Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2021 6 03 /07 /juillet /2021 06:16
Elections départementales et régionales - Après la claque, un congrès du RN sous haute tension à Perpignan (L'Humanité, Benjamin König, 2 juillet 2021)

C'était la marche inexorable vers le pouvoir selon la plupart des médias et des sondages... mais:

"Patatras : malgré des scores toujours – trop – élevés, le parti d’extrême droite a pris le bouillon. Il est en fort recul par rapport à 2015, n’a gagné aucune région, a perdu la moitié des 27 cantons qu’il détenait et un tiers de ses conseillers régionaux, soit 252, contre 358 en 2015. Une vraie déculottée qui ranime les doutes et les tensions"...

 

Après la claque, un congrès du RN sous haute tension à Perpignan
Vendredi 2 Juillet 2021

Marine Le Pen, seule candidate à la présidence du Rassemblement national, sera reconduite haut la main ce week-end. Mais l’échec aux dernières élections départementales et régionales sème le doute. Dans le parti et au dehors.

 

Ce n’était pas le plan prévu. Initialement, ce congrès, dont la date et le lieu ont été fixés dès le début de l’année, devait être celui de la marche vers le sacre, dans une mise en scène soignée. Dans la seule ville de plus de 100 000 habitants conquise par le Rassemblement national en 2020, devenue vitrine de la « bonne gouvernance » affichée par le parti, il s’agissait de lancer l’offensive médiatique et la campagne pour 2022 de Marine Le Pen, forte de sondages la donnant à coup sûr au second tour de l’élection présidentielle, et parfois au coude-à-coude (entre 45 et 48 %, selon les instituts) avec Emmanuel Macron. Un congrès également prévu pour surfer sur les résultats aux régionales et départementales, qui devaient constituer « la première étape d’une alternance majeure dont le pays a tant besoin », selon la cheffe du RN. Au dernier jour de la campagne, le 19 juin, elle pérorait encore : « Évidemment, les régionales vont (…) confirmer que le RN est plus fort que jamais. »

« Si vous étiez un vrai chef, vous auriez laissé la place »

Patatras : malgré des scores toujours – trop – élevés, le parti d’extrême droite a pris le bouillon. Il est en fort recul par rapport à 2015, n’a gagné aucune région, a perdu la moitié des 27 cantons qu’il détenait et un tiers de ses conseillers régionaux, soit 252, contre 358 en 2015. Une vraie déculottée qui ranime les doutes et les tensions, même si le congrès ne sera pas le lieu où ils s’exprimeront – ou alors à mots couverts. Les votes des adhérents, qui élisent le conseil national du RN (sorte de parlement qui compte une centaine de membres élus, plus une dizaine nommés par Marine Le Pen), sont d’ores et déjà clos et verrouillés. Après dix ans à la tête du RN, le clan de Marine Le Pen a fait le ménage.

Mais les critiques sur la ligne de sa présidente, sa stratégie de « normalisation » et de recentrage à droite sur les questions économiques (abandon de la sortie de l’euro, retour à des positions libérales) sont déjà audibles. La fédération des Deux-Sèvres s’est autodissoute : « À compter de ce jour, il n’y a plus de Rassemblement national dans le département », écrivent les quatre membres du bureau fédéral. Sur les réseaux sociaux, la contestation se fait de plus en plus virulente, et certains sympathisants, bien que minoritaires, appellent au départ de la cheffe : « Si vous étiez un vrai chef, vous auriez laissé la place après votre débat ­lamentable de 2017. Nous, on veut gagner avec nos idées et cesser de perdre avec celles des autres », écrit l’un d’eux sur la page Facebook de Marine Le Pen. Une position que l’on retrouve aussi chez des cadres, comme Barbara Mézières, conseillère régionale en Pays de la Loire, qui déplore que, dans sa région, « le nombre d’élus est pratiquement divisé par deux (de 13 à 7) » et pointe « l’échec de la politique d’exclusion, ­d’ouverture à gauche et de parachutages ».

Seule candidate à sa succession, pour la présidente du RN, le danger pourrait bien venir de la « droite hors les murs », personnifiée aujourd’hui par Marion Maréchal et Éric Zemmour, qui est dans les starting-blocks pour 2022. Plusieurs voix ont confirmé son intention de se lancer dans la course à la présidentielle. « Il va être candidat, c’est certain », s’est épanché Arnaud Stephan, un conseiller de… Marion Maréchal. Soutenu également par le maire d’Orange, Jacques Bompard (Ligue du Sud), le polémiste affichait sa trombine sur 10 000 affiches partout en France au matin du 28 juin, accompagnée d’un message explicite : « Zemmour président ». Nul doute que cette campagne de communication sera dans toutes les conversations à Perpignan. B. K.

 

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2021 5 02 /07 /juillet /2021 05:48

Les 10, 11 et 12 septembre, ce sera le retour de la Fête de l’Humanité !

Cette édition 2021 se déroulera dans un format plus réduit, sur une partie de l'Aire des Vents, terrain habituel, et sur un espace adjacent du Bourget. En 2022, la Fête prendra possession d’un nouveau lieu, au cœur de l’Essonne.

 

Quel bonheur de pouvoir se retrouver, de partager un moment de fraternité dans cette belle fête populaire que nous aimons tant, nous les communistes, et les centaines de milliers de Français·es qui y participent à chaque édition. Cette année, l’espace disponible – 16 hectares au lieu des 50 hectares habituels - et la situation sanitaire nous obligeront à nous en tenir à un nombre de participants fixé à 40 000 par jour.

On y retrouvera notamment l’Agora de l’Humanité, le Village du livre, le Village du monde, les Amis de l’Humanité, le Forum social, le Village de l’économie sociale et solidaire, l’espace du Secours populaire français.

Le nombre de stands du PCF devra être réduit, l’échange est en cours avec les fédérations pour voir comment s’adapter à cette contrainte tout en gardant la richesse de l’apport des communistes sur la fête, du stand du Conseil national aux spécificités des stands de fédérations qui participent à la vie politique, culturelle et gastronomique de la fête !

Cette fête sera celle des femmes et des hommes qui ont tenu le pays debout pendant la pandémie, une fête du monde du travail, de la culture et de la création. Ce sera aussi, comme chaque année, une fête qui nous permettra d’échanger sur la situation du pays au lendemain d’échéances départementales et régionales qui ont été marqué par un effondrement démocratique au regard de l’abstention historique.

Nous mettrons bien sûr au cœur de la fête les luttes sociales et citoyennes actuelles, des luttes pour l’emploi, les services publics et l’écologie à celle pour l’égalité dans tous les domaines et les défis à venir avec la candidature de Fabien Roussel à l’élection présidentielle de 2022 et les élections législatives.

Préparons une belle fête avec les travailleur·euse·s, les citoyen·ne·s, nous avons en avons tant besoin pour placer l’humain et la planète au cœur de tous les choix !

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2021 4 01 /07 /juillet /2021 05:42

 

Du 6 juillet au 26 août, la caravane des Jours Heureux, floquée aux couleurs de la campagne de Fabien Roussel, s’élancera sur les routes françaises pour présenter aux habitant·e·s, aux saisonnier·e·s et aux touristes la candidature communiste à l’élection présidentielle de 2022. Cette caravane d’été sera le premier grand temps de mobilisation depuis le vote des militant·e·s pour la candidature de Fabien Roussel à l’élection présidentielle le 9 mai dernier.

 

 

La caravane partira de Marseille, dans les Bouches-du-Rhône, pour rejoindre Malo-les-Bains, dans le Pas-de-Calais, en passant par la côte Méditerranéenne, le littoral atlantique et les côtes de la Manche. Ce sont au total 25 fédérations de notre parti qui prendront part à cette belle aventure estivale, pour plus de 30 étapes prévues et 4 000 km parcourus ! Une ébauche de parcours avait été préparée en amont, à la présentation du projet aux fédérations, mais ce sont elles qui ont vraiment décidé des lieux d’implantation de la caravane dans chaque ville traversée. L’une des forces de notre parti est ce découpage en fédérations, qui permet un ancrage local extraordinaire, au plus près des gens et des militant·e·s et une meilleure connaissance du terrain.

Si l’objectif principal de la caravane d’été est de faire connaitre la candidature de Fabien Roussel, de partager nos propositions pour l’élection présidentielle et de renforcer notre base militante, nous souhaitons également écouter et recueillir les besoins et les attentes de milliers de citoyens afin d’enrichir notre programme et de présenter des propositions en adéquation avec les demandes de la population. La caravane des Jours Heureux alliera échanges politiques et convivialité, nous souhaitons en faire un lieu de débats, de rencontres, mais également de jeux et de bonne humeur.

Pour cela, plusieurs idées ont été retenues pour faire participer la population tout au long de la journée. Tout d’abord, les personnes rencontrées pourront remplir un questionnaire afin que l’on en sache un peu plus sur leurs intérêts et sur leurs souhaits pour la campagne. Pour rester dans le thème de l’été et pour donner un côté un peu plus léger à notre démarche, des cartes postales ont été dessinées par notre directrice artistique sur plusieurs thèmes : le pouvoir d’achat, la jeunesse, les retraites ou encore le droit aux vacances. Après les avoir remplies, les participant·e·s pourront ensuite les envoyer au Président de la République afin de faire entendre leurs revendications et leurs propositions sur ces thématiques. Enfin, un carnet de jeux pour adultes d’une dizaine de pages a été conçu afin d’en apprendre plus sur notre parti et nos idées tout en s’amusant. D’autres jeux seront prévus tout au long des étapes, avec des petits goodies aux couleurs de la campagne à remporter.

Si la caravane d’été est l’occasion rêvée pour rencontrer un grand nombre de personnes, elle sera aussi un grand moment d’échanges et de rencontres avec les camarades des fédérations traversées. Nous n’avons que rarement l’occasion de rencontrer les camarades des fédérations autres que la nôtre et la crise sanitaire a empêché la tenue des grands événements qui nous rassemblent d’habitude, comme la Fête de l’Humanité ou l’université d’été. La caravane d’été sera donc l’occasion de renouer des liens autrement qu’en visioconférence et de relancer les rencontres entre camarades.

Pendant ces deux mois, deux équipes de quatre personnes se relaieront pour conduire la caravane et le véhicule qui va l’accompagner, et des camarades du siège viendront elles et eux aussi passer plusieurs jours ou quelques semaines sur le parcours. Les camarades de la caravane seront logé·e·s chez les camarades des fédérations visitées, ce qui permettra de tisser des liens, d’échanger sur le fonctionnement de leurs fédérations respectives et peut-être d’apporter de nouvelles idées et des nouvelles manières d’envisager le militantisme.

Nous vous donnons rendez-vous tout au long de l’été sur le parcours de la caravane pour rencontrer les camarades et participer vous aussi à relever le défi des Jours Heureux !

Lena Mons

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2021 4 01 /07 /juillet /2021 05:39
Partager cet article
Repost0
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 16:42
Régionales et départementales: 161 élus PCF dans les départements, un doublement des élus régionaux communistes
Ce seront plus de 200 élus communistes qui siégeront dans les assemblées départementales et régionales de France métropolitaines. En outre mer la Réunion et la Guyane seront présidées par des élus qui siégeaient comme député(e)s au sein du groupe GDR-PCF à l'assemblée nationale : Huguette Bello et Gabriel Serville.
En nombre d'élus le PCF reste le troisième parti après les Républicains et le PS.
Aux élections régionales 62 élu(e)s communistes siégeront dans les régions d'Auvergne Rhône Alpes (4), Occitanie (15), Nouvelle Aquitaine (10), Bretagne (5), Pays de la Loire (1), Grand Est (3), Haut de France (3), Bourgogne (8), Centre Val de Loire (6), Ile de France (7).
Le second tour des élections départementales a été marqué par une abstention massive et une défaite lourde pour LREM et le FN/RN.

Le Parti communiste français remporte 156 élus issues du PCF (et apparentés) dans 118 cantons. Un score marqué par des gains dans des départements comme le Finistère, la Mayenne, l'Alsace (etc.), mais aussi des pertes lourdes comme dans l'Allier, le Val de Marne, les Bouches-du-Rhône.
Rappelons qu'à ces 156 élus, s'ajoutent les conseillers municipaux de Paris (12) et du Grand Lyon (6) qui ont le statut aussi des conseillers départementaux.

Le score est à consolider avec les 2 cantons et 4 élus du Parti communiste réunionnais.

Voici une liste des cantons avec des élus communistes et sympathisantes communistes (sous réserve de vérification et d'ajouts).
 
Aisne : 2 cantons, 3 élus PCF

canton de Chauny (PCF/DvG) : 61,08
canton de Tergnier (PCF/PCF) : 63,22%

Allier : 2 cantons, 4 élus PCF

canton de Montluçon-2 (PCF/PCF) :
canton de Souvigny (PCF/PCF) : 53,38%

Alpes de Hautes Provence : 1 canton, 2 élus PCF

canton de Château-Arnoux-Saint-Auban (PCF/PCF) : 56,11%

Ardèche : 1 canton, 1 élu PCF

canton de Le Pouzin (PCF/PS) : 57,38%

Aude : 2 cantons, 2 élus PCF

canton de Le Lézignanais (PCF/PS) : 59,45%
canton de La Région Limouxine (PCF/PS) : 65,66%

Bouches du Rhône : 2 cantons, 3 élus PCF

canton de Martigues (PCF/PCF) : 62,13%
canton de Marseille-11 (PCF/PS) : 66,43%

Calvados : 1 canton, 1 élu PCF

canton de Ifs (PCF/PS) : 51,73%

Charente : 1 canton, 1 élu PCF

canton de Gond-Pontouvre (PCF/PS) : 56,70%

Cher : 3 cantons, 5 élus PCF

canton de Saint-Germain-du-Puy (PCF/DvG) : 51,60%
canton de Vierzon-1 (PCF/PCF) : 66,22%
canton de Vierzon-2 (PCF/PCF) : 67,03%

Côte d'Armor : 4 cantons, 4 élus PCF

Canton de Bégard (PCF/PS) : 60,44%
Canton de Pléneuf Val André (PCF/PS) : 51,53%
Canton de Ploufragan (PCF/Gs) : 79,54%
Canton de Saint Brieuc-2 (PCF/PS) : 62,62%

Dordogne : 2 cantons, 3 élus PCF

canton de Isle-Manoire (PCF/PCF) : 100%
canton de Terrasson-Lavilledieu (PCF/PS) : 60,28%

Doubs : 1 canton, 1 élu PCF

canton de Besançon-4 (PCF/DvG) : 51,07%

Eure : 1 canton, 1 élu PCF

canton de Pont-de-l'Arche (PCF/PCF) : 54,50%

Finistère : 3 cantons, 3 élus PCF

Canton de Brest-1 (PCF/PS) : 55,36%
Canton de Morlaix (PCF/PS) : 54,83%
canton de Pont-de-Buis-lès-Quimerch (PCF/PS) : 51,36%

Gard : 4 cantons, 6 élus PCF

canton de La Grand-Combe (PCF/PCF) : 74,45%
canton de Nîmes-2 (PCF/DvG) : 61,29%
canton de Nîmes-3 (PCF/EELV) : 64,04%
canton de Rousson (PCF/PCF) : 66,22%

Haute Garonne : 3 cantons, 3 élus PCF

canton de Toulouse-4 (PCF/PS) : 54,45%
canton de Toulouse-5 (PCF/Gs) : 54,82%
canton de Tournefeuille (PCF/PS) : 53,53%

Gironde : 3 cantons, 3 élus PCF

canton de Bordeaux-4 (PCF/PS) : 57,01%
canton de Le Nord-Libournais (PCF/PS) : 53,51%
canton de Le Nord-Médoc (PCF/PS) : 52,59%

Héraut : 2 cantons, 3 élus PCF

canton de Montpellier-4 (PCF/PS) : 69,93%
canton de Sète (PCF/PCF) : 50,26%

Ille et Vilaine : 2 cantons, 2 élus PCF

Canton de Bruz (PCF/DvG) : 56,67%

Isère : 2 cantons, 3 élus PCF

canton d'Échirolles (PCF/PS) : 50,40%
canton de Saint-Martin-d'Hères (PCF/PCF) : 57,61%

Landes : 3 cantons, 4 élus PCF

canton de Dax-1 (PCF/PS) : 54,88%
canton d'Orthe et Arrigans (PCF/PS) : 63,05%
canton de Seignanx (PCF/PCF) : 57,38%

Loiret : 1 canton, 2 élus PCF

canton de Orléans-3 (PCF/PCF) : 50,79%

Lot et Garonne : 2 cantons, 2 élus PCF

canton d'Agen-4 (PCF/DvG) : 51,65%
canton du Haut Agenais Périgord (PCF/PS) : 58,67%

Lozère : 1 canton, 1 élu PCF

canton du Collet-de-Dèze (PCF/EELV) 100% (1er tour)
Mayenne : 1 canton, 1 élu PCF

canton de Laval-3 (PCF/DvG) : 57,09%

Meurthe et Moselle : 5 cantons, 5 élus PCF

canton de Jarny (PCF/LFI) : 64,49%
canton de Mont-Saint-Martin (PCF/DvG) : 56,56%
canton de Nancy-3 (PCF/PS) : 57,62%
canton de Pays de Briey (PCF/LFI) : 65,16%
canton de Pont-à-Mousson (app-PCF/PS) : 51,61%
canton de Villerupt (PCF/LFI) : 70,74%

Meuse : 1 canton, 1 élu PCF

canton d'Étain (PCF/DvC) : 60,75%

Morbihan : 1 canton, 1 élu PCF

Canton de Lorient-1 (PCF/PS) : 52,36% - Catherine Quéric

Moselle : 2 cantons, 3 élus PCF

canton de Algrange (PCF/PCF) : 58,30%
canton de Hayange (PCF/PS) : 50,46%

Nièvre : 1 canton, 1 élu PCF

canton de Varennes-Vauzelles (PCF/PS) : 69,98%

Nord : 5 cantons, 9 élus PCF

canton d'Aniche (PCF/PCF) : 65,63%
canton d'Aulnoye-Aymeries (PCF/PCF) : 64,14%
canton de Aulnoy-lez-Valenciennes (PCF/PCF) : 62,06%
canton de Denain (PCF/PCF) : 54,02%
canton de Roubaix-1 (PCF/EELV) : 17,79%

Oise : 2 cantons, 4 élus PCF

canton de Montataire (PCF/PCF) : 56,47%
canton de Thourotte (PCF/PCF) : 65,80%

Pas de Calais : 7 cantons, 9 élus PCF

canton de Auchel (PCF/DVG) : 57,46%
canton de Avion (PCF/PCF) : 69,22%
canton de Bully-les-Mines (PCF/PS) : 62,87%
canton de Harnes (PCF/PS) : 57,24%
canton de Lillers (PCF/PCF) : 62,33%
canton de Outreau (PCF/PS) : 73,05%
canton de Wingles (PCF/PS) : 61,37%
 
Puy de Dôme : 3 cantons, 5 élus PCF

canton de Billom (PCF/PCF) : 74,36%
canton des Monts du Livradois (PCF/PCF) : 56,00%
canton de Clermont-Ferrand-3 (PCF/PS) : 54,19%

Hautes Pyrénées : 1 canton, 2 élus PCF

canton de Bordères-sur-l'Échez (PCF/PCF) : 52,42%

Catalogne-Nord : 4 cantons, 5 élus PCF

canton de Perpignan-3 (PCF/PCF) : 55,31%
Canton de Perpignan-5 (PCF/PS) : 51,02%
canton de La Plaine d'Illibéris (PCF/PS) : 58,31%
canton de La Vallée de l'Agly (PCF/PS) : 56,18%

Haute Saône : 1 canton, 1 élu PCF

canton de Lure-1 (PCF/DvG) : 61,40%

Sarthe : 2 cantons, 2 élus PCF

canton de Le Mans-5 (PCF/LFI) : 56,54%
canton de Le Mans-7 (PCF/EELV) : 59,10%

Seine Maritime : 5 cantons, 8 élus PCF

canton de Dieppe-2 (PCF/PCF) : 56,58%
canton d'Eu (PCF/DvG) : 55,32%
canton du Havre-2 (PCF/PS) : 67,67%
canton du Havre-3 (PCF/PCF) : 71,45%
canton de Saint-Etienne-du-Rouvray (PCF/PCF) : 74,77%

Seine et Marne : 1 canton, 1 élu PCF

canton de Mitry-Mory (PCF/DvG) : 58,78%

Somme : 4 cantons, 5 élus PCF

canton de Amiens-1 (PCF/PCF) : 64,86%
canton de Amiens-3 (PCF/EELV) : 75,80%
canton de Amiens-4 (PCF/PS) : 50,02%
canton de Flixecourt (PCF/PS) : 72,96% (1er tour)

Vaucluse : 1 canton, 1 élu PCF

canton d'Avignon-3 (PCF/PS) : 50,78%

Vienne : 1 canton, 1 élu PCF

canton de Poitiers-3 (PCF/DvG) : 52,43%

Haute Vienne : 5 cantons, 6 élus PCF

canton de Bellac (PCF/PS) : 71,65%
canton d'Eymoutiers (app-PCF/DvG) : 55,67%
canton de Limoges-4 (PCF/PS) : 63,35%
canton de Limoges-5 (PCF/PS) : 63,05%
canton de Saint-Junien (PCF/app-PCF) : 65,22%

Yonne : 1 canton, 1 élu PCF

canton de Joigny (PCF/PS) : 61,51%
 
Essonne : 2 cantons, 2 élus PCF

canton de Ris-Orangis (PCF/PS) : 55,20%
canton de Sainte-Geneviève-des-Bois (PCF/PS) : 55,57%

Hauts de Seine : 3 cantons, 5 élus PCF

canton de Bagneux (PCF/PCF) : 55,83%
canton de Gennevilliers (PCF/PCF) : 83,21%
canton de Nanterre-1 (PCF/DvG) : 62,92%

Seine Saint Denis : 6 cantons, 7 élus PCF

canton de Bobigny (PCF/PCF) : 66,47%
canton de Montreuil-2 (PCF/EELV) : 70,50%
canton de Saint-Denis-2 (PCF/LFI) : 100%
canton de Sevran (app-PCF/EELV) : 57,51%
canton de Saint-Ouen-sur-Seine (PCF/PS) : 64,95%
canton de Tremblay-en-France (PCF/LFI) : 52,85%

Val de Marne : 5 cantons, 10 élus PCF

canton de Fontenay-sous-Bois (PCF/PCF) : 56,19%
canton de Ivry-sur-Seine (PCF/PCF) : 61,14%
canton de Le Kremlin-Bicêtre (PCF/PCF) : 53,92%
canton de Villejuif (PCF/PCF) : 52,91%
canton de Vitry-sur-Seine-2 (PCF/PCF) : 100%

Alsace : 1 canton, 1 élu PCF

canton de Strasbourg-2 (PCF/EELV) : 50,94%

En 2015, le Front de gauche remportait 176 conseillers départementaux en métropole, dont 167 PCF et apparentés.
 
Sources Editiweb et Mosaik Radios
Partager cet article
Repost0
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 16:38
Régionales - Bravo à Huguette Bello, ancienne députée du groupe communiste GDR, élue à la tête de l'île de la Réunion
Bravo à Huguette Bello pour sa victoire à la Réunion ! Une femme de courage et de conviction est élue ce soir à la tête de cette si belle région.
 
[Communiqué d' André Chassaigne ] Deux députés du groupe GDR font basculer à gauche deux collectivités d'outre-mer
Même si nous lisons et nous entendons un peu partout que tous les Présidents de région sortants qui se représentaient ont été reconduits, il s'avère que ce scénario est contredit dans deux régions.
En effet, la Réunion a basculé à gauche grâce à une liste conduite par Huguette Bello. Membre fondatrice du Groupe de la Gauche démocrate et républicaine en 2007, notre ancienne collègue a assuré les fonctions de vice-présidente de notre Groupe à partir de 2012 et a siégé à nos côtés sans discontinuer jusqu'à son élection en 2020 à la mairie de Saint-Paul. Elle a été remplacée par Karine Lebon.
De même, en Guyane notre collègue Gabriel Serville a remporté les élections territoriales face une majorité sortante soutenue par LREM. Gabriel est membre du groupe GDR depuis sa première élection en 2012 en tant que député et représente notre Groupe au bureau de l'Assemblée nationale.
En mon nom propre et au nom de tous les députés du Groupe GDR, qui rassemble 11 députés PCF et 5 députés ultra-marins, je leur adresse mes très sincères félicitations.
Nous nous réjouissons que les électrices et les électeurs de la Réunion et de la Guyane aient reconnus en eux les fervents défenseurs de leurs territoires et de leurs habitants. La probité et le respect des classes populaires sont ici récompensées.
Partager cet article
Repost0
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 16:35
Élections départementales et régionales des 20 et 27 juin 2021 – le bilan de la fédération PCF du Finistère
Élections départementales et régionales des 20 et 27 juin 2021 – le bilan de la fédération PCF du Finistère
 
 
Les élections départementales et régionales qui viennent de se dérouler ont été marquées par une abstention très forte que nous regrettons car le vote est un acte essentiel et le garant de nos libertés.
 
Cette abstention témoigne d’une crise aggravée de la représentation politique et des institutions qui asphyxie la démocratie dans notre pays, crise politique que nourrit l’aggravation des inégalités sociales, de la précarité, du rejet vis-à-vis de politiques gouvernementales qui servent avant tout les intérêts de la finance.
 
Les communistes finistériens s’étaient donné l’objectif de faire élire des élus porteurs d’engagements de justice sociale, de proximité avec les citoyens, de réduction des inégalités, en se rassemblant avec d’autres composantes de la gauche et les majorités sortantes de gauche afin de garder ces collectivités du quotidien que sont la Région Bretagne et le département du Finistère à gauche, avec des politiques de progrès utiles à nos concitoyens.
 
L’objectif n’est qu’à moitié atteint puisque, si nous avons eu la satisfaction de voir une union partielle de la gauche avec le président de région sortant retrouver une majorité à la région Bretagne, ce n’est dans le cas dans le département du Finistère.
 
Dans notre département, la droite remporte un canton de plus que la gauche, quatorze contre treize à la gauche qui gérait le département depuis 1998.
 
On savait que le résultat serait serré et incertain mais c’est à notre sens une mauvaise nouvelle pour les solidarités humaines et territoriales et pour les plus précaires. L’inachèvement du rassemblement de la gauche aux Départementales et aux Régionales, les mauvais reports de voix dans certains cantons au second tour, ont pesé lourd dans cet échec.
 
Cependant, le Finistère fait partie, avec l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan en Bretagne, des 17 conseils départementaux en France où le PCF retrouve des élu-e-s. Nous présentions huit candidats, dont quatre titulaires sur des binômes de rassemblement Finistère & Solidaires, et trois de nos quatre candidats titulaires sont parvenus à se faire élire sur des binômes de rassemblements dans des cantons qui étaient déjà à gauche. Cela faisait 20 ans que nous n’avions plus de conseiller départemental communiste dans le Finistère.
 
Aujourd’hui, nous avons trois élu.e.s sur les cantons de Brest 1, Pont-de-Buis, Morlaix : Jacqueline Héré, Isabelle Maugeais, Ismaël Dupont.
 
 
Dans les Côtes d’Armor, il y a quatre élus départementaux communistes, un dans le Morbihan, un en Ille-et-Vilaine : soit 9 conseillers départementaux PCF en tout en Bretagne (161 conseillers départementaux du PCF en France). Malgré l’abstention et la perte de la présidence du département du Val-de-Marne, le PCF progresse en nombre d’élus départementaux et régionaux et remporte plus de cantons que le RN et la LREM, restant le 3e parti de France en nombre d’élu.e.s (le premier en nombre d’adhérents!).
 
Même dans l’opposition dans le Finistère, ces élu.e.s départementaux continueront à servir les citoyens et les idées de défense de l’égalité des droits et des services publics au côté de leurs collègues de gauche. Le PCF Finistère remercie toutes les personnes qui se sont investies dans les campagnes des candidats Finistère & Solidaires et tous nos électeurs.
 
Nous avons aussi la grande satisfaction de voir une conseillère régionale communiste élue dans le Finistère : Gladys Grelaud, qui va siéger au sein de la majorité dans un groupe communiste renouvelé en partie et 100 % féminin, avec Delphine Alexandre, Gaby Cadiou, Katja Kruger. Globalement, le nombre d’élus régionaux communistes en France passe de 29 à 62 à l’issue de ces élections régionales.
 
Nous ferons en sorte que nos élu.e.s soient des points d’appui pour faire des propositions et construire des projets de progrès social, et pour relayer les attentes et les besoins de la population.
Partager cet article
Repost0
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 16:21
Gladys Grelaud, élue communiste finistérienne à la région Bretagne dans la majorité de gauche

Gladys Grelaud, élue communiste finistérienne à la région Bretagne dans la majorité de gauche

Jacqueline Héré, présentée par le PCF, élue conseillère départementale sur le canton de Brest 1 en binôme avec Kévin Faure (Finistère & Solidaires)

Jacqueline Héré, présentée par le PCF, élue conseillère départementale sur le canton de Brest 1 en binôme avec Kévin Faure (Finistère & Solidaires)

Isabelle Maugeais, sympathisante PCF, élue conseillère départementale sur le canton de Pont-de-Buis en binôme avec Julien Poupon (Finistère & Solidaires)

Isabelle Maugeais, sympathisante PCF, élue conseillère départementale sur le canton de Pont-de-Buis en binôme avec Julien Poupon (Finistère & Solidaires)

Ismaël Dupont, élu conseiller départemental sur le canton de Morlaix en binôme avec Gaëlle Zaneguy (liste Finistère & Solidaires)

Ismaël Dupont, élu conseiller départemental sur le canton de Morlaix en binôme avec Gaëlle Zaneguy (liste Finistère & Solidaires)

Finistère -

Aux Régionales, elle était candidate sur la liste de Loïg Chesnais-Girard avec Isabelle Mazelin et Enzo de Gregorio: Gladys Grelaud, en 12e position sur la liste du second tour, a été élue conseillère régionale ce 27 juin 2021. Elle représentera les communistes finistériens à la Région.  Gladys Grelaud a 38 ans, est urbaniste à Brest Métropole. Elle est adhérente au PCF Finistère depuis 2016 et s'est engagée en 2020 sur la liste de gauche et citoyenne aux municipales à Landerneau. Militante féministe, elle milite activement pour les droits des femmes. Elle viendra compléter un groupe communiste 100% féminin à la Région Bretagne avec Delphine Alexandre, Katja Kruger, Gaby Cadiou. 

Lire aussi:

6 questions à Gladys Grelaud, candidate présentée aux régionales par le Parti communiste dans le Finistère

Aux Départementales, 3 des 4 candidats que présentait le PCF sur des quatuors d'union de la gauche Finistère & Solidaires ont été élus ce dimanche 27 juin. Jacqueline Héré, élue avec Kévin Faure à Brest 1, Isabelle Maugeais, élue avec Julien Poupon à Pont-de-Buis, et Ismaël Dupont, élu avec Gaëlle Zaneguy sur le canton de Morlaix.

Malgré la grande déception de la perte du département pour la gauche (à 5 voix près sur un canton, quelques dizaines de voix de différence à Douarnenez et Briec), avec 14 cantons de droite, et 13 de gauche, en dépit d'une très belle campagne de nos candidats Finistère & Solidaires, nous avons ainsi la satisfaction de revenir au département pour la première fois depuis 20 ans.

Nos élu.e.s seront combatifs et mobilisés pour la défense des valeurs de solidarité, d'égalité des droits, des services publics.

Nous avions 8 candidats sur ces élections départementales dans le Finistère, dont 4 titulaires et 4 remplaçants sur des listes Finistère & Solidaires. Merci aussi à Maryse Rousseau et Jacqueline Braire pour leur investissement sur la campagne (Pont-l'Abbé), à Guy Barré (Plonéour-Lanvern), à Yann Foucher qui est élu en tant que remplaçant à Quimper 2, à Camille Gontier à Douarnenez.

Merci aussi à tous les militants et adhérents, sympathisants qui se sont investis dans nos campagnes et celles des autres candidats Finistère & Solidaires.

On continue le travail pour la justice sociale et le rassemblement de la gauche sur des bases fortes de projets et politiques utiles à la vie des gens et à la réduction des inégalités.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 16:17
Partager cet article
Repost0
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 06:01

 

Les prix du gaz en Europe ont dépassé les 30 € du mégawattheure sur le marché de gros, au plus haut depuis près de treize ans.

 

 

Les principales raisons évoquées sont la hausse des prix du gaz sur le marché mondial liée à la reprise économique qui dope la demande, le bas niveaux des stocks de gaz dont le remplissage a été lent au printemps à cause des températures en-dessous des normes saisonnières, des opérations de maintenance en mer du Nord qui entraînent une réduction des importations de gaz norvégien en Europe, une augmentation de la consommation de gaz pour la production d'électricité compte tenu de la hausse du prix des quotas d’émission de CO2 en Europe...
La France qui importe 99% du gaz va subir de plein fouet cette progression et cela aura des conséquences très concrètes sur la facture des consommateurs qui subiront une augmentation de près de 10 % au 1er juillet prochain. `


Depuis l’ouverture à la concurrence et la libéralisation du secteur de l’énergie, les prix d’électricité ou de gaz sont à la hausse en France mais également partout en Europe. Il y a quelques jours, le gouvernement espagnol a décidé de baisser de moitié le taux de TVA sur l’électricité de 21% à 10% tant que les prix sur le marché de gros resteront élevés. Cette mesure concerne environ 612 000 ménages.


Comme nous le revendiquons depuis longtemps, notre parti milite pour une application d’un % de TVA réduit à 5.5 % sur les factures de gaz et d’électricité pour l’ensemble des consommateurs. Le gouvernement français pourrait prendre appui sur son voisin et agir immédiatement pour réduire les dépenses incompressibles des ménages. Après plus d’un an et demi de pandémie sanitaire entrainant perte d’emploi et chômage partiel subis, cela serait une juste mesure sociale.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011