Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 16:16
Fabien Roussel et Julien Lauprêtre

Fabien Roussel et Julien Lauprêtre

Cheminot, Résistant, communiste, infatigable militant du bonheur des Hommes, Julien Lauprêtre nous a quittés. Je pense aujourd’hui aux centaines de milliers de familles, d’enfants qui ont retrouvé le sourire et une part de dignité grâce au Secours populaire sous sa présidence.

Déclaration de Fabien ROUSSEL

Secrétaire national du Parti communiste français

 

Avec Julien Lauprêtre, disparaît une grande figure du combat pour la justice et la dignité.

Parce qu’il avait chevillé au corps, depuis son plus jeune âge, le principe de fraternité proclamé par notre République, Julien Lauprêtre aura consacré l’essentiel de sa vie à l’animation du Secours populaire, dont il sera devenu la figure centrale depuis 60 ans.

C’est sous son impulsion que l’association sera devenue l’un des principaux recours des oubliés et des victimes d’un système capitaliste qui reproduit en permanence ses insupportables privilèges et inégalités. C’est aussi grâce à lui qu’elle sera devenue, en 1985, un « Établissement d’utilité publique ». Et c’est encore grâce à son inépuisable énergie qu’elle se sera toujours placée en première ligne des actions de solidarité avec celles et ceux qui affrontent les humiliations du quotidien comme les grandes tragédies humaines, des résistants espagnols à la dictature de Franco aux opposants chiliens au général Pinochet, du peuple vietnamien écrasé par la plus puissante armée du monde aux populations de Palestine sous les bombes, des enfants victimes du SIDA aux rescapés des grandes catastrophes naturelles.

Avec Julien Lauprêtre, le Secours Populaire aura inscrit tous ses engagements sous le mot d’ordre : « Nos vies s’appellent solidarité. » Il avait coutume d’invoquer les « nouvelles résistances » qu’il convenait d’organiser, et les plaçait dans la continuité du programme du Conseil national de la Résistance. À l’occasion du bicentenaire de la Révolution française, en 1989, il avait même lancé une campagne autour de « nouveaux cahiers de doléances », initiative quoi prend de nos jours une singulière résonance.

Aujourd’hui, dans un monde en convulsions, la précarité et la misère saccagent d’innombrables vies, l’accès aux droits fondamentaux comme à la culture n’est plus garanti pour des dizaines de millions d’êtres humains, les libertés fondamentales sont remises en questions dans de très nombreux pays, l’humanité se voit mise en péril p,ar le dérèglement climatique. Jamais nous n’aurons eu autant besoin de cette vision plaçant l’Humain au cœur des politiques publiques. Les familles qui, chaque année dans notre pays, auront connu pour un court moment le bonheur des vacances, peuvent en témoigner.

Les communistes ne sauraient, au demeurant, oublier que Julien Lauprêtre aura fait ses premiers pas militants dans les rangs du PCF. Fils de cheminot communiste et syndicaliste CGT, lui-même tailleur de glace, il rejoindra la Résistance aux heures les plus noires de l’Occupation. Il intégrera alors le réseau clandestin de la Jeunesse communiste, sera arrêté en 1943, et partagera la cellule de Missak Manouchian, figure emblématique de l’Affiche rouge et de la Main-d’œuvre immigrée. Cela le marquera pour le reste de son existence et l’amènera, après la Libération, à devenir l’un des responsables nationaux de la JC puis du Parti communiste français. Il sera ainsi, trente ans durant, membre de son comité central. Bien qu’ayant décidé de se consacrer exclusivement aux activités du Secours populaire, après 2000, il se retrouvera encore très souvent à nos côtés dans le combat sans cesse renouvelé en faveur d’un autre avenir pour l’humanité. Il était ainsi venu faire partager aux membres du conseil national sa grande inquiétude devant la gravité de la situation des droits humains fondamentaux en France et dans le monde.

Aujourd’hui, tous les humanistes, tous les progressistes se sentent orphelins. Julien Lauprêtre restera pour chacun et chacune un exemple de courage, d’humanité et de détermination. Il va terriblement manquer à l’action contre l’ordre absurde de notre société.

Au nom du Parti communiste français, j’adresse mes condoléances émues à ses quatre enfants et à sa famille. Et je veux assurer ses proches, ses amis du Secours populaire, de toute notre affection et de notre solidarité.

FABIEN ROUSSEL, secrétaire national du PCF

 

Julien Lauprêtre vient de nous quitter.
Président du Secours Populaire, il était la générosité faite homme.

Merci Julien, pour ce que tu étais, pour tout ce que tu as fait, et qui nous donne envie de poursuivre le combat.

Ian Brossat, porte-parole du PCF, candidat aux Européennes de la liste l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent

 

Hommage de Jean Dréan, militant du PCF Morlaix, en maison de retraite à Quimper

Un sacre bonhomme. Depuis 3 on 4 ans, on tentait d'obtenir la légion d'honneur pour François Paugam Homme des luttes sociales.. Responsable du secours populaire de morlaix. Un dossier en béton établi par le commissaire Le Borgne. Ca ne passait pas. A la fete de l'huma le passage de Julien: une idée de génie, je lui en parle..... 15 jours plus tard un coup de fil du commissaire....Francois Paugam officier de la légion d'honneur. Une première a Morlaix.....une céremonie grandiose à la mairie.... Alain David l'acteur actif d'une céremonie digne d un empereur.... La fédé des cheminots au premier rang. Le camarade Andouard  que j'ai rencontré plus tard en gare de Saigon- Ho-chi-minh ville.. .en mission de formation des cheminotes viets au syndicalisme. De quoi écrire un vrai roman......on ne va pas continuer à se laisser berner par le président des riches... A la lutte camarades..... " Jean Dréan

 

Hommage de Pierre Outteryck

Depuis 1995, Julien Lauprêtre m'a accompagné au sein du Secours populaire français.
Grâce à lui j'ai acquis la certitude que personne ne pourra briser ma force et ma volonté de participer à la transformation du monde et en même temps d'aider chaque jour tous ceux qui souffrent.

Le président Julien Lauprêtre répétait : "ce que nous faisons au Secours populaire ne règle rien et en même temps c'est tellement important, tellement essentiel pour toutes celles et tous ceux que chaque jour nous aidons."
Handicapé, je partage pleinement cette philosophie profondément humaniste.

Je suis acteur de cette belle campagne Ouvrir le Panthéon au monde ouvrier, Martha Desrumaux, pour une ouvrière au Panthéon !
Le président Julien Lauprêtre s'était engagé dans cette campagne d'autant plus que depuis les années 30 Martha était une grande amie du Secours populaire.
Oui, Martha a toute sa place au Panthéon, Julien Lauprêtre l'a lui aussi !
Et avec lui d'autres grandes figures défendant la Solidarité, la Justice et la Paix comme l'Abbé Pierre, Marie-Claude Vaillant-Couturier, Soeur Emmanuelle et Joseph Wresinski.

Pierre Outteryck

 

Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire est décédé - L'Humanité
Vendredi, 26 Avril, 2019

Le Secrétariat national du Secours populaire et la famille ont annoncé ce vendredi matin le décès de Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français, à 93 ans.

Communiqué du Secours Populaire Français.
Le Secrétariat national du Secours populaire et la famille ont l’immense tristesse d’annoncer le décès de Julien Lauprêtre, Président du Secours populaire français, survenu à 93 ans, dans un hôpital parisien des suites d’une chute pour laquelle il avait été hospitalisé.
Plus qu’un Président, c’est un ami que tous les membres du Secours populaire ont perdu aujourd’hui. Julien se présentait toujours comme « bénévole à Paris ». C’est vrai qu’il n’était pas un Président ordinaire. Sa porte et son écoute étaient ouvertes à tous, sans distinction, à n’importe quel moment de la journée. Une humanité, une simplicité et une sincérité qui allaient droit au coeur des 80 000 bénévoles de l’Association.
Julien aimait répéter : « La solidarité ne règle pas tout, mais pour celles et ceux qui la reçoivent, elle est irremplaçable. » Et il ajoutait aussitôt cette phrase d’Henri Barbusse : « La solidarité, ce ne sont pas des mots, mais des actes. » Toute sa vie, Julien a refusé l’inacceptable, la pauvreté, l’injustice. Toute sa vie a été orientée vers les autres. Il a fait de la solidarité son combat quotidien, et du Secours populaire, un grand mouvement de solidarité populaire.
Dès son arrivée en 1954, Julien et un petit groupe d’hommes et de femmes vont faire du Secours populaire, l’une des plus importantes associations de solidarité de notre pays. Très vite, il a compris que l’association avait tout à gagner à se recentrer sur son rôle d’association de solidarité plutôt que d’intervenir sur le champ politique. Il en a fait une association rassemblant toutes les bonnes volontés pour que se développe une solidarité populaire indépendante des pouvoirs établis, qu’ils soient publics ou privés, philosophiques, confessionnels, politiques ou syndicaux.
Au Secours populaire, nous sommes quotidiennement les témoins de ceux qui vivent un véritable parcours du combattant pour régler leurs factures, faire trois repas décents par jour, se soigner… Nous sommes aussi les témoins, avec nos partenaires dans le Monde, des situations des enfants, des femmes, des hommes qui luttent pour survivre. La pauvreté est là. Elle ne recule pas. Elle s’aggrave.
Avec une ténacité incroyable, Julien a fait front pour ne pas laisser la désespérance prospérer. Il a sillonné le monde, fait le tour de notre pays pour mobiliser les bénévoles à agir sans relâche pour les personnes dans la précarité, et sensibilisé les dirigeants à la lutte contre la pauvreté en France, en Europe et dans le Monde.
Il avait aussi à coeur d’offrir aux enfants l’opportunité de prendre la parole, d’agir, de s’organiser. C’est ainsi qu’est né en 1992 le mouvement d’enfants bénévoles au Secours populaire, les « copains du Monde ».
Il a consacré sa vie pour que celles et ceux qui n’ont rien, ou si peu, relèvent la tête et soient plus forts pour s’en sortir grâce à la solidarité, dans une démarche d’égal à égal entre celui et donne et celui qui reçoit.
Aujourd’hui, les membres du Secours populaire sont plus que résolus à continuer son combat pour faire triompher l’entraide et la solidarité et faire reculer la pauvreté et l’exclusion.

 

 

JULIEN LAUPRÊTRE, TITI PARISIEN DES BARRICADES ET MIRACULÉ DE LA PLACE DU COMBAT

Le président du Secours populaire français a lancé un groupe de résistance dès l’âge de seize ans. Un exemple emblématique de l’audace de ces jeunes qui ont su défier l’occupant et joué un rôle majeur, avec la Jeunesse communiste clandestine, dans la libération de Paris.
Il est si jeune, et c’est déjà un homme. Julien Lauprêtre affiche dix-huit ans à peine lorsqu’il pose à côté de la barricade édifiée en bas de chez lui, fin août 1944, rue Érard, dans le 12e arrondissement de Paris. Sur cette photographie, le visage juvénile contraste avec la posture bien campée de celui qui en a beaucoup vu. Il a déjà passé cinq mois en prison pour propagande anti-hitlérienne, appris le métier d’ouvrier spécialisé dans le taillage de miroirs, parti pour l’exil, devenu l’un des responsables parisiens de la Jeunesse communiste clandestine. Il n’a encore que dix-sept ans quand il rencontre, dans les geôles de la préfecture de police, Manouchian et des hommes de l’Affiche rouge. Une rencontre qui marquera pour toujours la vie de celui qui deviendra le président du Secours populaire français (SPF). Mais, avant même d’être ballotté par les soubresauts de la grande histoire, le jeune Julien a été l’un de ces jeunes titis parisiens anonymes qui, dans leur quartier, dans leur rue, ont fait montre d’une incroyable audace face à l’occupant. Et il incarne l’irréductible esprit de liberté des militants de la Jeunesse communiste clandestine, qui ont joué un rôle majeur dans la libération de Paris.
Comme son père, Julien est rapidement 
fiché, traqué et recherché
Dès 1942, échauffé par les tracts que lui donne son père, syndicaliste cheminot passé dans la clandestinité dès 1941, Julien Lauprêtre monte un groupe avec deux copains d’école du 12e arrondissement. « Nous n’étions pas très organisés mais nous avons commis quelques faits d’armes… Le plus important, ce fut d’enlever la barrière qui empêchait le passage des Parisiens devant la caserne de Reuilly, occupée par les Allemands. Nous sommes allés la briser dans les escaliers du métro Faidherbe-Chaligny. » Les trois compères ne s’arrêtent pas en si bon chemin. « Nous changions l’orientation de tous les panneaux de signalisation en allemand, et passions consigne aux enfants du quartier d’envoyer en sens inverse les soldats qui demandent leur chemin. » Julien entre ensuite en contact avec la Jeunesse communiste clandestine. Leurs actions prennent alors une tout autre dimension. Les « Mort aux boches » écrits à la craie deviennent des énormes graffitis à la peinture Minium. « Nous balançions les tracts en vélo au marché d’Aligre ou ailleurs et nous organisions des prises de parole dans les cinémas, par groupes de trois. Si le premier se dégonflait, le deuxième prenait le relais, et pareil pour le troisième… » Opération réussie : les salles ont dû rallumer la lumière pendant les actualités allemandes. Parallèlement, Julien Lauprêtre devient apprenti dans une miroiterie pour aider sa mère. Comme son père, Julien est rapidement fiché, traqué et recherché. Jusqu’au jour où son « contact 01 », responsable de plusieurs groupes de jeunes, se fait pincer. Affreusement torturé, le camarade parle et les brigades spéciales envoient Julien à la préfecture de police. Il y partagera, huit jours durant, la même cellule que des FTP-MOI du groupe Manouchian. À quelques jours de son exécution, le chef de l’Affiche rouge lui dira alors : « Toi, tu vas t’en sortir. Alors promets-moi d’être utile aux autres, de continuer le combat tant que règne l’injustice sur cette terre. » « Je m’en souviens comme si c’était hier », confie l’octogénaire qui préfère évoquer ses batailles futures avec le SPF que l’anniversaire de ses dix-huit ans, célébrés derrière les hauts murs de la prison de la Santé. Après cinq mois d’enfermement, il parvient à sortir avec une promesse d’embauche. Mais le service du travail obligatoire le rattrape. Julien se réfugie chez des parents, à Oullins, en banlieue lyonnaise. Il n’y restera que quelques semaines. Dès qu’il apprend le débarquement allié en Normandie, il prend le train « pour libérer Paris ». Il retrouve enfin son père, qui organise l’insurrection décisive des cheminots. Lui se charge de lancer la première barricade dans le 12e arrondissement, au pied de l’immeuble familial. Il se démultiplie. Un peu trop même. Quelques jours après la libération de la capitale, il distribue un tract avec le titre « Vengeons Pimpaud », qu’il croit fusillé. Marcel Pimpaud, devenu entre-temps le lieutenant-colonel Dax, était un ex-secrétaire de la JC du 12e arrondissement parti avec les Brigades internationales. « Tandis que je continuais ma distribution, un gaillard me met la main sur l’épaule, et me dit : “Pimpaud, c’est moi ! Maintenant tu poses tes tracts et je vais t’apprendre à faire des cocktails Molotov.”. » Finalement, il ne sera pas de la lutte armée. Ce qui ne l’empêche pas de passer à deux doigts de la mort, sur la – bien nommée – place du Combat (ancien nom de la place du Colonel-Fabien). « Nous avons été chargés d’aller chercher des armes avec un camion à gazogène, rue de Flandre. Nous sommes tombés sur des nazis. Mon responsable s’est enfui et s’est fait tirer dessus. Je suis descendu avec le chauffeur, les mains à l’air, des Luger pointés sur ma nuque. Les Allemands m’ont fait traverser la place. Des corps jonchaient le sol, le long de la rue. Je pensais que j’allais mourir. Quand soudain, un traction avant FFI arriva et déclencha une fusillade. J’ai filé à l’anglaise. » Un véritable miracle. Avant même la fin des combats, Julien Lauprêtre sera chargé, par le Conseil national de la Résistance, de réquisitionner des locaux pour installer des organisations démocratiques. Boulevard Diderot, il débarque avec son revolver au QG des collabos du RNP pour en faire le siège du Parti communiste. Rue Érard, il installe le local de la Jeunesse communiste. « Les jeunes y ont afflué de manière impressionnante. On pouvait revivre. C’était une nouvelle vie. » Une nouvelle vie de combat.

Julien Lauprêtre

Julien Lauprêtre

Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 16:03
Meeting de Rennes, 24 avril: Ian Brossat (photo France Chapa)

Meeting de Rennes, 24 avril: Ian Brossat (photo France Chapa)

Absence de couverture nationale ou régionale du meeting de Ian Brossat à Rennes devant 800 à 1000 personnes: courrier de Philippe Jumeau, porte-parole régional du PCF, à la direction du Ouest-France

Bonjour

Comme vous le savez, je suis un lecteur attentif de la presse locale et je voudrais vous faire part une nouvelle fois, d’une interrogation sur le traitement d’infos politiques.

Mercredi soir, Ian Brossat, tête de liste du PCF était à Rennes en meeting régional, avec plus de 800 personnes rassemblées sous les Halles Martenot.

Le compte-rendu de cette soirée figure dans votre édition de l’Ille et Vilaine et nulle part ailleurs, donc impossibilité pour votre lectorat régional de savoir ne serait-ce que cela, que le PCF a tenu son plus fort meeting depuis très longtemps.

Donc vous m’accorderez que traiter un meeting régional uniquement en page du département d’accueil, ça n’est pas très juste, d’autant plus que sur la liste menée par Ian Brossat, figurent 4 candidat.e.s issu.e.s des 4 départements de la région Bretagne.

Et même si cela me concerne moins, je me dis qu’il doit en être pareil aujourd’hui pour Benoit Hamon qui était hier soir à Lorient ( j’ai assisté à son meeting régional, là aussi) dont le CR figure en page Morbihan donc sans doute pas ailleurs.

Par contre en page Bretagne aujourd’hui, on apprend que Gilles Pennelle est sur la liste RN en « position qui le rend difficilement éligible au Parlement européen » !!! Voilà une info que tous les bretons avaient besoin de connaitre !

Pourquoi une telle différence de traitement ? Que faut-il comprendre ?

Depuis des mois, j’écris régulièrement, appelle souvent pour signaler ces inégalités de traitement et je n’ai pas très souvent des réponses que je vais qualifier d’argumentées.

J’ai régulièrement demandé à ce que mes interpellations soient publiées en page des lecteurs de Ouest-France, et pour l’heure aucun suivi d’effet.

Dans un mois, il y aura le vote pour les élections européennes, et il me semble simplement équitable que toutes les organisations soient traitées à égalité, car le pluralisme des idées dans la presse est une nécessité de la démocratie.

Restant à votre disposition pour tout échange complémentaire, cordialement,

Philippe Jumeau

Secrétaire départemental du PCF 56, porte-parole régional du PCF

 

Discours de Philippe Jumeau à la fête de l'Huma Bretagne 2018 en présence de Ian Brossat pour son premier meeting en Bretagne avant celui du Relecq-Kerhuon en région brestoise le 1er février, et celui de Rennes le 24 avril

Discours de Philippe Jumeau à la fête de l'Huma Bretagne 2018 en présence de Ian Brossat pour son premier meeting en Bretagne avant celui du Relecq-Kerhuon en région brestoise le 1er février, et celui de Rennes le 24 avril

Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 14:56
Marie-Hélène Bourlard, militante syndicale, n°2 sur la liste du PCF L'Europe des gens contre l'Europe de l'argent, en direct de la manif de Bruxelles, avec Philippe Martinez
 
 
🔴 En direct de Bruxelles avec Philippe Martinez, partout en Europe mobilisons-nous !
Rejoignez notre comité de soutien :
➡️ https://www.europedesgens.fr/appel_voter
Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 05:58

Une phrase qui résume le show télévisé d’Emmanuel Macron : « Je ne crois pas que la colère qui s’est exprimée dans le pays s’explique par les réformes mises en œuvre ces deux dernières années. Il faut aller plus loin ». Seuls le Medef et les privilégiés de la finance seront rassurés !

 

Le président de la République et son gouvernement nous avaient annoncé des « mesures fortes et puissantes ». En fait, les Français.e.s auront eu droit à un exercice d'autosatisfaction, dans le prolongement des shows solitaires du « Grand débat national ».

 

 

Les mouvements des « Gilets jaunes », les journées intersyndicales, les mobilisations dans les entreprises, ce que nos concitoyens ont exprimé à travers les cahiers de doléances ou dans les réunions publiques ont tous porté une puissante exigence de dignité. Ils ont posé la question de l’amélioration réelle et rapide du pouvoir d’achat, de l’augmentation du Smic et des salaires, de la justice fiscale avec le rétablissement de l’ISF et la mise à contribution des ultrariches, des actionnaires, de la finance. Ils ont mis en avant le développement des services publics, le besoin d’une démocratie qui ne soit plus asphyxiée par le présidentialisme, l’urgence de conduire la transition écologique dans la justice sociale.

Ce soir, il ne leur a pas été répondu. Enfermé dans son acharnement à protéger ceux qui ne cessent de s’enrichir, ce pouvoir a ainsi pris la responsabilité d’aggraver la désespérance dans le pays. 

Quelques-unes des mesures annoncées sont, bien sûr, à mettre au crédit des mouvements populaires des dernières semaines. Mais elles ne changent en rien le cours d’une politique que le pays rejette dans son immense majorité.

Pire, on ose maintenant demander de nouveaux sacrifices à des Français.e.s dont les fins de mois sont difficiles et qui demandent que le travail paie. Quelle honte ! En guise d’« Acte II » de son quinquennat, Monsieur Macron nous fait du sarko-fillonisme. Il enjoint les  Français.e.s à « travailler davantage », il veut poursuivre la « baisse de la dépense publique » qui affaiblira un peu plus nos services publics, il annonce l’amoindrissement des ressources de la Sécurité sociale par la poursuite des exonérations de cotisations, et il confirme sa volonté d’allonger la durée de cotisations donnant droit à la retraite. Quant au droit à la différenciation pour les collectivités, loin d'améliorer la décentralisation, il menace l'unité de la République et l'égalité territoriale. Et aucune réponse concrète n’est apportée à l’urgence écologique.

Bref, lorsque président nous propose de jouer à « qui veut gagner des millions », le casting est toujours le même : ses amis du CAC 40.

C’est maintenant à notre peuple de se faire entendre avec plus de force encore. La première réponse à la provocation présidentielle doit être de puissantes mobilisations populaires : ce samedi avec les gilets jaunes, le  1er Mai et le 9 mai à l'initiative des organisations syndicales. 
 
Ces mobilisations ont plus que jamais besoin d’une perspective politique de gauche. C’est en ce sens que le PCF a déjà mis en débat dix propositions pour la France.

 

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 05:56
Européennes: à Rennes le 24 avril, Ian Brossat précise son programme (Julia Hamlaoui, L'Humanité, 25 avril 2019)
Européennes. À Rennes, Ian Brossat précise son programme
Jeudi, 25 Avril, 2019

Augmentation des salaires, défenses des services publics, lutte contre l’évasion fiscale… C’est dans une halle Martenot, bien remplie, de la ville bretonne que le candidat communiste pour le scrutin du 26 mai a présenté mercredi soir les grandes lignes de son programme tout juste sorti de l’imprimerie.

 

C’est à Rennes que Ian Brossat a entamé mercredi son dernier mois de campagne avant le scrutin européen du 26 mai prochain. Avant de gagner Rouen jeudi, et Clermont-Ferrand vendredi pour une série de meetings que son équipe annonce comme des réussites, c’est devant 800 Bretons que la tête de liste communiste a brossé les grandes lignes de son programme tout juste sorti de l’imprimerie.

Mais, alors que les annonces du président sont attendues pour ce jeudi soir, c’est d’abord à la politique d’Emmanuel Macron que s’est attaqué le candidat. « Ce sont des génies. Depuis des mois les gens disent ‘’on veut que le travail paie’’, et la réponse du gouvernement c’est une journée de travail gratuit », a-t-il lancé, fustigeant « un peu comme dans Koh-Lanta, le totem d’immunité » dont bénéficient les ultra-riches. L’entrée en matière n’est pas si loin du reste du discours : « les enjeux européens et nationaux sont étroitement connectés, ce sont les mêmes politiques libérales menées à Paris, Bruxelles et Strasbourg ».

Dans une halle Martenot rennaise bien remplie – le « signe » d’une dynamique selon les militants du PCF qui soulignent une mobilisation inédite depuis des années -, l’élu de Paris appelle à rompre avec les « deux dogmes » sur lesquels repose « l’Europe de l’argent » : l’austérité incarnée par la règle des 3 % de déficit maximum autorisé par le traité de Maastricht et la concurrence libre et non faussée. Avant lui, une série de candidats se sont succédé sur scène donnant à voir quelques-unes des conséquences de cette « Europe du fric ». « J’ai vécu 15 ans à la rue, je n’ai eu mon premier appartement qu’à 44 ans. Ce dont je m’aperçois, c’est que c’est de pire en pire, il y a de plus en plus de sans abris en Europe », lance Elina Dumont appelant à « remettre de l’humanité au cœur de cette Europe ». Peu avant, ce sont Gilbert Garrel (ancien responsable de la CGT cheminot) et Pascal Gontard (responsable de la fédération CGT port et docks) qui témoignent : ils ont en commun leurs mobilisations contre « les directives de libéralisations » qui se sont attaquées tant aux conditions de travail dans leurs secteurs, le rail et les ports, qu’aux services publics.

Arracher « une autre utilisation de l’argent »

En face, « l’Europe des gens » qu’entend incarner la liste Brossat se décline en 3 priorités, explique le candidat. Avec « d’abord une Europe dans laquelle le travail paie », avance-t-il constatant « qu’au cours des 10 dernières années, le taux de travailleurs pauvres est passé de 7 % à 10 %, quand dans le même temps les richesses produites par ces mêmes travailleurs sont passées de 15 000 milliards d’euros et 17 000 milliards d’euros ». Un « Smic européen à au moins 60 % du salaire moyen » est avancé par le communiste qui trouve étrange que les députés européens « soient tous payés pareil » et qu’on juge impossible de faire de même pour les salariés. La « deuxième rupture », présentée par Ian Brossat mercredi concerne les services publics, constitutifs du modèle inventé par « la France après 45 » et contre le démantèlement desquels il propose « une clause de non-régression sociale ». « Un peuple, un État devrait avoir le droit de dire ‘’nous ne voulons pas de cette directive car elle ne nous apporte pas de progrès’’ », plaide-t-il avant d’enchaîner sur la troisième priorité du programme communiste, arracher « une autre utilisation de l’argent ». Avec deux leviers principaux en la matière : utiliser les fonds de la BCE « notre coffre-fort à tous » pour abonder, plutôt que les banques, notamment « un grand plan de transport par fret » ou à la création d’un « service public dédié la rénovation énergétique » ; combattre l’évasion fiscale et ses « 1000 milliards (qui) partent en fumée chaque année » en « ferm (ant) les frontières aux fraudeurs fiscaux ». Reste qu’à quelques semaines du scrutin, l’abstention s’annonce toujours aussi forte et les intentions de vote pour le PCF peinent à dépasser le seuil des 3 %. Alors le candidat martèle son message : L’élection ne compte pas pour du beurre : « le parlement a beaucoup de pouvoir, s’il rejette une directive elle finit à la poubelle ». Et s’adressant à ses camarades : « Il nous reste un mois, un mois pour convaincre partout autour de nous, un mois pour gagner les voix une à une, un mois pour envoyer la première femme ouvrière au parlement européen depuis 30 ans ».

Julia Hamlaoui
Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 05:50
IAN BROSSAT répond à Jean-Luc Mélenchon: Personne ne peut jouer les gros bras à gauche (Le Journal du Dimanche, Sarah Paillou, 25 avril 2019)
Ian Brossat répond à Jean-Luc Mélenchon : "Personne ne peut jouer les gros bras à gauche"

Interview JDD - Sarah Paillou - La tête de liste du Parti communiste aux européennes, Ian Brossat, répond à l'Insoumis en chef, Jean-Luc Mélenchon, qui veut une "fédération populiste" après le scrutin du 26 mai : "Pas sur la base d'une hégémonie."

Le frémissement sondagier que connaît la liste communiste aux européennes donne de l'espoir à leur tête de liste, Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris. Lequel rêve d'atteindre les 5%, seuil nécessaire pour envoyer des eurodéputés à Strasbourg, de reconstruire son parti et même de rassembler la gauche, après le scrutin du 26 mai. Vaste programme. L'ancien professeur de 39 ans répond au passage à l'Insoumis en chef, Jean-Luc Mélenchon, qui veut une "fédération populiste" : "Pas sur la base d'une hégémonie." "Le chemin du dialogue et du rassemblement"… Mais à ses conditions.

On observe un frémissement dans les sondages : comment l'expliquez-vous?
Il y a clairement un avant et un après débat [entre les têtes de liste, le 4 avril]. Il m'a permis d'avancer des propositions, que je portais depuis longtemps mais qui étaient peu connues.

Est-ce que votre stratégie de campagne évolue?
On va multiplier les réunions publiques dans le grandes métropoles et dans les territoires populaires, comme au Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis. Et nous avons d'autres atouts dans notre manche encore trop peu connus, comme la composition de notre liste, que nous avons voulue à l'image de la société française : Marie-Hélène Bourlard, la numéro 2, est une ouvrière retraitée. Dans une période où les Français ne se reconnaissent plus dans les institutions politiques parce qu'elles ne les représentent plus, cette liste arrive à point nommé.

A quoi ça sert de voter pour une liste créditée de 3% au maximum d'intentions de vote, alors que les nationalistes gagnent du terrain en Europe?
Je refuse l'idée selon laquelle le débat politique se limiterait à un affrontement entre l'extrême-droite et les libéraux. Plus les jours passent, plus on s'aperçoit que le rempart que constituerait En marche est en carton pâte. Ce serait quand même absurde de voter pour une ancienne militante d'extrême-droite comme Nathalie Loiseau! [Mediapart a révélé cette semaine que la tête de liste En marche apparaissait en 1984 sur une liste d'extrême-droite étudiante, NDLR] L'élection européenne est le dernier scrutin national proportionnel : profitez-en pour voter pour vos convictions! Le bulletin de vote rouge donne aux électeurs la possibilité d'envoyer au Parlement européen la première femme ouvrière depuis 30 ans. Quand on sait à quel point cette institution est un repaire de lobbyistes et de financiers, je me dis que ça ferait du bien.

Voir aussi notre carte montrant comment l'alliance de Salvini et Le Pen peut devenir la 3e force après les européennes

Quel électorat pouvez-vous encore mobiliser pour atteindre ces 5%?
Le principal ennemi, c'est l'abstention. Cela suppose de convaincre qu'il y a un lien entre les politiques menées en France et l'échelle européenne. En juillet, la Commission européenne recommandait de mener une réforme des retraites : ce qui se dit à Bruxelles, c'est ce que fait le gouvernement. Et les eurodéputés prennent des décisions qui ont un impact sur votre vie quotidienne. Le vote au Parlement européen qui a conduit à la réforme de la SNCF en France a été adopté à 24 voix près. Si le rapport de force nous avait été plus favorable…

Il va falloir que la gauche retrouve le chemin du dialogue, évitons d'insulter l'avenir.

Vous appelez à un pacte de non-agression au sein de cette famille politique. N'est-ce pas risquer de laisser filer des voix potentielles vers Génération.s ou La France insoumise?
La gauche aujourd'hui est trop divisée, trop dispersée, je le regrette. Nous ne sommes pas parvenus à travailler ensemble. Mais une fois les européennes passées, il va falloir que la gauche retrouve le chemin du dialogue et du rassemblement. Donc évitons d'insulter l'avenir. Je n'aurai pas un mot de travers, et si j'ai eu des mots blessants, je le regrette. On peut avoir des débats, mais ça ne veut pas dire qu'on doit s'insulter. Quand Raphaël Glucksmann [tête de liste PS-Place publique] traite Jean-Luc Mélenchon de "Tchatcher de gauche", je ne pense pas nous en sortions grandis.

Pourquoi avoir refusé la main tendue de Glucksmann qui prônait le rassemblement?
Parce que le sujet, c'est l'Europe : on ne peut pas avoir sur une même liste des gens pour les traités européens ou pour les politiques d'austérité, et des gens contre. Il y a un impératif de clarté.

Mélenchon appelle à une "fédération populaire". Ça vous convainc?
L'unité est possible. J'y mets deux conditions : la rupture avec le libéralisme, je m'adresse là surtout au PS. On ne pourra pas se rassembler sur une politique semblable à celle du quinquennat de François Hollande, vécu à raison comme une trahison. L'union ne pourra pas non plus se faire sur la base d'une hégémonie d'une force, ça n'a pas marché et ça ne marchera pas. Je m'adresse là plutôt à Mélenchon : nul ne doit imposer ses vues aux autres. Personne ne peut jouer les gros bras à gauche, la situation doit nous pousser à l'humilité.

Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 05:46

Pour l’économiste Henri Sterdyniak, le débat autour de l’âge légal est « de la poudre aux yeux. Il est clair depuis le début que la future réforme comprendra un système complètement infect qui obligera les gens à travailler jusqu’à 65 ans et plus s’ils ne veulent pas partir avec une retraite misérable à 62 ans ».

L’âge de la retraite repoussé dans les faits à 64 ans
Vendredi, 26 Avril, 2019

Le chef de l’État a donné son feu vert à une pénalité financière sur les pensions, pour obliger les Français à travailler plus longtemps sous les apparences du « libre choix ».

Les Français devront financer eux-mêmes la baisse d’impôt sur le revenu qu’Emmanuel Macron leur a promise en « travaill(ant) davantage », a-t-il annoncé jeudi soir. Et cela ne passera non par la suppression d’un jour férié – le chef de l’État n’y est « pas favorable » – mais par une « décote » sur les retraites pour « inciter » les salariés à décaler leur départ à la retraite, autour d’un « point d’équilibre » situé à 64 ans. Pas question de toucher à l’âge légal fixé à 62 ans, a tranché le président de la République, d’abord parce qu’il s’est « engagé à ne pas le faire », et parce que ce serait « hypocrite », selon lui, au regard du chômage qui interdit à beaucoup de se maintenir en emploi.

Un tour de passe-passe qui ne change rien au fond, car la pénalité financière infligée à ceux qui voudront partir à l’âge légal suffira à les décourager de le faire, en dépit des apparences sauves du « libre choix » vanté par Emmanuel Macron. Pour l’économiste Henri Sterdyniak, le débat autour de l’âge légal est « de la poudre aux yeux. Il est clair depuis le début que la future réforme comprendra un système complètement infect qui obligera les gens à travailler jusqu’à 65 ans et plus s’ils ne veulent pas partir avec une retraite misérable à 62 ans ».

Devançant ces annonces, Jean-Paul Delevoye avait annoncé la couleur dès mercredi : oui, a reconnu dans la presse régionale le haut-commissaire à la réforme des retraites, le gouvernement réfléchit bien aux « idées de surcote et de décote » autour d’un « âge d’équilibre du système autour de 64 ans », sans repousser l’âge légal. Le 23 janvier, le même avait pourtant juré qu’« il n’y aura(it) pas de décote ». Cet arbitrage pourrait compliquer la suite des discussions avec les syndicats. Réagissant à la volte-face de Jean-Paul Delevoye, FO, qui a claqué il y a peu la porte de la concertation, dénonce un choix factice : « Un salarié sur deux du privé n’est déjà plus sur le marché du travail au moment de faire valoir ses droits à retraite » et n’a « d’autre choix que de subir la décote ». De son côté, Régis Mezzasalma, conseiller confédéral sur les retraites de la CGT, confie n’être « pas surpris, car cela s’inscrit pleinement dans la logique du projet gouvernemental. Cela confirme toute la nocivité de cette réforme, et le fait que le système à points est une loterie ».

Ce projet de décote est directement inspiré du mécanisme mis en place par l’accord CFDT-Medef dans le régime à points Agirc-Arrco (la CGT et FO n’ont pas signé), et qui prévoit une pénalité de 10 % pendant trois ans sur la retraite complémentaire des salariés remplissant les conditions du taux plein, sauf s’ils acceptent de décaler leur départ d’un an (pas de décote) ou plus (surcote de 10 à 30 % pendant un an). Favorable en 2015 à cet accord, la CFDT a depuis changé d’avis, et ne veut pas en entendre parler pour le futur régime universel. « Tous ceux qui ont dans la tête (de) jouer sur l’âge pour cette réforme auront l’opposition de la CFDT », avait réagi en octobre son secrétaire général, Laurent Berger.

Le Medef, qui milite pour un report de l’âge légal de la retraite, pourrait en revanche se satisfaire du choix d’Emmanuel Macron. Pour Régis Mezzasalma et la CGT, la décision du chef de l’État « vise à éteindre l’incendie sur l’âge de départ, en envoyant le signe à ses ministres issus de la droite et au patronat qu’ils ont été entendus ».

Sébastien Crépel
L’âge de la retraite repoussé dans les faits à 64 ans (Sébastien Crépel, 26 avril 2019, L'Humanité)
Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 05:35
Photo France Chapa: cadeau d'anniversaire pour les 39 ans de Ian Brossat au meeting de Rennes le 24 avril devant 1000 personnes

Photo France Chapa: cadeau d'anniversaire pour les 39 ans de Ian Brossat au meeting de Rennes le 24 avril devant 1000 personnes

Élections. Avec Brossat, les communistes fiers de leur couleur
Vendredi, 26 Avril, 2019

En meeting à Rennes mercredi, puis à Rouen et à Clermont-Ferrand dans la foulée, la tête de liste communiste pour le scrutin du 26 mai, Ian Brossat, « redonne de l’oxygène » au PCF, affirment ses militants, plus mobilisés que jamais.

Il se passe quelque chose, soufflent les militants du PCF réunis à la halle Martenot, à Rennes, ce mercredi, pour le meeting de Ian Brossat, leur tête de liste aux européennes. « La détermination monte de partout, assure Jeanne, la responsable des jeunes communistes du département, à l’entrée de la salle. On a une belle liste, avec beaucoup d’ouvriers, d’employés. C’est la première élection après la présidentielle. Et puis, avec tout ce qu’on s’est pris dans la tête depuis… » Avec près d’un millier de personnes qui assistent au meeting du jour, est-il annoncé plus tard au micro, la soirée est à la hauteur de leurs espérances.

Depuis le débat du 4 avril sur France 2, où la prestation de Ian Brossat a été saluée au-delà des cercles militants, les communistes assurent qu’il y a eu « un déclic ». « Le climat est très bon et on a d’excellents échos », se réjouit Serge. « Certains nous voient comme des dinosaures, mais d’un autre côté Ian montre une autre image », constate aussi Patrick, qui s’active dans la salle avant que les candidats ne gagnent la tribune. Ici, beaucoup se félicitent de la décision de mettre en selle un candidat communiste qui « redonne des couleurs » au PCF, après les vifs débats stratégiques qui avaient animé la formation, notamment sur le soutien à Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle. « Il y a une nouvelle génération post-chute du Mur qui assume d’être communiste », estime Lucien, un étudiant de 23 ans. Ian Brossat « redonne de l’oxygène à notre force politique », lance encore au micro Cinderella Bernard, une de ses colistières.

La clause de non-régression sociale : « une idée géniale »

Alors les sondages ont beau ne pas être au beau fixe, et demeurer pour l’heure sous le seuil des 5 %, les troupes sont mobilisées et enthousiastes. « On n’a pas d’autre choix qu’une campagne de terrain pour le faire connaître », reprend Serge, alors que le problème de l’apparition dans les médias est régulièrement soulevé par les militants. Reste que la participation s’annonce des plus faibles et que convaincre n’est pas toujours des plus aisés. « Les européennes touchent assez peu les gens, c’est assez compliqué de sensibiliser sur ces enjeux pourtant essentiels », constate Victor, un demandeur d’emploi de 26 ans. Sur scène, pour convaincre justement, la tête de liste déroule son programme, tout juste sorti de l’imprimerie, « Pour l’Europe des gens contre l’Europe de l’argent ». Smic européen à 60 % du salaire moyen (pas sous le seuil de pauvreté comme LaREM), clause de non- régression sociale, plans de transport par le fret ou de rénovation énergétique financés via la BCE, « notre coffre-fort à tous », lutte contre l’évasion fiscale défilent dans son discours (lire le détail sur l’Humanité.fr). Une forme de réponse aussi à Emmanuel Macron. « Les enjeux européens et nationaux sont étroitement connectés, ce sont les mêmes politiques libérales menées à Paris, Bruxelles et Strasbourg », insiste le candidat, qui torpille la politique présidentielle. Dans le public, les punchlines sur l’injustice sociale et fiscale font leur effet. « Quand je vois qu’on arrive à débloquer autant pour un monument (un milliard pour Notre-Dame la semaine dernière – NDLR) et que des gens continuent de crever dans la rue, je suis révoltée », gronde Natacha, une militante qui a fait le déplacement depuis Saint-Malo.

Au dernier rang, Raphaël, lui, est venu « s’informer ». L’étudiant suit Ian Brossat sur Twitter et a entendu parler de son action pour le logement à Paris. La baisse des APL décidée par Macron lui est restée en travers de la gorge : « J’ai des amis qui sont obligés d’aller manger chez d’autres à la fin du mois, il faut arrêter de s’en prendre à ceux qui touchent le moins. » Lui non plus n’est pas encore décidé, mais, après avoir quitté Génération.s et sa liste mi-avril, Sébastien Baguerey s’interroge : « J’ai été très désolé que l’on n’ait pas réussi à faire d’union à gauche, mais je me demande si aujourd’hui Ian Brossat ne tient pas le discours le plus juste. » Et de s’enthousiasmer pour la clause de non- régression sociale, « une idée géniale ». Une ombre demeure toutefois au tableau pour l’ex-socialiste : l’écologie, qui ne serait pas assez mise en avant. « Il nous reste un mois pour gagner les voix une à une, un mois pour envoyer la première femme ouvrière au Parlement européen depuis trente ans », plaide le candidat en fin de discours. Il n’en fallait pas tant à Jeanne : « On va mettre le paquet dans la dernière ligne droite », promet-elle.

Julia Hamlaoui
Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 05:13
Fabien Roussel à Tours avec nos camarades du PCF Finistère pour l'inauguration de la fédé d'Indre-et-Loire (mars 2019)

Fabien Roussel à Tours avec nos camarades du PCF Finistère pour l'inauguration de la fédé d'Indre-et-Loire (mars 2019)

Fabien Roussel : « Macron n’est pas en phase avec les demandent des Français »
Jeudi, 25 Avril, 2019
Pour le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, le président de la République s’est fendu d’un discours très long pour justifier la poursuite de sa politique, qui est pourtant une impasse.
Quelle est votre réaction aux annonces du président Emmanuel Macron dans la foulée de la consultation nationale ?
 
Fabien Roussel : Les Français demandent majoritairement un changement de politique. Emmanuel Macron leur a répondu : non seulement je continue ma politique, et je l’accélère même dans certains domaines. Il y a certes la réindexation des pensions sur l’inflation, mais ce sont des cacahuètes par rapport à ce que réclament les Français en matière de pouvoir d’achat. Il n’y a pas de hausses de salaires annoncées pour les salariés du privé comme du public. Les Français veulent plus de service public, notamment pour les hôpitaux, il répond : « moins de dépenses publiques ».
Les Français réclament très majoritairement le retour sur l’ISF, il rétorque sèchement que ce n’est pas d’actualité. Le président de la République ne fait pas d'examen critique. Au contraire, il réaffirme qu’il poursuivra sa politique, en l’aggravant, puisqu’il met en cause, la Fonction publique et le statut de la Fonction publique. Il dit même à demi-mot qu’il n’y aura plus de politique nationale du logement. Il entend poursuivre la casse de notre modèle social.
D’ailleurs, concernant la réforme des retraites, il ne garantit pas la pérennité de notre système par répartition, et des pensions dignes pour ceux qui auront cotisé toute leur vie. Pour être en phase avec les Français, il aurait fallu qu’il annonce aujourd’hui de véritables hausses de 200 euros pour les salariés du public et du privé, ainsi que des pensions, en plus de la réindexation des retraites.
Il aurait dû annoncer un plan ambitieux pour nos services publics, notamment pour la santé et l’Education nationale. A ce titre, il déclare que les classes n’excèderont pas les 24 élèves jusqu’en Ce1, mais comment, si l’on supprime des postes de fonctionnaires ? Il parle du climat et d’un conseil de défense du climat mais ne souffle mot sur les passoires thermiques en matière de logements. Rien non plus sur le développement des transports collectifs. Or, ce sont deux leviers sur lesquels il faut jouer pour atteindre les objectifs en matière de climat. Au final, l’intervention d’Emmanuel Macron est une logorrhée très longue qui, malheureusement, n’annonce rien de neuf sous le soleil de la France. 
Propos recueillis par Cathy Dos Santos
Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 05:00
Le militant Henri Curiel a été assassiné à 63 ans, le 4 mai 1978.

Le militant Henri Curiel a été assassiné à 63 ans, le 4 mai 1978.

Hommage. Paris honore Henri Curiel, et la lutte anticoloniale
Vendredi, 26 Avril, 2019

La Ville de Paris a inauguré jeudi une plaque à la mémoire de cet insatiable militant internationaliste, assassiné au pied de son immeuble, il y a 41 ans. Cette commémoration est un appel à poursuivre l’enquête, qui bute sur le secret défense.

«Si je ne brûle pas, si tu ne brûles pas, si nous ne brûlons pas, comment les ténèbres deviendront-elles clarté ? » C’est par ces vers, du poète turc Nazim Hikmet, qu’Alain Gresh, directeur d’Orient XXI, a rendu hommage à l’engagement total d’Henri Curiel. Cette grande figure de la lutte anticoloniale, qui est aussi son père, va désormais avoir une plaque à son nom, à Paris, apposée sur l’escalier reliant la rue Rollin à la rue Monge. C’est ici qu’Henri Curiel vivait, c’est ici qu’il a été assassiné de trois balles de colt 45, le 4 mai 1978.

Les sicaires, que des révélations récentes relient au Sdece, le contre-espionnage français, n’ont jamais été arrêtés. Récemment rouverte par le parquet, l’enquête bute aujourd’hui sur le secret défense. « Nous savons, grâce au travail des journalistes, qu’il y a des implications du général Aussaresses (tortionnaire pendant la guerre d’Algérie – Ndlr)et des plus hautes autorités de l’État. Ces décisions n’ont pas pu être prises sans en informer le président de la République, Valéry Giscard d’Estaing. Ça rend les choses compliquées. Mais nous ne perdons pas espoir », a déclaré Alain Gresh. Les proches d’Henri Curiel espèrent que la pose de cette plaque, par la Ville de Paris, constitue un « appel à poursuivre l’enquête ».

Un passeur entre le Nord et le Sud

Un appel, aussi, à « briser cette tradition française du secret défense qui fait qu’une partie de l’État pense être au-dessus des règles, au nom de la raison d’État ». Car il y a « des dizaines d’affaires qui relèvent du secret défense, comme l’affaire Ben Barka ou le massacre des tirailleurs à Thiaroye, en 1944, au Sénégal ».

Cette plaque rend aussi hommage à un « engagement communiste, humaniste, anticolonialiste », selon Catherine Vieu-Charier, adjointe à la maire de Paris (PCF). « Il a vite compris, abonde Alain Gresh, que le combat anticolonialiste était la question essentielle pour les pays du tiers-monde à une époque où le mouvement communiste pensait que la révolution sociale était plus importante, qu’elle aurait lieu dans les pays européens. » Cette intuition a structuré tous ses combats. Après avoir soutenu la France libre, Henri Curiel, provenant d’une riche famille juive du Caire, crée le Mouvement égyptien de libération nationale, premier parti communiste du pays, qui va jouer un grand rôle dans les grèves déclenchées sous domination britannique. Expulsé par le roi Farouk, il s’engage aux côtés du Front de libération national algérien. Il prendra même le relais de Francis Jeanson à la tête du réseau de porteurs de valises, avant d’être emprisonné à Fresnes. Après 1962, il crée le réseau Solidarité, qui va soutenir, former, des dizaines de militants anticolonialistes du tiers-monde. Mandela, Ben Barka, militants anti-impérialistes d’Amérique du Sud, il les a tous aidés…

« Beaucoup de personnes en France se sont levées contre l’entreprise coloniale, ont pris des risques – Henri Curiel l’a même payé de sa vie –, tout ceci doit être gratifié aujourd’hui », a réagi hier Bertrand Badie, professeur des universités. « L’histoire de France doit réintégrer tous ces militants et les considérer comme un pan de sa Résistance, comme une partie intégrante des valeurs humanistes de notre pays. » Aujourd’hui plus qu’hier, « parce que nous sommes confrontés à un délire populiste et nationaliste cultivant une forme de méfiance et de peur à l’encontre du Sud. (…) Un homme comme Henri Curiel était un passeur entre le Nord et le Sud, entre la France et ces pays d’Afrique qui deviennent un peu le centre du monde, démographiquement, sociologiquement, politiquement. Il faut que l’on apprenne, à travers lui, que nous ne sommes plus seuls au monde. »

Pierre Duquesne
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011