Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 05:23

 

Dévoilées hier par le Figaro, les propositions du comité sur la réforme de l’État confirment les inquiétudes des syndicats.

«Le rapport Cap 2022 reprend puissance 10 ce que dit le gouvernement, a réagi Christian Grolier, le secrétaire général FO fonctionnaires. Il s’est engagé à ne pas publier ce document, alors que ce dernier se retrouve dans la presse. C’est une stratégie politique pour nous dire, vous voyez, ça pourrait être pire, donc acceptez ce qu’on vous propose. » « Il n’y a rien de moderne, il y avait déjà celui de Gérard Longuet, en 1979, qui prévoyait une saignée dans la fonction publique. Les thèses libérales les plus archaïques sont reprises au détriment des citoyens et des agents », a estimé Jean-Marc ­Canon, secrétaire général de l’Union fédérale des syndicats de l’État CGT. C’est peu dire si les 22 propositions des « experts économiques » issus du privé n’enchantent pas les syndicats.

LA CHASSE AU MOINDRE COÛT, L’OBSESSION DES PATRONS

Si le comité Cap 2022 se défend d’aborder la fonction publique et les services publics à travers le prisme comptable, il préconise une baisse des dépenses, à moyen terme, d’une « trentaine de milliards d’euros », selon un document du Figaro. L’objectif est de « mettre un terme à toutes les interventions publiques dont l’efficacité n’est pas démontrée ». C’est tout naturellement que le système de soins, déjà à bout de souffle, est passé à la moulinette avec « plus de 5 milliards d’économies » possibles grâce à des révisions de l’organisation. Pour Pôle emploi, les « experts » proposent une mise en concurrence des services d’aide au retour à l’emploi, et une concentration de ses missions sur l’indemnisation, le contrôle et l’accompagnement. Miracle : selon eux, il en découlera une baisse de la durée du chômage et des économies de « 350 millions d’euros ». La chasse aux moindres coûts est l’obsession des patrons et des énarques, mandatés par Matignon depuis octobre 2017 pour réfléchir à la prochaine réforme de l’État.

Une refonte qui va définir un « nouveau contrat social entre ­l’administration et ses collaborateurs », avec un « assouplissement du statut pour offrir la possibilité d’évolutions » entre les trois versants de la fonction publique. Matignon a la main pour décider des coupes budgétaires, au moment où les lettres plafonds, qui déterminent ministère par ministère les crédits alloués pour 2019, devraient être envoyées dans les prochains jours, à l’issue de négociations avec les intéressés.

Lola Ruscio

 

 

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 05:22

 

Surnommés les Big Four, quatre cabinets spécialistes du conseil pour éviter l’impôt sont aussi ceux qui assistent l’Union européenne dans ses politiques fiscales, révèle une ONG.

La Commission européenne semble appliquer un peu trop à la lettre l’adage « Soigner le mal par le mal ». Selon un rapport inédit de l’ONG Corporate Europe Observatory (1), les Big Four, cartel ultra-influent des quatre principaux cabinets d’audit financier mondiaux et « poids lourds de l’industrie de la planification fiscale », sont omniprésents dans l’élaboration des politiques européennes anti-évasion fiscale, malgré un conflit d’intérêts plus que flagrant. Ils comptent Deloitte, qui représente HSBC, Ebay ou encore Bayer ; Ernst & Young (EY), impliqué dans divers scandales bancaires ; KPMG, commissaire aux grands comptes de Total, Carrefour ou Vinci ; et PricewaterhouseCoopers (PwC), le cabinet impliqué dans les Luxembourg Leaks (ou LuxLeaks).

Ce sont ces mêmes cabinets qui facilitent l’évitement fiscal et facturent dans un même temps des dizaines de millions d’euros leurs conseils à la Commission de Bruxelles. Selon le rapport, PwC, Deloitte et EY ont été payés 7 millions d’euros en 2014 par la direction générale de la Commission dédiée à la fiscalité. En janvier 2018, KPMG, PwC et Deloitte ont encore perçu 10,5 millions d’euros pour leur expertise sur les « enjeux liés à la taxation des douanes ». Ces maîtres dans l’art de l’évitement fiscal bénéficient ainsi de marchés publics européens.

EN RELATION ÉTROITE AVEC LE MEDEF

Mais l’influence des Big Four ne s’arrête pas là. Ils se montrent extrêmement actifs dans différentes structures de lobbying peu connues du grand public, comme European Business Initiative on Taxation, European Contact Group, Accountancy Europe, ou dans des groupes consultatifs mis en place par la Commission. Le rapport pointe également du doigt la pratique des portes tournantes, « les allers-retours généralisés et normalisés » entre la Commission et le monde de l’audit. Des attachés chargés des questions fiscales de certains États comme l’Allemagne ou l’Irlande qui viennent de KPMG et PwC, des agents de la direction générale fiscalité de la Commission tout droit sortis des Big Four : le conflit d’intérêts est omniprésent.

Les Big Four sont aussi en étroites relations avec le Medef, son homologue allemand le BDI ou encore les lobbies patronaux européens AmCham EU et Business Europe. Ils ont activement fait pression contre le « reporting pays par pays », une proposition de la Commission en avril 2016 qui oblige les entreprises à déclarer publiquement leurs profits dans tous les pays où elles opèrent. Cet intense lobbying a abouti à édulcorer sérieusement le reporting public, dans la mesure où il ne doit pas dévoiler d’« informations sensibles du point de vue commercial », une nuance qui change tout. Même chose en juin 2017. De nouvelles règles de transparence pour les conseillers fiscaux devaient les obliger à déclarer les dispositifs d’évitements fiscaux « agressifs ». Mais les critères définissant la notion d’« agressif » se sont significativement restreints dans la version adoptée par le Conseil européen en mars 2018.

DES PARTENAIRES ILLÉGITIMES

Theresa Crysmann, responsable médias de Corporate Europe Observatory, est catégorique : « C’est la première fois qu’une étude documente pleinement la manière dont les Big Four sont intégrés dans les politiques européennes en matière d’évasion fiscale. » L’ONG rappelle que l’évasion fiscale des grandes entreprises coûte à l’Europe 50 à 70 milliards d’euros par an, et peut même aller jusqu’à 160 à 190 milliards d’euros, selon le rapport. Des fonds qui pourraient être affectés aux services publics, à l’éducation, aux hôpitaux. L’association scande qu’il est temps « d’arrêter de traiter les Big Four dans les cercles de prise de décision comme des partenaires neutres et légitimes ». Selon l’ONG, aucune des deux parties n’est prête à reconnaître l’existence de conflits d’intérêts massifs. Mais Theresa Crysmann se montre optimiste : « Les Big Four sont au bord de la défaite : tous les jours, de nouveaux médias remettent en question le rôle qu’ils jouent sur la fiscalité. Ils menacent la prise de décision dans l’intérêt général et doivent être stoppés. Il est maintenant temps pour les politiques de résister et de les évincer une fois pour toutes des processus européens de décision en matière de fiscalité. »

 

 

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 05:20

 

Israël vient de s'engager dans une voie dangereuse et antidémocratique. En effet, son gouvernement, en votant ce jeudi 19 juillet par 62 voix contre 55 et 3 abstentions la loi fondamentale faisant d'Israël l'Etat-nation du peuple juif, enterre tout espoir de paix.

Le rapporteur de cette loi, le député du Likoud Avi Dichter n'a laissé planer aucun doute en déclarant: « Nous avons fait cette loi fondamentale pour empêcher la moindre velléité ou tentative pour transformer l'Etat d'Israël en une nation de tous ses citoyens. »

Au bout de sept ans, la lutte menée sous la pression des extrémistes nationalistes et religieux a abouti. Israël s'affirme dorénavant comme un état d'apartheid, où ne seront plus reconnus les mêmes droits aux citoyens juifs et aux citoyens palestiniens d'Israël.

Parmi les conséquences de cette nouvelle situation, seuls les Juifs ont droit à l'autodétermination; la langue arabe n'est plus la deuxième langue officielle d'Israël, Jérusalem est totalement annexée , et « le développement des communautés juives », considérées comme « valeur nationale »..

En 1948, dans la déclaration d'indépendance qui proclamait « la fondation de l'Etat juif dans le pays d'Israël » il était écrit: " il [l’État] assurera une complète égalité de droits sociaux et politiques à tous ses citoyens, sans distinction, de croyance, de race ou de sexe".

Soixante dix ans après, ces principes sont trahis et l'apartheid est officiellement légalisé. 

La France comme signataire de la convention internationale contre le crime d'apartheid doit agir ! Le Parti Communiste Français en appelle instamment à Emmanuel Macron, président de la République, de ne plus se contenter d'une prudente réserve. Il en va de l'avenir de deux peuples; un avenir préservant le droit et la justice, seuls garants de la paix

Le PCF continue d'exiger  la reconnaissance de l’État de Palestine avec Jérusalem-Est comme capitale et la suspension de l'accord d'Association Union européenne/Israël.


 

Parti Communiste Français, le 23 Juillet 2018

 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2018 5 27 /07 /juillet /2018 19:03

Les plateformes numériques de travail sont partout : livraison de repas, transport de personnes, design, traductions, menus travaux… La modernité de l’outil est un prétexte à un contournement massif du droit social. En dépit de la liberté affichée, les travailleuses et les travailleurs des plateformes numériques se trouvent dans des situations d’exploitation d’une intensité digne du siècle dernier.

Privés du statut de l’emploi, ils n’ont en effet quasiment aucun droit. Paiement à la tâche, absence de salaire minimum ou d’assurance-chômage, absence de protection contre le pouvoir de contrôle et de sanction des plateformes (pouvant aller jusqu’à la rupture du contrat : la « désactivation ») ou encore une protection contre les accidents professionnels de nature assurantielle s’avérant injuste et inefficace, puisque construite avec et pour les plateformes.

La question des plateformes de travail est alors celle de la paupérisation des personnes qui subissent la révolution numérique comme un nouveau coup de fouet du néolibéralisme. Celles et ceux qui soutiennent le développement de ces modèles économiques en dehors des réglementations qui devraient leur être appliquées (droit social, réglementations du secteur d’activité, etc.) s’attaquent en réalité au modèle salarial et favorisent le dumping social. Ils mettent ainsi à mal les entreprises qui respectent la loi et contraignent les populations les plus fragiles à rester à l’écart du statut de l’emploi : un travail sans protection, des précaires toujours plus précaires et toujours plus exploités.

Partout, pourtant, les contestations montent et se multiplient pour dénoncer cette nouvelle forme si brutale d’exploitation. Cependant, aucune unité des luttes n’a encore pu s’opérer au niveau national et international en raison de l’absence de voix syndicales et politiques fortes et sans équivoque pour les porter à ces niveaux. Il est temps que cela change.

Mesurant non seulement la situation d’extrême précarité des travailleurs des plateformes mais aussi le risque réel de développement et de contagion de ces nouveaux modèles dans tous les secteurs, nous avons décidé de prendre le problème au sérieux et de réfléchir à la constitution d’un bouclier social pour les protéger.

Nous avons donc travaillé avec le groupe CRCE pour proposer un amendement au projet de loi dit « avenir professionnel » en faveur de l’application du droit social aux travailleurs des plateformes. Surtout, nous allons initier très prochainement un tour de France sur plusieurs mois pour établir un diagnostic national. Il s’agit d’un premier pas vers la constitution d’un rapport et d’une proposition de loi.

Pour commencer, ce travail se fera autour des coursiers à vélo, très en demande d’appui à un moment où ils s’organisent syndicalement et internationalement. Jeudi dernier, nous avons donc réuni une équipe pour lancer cet ambitieux projet, avec des spécialistes des plateformes numériques de travail, en premier lieu desquels figurent évidemment les travailleurs eux-mêmes. Se sont ainsi notamment joints à nous des représentants du Clap (syndicat parisien de coursiers), de CoopCycle (plateforme coopérative conçue comme une alternative éthique) ou la CGT coursiers Gironde, comprenant des grandes figures de la lutte telles que Jérôme Pimot ou Arthur Hay.

À l’occasion de notre tour de France, nous organiserons des événements festifs pour libérer la parole, informer, discuter et débattre, avec des travailleuses et travailleurs, des syndicalistes, des élu·e·s, des universitaires, des citoyennes et des citoyens… Nous voulons faire converger les savoirs et unir les luttes. La Fête de l’Humanité sera par ailleurs un temps fort de ce projet.

Notre objectif, à l’inverse de certains, est ainsi de préparer concrètement la voie à tracer pour enfin penser l’encadrement des plateformes et du statut de leurs travailleuses et travailleurs dans une perspective humaniste et progressiste. Nous annonçons alors le lancement du premier volet de notre bataille : « Pédale et tais-toi ! Pour une véritable protection des travailleurs numériques » #PETT. Contre le capitalisme de plateforme, il est temps que les travailleuses et les travailleurs puissent faire entendre leur parole. Nous en serons désormais un porte-voix.

Pascal Savoldelli Sénateur du Val-de-Marne

Fabien Gay Sénateur de Seine-Saint-Denis

  •  

 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2018 5 27 /07 /juillet /2018 05:44
Partager cet article
Repost0
27 juillet 2018 5 27 /07 /juillet /2018 05:42

 

En décidant seuls de la liste des personnes à auditionner dans le cadre de l’enquête parlementaire sur l’affaire Benalla, les députés LaREM se sont aliéné leurs homologues LR, PCF et FI, qui ont suspendu leur participation à la commission.

A-t-on déjà vu majorité plus croupionne ? Les députés LaREM ne souhaitaient pas créer de commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Benalla. Puis ils ne voulaient pas que les auditions soient publiques. Il a fallu toute la détermination des députés de l’opposition pour qu’il en soit autrement. Aujourd’hui, les macronistes refusent encore et toujours de convoquer de nombreuses personnes dont le témoignage est pourtant indispensable. À tel point que Guillaume Larrivé, corapporteur LR de la commission, a suspendu jeudi, avec l’ensemble de son groupe, sa participation aux travaux de l’enquête, qu’il qualifie de « parodie ». Il accuse la présidente LaREM de la commission, Yaël Braun-Pivet, de vouloir en « torpiller les travaux », afin de « bâcler la préparation d’un vrai-faux rapport ». Les députés FI, qui demandent la démission de Yaël Braun-Pivet, ont eux aussi suspendu leur participation, estimant que les députés LaREM font œuvre de « sabotage », afin de « protéger Emmanuel ­Macron en étouffant la vérité ».

Idem pour les élus communistes : « Tout cela est scandaleux et incroyable. La majorité décide elle-même du périmètre des auditions sur une affaire qui la concerne directement. Elle est à la fois juge et partie », s’indigne le député Stéphane Peu. La situation est devenue particulièrement explosive jeudi matin, lorsque la commission d’enquête du Sénat a auditionné le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, ce que refuse toujours la majorité LaREM de l’Assemblée. « J’étais devant BFMTV pour voir cette audition. Moi, vice-président LR de la commission d’enquête, devant la télévision, sans pouvoir poser une seule question, parce que la majorité se livre à une obstruction déterminée ! » s’alarme Philippe Gosselin.

À ses yeux, Yaël Braun-Pivet, qui préside aussi la commission des Lois, « se décrédibilise chaque jour et décrédibilise la commission. Elle ridiculise et abaisse l’Assemblée nationale tout entière ». Un point de vue partagé par Ugo Bernalicis. « Braun-Pivet est en train de détruire sa fonction. Elle est censée être présidente de toute la commission, au service de la mission confiée. Elle n’est pas présidente de son propre groupe LaREM au service de l’Élysée. C’est un problème majeur », assène l’insoumis.

UN SYSTÈME D’ABUS DE POUVOIR

L’intéressée tance pour sa part « l’approche polémique et politique de l’opposition, qui vise à tirer profit de l’actualité loin de tout souci de la vérité ». Une réplique qui navre les commissaires : « La présidente fait voter sa liste des auditions par sa majorité et refuse les propositions de l’opposition qui visent à éclairer les faits et à chercher la vérité », s’étouffe Stéphane Peu. « Les passerelles entre nous et les communistes, les insoumis, les socialistes, l’UDI et même le Modem désormais sont honnêtes et sincères, car nous sommes ulcérés », plaide Philippe Gosselin.

« Jeudi matin Benalla accorde un entretien au Monde, et on ne peut pas l’auditionner ? On réclamait sa venue depuis le début de l’enquête et les députés LaREM s’y opposent encore. Pourquoi ? De quoi ont-ils peur ? » poursuit Ugo Bernalicis. Et la liste des personnalités que la Macronie refuse de recevoir est longue : à Kohler et Benalla s’ajoute Jean-Marie Girier, chef de cabinet de Gérard Collomb, qui a supervisé le recrutement de Benalla pour la campagne présidentielle de Macron. Il y a aussi les syndicats policiers, déjà reçus au Sénat, où le déroulement sérieux des travaux contraste cruellement avec celui de l’Assemblée. Il y a encore Vincent Crase, salarié de LaREM et collaborateur de l’Élysée qui était aux côtés de Benalla le 1er  Mai, tout comme Philippe Mizerski, le policier chargé de les accompagner. Sans oublier Bruno Roger-Petit, porte-parole de l’Élysée, qui le premier a fait état d’une sanction qui pose question, puisque aucune retenue sur le salaire de Benalla n’a pas été appliquée, comme l’a avoué Patrick Strzoda, directeur de cabinet du président de la République.

« Nous avons beaucoup de monde à voir. Les députés LaREM doivent stopper au plus vite leur volonté manifeste d’enterrer une affaire qui ne peut pas se limiter à la seule responsabilité de Benalla. Le préfet de police de Paris a fait état de “copinages malsains”. Nous devons aller plus loin dans cette enquête qui révèle tout un système d’abus de pouvoir souvent inhérent à la Ve République », insiste Stéphane Peu. « Chaque jour on en apprend un peu plus, c’est pour cela qu’ils veulent tout saboter », s’étrangle Ugo Bernalicis. La dernière révélation en date, et non des moindres, concerne Ismaël Emelien. Ce conseiller spécial de Macron aurait été en possession des bandes vidéo illégalement remises par trois policiers à Benalla. Il risque donc à son tour d’être mis en examen pour recel de détournement d’images. « Il faut évidemment auditionner Emelien. Mais ce qui est très grave, c’est qu’avec leur attitude, les députés LaREM transforment l’obligation sous serment de dire toute la vérité lors d’une audition en blague de mauvais goût. Il faut savoir que le bureau doit d’abord voter pour poursuivre quelqu’un pour parjure. Vu le comportement des députés LaREM, qui sont dans la déférence et la volonté de gêner le moins de monde possible là-haut, on se doute bien que la procédure ne sera pas lancée, ce qui ne constitue pas du tout une invitation à dire la vérité », mesure gravement l’insoumis.

UN DÉNI DE DÉMOCRATIE

« Cette majorité, on la croyait docile, elle n’est que servile, tacle Philippe Gosselin. Elle n’a en plus rien compris à la situation politique : cette affaire n’est pas le roman de l’été, c’est le roman de l’État, et c’est une crise grave. Il faut cesser de s’arc-bouter avec cynisme et de se crisper de façon fautive, car les dégâts vont être considérables. Ce n’est pas du tout une bonne nouvelle : cela nous abîme tous. » Le député fait référence à l’immense déception – et la défiance croissante – que cette affaire va faire naître chez tous ceux qui ont cru à la promesse de « moralisation de la vie politique » de Macron. « Le président dit que “la République est inaltérable”. Il se trompe. Elle est altérable. Surtout quand une majorité bloque l’avancée d’une enquête parlementaire, prive l’opposition de ses droits et se livre à un tel déni démocratique », développe-t-il.

Plus les députés LaREM freineront des quatre fers en commission, plus l’affaire Benalla leur nuira. C’est pourtant ce qu’ils s’obstinent à faire, bien encouragés par un président de la République qui revendique son irresponsabilité. « Puisqu’il veut que l’on “vienne le chercher”, autant le prendre à son propre jeu, en le convoquant à une audition. Mais la droite s’y refuse », regrette Ugo Bernalicis. « À nos yeux, le président est responsable devant le peuple, pas devant le Parlement. Nous n’avons pas à l’amener à l’Assemblée. Mais nous attendons de pied ferme le premier ministre : c’est bien pour qu’il s’explique devant nous que nous déposons aujourd’hui une motion de censure », argumente Philippe Gosselin.

Preuve que le bras de fer entre l’exécutif et le législatif bat toujours son plein. « Cette affaire démontre que nous avons besoin d’un Parlement fort et indépendant, à l’inverse de ce que fait la majorité et de ce que prépare le gouvernement avec sa révision constitutionnelle. On nous promet “plus de contrôle”, mais on voit bien ici que l’objectif est de mettre totalement et définitivement les députés à la botte du gouvernement, pour faire de la France l’un des pays les moins démocratiques d’Europe », condamne Stéphane Peu.

Aurélien Soucheyre

  •  
Partager cet article
Repost0
27 juillet 2018 5 27 /07 /juillet /2018 05:38
LESCONIL SAMEDI SOIR : QUE LA FETE EST BELLE AVEC LES COMMUNISTES ! (25 JUILLET 2018)

Plus de 700 personnes – il y avait plus de 640 « places assises » – se sont donné rendez-vous ce samedi soir sur le port de Lesconil, lors du traditionnel souper marin du Travailleur de la Mer organisé par la section du Parti Communiste du Pays Bigouden.

Cette soirée animée par le magnifique groupe MANEC faisait suite à celle organisée la semaine précédente au Guilvinec, soirée tristement marquée par le vol de la recette. La vigilance était donc de rigueur, ce qui n'a pas empêché une chaude ambiance.

Nous devons des excuses aux retardataires car à partir de 21 heures, il ne restait plus que des frites/saucisses, tout le reste ayant été consommé... Bon, le bar est resté ouvert jusqu’au bout, l'ambiance est restée chaude, et les danses se sont enchaînées au rythme effréné de Manec...

Il nous fallait « rebondir » après de coup dur du Guilvinec. Un grand merci donc aux nombreux militants et sympathisants qui ont effectué le montage rapide (et surtout le démontage) des divers stands de la fête et ont permis le bon déroulement de la soirée.

La fête aurait-elle désormais un retentissement international ? Nous avons noté la présence sympathique d’un camarade de Lozère... accompagné de deux jeunes militantes communistes russes qui ont demandé et obtenu... un drapeau du PCF qu’elles ont fièrement arboré.

Monsieur le maire de Lesconil Bruno Jullien et son épouse, ainsi que des membres du conseil municipal étaient présents sur la fête.

Rendez-vous est pris le vendredi 17 août à Loctudy sur le port. La soirée sera également animée par MANEC.

Nous accueillerons Olivier DARTIGOLLES, porte-parole du Parti Communiste Français ainsi qu’Ismaël DUPONT, secrétaire départemental du PCF.

Olivier DARTIGOLLES dédicacera son livre « Macron, entreprise de démolition ».

A. Le Roux

 

LESCONIL SAMEDI SOIR : QUE LA FETE EST BELLE AVEC LES COMMUNISTES ! (25 JUILLET 2018)
LESCONIL SAMEDI SOIR : QUE LA FETE EST BELLE AVEC LES COMMUNISTES ! (25 JUILLET 2018)
LESCONIL SAMEDI SOIR : QUE LA FETE EST BELLE AVEC LES COMMUNISTES ! (25 JUILLET 2018)
LESCONIL SAMEDI SOIR : QUE LA FETE EST BELLE AVEC LES COMMUNISTES ! (25 JUILLET 2018)
LESCONIL SAMEDI SOIR : QUE LA FETE EST BELLE AVEC LES COMMUNISTES ! (25 JUILLET 2018)
LESCONIL SAMEDI SOIR : QUE LA FETE EST BELLE AVEC LES COMMUNISTES ! (25 JUILLET 2018)
Partager cet article
Repost0
27 juillet 2018 5 27 /07 /juillet /2018 05:36

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

BLOG : LETTRES D'UN ENGAGÉ À SES AMIS QU'IL DÉRANGE

 

« Le seul responsable, c’est moi ». C’est ainsi qu’Emmanuel Macron croit pouvoir clore l’affaire Benalla – en couvrant de son large manteau tous ceux qui y sont impliqués. Une stratégie révélatrice de la logique mafieuse d'un président qui couvre les coupables, méprise la justice, et ose un face-à-face direct avec le peuple dont il méprise les représentants.

« Le seul responsable, c’est moi ». C’est ainsi qu’Emmanuel Macron croit pouvoir clore l’affaire Benalla – en couvrant de son large manteau tous ceux qui y sont impliqués. Une stratégie révélatrice de la logique mafieuse d'un président qui couvre les coupables, méprise la justice, et ose un face-à-face direct avec le peuple dont il méprise les représentants.

Pour prendre sur soi les fautes de ses subordonnés, encore faut-il faut en avoir le pouvoir : le pouvoir discrétionnaire du chef de guerre ou du seigneur féodal, dont la volonté fait loi. Mais en l’occurrence, il n’appartient pas à Macron d’attribuer, ni de s’attribuer, la culpabilité. Il est particulièrement scandaleux de le faire quand on ne peut soi-même être poursuivi pour les fautes que l'on prétend assumer. En affirmant hautement qu’il est seul responsable, le président réitère en fait la faute dont est née l’affaire Benalla : encore une fois, il couvre ses troupes ; encore une fois, il trahit une mentalité de mafieux mû par un code d’honneur entre complices qui prime le respect de la loi.       

Que le président affirme par ailleurs dans sa déclaration que les enquêtes en cours devront éclaircir « la chaîne des responsabilités » constitue, dans ce contexte, une contradiction manifeste : il y aurait donc, en définitive, d’autres responsables que lui ? Le fait est que le président ne peut empêcher la justice de faire son travail et qu’il ne peut pas ne pas lui témoigner un respect formel. Il n’en tente pas moins d’atténuer autant que possible les conséquences politiques du travail judiciaire. En prenant sur lui les responsabilités, Emmanuel Macron espère tuer dans l’œuf l’intérêt du public pour les enquêtes en cours. Il reste pourtant beaucoup à élucider : qui, par exemple, a donné à Alexandre Benalla un brassard de police et une radio ? Si un Alexandre Benalla peut se trouver à casser du manifestant sous uniforme, pourquoi d’autres ne pourraient-ils pas en faire autant ? Grâce à quelles complicités? Qui sont les ripoux ? Tout cela, Macron dit crânement qu’il s’en fiche. Le fait qu’il ne veuille pas savoir est aussi stupéfiant que le fait qu’il ne veuille pas que nous sachions. Cela confirme encore ce qui est l’essence de l’affaire Benalla : le pouvoir se moque royalement que ses serviteurs soient malhonnêtes, du moment qu’ils sont fidèles et dévoués. Et dans la plus pure logique mafieuse, il les soustrait aux autorités légitime, se réservant d’ailleurs le droit de punir derrière des portes closes, à sa manière.

L’incroyable nonchalance du président quant au comportement de ses propres employés, son indifférence totale quant à la chaine des agissements qui a conduit à un tabassage de manifestants, éclate dans l’absurdité de sa déclaration qui empile les contradictions comme on enfile les perles : Si, comme l’a dit Emmanuel Macron, « ce qui s’est passé le 1er mai est grave, sérieux, [...] une déception, une trahison », alors il ne pouvait pas considérer qu’une mise à pied bidon de deux semaines fût une sanction appropriée. Pourtant il assume avoir « confirmé la sanction ». Sanction qui fut prise sans que soit alertée l'autorité judiciaire, comme l'exige le code pénal. Ce qui n’empêche pas le président d’affirmer que « personne auprès de [lui] ou dans [son] cabinet n’a jamais été protégé ou soustrait aux règles, aux lois de la république, au droit de tous les citoyens », alors que ne pas alerter la justice constituait, en l’occurrence, une tentative de soustraire Alexandre Benalla à son jugement.

Toutes les personnes auditionnées, à la question « pourquoi n’avez-vous pas alerté la justice en vertu de l’article 40 du code pénal ? », ont répondu qu’elles ne l’avaient pas fait parce que les supérieurs hiérarchiques d’Alexandre Benalla ne l’avaient pas fait. Ce faisant, elles valident la déclaration d’Emmanuel Macron : oui, il est bien, en un sens, le premier responsable du fait qu’Alexandre Benalla et ses complices auraient échappés à la justice sans les révélations du Monde. En un sens seulement, car, à strictement parler, toutes ces personnes avaient bien l’obligation d’alerter la justice.

L’esprit de l’article 40 est de responsabiliser l’entièreté d’une hiérarchie, précisément pour couper court aux abus de pouvoir et à l’impunité dont pourraient jouir des éléments protégés. Quand Alain Gibellin, directeur de l’ordre public et de la circulation à la préfecture de police de Paris, a déclaré que s’il était coupable de ne pas avoir appliqué l’article 40, des centaines de personnes l’étaient au même titre que lui, il s'est défendu bien maladroitement : la faute d’une centaine de personnes n’effaçait pas la sienne. Cent coupables ne font pas un innocent. En revanche, ils interrogent sur le sentiment, manifestement prévalent dans l’administration, qu’on ne va pas à l’encontre de l’attitude de l’Elysée : si l’Elysée ne bouge pas, personne ne bouge. La déclaration d’Emmanuel Macron, encore une fois, valide cette passivité de l’administration : ils ne pouvaient faire autrement, dit-il, que selon mes desiderate. Ne leur reprochez pas de m’avoir désobéi – comme si l’obéissance d’un fonctionnaire envers son supérieur devait s’étendre au mépris de la loi.

Le président, non content de couvrir les coupables et de déresponsabilise les serviteurs de l’Etat, rit au nez de la représentation nationale en mettant au défi les oppositions politiques: « Qu’ils viennent me chercher », dit-il, sachant pertinemment qu’il est hors de leur portée. Comment mieux dire : vous ne pouvez rien contre moi et je me moque de vous ? Mais ce défi prend tout son sens en relation avec les derniers mots de sa déclaration : « Je réponds au peuple français ». Sommet d’impudeur, qui trahit le narcissisme délirant du président qui s’imagine que le peuple prend son parti contre la justice, contre le Parlement, contre les oppositions, que le peuple aime, autrement dit, le président davantage que la loi, que la justice. Mais le plus grave est ce que révèle l'opposition qu'établit le président entre le peuple et les oppositions parlementaires. Comment, en effet, le peuple se manifeste-t-il en République, sinon par le truchement de ses représentants, ceux-là même auxquels Macron adresse son défi : « qu’ils viennent me chercher » ? Si le peuple ne peut demander de comptes au président ni par la voie parlementaire, ni par la voie judiciaire, comment est-il censé interpeller le chef de l’Etat ?  

Chercher la réponse à cette question, c’est prendre la mesure du jeu dangereux que joue le chef de l’Etat en se moquant de tous les contre-pouvoirs de la République. L’appel au peuple est, en fait, la conclusion logique d'une stratégie de la terre brûlée qui ne laisse d’autre voie de résolution des conflits qu’un face-à-face entre le pouvoir et une population acculée à s’organiser en marge des institutions, c’est-à-dire dans la rue où l’attendent les Alexandre Benalla qui sont, en définitive, le visage découvert du pouvoir.

 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2018 5 27 /07 /juillet /2018 05:35

 

Macron se flatte d’aligner les « réformes » et rêve d’écraser les syndicats, au mépris de la démocratie sociale et quitte à fragiliser la démocratie politique. L’abus d’autorité du chef de l’état vire à l’inconscience.

Flanqué de la ministre des Transports, Élisabeth Borne, et du porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, le président de la République a apposé sa signature sur la loi « sur le nouveau pacte ferroviaire » devant les caméras de télévision convoquées pour l’occasion le 27 juin dernier à l’Élysée. Importé des États-Unis, ce cérémonial accompagne désormais chaque promulgation de texte. En se mettant en scène, Emmanuel Macron ne veut pas seulement montrer qu’il agit. Il prétend avoir le dernier mot. Après être parvenu à imposer ses ordonnances sur le Code du travail en 2017, il espère tourner la page du conflit à la SNCF et poursuivre son entreprise de détricotage des droits des salariés. La loi « avenir professionnel », qui place l’apprentissage sous la tutelle du patronat, individualise l’accès à la formation professionnelle et les règles d’indemnisation des demandeurs d’emploi, est en cours d’examen au Sénat. La remise en cause du statut des fonctionnaires est dans les tuyaux. Le projet de loi Pacte et ses privatisations a été présenté en Conseil des ministres et l’automne verra le coup d’envoi de la casse des retraites. Alors Macron vainqueur ? Pas si simple…

L’objectif d’Emmanuel Macron n’est pas seulement de remettre en cause les droits sociaux et les garanties collectives, il est aussi de rallier la population à sa politique. Seule une conversion de la société dans son ensemble au libéralisme peut assurer la pérennité des mesures prises. Or, un an après son élection, l’échec est patent. La publication, le 4 mai dernier, d’un sondage Odoxa révélait que 72 % des Français considèrent qu’il est « le président des riches » (+ 7 points par rapport à celui du 16 avril). Quant à sa popularité, le chef de l’État n’en finit pas de chuter. Selon l’enquête d’Ipsos du 27 juin, seuls 36 % des Français ont une opinion favorable de son action. Les sympathisants LREM (78,9 %), Modem (43,8 %), UDI (43,5 %) et LR (42,9 %) étant les plus favorables contre seulement 25 % en moyenne des sympathisants de gauche. Bien que minoritaire, le soutien important à la grève des cheminots qui, selon l’enquête hebdomadaire Ifop/le « JDD », a varié entre 37 % et 46 % a démontré à sa façon que l’adhésion à sa politique est loin d’être unanime.

PILOTES, RETRAITÉS, GAZIERS ET FONCTIONNAIRES

En sortant « victorieux » du conflit à la SNCF, où les salariés sont plus syndiqués qu’en moyenne et où la CGT est la principale organisation syndicale, le chef de l’État espérait mettre K.-O. le mouvement avant de s’attaquer aux retraites. Pari perdu. À la SNCF, le conflit va se poursuivre durant l’été à l’appel de la CGT et de SUD rail. La décision de l’Unsa ferroviaire de « ne pas appeler à la grève en juillet » et celle de la CFDT cheminots de « suspendre » n’ont pas mis fin à l’intersyndicale, qui devrait à nouveau se manifester dans le cadre de la négociation de la convention collective.

Emmanuel Macron doit compter aussi avec les conflits sociaux dans d’autres secteurs. Dans l’énergie, le mouvement des salariés d’Enedis et de GRDF gagne en ampleur. Chez Air France, le conflit salarial devrait reprendre dès le nouveau PDG nommé. Dans la fonction publique, la journée d’action du 22 mai dernier devrait connaître des suites à la rentrée. Dans l’immédiat, les conflits y sont nombreux, en particulier à l’hôpital. Air Liquide, SNF, Satys… les grèves se multiplient aussi dans le cadre des négociations obligatoires sur les salaires.

ISOLER ET DIVISER LES SYNDICATS, C’EST RATÉ

Le candidat Macron ne s’est jamais caché du peu de considération qu’il portait aux syndicats, vestiges de ce « vieux monde » qui « bloque les réformes ». Élu président de la République, il a suivi sa ligne : à l’État seul de décider de ce qu’est l’intérêt général, l’activité syndicale devant se cantonner aux branches professionnelles et aux entreprises. Et avec moins de moyens, les ordonnances y ont veillé (fusion des instances représentatives, moins de délégués, etc.). Proclamée fin mars 2017 premier syndicat du privé, la CFDT n’a pu savourer longtemps sa victoire. Depuis 1995 et Nicole Notat défendant le plan Juppé sur la Sécurité sociale, la centrale accompagne volontiers les réformes libérales mises en place par les gouvernements successifs. Elle pouvait ambitionner depuis le quinquennat Hollande d’en devenir coauteur. Coup d’arrêt : « La méthode Macron, c’est vous discutez et je tranche », constatait cet hiver avec amertume Laurent Berger (« les Échos », 26 février). Et d’avouer : « Pour la CFDT, ce n’est pas une période facile » (challenges.fr ; 17 mai). Un désarroi partagé par les autres syndicats dits « réformistes », telles l’Unsa, la CFTC ou la CFE-CGC.

Réélu en juin à la tête de la CFDT, Laurent Berger garde pourtant le cap, malgré quelques remous au sein de ses troupes. Pour les souder, il ne ménage pas ses critiques contre la CGT, accusée de se contenter de « dénoncer » « sans jamais apporter de résultats qui améliorent ici et maintenant la situation de travailleurs ». Emmanuel Macron ne pouvait rêver mieux. Ignorer et déstabiliser la CFDT, mais la retrouver comme alliée pour tenter d’écraser la CGT, le plus honni des syndicats ! Mais ce n’est pas si simple. Sur le terrain, la CGT demeure bien vivante, et les luttes minuscules peut-être aux yeux de certains que mènent ses militants avec les salariés du nettoyage, des Ehpad, du commerce, de l’hôtellerie… engrangent des victoires et contribuent surtout à refuser la fatalité.

Pour l’isolement, c’est raté aussi. L’arrivée de Pascal Pavageau à la tête de FO, après un congrès très remonté contre la ligne conciliante de la direction sortante, a changé la donne. Le 28 juin, FO est venue renforcer la CGT, SUD et les organisations de jeunesse (Unef, UNL, Fidl) pour appeler à une mobilisation nationale interprofessionnelle contre la politique sociale du gouvernement. À travers 120 initiatives partout en France, des milliers de militants ont montré qu’ils n’étaient pas vaincus et ont pris date pour la rentrée. Le 2 juillet – fait rare –, le bureau confédéral de FO recevait celui de la CGT « pour se connaître et échanger », selon le secrétaire général de FO.

Emmanuel Macron n’a pas encore réalisé son rêve : écraser les syndicats – voire l’ensemble des contre-pouvoirs – pour régner seul en souverain face au « peuple ». Mais il joue en tout cas un jeu dangereux pour la démocratie. Au sein du salariat, colères et rancœurs s’accumulent contre la politique du président des très riches et son mépris de classe affiché en toutes circonstances. « En tentant de décrédibiliser les organisations syndicales (…) on prend le risque de voir émerger d’autres formes d’action », alerte Pascal Pavageau (l’« HD » du 21 juin). Sébastien Menesplier, secrétaire général de la CGT énergie, ne dit pas autre chose : « La colère est telle que nous pouvons être très vite dépassés » (l’« HD » du 28 juin). Actions radicales et désespérées, abstention massive ou vote d’extrême droite ? Quelle victoire, vraiment !

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2018 5 27 /07 /juillet /2018 05:32

 

Océana est une organisation internationale de défense se consacrant exclusivement à la conservation des océans. Ella a à son actif plus de 200 victoires mettant fin à la surpêche, à la destruction des habitats marins et lutte contre l’extermination d’espèces menaces comme les tortues et les requins. Le 12 juillet, Oceana a publié un rapport « dévoilant 41 cas de pêche illicite, non déclare et non réglementée en Méditerranée ».

Selon Lasse Gustavsson, directeur exécutif d’Oceana pour l’Europe, « La Méditerranée est la mer la plus surexploitée d’Europe avec plus de 90% des stocks sur-pêchés. En ne prenant pas de mesures, les gouvernements mettent en péril l’avenir de la pêche en Méditerranée et l’avenir de 300.000 pêcheurs et leurs familles qui dépendent de la pêche pour leur alimentation et leurs revenus ».

Océana dit avoir « identifié plus de 20 chaluts de fond italiens présumés avoir pêché pendant plus de 10.000 heures dans une zone fermée destinée à protége  les jeunes merlus dans le détroit de Sicile, où les stocks sont gravement sur-pêchés ». Selon Oceana, « la situation est sûrement plus préoccupante encore puisque des sources officielles ont confirmé des activités de pêche par des navires battant pavillon d’autres Etats (par exemple la Tunisie) qui n’utilisent pas le Système d’identification automatique (SIA) et qui n’ont donc pas été détectés par l’étude d’Oceana».

Oceana assure aussi avoir « détecté d’éventuelles intrusions illégales de navires étrangers dans les eaux relevant de la juridiction nationale de sept pays méditerranéens ». Mais « il est impossible de vérifier la légalité de ces activités de pêche car la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) ne publie pas d’information sur les accords de pêches bilatéraux, contrairement à d’autre organismes de pêche dans le monde ». Selon Oceana, « ce manque de transparence ne permet pas de déterminer si, par exemple, les trois navires battant pavillon de l’Union européenne qui ont vraisemblablement pêché dans les eaux relevant de la juridiction de la Lybie pendant 900 heures et de la Tunisie pendant 1.500 heures pêchaient légalement ou non».

LE RENFORCEMENT DES CONTRÔLES PEUT-IL SUFFIRE

Selon Oceana, «la pêche illicite, non déclarée et non réglementée met en danger les efforts des membres de la mer en danger les efforts des membres de la CGPM pour inverser cette situation». Il reste à savoir si un renforcement des contrôles peut suffire à mettre fi au pillage de la Méditerranée comme à celui de nombreuses zones de pêche dans le monde. Dit autrement, n’est-il pas illusoire de se contenter de fixer des quotas de prises annuelles comme c’est le cas dans les pays membres de l’Union européenne quand la consommation par individu demeure illimitée et quand la restauration privée et collective tout comme les ménages peuvent mettre du poisson sauvage au menu tous les jours ? Ne faudra-t-il pas un jour avoir recours aux tickets de rationnement qui durèrent après la seconde guerre mondiale, quand il fallait permettre aux pauvres d’avoir accès à l’alimentation, sans que le pouvoir de riches ne mette la viande hors de leur portée?

La question peur paraître provocatrice et incongrue. Mais il faudra bien se la poser avant qu’il ne soit trop tard dans notre système capitaliste libéral qui, par son fonctionnement, prépare l’effondrement des sociétés.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011