Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 07:53
Carton d'affluence pour Fabien Roussel au JT de 13h de TF1 le samedi 22 janvier
Carton d'affluence pour Fabien Roussel au JT de 13h de TF1 le samedi 22 janvier
Carton d'affluence pour Fabien Roussel au JT de 13h de TF1 le samedi 22 janvier
Après le record d'audimat du JT de France 2 à 20h en décembre, c'est la deuxième fois qu’on peut faire des records d’audience en parlant d’ouvriers, de capital, de travail, de salaires….
Bref, pas si mal pour un Dimanche et surtout: Fabien Roussel a été excellent sur le fond.
 
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 07:00
Suite aux violences à Brest Pontanezen  Les communistes brestois et métropolitains et les élu.e.s du PCF apportent leurs soutiens aux personnels de Bibus, aux fonctionnaires de police et aux pompiers ainsi qu'à un élu menacé de mort,  après l'agression et les violences à Pontanezen.
Suite aux violences à Brest Pontanezen
 
Les communistes brestois et métropolitains et les élu.e.s du PCF apportent leurs soutiens aux personnels de Bibus, aux fonctionnaires de police et aux pompiers ainsi qu'à Yohann Nedelec, élu menacé de mort,  après l'agression et les violences à Pontanezen.
 
Le gouvernement doit répondre dans l'urgence aux besoins en personnel du commissariat  ainsi que dans la justice abandonnée par les ministres successifs.
 
Pour les communistes il est inacceptable que les habitantes et habitants des quartiers populaires ne puissent vivre en sécurité.  La tranquillité publique est un droit fondamental comme celui de bien se nourrir, de bien se loger.
 
Les communistes brestois soutiennent la proposition de Fabien  Roussel de recruter de 30 000 policiers de proximité. pour retisser un lien de confiance avec les habitants, avec la jeunesse. Une réorganisation des missions est indispensable afin de ne plus détourner les agents de leurs missions essentielles de gardiens de la tranquillité publique et de la sécurité des citoyens, tout comme la dotation en matériels permettant l’accomplissement de ces missions. La protection des policiers et des gendarmes est une nécessité, et les auteurs d’actes visant des fonctionnaires de nos forces de sécurité, comme pour toutes les personnes dépositaires d’une charge publique, doivent être sanctionnés pénalement. Un effort particulier s’impose au profit de la formation, initiale (qui est trop réduite) et continue (en renforçant l’offre et en élargissant le nombre de bénéficiaires).
 
La lutte contre tous les trafics implique enfin un contrôle plus strict et plus sévères des frontières et des flux financiers en impliquant les services douaniers, Tracfin et les banques. Nous proposons de revenir sur les 10 000 postes supprimés par le gouvernement ces 4 dernières années dans les services fiscaux et aux douanes et d’en créer 10 000 supplémentaires à Bercy et au ministère de la justice pour augmenter ces contrôles et poursuivre les délinquants en cols blancs.
 
Pour les communistes il y a plus que jamais besoin de politique de solidarité, de justice sociale, d’insertion sociale et professionnelle, de logements dignes, d’éducation populaire et de culture, de santé, de transports, de loisirs...C’est sur un terreau de disparition des services publics que se développent les trafics et la loi des bandes, le développement d’une économie parallèle, des trafics de stupéfiants et aussi du crime.
 
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 06:46
Mesures iniques contre Salah Hamouri - Pierre Barbancey, L'Humanité, 21 janvier 2022
Israël. Mesures iniques contre Salah Hamouri
Vendredi 21 Janvier 2022

Après le retrait de sa carte de résident, les autorités israéliennes suppriment son assurance-maladie.

 

Tout entière au service du pouvoir, la justice israélienne poursuit son acharnement contre l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri. Alors qu’il a fait appel de la décision visant à lui retirer sa carte de résident permanent de Jérusalem (un document institué dès l’occupation de la partie orientale de la ville en 1967), les autorités israéliennes viennent d’ajouter une mesure des plus iniques : elles ont purement et simplement annulé son assurance-maladie, obligatoire dès l’âge de 18 ans. Autrement dit, alors que la pandémie de Covid fait rage, Salah Hamouri se voit dénier le droit à la santé et, d’une certaine manière, à la vie.

L’Humanité a demandé au ministère français des Affaires étrangères comment il comptait agir. Le porte-parole a répondu en substance : « La France entretient un dialogue approfondi avec les autorités israéliennes s’agissant de la situation de notre compatriote M. Salah Hamouri, qui fait l’objet d’un suivi attentif, de longue date et à haut niveau. Les services du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères à Paris, ainsi que le consulat général de France à Jérusalem et l’ambassade de France en Israël, sont pleinement mobilis és pour qu’il puisse mener une vie normale à Jérusalem, où il est né et où il réside, et que son épouse et ses enfants obtiennent le droit de s’y rendre pour le retrouver. » Et d’ajouter que le gouvernement reste mobilisé « pour qu’il puisse bénéficier de l’ensemble des voies de recours à sa disposition et que les droits de la défense soient respectés ».

Le problème, que la France ne veut visiblement pas prendre en compte, est que ces décisions israéliennes sont tout simplement nulles au regard du droit puisque l’occupation de Jérusalem-Est n’est pas reconnue par Paris et contrevient à toutes les résolutions de l’ONU.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 06:42
Carburants. Roussel veut taxer les dividendes de Total et consorts - L'Humanité, 21 janvier 2022
Carburants. Roussel veut taxer les dividendes de Total et consorts - L'Humanité, 21 janvier 2022
Carburants. Roussel veut taxer les dividendes de Total et consorts
Vendredi 21 Janvier 2022 - L'Humanité

Depuis le péage de Saint-Arnoult, sur l’A10, le candidat du PCF a proposé de « s’attaquer » au profit des compagnies pétrolières pour financer la baisse à 5,5 % de la TVA sur le carburant.

 

Gilet jaune sur le dos – sécurité oblige – et écharpe de député en bandoulière, le candidat communiste à la présidentielle s’est rendu, jeudi, au péage de Saint-Arnoult, sur l’autoroute A10, avec un message : « Stop à la vie chère !  »  « Les automobilistes sont de véritables vaches à lait et sont saignés tous les jours, à chaque fois qu’ils paient leur plein d’essence. Nous voulons défendre le pouvoir d’achat et, pour cela, nous attaquer aux dividendes des compagnies pétrolières », explique Fabien Roussel entre deux tracts tendus aux conducteurs.

Une action symbolique, destinée à braquer les projecteurs sur des propositions que le gouvernement s’obstine, pour l’heure, à écarter. Face à la flambée des prix, le député du Nord plaide ainsi pour une baisse des taxes. Outre une « taxe flottante sur l’essence pour baisser de 50 centimes le prix au litre », la TVA pourrait être ramenée à « 5,5 % sur les carburants », juge-t-il. « 5 euros de moins pour un plein de 50 litres, c’est 5 milliards d’euros » de perte pour l’État, a objecté, mercredi, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. « Mais, quand les prix de l’essence grimpent, ce sont les frigos des Français qui se vident. Baisser le prix de l’essence, c’est sauver l’alimentation de toutes les classes populaires », réplique le candidat du PCF. Surtout, ce n’est pas sur le budget de l’État mais via un prélèvement lié aux dividendes distribués par les compagnies pétrolières à leurs actionnaires qu’il propose de financer la mesure : « 16 milliards d’euros de dividendes ont été versés en deux ans rien que par Total  ! » martèle-t-il.

« Mais nous savons que cela ne suffira pas : l’enjeu est aussi de consommer moins », estimait à l’automne Fabien Roussel, alors que les prix de l’énergie s’envolaient déjà. En la matière, le communiste défend « un plan de développement des transports en commun ». « Dans les 45 métropoles de notre pays, l’État doit prendre à sa charge leur gratuité, en priorité pour les moins de 25 ans et les salariés. Dans les autres territoires, je propose que les 50 % du ticket de TER des salariés non remboursés par l’employeur le soient par l’État », indique le candidat. Quelques heures avant de se rendre sur le péage yvelinois, il a d’ailleurs visité la gare routière de Briis-sous-Forges (Essonne), en compagnie du maire Emmanuel Dassa, où un « dispositif unique favorise l’usage du bus sur l’autoroute jusqu’à la gare RER de Massy ». Une alternative au tout-voiture en zone périurbaine déjà en actes.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 06:36
Présidentielle 2022. À Grigny, Fabien Roussel s’adresse aux « invisibles du périphérique » et se prononce pour la régularisation des sans-papiers (Naïm Sakhi, L'Humanité, 24 janvier 2022)
Présidentielle 2022. À Grigny, Fabien Roussel s’adresse aux « invisibles du périphérique »
Lundi 24 Janvier 2022 - L'Humanité

En déplacement dans l'Essonne, jeudi, le communiste a conclu une journée marathon par une rencontre avec les habitants et associations de Grigny. En compagnie du maire PCF de la commune, Philippe Rio, il s’est engagé à faire adopter une loi de « rattrapage » pour les banlieues.

 

« Philippe, on a déjà décidé de faire une manifestation à la CAF d’Évry pour réclamer les moyens nécessaires au respect des habitants ! », glisse Fabien Roussel, à Philippe Rio, le maire PCF de Grigny (Essonne) lorsque que celui-ci le rejoint lors d'une rencontre avec les habitants de sa ville. Après la province, à l’occasion des Rencontres des jours heureux, le candidat communiste à l’Élysée s’attelle depuis début janvier à parcourir l’Ile-de-France. Jeudi 20 janvier, le député était dans l’Essonne, un département en partie enclavé où se mêlent urbanisation et zone agricole. La journée s’est terminée dans « la ville la plus pauvre de France, mais où nous avons le meilleur maire du monde », assume fièrement, une habitante venue écouter le discours du prétendant communiste, en référence à la récompense décernée par la City Mayors Foundation au maire de la commune, Philippe Rio.

Icon Quote Les premiers de corvées, ils habitent ici. Ils y élèvent leur enfant. Pourtant, moins de deux ans après le début de la crise, on a l’impression que tout le monde a oublié cette réalité. Philippe Rio

Les habitants témoignent tous du délaissement

À Grigny, 45 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. C’est à ces « invisibles du périphérique » que Fabien Roussel souhaite « redonner espoir ». « À Saint-Amand-les-Eaux, comme à Grigny, il existe le même sentiment d’abandon », estime le candidat. Député du Nord, il connaît néanmoins la vie en banlieue, après une adolescence passée à Champigny-sur-Marne. Dans la salle municipale jouxtant, une friche commerciale, où se déroule la rencontre, les habitants témoignent tous de ce délaissement. « Quand on a une maladie chronique, c’est très difficile de trouver un spécialiste, ils sont déjà tous complets », raconte l’un. « Le commissariat est toujours fermé. On subit des choses invivables mais ils ne viennent pas. On veut simplement vivre comme avant », enchaîne un autre. « Toutes ces questions touchent au service public, souligne Fabien Roussel, heureusement des maires mènent le combat, mais ils n’ont pas de planche à billets, ils doivent être aidés par l’État ». « Moi président de la République, il y aura une loi de programmation pour les 200 villes de France signataires de l’appel de Grigny », s’est d’ailleurs engagé le candidat, un peu plus tard dans la soirée, devant 450 participants.

Icon QuoteMoi président de la République, il y aura une loi de programmation pour les 200 villes de France signataires de l’appel de Grigny. Fabien Roussel

« Les premiers de corvées, ils habitent ici. Ils y élèvent leur enfant. Pourtant, moins de deux ans après le début de la crise, on a l’impression que tout le monde a oublié cette réalité », tacle Philippe Rio. Et de déplorer  l’attitude de ces « candidats qui jouent à un concours Lépine de celui qui nous piétine le mieux. Comme si chaque jour, on remettait en cause l’appartenance de la banlieue à la nation ». Dans l’assistance, un retraité voudrait bien en découdre avec ceux-là : « je suis prêt à vous accompagner pour affronter Éric Zemmour », dit-il. Relayant une lutte de travailleurs étrangers en situation irrégulière à DPD France, filiale de La Poste, une syndicaliste demande : « Toi président que fais-tu pour les sans papiers ? » « Je les régularise une bonne fois pour toutes ! », répond du tac au tac Fabien Roussel. « Si à Grigny l’usine Bergams a fermé, ce n’est pas la faute des migrants, mais de son propriétaire Bruno Caron, parmi les 500 grosses fortunes de France mais qui en veut toujours plus », poursuit le député.

Le social, l'emploi, les salaires... une priorité

Délaissée depuis plusieurs décennies, cette commune populaire de 28 000 habitants a vu les associations pallier les défaillances de l’État. Elle en compte plus de 560. « Avec le Covid, la situation empire. Ça fait 10 jours que le site de demande de RSA est bloqué ! Les gens sont dans une précarité administrative. Je passe des journées aux téléphones avec les administrations sans résultats », témoigne une bénévole. « Elles doivent embaucher ! On peut quand même recruter en urgence des jeunes qui n’attendent que ça pour 6 mois pour suppléer aux absences Covid », fustige le candidat communiste qui assure, lors de son discours, « tout faire pour mettre la question sociale, et donc des salaires et de l’emploi, à l’ordre du jour du débat politique ». Et de rappeler « qu’une fois à l’Élysée, (s) a première mesure sera d’augmenter le SMIC à 1 800 euros brut, les pensions de 200 euros et de rétablir la demi-part fiscale pour les veufs ! ».

Plus tôt dans la journée, au cours de son périple du sud francilien, Fabien Roussel s’est rendu au péage de Saint-Arnoult pour réclamer la baisse du prix de l’essence via la taxation des profits des compagnies pétrolières, avant de visiter une ferme municipale à Pussay, tenue par un jeune couple qui vend exclusivement ses produits à travers une AMAP, hors des fluctuations des prix de Rungis. Pour le candidat, la campagne s’accélère. Les 500 promesses de parrainages en poches, il est donné, par un sondage Opinionway, paru vendredi, à 3 % des intentions de voix, devant Anne Hidalgo (PS) et proche de Yannick Jadot (5 %). « Les choses peuvent bouger », insiste Amadou Deme, responsable de la fédération PCF qui a prévu un week-end d’actions les 28, 29 et 30 janvier. Une force militante de terrain sur laquelle mise beaucoup le candidat.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 08:59

 

Si le vote populaire pour l’extrême droite progresse depuis les années 1980, les attentes qui s’expriment, notamment envers les sujets économiques et sociaux, sont toujours très marquées à gauche.

Les classes populaires se seraient droitisées ? Si la progression du Rassemblement national dans l’électorat de ces catégories est réelle, elle est à relativiser du fait d’une très forte abstention et n’est pas représentative de leurs véritables préoccupations. Selon une enquête réalisée au printemps 2021 par l’Ifop pour « l’Humanité Dimanche », plus que la lutte contre l’immigration, ce sont des mesures sociales qui sont attendues.

Parmi les classes populaires, ils sont 91 % à demander un grand plan pour les services publics, 86 % à vouloir l’augmentation du Smic, 82 % à être favorables à la taxation des dividendes… Des mesures que seule la gauche met réellement sur la table. Même s’il lui reste à convaincre. « Il y a sans doute eu une perte de confiance à l’égard de la gauche, le quinquennat Hollande y est pour beaucoup, analyse le sociologue Ugo Palheta. La gauche doit pouvoir porter un discours clair, avec des propositions ambitieuses, de rupture, pour regagner cette confiance. C’est aussi comme cela qu’elle pourra combattre la montée de l’extrême droite. »

Celle-ci a en effet su adapter son discours au regard des réelles aspirations des classes populaires, sans pour autant bouleverser le fond d’un programme conservateur et libéral, que Marine Le Pen met d’ailleurs davantage en avant qu’en 2017. D’après une autre étude, réalisée par OpinionWay en septembre 2021, pour les ouvriers, les employés, le « pouvoir d’achat » (52 %) et la « protection sociale » (42 %) arrivent en tête des « enjeux qui compteront le plus au moment de voter pour l’élection présidentielle », devant la sécurité et l’immigration.

Selon l’Ifop, en janvier 2020, le changement prioritaire à apporter, d’après les ouvriers et les employés, concerne « les écarts de revenus et de richesses ». « Marine Le Pen a su faire croire qu’elle avait la réponse à ces questions, alors même que les plus précaires seraient les premières victimes de sa politique », observe la philosophe Juliette Grange, auteure du livre « les Néoconservateurs » (Pocket, 2017).

Reste que cette imposture sociale de l’extrême droite est loin de séduire la majorité des classes populaires : « Le vote des ouvriers et employés en faveur de Marine Le Pen et Éric Zemmour est encore annoncé élevé pour la présidentielle mais la colère, la défiance, le sentiment d’abandon qui s’expriment politiquement dans ces catégories se traduisent pour l’heure davantage par un retrait des urnes », relate le politologue Florent Gougou. Une abstention qui, là encore, pourrait être combattue par un projet émancipateur, s’il parvient à être convaincant.

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 08:55

 

Le mois dernier, le ministère de l’Agriculture publiait une note chiffrée faisant état d’une forte réduction du nombre d’exploitations agricole en France entre 2010 et 2020. Le 10 janvier, une autre note, émanant de la Mutualité Sociale Agricole, montrait que l’accès à une superficie suffisante devient de plus en plus difficile pour les jeunes porteurs de projets.

Nous avons récemment fait état d’une note du ministère de l’Agriculture publiée en décembre et révélant la France ne comptait plus que 389.000 exploitations agricoles en 2020, soit 100 000 de moins  qu’en 2010. Cette étude d’Agreste indiquait également que la superficie moyenne des exploitations agricoles en France était de 69 hectares en 2020, contre 55 hectares en 2010. Elle était de 42 hectares en l’an 2.000, tandis que notre pays comptait encore 620.000 exploitations.

Le 10 janvier dernier, la Mutualité Sociale Agricole (MSA) a publié une étude chiffrée sur l’installation des jeunes en agriculture. On y découvre qu’en 2020, « l’effectif des jeunes chefs d’exploitation installés à 40 ans et moins - ceux qui sont éligibles au dispositif d’aides à l’installation- s’établit  à 8.838 personnes, en baisse de 3,5%. Ces jeunes installés représentent 70,7% des nouveaux installés. Les installations tardives ne résultant pas d’un transfert entre époux (3.080 personnes) sont en baisse plus marquée (-12%)   et représentent désormais  24,6% des installations  réalisées (contre26,1% en 2019). Les installations tardives résultant d’un transfert entre époux (590 personnes) sont, quant à elles, en net recul (-21,3%). Ce type d’installation ne représente toutefois que 4,7% des installés ».

Des retraites revalorisées par la « Loi Chassaigne»

Ce « transfert entre époux » mérite un éclairage. Durant de longues décennies, l’unique chef d’exploitation était le mari dans un couple de paysans, son épouse ayant été seulement le titre « ménagère », puis de « conjoint collaborateur », suite à une modification législative. Du coup, quand un mari un peu plus âgé que son épouse faisait valoir ses droits à la retraite, cette dernière devenait à son tour cheffe d’exploitation, son mari continuant de travailler bénévolement à ses côtés tout en percevant sa pension. Quand l’épouse faisait valoir ses droits à la retraite, les quelques années passées comme cheffe d’exploitation apportaient une petite augmentation à sa pension. Obtenu par un combat acharné du député communiste André Chassaigne, le vote des deux textes de loi revalorisation les retraites des chefs d’exploitation, puis celles des conjoints collaborateurs et autres aides familiaux, a permis une augmentation mensuelle de plus de 100€ des pensions nettes des chefs d’exploitation depuis décembre 2021. Celles des conjoints collaborateurs et des aides familiaux ont connu une moindre revalorisation en janvier, des amendements votés par la majorité présidentielle ayant réduit la portée du texte de loi.

Seulement 34 hectares de superficie pour les nouveaux installés

Mais revenons à l’installation des jeunes en ce XXIème siècle. La statistique de la MSA nous dit que « chez les jeunes installés la superficie moyenne a crû régulièrement jusqu’en 2008, avant de se stabiliser entre 33 et 34 hectares de 2009 à 2012. A partir de 2012, elle avait retrouvé une progression pour s’établir à 37,1 hectares en 2017. Depuis elle repart à la baisse. Ainsi, en 2020, la superficie moyenne du jeune installé diminue pour atteindre 34,1 hectares contre 35 hectares en 2019. En 2020, la moitié des jeunes installés agricoles exploite une superficie inférieure ou égale à 20 hectares et un quart exploite plus de 52 hectares ».

La MSA ne livre aucune analyse sur les causes de la baisse des superficies qu’obtiennent les jeunes au moment de leur installation. Mais on peut penser que les pressions exercées par les distributeurs pour obtenir des prix bas suite au vote de la Loi de Modernisation Economique (LME) en 2008 et son application dès 2009 n’a pas été favorable aux nouvelles installations. Car les paysans déjà installés ont cherché à agrandir leur exploitation pour tenter de s’en sortir en produisant davantage. On peut aussi penser que la petite embellie constatée entre 2012 et 2017 est imputable, pour une part, à l’augmentation de l’aide européenne attribuée aux 52 premiers hectares de chaque exploitation. Cette décision fut prise en 2014 par Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture durant le quinquennat de François Hollande.

Légiférer sur le foncier pour renouveler les générations

La situation s’est à nouveau dégradée depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée tandis que le ministère de l’agriculture a changé de titulaire à quatre reprises durant les trois premières années du quinquennat de l’actuel président. L’étude de la MSA indique encore qu’en 2020 «parmi les installés de 40 ans et moins, le taux de pluriactivité masculin augmente légèrement pour atteindre 35,9% contre  35,2% en 2019 et celui des femmes également à 31,8% contre 31,5% en 2019 ». On imagine facilement que cette double activité est contrainte, faute de disposer  d’une superficie suffisante pour tirer un revenu décent dans les années qui suivent l’installation. Avec 25% des exploitants âgés de 60 ans et plus, on peut raisonnablement penser que suite à l’amélioration des pensions de retraite rendue possible par la loi Chassaigne, de nouvelles terres vont se libérer. Mais, là encore, le moment est sans doute venu de légiférer en faveur d’une attribution du foncier favorisant l’installation des jeunes plutôt que l’agrandissement continuel des exploitations.

Entre des fermes et des firmes, il faudra choisir !   

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 06:45
Le Télégramme, dimanche 23 janvier 2022 - Union sacrée pour la réouverture de la ligne Morlaix-Roscoff

Le Télégramme, dimanche 23 janvier 2022 - Union sacrée pour la réouverture de la ligne Morlaix-Roscoff

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 18:08
Mattéo, 17 ans et demi - Pourquoi j'adhère au PCF et au MJCF, pourquoi je soutiens Fabien Roussel

Mattéo Gestin est lycéen, en terminale, à Landerneau, passionné de sciences politiques, de littérature, et il habite Brennilis.

Après un parcours intellectuel et personnel qui l'a fait rencontrer notamment la lecture de Marx, les propositions du PCF et de Fabien Roussel, il vient d'adhérer cette semaine au PCF et au MJCF 29 et entend s'engager dans la campagne de Fabien Roussel et son comité de soutien finistérien.

Il nous explique pourquoi:

"Le libéralisme économique est un fléau. Les crises d’intérêts nationaux se multiplient, comme les affrontements directs ou indirects, la crise de politique onusienne et d’une gouvernance mondiale sévissent aussi, le monde capitaliste est voué à l’échec, seules les puissances capables d’écraser les autres survivront, un combat s’annonce, celui du monde du capital.

Dans ce contexte, il faut combattre l'extrême-droite qui puise son pouvoir dans la haine et la peur de l’autre, affronter ceux qui voient en l’être humain un inférieur, ceux qui rêvent d'une société patriarcale ou xénophobe. Pour moi, l’égalité est la valeur première de l’humanité, pas celle des politiques au pouvoir qui s'abritent derrière l'illusion de l'union nationale. Le politique de droite est notre adversaire, le faux patriotisme est leur arme, comme la valeur travail, ou celle de l'argent et de la réussite individuelle.

Pourtant, Autrui est source d’ouverture, penser à l’autre et non penser par l’autre, faire preuve d’indépendance intellectuelle et arrêter de penser le monde comme une chimère, un monde sans unité comme nous le font entrevoir nos politiques.

J’ai écrit ce petit texte pour vous décrire ma vision générale de l’état de notre société. Il faut réformer le monde libéral, à mon échelle j’ai donc décidé d’adhérer au PCF.

Tout d’abord par rejet de la vision économique et sociale des libéraux qui comme notre président favorisent le modèle américain et anglo-saxon individualiste et inégalitaire, avec un hôpital qui devient payant ou de plus en plus privé, une augmentation de la précarité étudiante, la volonté de faire payer l’entrée de nos facs, universités… ou encore la suppression de l’ISF. Un vrai scandale quand on voit la hausse des inégalités et des très grandes fortunes!

Je veux lutter pour le changement, pour un regain de la gauche française, pour une apparition d’un communisme moderne capable de répondre aux problèmes d’aujourd’hui. Pour cela j’ai pris la décision d’adhérer au PCF, et à la jeunesse communiste pour lutter contre la précarité étudiante…

Je veux combattre la xénophobie, l’homophobie, le sexisme, et c'est pour cela que je donne ma voix au PCF et à Fabien Roussel.

Après de nombreuses lectures de son programme, il est le candidat qui se rapproche le plus de mes convictions et choix politiques.

Pour ne citer que ça, je prends l’exemple de la police de proximité, par la suppression de la BAC et la mise en place d’une police locale dans les quartiers dits populaires. On pourrait aussi parler de l’écologie qui regroupe de plus en plus la jeune génération, Fabien Roussel a eu le choix intelligent : tout en permettant à la France de garder sa production électrique, il a pour projet de produire 50 % de l’énergie française avec le nucléaire et 50 % avec l’énergie verte. Sans mentir à la population sur l’importance du nucléaire française, il nous permet un regain de l’hydroélectrique tout en permettant à la population de garder un confort de vie grâce à l’électricité alors impossible sans le nucléaire. Nous pourrions aussi citer son envie de prélever les bénéfices des multinationales à la source, cela permettrait tout comme certains impôts déjà mis en place de mettre fin à la fraude fiscale représentant pour notre candidat près de 80 millions d’euros par an.

Le PCF a de l’avenir, surtout dans une société où beaucoup de gens n'arrivent plus à y vivre et se sentent plus d'y vivre. C’est pour cela que j’ai décidé d’adhérer au parti".

Quelle ironie que la place de l’homme quand le bénéfice est maître. Et la démocratie dans la république capitaliste, quelle blague ! 

Il suffirait d’une voix, puis d’oreilles attentives pour penser le bien commun, et non le poison qu’est le libéralisme américain.

Nous ne partageons pas des frontières ni des bourses. La finance le disait si bien F. Hollande, est notre ennemie, nous partageons une planète.

Une forme plus moderne et adaptée au monde du communisme pourrait surgir et ferait entrer notre monde dans une équité et une démocratie véritable, du peuple par le peuple".

Mattéo, 17 ans et demi - Pourquoi j'adhère au PCF et au MJCF, pourquoi je soutiens Fabien Roussel
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 17:18
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Photos de Jean-Luc Le Calvez - A l'invitation de l'UDB, que nous remercions pour cette initiative unitaire de relance de la lutte nécessaire et réussie, et avec l'aide de la CGT Cheminots, et de l'APMR, un très important rassemblement s'est tenu hier, samedi 22 janvier, pendant 2 heures de 11h à 13h devant la gare de Roscoff.
 
Plus de 200 personnes étaient présentes, dont plus d'une quarantaine de camarades du PCF et du Comité des Jours Heureux du Pays de Morlaix.
De nombreuses interventions ont eu lieu - la maire de Roscoff, le maire de Taulé, le représentant de l'APMR, la CGT Cheminots, le maire de Morlaix, président de Morlaix-Communauté et du Pays de Morlaix Jean-Paul Vermot, Gaëlle Zaneguy, conseillère départementale, Olivier Le Bras conseiller régional (etc...), Christine Prigent, Christian Guyonvarch, le sénateur Jean-Luc Fichet, la députée Sandrine Le Feur, et celle de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste de Bretagne, militante PCF à Landerneau, qui a porté un propos fort et vrai, très applaudi pour la relance, de la ligne Morlaix-Roscoff:
 
Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste finistérienne:

Prise de parole train Morlaix Roscoff janvier 2022

Je vais faire court et je ne vais pas revenir sur ce qui a déjà été dit.

D’abord commencer par vous montrer deux images Ici le réseau ferroviaire en 1930 et le réseau ferroviaire en 2008. Une France de 1930 une France ferroviaire, ramifiée, un train au plus près des habitants des villes et des campagnes et aux plus près des entreprises.

Ce que nous défendons ici, c’est bien un nouvel aménagement du territoire pour demain, pour une Bretagne aménagée équitablement, Avec un train, qui dessert l’ensemble des territoires.

Nous communistes, nous portons un aménagement du territoire qui promeut l’égalité entre ville et campagne et cela passe par le maintien mais aussi le développement du rail , du ferroviaire.

Le train c’est un service public de transport de proximité qui permet notre mobilité et un moyen de transport durable. Notre mobilité de plus en plus mis à mal aujourd’hui avec un litre de gasoil qui dépasse la barre des 1 euros 60.

Pour nous la ligne Morlaix Roscoff doit rouvrir et se développer pour deux raisons.

La première c’est pour que chacun puisse se déplacer. Aujourd’hui, selon plusieurs sources, c’est 9000 véhicules jour en moyenne en basse saison sur la route Morlaix Roscoff et, sur une partie de ces 9000 conducteurs, il y en a de plus en plus qui sont attachés fébrilement au pistolet de la station essence et font attention à ne pas dépasser les 15€ pile. Vous savez, comme dans beaucoup d'endroits, parce qu'on est au 20 du mois et qu'on a plus grand chose sur le compte et au 10 mois pour certains.

Le train est un bien public que nous devons défendre et surtout développer. un train du quotidien c’est que veulent les gens.

Parce que le pouvoir d’achat, est la première préoccupation des français et les bretons ne font pas exception. Et défendre la ligne Morlaix Roscoff impactent directement le pouvoir d’achat des nord finistériens. Un calcul pour vous rendre compte de l’intérêt du TER. La ligne Landerneau Brest. c'est 50 km Aller retour environ. 5 fois par semaine et 4 semaines par moi.

En TER, l’abonnement c’est 22,50 € par mois avec trajet illimité même le week-end si on veux avec les gamins pour qui le TER est gratuit dans toute la Bretagne.

je vous dis cela parce que si on transpose cela au même 50 km en voiture, où allez on considère qu'elle coute 0,30 € du km..... ben le calcul il est vite fait ? 30 centimes *50 km * 5 jours * 4 semaines et ben ça fait 300 € par mois.... je vous fais grâce des embouteillages, de trouver une place pour se garer...

alors 22,50 € contre 300 € sur un SMIC par exemple qui a été grassement augmenté de 0,9% de la part de notre gouvernement pour arriver à 1269 € net et ben c'est presque 25% du salaire et 22,50€ ça fait 2%.

Nous les communistes, nous défendons un train du quotidien de proximité et que l’on ne dise pas de ça coûte de l’argent. Le SNCF arrive bien à trouver des milliards pour gagner 10 minutes d’TGV pour améliorer le quotidien de quelques cols blancs alors quelques millions pour des milliers d’usagers bretons. Ca devrait pouvoir se trouver,

La seconde raison est économique ; nos légumes et marchandises, aujourd'hui transportés par des centaines de camions, demain seraient transportés par des trains de FRET électrifiés et apporteraient un bilan carbone amélioré et un plus-value certaine . Pour que nous recréé ions un véritable service public de fret. Les conditions sont réunis : l'intégration du port de Roscoff au réseau transeuropéen de transport, le brexit. Roscoff devient la porte d’entrée européenne la plus proche de l’Irlande. L'Europe, la France, nous, nous voulons notre Roscoff-Rungis en se battant comme ont pu le faire les catalans qui sont cheminots, associations des usagers, syndicalistes, primeurs et qui depuis des années ont lutté et gagné une bataille qui fut âpre.

Nous avons les moyens de repenser les lignes ferroviaires du quotidien et les bretonnes le souhaitent ! En effet, dans une des réunions publique du projet de ligne Bretagne Atlantique (LNOBPL), Une majorité de personnes ayant répondue veulent des investissements sur les lignes du quotidien.

Alors nous élues et militants communistes, ici à Roscoff, à Morlaix, dans le Finistère et à la région, nous demandons l'inscription de la rénovation de la ligne au contrat de plan Etat - Région et le financement par le Réseau trans-européen de transport de la ligne. Nous défendrons comme nous l'avons toujours fait ce service public de proximité des transports de voyagerus de de marchandises en lien avec les cheminots, les associations d’usagers les syndicalistes.

 

Je vous remercie

 

Très beau rassemblement pour la ligne Morlaix-Roscoff ce 22 janvier - Discours de Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, et reportage photo de Jean-Luc Le Calvez
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011