dantec-est-decede-5947729

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011