Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2019 7 15 /12 /décembre /2019 07:29
Commerce de la mort, une industrie florissante - La France au 4ème rang - L'Humanité, Gaël de Santis, 10 décembre 2019
Défense. Le commerce de mort, une industrie florissante
Mardi, 10 Décembre, 2019 - L'Humanité

Les 100 plus grosses entreprises d’armement ont vu leur chiffre d’affaires progresser de 4,6 % en 2018. La France s’accapare 5,5 % des parts de marché.

 

Cocorico ! C’est dans un bien triste classement que la France se hisse au quatrième rang des nations : celui des ventes d’armes. Le Sipri (Stockholm International Peace Research Institute) vient de rendre son rapport annuel sur les 100 premières entreprises productrices d’armement en 2018 (1). Il apparaît que la France détient 5,5 % des parts de marché (23,2 milliards de dollars, soit 21 milliards d’euros), un chiffre en hausse de 2,4 % par rapport à l’année précédente.

Sur les 100 principaux négociants d’armes dans le monde, on compte six firmes françaises : Thalès (pour 9,5 milliards de dollars) ; Safran (3,2 milliards) ; Naval Group (2,2 milliards) ; Dassault Aviation (2,9 milliards) ; CEA (2,3 milliards) et Nexter (1,1 milliard).

Sur ce terrain, la France se situe derrière le Royaume-Uni (8,4 %) et la Russie (8,6 %). Les États-Unis, eux, se placent en première position : ses entreprises voient leur chiffre d’affaires grimper de 7,2 % en 2018 grâce à la politique de l’administration Trump. Ils s’arrogent, eux, 59 % de ces parts de marché, soit 246 milliards d’euros. En 2015, l’ONU estimait que 267 milliards de dollars annuels suffiraient à éradiquer la faim dans le monde d’ici 2030.

Le rapport montre que le marché de l’armement est en pleine expansion : il a augmenté de 4,6 % en 2018, avec un chiffre d’affaires de 420 milliards de dollars pour les seules 100 plus grosses entreprises du secteur. Cela représente plus ou moins le PIB de l’Autriche en 2017, le 27e pays le plus riche au monde.

Les entreprises d’aviation tirent leur épingle du jeu. Lockheed Martin, qui produit les F-35 américains, voit son activité armement progresser de 5,2 % ; Boeing de 5,7 %. Bien qu’avionneur civil, 29 % des ressources de cette entreprise américaine proviennent de son activité militaire. Le groupe transeuropéen Airbus a un chiffre d’affaires en matière d’armes qui grimpe de 9 % et le français Dassault, fabriquant de Rafale, augmente ses ventes d’armes de 30 %.

Les entreprises russes profitent d’une hausse des dépenses militaires domestiques. Elles bénéficient également du succès des systèmes de défense antiaériens S-400, déployés ces dernières années en Syrie ou en Turquie.

On relève par ailleurs dans ce rapport que l’augmentation des dépenses militaires d’Ankara bénéficie à son complexe militaro-industriel. Deux entreprises turques qui intègrent le top 100 mondial ont vu leur chiffre d’affaires bondir de 22 % sur l’année dernière.

(1) L’étude exclut les entreprises chinoises.
Gaël De Santis
Partager cet article
Repost0
15 décembre 2019 7 15 /12 /décembre /2019 07:21
Royaume-Uni: Boris Johnson l'emporte dans un royaume plus désuni que jamais (Thomas Lemahieu, L'Humanité, 13 décembre 2019)
Royaume-Uni. Boris Johnson l’emporte dans un royaume plus désuni que jamais
Vendredi, 13 Décembre, 2019

L’hypnose du Brexit a fonctionné à plein lors des législatives britanniques. En promettant exclusivement la sortie de l’Union européenne, les conservateurs sont parvenus à faire oublier les effets dévastateurs de leur austérité. En Angleterre, de nombreux bastions travaillistes, sur les terres où le « Leave » l’avait emporté en juin 2016, sont tombés jeudi soir, alors qu’en Écosse, les indépendantistes réussissent presque un carton plein.

 

Avec son mot d’ordre simpliste (« Get Brexit Done », « Réalisons le Brexit ») et son programme de gouvernement vide, Boris Johnson a réussi le hold-up parfait lors des élections législatives britanniques, jeudi. Les conservateurs, donnés à 45 % au niveau national - un niveau qui lui permettrait de dépasser les records de Margaret Thatcher lors de ses trois victoires entre 1979 et 1990 -, disposeront au parlement d’une majorité absolue confortable, avec 364 députés (+47, par rapport à 2017). Avec 33 % des suffrages exprimés, les travaillistes n’auront plus que 203 représentants à la chambre des Communes (- 59). Malgré neuf ans de ravages des politiques d’austérité conduites par les tories, Jeremy Corbyn, focalisé sur les urgences sociales et les services publics, n’a pas convaincu sur le Brexit, en promettant de négocier un nouvel accord avec Bruxelles pour « protéger les emplois, les droits sociaux et l’économie » avant de le soumettre, avec une option, à un nouveau référendum. « On l’a fait, on a brisé la paralysie et on a désormais la plus grosse majorité conservatrice depuis les années 1980, se félicite Boris Johnson. Le Brexit est désormais une décision irréfutable, irrévocable, non négociable du peuple britannique, c’est fini, et « monsieur Stop Brexit » (Steve Bray, un Gallois qui organise une protestation quotidienne devant Westminster, NDLR) va devoir ranger son mégaphone. » Dans sa première réaction, le leader du Labour, cible des boules puantes distribuées à jet continu par les tories et leurs relais dans les médias dominants, tabloïds et BBC confondus, tout au long de la campagne, s’est, lui, engagé à ne plus être à son poste lors des prochaines élections.

Le Labour perd bien au-delà des pires cauchemars

Alors que la gauche n’a pas réussi la percée espérée dans les circonscriptions autour de Londres - le pari de débarquer plusieurs figures emblématiques du parti conservateur, comme Iain Duncan-Smith, à Chingford, ou même Boris Johnson, à Uxbridge, n’a pas pu être tenu -, l’ampleur de la victoire des conservateurs, et de la déroute des travaillistes, est particulièrement visible sur l’une des façades de la « muraille rouge », dans le nord-est de l’Angleterre, où le vote en faveur du Brexit avait souvent dépassé les 60 % lors du référendum du 23 juin 2016. Dans la région autour de Newcastle upon Tyne, le Labour perd bien au-delà des pires cauchemars de ses militants et des rêves les plus fous des tories. Sur 26 circonscriptions (23 aux travaillistes et 3 aux conservateurs en 2017), Boris Johnson n’en avait ciblé qu’une ou deux comme objectifs prioritaires : Darlington et Bishop Auckland. Au matin du 13 décembre, alors que les derniers résultats tombent, le leader du Parti conservateur peut se targuer d’en avoir fait tomber huit ou neuf dans les ex bassins industriels, dont certains, très symboliques: Blyth Valley, Sedgefield - l’ex fief électoral de Tony Blair - et Durham Nord-Ouest, où Laura Pidcock, souvent présentée comme possible remplaçante de Jeremy Corbyn à la tête du Labour, a été battue et où le gala traditionnel des mineurs, la grande tribune des « socialistes » les plus conséquents, organisée chaque année en juillet, se déroulera désormais dans une circonscription tory.

basculement dans les milieux ouvriers

À Bishop Auckland (lire l’Humanité du 12 décembre), la candidate conservatrice, Dehenna Davison, une ex-assistante parlementaire de Jacob Rees-Mogg - un châtelain ultra-conservateur et libéral acharné qui demeure l’une des figures les plus caricaturales des tories et les plus éloignées de la classe ouvrière - a battu à plate couture, avec plus de 8000 voix d’écart, la sortante travailliste Helen Goodman. Un résultat dû largement à un basculement dans les milieux ouvriers, frappés par la fermeture des mines et la désindustrialisation en général, qui ne date pas d’hier, en vérité : le Labour est en déclin constant dans la région depuis près de deux décennies, sous les coups de boutoir des formations d’extrême droite, comme le BNP et l’Ukip, mais aussi des avanies de ses dirigeants blairistes. À Hartlepool, par exemple, un port terrassé depuis la destruction de l’exploitation du charbon et de la construction navale, et où Peter Mandelson, très proche de Tony Blair a un jour confondu avec du guacamole la purée de pois accompagnant l’iconique fish and chips britannique, les travaillistes ne gardent le siège que grâce à la concurrence entre le candidat conservateur et celui du Brexit Party de Nigel Farage.

Une dynamique centrifuge à l’œuvre

Mais ce raz-de-marée conservateur en Angleterre et au Pays de Galles ne doit pas masquer la dynamique centrifuge à l’œuvre en Irlande du Nord et en Écosse. À Belfast Nord, John Finucane, le candidat des républicains irlandais du Sinn Fein - qui, globalement, toutefois, sont en recul en pourcentage -, a pris le siège aux unionistes ultra-conservateurs du DUP : ces derniers passent de 10 députés à 8, et les partisans d’une réunification de l’Irlande (Sinn Fein et SDLP) les supplantent pour la première fois. Plus grave encore pour les tories : en Écosse, les nationalistes anti-austérité du SNP réalisent un carton plein, ou presque, avec 48 sièges sur 59 au total (contre 35 en 2017). Ils prennent la plupart des sièges des travaillistes (le Labour ne garde qu’un seul parlementaire, contre 7 jusque là), quelques-uns aux conservateurs qui passent de 13 élus à 6, et celui de Jo Swinson, la dirigeante des libéraux-démocrates. Ils interprètent ce résultat comme un mandat pour « échapper au Brexit » - largement minoritaire en Écosse en juin 2016 - et relancer un processus qui doit, selon eux, conduire à l’indépendance. « Il y a maintenant un mandat en vue d’offrir au peuple écossais le choix de son propre avenir, avance Nicola Sturgeon, la première ministre écossaise et cheffe du SNP. Boris Johnson a peut-être reçu un mandat pour faire sortir l’Angleterre de l’Union européenne. Il n’a absolument pas le mandat de faire sortir l’Écosse de l’Union européenne. »

La fin du Royaume-Uni ?

De l’autre côté de l’Atlantique, Donald Trump appelle son ami Boris Johnson à « festoyer » après cette « grande victoire » qui va permettre à la Grande-Bretagne et aux États-Unis de conclure le « l’accord de libre-échange massif de l’après-Brexit ». Si le bulldozer de Boris Johnson défonce la « muraille rouge » et tous les bastions du Labour, avant de partir démolir le système de santé public et les hôpitaux (le fameux National Health Service, NHS, sur lequel Corbyn avait concentré sa campagne) qui seront au cœur des négociations commerciales avec Trump, en l’occurrence, il est également en train de saper un royaume qui, avec ses quatre « nations » à fronts renversés, n’a jamais été aussi divisé. Le jour se lève sur un pays qui, en fait, n’existe peut-être déjà plus…

Thomas Lemahieu
Royaume-uni. « Johnson flatte une identité anglaise qui n’existe pas »
Mardi, 10 Décembre, 2019 - L'Humanité

Alors que le Brexit pourrait accélérer un processus de dislocation du Royaume-Uni, l’essayiste Alex Niven propose de défaire la domination capitaliste de Londres, qui a conduit à l’abandon et à la casse industrielle dans le nord et l’ouest de l’Angleterre.

 

Newcastle upon Tyne (Angleterre), envoyé spécial.

« A u mieux, l’Angleterre est un vague anachronisme ; au pire, c’est une fiction récente de l’ordre néolibéral qui agit sur la base de la finance, du capitalisme, de la domination, et sur le déni des espoirs et des rêves bien plus radicaux du peuple. » Dès les premières lignes de son livre, paru le mois dernier (1), Alex Niven attrape « l’identité anglaise » au collet et, accumulant les références issues de la littérature, de l’histoire, mais aussi de la pop culture ou de la vie courante, l’enseignant en lettres à l’université de Newcastle en détricote toutes les mailles, si bien qu’à la fin il n’en reste rien – ou presque, juste une fierté très évanescente quand l’équipe nationale de football remporte un match important… Un geste salutaire par ces temps où, à travers leur campagne pour « réaliser le Brexit » – leur mot d’ordre unique pour les législatives du 12 décembre –, les tories de Boris Johnson s’appuient exclusivement sur les ressorts les plus réactionnaires du nationalisme britannique et, en l’occurrence, strictement anglais.

« Personne ne sait ce que les conservateurs veulent, observe Alex Niven. Le programme de Johnson est on ne peut plus superficiel, et toute sa campagne est basée sur du négatif, sur le dénigrement de Corbyn. Mais, en mettant une frontière en mer d’Irlande dans leur projet d’accord sur le Brexit, ils confirment qu’ils n’ont plus grand-chose à faire de l’Irlande du Nord et acceptent la perspective d’une réunification de l’île avec le basculement démographique en cours en faveur des catholiques. Avec la perspective de l’indépendance de l’Écosse, à un horizon encore indéfini mais inéluctable, la dislocation du Royaume-Uni, prophétisée dès 1977 par le marxiste Tom Nairn, est programmée. Il est évident, pour moi, que, tout en prétendant les contrer, la stratégie du nouveau Parti conservateur, sur la ligne très droitière de Boris Jo hnson, tient compte de ces défections à venir et se rabat sur une identité nationaliste purement anglaise, avec un imaginaire bâti entièrement sur une ethnicisation anti-immigration, l’impérialisme, le capitalisme et le militarisme… »

Tony Blair dans les pas de Thatcher

Membre d’une génération d’intellectuels socialistes radicaux qui, émergeant au début des années 2010, nourrissent désormais les bases idéologiques du corbynisme, Alex Niven récuse « tout sens positif » à la notion d’ « anglitude ». Dans son essai, il décrypte la retraite du New Labour de Tony Blair sur la « petite Angleterre », qui n’a fait que perpétuer le programme de Thatcher, avec l’enrichissement de la capitale britannique et du Sud-Ouest, au détriment des régions du Nord et de l’Ouest, frappées par la désindustrialisation et l’absence d’investissements. « Cela a produit une forme d’a-société, avec des gens toujours plus séparés et plus atomisés, privés d’espoir et condamnés à la précarité sous toutes ses formes », accuse-t-il.

Plutôt convaincu par les arguments des indépendantistes écossais – « Leur nationalisme est tellement meilleur que l’anglais, c’est un petit pays, plus progressiste et ouvert », glisse-t-il –, l’essayiste n’en redoute pas moins une certaine forme d’ « étroitesse d’esprit ». Afin que le délitement prévisible du Royaume-Uni survienne « sur des bases anticapitalistes et non pas nationalistes », il propose de relancer un processus de dévolution des pouvoirs aux régions, et pas seulement le pays de Galles, l’Écosse ou l’Irlande du Nord. « En dehors de Londres, où la culture bourgeoise de l’establishment domine, avance Niven, de très nombreuses villes, comme Liverpool, Cardiff, Newcastle, Glasgow, Belfast et d’autres partagent un trait important en termes d’identité, elles sont toutes marquées par les cultures ouvrières et populaires. On peut tout à fait envisager des alliances entre ces villes et ces régions, plutôt que de rester sous la domination médiévale de Londres. » L’essayiste invite à repenser les îles comme l’archipel qu’elles sont en réalité. Et à en faire éclater les centres de gravité sur tout le territoire… Par une spéculation féconde, Alex Niven imagine que Carlisle, petite ville du Nord-Ouest – « la plus éloignée possible de Londres », provoque-t-il –, pourrait devenir un « carrefour », avec des services publics performants, facilement accessibles depuis toutes les métropoles britanniques.

Alors que, dans le nord-est de l’Angleterre, la rage est grande contre les gouvernements britanniques depuis les décennies de casse industrielle de la fin du siècle dernier et que Johnson, avec son nationalisme étriqué et le relais actif de médias dominants, à son service, paraît en mesure d’en capter une partie, Alex Niven paraphrase Tony Benn, grande figure de la gauche du Parti travailliste : « Le changement politique a besoin de deux flammes, la colère et l’espoir. » À 35 ans, l’intellectuel n’a pas de réponse définitive à la « question à un million ». « Tout a été laminé ici, et c’est une partie de la culture, voire de l’instinct tribal, je dirais même, qui a été saccagée avec les fermetures de mines ou d’usines, les attaques contre les syndicats. Les tabloïds ont pris la place et le fossé à combler est énorme… Cela ne peut passer que par des changements économiques importants qu’évidemment Johnson ne fera jamais, alors que Corbyn y met, précisément, les moyens. Des emplois, des services publics, de la démocratie, autre chose qu’une identité nationale fantasmatique : l’espoir peut venir de là… » 

(1) New Model Island. How to Build a Radical Culture Beyond the Idea of England, éditions Repeater Books, 2019.
Thomas Lemahieu
... Et en Irlande du Nord (le blog Perspective Communiste de Nicolas Maury)
 

Vendredi 13 Décembre 2019

Les grands partis opposés que sont le DUP (Parti unioniste démocrate) et le Sinn Féin ont remporté les élections générales en Irlande du Nord, malgré un soutien populaire en forte baisse - article et traduction Nico Maury

Le Parti unioniste démocrate (DUP) est arrivé en tête des élections avec 30,6% des suffrages (-5,4) et remporte 8 circonscriptions (-2). Le leader du DUP à Westminster, Nigel Dodds, a perdu son siège (Belfast North) au profit du Sinn Féin.

Pour le Sinn Féin les résultats restent décevant, malgré 22,8% des voix, le parti républicain irlandais perd 6,7 points par rapport à 2017. Il perd très largement la circonscription de Foyle au profit du Parti social-démocrate et travailliste (SDLP), mais remporte la circonscription de Belfast Nord sur le DUP avec 47,1% des suffrages (contre 43,1 au leader du DUP à Westminster). Le Sinn Féin conserve ainsi ses 7 sièges.

Le Parti social-démocrate et travailliste (SDLP) fait son retour à Westminster avec deux circonscriptions de gagnées : Foyle (57%) et Belfast Sud (57,2%). Au niveau national, le SDLP remporte 14,9% des voix (+3,1).

Les libéraux de l'Alliance (APNI) avec 16,8% (+8,8) sont les grands gagnants de ces élections. malgré cela ils ne parviennent pas à remporter de siège autre que celui de North Down (45,2%).

Les conservateurs de l'UUP remportent 11,7% des voix (+1,4) mais n'auront aucun siège.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 07:51
Invitation à tous nos soutiens: Morlaix Ensemble inaugure son local de campagne 6 place des Otages le samedi 14 décembre à 11h
Invitation à tous nos soutiens: Morlaix Ensemble inaugure son local de campagne 6 place des Otages le samedi 14 décembre à 11h
L’équipe de la liste de gauche « Morlaix Ensemble » conduite par Jean-Paul Vermot et constituée et soutenue par des citoyens engagés, Génération.s., le PCF, le PS, est désormais dans ses murs, au 5 place des otages.
 
Nous vous invitons si vous voulez d'une alternative de gauche à la majorité municipale actuelle à assister à son inauguration: à 11h, samedi 14 décembre.
 
Mot d'inauguration suivi d'un apéritif convivial
 
En espérant avoir le plaisir de vous accueillir nombreux samedi prochain, et au nom de l’équipe « Morlaix Ensemble »,
 

Morlaix Ensemble, Une ville solidaire, écologique, active: demandez le programme! - Investissez-vous dans la campagne, soutenez notre liste!

Le calendrier de campagne prévisionnel de notre liste "Morlaix Ensemble"
 
- Kerfraval – Penlan – samedi 21 décembre – 10h à 12h00

- Centre ville – samedi 4 janvier périmètre bureau de vote n°1 le matin (côté venelles Tregor)/ bureau de vote n°2 l'après-midi (côté port)
 
- Réunion Publique Forum "La Santé et les Solidarités" à Morlaix - jeudi 9 janvier, 18h30, auberge de jeunesse 

- La Boissière – samedi 18 janvier, de 10h à 12h00

- La Madeleine - samedi 18 janvier, l'après-midi à partir de 14h
 
- Réunion Publique Forum "La place des habitants dans la gestion de la ville, la démocratie participative" - jeudi 23 janvier, 18h30  

- Ploujean – le samedi 1er février toute la matinée

- Troudousten/ Coatserho : le samedi 1er février après-midi
 
- Réunion publique forum "Mieux vivre en ville", jeudi 6 février, 18h30
 
- Réunion publique forum "L'atout de la jeunesse à Morlaix", jeudi 13 février, 18h30  

- St Augustin/Gare : le samedi 15 février de 10h à 12h30

- quartier de la route de Callac : le samedi 15 février l'après-midi
 
- Réunion publique "écologie et développement durable à Morlaix", jeudi 20 février

- le 29 février : Forums des Quartiers Ensemble Morlaix
 
- Réunion publique Forum: relancer l'économie morlaisienne
Invitation à tous nos soutiens: Morlaix Ensemble inaugure son local de campagne 6 place des Otages le samedi 14 décembre à 11h

Nos orientations programmatiques retenues au mois d'octobre et mises en discussion avec les habitants de Morlaix. Elles vont encore se préciser et se compléter dans les trois mois à venir.

 

Morlaix Ensemble

Pour une ville solidaire, écologique, active

Notre projet pour Morlaix

Pendant un an, depuis octobre 2018, le collectif pour les Municipales à Morlaix en Commun, regroupant Génération.s, le PS, le PCF, réfléchit à un programme de gauche sociale et écologiste pour la ville.

Aujourd'hui, nous devenons « Morlaix Ensemble. Pour une ville solidaire, écologique, active ».

Une liste de rassemblement de la gauche ouverte à tous les citoyens qui veulent d'une alternative majoritaire de gauche à Morlaix pour relancer la ville. De nombreux colistiers sont déjà sans appartenance politique. 

Voici les orientations sur lesquelles nous avons travaillé pour Morlaix.

Ce n'est qu'un pré-projet que nous allons continuer à travailler avec nos colistiers, citoyens et membres de nos 3 partis politiques, les citoyens, le monde associatif et les acteurs morlaisiens.

Nous avons voulu ce programme à la fois bien ancré à gauche et réaliste, et susceptible de relancer la ville de Morlaix, en grande difficulté économique, sociale, démographique, des difficultés qui se sont aggravées depuis que Agnès Le Brun est maire. 20 % de chômeurs à Morlaix, un taux de pauvreté très supérieur à la moyenne, ça interroge et cela nous donne des responsabilités.

Ce projet est à discuter avec les habitants de Morlaix qui nous apporteront d'autres propositions et idées, nous n'en doutons pas.

Nos propositions rentrent dans un cadre finançable sur les 6 ans à condition de renoncer à des projets pharaoniques et non prioritaires du type du funiculaire (il en est de même de la passerelle sur le Viaduc) et de rester dans le cadre d'une gestion financière sérieuse et rigoureuse, avec des mutualisations à prévoir avec Morlaix-Communauté (le Théâtre, Langolvas) et une volonté de réduire les impôts locaux qui sont élevés à Morlaix dans une trajectoire raisonnable.

Notre projet pour la liste "Morlaix Ensemble. Pour une ville solidaire, écologique et active".

Liste conduite par Jean-Paul Vermot et soutenue actuellement par les partis de gauche Génération.s, le PCF, le PS.  Des discussions sont encore en cours avec l'UDB.

 

Notre projet à cette étape :

 

1. Associer les citoyens aux prises de décision et démocratiser le fonctionnement de la municipalité.

Faire de la démocratie participative et de l'implication des habitants et des acteurs de la ville (associations, etc.) dans les choix de gestion, d'investissement, un des grands axes de notre mandat de gauche pour la ville est une priorité pour nous.

Nous voulons :

- des conseils de quartiers et des élus référents de quartier

- un conseil municipal des jeunes, un ou des budgets participatifs

- des commissions extra-municipales ouvertes aux associations et citoyens, des commissions municipales qui soient des lieux d'élaboration et de débat

- des assises de la ville avec les citoyens et associations

- une concertation large avant les grands projets et le vote du budget primitif qui pourra donner lieu à un compte rendu de mandat annuel et une projection sur les projets à venir.

- une relation de dialogue et de travail véritable avec les associations et le personnel municipal, les représentants syndicaux qui doivent être considérés comme des vrais partenaires, etc.

Nous voulons étendre cette conception d'une citoyenneté active et d'une démocratie de participation citoyenne et populaire à la communauté d'agglomération elle aussi selon des modalités que l'on devra définir ensemble et avec les autres équipes de gauche de Morlaix-Communauté.

 

2. En lien avec Morlaix-Communauté, redynamiser la situation de l'emploi et de l'économie, travailler à la problématique du logement, des services publics et du bien vivre à Morlaix pour faire revenir et conserver des habitants.

Pour l'économie, la création d'une agence de développement de l'économie dont les objectifs seraient l'animation des filières économiques (métallurgie, biotechnologies, construction, santé et soin, transition écologique, numérique, formation, etc.), la communication, le financement des projets, la création d'une ZAC d'activités sur le quartier de la gare pour y favoriser la création d'activités d'avenirs, la mise à disposition de locaux commerciaux pour aider les porteurs de projets, l'émergence de projets internationaux en appui avec la Métropole BMO (Inde, Cornouailles, Allemagne, Afrique), la reconquête de l'habitat avec un programme de rénovation en utilisant les outils d'achat public (Foncière de CDC Habitat ou outil propre).

Nous pensons aussi développer la formation aux nouveaux métiers du numérique et de l'informatique, gisement d'emplois importants, travailler tout particulièrement sur l'insertion des jeunes dans le travail en nous donnant des objectifs dont le niveau de satisfaction serait mesurable et en ne craignant pas d'expérimenter des dispositifs novateurs.

Nous examinons en ce moment la possibilité et les avantages d'une inscription dans la démarche « Zéro chômeur de Longue Durée », comme Saint Thégonnec-Loc Eguiner, et voulons d'une participation beaucoup plus active et revendiquée de la ville au service public de l'emploi, à l'insertion des jeunes dans la vie professionnelle, à la lutte contre le chômage de longue durée.

Des expérimentations ont été faites ailleurs qui peuvent être tentées ici, il y a aussi à innover localement pour faire reculer le chômage, la précarité et la pauvreté dans un des bassins d'emplois les plus sinistrés de Bretagne. Nous nous donnerons des objectifs et nos politiques en matière de réduction du chômage feront l'objet d'une évaluation régulière.

Ces objectifs fondamentaux pour l'avenir de la ville impliquent de travailler en étroite collaboration avec Morlaix Communauté dans le cadre d'une majorité de gauche, et donc de mettre notre projet en débat au niveau du groupe de gauche communautaire et de tenir compte aussi du travail communautaire en cours dans les différentes équipes de gauche des communes avoisinantes.

Nous voulons travailler à renforcer nos coopérations. Avant même de parler de fusion ou de grand Morlaix (nous ne nous engagerons pas sur ce terrain là sans consultation de la population, même si cela nous semble être souhaitable à moyen terme), on peut développer les projets, actions et achats communs, proposer la conférence du pôle aggloméré associant Saint-Martin-des-Champs, Plourin-les-Morlaix et Sainte-Sève, pour y développer toutes les collaborations possibles. Travailler aussi à avoir une relation plus confiante, franche et apaisée avec Morlaix-Communauté, en évitant les postures politiciennes qui sont celles de la majorité morlaisienne actuelle.

Le fait que nos organisations politiques vont travailler ensemble dans un certain nombre de communes de Morlaix-Communauté et qu'elles se mettent d'accord sur un projet commun sur le territoire, l'ancrage à gauche de plusieurs communes de Morlaix-Communauté qui devrait se confirmer sera un atout pour déployer un projet de gauche pour le territoire et pour Morlaix si nous sommes élus.

 

3. Un territoire et une commune en transition écologique

Nous voulons le développement des circuits courts alimentaires sur la cuisine centrale et la commande publique, le Bio en commun (appui municipal dans l'accessibilité de tous au bio local), le développement des potagers, des arbres fruitiers et de la végétalisation, une halle des circuits courts alimentaires au centre-ville, le développement de la ville vers la promotion des déambulations et trajets piétons et cyclistes, le développement du transport en commun et de l'usage des bus par la gratuité du transport.

Nous voulons expérimenter l'extension du secteur piétonnier du centre-ville.

Nous veillerons à ce que nos espaces publics, rues, venelles ou trottoirs, parcs et jardins permettent à toutes et tous, valides ou handicapés, de se déplacer, se promener ou se rencontrer en toute quiétude, de jour comme de nuit. Il s'agira de veiller à la qualité des lieux, des revêtements, de l'éclairage et de l'accessibilité.

Un audit énergétique du patrimoine de la ville, couplé à un plan pluriannuel de travaux d'économies d'énergie sur les bâtiments municipaux, sont nécessaires.

Nous voulons également que notre liste défende la gratuité du transport en commun sur le pôle urbain et travaille dessus pour argumenter auprès des autres élus de Morlaix-Communauté, dans le cadre d'un contrat de majorité et d'un projet communautaire à construire ensemble, quitte à y aller progressivement (en commençant par exemple par la gratuité pour les – 26 ans par exemple, et gratuité de navettes haute fréquence dans le centre-ville reliées à des parkings). 

Il faut aussi travailler pour favoriser les mobilités et le désenclavement des quartiers sur les horaires, l'accès au transport en commun le dimanche, les dessertes des quartiers. Tout le plan de circulation sur Morlaix est à repenser.

 

4. Défense des services publics

Nous défendons la reprise en gestion publique du Transport en commun et une densification des offres de transport en commun sur le réseau péri-urbain, avec de nouvelles lignes et des fréquences et dessertes améliorées. C'est aussi une condition pour que les autres majorités en place à Morlaix Communauté acceptent de financer la gratuité du transport en commun.

Nous soutenons la création de la régie publique de l'eau de Morlaix-Communauté, outil nécessaire pour améliorer la qualité de l'eau, des réseaux, et préserver la ressource.

La qualité de vie à Morlaix passe aussi par la défense des services publics et de vrais moyens pour leur fonctionnement, comme à l'hôpital, la Poste, dans les écoles publiques, pour les liaisons ferroviaires pour le fret et les personnes et la relance de la ligne Morlaix-Roscoff, les Finances Publiques (notre majorité municipale devra résister aux politiques néo-libérales et d'austérité), mais aussi par la construction de nouveaux services publics.

En lien avec la médecine de ville et l'hôpital public, nous voulons étendre l'accès aux soins des Morlaisiens en envisageant la réalisation d'un centre de santé public multi-spécialités pouvant salarier des professionnels de santé. Ce centre de santé permettrait de sédentariser sur Morlaix et sa région des spécialistes et de lutter contre la raréfaction de certaines offres de soins tout en s'adaptant aux évolutions des métiers et des aspirations en terme de temps de travail et de manière de travailler des professionnels de santé.

 

5. Vie associative, jeunesse et sports

Nous voulons avancer rapidement sur le chantier d'une maison des associations. Trop d'associations peinent à obtenir des locaux pour exercer leurs activités, se réunir. Or, la richesse du tissu associatif est une des vraies forces de notre ville et un facteur de qualité de vie essentiel. Dans nos choix d'investissements, la création d'une maison des associations est fondamentale, qui pourrait comporter un accueil en lien avec le Resam et/ou les services de la ville permettant une mise à disposition de services et d'information pour les associations.

Nous voulons aussi une politique plus dynamique, participative ambitieuse pour la Jeunesse, son accès à la citoyenneté, aux loisirs, aux arts à la culture et aux sports : à réfléchir, des Tickets Sports à dynamiser avec des moyens supplémentaires (découvertes des sports et des arts avec les élèves), chèques vacances pour les jeunes (pour l'accès aux loisirs et à la culture), colos et camps de découverte sportive, culturelle, touristique à tarifs accessibles pour les familles.

Il nous semble prioritaire aussi de se pencher sur une rénovation en profondeur des locaux de la MJC pour accompagner le développement de ses activités, et son caractère central pour l'éducation populaire, la politique de mixité et d'accompagnement de la jeunesse vers le bien-être et l'émancipation dans la ville. Nous voulons construire avec MAJ, la MJC, Carré d'As, les services jeunesse de Morlaix Communauté, le 2 D, une politique jeunesse visant à la réussite, l'accès à la culture et aux loisirs, à une mixité respectueuse, l'apprentissage citoyen et l'émancipation des jeunes.

Dans le domaine de la politique sportive, il y a beaucoup à faire :

  • Au niveau de la promotion du sport (et de la santé), aider les associations à adapter leur système tarifaire pour permettre l’accès à la pratique au plus grand nombre. Encourager les clubs sportifs à mettre en place des opérations de type « tickets sport » pendant les congés scolaires. Possibilité à étudier de bourses en fonction du quotient familial pour encourager les pratiques sportives des jeunes.

  • Au niveau de l’initiation, renforcer les liens entre l’école et les clubs pendant le temps scolaire (intervenants extérieurs qualifiés), entre les accueils périscolaires, les accueils de loisirs et les clubs hors temps scolaire.

  • Au niveau des investissements, adapter et améliorer les infrastructures des pratiques sportives collectives en extérieur (terrains en herbe ou synthétique). Envisager un agrandissement et une rénovation de la piscine de la Boissière.

  • Au niveau de la relation entre la mairie et les clubs sportifs, installer (réinstaller ?) un dialogue facilité, direct (office des sports) qui permette une consultation régulière des acteurs locaux du sport.

 

6. Politique sociale, personnes âgées

A l'EHPAD de la Boissière, à Belizal, et dans les autres structures, nous voulons travailler à améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées, à contenir ou réduire le prix du séjour, à favoriser le lien et la mixité intergénérationnelle, améliorer la formation des intervenants et des professionnels, l'accès aux droits et aux bien-être des personnes âgées en perte d'autonomie. C'est aussi pour cela que nous nous engageons par exemple à soutenir fortement les missions de l'ORPAM, à travailler sur la problématique de lutte contre l'isolement et d'accès aux services des personnes âgées. Nous réfléchissons à une mise en place à Morlaix de forme d'habitats partagés, en particulier pour les seniors.

Il nous paraît aussi important dans le domaine social de reprendre la réflexion sur l'épicerie sociale et sur d'autres dispositifs de lutte contre l'exclusion et la pauvreté. Il y a un projet global à définir, l'accumulation actuelle de dispositifs non coordonnés n'est pas satisfaisante.

De poursuivre, en concertation avec les habitants et en prenant en compte leurs points de vue, la réhabilitation de l'habitat locatif, HLM ou privé mais fréquenté par des habitants ayant des bas revenus. Œuvrer pour la transition écologique de l'habitat social. De construire avec les acteurs publics et associatifs concernés un projet permettant de travailler à des dispositifs innovants et concertés pour lutter contre la pauvreté, l'exclusion.

Pour faire gagner du pouvoir d'achat aux citoyens morlaisiens, nous envisageons une démarche d'achat en commun et de négociation par la mairie de biens et de services utiles à la population (énergie, mutuelle santé).

 

7. La culture, un des atouts forts de Morlaix

Dans le domaine de la culture, on ne part pas de rien. Loin de là... La culture est le point fort de Morlaix, un de ses atouts essentiels en terme de qualité de vie, de richesse humaine, d'image et d'attractivité.

Le Théâtre du Pays de Morlaix connaît un vrai succès de fréquentation et d'estime, le projet SEW à la Manu est extrêmement ambitieux et prometteur, l'Espace des Sciences peut être un très bel outil de transmission et diffusion d'une culture technique et scientifique, en lien avec les enjeux écologiques contemporains. Le chantier de rénovation du musée est un projet qu'il faudra continuer à suivre de près pour faire en sorte que la ville tire le meilleur parti de ses investissements importants décidés par la majorité actuelle.

Et au-delà, il nous faudra accompagner et soutenir (parfois mieux qu'aujourd'hui) les associations culturelles, conventionnées ou non, particulièrement nombreuses, talentueuses et actives à Morlaix, être facilitateurs pour leurs initiatives, travailler sur la mise en cohérence. La ville doit être aussi moteur et initiatrice de projets pour des actions culturelles ambitieuses, faisant la place à la création, la culture vivante à volonté émancipatrice, donnant les moyens aux citoyens de penser et de rêver leurs vies. Une politique culturelle locale reste à définir avec ses priorités et une approche claire en termes d'objectifs car on ne peut pas faire que soutenir le réseau local, même si le terreau est important.

Nous souhaiterions donner plus d'exposition et de visibilité à nos artistes locaux, davantage valoriser les pratiques amateur (salon des artistes amateur l'été, participation des jeunes musiciens et musiciens amateur à des animations estivales, des vitrines pour les artistes.

Il pourrait être intéressant par exemple de continuer à valoriser l'image artistique de la ville autour du Street Art et de la Poésie, de mieux mettre en avant son patrimoine, son histoire maritime et commerçante.

Nous mettrons l'accent sur la démocratisation de l'accès à la culture (revenir à la gratuité du musée pour les Morlaisiens par exemple, s'intéresser à l'offre de transport en commun pour l'accès aux évènements culturels), sur le fait que nous puissions aussi avoir des offres culturelles qui touchent toutes les couches de la population et les quartiers, et aux pratiques artistiques (pratiques tarifaires attractives).

Nous soutiendrons la création de l'école inter-communale de musique et de danse avec le souhait de nouveaux espaces d'accueil et souhaitons travailler à la baisse significative des tarifs du Patio et à l'augmentation de la capacité d'accueil pour l'enseignement musical et artistique.

 

8. Faire toute sa place à la culture bretonne et bretonnante à Morlaix

C'est à la fois un héritage à préserver, une réalité des pratiques en devenir porteuse d'identité et d'attractivité pour notre ouest breton (maison d'édition Skol Vreizh, Diwan, classes bilingues, KLT, pratiques des cours de breton, etc) et un vecteur de lien social, d'enrichissement collectif et de création.

Nous voulons réaffirmer avec force l'identité bretonne de Morlaix car la spécificité et les différences d'un territoire sont porteuses de lien social et de richesse humaine, y compris dans les échanges et l'ouverture aux autres, à l'opposé d'une mondialisation économique qui appauvrit en homogénéisant. La richesse du tissu associatif lié à la langue et la culture bretonne dans la région de Morlaix, son implantation ancienne et sa vitalité en termes de pratiques et de productions, justifierait qu'on se penche à l'échelle de Morlaix-Communauté sur une « maison de la culture bretonne » (Ti Ar Vro), pouvant fédérer un certain nombre d'associations, mettre en commun des salariés, des services et des espaces.

 

9 - Droits de l'homme et solidarité internationale

Nous voulons aussi une municipalité qui organise l'accueil des réfugiés et migrants, conformément à sa tradition de solidarité, et qui promeuve la solidarité internationale, l'ouverture à l'international en partant des partenariats et projets existants et en les valorisant davantage (Palestine, Inde, Burkina Faso, Allemagne, Italie, Grande-Bretagne...).

La défense des droits de l'homme nous semble essentielle comme valeur à défendre par notre municipalité de gauche.

Il ne s'agit là de pistes de politique municipale encore à préciser dans leur mise en œuvre que nous vous soumettons comme base d'accord et que nous espérons pouvoir proposer avec vous à la population morlaisienne en échangeant avec les habitants de Morlaix sur leurs attentes vis à vis de la nouvelle municipalité qui gèrera la ville en 2020 jusqu'en 2026.

 

10- Une pratique municipale des élus basée sur la proximité, l'écoute, la discussion, la bienveillance vis-à-vis des habitants, en vue d'une vie collective plus fraternelle et respectueuse de chacun.

 

Photo Le Télégramme

Photo Le Télégramme

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 06:57

 

Dans la présentation de la réforme, le premier ministre a volontairement omis de citer le parti et le syndicat, mentionnés dans son discours à propos du CNR…

La formule est connue des journalistes, en particulier de ceux qui décryptent les annonces du pouvoir exécutif. « Seul le prononcé fait foi. » Dans la version écrite du discours d’Édouard Philippe, mercredi au Cese, transmise par les services de Matignon peu après la fin de son intervention, cette phrase figure en bonne place, pour rappeler que les éventuelles libertés prises avec le texte initial par le premier ministre sont celles que l’histoire devra retenir. Alors justement, comparons. Qu’a donc effacé Édouard Philippe de ses 24 pages de discours, à part la demi-douzaine de fautes d’orthographe que contient ce document ? Oh, trois fois rien. Ou plutôt deux fois trois lettres : « PCF » et « CGT ». Un hasard sans doute. Le résultat d’une langue qui fourche ou de lunettes mal ajustées…Si le chef du gouvernement a bien prononcé les mots « Conseil national de la Résistance », une fois, au début de son allocution (page 2), pour assurer que sa réforme était « fidèle à l’esprit » du pacte « imaginé et mis en œuvre, après guerre, pour créer le système de retraite actuel », il a laissé tomber du camion la deuxième occurrence faisant référence au CNR, et au rôle joué dans celui-ci par le Parti communiste et la CGT. Relevant seulement que « les ordonnances Parodi », du nom du ministre du Travail du premier gouvernement de Gaulle, prévoyaient déjà, en 1945, « l’universalité pour assurer la solidarité ». Alexandre Parodi, haut fonctionnaire et compagnon de la Libération, plutôt que son successeur Ambroise Croizat, ex-secrétaire de la fédération des métallurgistes CGT… D’une certaine façon, le premier ministre a fait son choix, quand les historiens, eux, ont depuis longtemps reconnu le rôle décisif de l’un et de l’autre dans la mise en place d’un État providence à la française. « Nous ne voulons pas confier le soin de nos anciens à l’argent roi », a aussi osé Édouard Philippe. Il aurait peut-être été judicieux, alors, de ne pas déverser des milliards d’euros de cadeaux fiscaux sur les plus riches dans l’espoir d’un hypothétique ruissellement…

Alexandre Fache

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 06:56

 

FSU.  En plein débat sur les retraites, la FSU tient un congrès. Mise en cause du cœur de métier enseignant, fin du paritarisme dans la fonction publique : les chantiers ne manquent pas pour Benoît Teste, nouveau secrétaire général du syndicat.


 

Benoît Teste Secrétaire général de la FSU

Le congrès de la FSU (Fédération syndicale unitaire), premier syndicat de la fonction publique avec 160 000 adhérents, s’achève aujourd’hui à Clermont-Ferrand avec l’élection d’un nouveau secrétaire général.

Seul candidat annoncé, Benoît Teste, 41 ans, professeur d’histoire-géographie en Seine-Saint-Denis, devrait succéder à Bernadette Groison, qui occupait la fonction depuis 2010.

L’occasion de faire avec lui un tour d’horizon des enjeux à venir.

 

Faut-il s’attendre à une forte mobilisation mardi prochain contre la réforme des retraites ?

Benoît Teste Oui. Nous n’avons pas été entendus du tout. Il y a un problème de prise en compte de l’état réel de la profession. Nous avons besoin de signaux à court terme, sur nos rémunérations comme sur les retraites. De ce point de vue, les annonces de mercredi sont une catastrophe : on est encore plus dans le flou. Si cette réforme est bonne, pourquoi reculer l’âge de son entrée en vigueur, et au passage, en faire porter le poids sur les jeunes ? La seule certitude, c’est le recul de l’âge de départ en retraite et, très rapidement, une baisse des pensions.

Les syndicats semblent cette fois unanimes…

Benoît Teste C’est une très bonne nouvelle. Plus nous serons nombreux, mieux ce sera, même si tous les syndicats ne demandent pas le retrait de la réforme. Pour nous, l’âge pivot n’est pas une « ligne rouge » : il est consubstantiel à un système qui ne vous donnerait des droits qu’en fonction de ce que vous avez cotisé. Donc si, parce que vous vivez plus longtemps, vous êtes plus longtemps à la retraite, il faut réduire le niveau de pension. C’est le contraire d’un système solidaire, qui donne la garantie des droits acquis.

 

La loi sera au Parlement dès février mais pour les enseignants, Jean-Michel Blanquer annonce des discussions jusqu’à l’été 2020. Est-ce cohérent ?

Benoît Teste C’est cohérent avec l’intention du gouvernement, qui est de délayer ces questions sur le long terme. Il dit aux enseignants : acceptez la réforme, et on verra après pour vos salaires. Non, ça ne marche pas comme ça ! S’il doit y avoir des contreparties, cela doit être dit avant. Mais une réforme qui a besoin de contreparties pour être acceptable, déjà, ça ne va pas.

 

Le ministre a dit qu’une revalorisation passerait « surtout par des primes ». Qu’est-ce que cela signifie ?

Benoît Teste C’est dans la continuité de la loi sur le statut de la fonction publique : il s’agirait de distinguer les « bons » et les « moins bons », pour mieux rémunérer les « bons ». Ce n’est pas du bon sens, c’est de la démagogie. C’est mettre les personnels en concurrence, ceux qui n’ont pas la prime jalousant ceux qui l’ont… ça ne peut pas fonctionner, ce n’est pas efficace. On détruit le cadre de la fonction publique qui concentre les salariés sur leur travail, leurs missions, et non sur le fait de s’agiter en tous sens pour plaire au manager qui distribue les primes. Cette logique met les personnels en difficulté. Notre collègue Christine Renon ne disait pas autre chose dans la lettre qu’elle a laissée avant de se suicider : les injonctions permanentes, la perte de sens d’un métier dans lequel on a mis toute sa vie… Son geste nous dit qu’il faut arrêter de mettre en danger les personnels sous prétexte qu’ils fassent leurs preuves – sous-entendu : sinon, ils ne font rien.

 

 

Le nouveau statut de la fonction publique met fin, dès le 1er janvier, aux instances paritaires. Avec quelles conséquences ?

Benoît Teste C’est une perte de droits et de garanties pour les salariés. L’action de la hiérarchie sur les carrières échappera au contrôle par les élus du personnel dans les commissions paritaires. Il sera beaucoup plus difficile de vérifier qu’il n’y ait pas de passe-droits, de clientélisme. Il nous faudra être plus forts sur le terrain, au plus près des collègues. D’ailleurs, contrairement aux espérances du gouvernement, ceux-ci sont plus nombreux à se tourner vers nous. Ils savent que nous avons l’expérience pour défendre leurs droits.

Entretien réalisé par Olivier Chartrain

 

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 06:48
[ASSEMBLÉE NATIONALE]

Résolution Maillard: Intervention de Jean-Paul LECOQ, député communiste

Jean-Paul LECOQ, député PCF de Seine-Maritime, est intervenu le 3 décembre dernier lors du vote sur la résolution Maillard: "Ce soir, la majorité a fait voter une résolution visant à créer l’amalgame entre l’antisionisme qui est une opinion politique, et l’antisémitisme, qui est un délit. J’ai fermement critiqué cette limitation de la liberté de pensée. Je suis contre toutes les formes de discriminations et de racisme, mais aussi contre la colonisation illégale de la Palestine, et pour boycotter les productions des entreprises implantées dans ces colonies."
Engagés pour l’amitié entre les peuples et la Paix, les députés communistes se sont donc logiquement opposés à cette résolution. [VIDEO]

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 06:45

RETRAITES, CLIMAT : DEUX ENJEUX DE CIVILISATION

Le magnifique mouvement social et le très large soutien populaire qu’il recueille attire de nombreux regards européens sur la France . Qu’observe-t-on , en effet, depuis un quart de siècle, chez nos voisins européens comme chez nous-mêmes, en matière de « réformes » des systèmes de retraites ? Que, quelque soit la situation de départ dans un pays (taux de natalité, espérance de vie, part des pensions dans le PIB, état de la législation en la matière…) , les « réformes » entreprises conduisent à faire partir les salariés le plus tard possible et à leur faire toucher moins de pension. En Allemagne, où l’âge légal de départ à la retraite était déjà fixé à 65 ans, il a été porté à 67 ans d’ici 2030. Puis, une fois que cette régression fut considérée comme acceptée par la société, des voix s’étaient élevées -dont celle de Wolfgang Schäuble lorsqu’il sévissait encore au ministère des finances de Berlin.- pour préconiser un passage à…70 ans ! De fait, aujourd’hui, selon les projections de la Bundesbank, les personnes nées en 2001 ne prendront leur retraite qu’à 69 ans et quatre mois ! En Suède, où la retraite à points -chère à Emmanuel Macron- a été instaurée dès 2001 , le taux de pauvreté des seniors a explosé. Il est aujourd’hui en Suède deux fois plus élevé qu’en France , au point qu’ une personne sur quatre de plus de 69 ans y travaille toujours ! En Italie, où le système de retraite passait jusqu’aux années 90 pour particulièrement « généreux », les « réformes » successives ont démantelé tous les acquis sociaux. Le directeur de l’Institut National de Prévoyance Sociale annonçait il y a plusieurs années que la génération née dans les années 80 pourraient travailler jusqu’à…75 ans. C’est dire si l’issue du bras de fer entre les travailleurs en lutte et le pouvoir, en France, suscite de l’intérêt bien au-delà de nos frontières. Enrayer cette spirale régressive et engager, à contrario, une vraie réforme progressiste garantissant à l’ensemble des retraité.é.s une place digne dans la société constitue , à l’échelle de toute l’UE, un enjeu de civilisation. 

Ce combat exemplaire ne nous fait pas oublier un autre enjeu de civilisation qui, lui aussi , engage l’avenir de nos sociétés : celui de la défense du climat et de l’environnement en général. Ironie du sort : au moment-même où les Françaises et les Français se mobilisent en masse pour leur droit à une retraite décente, la Conférence mondiale sur le climat, la COP 25 , réunie à Madrid du 2 au 13 décembre, illustre une autre dimension des ravages dont le néolibéralisme se rend coupable à l’échelle de la planète. Y compris dans l’Union européenne , dont les gouvernements s’avèrent incapables, selon l’Agence européenne de l’environnement (AEE) elle-même, de respecter les objectifs auxquels ils s’étaient engagés pour 2020. C’est notamment le cas en matière de protection de la biodiversité : la protection des espèces et des habitats naturels, des zones humides, des écosystèmes marins et des sols n’est pas à la hauteur . Mais cela vaut également pour la lutte contre le changement climatique et la surconsommation des ressources naturelles. Dans tous ces domaines, l’UE doit agir « urgemment » souligne l’AEE. La dernière période a révélé la sensibilité grandissante à cet autre défi,  qui se manifeste dans notre société comme chez nos voisins. De la jonction de ces deux mouvements naîtra la perspective que nous appelons de nos vœux.

 

Retraites, climat: deux enjeux de civilisation (Francis Wurtz, L'Humanité Dimanche, 12 décembre 2019)
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 06:32
Soutien à Vincenzo Vecchi - Pierre Dharréville et Pierre Laurent s'engagent au côté du militant altermondialiste italien réfugié politique en Bretagne
SOUTIEN A VINCENZO VECCHI

Vendredi 15 novembre dernier, plus de trois mois après son arrestation, Vincenzo VECCHI a été libéré du centre pénitentiaire de Renne Vezin. Malgré la décision de la cour, le parquet, qui possède la mission générale de veiller à l’application de la loi au nom du respect des intérêts fondamentaux de la société se pourvoit en cassation.
Vincenzo VECCHI est un ressortissant italien qui vit en Bretagne depuis plus de 8 ans. Il avait été condamné en Italie à 12 ans d’emprisonnement avec comme chef d’accusation « dévastation et saccage ». Les griefs qui lui étaient reprochés étaient la participation à la manifestation contre le G8 à Gênes en 2001 et à une manifestation anti-fasciste, non autorisée, à Milan en mars 2006. [POUR EN SAVOIR PLUS]

Pierre LAURENT, sénateur de Paris, a envoyé une lettre à la ministre de la Justice pour une demande de renseignements sur les raisons de cette décision et pour s'assurer que les droits fondamentaux de Vincenzo VECCHI soient garantis. De son côté, Pierre DHARREVILLE, député des Bouches du Rhône, s'étonne auprès de la ministre de la décision du parquet de se pourvoir en cassation et précise que cette situation a une signification politique inquiétante

 

Victoire !

Par le délibéré du vendredi 15 novembre, Vincenzo est enfin libéré du centre pénitentiaire de Rennes Vezin.

Il est maintenant parmi nous à Rochefort-en-Terre, comme il l’est depuis 8 ans.

Ce fut une joie de fêter tous ensemble et avec lui cette victoire.

Pour rappel, Vincenzo a participé en 2001 au contre-sommet du G8 à Gênes où la répression policière fut très violente, et en 2006 à un rassemblement antifasciste à Milan.

Il a été condamné à 12 ans et 6 mois de prison, sous le chef d’inculpation de « Dévastation et pillage », délit issu du code Rocco introduit par le régime fasciste en 1930. C’est la première fois, 70 ans après, qu’il est utilisé à l’encontre de manifestant.e.s. Demeurant en France depuis 2011, Vincenzo a été arrêté le 8 août dernier, sous le coup de deux mandats d’arrêts européens.

Vendredi 15 novembre dernier, plus de trois mois après son arrestation, la cour a jugé que :

  • Le mandat d’arrêt européen concernant Milan est sans objet, validant clairement que ce mandat est mensonger. La déloyauté de L’Italie envers la France et par extension envers les autres pays européens est bien réelle : l’Italie a produit un faux puisque Vincenzo a déjà purgé sa peine !
  • Le mandat d’arrêt européen concernant Gênes est irrecevable. Principale cause :  une erreur de procédure de la part de l’autorité judiciaire française. Il s’agit de l’omission de la transmission de la demande de Vincenzo relative à l’assistance d’un avocat en Italie, pays émetteur par l’autorité judiciaire de la France, l’État d’exécution. C’est l’article 695-27 du code de procédure pénal qui, s’il n’est pas respecté, a pour conséquence la nullité de la procédure. En effet, cette omission porte nécessairement atteinte aux droits de la défense. C’est imparable, il y a plusieurs précédents.

Victoire fragile…

Nous nous réveillons au lendemain de cette fête avec un goût amer car encore pleins d’incertitudes par rapport au maintien en liberté de Vincenzo, à court, moyen et long terme.

Malgré la décision de la cour, le parquet, qui possède la mission générale de veiller à l’application de la loi au nom du respect des intérêts fondamentaux de la société se pourvoi en cassation.

Ce qui est rageant, c’est que le délibéré de la cour peut faire croire que seules les autorités judiciaires françaises sont mises en cause par leur erreur de procédure. Ce délibéré peut laisser penser que sans cette erreur le mandat d’arrêt européen concernant Gênes émis par l’Italie pourrait être recevable… Or il n’en est rien !

Dans le fond comme dans la forme, Vincenzo, ses avocats et tout le comité ont apporté énormément de contenu et de nombreux arguments démontrant tout le contraire :

  • Le délit de dévastation et pillage issu du code Rocco mis en œuvre à l’époque fasciste et l’énormité de la peine encourue que ce délit entraine : Vincenzo risque une peine de 13 ans de prison soit une peine équivalente à un crime de sang.
  • La notion de « concours moral » inclut dans ce délit de dévastation et pillage : il n’est pas besoin d’avoir des preuves du délit, la simple présence sur les lieux suffit à rendre la personne complice et donc coupable : dans le dossier du procès de Vincenzo, il n’y a aucune preuve tangible.
  • La disproportion des peines entre les manifestants et les carabiniers incriminés : l’équivalent de 100 ans de prison prononcés à l’encontre de 10 manifestants contre 0 jour de prison réalisé par les carabiniers qui ont tabassé, humilié et torturé des centaines de manifestants de façon systématique et coordonnée lors du contre-sommet du G8 de Gênes. Rappelons que la Cour Européenne des Droits de l’Homme a condamné (en 2017) l’Italie pour actes de torture.
  • La disproportion de la peine prononcée à l’encontre de Vincenzo en Italie par rapport au droit français.
  • La déloyauté des autorités italiennes envers la France, qui ont tenté de prime abord de charger le dossier de Vincenzo en éditant un faux mandat d’arrêt pour Milan. Pour les faits de Gênes, ils n’ont pas transmis le dernier jugement du procès de 2012 mais l’avant dernier qui était plus à charge encore avec une peine à purger plus lourde.
  • La crainte quant à ses conditions de détention s’il était renvoyé en Italie, pays qui ne respecte pas les exigences de la Convention Européenne des Droits de l’Homme.
  • La date à laquelle les faits reprochés se sont produits soit en 2001 ne peuvent pas donner lieu aujourd’hui à un Mandat d’arrêt européen car à l’époque, cette procédure n’était pas actée en Italie. Elle aurait dû avoir recours à une procédure d’extradition qui aurait permis aux avocats de revenir sur le fond du dossier et d’aborder le côté éminemment politique du procès de Gênes.

Ce n’est pas rien et nous sommes toujours très confiants sur la valeur de tous ces arguments.

Ils n’ont pas été mentionné dans le délibéré de la cour qui s’est prononcée sur un élément formel, une erreur de procédure commise par la France, même si elle sous-entend quand-même que les droits à la défense de Vincenzo en Italie ne sont pas assurés.

Qu’en est-il pour Vincenzo aujourd’hui ?

Il est libre en France, mais pas ailleurs en Europe et surtout pas en Italie. Et si le mandat d’arrêt européen est accepté de fait par tous les pays d’Europe lors de son émission, sa nullité n’est acquise que par le pays qui le casse.

Restera-t-il libre au moins jusqu’à la décision de la cour de cassation ?

Impossible d’avoir une réponse claire dans les méandres des procédures.

Que se passera-t-il si le pourvoi en cassation renforce la décision de la cour et maintient l’irrecevabilité du mandat européen concernant Gênes ?

Nous pensions que l’Italie ne pourrait pas émettre un second mandat pour les mêmes faits si le premier a été cassé. En fait, personne ne peut nous le certifier.

Et si la cour de cassation remet en cause la décision du tribunal ?

On recommence tout avec une nouvelle composition de la cour !

Dans ce marasme, comment ne pas être d’abord hébété, sans voix ?

Où se situe la violence ?

Vincenzo est libéré mais n’est pas encore libre. 

L’Italie fait preuve de violence à son égard par son acharnement à le récupérer.

Quelle peur transmet-elle aux personnes manifestant leurs idées qu’elle ne partage pas ? 

L’Italie s’est acharnée sur les manifestants lors du contre-sommet du G8 à Gênes en 2001.

L’Italie s’acharne sur Vincenzo en France en s’exonérant de toute loi :

  • Elle veut le récupérer pour l’exemple 18 ans après pour des faits non prouvés.
  • Elle le fait passer pour un dangereux criminel aux yeux de la justice française en lui mentant
  • Elle émet des mandats d’arrêts européens non recevables pensant que cela passerait comme une lettre à la poste. Et on peut penser que Vincenzo serait déjà remis à l’Italie sans l’énorme mobilisation qui s’est créée juste après son arrestation.

L’Italie s’acharne contre Vincenzo en Italie en inquiétant Viviana, son ex-compagne, mère de sa fille : des policiers ont perquisitionné son domicile le lendemain de l’arrestation de Vincenzo, sans aucun mandat de perquisition, faisant fi de toute loi. Malgré l’irrégularité de la perquisition, elle n’a pas encore pu récupérer les nombreux objets confisqués. Une enquête pèse sur elle en vue d’un futur procès.

Et le gouvernement français, par l’intermédiaire du procureur général, va dans le même sens que l’Italie. La France prend maintenant la même direction avec le pourvoi en cassation du parquet qui remet en cause une erreur de procédure qu’il a lui-même produite ! C’est ahurissant !

L’Italie est très énervée de la décision de la justice française.

La France veut-elle préserver ses rapports avec l’Italie avec ce pourvoi en cassation, se fichant complètement de ce qu’un être humain puisse subir depuis 18 ans ? Et dans ce cas « les intérêts fondamentaux de la société » que le parquet protège sont-ils alors contraires aux droits fondamentaux de chaque être humain qui compose cette société ?

C’est une violence sournoise mais bien réelle qui s’installe progressivement en France et en Europe. L’histoire de Vincenzo en est un exemple parmi tant d’autres.

A l’heure où gouvernements, médias et par extension l’opinion publique condamnent facilement les violences des manifestants sur du matériel, nous condamnons avant tout la violence autoritaire, répressive et judiciaire des États européens qui saccagent les droits fondamentaux et pillent le principe de liberté dont chaque personne devrait jouir.

Nous, comité de soutien à Vincenzo, continuons à nous mobiliser pour que sa libération soit pérenne et assurée.

La Liberté pour Vincenzo, c’est le principe de liberté défendu pour tous !


Un comité de soutien pourquoi ?

Pour de multiples raisons :

Parce qu’avant tout Vincenzo est notre ami, notre voisin, notre camarade.

1/ La légitimité de la condamnation à 2 niveaux :

– Par rapport à la manifestation de Gênes, la répression policière a été condamnée par différentes instances internationales, dont l’une des dernières en 2015 par la Cour Européenne des droits de l’homme. L’Italie a été condamnée pour n’avoir jamais poursuivi en justice, ni même identifié, les auteurs de violences policières contre des militants altermondialistes, en marge du sommet du G8 à Gênes en 2001. Des mauvais traitements pourtant assimilables à des « actes de torture » selon la CEDH.  Ce qui bien évidemment peut questionner la légitimité du jugement.

– Le chef d’accusation sur lequel est basé le jugement « Dévastation et saccage », considéré comme un crime contre l’ordre public. Ce crime a été introduit par le code Rocco de 1930 (donc en période fascisante) et est encore en vigueur aujourd’hui pour réprimer les révoltes de rue. Ce code permet de condamner à des peines de prison de 8 à 15 ans, sans avoir à prouver la culpabilité des inculpés. Il est suffisant de se trouver à un endroit où a lieu le désordre… Le contexte de création de ce chef d’inculpation questionne là-encore la légitimité de cette condamnation.

2/ Le caractère éminemment politique de cette arrestation et extradition.

En effet, l’extrême droite participe de plus en plus fortement au gouvernement italien. Vincenzo ayant été fortement engagé dans la lutte antifasciste, et les accusations prononcées contre lui étant liées à des actions anti-fascistes,  il semble plus qu’évident qu’il servira d’exemple dans cette affaire.

Un comité de soutien pour quoi faire concrètement

Notre 1er objectif est de bloquer la procédure d’extradition, ou au moins la retarder au maximum, afin de donner le temps pour assurer une vraie défense.

Nous espérons qu’il reste en France et ne soit pas « livré » à la justice italienne.

Si vous voulez vous joindre ou soutenir, différents moyens possibles :

  • Vous informer sur les actions en cours via le site www.comite-soutien-vincenzo.org / page Facebook @soutienvincenzo,
  • Nous contacter pour participer au comité de soutien : comite.soutien.vincenzo@gmail.com
  • Soutenir financièrement les frais inhérents pour assurer une défense digne de ce nom.
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 06:22
PRÉSIDENTIELLE ALGÉRIENNE : LE PEUPLE INFLIGE UN CAMOUFLET AU POUVOIR (PCF)
PRÉSIDENTIELLE ALGÉRIENNE : "LE PEUPLE INFLIGE UN CAMOUFLET AU POUVOIR" (PCF)
 
Le peuple algérien et sa diaspora viennent d'administrer un nouveau camouflet au pouvoir  en s'abstenant massivement à l'occasion du scrutin présidentiel.  Il a infligé également une rebuffade au chef d'état-major
Ahmed Gaïd Salah puisque ce dernier avait déclaré que la participation serait "massive". Après cette mascarade électorale, la mobilisation apparaît comme la plus faible de toute l'histoire de l'Algérie.
Sans ambiguïté les Algériens ont rejeté les cinq candidats incarnant la tentative de régénération de l'ère Bouteflika. En boycottant, ils ont exprimé leur choix d'une transition démocratique dans le cadre d'un Etat
de droit incarné par des civils afin d'organiser par la suite des élections libres.
Cette détermination pacifique s'est encore exprimée hier et aujourd'hui par des manifestations gigantesques témoignant de la volonté d'inscrire le mouvement dans la durée.
Le nouveau président élu au 1er tour, Abdelmajid Tebboune, un ancien premier ministre d'A. Bouteflika, sorte de marionnette aux mains de la hiérarchie militaire, n'a aucune légitimité pour le peuple algérien. Il
porte déjà les stigmates des nouvelles arrestations qui se sont produites.
Rien n'arrêtera le courage, la résolution et l'énergie du peuple algérien qui proclame "Nous voulons la liberté".
Dans ce combat révolutionnaire, les Algériens pourront compter sur la solidarité totale du Parti communiste français.
 
Parti  communiste français,
 
le 13 décembre 2019
PRÉSIDENTIELLE ALGÉRIENNE : LE PEUPLE INFLIGE UN CAMOUFLET AU POUVOIR (PCF)
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2019 5 13 /12 /décembre /2019 08:08

 

Le décalage de la réforme aux générations à partir de 1975 et les quelques « garanties » accordées sur les droits familiaux, la valeur du point ou la pénibilité sont illusoires. Paradoxalement, Édouard Philippe et Emmanuel Macron apparaissent fragilisés après ces concessions, à la suite du lâchage de la CFDT et de l’Unsa.

Édouard Philippe a peaufiné la mise en scène et choisi soigneusement ses mots. Quand il a pris la parole, mercredi midi, devant le Conseil économique, social, et environnemental (Cese), peut-être a-t-il pensé à son ancien mentor, Alain Juppé, dont la morgue avait pesé lourdement dans sa défaite de 1995. Mais c’est à d’autres figures que le premier ministre a choisi de se référer en dévoilant les arbitrages pour sa réforme des retraites : Mendès France, Rocard, Pompidou, de Gaulle… Loin des mots de son prédécesseur, il a invoqué le Conseil national de la Résistance pour détailler une réforme en réalité fidèle au rapport de Jean-Paul Delevoye. Bien que fragilisé par les révélations de ses liens avec le monde de l’assurance, le haut-commissaire aux retraites a remporté les arbitrages essentiels : instauration d’un âge pivot, suppression de la référence à la durée de cotisation, refus de la « clause du grand-père »… Ceux qui prétendaient que les manifestants rejetaient une réforme sans connaître son contenu sont démentis par les faits. La généralisation du compte en points qui supprime les repères collectifs du salaire de référence et du taux de remplacement, le calcul de la retraite sur l’intégralité de la carrière à la place des 25 meilleures années, la suppression des régimes spéciaux, les mesures de « retour à l’équilibre » budgétaire… Tout cela fondait l’opposition, renouvelée mercredi, des syndicats CGT, FO, CFE-CGC, FSU. S’y ajoute désormais celle de la CFDT et de l’Unsa, favorables au principe d’un régime à points mais pour lesquels une « ligne rouge » a été franchie avec l’instauration de l’âge pivot et les modalités de l’équilibre comptable. Au final, Édouard Philippe et Emmanuel Macron apparaissent paradoxalement plus isolés après les concessions lâchées sur l’application progressive de la réforme – elle concernera les générations à partir de 1975 – et les quelques « garanties » nouvelles accordées – droits familiaux, valeur du point, pénibilité… –, dont beaucoup sont illusoires. Décryptage en dix points de ces prétendues « nouveautés ».

 

1. « On ne change rien pour ceux qui sont à moins de 17 ans de leur retraite »

Le coup de décaler l’entrée en vigueur de la réforme à des générations plus jeunes part de loin : le principe était déjà à la base de l’idée de la « clause du grand-père » évoquée un temps par Emmanuel Macron, et qui consistait à appliquer la réforme aux seuls nouveaux entrants sur le marché du travail. Finalement, c’est une formule intermédiaire qui a été choisie, mais qui a l’avantage d’atomiser un peu plus les salariés, désormais divisés en trois catégories de générations : ceux nés avant 1975 continueront à cotiser dans le système actuel, ceux nés entre 1975 et 2003 passeront au régime universel en 2025, et ceux nés à compter de 2004 (les « nouveaux entrants ») cotiseront au régime universel dès sa création en 2022. Le but est le même : il s’agit de « briser la solidarité entre générations », selon Henri Sterdyniak, membre des Économistes atterrés, en faisant croire aux plus anciens qu’ils n’auraient pas de raison de s’inquiéter. Mais c’est un leurre. Car, en réalité, personne ne sera épargné. L’instauration d’un « âge d’équilibre » dès 2022 au-delà de l’âge légal de la retraite à 62 ans concerne tous les cotisants, dans ou hors du régime universel : à partir de cette date, les « partenaires sociaux » seront chargés de définir un « système de bonus-malus » sur les pensions, applicable autour d’un « âge d’équilibre » des comptes de retraite glissant progressivement vers l’objectif des 64 ans en 2027. C’était l’une des options du rapport du Conseil d’orientation des retraites (COR) du 21 novembre pour faire des économies. Concrètement, cela signifie que les assurés verront dès 2022 leur pension réduite s’ils partent à 62 ans, et que ce malus grossira avec le temps, à mesure que le nouvel « âge d’équilibre » s’éloignera des 62 ans.

 

2.  « La loi donnera des garanties incontestables sur la valeur du point »

C’est la grosse arnaque répétée sur toutes les ondes : mercredi, Édouard Philippe a promis le vote d’une « règle d’or » dans la loi « pour que la valeur des points acquis ne puisse pas baisser ». Sauf que cette promesse n’engage à rien sur le montant final des retraites, car celui-ci ne dépend pas de la « valeur des points acquis » durant la carrière, mais du taux de rendement du point, qui est une autre valeur. La différence est subtile, et c’est sur la confusion que joue le gouvernement. En effet, les points s’achètent avec des cotisations : par exemple, 10 euros pour un point. C’est la valeur d’achat. La « valeur des points acquis », ce n’est rien d’autre que la valeur des cotisations acquittées durant toute la carrière pour acheter des points. Le gouvernement promet qu’elle augmentera à terme au même rythme que les salaires, en même temps que la « valeur d’achat » du point.

Mais une fois à la retraite, ce n’est pas cette valeur qui permet de calculer la pension, mais une valeur différente, la « valeur de service » du point : par exemple, chaque point me permet de toucher 0,55 euro de pension annuelle. Si la « valeur d’achat » augmente plus vite que la « valeur de service » du point – comme c’est déjà le cas pour les retraites complémentaires Agirc-Arrco –, cela veut dire que je ne pourrai pas acheter plus de points – car ils coûtent plus cher – mais que proportionnellement chacun me rapportera moins de retraite : autrement dit, le rendement du point baisse. Or « aucune garantie n’a été donnée sur le taux de rendement (les 5,5 % à 64 ans, évoqué par le rapport Delevoye). Toutes les manipulations seront donc possibles, d’autant que les premières pensions versées selon ces règles ne le seront qu’en 2027 », avertit l’économiste Henri Sterdyniak.

 

3. 1 000 euros, « une révolution sociale qui restera comme une conquête »

Annonce qui n’en est pas vraiment une, le premier ministre a promis que « toute personne partant à la retraite au taux plein pourra toucher cette pension minimale » garantie à 1 000 euros et « 85 % du Smic dans la durée ». Il ne s’agit pas ici du minimum vieillesse, versé à toute personne âgée sans ressources, et sans condition de périodes cotisées, qui sera autour de 900 euros en janvier prochain, mais du « minimum contributif », c’est-à-dire de la retraite plancher acquise au bout d’une vie de cotisation complète – 42 ans dans un premier temps – qui serait mis en place dès 2021 . « Toutes les personnes n’atteignant pas l’âge pivot ou ayant une carrière incomplète auront beaucoup moins », rappelle aussi Attac.

« Faut-il rappeler que cette retraite plancher est déjà de 967 euros, et qu’elle devrait normalement être à 1 023 euros selon la loi de 2003 qui devrait être appliquée depuis 2008 ? Que c’est la majorité actuelle qui a refusé qu’elle s’applique dès 2019 aux agriculteurs ? Que la garantie de 85 % du Smic ne s’applique qu’au moment du départ et non tout au long de la retraite ? » questionne Henri Sterdyniak. Cette « révolution sociale », si elle est enfin tenue, ne ferait qu’appliquer une loi votée il y a près de vingt ans.

De plus, à mesure que le montant des pensions sera écrasé – notamment avec le calcul sur toute la durée de la carrière et pour tenir dans la limite fixée à 14 % du PIB –, le nombre de personnes qui toucheront cette retraite minimum ne fera qu’augmenter.

 

4. « Les femmes sont les grandes gagnantes du système universel »

Selon Édouard Philippe, son projet de réforme des retraites construit un « système plus juste pour les femmes ». Mais pour la chercheuse Christiane Marty, dont les travaux sur les retraites font référence, la réalité est bien différente. Globalement, « la logique d’un régime par points vise à ce que la pension reflète au plus près la somme des cotisations de la vie active », rappelle-t-elle. La carrière de nombreuses femmes étant incomplète et heurtée, elle n’est donc pas une base favorable à ce type de calcul. La chercheuse rappelle, en outre, que la réforme de 1993, qui avait fait passer, dans le secteur privé, la base de calcul des pensions des dix aux vingt-cinq meilleures années, « a eu comme conséquence de faire baisser les pensions à la liquidation, et plus fortement encore celles des femmes ». En matière de droits familiaux, le premier ministre fait valoir qu’il est désormais prévu une majoration de la pension de 5 % dès le premier enfant. Un système vendu comme plus favorable, alors que l’actuel ne prévoit une majoration de 10 % des pensions qu’à partir du troisième enfant. Sauf que le nouveau dispositif en balaie un autre, « totalement occulté » dans les discours gouvernementaux, celui des majorations de durée d’assurance. Attribuées pour chaque enfant, elles représentent dans le régime général jusqu’à huit trimestres pour les mères – et seulement deux trimestres dans la fonction publique. La majoration de 5 % envisagée par le gouvernement est une mesure moins favorable que le cumul des deux, qu’elle est censée remplacer.

 

5.  « Les plus riches paieront une cotisation de solidarité plus élevée »

C’est ce qu’a assuré Édouard Philippe, en présentant cela comme un progrès social, « un effort des plus riches ». « Jusqu’à 120 000 euros de revenus annuels, tout le monde cotisera au même taux, pour s’ouvrir des droits dans la limite de ce montant. » Au-delà, les salariés les plus aisés paieront une cotisation « qui financera, non pas des droits supplémentaires pour eux, mais des mesures de solidarité pour tout le monde ». Non seulement cette mesure est en réalité une régression, mais en plus elle promet d’ouvrir bien large la porte aux fonds de pension.

Aujourd’hui, jusqu’à 27 000 euros par mois, un salarié cotise à 28 % pour le régime de retraite, dont 2,8 % pour la solidarité. Avec la réforme, le salarié aisé ne cotisera plus au-dessus de 10 000 euros par mois, excepté ces 2,8 %. « Tous les salariés payent ces 2,8 % de solidarité, c’est un taux unique… Dire que c’est une contribution des plus hauts revenus est faux ! Surtout tant que cela ne s’applique pas aux revenus du capital », pointe Henri Sterdyniak.

Et pour compenser la perte de ce droit à la retraite, ceux qui gagnent plus de 10 000 euros mensuels n’auront d’autres solutions que de souscrire à des fonds de pension privés… « Pourtant, les cadres eux-mêmes avaient demandé le relèvement du plafond de l’Agirc-Arrco pour cotiser plus pour leur régime de retraite », déplore l’Économiste atterré.

 

6. « Nous engagerons les revalorisations nécessaires pour maintenir le niveau des pensions des enseignants »

Le premier ministre ne s’est pas étendu sur les détails de ces « revalorisations ». Mais son ministre de l’Éducation nationale est plus explicite. Jean-Michel Blanquer l’a dit dès le 6 décembre : pour compenser l’effondrement des pensions, « il y aura une part d’augmentation de salaire et une part d’augmentation des primes ». Si le gouvernement veut passer par des primes pour ce rattrapage, c’est qu’il pourrait en faire un levier au service d’une transformation profonde du métier.

Ces primes sont essentiellement de trois types aujourd’hui. D’abord, une indemnité de suivi et d’orientation des élèves (Isoe), versée à tous et s’élevant environ à 1 200 euros par an. Puis les primes REP et REP+, versées aux enseignants qui exercent en zone d’éducation prioritaire. Enfin, des indemnités de missions particulières (IMP), plus faibles (de 600 à 1 200 euros/an) et attribuées aux professeurs qui acceptent un surplus de travail : tuteurs, coordinateurs de groupe de travail, « référents » pour la lutte contre le décrochage scolaire, les projets culturels… Et c’est là que le bât blesse : « Il s’agit de primes différenciées, explique Frédérique Rolet, du Snes-FSU, accordées au bon vouloir de la hiérarchie, et qui ne manqueraient pas de devenir un outil de pression » sur les enseignants, si elles prenaient une part plus importante dans le traitement. Un levier formidable pour contraindre les enseignants à accepter réformes, nouveaux programmes, nouvelles fonctions, et surtout à devenir très dociles face au « nouveau management public ».

Ces indemnités sont en outre très inégalitaires : les femmes, nombreuses dans l’enseignement, y ont beaucoup moins accès – tout comme aux heures supplémentaires. Une inégalité qui se répercuterait d’autant plus sur les retraites si la part des primes augmente.

 

7. « Le temps du système universel est venu, celui des régimes spéciaux s’achève »

« C’est inadmissible, j’ai signé un contrat où je partais à la retraite à 52 ans, je vais devoir partir à taux plein à 64 ans. Je viens, en un trait de plume, de me prendre dix ans ! », fulmine un conducteur de train. C’est certainement le point sur lequel le premier ministre s’est montré, hier, le plus inflexible. La disparition de tous les régimes spéciaux. Mais alors qu’Édouard Philippe n’avait nullement mentionné de génération concernée par la bascule d’un système à l’autre, une « précision de Matignon » a confirmé, en milieu d’après midi, que, « pour les fonctionnaires et les agents des régimes spéciaux dont l’âge légal de départ est de 52 ans », le nouveau système ne s’appliquera que pour les salariés nés à partir de 1985.

Exception notable, les « forces de sécurité intérieures conserveront le bénéfice des dérogations d’âge », a précisé le premier ministre. Christophe Castaner leur avait donné des gages pour qu’ils n’entrent pas dans la contestation, Matignon a confirmé que « ceux qui sont exposés à des fonctions dangereuses dans le cadre de missions régaliennes, comme les pompiers, les policiers, les gendarmes, les gardiens de prison et bien sûr les militaires » seraient exemptés d’allongement de cotisation.

Dans les métiers du rail notamment, dont l’accès au départ anticipé était inscrit dans le statut des salariés de la SNCF ou de la RATP en compensation de la pénibilité de la tâche, c’est la colère qui l’emporte. D’autant que, souligne Pierre Khalfa, codirecteur de la Fondation Copernic, « les régimes spéciaux avaient justement pour fonction de prendre en compte la pénibilité ».

 

8.  « Nous allons améliorer la prise en compte de la pénibilité selon des critères qui seront les mêmes pour tous »

Comment croire aux promesses faites hier par Édouard Philippe de meilleure prise en compte de la pénibilité des métiers, dans cette réforme des retraites, quand lui-même et son gouvernement ont biffé en 2017 quatre des dix critères contenus dans le compte pénibilité, ouvrant justement droit à un départ anticipé ? Et pas des moindres. Les ordonnances Macron affaiblissant le Code du travail ont, en effet, enlevé de cette liste les « manutentions manuelles de charges », « les postures pénibles », « l’exposition à des agents chimiques dangereux » et « les vibrations mécaniques », sur ordre du patronat. Sur ce sujet de la pénibilité, la cote de confiance dont jouissait le premier ministre avant hier est proche de zéro. Ce ne sont pas les vagues assurances d’extension de ce régime rétréci de la pénibilité « aux trois fonctions publiques et notamment aux aides-soignantes et aux infirmières » qui diminueront cette courbe de défiance.

 

9. « Ne comptez pas sur moi pour renvoyer la patate chaude aux partenaires sociaux »

En voilà un beau coup bas. Invoquant pêle-mêle Pompidou, Rocard, de Gaule et Mendès France, Édouard Philippe en a appelé, au risque d’être redondant, aux « gestionnaires responsables du paritarisme en France, qui ont démontré leur sens des responsabilités ». À eux de trouver un moyen d’inciter tous les Français à partir à la retraite à 64 ans d’ici à 2027. En fixant, par exemple, le montant des décotes entre 62 et 64 ans alors que tous les syndicats se sont expressément opposés aux mesures d’âge. Si ce n’est pas un beau renvoi de patate chaude, comme s’en défend le premier ministre… « Nous mettrons en place, dès l’année prochaine, une gouvernance qui confiera aux partenaires sociaux les principaux leviers. Il leur reviendra donc de fixer une trajectoire de retour à l’équilibre puis de maintenir celui-ci », insiste Édouard Philippe. La commande est rédigée. Reste aux syndicats de la signer ou bien… « Dès lors, ressurgissent les méthodes antidémocratiques avec la volonté de vouloir passer par ordonnances et décrets des arbitrages essentiels pour l’avenir de nos retraites », déplore la CGT. « Le gouvernement nous ressert exactement ce qu’il a fait pour l’assurance-chômage : il tiendra les rênes pour imposer ses vues et, en dernier recours, il passera en force », confirme Henri Sterdyniak.

 

10.  Le projet de loi « renverra à des ordonnances ou à des décrets les précisions sur les transitions »

Le choix du calendrier annoncé par Édouard Philippe risque de rappeler de bien mauvais souvenirs sur le plan démocratique. Le premier ministre a, en effet, annoncé un Conseil des ministres dès le 22 janvier, puis un démarrage de l’examen du projet de loi à la fin de février par les parlementaires. Il s’agit donc d’aller vite. Et le gouvernement ne lésinera pas sur les moyens de passer en force pour acter sa réforme : les « précisions sur les transitions » seront adoptées par ordonnances ou par décrets. Voilà qui rappelle les ordonnances Macron, qui s’attaquaient au Code du travail dès septembre 2017. Ou encore, un peu plus tôt, lors du précédent quinquennat, le 49.3 utilisé par Manuel Valls pour faire adopter sans débat la loi travail, en 2016… Face à la contestation sociale et au débat parlementaire, la méthode du gouvernement reste donc la même – le passage en force –, alors qu’une majorité de Français soutient toujours le mouvement social démarré le 5 décembre.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011