Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2019 3 09 /10 /octobre /2019 06:54
Immigration - pour la gauche, la crise de l'accueil mérite mieux qu'un débat miné (L'Humanité, 7 et 8 octobre 2019, Maud Vergnol, Eugénie Barbezat, Gregory Marin)
Pour la gauche, une crise de l’accueil qui mérite mieux qu’un débat miné
Mardi, 8 Octobre, 2019 - l'Humanité

Les parlementaires communistes, insoumis et socialistes ont multiplié les propositions pour une nouvelle politique migratoire et se sont évertués à déconstruire les mensonges d’une droite extrême déchaînée.

 

L’atmosphère est pesante ce lundi à l’Assemblée nationale, entre les exhibitions de Marine Le Pen et le malaise général suscité par ce débat sur l’immigration imposé par le chef de l’État. À gauche, pas question pour autant de jouer la politique de la chaise vide. « Vous prétendez regarder la réalité en face, mais en posant si mal ce débat, vous jetez sur lui un brouillard vénéneux », a déploré le député communiste de Seine-Saint-Denis Stéphane Peu. « Tout à coup il faudrait donc parler immigration, c’est pourtant le silence que vous choisissiez lorsque l’Aquarius réclamait à cor et à cri d’accoster », abonde sa collègue des Hauts-de-Seine Elsa Faucillon. Plus tôt, lors d’une conférence de presse, la France insoumise avait pris les devants pour tenter de « changer les termes du débat », en déclinant une série de propositions pour une nouvelle politique migratoire. Une manière, aussi, de couper l’herbe sous le pied de ceux qui critiquent les atermoiements stratégiques de la FI en la matière.

Le symptôme d’une « zemmourisation des esprits et d’un populisme d’État

Il y a tout juste un an, le mouvement s’était divisé sur la ligne défendue par Djordje Kuzmanovic, qui fustigeait « la bonne conscience de gauche qui empêche de réfléchir concrètement à la façon de ralentir, voire d’assécher les flux migratoires ». « S’il y a une crise aujourd’hui, c’est celle de l’accueil des immigrés », a rappelé hier le député du Nord Ugo Bernalicis, accusant l’exécutif d’embrasser les fantasmes sur l’immigration pour « sécuriser » son électorat, qui « a bougé vers la droite ». Danièle Obono juge de son côté que ce débat voulu par Emmanuel Macron n’est pas « une diversion ou une discontinuité, mais bien une déclinaison de sa politique générale, qui s’inscrit dans une vision libérale autoritaire du monde et des rapports sociaux ». « Nous sommes favorables » au débat sur l’immigration, mais il ne faut rien céder « aux Le Pen et à Salvini », estime quant à lui Olivier Faure, qui met sur la table « dix-sept propositions d’apaisement ». Depuis son siège à Ivry, le premier secrétaire du PS, encombré par l’héritage de Manuel Valls, a néanmoins fustigé l’idée que la France serait un « eldorado fantasmé » pour les migrants, en référence aux propos de Christophe Castaner et Nathalie Loiseau, symptôme d’une « zemmourisation des esprits et d’un populisme d’État ». « Sans vote à l’issue de cette discussion et sans la moindre prise de décision concrète, nous pouvons légitimement nous interroger sur la finalité de cette initiative, qui nous écarte des priorités exprimées par nos concitoyens – c’est le cas du devenir des retraites ou du pouvoir d’achat », a regretté plus tard dans l’Hémicycle la socialiste Gisèle Biémouret. « Pire pour votre majorité, elle met en évidence les limites de la loi asile immigration, a taclé la députée du Gers. Débattue l’an dernier et déjà caduque, elle a tout juste fragilisé un peu plus l’accueil sans apporter de réponse aux problèmes rencontrés sur le terrain. »

« Est-ce des sans-papiers que vous voulez parler ? a vivement interpellé Stéphane Peu, à l’adresse du couple exécutif. Mesurez le poids de l’exploitation qu’ils subissent, les profits qui sont tirés des travaux les plus pénibles qu’ils exécutent. Comprenez que, en leur donnant des papiers, c’est à tous les travailleurs de ce pays que vous accorderez des droits, et que vous agirez efficacement contre l’économie noire du travail et du logement. Alors soyez courageux et réalistes, régularisez-les, comme l’ont fait avant vous Mitterrand, Jospin et même Nicolas Sarkozy ! ».

Maud Vergnol
« Députés, sortez du déni de réalité ! »
Mardi, 8 Octobre, 2019 - L'Humanité

Des représentants des états généraux des migrations, venus de toute la France, ont appelé hier les politiques à regarder en face la situation des migrants.

 

Les états généraux des migrations (EGM) regroupent depuis 2018 associations, ONG et acteurs de terrain afin de proposer des pistes pour une politique migratoire humaine et juste. Quelques heures avant le début des débats parlementaires, ils organisaient hier une conférence de presse pour faire entendre leur voix. « On ne pouvait pas rester silencieux, alors que l’Assemblée s’empare des questions d’immigration en des termes qui ne correspondent pas à la réalité. Les bases du débat sont faussées, car les chiffres sur lesquels les parlementaires vont appuyer leurs votes sont datés ou erronés », explique Dominique Noguères, de la Ligue des droits de l’homme. Elle est rejointe sur ce thème par Stéphanie Besson, du collectif de Briançon Tous migrants, qui suggère aux députés de s’emparer des travaux universitaires sur le sujet. « J’invite aussi officiellement M. Macron à enfiler une doudoune pour venir à Briançon suivre une maraude ; il se rendra compte de la réalité sur le terrain. » La réalité que décrit la jeune femme, ce sont des morts, des blessés, des amputés, parmi ceux qui ont tenté de franchir la frontière italienne par la montagne, dans des conditions extrêmes. Ce sont aussi les tensions entre citoyens solidaires et policiers, voire au sein même de ces derniers, contraints d’appliquer des ordres qui violent les droits humains. « Cette politique de rejet des étrangers déchire la société », conclut-elle.

Remettre en cause l’aide médicale d’État est délétère

Pour Patrick Bouffard, de Médecins du monde (MDM), le droit à la santé devrait être sanctuarisé. Selon lui, remettre en cause l’aide médicale d’État (AME), une protection minimale destinée aux étrangers en situation irrégulière, est délétère. « Les personnes qui n’oseront plus aller se faire soigner arriveront à l’hôpital à deux doigts de mourir. Cela va ajouter de la pression sur le système de santé, qui n’a pas besoin de ça. »

Le pronostic du médecin est alarmant. « Dans le domaine de la santé mentale, faute de prise en charge correcte des migrants, on risque de voir se développer des pathologies qui vont engendrer une extrême violence », explique aussi le représentant de MDM, qui déplore « un très faible niveau de connaissance de la réalité de la santé des étrangers » chez les députés qu’il a pu rencontrer cet été. « Ces faux postulats et l’absence de connaissance des législateurs sur ces questions offrent un boulevard aux idées d’extrême droite », résume Claire Rodier, du Gisti, qui exhorte les parlementaires à avoir « le courage de s’affranchir de ce déni de réalité ».

Eugénie Barbezat
La majorité fait la courte échelle à l’extrême droite
Lundi, 7 Octobre, 2019

Immigration. Pour « faire face », le gouvernement s’aligne sur les thèmes de prédilection du RN. Un discours aux fins électoralistes évidentes.

 

La discussion sur la « politique migratoire de la France et de l’Europe » commence aujourd’hui à l’Assemblée nationale et se poursuivra mercredi au Sénat. Une déclaration d’Édouard Philippe, à 16 heures, est censée poser le cadre des débats, mais une conférence de presse de Marine Le Pen au Palais-Bourbon à 14 h 30 la précédera. Schéma invariant de ces derniers mois en matière d’immigration : au prétexte de détourner d’un vote de rejet les « classes populaires (qui) vivent avec », tout en se dédouanant de toute explication sociale ou sociétale, l’exécutif s’aligne sur le Rassemblement national, comme le président l’a fait savoir en appelant sa majorité à « regarder ce sujet en face ». La vérité est plus cynique : Emmanuel Macron et sa majorité veulent « confirmer » en 2022 l’opposition artificiellement mise en scène en 2017 en identifiant l’extrême droite comme unique « opposant sur le terrain ».

Le président de la République, rabougri dans sa posture de chef de la majorité, a vu, mercredi dernier, son discours validé par… Jean-Marie Le Pen ! Sur France Inter, l’ex-leader du Front national a félicité Emmanuel Macron à propos de son refus surjoué de vouloir incarner « un parti bourgeois » : « Les bourgeois, par leurs emplois, par leurs habitations, par leurs circuits, ne voient pas l’immigration comme la voient les gens qui fréquentent le métro, les trains, etc. Le peuple, lui, prend conscience progressivement de la montée inexorable de l’immigration étrangère (sic) dans notre pays et Zemmour l’a exprimé d’une manière assez nette », ose celui qui voit sa vision partagée par la majorité gouvernementale.

Philippe cible le système de santé

Quels seront, parmi les « six axes de travail » que l’exécutif a annoncé vouloir présenter cet après-midi, ceux retenus ? Le gouvernement évoque une baisse des prestations sociales des demandeurs d’asile, du nombre d’entrées sur le territoire, du panier de soins de l’aide médicale d’État… Dans le Journal du dimanche, le premier ministre estimait hier que « trop de demandeurs d’asile en provenance de pays sûrs sont en réalité davantage motivés par les conditions d’accès à notre système de santé » ou que la politique des quotas n’est « pas taboue ». Marine Le Pen, qui bénéficiera du temps de parole laissé par le transfuge de LaREM (aujourd’hui non inscrit) Matthieu Orphelin, au prétexte de faire taire « une fausse polémique sur le fait qu’ils (les représentants RN) seraient bâillonnés », devrait apprécier. G. M.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2019 3 09 /10 /octobre /2019 06:07

150 personnes ont participé hier à la manifestation des Retraités à l'appel de l'intersyndicale hier 8 octobre à Morlaix. Une mobilisation déterminée à contrer la réforme des retraites de régression sociale de la droite macroniste. Nous publions ci-joint les photos de Pierre-Yvon Boisnard et les interventions de Jean-Yvon Ollivier (CGT) et Daniel Ravasio (FSU).

Jean-Yvon Ollivier et Daniel Ravasio - prises de parole manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Jean-Yvon Ollivier et Daniel Ravasio - prises de parole manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Jean-Yvon Ollivier et Daniel Ravasio - prises de parole manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Jean-Yvon Ollivier et Daniel Ravasio - prises de parole manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Jean-Yvon Ollivier et Daniel Ravasio , avec Marie-Hélène Le Guen - prises de parole manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Jean-Yvon Ollivier et Daniel Ravasio , avec Marie-Hélène Le Guen - prises de parole manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

manif pour les retraites 8 octobre 2019 Morlaix (photo Pierre-Yvon Boisnard)

PRISE DE PAROLE 8 Octobre 2019

L'automne est arrivé à petit pas ; tout au moins dans notre Finistère… pourtant le climat social, lui, ne s'est pas refroidi.

Partout dans le pays les salariés les privés d'emploi, les retraités expriment leur mécontentement, se rassemblent et s’engagent dans l’action collective.

Les revendications qui les poussent à agir peuvent, peut-être, nous apparaître différentes : salaires, emplois, avenir de l’entreprise, retraite… Pourtant elles portent toutes le même sceau, celui du refus de la précarité et d'être les laissés-pour-compte d'un gouvernement hors-sol.

C'est bien ce que nous avons dénoncé dans nos actions à l'appel de 9 organisations syndicales et associations de retraités depuis l'annonce de la hausse de 1,7 points de la CSG au 1er janvier 2018. Depuis et sans discontinuer en 2018 et au printemps 2019 nous avons connu des actions des retraités d'un niveau jamais égalé dans notre pays et je dirais surtout dans notre département  du Finistère.

En point d'orgue de ces actions le 20 juin dernier, les retraités vous nous, tous ensemble, ont adressé plus de 200 000 cartes pétitions au Président de la République dont plus de 1000 signées par les retraités du Finistère, pour exiger :

  • l’annulation de la hausse de la CSG pour tous les retraités,

  • le retour à l’indexation des pensions sur l’évolution des salaires, une mesure immédiate de revalorisation de 3 % compensant la baisse récente de pouvoir d’achat des retraités,

  • le maintien et le développement des services publics de proximité.

Durant toute cette période, face à la détermination des retraités, Macron a dû reculer trois fois.

Une première fois en relevant à 1 200 € le montant du revenu fiscal du foyer de retraités à partir duquel s’applique la hausse de la CSG.

Une deuxième fois en relevant ce montant à 2000 €.

Enfin en nous promettant le retour à une revalorisation des pensions pour tous en 2021 ?

Ces décisions n’ont rien à voir avec de la compassion ou à une adhésion à la justice sociale.

Non, il fallait apaiser la colère des retraités qui ont massivement manifesté contre la hausse de la CSG en 2018 et 2019 et colère reprise par l’envahissement des ronds-points par les gilets jaunes.

La colère était pleinement justifiée et l’est toujours, car le compte n'y est pas.

Souvenez-vous, nous avons crié ensemble dans la rue à l'injustice ici même depuis des mois car, pendant qu'il augmentait la CSG et gelait nos retraites et pensions le président accordait aux plus riches de notre pays des cadeaux fiscaux inédits :

-suppression de l’ISF, réduction de la fiscalité sur les dividendes et le capital, laxisme face à la fraude fiscale, qui s’élève en France à près de 100 milliards par an.....

Et pendant ce temps le gouvernement détruit l’Administration chargée du contrôle fiscal et supprime le service public de proximité pour les contribuables et les collectivités territoriales !

Nous étions déjà et nous sommes toujours aujourd'hui dans un contexte de régression sociale sans précédent conduite sur tous les fronts :

-droit du travail,

-éducation,

-formation professionnelle,

-assurance chômage... Etc

Et c'est dans ce contexte que Macron et son gouvernement s'attaquent aujourd'hui à un des piliers héritiers des conquêtes sociales arrachées en 1945 : notre système de retraite

Soyons clairs nous ne sommes pas face à une simple réforme, une réforme de plus des systèmes de retraites, mais bien face à celle qui entérinerait leur fin, entraînant avec elle un changement radical du modèle social hérité des ordonnances de 1945, par la mise en place d'un régime unique qui entraînerait la fin des régimes spéciaux et la fin du statut des fonctionnaires.

Une réforme qui si elle était appliquée rendrait inutile toute discussion à l'avenir sur les règles de la retraite puisque le système préconisé par le Haut-Commissaire, Jean-Paul Delevoye, prévoit un système par points avec un ajustement automatique des retraites sur les possibilités financières ?

Avec l’Europe qui exige un plafonnement à 15% du PIB pour l’ensemble des retraites…

Un tel changement idéologique aura des conséquences désastreuses pour les travailleurs.

Au-delà de la mise en cause totale de notre système c'est un coup fatal porté à la sécurité sociale dans son ensemble en déconnectant le système de retraite du travail.
Après deux ans de soi-disantes concertations ; le 18 juillet dernier Jean Paul Delevoye qui a depuis rejoint la table du conseil des Ministres a présenté ses préconisations sur la future loi.

Et en même temps, pour reprendre la formule préférée de Macron, il déclare vouloir engager une nouvelle phase de concertation sur les propositions retenues dans son rapport.

Retenues par qui ?... Vous avez compris par le gouvernement.

Cela permet à la Ministre de la santé de déclarer que la réforme des retraites par points viendra en débat après les élections municipales de mars 2020 au lieu de l’automne 2019!

Au final on nous propose un «nouveau débat citoyen ». ???

Tiens ça ne vous rappelle rien ?

En d’autres termes comment enfumer correctement les citoyens ?

Macron a confisqué ce débat il y a quelques jours à Rodez, on l’a vu : Parler sans rien dire ! Parlez sans rien dévoiler des conséquences de ce funeste projet !

La méthode ne trompera personne : prendre le temps sur ce projet sans donner de véritables échéances sinon bien après les élections municipales vise à recueillir d’abord plus de voix des citoyens pour la République en Marche.

Ce report lui permettrait de rendre plus présentable une réforme dont l’entrée en vigueur est prévue pour 2025!

Les sondages nous disent que 79% des français ont peur de ne pas disposer d'un revenu suffisant à la retraite.

Ce n'est pas en décortiquant le projet Delevoye qu'ils seront rassurés.

Alors soyez persuadés que nous resterons attentifs aux décisions qui seront prises, particulièrement dans le cadre du projet de Loi sur le financement de la sécurité sociale de 2020 et de celles à venir, d'ici 2025.

« CECI DIT ... LE POUVOIR D’ACHAT DES RETRAITÉS EST EN CHUTE LIBRE DEPUIS 25 ANS COMME LE RELATE

LE JOURNAL ECONOMIQUE LES ECHOS SUR LA FOI DU RAPPORT DU CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES DE JUIN 2019.

Et de l'avis de plusieurs observateurs, la réforme des retraites que veut nous imposer MACRON va conduire à une baisse systématique du montant des pensions des futurs retraités mais aussi quand la conjoncture sera défavorable, des retraites actuelles.
Nous disons STOP

Le gouvernement ne peut plus rester sourd aux différents rassemblements de retraités qui ont eu lieu depuis des mois.

Après la journée d'action interprofessionnelle du 24 septembre, cette journée du 8 octobre 2019 à l’initiative des organisations de retraités, doit être le marqueur d'une première mobilisation nationale et le début d’un processus de lutte contre le projet de retraite par point voulu par Macron-Delevoye qui remet en cause le fondement même de notre contrat social
 

TOUS ENSEMBLE RETRAITES ET ACTIFS EXIGEONS UNE RETRAITE DÉCENTE !

Macron s’attaque aux droits des retraités, aux droits des chômeurs comme à ceux des futurs pensionnés qui seront concernés par la réforme des retraites par points en 2025.

Il veut même reculer de 7 ans l'âge où on pourra toucher une pension de réversion.

Le moment est venu de riposter, tous ensemble

 

LES RETRAITÉS D'AUJOURD'HUI ET DE DEMAIN DOIVENT POUVOIR VIVRE COMME ILS LE MÉRITENT

Ce gouvernement prétend vouloir honorer le travail mais il méprise les 40, 42, 45 ans de travail des retraités qui ont construit leur droit à une retraite qui leur permette de vivre normalement.

Or, la plupart sont désormais obligés de réduire toutes les dépenses qui font le quotidien de leur vie et les aides qu’ils apportent à leurs enfants et petits-enfants.

Les retraités ne placent pas leurs pensions dans les paradis fiscaux, leurs dépenses représentent 48 % de la consommation, 51 % du logement, 50 % de la communication, 50 % des achats d’automobiles et 22 milliards dans le tourisme en 2018

Porter atteinte au pouvoir d’achat des retraités c’est aussi pénaliser lourdement l’économie et compromettre l’activité des entreprises et la création d’emplois.

Les retraites sont un des piliers de notre système de Sécurité Sociale instauré en 1945 ; elles sont principalement financées par les cotisations sociales : richesses créées par les travailleurs qui leur sont redistribuées et qui échappent au capital.

Cet état de fait, le patronat ne l'a jamais accepté et a toujours trouvé des gouvernements complices pour s'attaquer à ce système auquel les français sont attachés.

Macron, par le grand plan de réforme de l'action publique présenté en 2017, prépare une réduction de la superficie de l’état et au travers de son projet des retraites, veut en finir avec le système de protection collective solidaire, universel et égalitaire.

La réforme future des retraites et la revalorisation à minima des pensions participent d'un même objectif : la baisse des retraites et des pensions pour les actifs d'aujourd'hui mais aussi celle des retraites et pensions pour les retraités actuels.

Avec le système par points, c'est le retour aux assurances sociales des années 1930 c’est la mort annoncée de la Sécu, déjà bien mise à mal par les nombreuses réformes passées.

Pourtant de l'argent il y en a, pour maintenir et améliorer notre système de retraites par répartition, il suffit de nous réapproprier les dizaines de milliards qui sont détournés chaque année en dividendes, exonérations et autres cadeaux fiscaux par les riches et le patronat tels le CICE et le pacte de responsabilité et j'en passe... ! Et en retour soumettre à cotisations les revenus financiers.

 

.Quelques rappels chiffrés : Le CICE et le pacte de responsabilité : 35 milliards d'€ , les exonérations de cotisations sociales patronales : plus de 25 milliards d'€ !, la création d'un million d'emplois : 13 milliards d'€ !, l'égalité salariale femmes/hommes : plus de 10 milliards d'€ pour la Sécurité Sociale en 2020 !, la lutte contre le travail dissimulé : 6 milliards d'€ !, et soumettre à cotisations les revenus financiers.

 

Inutile de vous dire que ce n'est pas ce que pense le gouvernement qui ose nous dire aujourd'hui que, si la sécurité sociale revient dans le rouge ce serait, en partie, à cause des « cadeaux » faits aux retraités en 2019... C’est tout simplement intolérable

Cela dit les oppositions grandissantes à la réforme des retraites semblent effrayer le gouvernement qui ne s'attendait pas à un tel tollé.

Raison de plus pour ne pas laisser la place à un nouveau débat citoyen coûteux avec des perspectives plus que nocives sur l’enjeu de la retraite et du financement de la protection sociale.

Nous avons ouvert la brèche ces derniers mois, aujourd'hui nous manifestons tous ensemble pour :

- La suppression de la hausse de la CSG et la fin du gel des pensions pour toutes les retraites et pensions, avec rattrapage des pertes subies au 1er janvier 2020.

- Pouvoir partir à 60 ans avec une retraite pleine et entière

- La revalorisation de toutes les pensions en fonction de l’évolution des salaires.

- Un minimum de pension à hauteur du SMIC pour une carrière complète.

- Le maintien et l’amélioration des pensions de réversion.

- L’embauche immédiate de 40 000 personnes comme le demande le personnel des EHPAD et des soins à domicile, qui nous rejoignent dans cette journée d'action du 8 octobre.

  • La prise en charge de la perte d’autonomie à 100 % par la Sécurité sociale et l’ouverture d’un droit universel dans le cadre d’un grand service public de l’aide à l’autonomie.

 

Dans un pays aussi riche du travail de ses salariés et de ses retraités que la France, ces revendications ne sont ni excessives, ni utopiques, elles correspondent à l’urgence des besoins exprimés par l’immense majorité de la population et aux moyens dont dispose la France, et c'est par notre ténacité comme nous avons su le faire ces derniers mois que nous élargirons notre mouvement revendicatif pour gagner sur ces revendications de plus en plus portées par les retraités face au mépris de MACRON et de son gouvernement.

Alors ce n'est pas le moment de baisser la garde, tous ensemble nous ne lâcherons rien !

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2019 3 09 /10 /octobre /2019 05:57
Rassemblement pour Afrin l'an passé  à Morlaix - photo Jean-Marc Nayet

Rassemblement pour Afrin l'an passé à Morlaix - photo Jean-Marc Nayet

NON À L’INVASION TURQUE AU ROJAVA

 

Rassemblement à Morlaix Samedi 12 octobre 2019 à 12 heures au kiosque

ou le jour de l’invasion au kiosque à 18 heures

Depuis plusieurs semaines, le président turc, R.T. Erdogan déclare ouvertement que son pays va envahir le Rojava pour écraser la révolution kurde qui est un espoir de paix et de fraternité pour tout le Moyen-Orient. Si la Turquie envahit le Rojava, on peut s’attendre à des massacres encore pires que ce qu’on a vu à Afrin.

Ce dimanche 6 octobre, l’administration américaine a annoncé que «les troupes américaines stationnées en Syrie allaient se retirer des abords de la frontière turque car la Turquie va bientôt mettre en œuvre une opération prévue de longue date dans le nord du pays. » (Huffingtonpost)

La Turquie désormais responsable de tous les combattants capturés de l’EI dans la région

«Le gouvernement des États-Unis a pressé la France, l’Allemagne et d’autres pays européens, d’où viennent beaucoup des combattants de l’EI [État Islamique ou DAECH] capturés, de les reprendre, mais ils ne veulent pas et refusent”, a dit la Maison Blanche. “La Turquie va maintenant être responsable pour tous les combattants de l’EI dans la zone, capturés dans les deux dernières années”, a-t-elle ajouté. »(Huffingtonpost)

L’annonce de retrait est confirmée par ANF qui écrit ce matin que : « les forces de la coalition internationale auraient commencé à se retirer des postes d’observation frontaliers de Serêkaniyê et Girê Spî, dans la région de l’Euphrate.»

Cette annonce est un nouveau coup mortel porté aux Kurdes et tous les peuples de la Syrie du Nord et d’Est qui veulent vivre ensemble, réunis autour d’un projet démocratique, sans être à la merci des dictateurs sanguinaires – dont Bashar al-Assad – qui hantent la région depuis des décennies.

Nous sommes de nouveau témoin de la solitude des Kurdes encerclés de toutes parts et dont les bourreaux sont soutenus à la fois par la Russie de Poutine et les États-Unis de Trump. Mais les Kurdes ont déclaré ne pas attendre les bras croisés devant cette nouvelle boucherie annoncée par la Turquie et ont ajouté qu’ils se battraient jusqu’à leur dernier souffle – tout en sachant qu’ils n’auront pas les mêmes armes que la Turquie qui fait partie de l’OTAN…

Vous avez vu l’invasion d’Afrin, les massacres et le nettoyage ethnique qui y ont été commis ? Alors, imaginez ce qui se passera au Rojava, où 6 millions de civils kurdes, arabes, arméniens, turkmènes sans défense risquent d’être chassés de leurs terres, en cas d’invasion turque.

 

Le PCF Pays de Morlaix et Finistère soutient les initiatives de soutien au peuple kurde et à l'expérience démocratique et progressiste du Rojava syrien contre l'impérialisme ethniciste, islamiste et fasciste de Erdogan. 

Communiqué du PCF, 8 octobre 2019:

Après plusieurs mois de menaces, d'intimidations et de bruits de botte, la Turquie vient de lancer une nouvelle offensive criminelle contre le Kurdistan de Syrie. Le Rojava a proclamé son autonomie lors du soulèvement populaire de 2011 mettant en œuvre des expérimentations démocratiques, pacifistes, féministes et anticapitalistes.

Les Kurdes de Syrie avec les forces arabes ont aussi constitué la principale force armée, alliée de la coalition internationale, pour lutter contre l'Etat islamique.

La Turquie d'Erdogan ne pouvait l'accepter, elle qui impose une chape de plomb dictatoriale sur son peuple et n'a de cesse de briser les aspirations à vivre libre du peuple kurde.

La Turquie d'Erdogan a pour cela apporté son soutien aux organisations islamistes et s'est engagée dans une politique d'extension territoriale en Syrie (Afrin) et en Irak. Cette agression, sans aucune légalité internationale, aura des conséquences dramatiques:

- Des troupes turques et leurs supplétifs se livrent déjà à des crimes contre les droits humains.

- Ankara opère un nettoyage ethnique pour chasser les kurdes de leurs terres comme elle l'a fait avec les Arméniens.

- Elle ouvre un nouveau foyer de guerre qui renforcera l’État islamique.

Le PCF condamne solennellement cette invasion et appelle le gouvernement de la France à saisir en urgence le Conseil de sécurité. Les Kurdes doivent être placés sous protection internationale pour éviter de criminels massacres alors qu'ils incarnent la paix et la démocratie au Moyen-Orient. Le PCF s'associe à toutes les initiatives de solidarité.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2019 3 09 /10 /octobre /2019 05:48

«Dès lors qu’un sans-abri a avec lui un bien mobilier, matelas, tente ou chariot, il pourra entrer dans le champ de la loi ». Et donc se voir infliger une amende de 500 euros !

C’est ce que permettrait désormais, comme l’a révélé le journal « L’Humanité », un article de loi voté en catimini dans la nuit.

Elections municipales obligent, le pouvoir et sa majorité, incapables de relever le défi de la misère sociale, flattent sans vergogne les idées nauséabondes dans lesquelles se vautrent la droite et l’extrême-droite, en tentant de criminaliser la pauvreté.
Le pouvoir d’Emmanuel Macron cherche ainsi à dédouaner sa politique de commis des grandes fortunes et de la finance, du capital. Une politique qui creuse jusqu’à la plus totale indécence les inégalités sociales.
En vérité, la population de France est indignée, profondément indignée face à l’explosion de la grande pauvreté et à l’inhumanité du pouvoir et des classes dirigeantes.
Quand une banque, à Paris, procède à l’installation de 40 potelets métalliques pour interdire à un sans-abri de s’y réfugier, elle est contrainte d’y renoncer devant les protestations des riverains, des associations et des élus.
L’image de la salle de la honte aux urgences de l’hôpital Lariboisière, où sont entassées de jeunes mamans avec leurs nourrissons dans des conditions de précarité abjectes, indigne le personnel et la population. Comme le sort fait aux jeunes mineurs isolés, aux centaines, milliers de personnes vivant sous tente, dans des abris de fortune, au bord du périphérique parisien.
L’exclusion choque profondément la population. Mais pas le pouvoir, sa majorité et la droite  qui, alors que le 115 est saturé, que les centres d’hébergements sont combles, votent à l’Assemblée comme au Sénat un plan d’économie sur 4 ans de 57 millions sur les « ressources » des centres d’hébergements et de réinsertion.
En vérité le système capitaliste et son pouvoir ne sont pas en échec dans la lutte contre la pauvreté. Ils s’en nourrissent. La grande pauvreté est le revers innommable de la course folle au profit, au fric.
La criminalisation de la pauvreté est une arme de destruction massive des solidarités et des valeurs républicaines. Elle rend malade et précarise toute la société.
Quand en 1985, Coluche lance « Les Restos du cœur », dans son esprit, ça n’était pas censé durer. Les « Restos » vont engager cet automne leur 34e campagne.
Le 9 juillet 1849 Victor Hugo affirmait à l’Assemblée nationale : « La misère est une maladie de la société, comme la lèpre est une maladie de l’homme. Elle peut disparaître comme la lèpre, oui. »
Cent soixante-dix ans plus tard, n’est-il pas temps enfin, de déclarer la guerre, une guerre totale à la pauvreté ‘et non aux pauvres). L’éradication de la grande pauvreté doit être un objectif immédiat, la cause prioritaire de notre société. A quoi sert, sinon, qu’elle soit si évoluée ?

Guerre aux pauvres - Pierre Laurent, sénateur de Paris et président du Conseil National du PCF, dénonce la criminalisation de la pauvreté par la majorité macroniste (8 octobre 2019)
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2019 3 09 /10 /octobre /2019 05:00
Avec une offensive de l'armée turque au Rojava contrôlé par les Kurdes, la résurgence des groupes terroristes menacera directement l'Europe (Khaled Issa, interviewé par Rosa Moussaoui, L'Humanité, 8 octobre 2019)
Khaled Issa « La résurgence des groupes terroristes menacera directement l’Europe »
Mardi, 8 Octobre, 2019

Représentant en France du Kurdistan syrien, Khaled Issa met en garde contre les graves conséquences d’une offensive turque dans le nord-est de la Syrie.
 

 

Khaled Issa est  Représentant en France du Kurdistan syrien

Comment expliquer cette nouvelle volte-face du ­président des États-Unis, avec le retrait des forces américaines du nord-est de la Syrie et le feu vert donné à l’offensive planifiée de la Turquie dans cette région ?

Khaled Issa C’est une question à poser aux Américains. Nous avons pourtant accompli avec eux un ­travail extraordinaire dans le cadre de la coalition (contre l’« État ­islamique » - NDLR). Il faut rappeler que la France fut le premier État à nous soutenir dans notre résistance contre Daech ; elle est ensuite ­devenue, dans le cadre de cette coalition internationale, un appui déterminant pour défaire ces terroristes. Mais le travail n’est pas terminé. Il existe encore des cellules dormantes. Si la force qui s’est ­battue contre Daech est affaiblie, le terrain sera propice pour la ­résurgence de l’« État islamique ». D’autant que certaines puissances régionales, à commencer par la Turquie, ont offert leur appui à Daech et à d’autres groupes intégristes. Ce n’est un secret pour personne : les autorités turques entretenaient avec ces terroristes de très bonnes relations. Leurs menaces sont une façon de voler à leur secours. Le paradoxe, c’est qu’on abandonne au milieu du chemin la force qui a ­contribué à leur défaite.

Le communiqué de la Maison-Blanche confie explicitement à Ankara le sort des djihadistes détenus dans le nord-est de la Syrie, sous la garde des Forces démocratiques ­syriennes. Quelles peuvent être les conséquences d’un tel choix ?

Khaled Issa Nous avons payé un lourd tribut à cette guerre. Nos garçons, nos filles sont tombés au combat. Plus de 11 000 jeunes gens ont sacrifié leur vie à cette lutte contre Daech. Les prisonniers sous notre garde ont été arrêtés sur notre territoire, leurs victimes sont des habitants de cette région. Au lieu de nous soutenir dans le cadre d’une coopération nationale en vue de les juger, on les remet à une puissance régionale qui les appuyait. C’est très paradoxal. Nous ne trouvons pas qu’il soit juste de confier ces terroristes à Ankara. Nous pensons que les autorités turques vont les recycler, comme ils ont déjà recyclé de nombreux éléments en fuite, qu’ils ont installés à Afrin. Ces choix conduiront à une dé­stabilisation totale de la région. En fait, Erdogan utilise ces terroristes pour faire chanter les pays européens. Lorsqu’il menace de laisser passer des réfugiés vers l’Europe, il sous-entend qu’il laissera aussi la voie libre aux terroristes. Si cette région échappe au contrôle de notre administration, de nos forces, la résurgence des groupes terroristes et de la violence ­menacera directement la sécurité en Europe.

Ankara veut empêcher l’installation à ses frontières d’une zone autonome kurde. L’offensive turque vise-t-elle, ­par-delà les Kurdes, l’expérience politique initiée dans le nord-est de la Syrie ?

Khaled Issa Il y a dans le nord-est de la Syrie des Kurdes, des Arabes, des Assyro-Chaldéens, des Turcomènes, des Tcherkesses, une ­mosaïque de communautés et de confessions. Nous avons mis en place une administration dans des conditions très difficiles mais c’était la zone la plus stable, celle où la guerre civile, les conflits entre communautés ont été évités. Les menaces planant aujourd’hui sur cette administration, sur les Forces démocratiques syriennes, éloignent les perspectives de paix pour la région, pour la Syrie. Elles font aussi planer de graves dangers sur la stabilité internationale.

Entretien réalisé par Rosa Moussaoui
Syrie. Le revirement de Trump déstabilise ses alliés
Mercredi, 9 Octobre, 2019 - l'Humanité

Après avoir annoncé le retrait de ses forces, le président américain recule, mais sans s’opposer vraiment à une attaque turque contre les forces kurdes.

 

La politique américaine au Moyen-Orient avait-elle besoin d’un discrédit de plus ? Lundi soir, le président Trump est revenu sur sa décision, prise la veille, de retirer les soldats états-uniens stationnés en Syrie, accordant un blanc-seing à la Turquie pour une offensive contre les forces kurdes. En réalité, explique un haut responsable américain qui requiert l’anonymat, il s’agirait d’un redéploiement de 50 à 100 éléments des forces spéciales « vers d’autres bases » du pays et non d’un retrait pur. Ce repli stratégique viserait ainsi à protéger les boys, qui « ne doivent pas courir le risque d’être blessés, tués ou capturés si les Turcs passent la frontière et engagent des combats avec les forces kurdes locales », selon ce dirigeant. Et d’insister : « Le fait qu’on les déplace ne constitue pas un feu vert » à Ankara.

Pour autant, le déplacement des soldats américains ne peut laisser de doute sur le fait que Washington n’opposerait aucune résistance, quoi qu’en dise Trump, à l’entrée de l’armée turque, par ailleurs membre de l’Otan, en Syrie. « Si la Turquie fait quoi que ce soit dont j’estime, dans ma grande et inégalable sagesse, que cela dépasse les bornes, je détruirai et anéantirai complètement l’économie de la Turquie », a tweeté le locataire de la Maison-Blanche. Durant l’été 2018, les deux chefs d’État s’étaient déjà affrontés sur le terrain économique, entraînant une chute brutale de la livre turque. À la suite de la détention par Ankara d’un pasteur américain, Donald Trump avait exigé la mise en place d’importantes taxes douanières sur l’acier et l’aluminium turcs.

La France pourrait se retrouver seule face aux forces turques

La Turquie, qui a déjà mené deux offensives en Syrie, la première en 2016 contre le groupe « État islamique » (EI) et la deuxième en 2018, à Afrine, contre les Unités de protection du peuple (YPG) kurdes, a indiqué lundi avoir achevé les préparatifs en vue du lancement de son opération militaire. Elle entend ainsi préserver sa frontière des YPG, qu’elle considère comme la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classé par Ankara sur la liste des organisations terroristes. Ankara espère également installer à terme dans cette « zone de sécurité » les 3,5 millions de réfugiés syriens présents sur son territoire.

Pour se prémunir d’une intervention, la coalition arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS) aurait creusé des tranchées et des tunnels à Ras al-Aïn, Tal Abyad et près de Kobané, d’après l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) basé à Londres. La France, qui dispose actuellement de cinq bases au Rojava, le Kurdistan syrien, pourrait également se retrouver seule face aux forces turques. Paris a ainsi exhorté Ankara à « éviter une initiative » – chaque mot est pesé – qui nuirait à la lutte contre l’EI alors même que la restructuration de l’organisation est en cours. La diplomatie française a en outre plaidé pour que la détention des djihadistes étrangers, parmi lesquels des ressortissants français, dans les camps du Nord-Est syrien reste « sûre ». Lundi, lors d’un entretien avec son homologue turc, le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Djavad Zarif, a exprimé son « opposition » à une action en Syrie. Allié du président syrien Bachar Al Assad, Téhéran n’a jamais procédé au retrait du corps des Gardiens de la révolution, comme l’exigeaient un temps les États-Unis. Là encore, le camouflet est net.

Lina Sankari
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2019 7 06 /10 /octobre /2019 19:23

La section du Pays de Morlaix du PCF soutient l’appel à manifester mardi 8 octobre à 10 h 30 devant la CNAM rue de Brest à Morlaix lancé par les organisations syndicales de retraités.

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020 a été dévoilé.

La logique libérale de casse se pérennise.

Alors que les pertes cumulées de pouvoir d’achat des pensions sont de plus de 30% en 25 ans, en 2020, les retraités percevant moins de 2001€ brut verront leur pension de base revalorisée seulement de 1% dégressivement jusqu’à 2014 €, les autres se contenteront de 0,3%.

La réforme Delevoye, comme toutes celles des dernières années, n’a qu’un seul mot d’ordre : travailler plus, cotiser plus.

Nous ne pouvons l’accepter mais nous ne voulons pas non plus en rester au statu quo. Car notre système de retraite par répartition a été affaibli.

La contribution du monde du travail est toujours plus importante, tandis que celle du capital n’a cessé de diminuer. Nous voulons une réforme qui rééquilibre le financement de la protection sociale et qui impose au capital de participer à relever le défi de l’allongement de la durée de la vie. Pour nous, c’est une chance, pas un problème. Permettre à ceux qui ont travaillé toute une vie de partir dès 60 ans, c’est leur permettre de profiter de cette deuxième partie de la vie et, aux plus jeunes, de trouver du travail.

Alors qu’il multiplie les cadeaux aux multinationales et à la finance, au point que la France est championne d’Europe pour les dividendes versés aux actionnaires, Macron n’a eu de cesse de s’en prendre au pouvoir d’achat des retraites, déjà malmené par ses prédécesseurs.

S’il a dû concéder quelques reculs devant les mobilisations des retraité-e-s, notamment en annulant pour une partie d’entre eux la hausse de la CSG, cela ne fait pas le compte.

Et il n’a pas renoncé à son objectif de continuer à raboter les ressources des seniors comme en témoigne la tentative pour le moment avortée de s’en prendre aux déductions liées aux aides à domicile.

Les retraité-e-s sont aussi confrontés à la casse des services publics de proximité, à la crise de l’hôpital public et de l’accès à la santé, alors que l’espérance de vie en bonne santé ne dépasse pas 62,5 ans pour les hommes, en dessous de la moyenne européenne, et 64,9 ans pour les femmes.

Et les 4 milliards d’euros que Macron et ses député-e-s, s’apprêtent à ponctionner dans le budget de la Sécu annoncent de nouvelles souffrances dans les hôpitaux et les EHPAD, de nouveaux drames, alors qu’il faudrait financer les centaines de milliers d’emplois nécessaires.

Les revenus financiers, les dividendes, les placements… ces centaines de milliards aujourd’hui perçus comme des salaires par les familles les plus riches doivent être soumis à cotisations au même titre que le revenu de chaque salarié sur sa fiche de paie. Nous pourrions ainsi récupérer tout de suite 30 milliards d’euros.

La section du Pays de Morlaix du PCF soutient l’appel des syndicats de retraités à manifester mardi 8 octobre à 10 h 30 devant la CNAM rue de Brest à Morlaix
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2019 7 06 /10 /octobre /2019 06:04
Le mouvement qui se veut unitaire, avec la participation de la CGT, FO, la CFTC, la FSU, Solidaires, la CFE – CGC, Ensemble et Solidaires, les retraités de la Fonction Publique et Loisirs et Solidarité des Retraités (Le Télégramme / Antoine Rolland)

Le mouvement qui se veut unitaire, avec la participation de la CGT, FO, la CFTC, la FSU, Solidaires, la CFE – CGC, Ensemble et Solidaires, les retraités de la Fonction Publique et Loisirs et Solidarité des Retraités (Le Télégramme / Antoine Rolland)

Les organisations syndicales et associations de défenses des retraites organisent un mouvement national le 8 octobre. La manifestation morlaisienne partira symboliquement des locaux de la CPAM, à 10 h 30.

Ils veulent faire entendre leur « colère sourde ». Différents syndicats s’allient pour manifester ensemble, au niveau national et local, pour les retraites, le mardi 8 octobre. À Morlaix, exceptionnellement, la manifestation partira de la Caisse primaire d’assurance maladie, 36 rue de Brest, à partir de 10 h 30. « Un symbole pour dénoncer la baisse récurrente des pensions, expliquent les syndiqués. En trois ans, on nous a prélevé un mois de pension, c’est trop ».

Le mouvement unitaire veut mettre la pression sur le gouvernement avant le vote du budget de la Sécurité sociale. Les organisations réclament, entre autres, la suppression de la hausse de la CSG, et la fin du gel des pensions, leur revalorisation en fonction de l’évolution des salaires, le maintien des pensions de réversion, et l’embauche de 40 000 personnes dans les Ehpad ou en tant qu’aide à domicile.

Nous ne sommes pas un poids pour la société, il faut nous laisser vivre.


 

Pensions et réforme des retraites, même combat


 

Les différents choix fiscaux des derniers mois ont laissé des traces. « Nous soutenons nos parents, nos enfants voire nos petits-enfants, s’indigne Alexandre Betti, de la CFE-CGT. Nous ne sommes pas un poids pour la société, il faut nous laisser vivre ».

Après la manifestation du 24 septembre contre la réforme des retraites, ce sont donc cette fois-ci les actuels retraités qui vont battre le pavé. Même si, ils tiennent à préciser, les deux combats sont complémentaires. « De nombreux retraités étaient dans la rue le 24 septembre », avance Jean-Yves Olivier, de la CGT cheminots, à la retraite. Eux-mêmes dénoncent le passage au système à point, « un coin dans le système de répartition », selon Roger Héré, de la CGT. « On n’attendra pas la réforme en 2025 pour défendre nos pensions. Actifs et retraités ont un intérêt commun à se battre ensemble ».

Retraités. Manifestation le 8 octobre pour les pensions (LE TELEGRAMME – 3 Octobre 2019)
Retraités. Manifestation le 8 octobre pour les pensions (LE TELEGRAMME – 3 Octobre 2019)
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2019 7 06 /10 /octobre /2019 05:40

 

Neuf organisations de retraités annoncent leur mobilisation le 8 octobre, pour peser sur les projets de loi de finances et de financement de la Sécurité sociale 2020.

La rentrée parlementaire est scrutée attentivement par les retraités. En premier lieu, le vote du prochain projet de loi de finances décidera de la revalorisation, ou non, des pensions. C’est la raison première de l’appel à la manifestation de ce 8 octobre, par neuf organisations nationales – la CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, UNRPA Ensemble et Solidaires, LSR, et les retraités de la fonction publique. La piste vers laquelle le gouvernement s’oriente, d’indexer les pensions à l’inflation pour les retraites inférieures à 2 000 euros et rien pour les supérieures, va continuer à amputer le pouvoir d’achat. « On rappelle que c’est l’indice des salaires qui devrait servir de référence. Utiliser l’indice des prix est une rupture d’égalité, assure Didier Hotte, secrétaire général adjoint de Force ouvrière UCR. Depuis que c’est le cas, le pouvoir d’achat des retraités est en baisse constante, ce que confirme chaque année le Conseil d’orientation sur les retraites. » Non seulement les pensions n’augmentent pas assez, mais d’autres décisions ont allégé les portefeuilles. À commencer par la hausse récente de la CSG, mais aussi la suppression de la demi-part, la création d’une taxe à 0,3 % sur les retraites…

Entre 120 et 150 rassemblements

Les neuf organisations s’inquiètent aussi fortement du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS). « Nous sommes très concernés par la situation des urgences, en grève, des hôpitaux en général, mais aussi des aides à domicile et des Ehpad. Le taux d’encadrement est partout très inférieur aux promesses, poursuit Didier Hotte. On reprend à notre compte la demande de création de 40 000 postes dès cette année dans les services d’urgences, portée par les travailleurs de ce secteur. » La mobilisation du 8 octobre va d’ailleurs croiser celle des Ehpad et des services d’aide à la personne. Elles pourront fusionner localement, car les retraités prévoient entre 120 et 150 rassemblements. « Bien sûr que nous sommes solidaires avec ces travailleurs, mais nous nous battons pour notre pouvoir d’achat », insiste Jean-Pierre Floret, de la CGT retraités. Voilà pourquoi, à Paris, le cortège devrait relier Montparnasse à Matignon, siège du premier ministre, alors que la manifestation des Ehpad se concentrera devant le ministère de la Santé. Les neuf organisations ont toutefois cosigné un courrier à Agnès Buzyn. « Comment peut-on envisager de fermer 30 à 50 % de lits en gériatrie à l’AP-HP alors que 7 % de la population d’île-de-France a plus de 75 ans ? » interpelle la lettre.

« On n’a pas oublié qu’il y a une élection municipale qui vient ! »

D’autres courriers ont été adressés aux maires et à leurs représentants au sein des associations des maires de France et des maires ruraux. Plusieurs soutiens ont d’ailleurs déjà été reçus. « Il ne faut pas sous-estimer notre influence politique, met en garde Jean-Pierre Floret. C’est nous qui faisons vivre beaucoup de communes. Il y a beaucoup d’élus locaux retraités et, en plus, nous sommes 17 millions et nous votons en majorité. » Didier Hotte rebondit : « On n’a pas oublié qu’il y a une élection municipale qui vient ! »

Sur le plan national, les progrès sont plus rares. « Nous n’avons aucune nouvelle de la loi grand âge, déplore Marylène Cahouet de la FSU. Agnès Buzyn s’était engagée à ce qu’il y ait l’inscription de moyens supplémentaires dans le PLFSS, mais a bien prévenu que ce serait un simple redéploiement, donc on ne s’attend pas à grand-chose. » Les neuf organisations ont d’ores et déjà prévu de se retrouver avec des délégations de toute la France, le 21 novembre, à la bourse du travail, pour faire un point sur l’ensemble de ces mobilisations.

Pierric Marissal

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2019 7 06 /10 /octobre /2019 05:38

 

Le député de Seine-Maritime Hubert Wulfranc demande la création d’une mission d’information. « Secret des affaires », affaiblissement des CHSCT… Il dénonce des choix politiques qui fragilisent la sécurité industrielle.
 

 

Hubert Wulfranc

Député PCF de Seine-Maritime

Vous avez interpellé hier le premier ministre, après être intervenu dès vendredi auprès du préfet pour lui signaler des « dysfonctionnements majeurs » dans la gestion de la crise. Quels sont-ils ?

Hubert Wulfranc Les maires ont été livrés à eux-mêmes sans informations, ni directives précises de la préfecture, alors qu’ils devaient faire face à l’inquiétude, voire à la panique des habitants. L’incendie s’est déclaré à 2 h 40, mais aucune information n’a par exemple été communiquée aux élus de la rive sud (Grand-Couronne, Saint-Étienne-du-Rouvray et Oissel-sur-Seine), pourtant limitrophes de l’usine Lubrizol. Aucune consigne claire ne leur est parvenue dans la journée, qu’il s’agisse de la scolarisation des enfants, de la méthodologie à appliquer dans les établissements recevant du public. De nombreux maires ont donc pris des mesures disparates qui ont parfois tourné à la cacophonie du fait d’informations parcellaires, voire contradictoires. Tout cela a participé à ce climat de défiance qui règne aujourd’hui.

Six jours après l’incendie, habitants et paysans sont toujours aussi inquiets des risques sanitaires. Que demandez-vous concrètement aux autorités ?

Hubert Wulfranc Les études d’impact opérées sur la qualité de l’air, de l’eau et des sols ne sont pas suffisantes. Il faut engager très rapidement des enquêtes supplémentaires qui doivent être co-construites avec les élus et les organisations professionnelles, tous ceux qui sont confrontés au problème. Le cahier des charges doit être élaboré très rapidement de manière à consolider, nuancer, voire infirmer les premières études officielles placées sous l’autorité des services de l’État. L’autre exigence majeure, c’est le suivi sanitaire individualisé, immédiat et durable des salariés, du secteur public comme du privé, qui ont été aux avant-postes de cette catastrophe, directement exposés aux fumées. C’est pour toutes ces raisons que j’ai demandé hier la création d’une mission d’information pour recueillir des témoignages, des éclaircissements complémentaires qui permettraient de prendre des mesures opérationnelles. Il faut aussi assurer une indemnisation rapide pour les agriculteurs.

En 2013, l’usine Lubrizol avait été condamnée pour « négligence » à 4 000 euros d’amende, après une fuite de gaz sur le site. Récemment, le préfet a pourtant donné son feu vert à des augmentations de capacité sans évaluation environnementale. Ce drame était-il évitable ?

Hubert Wulfranc Il faut attendre les conclusions des différentes enquêtes. Mais il est certain que ce drame s’inscrit dans un contexte où le gouvernement actuel a fragilisé les outils de prévention, que ce soit par l’affaiblissement des CHSCT et de l’autorité environnementale ou la loi sur le secret des affaires votée en juin dernier. Et puis, les sanctions infligées aux industriels en cas de défaillance dans leur usine sont très insuffisantes. Tous ces choix politiques du pouvoir macronien contreviennent aux défis sociaux et environnementaux.

Faut-il revoir les règles d’implantation de ces usines sensibles, comme l’a suggéré Bruno Le Maire ?

Hubert Wulfranc L’industrie pétrochimique a-t-elle sa place dans notre pays ? Oui, bien évidemment. Car, s’il ne s’agit pas d’exporter les risques, voire de les aggraver, dans les pays en voie de développement pour satisfaire des égoïsmes locaux de courte vue, l’enjeu, c’est donc d’imposer aux industriels des règles beaucoup plus strictes en matière de prévention des risques.

Entretien réalisé par Maud Vergnol

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2019 7 06 /10 /octobre /2019 05:35

 

Le régime de Nicolas Maduro ne reculerait ni devant le mensonge, ni devant les tripatouillages médiatiques, ni devant les manipulations multiples, nous assène-t-on quotidiennement. Un festival de « fake news » se tiendra même le 7 novembre prochain à Caracas. Le jury sera placé sous la présidence du quotidien espagnol « El País », celui-là même qui contrôle les éditions latino-américaines « Santillana », cette même entreprise qui fournit les manuels scolaires aux jeunes chiliens.

« El País », réticent depuis longtemps aux « fake news », préfère désormais s’impliquer et apporter une aide humanitaire aux peuples dans la misère. Le journal « El País » est en période d’apprentissage. Il a eu besoin de 7 mois pour publier une autocritique dans les médias de Tlaxcala. Le directeur espagnol du « País » a publié le 29 septembre 2019 (selon le site « Politika ») que l’information envoyée de Mexico était relative à une fausse nouvelle diffusée (à l’insu de son plein gré, sans doute) par « El País » en février dernier, il affirmait que le gouvernement vénézuélien « avait brûlé des camions d’aide humanitaire » à la frontière avec la Colombie. Cela nous rappelle les bébés roumains et le massacre de Timisoara.

L’information, envoyée depuis les bureaux mexicains du « País », fut légitimée par un éditorial du 25 février au sujet de « l’aide humanitaire au Venezuela ». « El País » affirmait : « Le régime a tombé le masque et montre son visage le plus répugnant, en brûlant des camions chargés de médicaments et d’aliments. » Le « Défenseur du lecteur », dans sa réponse, 7 mois plus tard, frise l’indécence et le ridicule en prétendant que les journalistes « étaient pris par d’autres informations d’importance », comme les coupures d’électricité au mois de mars dans ce même Venezuela. Le « Défenseur du lecteur » doit quand même présenter ses excuses au lectorat.

Le journal « El País », issu de l’antifranquisme tardif et de la « Transition » est aujourd’hui une sorte d’organe du PSOE, défenseur acharné du « système libéral ». Et tant pis si pour cela, il lui faut de nombreuses « fake news »... La liberté d’information fiable reste encore à conquérir. En Espagne comme en France.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011