Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2020 3 10 /06 /juin /2020 19:35
A COEUR OUVERT (Journal PCF Bretagne - Juin 2020)
A COEUR OUVERT (Journal PCF Bretagne - Juin 2020)
A COEUR OUVERT (Journal PCF Bretagne - Juin 2020)
A COEUR OUVERT (Journal PCF Bretagne - Juin 2020)
Partager cet article
Repost0
10 juin 2020 3 10 /06 /juin /2020 19:34
Ouest-France, Morlaix, 10 juin 2020

Ouest-France, Morlaix, 10 juin 2020

Le Télégramme, Morlaix, 10 juin 2020

Le Télégramme, Morlaix, 10 juin 2020

CHÂTEAU DE SUSCINIO

Notre communiqué de presse. 10 juin 2020

➡️ La ville vraiment intéressée par le Château de Suscinio ?

La Ville s’est dite intéressée et vigilante sur la vente du château de Suscinio à Ploujean.

C’est une bonne nouvelle.

Néanmoins, nous sommes plus que surpris que notre Maire, elle-même Conseillère Régionale, n’ait pas proposé plus tôt un projet pour le château de Suscinio alors que le vote de son déclassement et de sa mise en vente a été acté dans sa collectivité le 14 février et était envisagée depuis plusieurs années….

Une réaction bien plus rapide et pas seulement guidée par l’urgence électorale aurait paru plus judicieuse.

L’adjointe au Maire actuel en charge du Tourisme et du rayonnement de la ville s’est d’ailleurs élevée il y a quelques jours contre cet achat éventuel du Château. Allez comprendre…

➡️ Pour notre part, nous avons pris contact avec le Président de la Région afin de lui demander de laisser le temps à la prochaine majorité d’analyser les opportunités que pourraient représenter l’achat par la ville de ce château et/ou du parc, notamment autour d’un projet écologique et participatif.

Dans la foulée, la commission permanente du Conseil Régional vient de repousser d’un mois la date de dépôt des offres.

Si le site, à proximité du Lycée agricole, pourrait disposer de nombreux atouts pour développer une régie de maraichage bio ou un tiers-lieu de la transition écologique, projets portés par la liste Morlaix Ensemble, il convient de rester prudent sur les coûts de restauration et d’entretien du château notamment.

L'équipe Morlaix ensemble

#Municipales2020
#28juin2020
Jean Paul Vermot

Partager cet article
Repost0
10 juin 2020 3 10 /06 /juin /2020 19:29
Nous demandons le RSA pour les moins de 25 ans

Le contexte historique dans lequel est plongé le pays depuis le début de l’épidémie a non seulement mis en lumière la précarité dans laquelle vivent des milliers de jeunes mais l’a aussi amplifiée. Face à cette hausse de la paupérisation d’une partie de la jeunesse, les annonces temporaires et tardives prises par l’exécutif apparaissent bien timorées et insuffisantes.

L’urgence doit être à un projet politique ambitieux pour la jeunesse. Ce projet doit s’accompagner aussi bien de mesures immédiates de protection sociale que de mesures à plus long terme favorisant une sécurité de l’emploi et de la formation pour l’ensemble des jeunes. L’ouverture du RSA pour les moins de 25 ans est une première mesure d’urgence qui permet d’instaurer un filet de sécurité pour éviter de sombrer dans la grande pauvreté.     

Le RSA est un filet de sécurité nécessaire

Alors que la crise économique risque d’entraîner nombre de jeunes dans la spirale de la précarité, Gabriel Attal, secrétaire d’État en charge de la jeunesse, s’est positionné contre l’ouverture du RSA pour les moins de 25 ans. Dans une interview accordée au très libéral journal les Échos, le plus jeune membre du gouvernement a déclaré qu’ « aucun jeune ne grandit avec les minima sociaux comme horizon » et que cette ouverture « inscrirait les jeunes dans un esprit de défaite ». Pourtant, pour un certain nombre, l’horizon le plus proche est celui de se retrouver en situation de grande précarité, sans aucune source de revenu.

Derrière ces déclarations, ce n’est pas l’âge d’éligibilité au RSA que remet en cause le secrétaire d’État, mais l’existence même de celui-ci. Ces propos nous ramènent au fameux mythe des minima sociaux qui produisent des générations entières de tire-au-flanc. Opposer une prétendue oisiveté des jeunes à l’octroi d’un minimum pour vivre est particulièrement abject. En plus de ne reposer sur aucune donnée tangible, ces discours sont dangereux. Ce n’est pas par fainéantise qu’un certain nombre de jeunes se retrouvent sans aucun revenu. La faute est à imputer à la multitude de réformes libérales de ces dernières années qui ont eu pour conséquence de fragiliser le peu de sécurité dans l’emploi, et notamment dans celui des plus jeunes.

L’ouverture du RSA aux moins de 25 ans doit permettre d’empêcher celles et ceux qui n’ont aucune source de revenu de tomber dans l’extrême pauvreté. Ce minima social est un filet de sécurité, certes insuffisant, mais nécessaire.

Évidemment, le RSA ne saurait être l’alpha et l’oméga d’une politique jeunesse digne de ce nom. Mais son ouverture serait une première avancée pour nombre de jeunes. Porter cette revendication dans le débat public doit permettre une prise de conscience collective quant à l’importance de mettre en place des dispositifs pour lutter contre la précarité des jeunes.

C’est bien en renonçant à mettre fin aux mesures moins-disantes pour les jeunes que l’exécutif s’inscrit dans un esprit de défaite. Défaite face à la hausse du chômage, défaite face à la hausse de la précarité des jeunes, défaite face à la moindre ambition politique pour la jeunesse.

Treize organisations de jeunesse demandent l’ouverture du RSA pour les moins de 25 ans

De plus en plus de jeunes se retrouvent bien seuls face à un avenir incertain. Les annonces faites par le gouvernement ne permettent pas de lever ces incertitudes. L’urgence de la situation doit être de proposer des revendications concrètes pour sortir les jeunes de la précarité. L’ouverture du RSA pour les moins de 25 ans en fait partie.

À l’initiative du Mouvement jeunes communistes de France, treize organisations de jeunesse se sont réunies pour demander d’une seule et même voix l’ouverture du RSA pour les moins de 25 ans. Cette tribune a été publiée dans l’Humanité (1). La tribune est une première étape. Nous avons fait le choix de lancer également un site internet (2) afin d’interpeller directement Gabriel Attal à ce sujet.

Aux treize organisations de jeunesse, de nombreuses associations, organisations, personnalités, élus nationaux et locaux ont tenu à apporter leur soutien à cette revendication. Parmi eux une trentaine de parlementaires, de nombreux présidents de conseils départementaux et de mairies, mais aussi des organisations syndicales telles que la CGT ou encore la FSU. En une semaine ce n’est pas moins d’une centaine de soutiens qui se sont ajoutés à la liste. Tout au long de la semaine, les fédérations du MJCF vont interpeller les élus locaux afin d’élargir cette liste de soutiens.

Malgré le refus de Gabriel Attal, nous ne comptons pas nous arrêter là. D’autres actions d’interpellations sont prévues.

Léon Deffontaines, secrétaire général du MJCF.

1. https://www.humanite.fr/nous-demandons-louverture-du-rsa-pour-les-moins-de-25-ans-689831

2. https://www.rsamoinsde25ans.fr/

Mardi, 2 Juin, 2020
Nous demandons l'ouverture du RSA pour les moins de 25 ans

Tribune collective

 

Nombre de jeunes vivent en situation de grande précarité. Pourtant, les moins de 25 ans n’ont pas accès au Revenu de Solidarité Active (RSA). Son obtention est conditionnée au fait d'avoir occupé l'équivalent de deux ans d'un emploi à temps plein durant les trois dernières années ou avoir un enfant à charge. Ces exigences privent des milliers de jeunes, pourtant sans ressource, de ce minima social. Cette condamnation à la misère est inadmissible. Nous demandons la modification de la loi pour que les moins de 25 ans puissent bénéficier de ce droit au même titre que leurs aîné·e·s.

Le contexte historique dans lequel est plongé le pays depuis le début de l'épidémie du Covid-19 rend nécessaire la réparation de cette injustice. La crise économique actuelle est sans précédent depuis plusieurs décennies, la chute du PIB de 5,8 % au premier trimestre 2020 est la plus importante enregistrée depuis la création de l'indicateur en 1949. Les jeunes y sont particulièrement exposé·e·s : en 2017, 20,1 % des 18-29 ans vivaient sous le seuil de pauvreté contre 12,9 % des 30-39 ans et 14,1 % toutes tranches d’âge confondues (INSEE). La pauvreté des moins de 25 ans n'est pas un fait nouveau, le confinement l'a amplifiée. Plus souvent en contrats temporaires, plus souvent en période d'essai et durement exposé·e·s au travail ubérisé, les jeunes sont les premières et les premiers à perdre leur emploi. Disposant d'une épargne plus faible, souvent n’en disposant d’aucune, elles et ils sont plus vulnérables à une perte de revenu. Loin d'être suffisant, le RSA peut être un filet de sécurité salutaire dont elles et ils sont aujourd'hui malheureusement privé·e·s.

La majorité est fixée à 18 ans depuis plusieurs décennies. Les jeunes peuvent voter, se salarier, payer des cotisations, être prélevé·e·s de l'impôt sur le revenu, mais se voient pourtant refuser l'accès à un volet essentiel de la solidarité nationale. Cette exception est injustifiable et doit cesser. Une telle exclusion renvoie le sort de ces jeunes à une hasardeuse solidarité familiale qui les place dans une situation de dépendance. La misère dans laquelle sont plongés ces jeunes n'est pas une période passagère sans conséquence. L'extrême pauvreté met directement leur avenir et leurs possibilités d'émancipation en danger.

Ce gouvernement n'a jusqu'à présent pas fait grand cas des jeunes dans ses politiques publiques, sauf pour leur imposer un service national universel. Il n'existe pas de ministère dédié et il a fallu attendre plus d'un an pour qu'un secrétaire d'État soit nommé. Ce gouvernement n'a pas non plus démontré une grande volonté de s'attaquer à la pauvreté. Nous nous souvenons de ses ordonnances pour casser le droit du travail et abaisser la protection des salarié·e·s. Nous nous souvenons des aides au logement dont il a diminué le montant avant de le geler. Nous nous souvenons de l'expression « pognon de dingue ».

Nous avons vu le mépris du gouvernement auquel il a fallu deux mois pour annoncer le versement d'une aide exceptionnelle de 200 € pour les précaires de moins de 25 ans, ainsi que pour les étudiantes et étudiants ayant perdu leur emploi. Le versement de cette aide démontre l'injustice de l'exclusion d'une partie des jeunes d'un volet essentiel de la protection sociale. Nous demandons l'ouverture immédiate du RSA aux moins de 25 ans et sans condition spécifique.

Signataires :

MJCF - Mouvement Jeunes Communistes de France

MRJC - Mouvement Rural de la Jeunesse Chrétienne

JOC - Jeunesse Ouvrière Chrétienne

UNEF - Union Nationale des Etudiants de France

FENEC - Fédération Nationale des Etudiants Chercheurs

MJS - Mouvement Jeunes Socialistes

Jeunes insoumis-es

Jeunes génération.s

Jeunes écologistes

UNL - Union Nationale Lycéenne

FIDL, le syndicat lycéen

UEC - Union des Etudiants Communistes

Elles et ils soutiennent l'ouverture du RSA aux moins de 25 ans :

Députés :

André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme, président du groupe “Gauche démocrate et républicaine”

Alain Bruneel, député du Nord

Stéphane Peu, député de Seine-Saint-Denis 

Marie-Georges Buffet, députée de Seine-Saint-Denis

Jean-Paul Dufrègne, député de l'Allier

Jean-Paul Lecoq, député de Seine-Maritime

Sébastien Jumel, député de Seine-Maritime

Hubert Wulfranc, député de Seine-Maritime

Pierre Dharréville, député des Bouches-du-Rhône

Keclard-Mondesir Manuèla, députée de la Martinique

Régis Juanico, député de la Loire

Aurélien Taché, membre du groupe Ecologie Démocratie Solidarité, député du Val d’Oise

Sénateurs :

Cathy Apourceau-Poly, sénatrice du Pas-de-Calais 

Éliane Assassi, sénatrice de Seine-Saint-Denis

Éric Bocquet, sénateur du Nord 

Fabien Gay, sénateur de Seine-Saint-Denis

Guillaume Gontard, sénateur de l’Isère

Laurence Cohen, sénatrice du Val de Marne

Pierre Laurent, sénateur de Paris

Sophie Taillé Polian, sénatrice de la Loire

Organisations et associations :

- CGT

- FSU

- Union syndicale solidaires

- UNHAJ - Union National de l’habitat jeunes

- CNL - Confédération Nationale du Logement

- CNAJEP

- FFJ - Forum Français de la Jeunesse

Personnalités :

- Fabien Roussel, Secrétaire National du PCF

- Ian Brossat; porte parole du PCF et président de l’ANECR

- Guillaume Balas, coordinateur national de génération.s

- Benjamin Lucas, porte parole de génération.s

- Claire Monod, élue Ile de France

- Chloé Sagaspe, Membre du Bureau Exécutif  d’EELV

- Eva Sas, porte-parole d'EELV

- Alain Coulombel, porte-parole d'EELV

- Lilâ Le Bas, Conseillère au CESE

- Clémence Dolé,  représentante au COJ

- Adrien Hélary, représentant au COJ

- Bertrand Coly, Conseiller CESE

- Héloïse Moreau, représentante au COJ

 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
10 juin 2020 3 10 /06 /juin /2020 19:00
Mort de George Floyd : le PCF Quimper s’associe à l’appel au rassemblement de samedi 13 juin à 11h devant la mairie

RASSEMBLEMENT EN HOMMAGE À GEORGE FLOYD SAMEDI 13 JUIN 11 H QUIMPER PLACE ST CORENTIN À L'INITIATIVE DE LA LDH.

PLUS JAMAIS ÇA ! ( PCF pays de Quimper )

La section PCF du pays de Quimper s’associe à l’appel lancé par la LDH du Finistère à un rassemblement samedi 13 juin à 11h devant la mairie de Quimper en hommage à George Floyd.

La mort le 25 mai dernier à Minneapolis de George Floyd, qualifiée d’homicide volontaire par la justice de son pays, a soulevé une immense et légitime émotion.
Aux USA et partout dans le monde, les manifestants, parmi lesquels la jeunesse est très présente,crient leur refus du racisme, des discriminations, des violences policières.
Au-delà de leurs histoires personnelles ou collectives, dans leur diversité, ils expriment une puissante aspiration à la fraternité, au respect, à l’égalité, à la justice.

En France aussi cela fait écho.
Parce que nous ne sommes pas à l’abri du racisme, qui s’est nourri d’une histoire coloniale et de ses crimes sur laquelle la vérité a du mal à faire son chemin, aucune tolérance ne doit être admise à l’égard des actes, des écrits, des paroles racistes, plus encore quand ils sont le fait de ceux qui ont la
responsabilité de l’ordre républicain.
Parce que nos valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, notre vivre-ensemble, sont mis à mal par des politiques qui ont creusé les inégalités et les discriminations.
Parce que la police qui a vocation à être au service de la population a été et est trop souvent détournée de ses missions pour en faire le bouclier d’un ordre social injuste contre toute
contestation, qu’elle vienne des mobilisations sociales, des gilets jaunes, des jeunes des quartiers populaires.
Pour dire non au racisme et aux violences policières, oui au respect et à l’égalité des droits, à la justice et à la démocratie, qui fondent notre vivre-ensemble, les communistes seront présents samedi 13 juin à 11h devant la mairie de Quimper, dans le respect des règles sanitaires.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2020 3 10 /06 /juin /2020 18:57
10 Juin à Brest : Non au racisme et aux violences policières.

Cet après-midi à Brest, les communistes présents au rassemblement pour dire non au racisme et aux violences policières, oui à l’égalité des droits, à la justice et à la démocratie.

10 Juin à Brest : Non au racisme et aux violences policières.
10 Juin à Brest : Non au racisme et aux violences policières.
Partager cet article
Repost0
10 juin 2020 3 10 /06 /juin /2020 05:25

 

La date fatidique du 01 juillet arrive... et avec elle la possibilité que le gouvernement israélien annexe toute une partie de la Cisjordanie et de la vallée du Jourdain.

 

Dans une première étape l’AFPS a lancé la signature d’une pétition pour que la France réagisse vite et fort face à cette menace qui met en cause le Droit international.

 

Un gouvernement dit « d’union et d’urgence » a été mis en place en Israël.

Pendant les 6 premiers mois censés être consacrés à l’urgence sanitaire, une seule décision politique est prévue : l’annexion de la vallée du Jourdain et des colonies israéliennes en Palestine occupée.

Cette mise en application du plan Trump - déjà à l’œuvre sur le terrain - est du vol en bande organisée : c’est une violation totale du Droit international et cela appelle des réactions fortes et immédiates de la communauté internationale.

Monsieur le Président de la République, je refuse ce déni du droit et je ne veux pas vivre dans un monde régi par la loi de la jungle.

Je vous demande de passer aux actes :

Vous devez reconnaitre immédiatement l’État de Palestine et interdire les produits des colonies israéliennes sur le territoire français

Vous devez reconsidérer les coopérations de la France avec Israël tant qu’Israël foulera aux pieds le Droit international

Vous devez demander à l’Union européenne de suspendre son accord d’association avec Israël

 

Pour signer voici le lien https://www.france-palestine.org/Petition-Depecage-de-la-Palestine-arreter-Netanyahou-StopAnnexion 

 

 

 

 

La deuxième étape de notre campagne, c'est de faire en sorte qu'un grand nombre de député.es et sénateur.rices sortent de leur torpeur sur cette question et agissent au niveau du Parlement. C'est la raison pour laquelle, nous nous permettons d'insister pour que vous aussi, en tant que citoyen.ne, vous écriviez à nos parlementaires pour qu'ils demandent au gouvernement de prendre des sanctions contre Israël et sa politique criminelle de colonisation, d'apartheid et, aujourd'hui, d'annexion. C'est très IMPORTANT.

 

Pour cela, c'est très facile : cela ne vous prendra que trois minutes et quelques clics, grâce à l'outil mis en place par l'AFPS sur son site:

 

1. cliquer sur ce lien: https://france-palestine.eaction.online/StopAnnexion

 

2. Sur Choisissez votre département, faites dérouler pour noter Finistère, puis cliquer sur Continuer 

 

3. Apparait alors la liste des députés et sénateurs du 29. Ils sont tous cochés. Pour choisir de ne s'adresser qu'à certains, décocher les autres. Mais, on peut aussi choisir de s'adresser à tous les parlementaires du Finistère.

 

4. Remplir les cadres pour vous identifier (Vous n'êtes pas obligés de noter votre adresse. Le nom de la commune et le code postal suffisent.

 

5. Répondre à la question d'arithmétique de très haut niveau : combien font ... ? au moyen de la petite flèche, à droite de la case.

 

6. Cliquer sur envoi ...... et le message qui n'est pas modifiable est envoyé aux parlementaires.

 

Nous pensons vraiment, qu'avec le boycott des produits d'Israël, ces adresses aux parlementaires constituent le volet le plus important de notre campagne contre l'annexion, car si nous voulons obtenir des sanctions, il faut que le plus grand nombre de parlementaires pèsent sur Macron et le gouvernement. Dans tous les cas, ces messages seront utiles :

 

Aux parlementaires qui ont déjà agi ou qui s'apprêtent à le faire, car ils ont besoin d'être confortés dans leur démarche. Nous leur montrerons que nous sommes nombreux à les soutenir et les encourager.

 

* À celles et ceux encore hésitants, pour les pousser à agir.

 

* À celles et ceux dont nous savons que nous n'obtiendrons rien, car cela leur montrera que leur soutien (déclaré ou implicite) à la politique d'Israël est désapprouvé par un grand nombre d'électeurs et électrices.

 

Le peuple palestinien a besoin de toute notre solidarité, c'est la raison pour laquelle, nous avons fait un retour sur le marché de Morlaix samedi dernier où nous avons eu un accueil plutôt encourageant (et des échos dans la presse locale) au point qu'avec les ami.es présent.es, nous avons décidé de nous donner rendez-vous de nouveau SAMEDI 13 JUIN à partir de 10H. Venez nous voir, venez discuter de l'urgence à agir vite pour contrer la menace d'annexion qui menace 30% de la Cisjordanie...

 

https://www.letelegramme.fr/finistere/morlaix/france-palestine-solidarite-au-marche-07-06-2020-12562735.php

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-l-afps-s-affiche-au-marche-6860278

 

 

France Palestine Solidarité  du Pays de Morlaix

19, rue Waldeck Rousseau 29600-Morlaix

visitez notre site

et notre page Facebook

https://www.facebook.com/afpspaysdemorlaix/

Partager cet article
Repost0
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 15:25
Témoignage bouleversant de la soeur et du comité de soutien d'Adamé Traoré au congrès du Parti communiste à Ivry en novembre 2018 (photo Ismaël Dupont)

Témoignage bouleversant de la soeur et du comité de soutien d'Adamé Traoré au congrès du Parti communiste à Ivry en novembre 2018 (photo Ismaël Dupont)

Juin 2020 :

A l'heure où j'écris ces mots, la France est dans son dé-confinement. BFM TV, parle d'un remaniement avec ou sans E.Philippe en 1er Ministre.

Nous sommes en juin 2020, le COVID-19 est toujours dans la tête des français.
Mais une chose a changé, le climat social est tendu dans le monde.

Quelques jours avant, George FLOYD était tué au État-Unis d'Amérique. Rappelant en France, la mort d'Adama Traoré, ramenant le racisme au cœur des préoccupations des jeunes. Depuis deux semaines, nous connaissons des manifestations jusqu'à 20.000 personnes à Paris en pleine pandémie et partout en France.

Les jeunes réclament une justice pour tous, la fin des violences policières. Nous sommes à un tournant de l'histoire de nos pays face à ce racisme ancré dans notre quotidien.
Qu'il est loin le temps des « Black, Blanc, Beur » de 98.

Qu'il est loin le « I have a dream » de Martin Luther King mais pourtant toujours d'actualité. 57 ans après ce discours rien n'a changé, le racisme existe toujours, des personnes sont tuées car de couleur, ne trouvent pas de travail à cause de leur religion.

A l'heure où l’extrême droite continue de demander la France au français, où Eric Zemmour, clame haut et fort son racisme sur une chaîne d'information en continue.
A l'heure où des généralités sont faites, devrionse-nous rendre la France au blanc, au cheveux blonds et au yeux bleus ? Créer des « élevages » d'enfant parfait, sans maladie ? Les leçons de l'Histoire du Monde moderne, de la seconde guerre mondiale ne vous ont donc rien appris ?

A la jeunesse de France et du Monde si , et dans toute sa diversité elle demande que justice soit faite, que le racisme soit aboli. Car oui, cela n'est pas une idéologie politique ou sociale, c'est un crime, un crime puni par la loi. Trop peu puni sûrement.

Et tout comme en 1983, nous rappelons que « La France, c'est comme une mobylette, pour avancer il lui faut du mélange ». La France de 2020, s'est construite avec des personnes d'origine différentes, a été sauvé pendant l'occupation par des personnes d'origine étrangère. Nous portons toutes et tous cet héritage.

Mais nous payons aussi, les politiques menées pendants des années.

Notre force, c'est d'être cosmopolite. Alors restons unis et disons notre refus du racisme.

Enzo de Gregorio, membre des Jeunesses Communistes pays de Morlaix 

 

Collectif ADAMA au Congrès du PCF

Partager cet article
Repost0
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 15:11
Photo Enzo de Gregorio - Archives Vincent Mouchel Ouest-France

Photo Enzo de Gregorio - Archives Vincent Mouchel Ouest-France

Voici un témoignage poignant de notre camarade des Jeunesses Communistes du pays de Morlaix, Enzo de Gregorio, sur la brutalité policière et gouvernementale, qu'il a subi comme animateur du mouvement lycéen contre la réforme des retraites à Concarneau et Quimper:

"A l’heure où les témoignages de violences policières ce multiplient sur la toile.
A l’heure où nous réclamons justice pour toutes les victimes, je vais témoigner de mon vécu du 16 Janvier 2020 à Quimper.
Mais avant tout, je tenais à ne pas mettre tout les policiers dans le même sac, deux notamment (ils se reconnaîtrons) à qui je porte un immense respect.

C'était un Jeudi de janvier 2020, comme chaque jour de manifestation, je partais de mon lycée seul. Seul physiquement mais pas mentalement, je savais qui m’attendrais à Quimper.
Ce jeudi là avait un goût particulier, cela devait être ma dernière manifestation contre les retraites. Après, cela serait un fond pour le Bac 2020 et mon orientation.

Arrivé à Quimper, je pris la direction (à pied) du siège du MEDEF, après avoir attendu quelque instant, les premiers camarades de la CGT arrivent puis l’ensemble des manifestants du jour (800 personnes).
Comme à l’habitude, les discours intersyndicaux sont scandés à la sono de la CGT puis direction le Géant de Quimper.

Décision est prise, nous le bloquerons, avec mes camarades lycéens, GJs et SUD, nous prenons une bretelle dangereuse.

Après qu’une voiture nous ait foncé dessus, nous plaçons des branchages sur la routes.

Quelques instants plus tard, les premiers véhicules de la PN de Quimper et les policiers équipés comme des CRS, viennent vers nous, la matraque à la main.
Nous avons donc rejoint les autres camarades afin de faire front, les policiers charge, nous partons quelque minutes après, pensant que tout était fini.

Il est 13h30-14h, les policiers de la BAC de Quimper arrêtent violemment un jeune camarade, quelque instant plus tard cela fut mon tour.

J’ai toujours à cet instant l’image de Krissa et Denis, qui tout comme moi ne comprennent pas.

Direction donc le commissariat, sirène hurlante, et à des vitesses excessives.
C’est parti pour 6h00 de Garde à vue, 6h à se faire insulter, à se faire aboyer dessus.
6 longues heures, je me souviendrai à vie des mots de la commissaire envers nous.

Je me souviendrai également d’avoir chanté « L’Internationale » dans ma cellule ainsi que « ON EST LÀ » durant mon interrogatoire.

Chaque heure de chaque jour, j’ai l’image de cette Garde à vue, les mots de ces policiers.

Ces visages me hanteront à jamais, la peur de cette police me suivra jusqu’à la mort.


Cette journée là a détruit une partie de moi".

Enzo De Gregorio

Précisions.

La manifestation du 16 janvier devant le siège quimpérois du Medef puis aux entrées de Géant, à laquelle nous avions apporté notre soutien, avait lieu à l'appel de l'intersyndicale qui s'était constituée contre la réforme des retraites.

Nous avons tous participé au blocage des entrées de Géant, décision collective.

A la dislocation, qui s'est faite à partir des différents points de blocage où nous étions présents, la police a visiblement ciblé les deux jeunes lycéens Enzo et Matéo, Enzo étant évidemment particulièrement repéré car c'est lui qui prenait la parole avec talent au nom des lycéens aux côtés des organisations syndicales dans les manifs.

Leur interpellation a été particulièrement brutale, mais seule une partie des manifestants a vu ce qui s'était passé et ont alerté les orgas participantes, moi j'ai eu l'info par la CGT et je suis allée rejoindre les syndicalistes présents devant le commissariat, nous étions plusieurs dizaines dont des camarades de la section dans l'après-midi.

Garde à vue très longue, en plus il s'agissait de mineurs. L'autre jeune avait 15 ans...

Devant le tribunal le 19 février, en plein après-midi il y avait pas loin de 150 personnes pour soutenir Enzo et Matéo convoqués devant le procureur, j'y étais aussi avec plusieurs camarades. Sandrine avait imprimé pour l'ul Cgt une affichette "Je suis Enzo et Matéo" "Nous étions en manif le 16 janvier devant le Géant" que tous brandissaient car effectivement la police, et le préfet, ont voulu faire un exemple en s'attaquant à ces 2 jeunes qui ont écopé d'un rappel à la loi alors que nous avions tous participé à cette action.

Yvonne Rainero, secrétaire de section du PCF Quimper - membre de la direction départementale du PCF

Partager cet article
Repost0
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 15:08
Turquie : Acharnement criminel de R.T. Erdogan contre le HDP (PCF, 9 juin 2020)
Turquie : Acharnement criminel de R.T. Erdogan contre le HDP

Rien n'y fait : épidémie de Covid-19, effondrement économique, guerres en Syrie, en Irak, en Libye... le président R.T. Erdogan poursuit de sa haine toutes les forces démocratiques de Turquie.

A nouveau, les députés du HDP, Leyla Güven et Musa Farisogullari, ont été interpellés et incarcérés avec la confirmation de leur condamnation et cela en dépit de leurs graves problèmes de santé. Le parlementaire CHP Enis Berberoglu vient de connaître le même sort. Tous trois ont rejoint les 45 maires destitués et les sept députés kurdes qui croupissent aux côtés de milliers de journalistes, d'intellectuels, de syndicalistes, de militants... dans les geôles turques.
Alors qu'il est affaibli, R.T. Erdogan s'est lancé dans une véritable fuite en avant répressive et agressive qui prive le peuple turc des libertés les plus élémentaires et accentue l'embrasement d'une région déjà exsangue.
Le Parti communiste français condamne la politique criminelle de R.T. Erdogan et exprime sa solidarité avec les démocrates emprisonnés. Il appelle à faire grandir les mobilisations pour que la France et les pays de l'Union Européenne sanctionnent cette politique liberticide et soutiennent les forces démocratiques.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 15:03

Les jeudis rouges : Avec Marx penser et agir aujourd’hui / 1ère partie.

Bernard Vasseur, Professeur de Philosophie

Après avoir longtemps enseigné la philosophie, Bernard Vasseur est aujourd’hui directeur honoraire du Centre de recherche et de création Elsa Triolet-Aragon à Saint-Arnoult-en-Yvelines.

Le philosophe Bernard Vasseur livre sa lecture de Marx à la lumière des questions que nous nous posons aujourd’hui, dans cet utile ouvrage de référence et d’éducation populaire.

Il ne s’agit pas de disposer d’un programme clé en main que nous aurait légué Marx, mais de refuser avec lui les fausses évidences et de s’inscrire dans le mouvement d’émancipation humaine qu’exprime l’idée de communisme.
Hâtons-nous de rendre la philosophie populaire, écrivait Denis Diderot en 1753. Tout un programme politique, qui laisse entrevoir une société où citoyennes et citoyens pensent par eux-mêmes et conduisent les affaires de la cité.

Loin de cette vision d’un peuple qui maîtrise la conduite de son devenir, nous entrons dans une aire politique qui tend, en permanence, à ramener le citoyen à son employabilité, à sa capacité à se « vendre », à sa parfaite adaptation à la société de concurrence, ceci au nom du prétendu principe de réalité qui coupe court à toute analyse de la société.

De la réforme des institutions, à la démolition de l’audiovisuel public en passant par la réforme de l’enseignement technique ou la peau de chagrin que devient l’enseignement de la philosophie…

Tout indique que les choix gouvernementaux conduisent à une société de plus en plus autoritaire qui laisse que peu de place à l’imaginaire, à la créativité, à la capacité collective de se projeter dans un devenir choisi.

Comprendre le monde pour le changer est plus que jamais une question d’actualité, une urgence pour sortir de ce système qui nie l’humanité et notre planète.

C’est tout le sens du travail d’éducation populaire que les communistes ont décidé de revivifier.

En cette année de centenaire de la naissance de Marx, nous avons souhaité réfléchir à l’éclairage de sa pensée pour avancer collectivement sur ce chemin de l’émancipation humaine.

Les trois conférences de Bernard Vasseur ont suscité beaucoup d’enthousiasme auprès de ses nombreux auditeurs, c’est pourquoi nous avons décidé de les publier et de faire de ce livre un outil pour poursuivre la réflexion, œuvrer à la construction consciente de notre devenir collectif.

Cette société nouvelle, de femmes et d’hommes libres, associé.es et égaux, qui frappe à la porte.

Préface de Nathalie Simonnet, Secrétaire départementale de la Fédération de la Seine Saint -Denis du PCF, membre de l’exécutif national.
Bernard Vasseur, Avec Marx, penser et agir aujourd’hui, Éditions PCF 93, Pantin, 2018, 168 pages, 5€, ISBN 978-2-9565722-0-6

Textes de Marx : https://www.marxists.org/francais/index.htm

Maison Triolet Aragon : https://www.maison-triolet-aragon.com/

Derniers ouvrages parus:

Communiste avec Marx

Avec Marx, penser et agir aujourd’hui

Aragon stalinien ? Mythe et réalité

La démocratie anesthésiée

Émancipation, mode d’emploi

Cette conférence est organisée par le réseau d’initiatives « partage des savoirs » du PCF en Bretagne sud. Comprendre, Agir, Riposter
Contact : pcfpaysdequimperle@gmail.com

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011