Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 17:37
Le billet de Maurice Ulrich. Valeurs
Vendredi, 17 Janvier, 2020

« L’imposture Greta ». L’hebdomadaire Valeurs actuelles, apprécié de Michel Onfray, Emmanuel Macron, Marine Le Pen et sur les plateaux des chaînes d’info, a mené son enquête sur « le phénomène qui tétanise le monde ».

« L’imposture Greta ». L’hebdomadaire Valeurs actuelles, apprécié de Michel Onfray, Emmanuel Macron, Marine Le Pen et sur les plateaux des chaînes d’info, a mené son enquête sur « le phénomène qui tétanise le monde ». Il ne lui faut pas moins de dix pages pour dresser l’inquiétant portrait, avec à l’appui une photo en une, de l’adolescente aux mâchoires serrées et au regard fixe, d’une « ensorceleuse », célébrant « la messe noire de l’apocalypse ». Une sorcière. « Hypocrite, apocalyptique, hystérique », les trois mots s’étalent largement. Mais cela va plus loin, car « avec son obsession de l’égalité matérielle, la haine du riche et du puissant, l’écologisme est un marxisme », à vocation « totalitaire ». Le spectre de Greta hante le monde. Quelques pages plus loin, l’hebdomadaire nous dresse un tout autre portrait, celui d’un homme incarnant un mythe vivant « du passé et du futur », « un sphinx renaissant », « un patron fascinant et un évadé spectaculaire ». Carlos, bien sûr, Carlos Ghosn. On fait des choix à Valeurs actuelles, et on a des valeurs.

Le billet de Maurice Ulrich. Valeurs (L'Humanité, 17 janvier 2020): Valeurs actuelles, toujours plus loin dans le ridicule
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 06:02

 

Une nouvelle "séance" de signatures du RIP ADP s'est tenue sur le marché de Morlaix ce samedi 18 janvier (10h - entrée Dialogues").

15 nouvelles signatures ont été enregistrées.

C'est la quatrième initiative de recueil de signatures dans la région après le marché de Morlaix le 16 novembre, le marché de Saint-Martin des Champs en décembre, la mairie de St Thégonnec, samedi dernier, 11 décembre.

D'autres initiatives seront faites par le collectif dans les semaines à venir.

 Collectif unitaire Pays de Morlaix pour un référendum sur la privatisation d'ADP : nouveau recueil de signatures, le samedi 18 janvier, sur le marché de Morlaix
 Collectif unitaire Pays de Morlaix pour un référendum sur la privatisation d'ADP : nouveau recueil de signatures, le samedi 18 janvier, sur le marché de Morlaix
 Collectif unitaire Pays de Morlaix pour un référendum sur la privatisation d'ADP : nouveau recueil de signatures, le samedi 18 janvier, sur le marché de Morlaix
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 06:00
Jean-Désiré Larnicol - Source:  Le Blog d'histoire sociale et ouvrière du Pays Bigouden de Gaston Balliot: Guerre et résistance dans le Pays Bigouden

Jean-Désiré Larnicol - Source: Le Blog d'histoire sociale et ouvrière du Pays Bigouden de Gaston Balliot: Guerre et résistance dans le Pays Bigouden

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère

19/ Jean-Désiré Larnicol (1909-2006)

Source:  Le Blog d'histoire sociale et ouvrière du Pays Bigouden de Gaston Balliot: Guerre et résistance dans le Pays Bigouden

https://bigouden1944.wordpress.com/2016/11/08/jeanlecoz2602/

Il naît le 24 avril 1909 à Treffiagat dans le Pays Bigouden.

Ancien militaire de la marine nationale, pensionné à 100 % depuis 1927 pour tuberculose pulmonaire, Jean-Désiré Larnicol adhère en 1931, au Secours Rouge Interna­tional. Elu maire de Treffiagat en 1935 sur une liste d’Union populaire (Plus jeune maire de France), il est alors convaincu par Alain Signor de rejoindre le PCF. Il crée cet année-là la cellule de Lechiagat-Treffiagat dont il assume le secrétariat.
Membre du comité régional (Finistère-Morbihan) du P.C.F. dès 1936, membre du bureau régional de 1936 à 1939. il a une grande activité dans le Sud-Finistère et particulièrement en Pays Bigouden. En fin de 1939, il participe à la réorganisation du P.C.F dans la clandestinité après son interdiction par le gouverne­ment Daladier. Il prend part aux premières réunions clandestines du bureau régional dans les jours qui ont suivi la mise hors la loi du Parti, et par la suite, à celles qui se tinrent jusqu’à l’arrestation du secrétaire régional Alain Signor. Une autre structure clandes­tine fut alors mise en place.

Dès les premiers jours de l’occupation allemande, le P.C.F. entre dans la Résis­tance et J-D. Larnicol commence sa tâche de propagandiste résistant, diffusant les journaux, les tracts clandestins du P.C.F., du F.N ., etc. En début de 1941, il est con­tacté par l’interrégional du Parti, Robert Ballanger pour la création, en Pays Bigou­den, de groupes de l’O.S. du P C. (O.S. : Oganisation Spéciale pour la protection, le sabotage et la lutte armée) . J.-D. Larnicol participe au tirage, sur une ronéo (petite machine à imprimer de bureau), de tracts et de petits journaux locaux ou à des retirages locaux de « La Bretagne Ouvrière, Paysanne et Maritime », l’hebdomadaire régio­nal communiste, interdit en 1939 et qui reparaît clandestinement depuis mars 1941, en édition finistérienne à Lehan (v. Jean Le Coz).

En 1942, J. D. Larnicol réussit à convaincre et rassembler quelques camarades et réalise avec eux un des plus brillants faits d’armes de la Résis­tance finistérienne, à savoir la récupération d’armes en provenance d’Angleterre, dépo­sées aux Glénan par le navire « l’Auda­cieux» de Michel Bolloré et ramenées, en grande partie, à Léchiagat par Guillaume Bodéré et Jean Baudry. Cet armement est alors livré aux FTPF qui en manquaient cruellement.
A la suite d’une descente de police menée conjointement par la Gestapo et la police française, tous ces Résistants, pour des raisons de sécurité doivent entrer en clandestinité. Malheureusement, Jean Baudry sera arrêté à son retour de pêche et fusillé un peu plus tard au Mont-Valérien. Jean-Désiré Larnicol, quant à lui, quitte la région et se rend à Paris. Il y rencontre R. Ballanger qui lui confiera de nouvelles tâches. C’est ainsi qu’il participera en 1944 aux com­bats pour la Libération de la capitale. En septembre 1944, il retourne au Pays Bigouden enfin libéré et reprend ses activités militantes au sein du PCF notamment.

Secrétaire de la section communiste du Guilvinec, pendant une vingtaine d’années et trésorier fédéral du Finistère du P.C.F. de 1953 à 1966. Aux élections municipales de 1945, sa liste est battue par une coalition SFIO-MRP, mais dans le même temps J.D Larnicol est élu conseiller général du canton de Pont-L’Abbé de 1945 à 1949.
Plus tard, Il sera réélu au conseil municipal de Treffiagat en 1965 et 1971 ainsi que Guillaume Bodéré et Jean Le Coz

Outre ses activités politiques , Jean-Désiré Larnicol fut aussi un ardent défenseur de l’Enseignement public. Dès son accession à la Mairie de Treffiagat , il crée une école maternelle à Léchiagat (quartier maritime de Treffiagat) et met sur pied une Amicale laïque. Au plan départemental, il milite au sein du Comité départemental d’Action Laïque du Finistère dont il va assumer la présidence durant de longues années. Son activité militante pour la défense de l’École publique lui a valu une haute distinction conférée par La Ligue de l’Enseignement.

SOURCES : La Bretagne ouvrière, paysanne et maritime. — L’Action laïque du Finistère. — Notes autobiographiques. — Eugène Kerbaul, 1 270 militants du Finistère (1918-1945), Bagnolet, 1985 ; Complément, 1986. — Biographie complétée et mise en forme par Jean Kervision

Source:  Le Blog d'histoire sociale et ouvrière du Pays Bigouden de Gaston Balliot: Guerre et résistance dans le Pays Bigouden

Source: Le Blog d'histoire sociale et ouvrière du Pays Bigouden de Gaston Balliot: Guerre et résistance dans le Pays Bigouden

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 05:52

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 05:46

 

 

Trois articles du texte de loi, actuellement devant le Conseil d’État, favorisent directement les plans de retraite par capitalisation, donc profitent aux organismes de gestion d’actifs et aux assureurs comme BlackRock, Axa ou Amundi.

L’article 64 du projet de réforme des retraites est très clair sur le sujet. Il entend « renforcer l’attractivité de l’épargne retraite », en ratifiant les ordonnances prises du fait de la loi Pacte, qui promettaient la libéralisation de ce type de produits ­financiers. Le but est donné : « Le développement de cette épargne de long terme procurera aux entreprises davantage de financements en fonds propres pour accompagner leur croissance et financer l’innovation. » Il s’agit donc bien de placer l’épargne retraite sur les marchés d’actions. Le gouvernement promet d’ailleurs, toujours dans l’article 64, «  l’assouplissement des modalités de sortie en rente ou en capital et l’ouverture de tous les produits d’épargne retraite aux assureurs, aux gestionnaires d’actifs et aux fonds de retraite professionnelle supplémentaire ». Ce qui fait dire à l’économiste atterré Henri Sterdyniak que « les bénéficiaires du méfait (la dégradation du système public de retraite) sont ainsi clairement désignés ».

AG2R, la BNP, le Crédit agricole… Un cercle fermé

Il s’agit des fonds de gestion d’actifs, à savoir, en France, Amundi, qui détient 1 400 milliards d’euros, filiale du Crédit agricole. Il y a aussi Axa IM, qui gère environ 700 milliards d’euros, et la BNP Paribas Asset (500 milliards). Ces structures, comme leur nom l’indique, gèrent notamment l’argent des fonds de pension et des assureurs. Ce sont eux qui proposent les solutions d’épargne retraite, à savoir, en France, Axa, AG2R, la BNP, le Crédit agricole… Un cercle fermé. Et puis, il y a les géants états-uniens : BlackRock (7 000 milliards d’actifs, dont les deux tiers constitués d’épargne retraite) et Vanguard (près de 6 000 milliards). Ces sommes donnent le vertige. Il faut réaliser que la moitié de l’argent en circulation sur les marchés financiers dans le monde provient de la retraite par capitalisation, donc des fonds de pension. Cela les rend particulièrement vulnérables aux crises financières, mais aussi susceptibles de provoquer de terribles krachs boursiers.

« Cela fait des semaines que le gouvernement prétend que son projet vise à “sauver le régime de retraite par répartition” et qu’il n’est pas question de développer la retraite par capitalisation, ou encore que le lien entre les retraites et Blackrock relève du “fantasme”. Pourtant, le projet de loi rendu public montre précisément le contraire », affirme Attac dans une note publiée ce jeudi. Le Figaro jugeait d’ailleurs que l’Humanité alimentait ce « récit de suspicion », précisant que « la polémique BlackRock n’est que le dernier avatar en date de l’association poisseuse Macron-­Rothschild », « un amalgame à l’odeur nidoreuse ».

L’heure n’est pourtant pas à la suspicion. Le ministre de l’Économie le dit bien, s’il y a une polémique autour des fonds de pension, « c’est surtout parce qu’il n’y a pas de BlackRock français ou européen, il faut en construire un », assure-t-il dans le Parisien de ce jeudi. Son appel a été entendu, voire anticipé. Depuis la publication du rapport Delevoye, Predictis, MeilleurPlacement, Groupama, SwissLife, Axa, Generali, Amundi, Société générale, LCL, Crédit agricole, Aviva, BNP Paribas et bien d’autres ont tous mis sur le marché leur nouvelle offre de plan épargne retraite (PER). « L’assureur Axa, dans une de ses documentations, évoque très clairement “la baisse programmée des futures pensions”, à la suite de la mise en œuvre de ce qu’Axa appelle encore la “réforme Delevoye sur les retraites”, pour inciter ses clients à épargner pour leur retraite à travers un PER », a repéré Attac.

Publicité d'Axa pour vanter ses produits financiers "retraites" dans le cadre de la "baisse programmée des futures pensions".

Publicité d'Axa pour vanter ses produits financiers "retraites" dans le cadre de la "baisse programmée des futures pensions".

3,8 à 4 milliards d’euros de cotisations en moins à compenser

Selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, les sommes versées annuellement en France dans le cadre de ces produits d’épargne-­retraite s’élèvent à 6,6 milliards d’euros, une paille rapportée au total des 325 milliards d’euros de pensions de retraite versés. Et un énorme marché à conquérir. « C’est une explosion, un développement exponentiel de la capitalisation en France », note ainsi Maxime Combes, porte-parole d’Attac. Il ajoute : « C’est très important pour un assureur ou un gestionnaire d’actifs de voir son marché gagner 15 ou 20 % par an. Il y a très peu de marchés comme ça. »

Maintenant que les bénéficiaires sont clairement identifiés, reste à constituer le gâteau qu’ils vont se partager. L’article 13 du projet de loi limite le calcul des cotisations et des droits à la retraite aux salaires jusqu’à 10 000 euros par mois (contre 27 000 euros dans le système actuel). Au-delà de ce plafond, les cotisations baissent de 28 % à 2,8 %, et le montant des pensions n’augmente plus. C’est 3,8 à 4 milliards d’euros de cotisations en moins, qu’il faudra compenser. Ces milliards seront en revanche immédiatement disponibles pour les produits par capitalisation, à usage des plus riches.

L’article 15 se charge de renforcer l’attractivité des plans d’épargne retraite. « Il s’agit de favoriser fiscalement la capitalisation sur la partie des salaires qui ne serait plus couverte par la répartition », résume Henri Sterdyniak. Autrement dit, les versements effectués sur un plan d’épargne retraite seront déductibles des impôts sur le revenu, toujours en favorisant les plus aisés. « Pour 1 000 euros versés, un contribuable payant l’impôt sur le revenu obtiendra 300 euros de déduction d’impôt s’il se trouve dans la tranche à 30 %, 410 euros s’il est dans la tranche à 41 %, 140 euros s’il est dans la tranche à 14 % », a calculé Attac. Une réforme inégalitaire jusqu’au bout.

Pierric Marissal

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2020 6 18 /01 /janvier /2020 08:22
Rencontre littéraire à Morlaix- La poétesse syrienne Maram Al-Masri à la lettre thé le mercredi 22 janvier à 19h

Rencontre littéraire à Morlaix

La poétesse syrienne Maram Al-Masri sera au lycée agricole de Morlaix mardi 21 janvier après-midi pour y rencontrer des lycéens et le mercredi 22 janvier à 19h à la librairie La lettre Thé, place des Viarmes.

"Je ne suis pas jeune, et je ne serai jamais vieille.
J'appartiens à une tribu de femmes.
Qui possèdent le riz des petites filles
Et le sourire insolent des vieilles,
Cheveux longs et libres,
Et des yeux anciens comme la terre,
Là où la beauté intérieure ne se termine pas.
Sœurs D'hommes qui ont
L'Esprit du loup et de l'aigle,
Joyeux lutins qui n'ont jamais
arrêté de jouer.
Des êtres qui traversent le temps,
En mouvement constant,
Ardents de curiosité.
Je n'ai pas et je n'aurai jamais l'âge
Qu' indiquent les documents,
Parce que je ne suis pas jeune
Et je ne serai jamais vieille.
Je suis éternelle."

Poésie de l'écrivaine et poétesse syrienne Maram Al-Masri

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2020 6 18 /01 /janvier /2020 08:21
Samedi 18 janvier: la liste Morlaix Ensemble rencontre les habitants du quartier de la Madeleine
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2020 6 18 /01 /janvier /2020 08:20
Nouveau recueil de signatures pour le référendum d'initiative partagé sur la privatisation ou non des Aéroports de Paris ce samedi 18 janvier sur le marché de Morlaix devant Dialogues

Une nouvelle "séance" de signatures du RIP ADP aura lieu sur le marché de Morlaix ce samedi 18 janvier (10h - entrée Dialogues").

Trois camarades du PCF y participeront avec deux ordinateurs et d'autres membres du collectif ADP pays de Morlaix.

Ce sera la quatrième initiative de recueil de signatures dans la région après le marché de Morlaix le 16 novembre, le marché de Saint-Martin des Champs en décembre, la mairie de St Thégonnec, samedi dernier, 11 décembre.

Venez apporter votre signature contre la privatisation d'ADP sur le site officiel du gouvernement si ce n'est déjà fait.

Le collectif unitaire pays de Morlaix contre la privatisation d'ADP a été créé fin octobre.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2020 6 18 /01 /janvier /2020 08:17
Daniel Ravasio, Ali Azzala, François Rippe, Ismaël Dupont et Michel Beaupré, du collectif du pays de Morlaix, sont confiants : « Nous en sommes à plus d’un million de signatures ».

Daniel Ravasio, Ali Azzala, François Rippe, Ismaël Dupont et Michel Beaupré, du collectif du pays de Morlaix, sont confiants : « Nous en sommes à plus d’un million de signatures ».

En avril, l’initiative de 248 parlementaires de tous bords a conduit divers collectifs à travers la France à proposer aux citoyens de s’exprimer sur la tenue d’un référendum portant sur la privatisation du groupe ADP (Aéroports de Paris). Une part non négligeable du patrimoine français qui, avec ses quelque 4,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, pourrait tomber dans le giron d’un consortium, à l’instar de l’aéroport de Toulouse. Une privatisation épinglée par la Cour des Comptes qui fut une désastreuse extrémité, comme le redoutent les membres des dits collectifs.

« L’initiative peut venir d’un million de citoyens »

Ceux du Pays de Morlaix affirment : « L’objectif est de 4,8 millions de signatures. Nous en sommes à plus d’un million. Or, le président Macron s’est prononcé pour « simplifier les règles », permettant que « l’initiative puisse venir d’un million de citoyens et d’une pétition. Nous y sommes ! ». Pour signer en ligne, rien de plus simple, il suffit d’aller sur www.referendum.interieur.gouv.fr ou, pour les plus réfractaires à internet, de se rendre en mairie.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2020 6 18 /01 /janvier /2020 07:11
Photo Le Télégramme Yann Clochard 17 janvier

Photo Le Télégramme Yann Clochard 17 janvier

En préambule de la déambulation nocturne, une première salve de manifestants s’est réunie place des Otages. Vers 17 h 45, certains ont déposé des livres et manuels à l’entrée de la permanence de la députée de la circonscription, Sandrine Le Feur. Avant un « jeté de cartables » dénonçant la réforme des retraites mais aussi la réforme des lycées.

« Le projet de loi sur les retraites est un recul pour l’ensemble des citoyens, pour nos enfants et nos élèves, clame Sébastien Ménès, de l’union locale Solidaires, à Morlaix. La réforme des lycées EC3 (épreuves communes de contrôle continu, NDLR) a été conçue dans la précipitation. Les conditions de vie des élèves se sont dégradées, tout comme les conditions de travail des enseignants. Il y a un gel du point d’indice depuis dix ans. Les salaires ont diminué avec l’inflation, pas le temps de travail ».

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011